150 ans de photolittérature pour les enfants chez Spazio BK à Milan

Pour (ré) écouter la présentation du livre hier soir à la librairie milanaise Spazio BK, suivez ce lien valable jusqu’au 30 juin ! https://us06web.zoom.us/rec/play/OOeqqIKn4Kcfw2Gsyd3FtKLEMGppALg9BhmCXkQJx6hXKdN-p9TB_VmG5j5PL58Rn_0SAsK42SJMOpo.2iQN8imTs80Ob9nc?startTime=1651591829000

ILS L’ONT TOUS VU d’Ylla et Margaret Wise Brown, la nouvelle réédition MeMo

Née en Autriche, en 1911, d’une mère serbe et d’un père roumain, Ylla passe son enfance à Budapest puis rejoint sa famille à Belgrade, où elle recueille déjà chiens et chats. Est-ce un signe de sa vie future ? Très tôt, la jeune Camilla Koffler apprend également que son prénom signifie « chameau » en serbe et elle opte pour le surnom d’Ylla.

Elle commence sa carrière artistique comme sculpteuse à Belgrade, dans les années 20 et s’initie à la photographie dans les années 30, à Paris, auprès de la photographe Ergy Landau, qui l’introduit dans le cercle des artistes hongrois émigrés à Paris et auprès des célébrités de Montparnasse. Elle photographie Joséphine Baker, Jacques Prévert, Henri Matisse, André Breton. Lasse des portraits de célébrités, elle privilégie  ceux des animaux, car, dit-elle, « Celles-ci me paraissaient ne pas avoir de vanités ni se soucier d’avoir des rides sous les yeux ». Ylla ouvre son propre studio, rue Desremaude à Paris et ses portraits d’animaux facétieux et expressifs lui apportent rapidement la notoriété. 

Regards, Nov. 1946

Elle expose aux côtés des grands noms de la photographie, vend ses images aux journaux et ses portraits animaliers commencent à être publiés sous forme de compilations. En 1938, elle publie Animal language, the first animal sound book published in England. Le livre mêle photographies prises aux zoos de Londres et Paris et texte et sons enregistrés par Julian Huxley. Elle réalise ensuite Petits et Grands avec Arts et Métiers Graphiques. C’est en 1942 qu’elle rejoint les États-Unis, dans le dernier bateau affrété par le gouvernement américain pour sauver des artistes européens du nazisme. Elle ouvre un studio au 200 West 57th street à New York et renoue avec les portraits de chiens et de chats. Ses agents lui cherchent des sujets de reportage, d’abord sur les chevaux aux États-Unis, puis sur d’autres animaux d’Europe et d’ailleurs. Ses photographies illustrent également des publicités et des calendriers édités par des compagnies d’assurance.

Ylla bénéficie du soutien d’une des plus grandes agences photographiques qui voient le jour avant et après la Seconde Guerre mondiale. Grâce à son agent Charles Rado, fondateur de l’agence Rapho-Guillemette, et à Raymond Grosset, qui gère l’agence Rapho à Paris, ses photographies se vendent à de nombreux magazines américains, dont Sports Illustrated, Life et à Paris Match ou Point de Vue images du monde en France. Elle publie de nouveaux ouvrages, entame sa collaboration avec la Guilde du Livre à Lausanne. En 1954, son livre Two Little Bears, publié chez Harpers & Brothers, et simultanément en Allemagne, Angleterre, Belgique, Danemark et Suisse, à la Guilde du Livre, sera un succès de librairie, comme celui publié avec Jacques Prévert, Le Petit Lion, paru en 1947. En 1970, dans un article de Popular Photography, Charles Rado considère que la vente de ses ouvrages avoisine le demi-million d’exemplaires, ce qui est tout à fait inédit pour des ouvrages illustrés de photographies. En 1954, Ylla est considérée comme la plus grande photographe animalière et surnommée la « Kipling de la photographie ».

Au cours de sa carrière, Ylla a multiplié les collaborations inter-artistiques avec de grands noms de la littérature, confiant ses photographies aux mots de nombreux écrivains dont Claude Roy, André Demaison, Marie Dormoy, Paul Léautaud, Jacques Prévert, George Ribemont-Dessaigne, Jules Supervielle et Margaret Wise-Brown. Avec cette dernière, elle publie quatre albums dans lesquels photographies et texte s’entrelacent pour tisser la trame d’histoires pleines de poésies à destination des plus jeunes : They all saw it en 1944, The Sleepy Little Lion en 1947, O said the Squirrel en 1950 et The Duck en 1952.

Ylla, The Duck, (édition de 1953,) traversant de la 57 ème rue à la 7ème à New York

They All Sawi It , publié en 1944 chez Harper & Brothers, est composé à partir d’une sélection de portraits d’animaux déjà utilisés pour d’autres publications, comme celle de la girafe qui figure à la même époque sur les publicités américaines de la marque Scotch.

Sur la couverture, les portraits détourés sont placées sur un fond rouge, arrière-plan vide de tout contexte. Seul le haut de leur corps est présent. Le regard du spectateur  glisse du titre « They all saw it », imprimé en lettres capitales , vers les yeux des animaux, second point focal. Qu’ont donc vu ces animaux ? Le titre et ces regards, jusqu’à la bouche ouverte de l’otarie, convergent et tendent des invitations  au lecteur pour tourner les pages du livre et tenter d’élucider le mystère. 

They All Sawi It , publié en 1944 chez Harper & Brothers

Dans le corps de l’ouvrage, le dispositif se prolonge et les réactions des animaux, étonnés, songeurs ou effrayés -seul l’ours dormait, mais c’est un ours-font écho à la posture des animaux photographiés et posés en page de droite. Le texte de Margaret Wise Brown anthropomorphise jusqu’à créer des liens familiaux entre les protagonistes, comme devant la photographie des deux singes qui ne sont en réalité pas mère et enfant.

Le mystère ne sera résolu qu’à la toute fin  avec cette révélation « This is what it was ! », en regard de la photographie d’un éléphant ailé.  Pour cette photographie, Ylla a recours au photomontage associant la photographie d’un éléphant  tirée de sa série « Rigling Bros Circus » et une image empruntée au célèbre photographe américain Ansel Adams.  L’éléphant porte des ailes, une cape et semble surgir du monde de la nuit ou des rêves. Qui a dit que la photographie ne permettait pas de faire surgir l’imaginaire ??

Les ouvrages d’Ylla ont été fréquemment adaptés dans d’autres pays. Il peut s’agir d’une simple traduction ou d’une réécriture adaptée aux attentes des lecteurs du pays. Pour la plupart des livres d’Ylla, la maquette reste la même.

La réédition d’un nouvel album d’Ylla par les éditions MeMo, après celui des Deux petits ours en 2018,  confirme l’importance de la contribution de cette pionnière de la photographie animalière à l’histoire des livres photo-illustrés pour enfants. Elle est accompagnée de deux courtes postfaces.  Pamela Ellayah et moi-même racontons les coulisses de ce bel album.

Pour retrouver les albums d’Ylla, sur le site de Pryor Dodge https://www.pryordodge.com/ylla.html

I comme Image, Marc Riboud à la médiathèque de Pau

Le réseau des médiathèques de Pau présente à partir du 23 avril jusqu’au 25 juin une relecture de l’œuvre du photographe Marc Riboud. Intitulée “I comme Image”, l’exposition présente vingt-six photographies de Marc Riboud reliées chacune à une lettre de l’alphabet. Une formidable invitation à regarder la vie qui passe avec des yeux étonnés, curieux de sa beauté et de sa drôlerie. https://www.pau.fr/article/marc-riboud–i-comme-image-sur-le-reseau-des-mediatheques

A cette occasion, Catherine Chaine et Lorène Durret, de l’association Les amis de Marc Riboud, présenteront  I comme Image et 1. 2.. 3… image,  un abécédaire et un livre à compter en s’amusant avec les photographies de Marc Riboud, édités par Gallimard Jeunesse  en collaboration avec l’association Les Trois Ourses, le 23 avril à 14 h 30 dans l’auditorium : “Si quelques petits chanceux apprennent à lire et à compter dans la joie, beaucoup d’autres enfants – et leurs parents avec eux – se souviennent toute leur vie de douloureux ânonnements accompagnés de l’impression qu’ils n’y arriveront jamais. C’est sans doute parce que cet apprentissage des lettres et des chiffres est difficile que de tous temps, des abécédaires et numéraires illustrés ont été édités : ils sont là pour joindre l’agréable à l’utile et pour dorer une pilule qui, sans leurs belles illustrations, risquerait d’être amère.

Depuis plusieurs années, Catherine Chaine et Lorène Durret travaillent ensemble pour le rayonnement de l’œuvre de Marc Riboud, dont le fonds photographique a été légué au Musée national des arts asiatiques – Guimet. Dans cette discussion, elles reviendront sur la genèse de ces deux livres, véritables portes d’entrées dans le travail photographique de Marc Riboud.”

Ces deux ouvrages sont présentés dans l’ouvrage 150 ans de photolittérature pour les enfants et ont fait l’objet d’une conférence (bientôt en ligne ! ) intitulée Transmettre le patrimoine photographique : comment la littérature jeunesse crée-t-elle un espace de rencontre entre l’enfant et la photographie patrimoniale ? Tentative d’inventaire, donnée dans le cadre du séminaire “De la fabrique du patrimoine littéraire à la fabrique littéraire des patrimoines”.

