Appel à contributions pour la Revue Internationale de Photolittérature

Appel à contributions

Parcours au coeur de la Photolittérature pour la jeunesse 

Une actualité récente montre un intérêt actuel et international pour la littérature pour la jeunesse qui accueille des photographies. En effet, une exposition d’ouvrages photolittéraires italiens et internationaux pour la jeunesse, intitulée « Look Book » a été présentée aux spectateurs à La Fondazione Pastificio Cerere de Rome à l’automne dernier. L’exposition « Clic Clac la photographie dans le livre jeunesse » se tient depuis février 2021 à la médiathèque Jose Cabanis de Toulouse et accueille table ronde et conférence sur l’histoire de ces productions. Le CNLJ de la BNF a accueilli la conférence « 150 ans de livres photo-illustrés » le 16 avril dernier. Enfin, un colloque « Photography in Children Literature », réunissant les spécialistes internationaux de la littérature de jeunesse désireux de s’intéresser à ces ouvrages, s’est tenue à Stockholm en mai dernier.

La photolittérature pour enfant est devenue un indicateur privilégié des idées que les adultes se font de la photographie, de son rôle éducatif et illustratif. Le champ de la photolittérature pour enfants est également un terrain d’exploration et de jeu qui accueille de nouveaux dispositifs photo-textuels défiant nos habitudes de lire (telles les œuvres de Katy Couprie) et devenant suffisamment bons pour être lus par les enfants (comme l’insinue Michel Tournier lors de la réécriture et adaptation de ses livres adultes au jeune public). On peut même faire le constat que la photographie a fait plus que laisser son empreinte sur le livre pour enfants. Elle a construit avec lui un nouveau genre d’ouvrages.

Un premier recensement des ouvrages photolittéraires pour les enfants établi par les bibliothécaires de l’Heure Joyeuse à Paris, avec les bornes temporelles de 1866 – date du premier ouvrage clairement identifié – à aujourd’hui, a permis de mettre en évidence l’existence d’une production abondante, et extrêmement diverse.

La Revue Internationale de Photolittérature se propose aujourd’hui de réaliser un parcours au cœur des diverses catégories de cette photolittérature pour les enfants telles que Laurence le Guen les a mises en évidence dans sa thèse soutenue en 2019 à l’université de Rennes 2. Nous porterons d’abord notre attention sur les ouvrages destinés à l’enseignement, imagiers et documentaires, dans lesquels la photographie se voit dotée de la mission de classement du monde et d’auxiliaire des apprentissages, depuis le First Picture Book d’Edward Steichen jusqu’aux imagiers actuels, en passant par les albums novateurs de Tana Hoban par exemple.

Nous entendons également explorer la production d’ouvrages patrimoniaux, contes et comptines, auxquels la photographie offre un nouveau visage, des Mother Goose 93 de Mary Ann Bartlett, jusqu’à la réécriture du Poucette d’Andersen par Timothée de Fombelle et Marie Liesse en passant par le nouveau Petit Chaperon rouge de Sarah Moon. Les « portraits de pays », ainsi désignés par David Martens, au rang desquels la collection « Enfants du Monde » publiée par Nathan des années 1950 à 1970, constitueront un autre objet d’étude. Nous consacrerons également un intérêt particulier à ces ouvrages appelés « novellisations », dans la suite des travaux de Jan Baetens, qui prolongent l’immersion spectatorielle, comme Crin Blanc ou le Ballon rouge d’Albert Lamorisse. Enfin, des études consacrées aux ouvrages accueillant les mises en scènes photographiées de figurines (poupées ou animaux), comme ceux d’Ylla ou la collection des « Histoires d’Amadou » de Suzi Pilet et Alexis Peiry, viendront compléter les précédentes analyses.

Ce parcours dans la production photolittérature jeunesse européenne et américaine de 1860 à nos jours ambitionne de redéfinir les contours de chaque catégorie ou d’identifier de nouvelles catégories, et de compléter le corpus déjà étudié afin de proposer une vue d’ensemble plus vaste de ce qu’est la photolittérature pour la jeunesse par la mise en lumière et l’analyse de collaborations photolittéraires pour enfants encore ignorées ou peu analysées, quels que soient les procédés photographiques associés aux textes des écrivains.

Vous êtes invités à soumettre par courriel au plus tard le 15 octobre une proposition de communication (300 mots) accompagnée d’une courte bio-bibliographie à l’adresse phlit.org@gmail.com et leguenlaurence@gmail.com.

 Livraison des textes : février 2022

Parution : automne 2022

 

Comité de rédaction : Laurence Le Guen et Gyöngyi Pal

Bibliographie

Photolittérature

Montier, Jean-Pierre ; Ortel, Philippe ; Méaux, Danièle ; Louvel, Liliane (éds.), Littérature et photographie, PUR, 2008.

Ortel, Philippe, La Littérature à l’ère de la photographie, Nîmes, Jacqueline Chambon, 2002.

Thélot, Jérôme, Les inventions littéraires de la photographie, Paris, PUF, 2003.

Edwards, Paul, Soleil Noir. Photographie & Littérature, PUR, 2008.

Edwards, Paul, Perle noire – le photobook littéraire, Rennes, PUR, 2016.

Le Guen, Laurence, Littératures pour la Jeunesse et Photographie, mise à jour et étude analytique d’un corpus éditorial européen et américain, des années 1860 à aujourd’hui, à paraître avec une préface de Michel Defourny, 150 ans de livres photolittérature pour les enfants, MeMo, 2022.

Montier Jean-Pierre (dir.), Louvel Liliane, Méaux Danièle, Ortel Philippe, Littérature et Photographie, Colloque de Cerisy, Rennes, PUR, 2008.

Montier Jean-Pierre (dir.), Transactions photolittéraire, Rennes, PUR, 2015.

Montier Jean-Pierre, A l’œil, Textes et images en littérature, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017.

Pal, Gyöngyi, Le dispositif photo-littéraire en France dans la seconde moitié du XXème siècle. Saarbrücken, Éditions Universitaires Européennes, 2010. [Thèse accessible en ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00481329/document]

Wattenberg Jane, « Picturebooks and photography », The Routledge Companion to Picturebooks, Routledge, 2018. 

 

Novellisations

Baetens, Jan, La novellisation = Novelization : du film au roman from film to novel. Symbolae Facultatis Litterarum Lovaniensis Series D Litteraria 17, Leuven, Leuven University Press, 2004.

Le Guen, Laurence « Vengeance et châtiment dans l’univers des livres pour enfants, l’exemple des contes visuels d’Albert Lamorisse », MuseMedusa, n°8,

http://musemedusa.com/dossier_8/le_guen/

Le Guen, Laurence, « Du poème filmique au livre illustré de photographies, les films d’Albert Lamorisse », collection « Texte-Image », Académia, Louvain-la-Neuve

 

Portraits de pays

Martens, David, « Portraits phototextuels de pays. Jalons pour l’identification d’un genre méconnu », Communication et Langages, 4 (202), 3-24, 2019.

Martens, David, Reverseau, Anne, Pays de papier les livres de voyage, préface de X. Canonne, musée de la photographie, Charleroi, 2019

Le Guen, Laurence, « Abolir les frontières en littérature jeunesse : la tentative des albums photographiques des années 50 à travers l’exemple d’Horoldamba le petit Mongol, Revue Strenae, http://journals.openedition.org/strenae/1670

Le Guen, Laurence « De l’album photographique pour adultes au docu-fiction pour la jeunesse, la reprise et la circulation des images dans les années 50 », Images d’un pays. Circulation iconographique et identités nationales / Image&Narrative juin 2021

Meunier, Christophe. (2019) Construire une géographie pour les enfants des années 1960-1970. La collection « Les Enfants du monde » de Dominique Darbois. Géocarrefour, 93

Lemarchant, Frédérique, « Dominique Darbois et la collection « Enfants du monde ». La photographie entre fiction et documentaire », Strenæ [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2015

 

Enseignement par les yeux

Lavie, Juliette, ALPHABET d’Emmanuel Sougez : une œuvre manifeste, https://www.revue-textimage.com/04_a_la_lettre/lavie1.html

Lefebvre, Sylvie, « Hors du nid de Ch. Ab der Halden, un réel transposé », Le roman scolaire entre littérature et pédagogie, Arras, Cahiers Robinson, n°29, 2011.

Lugon, Olivier « Nouvelle Objectivité, nouvelle pédagogie », Études photographiques, 19 Décembre 2006,

  http://journals.openedition.org/etudesphotographiques/1232

Priem, Karine, « Facts for babies: visual experiments at the intersection of Art, science and consumerism in education Sisyphus», Journal of Education, 2015, https://revistas.rcaap.pt/sisyphus/article/view/7716

Renonciat, Annie ; Simon-Oikawa, Marianne, La pédagogie par l’image en France et au Japon : [journée d’études organisée par le Centre d’étude de l’écriture et de l’image, Université Paris Diderot, à l’Institut national d’histoire de l’art, le 17 mars 2007], « Interférences », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

 

Littérature patrimoniale

Pintado, Christiane ; Tauveron, Catherine, Fortune des contes des Grimm en France : formes et enjeux des rééditions, reformulations, réécritures dans la littérature de jeunesse, « Mythographies et sociétés », Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2013.

Le Guen, Laurence, « Quand la photographie nous fait accéder au « petit théâtre de l’enfance », Alice in Wonderland par Suzy Lee », Revue de Photolittérature n°2

Leplatre, Olivier, « Pli des temps et refuge des images : travail du montage dans Le Petit Chaperon rouge re-conté par Sarah Moon », Polysèmes [En ligne], 18 | 2017

 

Figurines et animaux

Le Guen, Laurence, « Alexis Peiry et Suzy Pilet, les « Histoires d’Amadou » en partage », Revue internationale de photolittérature n°3

Le Guen, Laurence, « Sac à Tout de Séverine, récit-photo pour enfants en 1903 », revue Contemporary French Civilisation

https://online.liverpooluniversitypress.co.uk/loi/cfc

Oberhuber, Andrea, « Le Cœur de Pic de Lise Deharme et Claude Cahun : album pour enfants ou recueil poïétique surréaliste ? », http://lisaf.org/project/deharme-lise-coeur-de-pic-2/

Perrigault, Laurence, « Un livre de photographies destinés aux enfants, Le Petit Lion, de Jacques Prévert et Ylla », La Revue des livres pour enfants, 2006.

http://phlit.org/press/?p=2711

 

 

 

 

 

 

 

De l’album photographique pour adultes au docu-fiction pour la jeunesse. La reprise et la circulation des images dans les années 1950 en France

Dans Image & Narrative de ce mois-ci, je signe cet article dédié à la circulation des photographies de Dominique Darbois.

 http://www.imageandnarrative.be/index.php/imagenarrative/article/view/2719

Résumé : Après la Seconde Guerre mondiale, les années 1950 ouvrent une période de découverte et de compréhension de l’Autre. Les photographes-reporters se rendent dans des territoires encore mal connus du public et font paraître leurs clichés dans des magazines comme VURéalitésLife ou des livres abondamment illustrés de ces photographies. L’édition pour la jeunesse n’est pas en reste avec la multiplication des collections destinées à faire découvrir les enfants d’ailleurs.

Cet article s’intéresse aux différents régimes de l’image, images d’archives prises par des scientifiques, images documentaires ou d’illustrations lorsqu’elles sont insérées dans des ouvrages. Il s’agira de montrer comment leur valeur évolue en fonction de leur circulation. Mon étude prendra appui sur les clichés de la photographe Dominique Darbois et leur usage dans les livres qu’elle réalise avec l’ethnologue Francis Mazière, à la suite d’une expédition en Amazonie, en 1951, Indiens d’Amazonie (1953) et Parana le petit Indien (1953)Ces ouvrages seront replacés dans leur contexte de production, celui des années 1950.

Mots-clés : illustration photographique, ethnologie, livres pour enfants

Abstract: Following World War II, the 1950s was a period of discovery and an attempt to understand the Other. The photographers-reporters travelled to territories little known to the public and published their photos in magazines such as VU, Réalités, Life or in photobooks abundantly illustrated with these photographs. The world of publishing for youth also witnesses a growth in the number of photographic collections intended to introduce children to children from abroad. 

This article examines images from different publications such as archive images produced by scientists, documentary photos and illustrations used in these books. More specifically, it will examine the photographs taken by Dominique Darbois and their use in books produced with ethnologist Francis Mazière, following an expedition to the Amazon in 1951, Indiens d’Amazonie (1953) and Parana the Little Indian (1953). These works will be studied in the context of their production, that of the 1950s. 

Keywords: photographic illustration, ethnology, children’s books 

Yveline Loiseur ou le tissage de liens

Trans photographic Press, impr. 2017

Dernière rencontre avec les auteurs/autrices de la photolittérature jeunesse avant la coupure estivale. C’est  le conte photographique  La petite fille aux allumettes d’après Andersen qui nous a amenés à rencontrer la photographe Yveline Loiseur.  C’est en vérité tout un monde d’images qui se dévoile lorsque l’on tire sur le fil…

Chère Yveline, que répondez-vous à la question « profession ? »

Artiste.

On dirait bien que les enfants, les adolescents sont un de vos sujets de prédilection. Cherchez-vous à fixer des images de l’enfance dans la lignée de grandes femmes photographes ?

Je vais répondre à votre question en deux temps.

L’enfance occupe une place importante dans mon travail artistique depuis de nombreuses années. La série La vie courante a inauguré un long travail sur la fabrication du souvenir d’enfance entre 2002 à 2009, au travers de mises en scène effectuées dans un cercle familial élargi. Il a donné lieu à une publication en 2011 aux Éditions Trans Photographic Press, avec un texte de Michel Poivert (Le happening et la berceuse).

Plus généralement, je cherche à fabriquer des souvenirs d’enfance plutôt qu’à fixer des images de l’enfance. Quel geste, quelle situation, quelle configuration demeurent dans notre mémoire collective? Quelles manières de faire nous renvoient à l’enfance? L’enfance, c’est le temps des expériences, de l’expérience sensible et de l’expérimentation, si proche de celle de l’artiste. Les enfants imaginent de petits protocoles qu’ils mettent en œuvre aussitôt; par exemple, qu’est-ce que cela fait et qu’est-ce que cela me fait si je ferme les yeux en marchant dans le couloir? Quelles sensations me traversent si j’enduis mes mains de farine ou si j’agite une flaque d’eau avec un bâton? C’est retrouver un peu ce que dit la poétesse Andrée Chedid dans Regarder l’enfance: « Singulier et magique/ L’oeil de ton enfance/ Qui détient à sa source/ L’univers des regards ».

Le deuxième temps de votre question évoque la filiation avec des figures féminines majeures issues de l’histoire de la photographie. J’aime effectivement les photographies d’enfants de Julia Margaret Cameron, de Diane Arbus ou de Helen Levitt, mais aussi celles de Emmet Gowin, de Ralph Eugene Meatyard ou de Chris Killip…  

C’est surtout le cinéma qui a constitué mon premier musée imaginaire autour de l’enfance. J’ai été très impressionnée par certains films dont les héros étaient des enfants, comme L’enfance d’Ivan d’Andreï Tarkovski, L’enfance nue de Maurice Pialat ou encore Le passager d’Abbas Kiarostami, et je suis aujourd’hui une inconditionnelle du cinéma de Bruno Dumont et aussi celui de Céline Sciamma ! 

Trans photographic Press, impr. 2017

Vos modèles semblent plonger dans une forme de mélancolie, de gravité, loin des joies de l’enfance. Est-ce une volonté de représenter ainsi une enfance pleine d’inquiétude face à un avenir incertain ? Est-ce un souhait de ceux dont vous fixez les portraits ?

Je cite souvent cette phrase du cinéaste Johan Van der Keuken: « Le film n’est pas la vie mais il doit la toucher, c’est une seconde vie ». Cette seconde vie s’installe sur les rivages des songes et de la rêverie, à la lisière des ténèbres et de la lumière; mes portraits sont des mises en scène, inscrites dans des pratiques souvent collaboratives, mêlant théâtre de situation, improvisation, et dramaturgie de plateau. Ces mises en scène induisent de la distance, du jeu, de la composition, de la concentration, c’est davantage la mélancolie du souvenir qu’il faudrait souligner.

Comment passe-t-on des expositions aux livres pour enfants ? Voyez-vous le livre comme un prolongement des murs des salles d’exposition ?

Assez facilement de fait. J’aime la photographie pour son caractère protéiforme, c’est un médium vivant qui invite à des expérimentations joyeuses et variées: l’exposition, l’installation, le livre d’artiste, l’album jeunesse… Installée au cœur du réel, la photographie accoste sur les rives de l’imaginaire. Descriptive, elle est aussi fictionnelle, et dans mon travail, elle se regarde dans le miroir de la littérature. C’est une affaire de construction, de poésie et de fragilité.

Mon monde photographique est dessiné comme sur un plan réticulaire, c’est un ensemble mobile et flottant qui fonctionne en réseau, en résonance, dans une porosité des pratiques et des motifs; je tire des fils, certaines lignes s’intensifient et d’autres disparaissent pour revivre plus tard dans une nouvelle configuration.

Florence & Henri : la révélation d’une image, Lyon , Ed. 205, 2019

Le passage entre exposition et livre peut aussi avoir lieu dans l’autre sens. Pour la première fois cette année, j’ai déplié deux de mes livres pour enfants (Le Portrait d’Eugène et Florence et Henri) à Valence, sur des murs du hall du Lux – Scène Nationale, dans le cadre de mon exposition La Cueillaison d’un rêve.

Ces deux livres utilisent la prise de vue et la mise en scène, le découpage, le dessin d’enfant. Ils racontent la réalisation d’un portrait photographique et la révélation d’une image dans le laboratoire; ces deux temps de la fabrication d’une image installée sur les murs étaient en parfaite résonance avec l’esprit du lieu, dont la programmation mêle danse contemporaine, théâtre, cinéma et arts visuels, et montre, dans des spectacles, la production de formes chorégraphiques ou d’ateliers  avec des enfants, des images en train de se faire.

Par ailleurs, les photographies déployées sur les murs étaient d’un grand format (90 cm de haut), de différentes natures (tirages argentiques et dos bleu) et agencés sans texte: sur le mur, le geste photographique se trouvait réactivé; la dimension littéraire s’effaçait, la photographie se détachait de la narration présente dans le livre. 

Florence & Henri : la révélation d’une image, Lyon , Ed. 205, 2019

Dans quelle catégorie rangeriez-vous ces ouvrages d’ailleurs? Conte revisité, manuel d’apprentissage de la photographie, livres d’artistes pour enfants ? Et Florence et Henri ?

Votre question est déjà une réponse, c’est effectivement un peu tout cela!

Conte revisité pour La petite fille aux allumettes, initiation poétique à la fabrication d’un portrait photographique pour Le portrait d’Eugène, doublé d’une postface de Gaëlle Morel qui présente d’un point de vue historique la rencontre d’Eugène Atget et Berenice Abbott.

Florence et Henri est un peu particulier. Publié en 2019 aux Éditions 205, il est constitué d’une chemise qui contient un livret avec une histoire, des planches d’expérimentations, et du petit matériel (miroir, filtres de couleur et outil de recadrage). C’est à la fois un livre d’artiste pour les enfants mais aussi un livre objet qui permet de jouer avec les images. Comme dans les autres livres, ce dernier opus a pour héroïne une femme; comme dans Le portrait d’Eugène, l’héroïne de l’histoire renvoie à une figure historique féminine de la photographie, ici Florence Henri, photographe fortement influencée par ses études au Bauhaus avec Josef Albers et Laszlo Moholy-Nagy.

Le choix des éditeurs détermine aussi la forme et l’esprit des livres; Trans Photographic Press (Dominique Gaessler et Vinca Dupuys Basak) ou Les Éditions 205 (Damien Gautier et Florence Roller) inscrivent leur propos éditorial dans le champ de l’art contemporain ou la photographie contemporaine, ils connaissent bien son histoire et ses enjeux, pensent que la photographie propose une manière particulière de montrer le monde et sont soucieux de la qualité d’impression des images.