Maquette de l’ouvrage 1., 2.., 3…, Image

Avec les codes de l’abécédaire et du livre à compter, vrais livres d’apprentissages pour enfants, ces deux ouvrages offrent en même temps une balade dans le monde de Marc Riboud, constituent un inventaire de la carrière de ce photographe devenu patrimonial, offrent à l’amateur de belles photographies l’occasion de (re)découvrir son talent. 

150 ANNI DI LETTERATURA FOTOGRAFICA PER L’INFANZIA

Fin dalla sua invenzione nel XXIV secolo, la fotografia moderna è sempre stata presente nell’industria editoriale.
A lungo sottovalutati, spesso sottostimati, i libri fotografici per bambini sono amati dai bambini e più di un artista è stato coinvolto in questo genere unico. Dal 1886 al 2021, questi libri sono stati prodotti significativi del loro tempo, espressione delle idee pedagogiche, filosofiche e politiche, nonché del progresso tecnico relativo a questo mezzo. Dilettanti e fotografi famosi (Robert Doisneau, Ylla, André Kertész, Ergy Landau, Sarah Moon ) hanno creato opere per questo formato. I loro lavori si accompagnano a testi scritti da grandi autori e da queste collaborazioni sono nate opere sbalorditive.
Questa monografia, che abbraccia 150 anni di libri per bambini illustrati fotograficamente dall’Europa e dagli Stati Uniti, esplora una parte particolarmente coinvolgente della produzione editoriale per bambini e ragazzi.
L’autrice Laurence Le Guin ci accompagnerà in una panoramica degli aspetti più salienti di questa storia, aprendo spunti di riflessione sull’attualità e stimoli creativi per la produzione.

Laurence Le Guen  è ricercatrice associata presso il Centre d’études des langues et littératures anciennes et modernes (CELLAM) dell’Università di Rennes 2 e docente di letteratura. Cura il sito Miniphlit.hypotheses.org. Per MeMo è in uscita il libro 150 ans de photo-littérature pour les enfants e ha scritto la prefazione per la riedizione del libro Due piccoli orsi di Ylla.

iscrizione obbligatoria.https://www.spaziobk.com/prodotto/corsi/150-anni-di-letteratura-fotografica-per-linfanzia/?fbclid=IwAR1nXJohMN69hCxnNKWheJYa1UJ1I9RhabP7XLFEHPLLdv-q7mRQl0B_iTs

“Qui veut jouer avec moi ?”, la nouvelle comédie (photo)graphique de Claire Dé

(Les Grandes Personnes), avril 2022

Il est arrivé ce matin dans ma boîte à lettres accompagné d’un très joli mot qui célèbre les rayures, les pois, les carreaux et surtout l’Amitié… 

Claire Dé et ses comédiens-Basile et Capucine,  Bijou le chihuahua et Eclair le chat noir, l’âne de Marcel et la poule rousse de Rosario- invitent les lecteurs-spectateurs à tourner les pages de l’album d’un été rêvé, presque un film de leurs vacances délirantes et délurées. 

C’est un livre filmique et un bel objet. Claire Dé joue sur les distances, le plan d’ensemble et le rapproché, le net et le flou, ce qui donne lieu a des images d’une étourdissante virtuosité. Pour costumer ses acteurs, Claire Dé a trouvé des lunettes à pois, des casquettes à carreaux, des tuniques géantes à rayures qui sont autant d’échos aux boules rouges, au parapluie jaune, aux gobelets bleus… Des éclats de couleur primaire ne cessent de circuler d’un plan à l’autre, comme autant d’éclats de rire.  Car c’est aussi sonore. Le thème de l’album permet d’entendre les cris et les éclats de rire, le bruit des roues du tricycle sur l’asphalte et celui de l’eau du tuyau qui arrose en vert… C’est aussi inspirant. Les images fourmillent de signes à déchiffrer, de références à de célèbres histoires enfantines… et les lecteurs les plus âgés se remémoreront peut-être  une célèbre campagne de publicité pour la marque de films Kodak et ses voleurs de couleurs ! 

Ce faisant, Claire Dé photographie le bonheur, la liberté, les jeux, les inventions de l’enfance et nous offre une tranche d’insouciance. Vraiment, son livre fait du bien ! 

Pour relire l’interview qu’elle nous avait accordée  https://miniphlit.hypotheses.org/3456    

et sur le site des (Grandes Personnes)https://www.editionsdesgrandespersonnes.com/portfolio_page/qui-veut-jouer-avec-moi-claire-de-avril-2022/ 

Parution : “150 ans de photolittérature pour les enfants”, aux éditions MeMo, le 22 avril !

Photographie de couverture Ergy Landau, préface de Michel Defourny
 
Collection Les monographies
224 pages. 21,5 x 25 cm 
35 euros. 
en librairie le 22 avril.

“Au 19e siècle naît la photographie moderne, qui n’a, dès lors, cessé d’investir le livre. Genre longtemps méconnu, parfois mésestimé, la photolittérature est pourtant prisée des enfants, et de nombreux artistes s’essaieront à l’exercice.
De 1886 à 2021, ces livres sont les témoins de leur époque, des courants pédagogiques, esthétiques et politiques, mais aussi des avancées techniques de ce médium. Photographes amateurs ou de renom — Robert Doisneau, Ylla, André Kertész, Ergy Landau, Sarah Moon — s’empareront de ce format. Leur travail côtoie les textes d’auteurs reconnus — Marcel Aymé, Maurice Genevoix, Jacques Prévert, Susie Morgenstern, Timothée de Fombelle — et, ensemble, ils créent des œuvres surprenantes.
Ce parcours dans cent cinquante ans de littérature photo-illustrée européenne et nord-américaine vous fera découvrir un pan passionnant de l’édition de livres pour enfants.

photographie de Karel Capek pour  Dachenka ou la vie d’un bébé chien, première parution en 1932.  

Cet ouvrage entend offrir aux lecteurs, chercheurs, étudiants ou grand public, un parcours dans 150 ans de littérature photographique pour la jeunesse européenne et américaine. Ce genre, largement diffusé, particulièrement prisé des enfants, est longtemps demeuré méconnu, noyé sous d’autres appellations. Cette publication permet la découverte ou la redécouverte d’un pan entier de la production de livres pour enfants. Une actualité récente prouve l’intérêt des lecteurs pour ces publications. À l’automne 2020, les visiteurs de La Fondazione Pastificio Cerere de Rome ont découvert « Look Book », exposition d’ouvrages photolittéraires italiens et internationaux. L’exposition « Clic Clac la photographie dans le livre jeunesse » qui s’est tenue de février à septembre 2021 à la médiathèque José Cabanis de Toulouse précède de quelques mois celle prévue au Musée de la photographie de Charleroi. La Bibliothèque nationale de France a accueilli la conférence intitulée « 150 ans de photolittérature pour la jeunesse » et a été suivie en France et à l’étranger. Enfin, un colloque international s’est tenu à l’université de Stockholm en mai dernier. Si tous ces évènements ont offert des éclairages sur cette production, elles ont surtout mis en évidence le manque crucial d’un ouvrage faisant référence dans le domaine.

photographies pour Abécédaire, paru en 1943. 

Avec les bornes temporelles de 1866 à aujourd’hui, chaque double-page
de cet ouvrage propose un arrêt sur un ouvrage particulièrement novateur, éclairant un genre de production, des avancées techniques, des courants pédagogiques, esthétiques, politiques, qui ont circulé de l’Europe, vers les États-Unis depuis la fin du 19e siècle. Le lecteur retrouvera des noms familiers d’auteurs ou de photographes et croisera d’autres patronymes plus surprenants, célèbres ou amateurs et qui ont également apporté une pierre essentielle à la construction de l’histoire de ces livres. Il découvrira comment le livre photolittéraire pour les enfants est le produit d’un type d’écriture à quatre mains, où écrivain et photographe créent de concert. Enfin, il prendra connaissance que cette production a longtemps souffert d’un désamour, voire de critiques qui ont induit une histoire en dents de scie. 

photographies d’Alexandr Rodtchenko pour Animaux à mimer, première parution en 1926
Autrice d’une thèse sur les ouvrages photographiques pour enfants, commissaire d’exposition et présidente de l’association Les Amis d’Ergy Landau,
Laurence Le Guen est chercheuse associée au laboratoire du Cellam à l’Université de Rennes 2, membre de l’Afreloce et de la Lpcm et professeure de lettres.
Elle anime le site dédié à la photolittérature jeunesse Miniphlit. Elle publie régulièrement des articles dans des revues spécialisées, des comptes-rendus d’exposition sur le site Littératures Modes d’emploi et intervient dans des colloques internationaux ayant pour objet la photolittérature de jeunesse

Contes et comptines en habits neufs.

La littérature jeunesse patrimoniale à l’ère de la photographie.

Vendredi 11 mars 2022, U Rennes 2

En 1869, Jules Alexandre Marinier réalise 6 vues stéréoscopiques du Petit Chaperon rouge. En 1893, Mary Ann Bartlett photographie ses enfants pour illustrer son recueil de comptines et fabulettes anglo-saxonnes Mother Goose 93, offrant ainsi un nouveau visage à Georgie Porgie et Little Miss Muffet. Dans les années 1930, à Sydney, la Cinesound Productions Ltd. propose une nouvelle version du conte Boucle d’or et les trois ours, avec des photographies de trois koalas. Dans les années 1980, Sarah Moon plonge son Chaperon rouge dans les rues sombres d’une ville moderne, William Wegman habille ses chiens pour figurer Cendrillon et ses demi-sœurs et en 1998 les éditions Passage Piétons donne à la comptine Promenons nous dans les bois un décor très urbain.

Depuis l’invention du médium, les photographes ont investi le patrimoine commun de la littérature et de la culture enfantines pour proposer leurs propres « illustrations », « re-créations », « interprétations », « relectures » des rhymes, formulettes et contes hérités de la tradition orale.

Cette journée d’étude ambitionne ainsi de rassembler des études portant sur ces ouvrages européens et américains inscrits dans un réseau de créations autour d’œuvres patrimoniales. Nous nous demanderons comment elles deviennent des œuvres à part entière et comment elles font lien avec celles qui les ont précédées. Nous questionnerons les stratégies éditoriales privilégiées au moment de ces réactualisations de l’héritage littéraire et culturel, ainsi que le choix de corpus réédité. Nous examinerons comment l’usage de la photographie reconfigurent le récit et les personnages. Enfin, nous tenterons d’évaluer comment l’illusion de réalité que la photographie porte en elle influe sur la réception de ces créations.

Programme

9 h 00 : Ouverture de la journée.

9 h 15 : Christiane Connan-Pintado (U. Bordeaux) : Les contes et leurs fantômes dans l’objectif de la photographie. Album pour la jeunesse et art contemporain.

9 h 40 : Christine Rivalan-Guégo (U. Rennes 2) : Contes à la une. L’actualité au miroir des contes.

10 h 05 : Caterina Ramonda (Bibliothèques Italiennes) : Traces de contes. Des couvertures de romans jeunesse aux grands écrans.

10 h 30 : Questions.

10 h 50 : Rencontre avec Marie-Liesse de Bellescize, photographe de Le jour où je serai grande, une histoire de Poucette,  avec Timothée de Fombelle.

12 h 00 : Pause

14 h 00 : Gyongy Pal (U. Kaposvár) : Les contes photo-illustrés de Karoly Gink.

14 h 25 : Héloïse Huynh (U. Montréal ) : Renouvellements artistiques dans A mulher que matou os peixes de Lispector et Valente : innovations du collage photographique.

14h 50 : Questions

15 h 10 : Laurence Le Guen (U. Rennes 2) Le chat botté chapeauté photoshopé de Frank Horvat

15 h 35 : Jane Wattenberg : Chickabunga! The Sky Is Falling! Photo-illustrated re-tellings of famous old tales.

15 h 50 : Questions

16h 15 : Bilan et fin de la journée

Salle P510

Organisation :

Laurence Le Guen Laurence.leguen@univ-rennes2.fr

Christine Rivalan-Guégo christine.rivalan-guego@univ-rennes2.fr

Catherine Sablonnière catherine.sablonniere@univ-rennes2.fr

Journée en présentiel et zoom. Lien auprès de Laurence Le Guen

 

Se former aux mille facettes de la photographie au Lycée Brassaï. Entretien avec Rémy Péquignot

Depuis le début de ce carnet de recherches, nous nous interrogeons sur la méconnaissance, voire la défiance à l’égard du livre de photographies. Une des raisons envisagées pourrait être l’ignorance de l’art photographique par les plus jeunes. Après avoir interrogé des éditeurs, des photographes, des auteurs, nous nous questionnons sur les modes de transmission du 8ème art dans l’enceinte scolaire. 

Rémy Péquignot, photographe et professeur au Lycée professionnel parisien Brassaï (Quel beau nom ! ) a accepté de répondre à nos questions et ses élèves nous ont permis de dévoiler leurs créations. 

Quelle est votre formation  et qu’enseignez-vous au sein du lycée Brassaï ?

Au départ, j’ai une formation universitaire en Physique fondamentale. Ensuite ma passion pour la photographie m’a conduit à l’Ecole Nationale Supérieure Louis Lumière au sein de laquelle j’ai étudié trois ans en option Prise de Vue jusqu’à la rédaction de mon mémoire de fin d’études en 2000. L’enseignement a pris assez rapidement une part très importante dans ma vie professionnelle. Mon activité de photographe se poursuit aujourd’hui mais est essentiellement consacrée à des projets personnels, en vue de l’édition d’ouvrages ou d’expositions.

Au Lycée Brassaï, comme la plupart de mes collègues enseignants en photographie, je donne des cours dans un large éventail de matières. J’enseigne en Studio pour une classe de terminale, en reportage pour une autre, en traitement et tirage numériques pour une classe de première. Mais également un cours théorique de Technologie pour une classe de terminale. Ensuite j’interviens dans différents cours ou dispositifs comme l’Accompagnement personnalisé (où je parle beaucoup de livres), mais également le cours consacré au Chef d’œuvre en terminale. J’ai donné pendant très longtemps des cours d’Histoire de la Photographie et d’autres de laboratoire argentique.

Copyright Nola Gonzales

Les élèves admis au lycée Brassaï sont-ils recrutés sur dossier ?

Nos élèves ne sont pas recrutés sur dossier. Ils font, comme la plupart des collégiens, des vœux d’orientation par la procédure classique. Certains dispositifs sont mis en place comme la procédure pass-pro qui permet à ceux qui le souhaitent de passer un entretien avec des professeurs du lycée pour échanger autour de leur motivation et répondre à toutes les questions qu’ils peuvent se poser. Certains élèves de troisième viennent également faire des mini stages d’une journée dans les cours de matières professionnelles. Mais au final, nous n’avons pas la main sur le recrutement.

Nous accueillons également directement en première des élèves dits « passerelles », se réorientant à la sortie d’une seconde générale, d’un CAP ou d’un autre baccalauréat professionnel.

Doivent-ils avoir déjà des compétences en photographie ?

Pas forcément. Ils doivent surtout avoir de l’intérêt, de la curiosité pour le monde de l’image, de la création et globalement pour le secteur culturel. Une pratique photographique est bien sûr un plus.

Constatez-vous chez eux un déficit de connaissance sur l’histoire/ le vocabulaire/la technique photographique quand ils arrivent ? D’où vient-il selon vous ?

Il y a certainement un déficit dans ces domaines lorsque les élèves arrivent au Lycée. La plupart du temps tout est à apprendre et construire, dans le domaine technique mais également sur l’histoire et le vocabulaire lié à l’image. Leur pratique de l’image est essentiellement liée à l’utilisation de leur téléphone sur lequel ils n’ont finalement que peu de choses à paramétrer avant de déclencher. Un petit nombre a déjà utilisé un boîter plus perfectionné ou en possède un mais c’est assez rare à leur arrivée. Ce que nous attendons au départ c’est surtout de la curiosité dans le domaine de l’image, de l’envie. Ensuite vient le travail pour leur permettre d’être plus autonomes et pertinents dans la construction de leurs images, l’acquisition d’un vocabulaire technique assez pointu et difficile.

Copyright Valentin Coustenoble

Savoir lire, comprendre les images et en dégager les enjeux n’est pas simple non plus. Ils sont sans doute confrontés à ces enseignements dans les cycles précédents mais c’est un gros travail dans l’ensemble de nos matières photo, en particulier en Histoire de la Photographie ou dans les cours de Méthodologie de projet.

Mais je pense que c’est normal car ils sont encore très jeunes et nous sommes là pour leur transmettre les savoir-faire et les connaissances.

A quels métiers se destinent-ils ?

L’orientation à l’issue du baccalauréat est assez difficile à cerner. Beaucoup continuent leurs études, certains dans le domaine de la photographie (le BTS photographie qui est la poursuite logique pour quelques-uns, des écoles privées en photographie, l’université dans les domaines des arts ou de l’image), d’autres dans le domaine de l’audiovisuel qui est une branche qui les intéresse et les motive également (BTS audiovisuel), d’autres dans des domaines liés à l’image ou aux arts appliqués (graphisme etc) et d’autres enfin dans des champs totalement différents en lettres, en sociologie, en langues à l’université. Certains choisissent de rentrer dans la vie active. Quelques-uns ont l’opportunité chaque année de partir étudier la photographie au Canada au sein du CEGEP de Matane.

Les métiers que nos élèves vraiment motivés par la photographie exercent dans une période plus ou moins longue après le bac sont : l’assistanat de photographes puis l’activité de photographe en elle-même (indépendant, photographe publicitaire, de mode, la photographie d’entreprise, plus rarement le reportage), les métiers liés à la retouche et au traitement des images. Certains peuvent être amenés à travailler dans des laboratoires.

A quoi sont-ils formés dans le domaine de la photographie ?

En matière de photographie, les élèves du Lycée Brassaï sont formés aux techniques de prise de vue dans différents domaines : en studio où ils ont la chance d’avoir un très bel équipement (dos numériques, flashs). Ils abordent la nature morte, le portrait, la photographie de mode. En reportage (réalisations des prises de vue, méthodologie, editing et agencement de séquences narratives, photographies d’actualité). Ils ont bien entendu des cours de traitement numérique, d’infographie et de tirage. Nous nous battons également pour conserver des cours de tirage argentique noir et blanc. En ce qui me concerne, beaucoup de photographes que je leur fais découvrir travaillent en argentique et on peut s’apercevoir que c’est aujourd’hui un secteur, en plus de l’intérêt pédagogique indéniable, qui parle beaucoup aux jeunes auteurs d’images.