La petite fille aux allumettes, Paris : Trans photographic Press, impr. 2013.

Des références aux photographes du passé sont très présentes dans votre œuvre : Atget, Abbott, Julia Margaret Cameron. Pourquoi ceux-là et non d’autres ? Est-ce une volonté aussi de faire découvrir l’Art photographique aux plus jeunes ?

On est en bonne compagnie quand on fréquente les cercles photographiques du passé! L’histoire de la photographie est peuplée d’aventurières et d’aventuriers, il suffit de songer à la vie rocambolesque de Gustave Le Gray, celle de Claude Cahun ou de Germaine Krull!

Pour mon second livre, Le portrait d’Eugène, j’ai choisi Eugène Atget et Berenice Abbott parce que c’est une belle histoire de rencontre et de filiation, celle d’une jeune femme photographe désireuse de portraiturer le vieux maitre qui fascine Man Ray et les surréalistes. Pourtant Eugene Atget ne verra jamais les deux portraits qu’elle a réalisés, il décède peu de temps après la prise de vue. Ces deux portraits sont presque les seuls qu’on connait de lui. Berenice Abbott n’aura de cesse de rendre hommage à Atget et de faire connaître aux États-Unis l’œuvre de ce vieil homme qui reste aujourd’hui encore une figure essentielle dans l’histoire de la photographie. Pour Florence et Henri, c’est la dimension plastique de l’oeuvre de Florence Henri qui m’a intéressée, son usage des miroirs et sa manière de composer les images.

Il y a aussi évidemment le souhait de proposer aux enfants des outils de réflexion sur le monde dans lequel ils vivent, qui est un monde d’images!

La petite fille aux allumettes, Paris : Trans photographic Press, impr. 2013.

Pourquoi avoir choisi de réaliser un conte photographique ? Pourquoi avoir choisi de réaliser La petite fille aux allumettes et non un autre conte ? Qu’avez-vous gardé du texte d’Andersen ?

Je souhaitais faire un livre sur la précarité, j’avais été particulièrement touchée par le livre pour enfants Petit Gris d’Elzbieta, qui commence par cette phrase « Quand il était petit, Petit Gris attrapa la pauvreté. Toute la famille l’eut en même temps ». J’ai cherché un texte sur la pauvreté, et pour un premier livre, il m’a semblé plus facile de construire des images à partir d’un texte déjà écrit. Celui de Hans Christian Andersen s’est alors imposé. J’ai gardé la traduction de David Soldi de 1876 en expurgeant le texte des références religieuses. Mais surtout, j’ai repris la construction narrative du texte d’Andersen qui fonctionne dans une alternance de scènes complémentaires: il y a d’une part la présence fantomatique de la petite fille qui erre dans les rues, et d’autre part les apparitions d’images du bonheur que lui procure la flamme des allumettes, la chaleur du feu, le sapin de Noël. C’est l’alliage de ces deux climats différents, la monochromie des ombres et la flamboyance des apparitions, qui a décidé de l’architecture du livre. Le conte d’Andersen rejoue ce qui est à l’oeuvre dans la photographie, la figure du double: la présence et l’absence, l’ombre et la lumière, l’apparition et la disparition, le négatif et le positif…

Quel nom pour ce travail ? re-contage ? réécriture ? refaçonnage ? nouvelles illustrations dans une suite d’illustrations préexistantes ?

Adaptation, pour reprendre un terme technique utilisé dans le vocabulaire cinématographique, adaptation photographique d’un conte. L’éditeur a noté sur la page de titre « d’après » et c’est un terme qui me parait intéressant aussi, car il met en jeu l’emprunt et la temporalité. J’avais à l’esprit évidemment le court métrage de Sarah Moon, Circuss, qui installe la petite fille aux allumettes dans un cirque, ou l’opéra poétique et politique de Helmut Lachenmann; j’ai vu il y a quelques années le Cendrillon de Maguy Marin, elle adapte à la fois le conte de Perrault mais aussi la partition de Prokofiev!

L’adaptation en général est intéressante parce qu’elle convoque la mémoire des récits et des images.

La petite fille aux allumettes, Paris : Trans photographic Press, impr. 2013.

Pourriez-vous illustrer les mots des autres ?

Je serais heureuse d’une collaboration avec un.e auteur.e ou un.e poète.ss.e contemporain.e. A ce titre j’aime beaucoup le livre réédité par Les éditions MeMo: Le cœur de pic, paru en 1937 chez José Corti, qui est composé des poèmes pour enfants de Lise Deharme, poétesse surréaliste, et des photographies de Claude Cahun.

Quelle lectrice étiez-vous enfant ?

Une grande lectrice. La lecture du soir a été un rituel important et attendu dans mon enfance. Je sais gré à ma mère de s’être pliée avec beaucoup de grâce à la lecture à voix haute d’une histoire et de m’avoir donné le goût des livres. Je me souviens très bien du premier texte que j’ai réussi à lire seule, c’était un petit livre que j’avais découpé dans une revue pour enfants et cousu avec du fil. J’aimais beaucoup fabriquer moi-même ces livres et ensuite les lire! Leur format de petite taille, à peine plus grand qu’une main d’enfant, était un émerveillement. J’aime toujours d’ailleurs cette idée du livre à faire, qui n’est pas encore apparu mais qui prend vie sous nos yeux par le geste de la main, le ciseau qui découpe et le fil qui relie.

Une de mes activités favorites lorsque j’étais enfant (et c’est toujours le cas!) était d’emprunter discrètement dans la bibliothèque de mon père pour la feuilleter une grande encyclopédie d’histoire de la peinture, dont chaque volume retraçait un mouvement artistique. Le livre était déjà pour moi un livre d’images. C’est là que j’ai appris à laisser errer mon regard, à suivre la ligne qui trace le corps des personnages et la forme des objets, à reconstruire la trajectoire de la lumière pour me cacher dans les ombres et habiter les images.

Merci chère Yveline ! https://www.yvelineloiseur.com/

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

JE “Contes et comptines en habits neufs, la littérature jeunesse patrimoniale à l’ère de la photographie”

RDV le 11 mars 2022 à Rennes 2.

Journée d’étude 11 mars 2022, université de Rennes 2

Contes et comptines en habits neufs : la littérature jeunesse patrimoniale à l’ère de la photographie.

En1869, Jules Alexandre Marinier réalise 6 vues stéréoscopiques du Petit Chaperon rouge. En 1893, Mary Ann Bartlett photographie ses enfants pour illustrer son recueil de comptines et fabulettes anglo-saxonnes Mother Goose 93, offrant ainsi un nouveau visage à Georgie Porgie et Little Miss Muffet. Dans les années 1930, à Sydney, la Cinesound Productions Ltd. propose une nouvelle version du conte Boucle d’or et les trois ours, avec des photographies de trois koalas. Dans les années 1980, Sarah Moon plonge son Chaperon rouge dans les rues sombres d’une ville moderne, William Wegman habille ses chiens pour figurer Cendrillon et ses demi-sœurs et en 1998 les éditions Passage Piétons donne à la comptine Promenons nous dans les bois un décor très urbain.

Depuis l’invention du médium, les photographes ont investi le patrimoine commun de la littérature et de la culture enfantines pour proposer leurs propres « illustrations », « re-créations », « interprétations », « relectures » des rhymes, formulettes et contes hérités de la tradition orale.

Cette journée d’étude ambitionne ainsi de rassembler des études portant sur ces ouvrages européens et américains inscrits dans un réseau de créations autour d’œuvres patrimoniales. Nous nous demanderons comment elles deviennent des œuvres à part entière et comment elles font lien avec celles qui les ont précédées. Nous questionnerons les stratégies éditoriales privilégiées au moment de ces réactualisations de l’héritage littéraire et culturel, ainsi que le choix de corpus réédité. Nous examinerons comment l’usage de la photographie reconfigurent le récit et les personnages. Enfin, nous tenterons d’évaluer comment l’illusion de réalité que la photographie porte en elle influe sur la réception de ces créations.

 

Comité scientifique :

Laurence Le Guen : laurence.leguen@univ-rennes2.fr                                                 

Christine Rivalan Guégo : christine.rivalan-guego@univ-rennes2.fr

Catherine Sablonnière : catherine.sablonniere@univ-rennes2.fr

Table ronde photolittérature jeunesse à Toulouse, le 21 juin

LA PHOTOGRAPHIE POUR LA JEUNESSE, PLUS QUE DES CLICHÉS
TABLE RONDE AVEC :

CLAIRE DÉ, FRANÇOIS DELEBECQUE ET BRIGITTE MOREL

Éclairages et échanges modérés par Laurence Le Guen

 

Comment la photographie permet-elle d’alimenter l’imaginaire et de développer le regard des plus jeunes ?

Pour y répondre Claire Dé et François Delebecque présenteront tout d’abord leur point de vue et une analyse de la place que leur travail prend dans la création d’images pour la jeunesse. Ils prolongeront la discussion sur le choix du support et les méthodes qui aiguillent et mettent en lumière leurs travaux.

Avec 10 ans d’existence et d’expérimentations sur l’espace du livre qui donne à voir, nous inviterons l’éditrice Brigitte Morel à prendre la parole pour une mise en perspective de son travail d’édition avec ces deux auteurs.

Cette table ronde est également là pour prendre part au débat et à la réflexion sur les images qui sortent d’un quotidien consensuel.

La table ronde est à suivre sur https://www.youtube.com/watch?v=loGuvcmFLPI

Facebook live sur @occitanie.Livre.et.lecture

 

Le monde de Charles R. Smith Jr.

Miniphlit poursuit sa rencontre avec les créateurs nord-américains.  Charles R. Smith Jr. , l’homme orchestre, a accepté de répondre à nos questions.  Nouvelle interview croisée. 

Miniphlit continues its meeting with North American designers.  Charles R. Smith Jr. the one-man band, agreed to answer our questions.  

Dear Charles Smith, what is your professional background and How long have you been interested in photography?

I have a BA in Photography Illustration from Brooks Institute of Photography in California. I first picked up a camera at the age of 16 and have been hooked ever since.

Who are the photographers who influence you?

So many in so many different ways. August Sander for his simple yet powerful portrait work. Robert Doisneau and Henri Cartier-Bresson for being able to capture a moment. Walter Iooss for his stylish sports work. Roy DeCarava for showing the everyday Black experience. Frantisek Drtikol for his use of shape and light. Gregory Heisler for his use of crafted lighting in portraits.

Cher Charles Smith, quel est votre parcours professionnel et depuis combien de temps vous intéressez-vous à la photographie ?

Je suis titulaire d’une licence en illustration photographique du Brooks Institute of Photography en Californie. J’ai pris un appareil photo pour la première fois à l’âge de 16 ans et j’ai été accroché depuis.

Quels sont les photographes qui vous influencent ?

Il y en a tellement et de tellement de façons différentes. August Sander pour son travail de portrait simple mais puissant. Robert Doisneau et Henri Cartier-Bresson pour leur capacité à capturer un moment. Walter Looss pour son travail sportif élégant. Roy DeCarava pour avoir montré l’expérience quotidienne des Noirs. Frantisek Drtikol pour son utilisation des formes et de la lumière. Gregory Heisler pour son utilisation de la lumière artisanale dans les portraits.

How many children’s books have you published? What is your most recent book and who are your readers?

Over 33. I am a poet and writer as well and my next book is a collection of poems on NBA basketball players called Hoop Kings 2 followed shortly after by a biography on Jimi Hendrix called Song for Jimi.   I have books for babies all the way up to adults but my sweet spot is boys age 8 to about 15.

What are the subjects of your books?

My writing work covers a variety of subjects but for my photography, I focus on sports and showing diversity through cultural connections like food, fashion, music and religion.

Combien de livres pour enfants avez-vous publiés. Quel est votre livre le plus récent et qui sont vos lecteurs ?

Plus de 33. Je suis également poète et écrivain et mon prochain livre est un recueil de poèmes sur les joueurs de basket-ball de la NBA intitulé Hoop Kings 2, suivi de peu par une biographie de Jimi Hendrix intitulée Song for Jimi.   J’ai des livres pour les bébés et les adultes, mais je préfère créer des livres pour les garçons de 8 à 15 ans.

Quels sont les sujets de vos livres ?

Mes travaux d’écriture couvrent une grande variété de sujets, mais pour mes photographies, je me concentre sur le sport et la présentation de la diversité à travers des liens culturels comme la nourriture, la mode, la musique et la religion.

What place does photography have in your books?

Photography has served multiple purposes in my work. My very first book, Rimshots, was a collection of poems on basketball illustrated with sepia-toned black and white photography. This allowed for a modern connection to the game since it was real action and not an artist rendering. Since Rimshots was black and white photos with poems, I decided to have my next book be over the top color with stories. It was called Tall Tales and I used infrared film to help the “tall tales” live up to their grandiose name.

Other books have used photography to show point of view, such as Loki & Alex, about a boy and his dog. When the boy, Alex, speaks, his point of view is in color on one side of the spread. When Loki, the dog, speaks, his point of view is on the other side in black and white since dog’s see the world in what’s closer to black and white.

I have two “I Am” books that focus on cultural differences and how our differences make us who we are. I Am America shows what our country has given to the world in terms of style and music, but also shows the variety of races and religions that exist here as well. I Am The World focuses on what the world has given to our country to make it unique, like food, music, clothing and a variety of languages. In my book, My People, I used sepia toned portraits to showcase the black people, young and old, that Langston Hughes wrote so fondly of. That’s the long answer.

The short answer is that photography serves the purpose I want it to serve. Sometimes it’s the catalyst that generates poems and stories. Sometimes it’s the reference, giving a visual to a written line or sentence. But each image is always done with the style and craft of a photographer using light, shadow, movement and representation of reality to capture the reader’s eye and attention.

Quelle place la photographie occupe-t-elle dans vos livres ?

La photographie a servi à de multiples usages dans mon travail. Mon tout premier livre, Rimshots, était un recueil de poèmes sur le basket-ball illustré par des photographies en noir et blanc aux tons sépia. Cela permettait d’établir un lien moderne avec le jeu, puisqu’il s’agissait d’une action réelle et non d’un rendu d’artiste. Comme Rimshots était constitué de photos en noir et blanc accompagnées de poèmes, j’ai décidé que mon livre suivant serait en couleur avec des histoires. Il s’appelait Tall Tales et j’ai utilisé un film infrarouge pour que les “grands récits” soient à la hauteur de leur nom grandiose.

D’autres livres ont utilisé la photographie pour montrer le point de vue, comme Loki & Alex, sur un garçon et son chien. Lorsque le garçon, Alex, parle, son point de vue est en couleur sur un côté de la page. Quand Loki, le chien, parle, son point de vue est en noir et blanc de l’autre côté, car les chiens voient le monde en noir et blanc.

Ma collection de livres “I Am”  traite des différences culturelles et de la façon dont ces différences font de nous ce que nous sommes. I Am America montre ce que notre pays a donné au monde en termes de style et de musique, mais aussi la variété des races et des religions qui existent ici. I Am The World se concentre sur ce que le monde a donné à notre pays pour le rendre unique, comme la nourriture, la musique, les vêtements et une variété de langues. Dans mon livre My People, j’ai utilisé des portraits aux tons sépia pour présenter les Noirs, jeunes et vieux, dont Langston Hughes a tant parlé. C’est la réponse longue.

La réponse courte est que la photographie sert le but que je veux qu’elle serve. Parfois, elle est le catalyseur qui génère des poèmes et des histoires. Parfois, elle est la référence, donnant un aspect visuel à une ligne ou une phrase écrite. Mais chaque image est toujours réalisée avec le style et le savoir-faire d’un photographe qui utilise la lumière, l’ombre, le mouvement et la représentation de la réalité pour capter l’œil et l’attention du lecteur.

Did you find it difficult to get your books with photographs accepted? Do you produce them alone?

No, because I wasn’t trying to do a book. I was hoping to do a book cover when the art director saw my collection of basketball images and thought they would be a great book. Talk about preparation meeting opportunity!

For the most part, yes. When I need people as subjects, I simply ask friends and colleagues for recommendations since I use real people not models.

Are they translated in other countries?

Some of my written work has been, like my biography on Muhammad Ali, Twelve Rounds to Glory and my book on Black History month, 28 Days, was translated into Japanese. It was very cool to see my words as Japanese characters, title and all.

Avez-vous eu des difficultés à faire accepter vos livres avec photos ? Les produisez-vous seul ?

Non, car je n’essayais pas de faire un livre. J’espérais faire une couverture de livre lorsque le directeur artistique a vu ma collection d’images de basket-ball et a pensé qu’elles feraient un excellent livre. C’est comme si la préparation rencontrait l’opportunité !

Dans la plupart des cas, oui. Lorsque j’ai besoin de trouver des vraies personnes pour incarner mes personnages, je demande simplement à des amis et à des collègues de m’aider, car j’utilise de vraies personnes et non des modèles.

Sont-ils traduits dans d’autres pays ?

Certains de mes écrits l’ont été, comme ma biographie sur Muhammad Ali, Twelve Rounds to Glory, et mon livre sur le mois de l’histoire des Noirs, 28 Days, qui a été traduit en japonais. C’était très cool de voir mes mots en caractères japonais, le titre et tout le reste.

Could you tell us about prizes you won?

 I have won the Coretta Scott King (CSK) Author Honor Award (runner up) in 2008 for writing Twelve Rounds to Glory, the aforementioned bio on Muhammad Ali. In 2010, I won the CSK Illustrator Award (1st place!) for My People, the aforementioned poem by Langston Hughes. I’m particularly proud of that one because I was the first American photographer and only the second photographer ever to win the award and the first to do it with portraits. I’m super proud to be one of just three people to win that award for writing AND illustration, in my case, with photography.

Which reader were you as a child ?

Voracious. I spent a lot of time inside due to where we lived so I read books all the time. Especially comic books. I think that’s where my visual sense began to develop. I loved reading mysteries and adventure stories and also learning about subjects through non-fiction.

Pouvez-vous nous parler des prix que vous avez gagnés ?

 J’ai remporté le Coretta Scott King (CSK) Author Honor Award (second prix) en 2008 pour avoir écrit Twelve Rounds to Glory, la biographie de Muhammad Ali mentionnée plus haut. En 2010, j’ai remporté le CSK Illustrator Award (première place !) pour My People, le poème de Langston Hughes mentionné plus haut. J’en suis particulièrement fier parce que j’ai été le premier photographe américain et seulement le deuxième photographe à remporter ce prix, et le premier à le faire avec des portraits. Je suis très fière d’être l’une des trois seules personnes à avoir remporté ce prix pour l’écriture ET l’illustration, dans mon cas, avec la photographie.

Quel lecteur étiez-vous dans votre enfance ?

Vorace. Je passais beaucoup de temps à l’intérieur en raison de l’endroit où nous vivions, alors je lisais des livres tout le temps. Surtout des bandes dessinées. Je pense que c’est là que mon sens visuel a commencé à se développer. J’aimais lire des mystères et des histoires d’aventure, mais aussi me renseigner sur des sujets par le biais des documentaires.

 

To see more : http://www.charlesrsmithjr.com and http://youtube.com/charlesrsmithjr

Many thanks dear Charles ! 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Conversation with Susan Kuklin

Miniphlit poursuit sa découverte de ceux qui font la photolittérature contemporaine de l’autre côté de l’Atlantique. Aujourd’hui, nous recevons l’artiste Susan Kuklin.

Who are you, Susan Kuklin?

By way of introduction, I am a photographer and writer of books for children and young adults. My books address social issues and culture, including:  juvenile justice (No Choirboy: Murder, Violence and Teenagers on Death Row), transgender teenagers (Beyond Magenta: Transgender Teens Speak Out), and immigration (We Are Here to Stay: Undocumented Teens Speak Out and In Search of Safety: Voices of Refugees). I’ve also written and photographed a number of books about dance, including Dance, coauthored with choreographer Bill T Jones and Reaching for Dreams: A Ballet from Rehearsal to Opening Night with the Alvin Ailey Dance Theater. My photographs have appeared in documentary films as well as Time magazine, Newsweek, the New York Times, and are part of the permanent collection at the Museum of the City of New York.