Copyright Nathalie Gin

La plupart de leurs sujets sont réalisés en projets, intégrant des cours d’Arts Appliqués, des phases de réflexion et de recherches dans des cours de Méthodologie de Projet, la réalisation et le traitement numérique. Les sujets que nous écrivons donnent la possibilité aux élèves d’acquérir les compétences tout en développant leur créativité. En plus des composantes technique et professionnelle, nous nous attachons à stimuler les élèves par une forte composante artistique et culturelle.

D’autres cours théoriques sont axés sur la Technologie des équipements, sur l’Histoire de l’Art et de la Photographie mais nous abordons également des notions liées à la gestion de l’activité.

Rencontrent-ils des photographes ?

Ils rencontrent surtout des photographes durant leurs stages mais également au sein du Lycée lors de présentations ponctuelles : A titre d’exemple, il y a quelques années Paolo Roversi a fait quelques interventions. Dans le cadre des cours de reportage ils ont pu rencontrer le photographe William Daniels et plus récemment Cyrus Cornut (lauréat du prix HSBC 2021) ainsi que Carole Bellaiche qui leur ont présenté leur travail.

Ils rencontrent également des photographes parmi leurs professeurs, mais la relation n’est pas tout à fait la même.

Copyright Mohamed KHADHRI, The Street

Ils peuvent également rencontrer des auteurs, artistes venus de d’autres champs créatifs. En 2020-2021 le lycée a accueilli en résidence Rodolphe Alexis, designer sonore, artiste et enseignant qui a créé avec deux classes d’élèves les contenus d’une application géolocalisée mêlant sons et photographies.

Font-ils des stages ?

Oui, bien sûr. Les périodes de formation en entreprise font partie intégrante de leur cursus. Ils font en moyenne deux périodes de quatre semaines par an dans des entreprises du secteur de la photographie (boutiques, studios, photographes indépendants, laboratoires, retoucheurs, collectivités mais également dans des entreprises hors champ photographique mais toujours en lien avec l’image fixe ou animée).

Ont-ils une pratique de l’exposition de photographies ?

Durant leur formation nos élèves ont des expériences multiples liées aux expositions de photographies. C’est une part importante dans notre pédagogie. Leur permettre de se confronter aux tirages, aux photographies « physiques » et de sortir un peu de l’univers des réseaux sociaux.

Nous organisons régulièrement des visites d’expositions dans différents lieux parisiens (par exemple cette année au Jeu de Paume, à la Maison Européenne de la Photographie lors de l’exposition de Daido Moriyama, ou dans des galeries comme la galerie XII pour l’exposition 25 Bd Beaumarchais de Carole Bellaïche). Depuis quelques années certains élèves ont également l’opportunité de visiter Paris Photo au Grand Palais. Le lycée entretient une relation étroite depuis plusieurs années avec le Jeu de Paume au sein duquel nos élèves sont confrontés aux accrochages d’expositions de photographies patrimoniales (comme les Chefs d’œuvres photographiques du MOMA cette année) ou de recherches et productions très contemporaines. Le projet que nous menons en partenariat avec cette institution permet à tous les élèves du lycée de suivre des visites conférences consacrées aux expositions de l’année mais également à deux classes de première de réaliser une production photographique en vue d’une restitution sous forme d’exposition. Nous avons ainsi eu la chance de pouvoir accrocher et montrer le travail de nos élèves à plusieurs reprises au sein du Jeu de Paume. C’est une expérience passionnante et très valorisante pour eux.

Copyright Hélio-Luis, KHAIR

A titre personnel je les encourage très régulièrement à aller voir des expositions qui m’ont touché, ému et je commence la plupart de mes cours par un conseil d’exposition, une critique, une projection d’images en lien avec l’accrochage présenté.

Il ne faut pas oublier non plus le moment très important que constituent les Journées portes ouvertes du lycée Brassaï, dont les murs se couvrent de tirages, réalisés et accrochés par nos élèves.

Quelles sont les épreuves en photographie lors des éxamens du bac ?

Le baccalauréat Professionnel Photographie est un diplôme très exigeant qui comporte un grand nombre d’épreuves. En ce qui concerne les matières professionnelles les élèves passent la majorité de leurs épreuves à l’oral. Ils présentent ainsi deux portfolios lors de deux épreuves très importantes : un portfolio professionnel montrant l’ensemble de leurs savoir-faire (nature morte publicitaire, reportage, portrait, mode) et un portfolio plus personnel, aboutissement d’un travail photographique de plusieurs mois sur un thème national imposé. Au sein de celui-ci ils doivent trouver une approche personnelle et réaliser un ensemble cohérent de prises de vue et de tirages d’exposition. Une troisième épreuve orale leur permet également de réaliser une synthèse de leurs périodes de formation en entreprise. Toutes ces épreuves constituent des moments forts à l’issue de leur formation, d’autant plus qu’elles se déroulent en présence de professionnels invités, extérieurs au lycée. Ils passent bien sûr des épreuves écrites, notamment en Histoire de l’Art et de la Photographie, en technologie des équipements. Une nouvelle épreuve s’est greffée à cela depuis cette année avec la constitution et la soutenance du « Chef d’œuvre ».

Rencontrent-ils des livres de photographies pendant leur formation chez vous ? Avez-vous des exemples ?

Ils rencontrent des livres pendant leur formation. Il n’y a pas de manuels scolaires en ce qui concerne l’enseignement de la photographie, sinon quelques livres techniques de référence. Les élèves abordent l’histoire de la photographie en cours et ont à leur disposition un CDI bien fourni et dont le fond s’enrichit régulièrement. Ils ont dans leur sac pour les trois ans les livres de Quentin Bajac dans la collection ‎ Découvertes Gallimard.

A mes débuts il y a une vingtaine d’années je ne disposais pas de vidéoprojecteurs ou de tableaux numériques et n’avais souvent pas le temps de faire des reproductions. Mes anciens élèves gardent le souvenir des piles de livres de photographie qui servaient de support à mes cours d’Histoire de la Photographie (sans doute au détriment de mon dos …). J’aimais les apporter, les faire circuler ou circuler moi-même en les montrant.

Aujourd’hui, je les utilise de différentes manières dans mes cours, avec différents objectifs.

Dans le cadre de l’Accompagnement Personnalisé, je construis des séquences dédiées à certains livres marquants dans l’histoire de la photographie (souvent des livres qui me parlent et me touchent personnellement), des livres qui dévoilent des photographes, leur histoire, mais qui ont également une histoire : dans le désordre  The Americans de Robert Frank, Café Lehmitz d’Anders Pertersen, La France de Profil de Paul Strand et Claude Roy etc. Leur donner envie de faire des images, susciter leur curiosité, leur faire découvrir l’univers de photographes souvent sombres, très expressifs est une de mes obsessions. Quand un élève vient me voir à la fin du cours pour me dire qu’il a aimé, qu’il voudrait bien m’emprunter le livre, c’est une victoire pour moi. J’aime parler de la photographie, leur raconter des histoires. Et c’est tellement mieux et logique de le faire un livre à la main.

J’ai également développé une séquence autour des librairies parisiennes qui sont spécialisées ou donnent une grande importance aux livres de photographes et de photographie. Où les trouver ? J’ai également ouvert cette présentation à certaines librairies en ligne et au « marché » des livres rares ou épuisés. J’aborde la question de la valeur marchande du livre de collection, les côtes ahurissantes de certains ouvrages, parfois même très récents, qui deviennent vite inabordables.

Copyright Félix ARRAMY, Accident-géométriqu

Là aussi mon objectif est atteint quand un élève, ou un ancien élève, vient me voir ou m’écrit pour me dire qu’il a acheté tel ou tel livre dans une librairie, qu’il ou elle a dépensé une partie de son pass culture à la librairie d’un musée ou d’une institution photographique. Mais c’est quand même assez rare, du moins trop rare à mon goût.

Enfin et surtout, dans le cadre de mes cours de reportage, je leur montre des livres que l’on pourrait classer dans le champ documentaire, des monographies, des livres construits autour d’un sujet. Mais la plupart du temps je leur rapporte des ouvrages qui racontent l’histoire de leur auteur, je cherche à leur faire découvrir la structure narrative, la séquence des images mais surtout à leur faire ressentir l’atmosphère qui se dégage de ce « lieu » restreint qu’est le livre. Je leur montre des auteurs qui ont un style fort, marqué, très intime et personnel, toujours dans le souci de faire évoluer leur regard sur le monde et sur leur vie quotidienne. En particulier je travaille avec eux sur des portraits de lieux, sur la mémoire et la vie d’endroits restreints. La retranscription d’une atmosphère est un de mes objectifs. En ce sens certains livres m’aident énormément en particulier ceux de Bernard Plossu, Anders Petersen (Café Lehmitz, Sète #8, From Back Home), J.H Engström, Robert Frank, Christophe Bourguedieu (Le Cartographe, Tavastia, Eden) qui est très important pour moi, Mickael Ackerman, Guillaume Herbaut (La zone) mais également des livres de photographes s’inscrivant dans un champ plus plasticien, plus théorique comme Patrick Faigenbaum (Praha, Santulussurgiu, Tulle). William Eggleston est également, avec le William Eggleston’s Guide entre autres, une référence importante dans mes cours.

Récemment, à l’occasion de son exposition au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme, je leur ai fait découvrir certains livres de Patrick Zachmann comme Enquête d’Identité.