Qui êtes-vous, Susan Kuklin ?

Tout d’abord, je suis photographe et auteur de livres pour enfants et jeunes adultes. Mes livres traitent de questions sociales et culturelles, notamment de la justice juvénile (No Choirboy : Murder, Violence and Teenagers on Death Row), des adolescents transgenres (Beyond Magenta : Transgender Teens Speak Out) et de l’immigration (We Are Here to Stay : Undocumented Teens Speak Out et In Search of Safety : Voices of Refugees). J’ai également écrit et photographié un certain nombre de livres sur la danse, dont Dance, coécrit avec le chorégraphe Bill T Jones et Reaching for Dreams : A Ballet from Rehearsal to Opening Night with the Alvin Ailey Dance Theater. Mes photographies sont apparues dans des films documentaires ainsi que dans Time magazine, Newsweek, le New York Times, et font partie de la collection permanente du Museum of the City of New York.

copyright Susan Kuklin

Who are your favorite photographers?

My favorite photographers are Walker Evans, Dorothea Lange, Henri Cartier-Bresson and Hiroshi Sugimoto. Evans and Lange because they reveal a sense of humanity in a single image. Cartier-Bresson for his ability to capture a decisive moment. And Sugimoto for his appreciation of time, space, reality, and imagination.

How old are your readers?

My readers range from approximately six years old to a hundred years young. No Joke. It is my hope that my books and photography appeal to people of all ages.

Quels sont vos photographes préférés ?

Mes photographes préférés sont Walker Evans, Dorothea Lange, Henri Cartier-Bresson et Hiroshi Sugimoto. Evans et Lange parce qu’ils dévoilent un sentiment d’humanité dans une seule image. Cartier-Bresson pour sa capacité à saisir un moment décisif. Et Sugimoto pour son appréciation du temps, de l’espace, de la réalité et de l’imagination.

Quel est l’âge de vos lecteurs ?

Mes lecteurs ont entre six et cent ans environ. Sans blague, j’espère que mes livres et mes photos plairont à des personnes de tous les  âges.

Do you create books alone or do you share the authorship with a writer?

 With a few exceptions, I write most of the books I photograph. My process is intimate, personal, and written from the point of view of the people who contribute. The books develop somewhat unpredictably from the relationship I form with my participants. I first choose a subject and then search for relevant people who are willing to reveal their circumstances in a series of recorded interviews and photo shoots. From that material I create a narrative and layout about the person’s experience dealing with a specific, contemporary situation. A great deal of trust is involved. I trust them to be candid and honest, and they trust me to produce their story authentically.

Créez-vous des livres seul ou partagez-vous l’auctorialité avec un écrivain ?

À quelques exceptions près, j’écris la plupart des livres dont je réalise les photographies. Mon processus est intime, personnel et écrit du point de vue des personnes qui y contribuent. Les livres se développent de manière quelque peu imprévisible à partir de la relation que je noue les personnes qui y participent. Je choisis d’abord un sujet, puis je recherche des personnes concernées qui acceptent de se confier sur leur situation au cours d’ une série d’entretiens enregistrés et de séances de photos. À partir de ce matériel, je crée un récit et réalise une mise en page. Une grande confiance doit s’installer. Je leur fais confiance pour être francs et honnêtes, et ils me font confiance pour produire leur histoire de manière authentique.

copyright Susan Kuklin

When did you start creating books for children? How many children’s books have you published?

In the mid-seventies I started working as a B&W free-lance street photographer. Some years later, my most notable work was photographing George Balanchine and the New York City Ballet. I was also invited to be the photographer of an innovative science project at Columbia University called Project Nim. Professor Herbert Terrace was trying to determine if a chimpanzee could learn human language. While working on the project, we decided that Nim’s adventures would make a wonderful children’s book. Fortunately, a publisher agreed. The Story of Nim, a Chimpanzee Who Learned Language, was very well received, and that began my career in children’s literature. [This book was also published in France: L’histoire di NIM le chimpanzee qui parle.] Since then I have published more than thirty books for children and young adults.

Quand avez-vous commencé à créer des livres pour enfants ? Combien de livres pour enfants avez-vous publiés ?

Au milieu des années soixante-dix, j’ai commencé à travailler comme photographe de rue indépendant en noir et blanc. Quelques années plus tard, mon travail le plus important a été de photographier George Balanchine et le New York City Ballet. J’ai également été invité à être le photographe d’un projet scientifique innovant à l’université de Columbia, le Project Nim. Le professeur Herbert Terrace essayait de déterminer si un chimpanzé pouvait apprendre le langage humain. En travaillant sur ce projet, nous avons décidé que les aventures de Nim feraient un merveilleux livre pour enfants. Heureusement, un éditeur a accepté. The Story of Nim, a Chimpanzee Who Learned Language (L’histoire de Nim, un chimpanzé qui a appris le langage) a été très bien accueilli, et c’est ainsi qu’a débuté ma carrière dans la littérature pour enfants. Ce livre a également été publié en France : L’histoire de NIM le chimpanzé qui parle. Depuis lors, j’ai publié plus de trente livres pour enfants et jeunes adultes.

What are the subjects of your books? Are your books message books? Does photography help convey messages to readers?

Some people might think of my books as message books because they center on ethical, provocative, and sometimes controversial subjects. But I do not think of them that way. I think of my books as the start of a conversation. I think of my books as a way to get to know another person under circumstances the reader might not otherwise encounter. I try to give my readers as much information as possible – without sounding too preachy, I hope – and then let them come to their own conclusions. Photography helps reinforce the written word because the reader is able to see another aspect of the person they are getting to know on the pages.

Quels sont les sujets de vos livres ? Vos livres sont-ils des livres à message ? La photographie contribue-t-elle à transmettre des messages aux lecteurs ?

Certaines personnes pourraient considérer mes livres comme des livres à message, car ils portent sur des sujets éthiques, provocateurs et parfois controversés. Mais je ne les vois pas de cette façon. Je vois mes livres comme le début d’une conversation. Je vois mes livres comme un moyen d’apprendre à connaître une autre personne dans des circonstances que le lecteur n’aurait peut-être pas rencontrées autrement. J’essaie de donner à mes lecteurs le plus d’informations possible – sans paraître trop moralisatrice, j’espère – et je les laisse ensuite tirer leurs propres conclusions. La photographie contribue à renforcer le texte écrit, car le lecteur peut voir un autre aspect de la personne qu’il apprend à connaître au fil des pages.

How do you prepare your books? Do you write the text first? Do you photograph your characters first?

Before I even pick up my camera, I do a great deal of research. There’s much reading, studying, attending conferences, meeting professionals at various organizations. For example, for my book about juvenile justice, No Choirboy, I attended a class at New York University Law School, led by Bryan Stevenson, the leading expert in capital punishment and juvenile justice. Professor Stevenson was instrumental in introducing me to the young inmates featured in my book. I love the research part of my work. I get to learn something new, and I get to meet so many interesting people. I never know what comes first – words or images. It happens spontaneously. And, in my view, when it happens, it’s magical.

Comment préparez-vous vos livres ? Écrivez-vous d’abord le texte ? Photographiez-vous d’abord vos personnages ?

Avant même de prendre mon appareil photo, je fais beaucoup de recherches. Il y a beaucoup de lecture, d’étude, de participation à des conférences, de rencontres avec des professionnels dans diverses organisations. Par exemple, pour mon livre sur la justice des mineurs, No Choirboy, j’ai assisté à un cours à la faculté de droit de l’université de New York, dirigé par Bryan Stevenson, le plus grand spécialiste de la peine capitale et de la justice des mineurs. Le professeur Stevenson m’a permis de rencontrer les jeunes détenus dont il est question dans mon livre. J’aime la partie recherche de mon travail. J’apprends quelque chose de nouveau et je rencontre des gens très intéressants. Je ne sais jamais ce qui vient en premier – les mots ou les images. Cela arrive spontanément. Et, à mon avis, quand cela arrive, c’est magique.

copyright Susan Kuklin

Your books are non-fiction books. Could you create fictional books with photography ? 

Early in my career I illustrated a few fictional books using models and (sometimes) infrared film. A few years ago, I illustrated a poetry book called Beautiful Ballerina by Marilyn Nelson. That was so much fun. I would like to do more.

Do you prefer black and white or color photography?

Black and white photography will always be my great love. But I’ve come to respect color photography. Two of my recent books, Beyond Magenta and Here to Stay, are full-color books, but each one has a black and white section. I think that the two mediums work well together.

Vos livres sont des ouvrages de non-fiction. Pourriez-vous créer des livres de fiction avec la photographie ?

Au début de ma carrière, j’ai illustré quelques livres de fiction en utilisant des maquettes et (parfois) des films infrarouges. Il y a quelques années, j’ai illustré un livre de poésie intitulé Beautiful Ballerina de Marilyn Nelson. C’était très amusant. J’aimerais en faire plus.

Préférez-vous la photographie en noir et blanc ou en couleur ?

La photographie en noir et blanc sera toujours mon grand amour. Mais j’ai appris à respecter la photographie en couleur. Deux de mes livres récents, Beyond Magenta et Here to Stay, sont des livres en couleur, mais chacun d’eux comporte une section en noir et blanc. Je pense que les deux médiums fonctionnent bien ensemble.

Which reader were you as a child?

I was a voracious reader. I particularly loved books that had strong female characters. The Nancy Drew series was my favorite. I also liked the visual power found in Wonder Woman comic books. Whenever I was sick and unable to go to school, my grandmother would visit and read Russian fables to me in English. Sometimes I pretended to be sick so that I could snuggle up in bed and listen to her read. But that’s a secret so please don’t tell anyone beyond your readers.

In you want to know more about my work, please visit

www.susankuklin.com

Quel lecteur étiez-vous dans votre enfance ?

J’étais une lectrice vorace. J’aimais particulièrement les livres qui avaient des personnages féminins forts. La série Nancy Drew était ma préférée. J’aimais aussi la puissance visuelle que l’on trouve dans les bandes dessinées de Wonder Woman. Lorsque j’étais malade et que je ne pouvais pas aller à l’école, ma grand-mère venait me voir et me lisait des fables russes en anglais. Parfois, je faisais semblant d’être malade pour pouvoir me blottir dans mon lit et l’écouter lire. Mais c’est un secret, alors ne le dites à personne en dehors de vos lecteurs.

Si vous voulez en savoir plus sur mon travail, rendez-vous sur http://www.susankuklin.net/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

Exposition virtuelle “Clic Clac la photographie dans la littérature jeunesse”

“L’exposition « Clic Clac la photographie dans la littérature pour la jeunesse » est installée dans la médiathèque Jose Cabanis de Toulouse depuis le 16 mars 2021 et sera visible jusqu’au 19 septembre. Elle propose au visiteur de découvrir l’histoire et la diversité des productions francophones pour la jeunesse illustrées de photographies. Elle se double désormais d’une exposition en ligne Clic Clac – La photographie dans la littérature jeunesse (toulouse.fr) élaborée par Rosalis, l’équipe de la bibliothèque numérique patrimoniale de Toulouse.

Cette exposition numérique ne se veut pas le doublon de celle qui la précède dans la mesure où les treize vitrines thématiques de la médiathèque jeunesse sont condensées désormais en cinq chapitres et que des rubriques nouvelles viennent compléter des informations peut-être trop vite entraperçues lors d’une déambulation peut-être guidée par celle d’un jeune enfant. Sous le titre « Des imaginaires photographiques », on balaye d’abord très rapidement l’histoire de la photographie dans le livre pour enfants, en commençant par un Point de vue de Niepce (1927), jusqu’à l’imagier de Claire Dé, Imagine (2015), en prenant le temps de rappeler les réticences du public et de la critique à l’égard de ce que les concepteurs de l’exposition appellent « la photolittérature », faisant leur cette appellation, issue des recherches universitaires menée par exemple à l’université de Rennes 2.”

La suite de mon compte-rendu est à lire sur le site des Littératures Modes

d’emploi https://www.litteraturesmodesdemploi.org/carnets/

Symposium: Photography in Children’s Literature

Hippolyte Bayard, 1842 (public domain)

Thursday 20 May 2021 10.00 –Friday 21 May 2021 13.00

Online

A symposium on Photography in Children’s Literature will be held online at the Department of Culture and Aesthetics on 20-21 May 2021. The symposium should have been held 19–20 March 2020 but was postponed due to participating guests’ travel restrictions.

 

Photographs have been used to illustrate a great variety of genres within children’s literature. While many photographic illustrations from the beginning of the 20th century use staged scenes, or were part of the avantgarde experimentations within the media, documentary ambitions became increasingly common during the 1930s and 1940s and the photographic picturebook becomes a modern, educational and ideological medium. Many photographers and authors have created photobooks for children by combining photography with other artistic techniques, such as collage, photomontage and photograms. Inspired by ideas of a vanguard aesthetics, modernist artists often regarded photography as an aesthetic means to differentiate from the past in terms of form, style, and language. Similar kind of ideas can be traced in radical publishing for children during the 1960s and 1970s. As a result, within children’s literature, the choice of photography as a medium often expressed high aesthetic demands, but also ideological objectives. Thus, research concerning photography within children’s literature is also closely connected to ideas and changes in the conceptions of childhood, which impact on the depiction of children in relation to cultural transformation and social change. 

The symposium at Stockholm University will introduce leading scholars from seven countries and offers a meeting point for exchange of knowledge and research results within children’s literature, illustration history and photography. The symposium is admission free and open for all.

For registration and zoom-link, please contact: elina.druker@littvet.su.se.

 

Speakers:

Laurence Le Guen, Mette Kia Krabbe Meyer, Bettina Kümmerling-Meibauer, Jörg Meibauer, Jane Wattenberg, Monica Ruethers, Marnie Campagnaro, Anita Wincencjusz-Patyna and Elina Druker.

 

Contact

Have you got any questions regarding this event? Please contact Elina Druker: elina.druker@littvet.su.se

 

Programme

Day I 20 May

10:00

Welcome

10:15–10:50 

Marnie Campagnaro

 “A successful photograph is worth as much as a story”: The influence of Photography on Bruno Munari’s picturebooks

15-20 min break

11:10-11:45

Monica Rüthers

The visual construction of an all-Soviet childhood in Soviet Photobooks

11:45–12:20

Bettina Kümmerling-Meibauer and Jörg Meibauer

Portrait of the child as a socialist: An inquiry into photographic picturebooks of the GDR

1 hour lunch

 

13:20–14:50

Mette Kia Krabbe Meyer

Immigrants and Elves: The Everyday and the Fantastic in Danish Photographical Children’s Books

14:30–15:15

Jane Wattenberg 

Spellbound: Lona, Dare Wright’s Haunting Photo-Fairytale

Day II 21 May

10:00–10:35

Anita Wincencjusz-Patyna 

From Halley’s Comet to Scout Kwapiszon: On Photomontage in Polish Children’s Fiction in the 20th Century

10:35–11:10     

Laurence Le Guen

From the ‘Children of all Lands Stories’ to the ‘Enfants du monde’ collection, providing a view of the Other in children’s literature

15-20 min break

11:25–12:00

Elina Druker 

In and out of focus: Anna Riwkin’s photojournalism and photographic picturebooks

12:00

Future plans and discussion

Nina Crews ‘s books or how to add magic to everyday life

©Nina Crews

Les jeunes américains connaissent bien les livres de Nina Crews. Qu’elle choisisse de donner un nouveau visage aux comptines anglo-saxonnes traditionnelles ou aux haiku de Richard Wright,  qu’elle crée ses propres histoires, ses livres aux photo-montages-collages colorés trouvent leur place depuis vingt-cinq ans sur les rayonnages de toutes les bibliothèques enfantines Nord-américaines. 

Nina Crews a accepté de répondre à nos questions.

Young Americans are familiar with Nina Crews’ books. Whether she chooses to give a new face to traditional Anglo-Saxon nursery rhymes or to Richard Wright’s haiku, or whether she creates her own stories, her books with their colourful photo-montages and collages have found their place on the shelves of all North American children’s libraries for the past twenty-five years. 

Nina Crews agreed to answer our questions.

Dear Nina Crews, What is your professional background?

I have been writing and illustrating children’s books for over 25 years. I worked in animation production for ten years and have also done some art teaching and freelance illustration work.

How long have you been interested in photography?

My interest in photography began early. Photographs and cameras were a part of family life. My dad took lots of family photos and printed them in a small darkroom in our home. He also incorporated photography into some of the graphic design work he and my mother (she is the daughter of Donald Crews and Ann Jonas) created and in some of his children’s book illustrations. Sometimes this work included photographs of me or my sister. In college, I decided to make photography the media I would focus on for my creative work. I began to experiment with photo collages soon after college.

Who are the photographers who influence you?

I’ve always been drawn to street/snapshot photography. I grew up in New York and have always been drawn to the energy and liveliness of photos of people, places and their things. I love the storytelling in this work and there is so usually much to look at. Mid 20th century photographers like Helen Levitt, Andre Kertesz and Roy DeCarava are a few favorites. Another huge influence has been the photocollage work of Hannah Hoch and Romare Bearden.

Photo illustration from ONE HOT SUMMER DAY © Nina Crews, Greenwillow Books , 1995

Chère Nina Crews, quel est votre parcours professionnel ?
J’écris et j’illustre des livres pour enfants depuis plus de 25 ans. J’ai travaillé dans la production d’animations pendant dix ans et j’ai également enseigné l’art et travaillé en tant qu’illustratrice indépendante.
Depuis combien de temps vous intéressez-vous à la photographie ?
Mon intérêt pour la photographie a commencé très tôt. Les photographies et les appareils photo faisaient partie de la vie familiale. Mon père prenait beaucoup de photos de famille et les imprimait dans une petite chambre noire à la maison. Il a également intégré la photographie dans certains travaux de conception graphique que ma mère  et lui ( Nina Crews est la fille de  Donald Crews and Ann Jonas, deux célèbres auteurs-illustrateurs américains de livres pour la jeunesse) ont réalisés et dans certaines illustrations de livres pour enfants. Ces travaux comprenaient parfois des photos de moi ou de ma sœur. À l’université, j’ai décidé de faire de la photographie le média sur lequel je me concentrerais pour mon travail créatif. J’ai commencé à expérimenter les collages de photos peu après l’université.
Quels sont les photographes qui vous influencent ?
J’ai toujours été intéressée par la photographie de rue et les instantanés. J’ai grandi à New York et j’ai toujours été attirée par l’énergie et la vivacité des photos de personnes, de lieux et de leurs objets. J’aime la narration dans ce travail et il y a généralement beaucoup de choses à regarder. Les photographes du milieu du XXe siècle comme Helen Levitt, André Kertész et Roy DeCarava sont quelques-uns de mes préférés. Le travail de photocollage de Hannah Höch et celui de Romare Bearden m’ont également beaucoup influencée.

Photo illustration from SEEING INTO TOMORROW , copyright Nina Crews, Haiku By Richard Wright, Milllbrook Press, an imprint of Lerner Publishing Group? 2018

How many children’s books have you published?

Fifteen.

What was the title of your first book?

One Hot Summer Day. It was published in 1995 by Greenwillow Books.

What is your most recent book?

A Girl Like Me, written by Angela Johnson, published 2020 by Millbrook Press.

What are the subjects of your books?

The books that I have written and illustrated are fictional stories with child protagonists. Most of my books have been set in the city and my stories feature children in familiar everyday settings. I have illustrated two poetry books, and two collections of children’s nursery rhymes and songs. The photo illustrations in these books also depict children in familiar settings.

Combien de livres pour enfants avez-vous publiés ?
Quinze.
Quel était le titre de votre premier livre ?
One Hot Summer Day. Il a été publié en 1995 par Greenwillow Books.
Quel est votre livre le plus récent ?
A Girl Like Me, écrit par Angela Johnson, publié en 2020 par Millbrook Press.
Quels sont les thèmes abordés dans vos livres ?
Les livres que j’ai écrits et illustrés sont des histoires fictives avec des protagonistes enfants. La plupart de mes livres se déroulent en ville et mes histoires mettent en scène des enfants dans des contextes quotidiens familiers. J’ai illustré deux livres de poésie et deux recueils de comptines et de chansons pour enfants. Les illustrations photographiques de ces livres représentent également des enfants dans des environnements familiers.