Copyright Nelly ROJAS, Paris15

Durant mes cours de studio je pose également régulièrement des livres de photographes sur la grande table (Dans le désordre Irving Penn, Paolo Roversi, Richard Avedon, Pierre Gonnord, Josef Sudek etc)

Mes élèves sont beaucoup devant l’ordinateur durant leur formation, ou plus généralement devant des écrans et j’ai besoin de leur apporter de la matérialité, leur montrer des objets, leur permettre de toucher, de sentir la matière du papier. J’essaie de les encourager à aller vers le livre, ce qui n’est pas une tâche facile aujourd’hui. Comme j’ai une petite tendance à collectionner, j’apporte beaucoup de livres de ma bibliothèque personnelle, parfois assez rares, et leur permet de les feuilleter, quelquefois de les emprunter. J’aime à penser que ma bibliothèque est un reflet de ma conception de la photographie, un deuxième « cerveau », qui doit être vivant et partagé. J’aime donc faire vivre mes livres en permettant à mes élèves de les parcourir, de se les faire passer.

Tout cela n’engage que moi bien sûr. Mais certains de mes collègues, également passionnés de livres de Photographie, sont amenés à en utiliser en cours.

En réalisent-ils pendant leur formation chez vous ? Avez-vous des exemples ?

C’est assez rare mais cela peut arriver à l’occasion de projets avec des partenaires institutionnels. En 2017 nous avons réalisé deux ouvrages ambitieux (imprimés à une centaine d’exemplaires chacun) : L’image en creux autour de l’exposition consacrée à Eli Lotar au Jeu de Paume et Chroniques Adolescentes sur le quotidien d’une génération d’élèves, en partenariat avec la Région Ile de France. Un projet est en cours actuellement avec les élèves de seconde qui pourrait déboucher sur la publication d’un ouvrage.

Utilisez-vous des livres photo-illustrés pour la jeunesse dans vos cours ? 

Je n’utilise pas vraiment de livres photo-illustrés pour la jeunesse. Mais sans doute est-ce un tort car le monde du livre jeunesse est un secteur tellement vivant et créatif. J’y suis confronté dans ma vie personnelle avec mes enfants. D’un point de vue pédagogique certains livres destinés à un jeune public auraient un intérêt indéniable au lycée. J’ai acheté à ma fille il y a quelques mois EYES OPEN, 23 idées photographiques pour enfants curieux de Susan Meiselas, chez Delpire, qui aurait sans aucun doute sa place dans notre formation. Il faut que notre CDI se le procure. Une Histoire des Images pour les enfants de David Hockney et Martin Gayford constituerait un beau « manuel » pour les premiers cours d’Histoire de l’Art. Mais en fait les exigences du référentiel du Diplôme, les programmes et le temps de plus en plus réduit que nous avons pour apporter les compétences, les connaissances et les savoir-faire font que nous allons souvent directement vers des livres essentiels de l’histoire de l’art ou de la photographie, sans distinction de tranche d’âge, parce qu’ils bousculent peut-être davantage nos élèves dans une période de changements personnels forts et les aident à passer de façon créative vers l’âge adulte.

Sont-ils familiers de la notion de photolittérature ?

Je ne pense pas qu’ils soient familiers de la notion de photolittérature même si ils y sont confrontés lorsqu’ils découvrent certains photographes, écrivains ou livres les mettant en relation.

Les auteurs que je leur fais découvrir dans les livres nourrissent une pratique photographique très littéraire, ou du moins en lien avec la littérature ou l’autobiographie. J’essaie de leur faire découvrir la structure littéraire, l’expressivité du récit de livres de photographie. Bernard Plossu, même s’il a une approche très proche du cinéma, élabore des livres qui se lisent, comme des romans, ou des recueils de poésie. Les liens entre Robert Frank et les auteurs de la Beat Generation, dont Kerouac, sont également évoqués lorsque l’on parle du livre The Americans. Les correspondances avec les textes d’écrivains ou de poètes (parfois conflictuelles) sont une des caractéristiques essentielles des livres de la Guilde du Livre comme La France de Profil de Paul Strand et Claude Roy, Le Grand Bal du Printemps d’Izis, ou la Banlieue de Paris de Doisneau que j’ai parfois l’occasion d’apporter en cours.

Nos élèves sont jeunes, mais au fil des années, certaines ou certains élèves nous parlent des livres qu’ils lisent, de littérature. C’est cependant assez marginal. Peut-être davantage avec les enseignants de Français-Histoire Géographie. Globalement nous essayons de les encourager à lire mais surtout à écrire par l’image, la photographie, ce qu’ils ont à dire sur le monde, leur vie. Certains développent dans leurs portfolios personnels une belle sensibilité d’auteurs (de jeunes auteurs), des séries photographiques très littéraires et fortes. Mais je ne pense pas que la majorité des élèves analysent facilement les liens et imbrications réciproques entre littérature et photographie. C’est encore un peu tôt.

J’espère également que quelques-uns savent que le photographe qui a donné son nom au lycée était lui-même un brillant écrivain.

Le site du lycée Brassaï http://www.lycee-brassai.fr/

Merci Rémy Péquignot ! Merci aux artistes !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

Transmettre le patrimoine photographique : comment la littérature jeunesse crée-t-elle un espace de rencontre entre l’enfant et la photographie patrimoniale ? Tentative d’inventaire

Catherine Chaine, Marc Riboud, I for Imagine, Tarabooks, 2011

Dans le cadre du séminaire “De la fabrique du patrimoine littéraire à la fabrique littéraire des patrimoines” organisée par le groupe Respalitt https://respalitt.hypotheses.org/, je présenterai mercredi 23 février une conférence portant sur  ces ouvrages qui, dans leur diversité générique, fonctionnent comme des vecteurs de transmission, tendent des ponts entre l’ art photographique patrimonial et l’enfant.

Au cours de mes années de recherche sur le livre photo illustré pour les plus jeunes, j’ai fait le constat que le livre de photographies avait peu de place sur les rayonnages des bibliothèques enfantines, que ce désamour trouvait peut-être son origine dans la méconnaissance de l’art photographique et qu’une découverte de son langage et de son histoire, prenant appui sur le support du livre faciliterait peut-être sa réception. En somme, des livres sur la photo pour comprendre d’autres livres phototextuels…  

Les développements que je fais consistent donc à dresser un état des lieux de la production d’ouvrages pour la jeunesse transmettant le patrimoine photographique, à explorer les grandes tendances des pratiques de publication, à examiner des dispositifs de translation de l’art photographique habituellement exposé dans des galeries ou musées, vers le support livre. Bien évidemment cet inventaire sera loin d’être exhaustif…

Pour s’inscrire :  https://www.fabula.org/actualites/seminaire-patrimonialitte-ii–le-patrimoine-presente-aux-enfants_106593.php?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter&fbclid=IwAR3JP2TAX25WEmuGlXgaxMI5aHusKm9nhz1EQJ5mMtSuOhcG-_iAPbGXPQU

Photographie contemporaine

Éditions Palette…, Paris 2013, 31 x 25 cm, 96 pages
Prix du livre d’art jeunesse du FILAF (Festival International du Livre d’Art et du Film), 2014

Si les adolescents photographient tout, et tout le temps, que savent-ils de l’histoire de la photographie artistique du XXIe siècle ? Et nous-mêmes ? L’ouvrage Photographie Contemporaine  propose un parcours au cœur de l’art photographique de ces dernières années et entend faire découvrir quelques uns de ses maîtres : Stephen Shore, Yuri Kozyrev, Edward Burtynsky, Sophie Ristelhueber, Nan Goldin, Richard Mosse, Paul Graham… De la photo de portrait au photo-journalisme, argentique ou images retouchées sous photoshop, document objectif et  transformation du réel, ce livre explore les différentes facettes de leur pratique. Le livre,  passerelle vers l’art photographique, suite de l’enquête…

Rencontre avec son autrice, Floriane Herrero.

Floriane, pourriez-vous d’abord nous indiquer quel parcours vous avez suivi.

J’ai d’abord étudié à l’école du Louvre, dont je suis diplômée en muséologie, et j’ai ensuite également obtenu un master en édition et communication. J’ai exercé de
nombreux métiers dans la culture en plus de mon activité en tant qu’autrice, je suis
actuellement à la recherche d’un nouvel emploi. 

Quels sont les maîtres que vous admirez en photographies, si vous en admirez ?

J’admire de nombreux photographes ! J’ai une affection toute particulière pour la
photographie des années 20 à 40, en France et ailleurs. Par exemple Alexander Rodchenko, Germaine Krull, Jacques-André Boiffard… Dans une toute autre esthétique, j’aime beaucoup le travail en couleur de William Eggleston et un de ses
héritiers plus contemporains, Alec Soth.

Vous avez publié Photographie contemporaine aux éditions Palette… Pourquoi cet éditeur ? 

Photographie Contemporaine a été publié en 2013 et il s’inscrivrait à l’époque dans une collection informelle que les éditeurs d’alors avait développé et qui regroupait des ouvrages de grand format consacré à la création contemporaine. Je connaissais les éditions Palette depuis 2011 et j’avais déjà collaboré avec eux sur d’autres ouvrages. Je n’ai pas rencontré de difficulté pour le faire éditer, si ce n’est peut-être un peu de scepticisme au départ quant au fait que le sujet puisse être adapté au jeune public.

copyright Éditions Palette…, Paris

A qui s’adresse cet ouvrage et quelle est sa finalité  ?