Photo illustration from THE NEIGHBORHOOD MOTHER GOOSE ©Nina Crews, Publishers Greenwillow Books, 2004

Who are your readers?

This varies a bit from book to book, but for the most part, my books are for children ages 1 to 8.

What place does photography have in your books?

Photography and collage are been the principal tools I have used in my illustrations. I like to create layered images and play with scale. Sometimes I add drawing or other graphic elements. I find that collage is a great way to add humor, explore dreams and deepen emotional impact of a text.

Why photography rather than drawing?

I love how beautifully photographs render the surfaces of things with great detail and specificity. I love how looking at photographs helps us see the details in the world around us and to enjoy both the differences and similarities that we find in what we see.  When I began illustrating children’s books, photography felt like the modern and fresh way to explore ideas. At that time artists like Cindy Sherman, Louise Lawler, and Carrie Mae Weems were big names in the NY art world and it seemed like people were finally taking photography more seriously as fine art. I thought the same thing could and should happen in picture book illustration.

Did you find it difficult to get your books with photographs accepted?

My first editor published many books with children’s photo illustrator Tana Hoban and was very open to my photo collage style. That first book, One Hot Summer Day, has been in print for over 25 years. Many of my books have sold well and been recognized by prestigious organizations in the US publishing world. That said, selling new projects can sometimes be hard and I have had editors reject proposals simply because they didn’t care for photo illustration work. I am currently exploring other illustration styles and am working on three new projects that are digitally drawn and collaged with just a few photographs included for texture.

Photo illustration from THE NEIGHBORHOOD MOTHER GOOSE ©Nina Crews, Publishers Greenwillow Books, 2004

Qui sont vos lecteurs ?
Cela varie un peu d’un livre à l’autre, mais la plupart du temps, mes livres s’adressent aux enfants de 1 à 8 ans.
Quelle place occupe la photographie dans vos livres ?
La photographie et le collage sont les principaux outils  utilisés dans mes illustrations. J’aime créer des images en couches et jouer avec les échelles. Parfois, j’ajoute des dessins ou d’autres éléments graphiques. Je trouve que le collage est un excellent moyen d’ajouter de l’humour, d’explorer les rêves et d’approfondir l’impact émotionnel d’un texte.
Pourquoi la photographie plutôt que le dessin ?
J’aime la beauté des photographies qui rendent la surface des choses avec beaucoup de détails et de spécificité. J’aime le fait que regarder des photographies nous aide à voir les détails du monde qui nous entoure et à apprécier à la fois les différences et les similitudes que nous trouvons dans ce que nous voyons. Lorsque j’ai commencé à illustrer des livres pour enfants, la photographie m’est apparu comme un moyen moderne et original d’explorer des idées. À cette époque, des artistes comme Cindy Sherman, Louise Lawler et Carrie Mae Weems étaient des grands noms du monde de l’art à New York et il semblait que les gens prenaient enfin la photographie plus au sérieux en tant qu’art. Je pensais que la même chose pouvait et devait se produire dans l’illustration de livres d’images.
Avez-vous eu des difficultés à faire accepter vos livres avec des photographies ?
Mon premier éditeur a publié de nombreux livres avec l’illustratrice de photos pour enfants Tana Hoban et s’est montré très ouvert à mon style de collage de photos. Ce premier livre, One Hot Summer Day, a été publié pendant plus de 25 ans. Nombre de mes livres se sont bien vendus et ont été reconnus par des organisations prestigieuses du monde de l’édition américaine. Cela dit, il est parfois difficile de vendre de nouveaux projets et il est arrivé que des éditeurs rejettent des propositions simplement parce qu’ils n’aiment pas le travail d’illustration photographique. Je suis actuellement en train d’explorer d’autres styles d’illustration et je travaille sur trois nouveaux projets qui sont dessinés numériquement et collés avec seulement quelques photographies pour la texture.

Photo illustration from A GIRL LIKE ME , ©Nina Crews, publisher Millbrook Press, an imprint of Lerner Publishing Group, 2020

Do you produce them alone? Do you write the texts? Do you make the pictures alone?

I work with mainstream US trade publishers both as an author/illustrator and as an illustrator. With any book that I write, come up with a concept, create a manuscript and sketch, and then pitch the project to publishers. With the poetry or song collections, I gathered together previously published materials and pitched proposals to illustrate those texts.  

Are they translated in other countries?

No. None have been translated or reprinted in other countries. I would be delighted if that could happen at some point!

Which reader were you as a child?

I read a lot when I was a child. (I still do.) I loved myths, fairy tales and stories with a bit of magic, though the books that I saved from my childhood are mostly about contemporary children in the real world. Now that I am creating my own books, I find that I often try to combine these two genres through stories and images that add a bit of magic to the everyday.

Photo illustration from A GIRL LIKE ME , ©Nina Crews, publisher Millbrook Press, an imprint of Lerner Publishing Group, 2020

Les produisez-vous seule ? Est-ce que vous écrivez les textes ? Réalisez-vous les images seule ?
Je travaille avec des éditeurs commerciaux américains grand public à la fois en tant qu’auteur/illustrateur et en tant qu’illustrateur. Pour chaque livre que j’écris, je trouve un concept, je crée un manuscrit et une esquisse, puis je présente le projet aux éditeurs. Pour les recueils de poèmes ou de chansons, j’ai rassemblé des documents déjà publiés et j’ai fait des propositions pour illustrer ces textes.
Sont-ils traduits dans d’autres pays ?
Non. Aucun n’a été traduit ou réimprimé dans d’autres pays. Je serais ravie si cela pouvait arriver un jour !
Quelle lectrice étiez-vous dans votre enfance ?
Je lisais beaucoup quand j’étais enfant. (Je le fais toujours.) J’aimais les mythes, les contes de fées et les histoires avec un peu de magie, bien que les livres que j’ai gardés de mon enfance concernent surtout des enfants contemporains dans le monde réel. Maintenant que je crée mes propres livres, j’essaie souvent de combiner ces deux genres à travers des histoires et des images qui ajoutent un peu de magie au quotidien.

 

Many Thanks, Dear Nina ! 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Nostalgie photographique : Vasco, le cochon footballeur, chez Versant Sud jeunesse

Vasco, le cochon footballeur, Edward Van der Vendel, Alain Verster, 20 x 20, Bruxelles, Versant Sud Jeunesse, avril 2020

C’est l’histoire d’une amitié hors norme entre un enfant et un cochon. C’est l’histoire d’un match de foot un peu spécial, avec un gardien de but pas très académique.  

Il y a bien des vignettes avec la tête des joueurs à collectionner, des albums pour accueillir ces vignettes, des posters et des fanions, des maillots et des crampons, des cages et des unes de journaux, des gants de gardiens et des ballons noir et blanc et des enfants combattifs et joyeux. On dirait bien une histoire de foot, sauf que… les supporters enthousiastes sont des poules, des oies et des lapins, le héros du jour est un cochon qui porte le numéro 5 et aucun joueur sur le terrain ne semble s’en étonner. Les Unes de journaux assemblées à la fin de l’ouvrage attestent même que ce gardien de but un peu spécial a bien existé et que ces exploits sont authentiques.

Il semblerait que les pages de cet ouvrage accueillent une histoire d’exploit impossible qu’un enfant aime se raconter le soir avant de s’endormir.

copyright Versant Sud jeunesse

Si le jeune lecteur est touché par cette histoire d’amitié et ces images drôles et pleines de fantaisie, les lecteurs adultes s’attarderont sur ces illustrations qui lui adressent autant de clins d’œil.

Ces étranges images, aux couleurs passées, fourmillent de détails et proposent un assemblage d’objets hétéroclites tirés de la chambre d’un enfant qui aurait bien grandi depuis cette histoire :  vignettes anciennes ou unes de magazines de foot sur lesquelles les joueurs professionnels ont les cheveux bien longs, distributeur ou bocal de verre remplis de bonbons, figurines de cow-boys et robot démodé, ancien transistor et énorme téléviseur et même un fauteuil de camping à grosses fleurs. Les chaussures de foot à bandes obliques rappellent furieusement celles des années 80. Les visages des enfants semblent prélevées sur de vieilles photographies en noir et blanc aux contours un peu flous. Même si une Une de journal mentionne l’année 2013, toutes ces images figurent la nostalgie d’un jeune supporteur devenu grand.

Le texte au passé d’Edward van de Vendel et les images d’Alain Verster se combinent pour réactualiser des morceaux de notre mémoire dans le présent, font ressurgir les images et les sons de notre enfance, les souvenirs de soirées de grand match devant le téléviseur familial, les collections de vignettes Panini et la longue chevelure d’un Dominique Rocheteau. 

 

copyright Versant Sud jeunesse

 Il faut chercher l’origine de nos émotions du côté de la technique d’Alain Verster, interviewé par Fanny Deschamps, éditrice de Versant Sud jeunesse, lors pour la sortie de son album, Je te vois, et toi ? , dans lequel se déployait cette même pratique artistique. 

« Tu travailles selon une technique bien particulière. Peux-tu nous en parler ?

Dans mes illustrations, j’essaie de trouver de manière intuitive un langage visuel poétique et harmonieux. Avec un simple morceau de ruban adhésif, une fascination pour les détails et un sens des matières, je construis minutieusement mes illustrations avec des images superposées en couches.

Les photographies anciennes constituent la base de mes personnages et apportent une touche de nostalgie à mes illustrations. Ces photos sont d’abord traitées numériquement, puis je les imprime sur du papier non couché et je les travaille avec du ruban adhésif. Cela me donne une reproduction brute et un peu floue de mon image originale. Ensuite, j’ajoute du caractère à ces personnages en accentuant certains traits au crayon, à l’acrylique et à la peinture à l’huile.

En plus de ce procédé de reproduction graphique, j’applique des structures brutes de couleurs à l’arrière-plan. Cela permet d’obtenir un jeu de lignes brutes qui apportent une dynamique à travers les illustrations. Ma palette de couleurs, très sobre, est inspirée par les vêtements des années 1920 à 1950, où l’on trouvait de nombreuses teintes de gris, de bleu et de brun. Cette palette s’harmonise bien avec les anciennes photographies que j’utilise pour mes personnages. Cela dit, j’essaie d’appliquer de plus en plus de couleurs dans mes illustrations. Je combine enfin tous ces différents éléments sur mon écran et je compose une seule image. Malgré le procédé numérique, j’essaie de conserver la matière de mes dessins originaux dans mes illustrations, afin qu’on ait un sentiment d’imperfection. Je pense que c’est précisément là que réside l’émotion de mes images. Rien n’est plus beau que de retrouver la main de l’artiste et les traces de son matériau dans son travail.

Quelles sont tes influences et tes références ?

Mes principales influences sont les différents stimuli visuels que je reçois au cours de la journée. Cela peut être une peinture, une affiche ou un événement dans la rue… Ces impressions sont conservées dans ma tête et, lors de l’illustration, elles sont traitées – consciemment ou inconsciemment. Souvent, je regarde des séries ou j’écoute de la musique tout en dessinant et, par la suite, on remarque des liens entre les deux. Cela peut aller des couleurs, du style des personnages, à la décoration intérieure.  Bien entendu, j’ai de bons exemples de références, comme l’illustrateur Jon Klassen, le réalisateur Wes Anderson, l’artiste Rinus van de Velde et Carll Cneut. Ce dernier était mon professeur à la KASK (école d’illustration à Gand, ndlr) et m’a aidé à trouver mon identité d’illustrateur.”

L’intégralité de cet entretien  est à découvrir ici https://www.versant-sud.com/jeunesse/actualite/dans-lunivers-dalain-verster/ 

Merci Fanny Deschamps pour cette découverte !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

PHOTO, les contraires. Noël Bourcier est notre invité

En 2005, l’album PHOTO, les contraires paraît aux éditions du Seuil. Ce n’est pas tout à fait un imagier comme les autres. S’il s’inscrit dans ce réseau des ouvrages destinés à appréhender les concepts abstraits, « ouvert/fermé », « lourd/léger », etc…, il le fait par le biais des images de quelques-uns des « maîtres » de la photographie du 20ème siècle, Boubat, Kertész, Kollar, Lartigue, Man Ray, Sieff, Sougez, etc…, qui voisinent dans l’espace de la double-page avec des images drôles et en couleurs réalisées par l’auteur du livre, Noël Bourcier.

L’occasion de revisiter l’Histoire de la photographie et un excellent moyen pour initier les enfants à cet art. Son auteur est dans Miniphlit.

Cher Noël Bourcier, quel est donc votre parcours ?

J’ai fait l’école de la photographie d’Arles et je me destinais à devenir photographe, ou à la direction artistique, ou encore à l’écriture. J’ai commencé à écrire sur la photo dans Artpress, revue pour laquelle je présentais des expositions photographiques. J’ai ensuite obtenu une bourse de recherches de l’état pour préparer une exposition. Mon sujet était “Les bords de mer en photographie depuis le 19 eme siècle”. Le thème était large et il avait un lien avec l’imaginaire, les frontières de la photographie. Cette thématique m’a passionné. Je suis ensuite entré au Patrimoine photographique en 1991 pour m’occuper du fonds Denise Colomb. Aujourd’hui, j’enseigne dans une école privée. Je forme de jeunes adultes pour devenir photographes. Je les forme à l’Histoire de la photographie, à la culture visuelle et aux arts appliqués pour des photographes.

Vous avez publié André Kertész chez Phaidon en 2006. Quelle place tient cet artiste dans votre parcours ?

Je me suis occupé du fonds Kertész pour organiser l’exposition du centenaire de sa naissance en 1994. Le fonds était arrivé à l’état français parce qu’André Kertész avait vécu en France entre les deux guerres. Il y était très célèbre avant son départ en 1936 pour les États-Unis où il a eu beaucoup de mal à trouver sa place.  A partir de 1963, il a enfin connu une reconnaissance internationale et obtenu la renommée qu’il connait aujourd’hui. Il incarne à lui seul l’aventure de la photographie du 20ème siecle : utilisateur du Leica, de plain-pied dans la photo de reportage, dans la photo humaniste, il a aussi voisiné avec le surréalisme et le constructivisme. En 2002 j’ai réalisé un livre pour le grand public, publié chez Phaidon.

Comment est née l’idée d’un imagier jeunesse pour Le Seuil ?

Je suis devenu père en 1998 et 2002. Je lisais des livres à mes enfants le soir. J’étais étonné de ne pas pouvoir trouver de livres photos pour les plus jeunes. Quand il y en avait, la photo était présente dans l’illustration, mais dans des endroits peu intéressants. Je trouvais aussi difficile de trouver des histoires avec des photos. Ou bien cela faisait penser au roman-photo. C‘est sans doute parce qu’une photo colle beaucoup au réel et qu’il est donc plus difficile d’embarquer le lecteur dans l’imaginaire.

J’avais sous les yeux les livres de Bauret, Album, Les contraires de Pittau et Gervais, Faut pas confondre d’Hervé Tullet qui ont été très inspirants. J’ai remarqué que les contraires sont une catégorie à part entière de la littérature pour la jeunesse

Quelle est donc la finalité de cet imagier ? Il ne se limite pas à l’étude des contraires, n’est-ce pas ? On fait avec votre ouvrage un voyage dans l’Histoire de la photo aussi.

En préparant mon propre livre, je cherchais à faire des liens entre la photographie patrimoniale et la photographie actuelle. Mon idée était d’offrir au jeune public un livre présentant les grands maîtres de la photographie et de les initier au langage de la photo et à l’esthétique de l’image. Ce faisant, je ne voulais pas faire de compromis sur les images. Je voulais de grandes photos et ne pas choisir des images trop liées au sujets habituels pour les enfants. On les connaît : les animaux, les aliments, etc… Je voulais des photos non destinées aux enfants mais qui pouvaient leur parler. J’ai donc puisé assez largement dans les Archives du patrimoine où j’avais travaillé et j’ai élargi à des photographies que j’aime passionnément, comme celles de Jeanloup Sieff ou Cartier-Bresson. Adolescent, ils incarnaient pour moi les deux pendants de la photographie, la photo de reportage avec la rigueur formelle de Cartier-Bresson et puis le côté glamour de celles de Sieff.

 

copyright Christian Vogt/ Noël Bourcier

J’espérais que ce travail donnerait peut-être envie de voir, de découvrir les œuvres des grands photographes. J’ai bien-sûr prévenu les photographes, ou les ayant-droits, en leur montrant le vis-à-vis entre leur photographie et une illustration. J’ai sollicité leur accord car je donnais une lecture d’une image qui n’était pas celle qu’ils y avaient mise. Par exemple, Christian Vogt ne pensait pas du tout au concept de “lourd” en réalisant sa photographie. Je lui ai expliqué que j’insérais un texte explicatif à la fin de l’ouvrage et il a accepté. Il a même admis que ce qu’il voulait y mettre rejoignait finalement le langage enfantin.

Comment s’est donc faite la sélection des mots et des images ?

Il n’est pas bavard ce livre mais il ouvre des sphères de lecture, il impulse des déclics, des petites fulgurances.

J’ai d’abord cherché des images et ensuite tenté de rétrécir le champ des mots possibles. Les images ont un point commun. Elles sont minimalistes et s’expriment de façon dépouillée. Si on veut trouver un mot, pas plusieurs mots, il faut quelque chose de simple. J’ai donc cherché des images simples. Si trois mots en compétition surgissaient, il fallait changer d’image. Il fallait une simplicité et une évidence. Il fallait aussi que ces images soient belles et pures. Toutes ces images, je les aime vraiment. Elles sont des morceaux de l’Histoire de la photographie.

copyright André Kertész/ Noël Bourcier

En regard des grand maîtres, les images sont en couleurs. Est-ce que la notion de contraire se situe aussi dans le noir et blanc opposé à l’emploi de la couleur dans l’espace de la double-page ?

J’ai d’abord gardé le noir et blanc pour le défi car on dit souvent qu’il n’est pas fait pour les enfants. C’est en fait un langage possible. C’était ma discipline. Les illustrations sont en couleurs parce que c’est aussi confronter hier et aujourd’hui. Cette idée de faire un lien entre le présent et le passé, c’est le rôle qu’on peut avoir vis-à-vis des jeunes générations qui ont tendance à rejeter le passé pour se préoccuper de faire du neuf. Mon travail de médiateur c’est d’aller chercher de l’inspiration dans le passé pour produire quelque chose de neuf. Je crois au potentiel des images anciennes comme moteur pour l’inspiration.

En m’adressant aux jeunes générations je voulais actualiser le regard sur ces vieilles photos et montrer que leur langage parle aux jeunes. La couleur ajoute aussi un cote peps, récréatif. Les trésors à découvrir sont des photos anciennes.

Pourquoi ne pas explorer d’autres concepts ? Pourquoi ne pas poursuivre cette entreprise de médiation ?

Je n’ai pas fait d’autres livres effectivement. Dans mon parcours je n’avais pas décidé d’être un auteur jeunesse. Je suis resté dans le milieu de la photo mais avec d’autres activités.  Cet ouvrage  a bien fonctionné.  Il a été épuisé en cinq ans. Il avait été tiré à 6000 exemplaires, c’est plutôt un bon tirage. J’avais réalisé une exposition en même temps que le livre et elle circulait dans les Fnacs à l’époque où cette enseigne possédait une galerie permanente.

A quand une réédition ?

 

copyright Sam Lévin/ Noël Bourcier

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Expo photolittérature à Toulouse, les coulisses

“Clic Clac la photographie dans la littérature jeunesse”, médiathèque José Cabanis, Toulouse

Pour découvrir les coulisses de l’exposition “Clic-Clac la photographie dans la littérature jeunesse”, il faut lire l’entretien que m’a accordé Murièle Modély, bibliothécaire responsable des collections patrimoniales jeunesse et de la coordination de la Médiation du Patrimoine écrit , pour le site des Littératures Modes d’emploi  : https://www.litteraturesmodesdemploi.org/entretien/clic-clac-la-photographie-dans-la-litterature-jeunesse-a-la-mediatheque-jose-cabanis-toulouse/