Il s’agit d’un livre s’adressant d’abord aux enfants à partir de 12 ans, aux
adolescents mais aussi à un public adulte qui ne connaît pas l’univers de la photographie contemporaine. En effet, en discutant avec des lecteurs, parents ou enfants, j’ai réalisé que cet ouvrage pouvait tout à fait servir d’introduction auprès d’un lectorat de tout âge.

Pensez-vous que les enfants souffrent d’un manque d’éducation à l’image et plus particulièrement à la photographie ? Cet ouvrage vient-il combler un manque ?

Encore une fois, cet ouvrage est paru en 2013, et depuis, le rapport des enfants à l’image a énormément évolué, notamment via le développement de leur utilisation des réseaux sociaux tels qu’Instagram, Snapchat etc. Mais je pense effectivement que les enfants, autant à l’époque que de nos jours, souffrent d’un manque d’éducation à l’image, à l’impact des images, à leur signification culturelle et sociétale. Peut-être aussi souffrent- ils d’un effet de saturation face aux images, et sont-ils en quelque sorte désensibilisés. Et puis, du point de vue de la beauté, de l’émerveillement, de la capacité à imaginer à partir d’une image, il me semble là aussi que l’omniprésence virtuelle handicape les plus jeunes générations.

Pourquoi cet « espace » aménagé dans la couverture ? 

C’est le directeur des éditions Palette de l’époque, Didier Baraud, qui s’occupait plus
particulièrement de la création de la maquette, en collaboration bien sûr avec le graphiste Loïc Le Gall. L’idée d’une fenêtre nous paraissait intéressante, comme une fenêtre ouverte sur le monde, aussi l’idée de cadrage de la photographie… 

Votre ouvrage est divisé en cinq grands thèmes : « Témoignages », «Mises en scènes », « Figure humaine », « Paysages » et « Expérimentations ».Pourquoi ceux-là ? Est-ce qui se dégage de la photographie contemporaine ?

J’ai longuement travaillé pour trouver comment organiser cet ouvrage. La photographie, et d’autant plus la photographie contemporaine, est un domaine très très vaste, et il me semblait utile, par souci de pédagogie, d’organiser l’ouvrage autour de grandes thématiques. Une approche chronologique n’aurait pas eu de sens, une approche géographique non plus, j’étais donc dans l’obligation de trouver des thèmes à aborder. Les cinq thèmes choisis me semblaient les plus appropriés et me permettaient aussi de parler de beaucoup de photographes, aussi bien des photographes documentaires que des portraitistes que des photographes de paysages ou encore des expérimentateurs purs.

Comment la définissez-vous d’ailleurs ? avec quelles bornes temporelles ?

Pour cet ouvrage, je me suis limitée au maximum à des photographes des années 2000, avec quelques exceptions bien entendu. Si je devais refaire ce livre maintenant, et à cause de l’évolution de la photographie numérique / des téléphones portables, j’aurais sans doute des limites temporelles encore plus réduites.

Comment avez-vous opéré un choix dans la production contemporaine ? Avez-vous des regrets de ne pas avoir pu y faire figurer certains artistes ?

J’ai bien entendu dû opérer un choix dans les artistes sélectionnés, car c’est un domaine particulièrement riches, mais je n’ai pas de profonds regrets car chaque artiste représenté est un artiste que j’apprécie particulièrement. Il s’agit toujours d’un choix et il ne faut pas tenter l’exhaustivité, c’est une quête impossible…

Texte d’abord, images ensuite ou l’inverse ?  

J’ai d’abord fait un choix iconographique, en construisant en parallèle le plan
du livre, et j’ai ensuite attaqué la phase de rédaction. Avec mes seules deux mains, donc.

copyright Éditions Palette, Paris

Comment s’est opéré le choix de la mise en page des photographies ?

L’idée d’utiliser un grand format pour ce type d’ouvrage est aussi de laisser beaucoup de place à l’image, afin que les plus jeunes puissent véritablement se plonger dans les visuels, en voir le plus de détails. Vous remarquerez donc que la plupart des images sont au moins au format demi-page, sauf dans le cas où bien entendu, pour pouvoir représenter plusieurs artistes, celles-ci sont en quart de page.

La maison d’édition est-elle intervenue dans la conception ?

Bien sûr, j’ai travaillé très étroitement avec Didier Baraud et Nicolas Martin, qui était
alors éditeur chez Palette. C’est l’éditeur qui a validé la version finale du plan et de la
sélection iconographique, et au fil de l’écriture, a corrigé et validé les textes. Ce sont eux qui se sont chargé de toute la conception physique du livre, de la fabrication au
graphisme.

Avez-vous rencontré quelques lecteurs/trices qui vous ont fait part de leurs émotions devant ces belles images ?

J’ai eu la chance de participer plusieurs fois au Salon du Livre jeunesse de Montreuil et je me souviens avoir eu des retours enthousiastes de parents et d’enfants. Les enfants ont souvent une réaction très « wouaesque » devant certaines images, ou alors rigolent franchement. J’ai également au des retours de certains des photographes présents dans le livre qui étaient ravis d’apparaître dans un livre destiné au jeune public.

Pourriez-vous le rééditer ? En faire une suite ?

Ce livre pourrait et mériterait d’être réédité afin d’en proposer une version mise à jour, la production photographe ayant vraiment beaucoup évolué en quelques années.

Enfin, que lisiez-vous enfant ? Y-avait-il des livres de photographies ?

Je lisais finalement peu étant enfant, j’étais plutôt une enfant qui aimait jouer dehors ou alors regarder des dessins animés… Donc plutôt visuelle.

Merci Floriane !

Pour découvrir le travail de Floriane Herrero https://florianeherrero.com/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

L’Histoire vraie des grandes photos, entretien avec David Groison

Actes Sud Junior
Mai, 2014
18.00 x 18.00 cm
88 pages

Qu’est-ce qu’une photographie iconique ? Les deux volumes de l’Histoire vraie des grandes photos, signés David Groison et Pierangélique Schouler, tentent de répondre à cette question en proposant pour chaque opus une sélection de 20 images,  sélectionnées dans plus d’un siècle de production photographique.

Chaque image est décodée, analysée, autant d’un point de vue esthétique que symbolique, et replacée dans son contexte historique. Les auteurs ou les acteurs de ces photographies viennent parfois raconter l’histoire de ces prises de vue et ajoutent un supplément d’humanité à ces clichés que nous croyions déjà connaître. 

Entretien avec David Groison.

Comment est née L’Histoire vraie des grandes photos ?

Pierangélique Schouler et moi-même sommes partis du constat suivant : il y a une méconnaissance de la photographie, à la fois chez les journalistes et chez les ados. L’école nous apprend à décrypter des textes patrimoniaux, mais ne nous apprend rien sur l’image alors que nous baignons dans un monde d’images, où il y a plein de règles d’écriture, comme dans les textes. On a donc voulu réfléchir aux vingt questions à se poser pour regarder les images et cela a donné Prises de vue, décrypter la photo d’actu, chez Actes Sud Junior. Nous avons ensuite réalisé Photos chopées, sur les photos truquées, qui montre comment et pourquoi certaines photographies sont trafiquées.

Après avoir travaillé sur la grammaire et les coulisses de la photographie, il semblait naturel de présenter les grandes photos, aussi bien que le ferait un cursus littéraire. Ces grandes photos, notre œil les connait, les repère partout, analyse la répétition des motifs, mais, en fait, nous n’en savons pas grand-chose, et surtout pas dire à quelle réalité elles se rapportent. Aller chercher les coulisses de la prise de vue nous a permis de voir combien cela éclairait les débats d’aujourd’hui sur la place de la photo, la preuve qu’elle apporte.

Actes Sud Junior, Avril, 2013, 18.00 x 18.00 cm, 88 pages

Pourquoi cette compilation de photographies a-t-elle ce format carré, un peu petit ? C’est un peu surprenant pour un livre de photographies. On s’attend plus à de grandes images et en plus grand nombre.

Nous ne voulions pas un beau livre de photos hyper impressionnant. Les deux premiers ont même une couverture souple. Ces deux volumes consacrés à l’histoire vraie des grandes photos s’inscrivent dans une série de cinq ouvrages et en ont donc la forme.

Nous ne voulions pas non plus réaliser un livre qui présenterait les grands moments historiques. Nous n’avons aucune photo qui concerne la Première Guerre mondiale par exemple, et c’est bien normal car il n’en reste pas de photo iconique. L’idée était  vraiment de faire figurer des photos présentes dans la pop culture ou dans notre imaginaire. En rigolant, quand on en parle devant des ados, on leur demande si telle image a été détournée par les Simpson. Un des critères pour identifier une photo iconique serait finalement le détournement ou sa présence dans une série. C’est un bon indicateur.

On s’est arrêté à vingt photographies pour ne pas faire un livre trop volumineux. Il était important de garantir le plaisir de lecture. Assez vite nous avons proposé d’en faire un deuxième, avec cette limite de l’année 1965 et l’arrivée de la couleur. De la même façon, chaque histoire que nous racontons autour de chaque photo a un nombre de signes limité. Lire l’histoire d’une photo ne devait pas devenir impressionnant.

Actes Sud Junior, mars 2016, 18.00 x 18.00 cm, 88 pages

Comment s’est opérée cette sélection de photos ? Chacun de votre côté d’abord avant une mise en commun ?

C’est cela ! Nous avons chacun notre culture : Pierangélique est iconographe de presse et a un parcours en rapport avec l’image et moi je viens de l’écrit et de l’école du journalisme. C’est l’alliance du néophyte et de l’expert, avec chacun sa grille de lecture et chacun son avis. Certaines photos, très connues des étudiants en photo, ne me semblaient pas du tout connues du grand public par exemple. Finalement le choix s’est porté sur des images qui racontaient plus qu’elles-mêmes, comme celle réalisée sur le Rockefeller Center. (Construction Workers Eating Lunch, 1932). Elle est à la fois allégorie de l’amitié, tout en étant le symbole du moment où NY devient NY. La bonne surprise a été de découvrir que chaque photo avait une histoire dingue.

Comment avez-vous pris en compte les auteurs de ces images et leurs ayants droit ?

Pour obtenir le droit de publier ces images, il suffit de payer en fait ! La surprise a été de découvrir que certaines photos valaient plus que d’autres. Le baiser de L’hôtel de ville vaut plus que celui pris à Times Square !  

On a essayé, à chaque fois que cela été possible, d’interviewer les gens qui les ont prises ou ceux qui sont sur la photo. Celle d’Arthus Bertrand m’a frappé. Le pilote de l’hélicoptère était heureux d’en parler. L’enquête pour retrouver les gens sur les photos a été passionnante.

Pourquoi le volume 1 est-il proposé avec deux couvertures différentes, une avec Marilyn Monroe de 1954, l’autre avec des ouvriers de 1932 ? 

Lors de la première édition, le directeur artistique s’interrogeait sur la difficulté de réduire ce travail à une seule image… Dès la réimpression, il a été convenu de ne garder que celle des ouvriers.

Quels retours avez-vous des lecteurs ?

J’ai animé récemment un atelier avec des petits, et je leur ai proposé des extraits découpés des photos. Tout de suite, ils étaient capables de saisir l’essence des photos et d’imaginer leur hors-champ. Pour celle de Dorothea Lange (Migrant Mother, 1936), par exemple, ils ont imaginé le père, car cela leur semblait impossible que celui-ci soit absent.

Ce qui est génial avec des ces publics éloignés du livre, c’est qu’ils  rentrent soudain dedans à fond. Certains adolescents ont écrit des slams pour accompagner la photo des ouvriers sur la poutre (Construction Workers Eating Lunch, 1932). C’est réjouissant pour moi comme pour les éducateurs.

Serait-il possible d’imaginer un troisième tome ?

Nous nous sommes arrêtés à 2015 avec la photo de la Place de la nation. Il est compliqué de choisir des images sur lesquelles le temps n’a pas laissé sa patine. Les trois dernières photos sont certainement facilement contestables, parce qu’il manque le recul de 50 années. Aujourd’hui, la photo est omniprésente et la photo iconique est plus difficile à isoler. Les photos ont moins le temps de s’imposer et d’écraser tout le reste. Il faut donc du temps dans l’œil de celui qui la voit pour qu’elle devienne iconique.

 

Avez-vous des regrets ?

Non. C’est notre choix à tous les deux. Ceci étant, j’aurais bien mis la photo de John Lennon et Yoko Ono prise par Leibowitz juste avant qu’il se fasse assassiner, mais Pierangélique trouvait qu’elle ne rentrait pas dans le corpus et en plus elle était hors de prix !  Ceci étant la question du prix n’a jamais été un sujet pour l’éditrice.

Merci David Groison ! 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

 

De la publicité Dop à l’album photolittéraire Rodolphe et Berlingot

Paris, R. Laffont (Impr. la Sapho), 1955. In-4°, non paginé, fig., pl., couv. en coul

En plein âge d’or de l’album photographique, les éditions Robert Laffont publie Rodolphe et Berlingot, un grand ouvrage photo-illustré qui accueille les aventures du jeune Rodolphe et de son compagnon le chien Berlingot. Si le récit est assez familier-un jeune garçon se lie d’amitié avec un animal, le perd et le retrouve grâce à l’intervention d’un tiers- cet ouvrage est intéressant à plus d’un titre.

La préface de l’ouvrage indique que “Rodolphe “est un petit garçon que tout le monde a vu au cinéma, que tout le monde a entendu à la radio”. Quelques recherches permettent de découvrir que Rodolphe n’est pas juste un personnage dont on fait connaissance dès la couverture de l’album. Dans une France qui découvre le marketing publicitaire, Rodolphe est aussi l’égérie de la marque Dop et l’image du berlingot de shampoing depuis 1952. Fils de François Clauteaux, chef de la publicité de L’Oréal et créateur du journal Pilote, le jeune Rodolphe Clauteaux est bien connu des Français  qui l’appellent ” Le petit Rodolphe”. Déguisé en cow-boy, scout ou monsieur Loyal, il accompagne toutes les publicités, cartes postales à collectionner, films réalisés par la maison de produits d’hygiène. On peut encore entendre sa voix à la radio dans de petits sketchs de l’émission “Salut Marcel !”, ou lançant sur les ondes son slogan “Moi je veux un berlingot !”. http://www.culturepub.fr/videos/dop-shampoing-l-ecole/ 

Sa bouille ronde et son nom sont entrés dans tous les foyers et le livre pourrait apparaître comme un produit dérivé d’un succès commercial. On peut d’ailleurs s’interroger sur la présence de ces carrés multicolores sur la couverture. Faut-il y voir un clin d’œil à la petite poche de shampooing bleu, jaune, rouge, vert ou violet de deux à trois centimètres carrés vendue dans de grands pots en verre ? 

Le nom de l’auteur sur la couverture retient également toute notre attention. Francis Mazière n’est pas un inconnu. Il a participé à plusieurs expéditions en Afrique et en Amérique du Sud. Avec le cameraman Wladimir Ivanov et la photographe Dominique Darbois, ils ont monté une expédition en Amazonie, pour se lancer à la recherche de Raymond Maufrais, l’explorateur disparu, et étudier les Indiens d’Amazonie ensuite. Ils sont revenus sans Raymond Maufrais, mais avec de la musique enregistrée un film documentaire ethnographique, et de multiples clichés qui seront publiés dans cinq ouvrages : Expedition Tumuc Humac chez Robert Lafont, Indiens d’Amazonie, premier ouvrage de la collection « Mondes et visages » chez Del Duca, Derrière le miroir, dessins indiens du Tumuc Humac, qui allie photographie et dessins de peintures rituelles, Parana le petit Indien, chez Nathan, premier numéro de la collection « Enfants du monde »et Yanamalé village of the Amazon, publié chez Collins, à Londres. Dominique Darbois et Francis Mazière ont ensuite signé les titres de la collection de portraits de pays “Enfants du Monde”chez Nathan, ensemble puis chacun de leur côté. Loin de l’Amazonie, Francis Mazière installe ce nouveau récit dans le décor de Paris : on retrouve les autobus à plateforme qui conduisent à la Gare de l’Est,  les voiliers du jardin des Tuileries, les quais de la Seine et le Pont Neuf… Il ne manque qu’un ballon rouge traversant le ciel de Paris…

Les pages de garde, photographiques, accueillent l’image d’un mur sur lequel un graffiti a été soigneusement dessiné à la craie. On y lit un autre nom, celui de Pierre Pothier. Celui-ci n’est pas non plus un inconnu, même si, opérant dans l’ombre, son nom est moins familier des lecteurs. Il signe en effet les couvertures et la mise en page de presque tous les albums de la collection “Enfants du Monde”. On retrouve ainsi dans Rodolphe et Berlingot tout ce qui a fait l’originalité et la force de cette collection : détourage des photographies, insertion de motifs géométriques qui font écho aux  décors des clichés, lignes qui mettent en avant le couple chien-enfant, révèlent les échanges de regard  entre les personnages,  images séquentielles qui lient l’ouvrage au roman photo en vogue, insertion de morceaux de texte dans les motifs géométriques…

La  conjonction de coordination “et” placée en page de garde le désigne comme le  auteur à part égale de l’album, et à juste titre. Il a fait de l’espace de la double-page un lieu d’expression plastique qui guide et capte  l’attention du lecteur et donne du peps à cet album. 

Un ouvrage à (re)découvrir donc. 

Allez, encore une : http://www.culturepub.fr/videos/dop-shampooing-le-pays-des-merveilles/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

 

Promenons-nous dans les bois avec Isabelle Ricq et Une forêt dans un verre d’eau

Isabelle Ricq, une forêt dans un verre d’eau, Seuil Jeunesse, 2021

“Une petite fille écrit à sa grand-mère qui vient de disparaître et lui fait part d’une étrange aventure qu’elle vient de vivre.

Elle lui raconte comment, alors qu’elle observait les racines d’une petite plante qu’elle fait pousser dans un verre d’eau, elle est tombée dedans et s’est retrouvée subitement au cœur d’une forêt an compagnie du garçon-qui-pensait-être-un-loup”. Ainsi commence l’histoire, portée par un texte plein de poésie et par de très belles photographies forestières qui servent de terrain de jeux  à  Loup et Mouflette, deux petits personnages dessinés perdus dans les bois, occasion formidable de découvrir le monde et la vie.

Isabelle Ricq est notre invitée.

Quelle est votre profession ? et quel est votre parcours ?

Je suis photographe, et plus précisément photographe documentaire, c’est-à-dire que je réalise des reportages au long cours, sur des sujets que j’ai eu la chance de choisir. À 20 ans, en sortant de l’école de photo, j’ai vécu en Indonésie où j’ai longtemps documenté la fulgurante déforestation en cours: la destruction de la forêt, et son remplacement par des monocultures lucratives, sont devenues mes obsessions de travail. Je les ai photographiés ailleurs sur la planète, pour finalement revenir en Asie du Sud-Est, à Bornéo, pour une enquête photographique autour de la disparition d’un activiste suisse, Bruno Manser, qui a nécessité huit années de documentation et de voyages, et qui m’a laissée sur les rotules.

Christian Tochtermann Isabelle Ricq (Auteur) Ou la disparition de l’homme penan, septembre 2019 

Comment passe-t-on de la photographie documentaire à la littérature jeunesse ?

Au milieu de ce travail documentaire à Bornéo, notre fille est arrivée. Elle a bouleversé notre rythme, évidemment, mais surtout ma perception du monde.

Je me suis mise à tout voir à sa hauteur, ce qui m’a vite fait réaliser que derrière la complexité des sujets que je traitais se cachaient des valeurs qui étaient simples à comprendre, même pour un très jeune enfant. Dans le même temps, je découvrais grâce à elle les rayons littérature jeunesse des librairies, et j’en ai tiré trois constats: le premier est que la photographie est rare dans les livres pour enfants, surtout dans les albums de fiction. Le second est que ma fille de deux ans savait reconnaître une vache dessinée, qu’elle soit jaune, verte ou orange, avec une salopette ou des lunettes, à quatre pattes ou debout, mais qu’elle l’identifiait avec plus de peine sur une photographie. Le troisième est que cette même petite fille était capable de s’attacher aux photographies qu’on lui présentait, et d’y projeter ses propres histoires.

copyright Isabelle Ricq

Je me suis alors intéressée au passionnant (et périodique) désamour de l’édition jeunesse et de la photographie, de l’essor des albums photographiques dans les années d’après-guerre à l’arrêt brutal de leur production au début des années 1980. Diverses raisons sont invoquées pour cela: que les jeunes lecteurs éprouveraient des difficultés à appréhender la photographie, alors majoritairement en noir et blanc, ou encore que le réalisme de ces images freinerait l’imaginaire. Tout, pourtant, dans mon expérience, contredisait ces théories.

L’envie d’écrire et d’illustrer une histoire pour enfant est née de ces réflexions nouvelles, mais également de ma prise de conscience de la puissance de la fiction pour raconter le monde qui nous entoure. Moi qui m’étais toujours attachée à rendre compte de la réalité le plus honnêtement possible, à ne surtout pas trahir la parole de celles et ceux qui se donnent à voir, je découvrais là une liberté insoupçonnée, et une joie de créer renouvelée.

copyright Isabelle Ricq

Est-ce que ce projet a eu du mal à aboutir ? La présence de la photographie a-t-elle posé un problème aux éditeurs ?

Le fait que mes illustrations s’appuient sur des photographies a été très bien accueilli par les deux maisons d’édition auxquelles je les ai montrées, et l’enthousiasme d’Angèle Cambournac, au Seuil Jeunesse, m’a tout de suite convaincue que ce projet devait se faire avec elle. Ce que j’entends, c’est que les éditeurs ont conscience que le médium photographique est sous-utilisé dans l’illustration jeunesse, et que le peu de projets qui leur sont proposés sont encore freinés car la photographie a la réputation de mal se vendre.

Aujourd’hui, la plupart des albums photographiques qui paraissent sont des mises en scène de figurines ou de marionnettes, ou des imagiers. En cela, mon approche était différente, car il s’agissait d’ancrer mes fictions dans le réel par l’utilisation de la photographie comme environnement, dans lequel un personnage dessiné vit de merveilleuses aventures. Par l’utilisation du dessin, mes images renvoient donc partiellement aux codes traditionnels de l’illustration jeunesse, et même si la part dessinée est minime dans l’espace de l’image, il est tout à fait probable que sans cela ce projet ait été beaucoup plus difficile à faire vivre.

copyright Isabelle Ricq

“Tout enfant recommence le monde”, Pourquoi cette citation d’Henri David Thoreau en exergue ?

Cette citation vient d’un livre important pour moi, Walden ou la vie dans les bois, grand récit de la mise en application d’une philosophie de vie, dont certains passages me sont longtemps restés en tête. Cette phrase en faisait partie, mais j’ai l’impression d’en avoir réellement saisi le sens qu’en devenant mère. Elle m’a accompagnée et, à mesure que j’écrivais ce livre, elle résonnait de plus en plus fort en moi, si bien qu’il m’a semblé évident de la citer en exergue, comme on éclaire un chemin depuis l’orée du bois.

Qui sont les personnages dUne forêt dans un verre d’eau ? des lointains cousins d’Alice ? ou de Tobie Lolness ?

Loup et Mouflette sont deux petits voisins, qui ne se connaissent pas bien avant que leur aventure ne commence. Leur voyage est une prise de conscience, et je dirais qu’il partage plutôt des liens avec celui de Max, de Max et les Maximonstres, chef d’oeuvre de Maurice Sendak, dont le titre original aurait pu lui aussi figurer en exergue: Where the wild things are.

Pourquoi avoir choisi un couple de personnages fille -garçon ?

Simplement parce que j’affectionne particulièrement les amitiés fille-garçon, et que le début de l’histoire s’attache à Mouflette: lorsque Loup surgit, il est autre vis-à-vis d’elle, sur tous les plans.

Et pourquoi la forêt ? comme un lieu de mystère presque  incontournable des contes ?

La forêt est pour moi le lieu du sauvage, un monde avec « un coeur » et « des confins », dont la plupart des interactions nous échappent. Nous en venons pourtant, mais en le quittant nous nous sommes persuadés que ce que nous y laissions était sombre, inutile dans un monde civilisé, voire dangereux. Que se passe-t-il alors si nous y revenons?

Accessoirement, la forêt est aussi le milieu naturel dans lequel je me sens la plus à l’aise et heureuse, et je crois qu’il était important pour moi de prendre du plaisir à faire ce projet, assez égoïstement.

Envisagez-vous de rendre compte d’autres espaces dans vos prochains projets 

Les idées sur lesquelles je travaille actuellement se différencient un peu d’Une forêt dans un verre d’eau: par l’échelle, pour l’un, et par la technique, pour l’autre. Il y a toujours (un peu) de forêts, mais je cherche aussi à faire quelques prises de vue sous l’eau, oui.

Vous photographiez ? vous dessinez ? vous écrivez ? dans quel ordre pour cet ouvrage ?

Cet ouvrage est né d’une petite histoire destinée à ma fille, pour laquelle j’avais utilisé un corpus de photographies réalisées en Pologne, dans la forêt de Białowieża – joyau de nature, souvent qualifié de dernière forêt primaire d’Europe avant que l’actualité ne la rattrape tristement, d’abord par les coupes de bois, puis aujourd’hui par l’errance des migrants instrumentalisés là par le pouvoir biélorusse.

De ce premier fil, nous avons tissé un récit plus complexe avec Angèle, l’éditrice, ce qui fait qu’ensuite c’est l’écriture qui a guidé les prises de vues, les dessins étant l’étape finale du travail. Du premier récit ne subsiste dans le livre qu’une seule image, les autres ayant toutes été réalisées en Belgique, où je vis.

Quel âge ont vos lecteurs ? qu’attendez-vous d’eux lorsqu’ils auront cet ouvrage entre les mains ?

C’est une bonne question, et cela fait d’ailleurs partie des surprises que j’ai eu en tenant l’album en main pour la première fois: je pensais écrire une histoire destinée à être lue par les parents, alors que je me rends compte aujourd’hui qu’elle touchera plutôt les plus grands, qui commencent à maîtriser la lecture par eux-mêmes. Je crois que c’est dû au fait que, sans que je m’en aperçoive, mes mots ont grandi avec ma fille, qui a aujourd’hui 6 ans. Cette histoire, je ne fais que la déposer à ces petits lecteurs, en espérant qu’elle résonnera chez certains d’entre eux.

Que lisiez-vous lorsque vous étiez enfant ?

Une des raisons pour lesquelles je suis tombée en amour pour le monde du livre jeunesse, c’est que je ne l’ai que très peu côtoyé étant enfant. Je n’ai eu des livres pour moi que lorsque j’ai pu lire seule, et je suis passée à côté de l’album illustré. Ma première passion a été pour Roald Dahl, dont j’ai dévoré tous les livres en format de poche. Aujourd’hui, je découvre avec émerveillement les rééditions de ces mêmes histoires, superbement enrichies, et j’ai l’impression de vivre une part d’enfance qui m’avait échappée.

Merci Isabelle ! http://isabellericq.fr/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

BOURSES du CNL !

couverture provisoire copyright Ergy Landau

Le Centre National du Livre a accordé son soutien à l’ouvrage 150 ans de photolittérature pour les enfants  dont la parution est prévue au mois de mars 2022 aux éditions MeMo. 

Il a également accordé son soutien à la monographie Ergy Landau (1896-1967) , écrite avec le professeur David Martens et à paraître aux éditions du Bec en l’air courant 2022. 

Nos adressons nos remerciements les plus chaleureux au CNL !