Jouer est un métier. Rencontre avec Martine Camillieri

Miniphlit poursuit ses rencontres avec les artistes qui font la photolittérature de jeunesse d’aujourd’hui. 

C’est à pas de loup que s’est faite la rencontre avec Martine Camillieri. L’une a frappé à la fenêtre de l’autre et la discussion qui s’est engagée autour de la poétisation du banal a débouché sur la découverte de nos univers respectifs. Une belle rencontre et l’occasion de prouver  que « jouer » peut devenir un métier.

Bonjour Martine Camillieri, et merci d’accueillir Miniphlit !

Merci Laurence et Miniphlit de vous pencher sur mon travail.
Le jour de ma communion privée j’ai reçu un appareil de photo, un Brownie-flash, j’ai photographié les gens  autour de moi… tous ont été flous. Alors je me suis mise à photographier mes jouets préférés au grand
désespoir de mes parents, pour eux c’était sans intérêt et de l’argent gâché. Là s’est arrêtée net ma jeune carrière de photographe et je suis retournée au dessin que j’affectionnais tant.

Quel est votre métier ?

Je suis auteure-plasticienne et scénographe. J’ai quitté le monde de la publicité en 2000 pour une deuxième vie avec moins de consommation et je suis devenue (par repentir ?) auteure-plasticienne, une artiste engagée ne produisant pas d’œuvre. Depuis 2004, j’expose dans des galeries et des centres d’art des Temples ou Autels, des installations, monumentales jusqu’à l’écœurement, devant lesquels j’invite le public à réfléchir sur l’écologie, la biodiversité, le comestible… Mes œuvres sont éphémères, réalisées à partir d’objets de consommation courante empilés, rien n’est troué, vissé ou altéré, tout peut revenir à sa fonction initiale, c’est ce que j’ai appelé le nomadisme des utilités. Partant de ce principe que de multiplier les fonctions des objets permettait de réduire leur nombre, je me suis donné cette petite mission qui est de militer pour limiter l’objet sur terre. J’ai alors travaillé à mes manuels d’écologie ludique, de création éphémère, biodégradable ou recyclable sans souci de l’esthétiquement correct.

J’ai d’abord commencé à publier pour les grands enfants, des jeunes trentenaires ayant du mal à se séparer de leurs jouets iconiques préférés. Dans Jouets détournés : Sophie la girafe devient momentanément un klaxon de bicyclette, Ken planté dans un vase est un soliflore, une dînette habille un abat-jour… Tout est temporaire et
aura évité certains achats fonctionnels ou décoratifs, tout peut revenir à l’état de jouet pour être transmis à de vrais enfants ! Dans Tables éphémères des verres retournés sont des bougeoirs chics, des saladiers même moches peuvent s’empiler en fontaine à dragées un jour de mariage ! Ces livres, à l’opposé de ceux du rayon des loisirs créatifs, étaient, sont toujours, des petits manifestes de déconsommation bienheureuse. La suite de mon travail artistique en petit format.

https://www.martinecamillieri.com/edition/jouets.php

Comment est née votre collaboration avec les éditions De l’Epure ? et celle avec le Seuil ? Sur votre site, je découvre des livres pour enfants très variés. Pourriez-vous nous les présenter ?

Sabine Bucquet-Grenet des éditions de l’Épure aimait beaucoup mon travail artistique mais n’était pas un éditeur jeunesse, j’ai imaginé pour elle : Je sais cuisiner pour mes doudous, adressé aux enfants par un système de double lecture, un gros livre familial ( 312 pages) sur l’apprentissage du goût par la présentation de micro-quantités.

Les adultes racontent le calendrier de la vie, les fêtes, les saisons et leurs aliments, les petits (accompagné par les grands) cuisinent des micro-nourritures pour leurs doudous. Et si c’est bon pour leur doudou… c’est donc bon pour eux ! C’est là que j’ai commencé à personnifier les jouets, ils prennent la parole, commentent les textes, cuisinent et sont attablés devant de vraies nourritures à leur échelle ce qui les rends réels. Mes Minus sont apparus.

Je suis devenue auteure jeunesse après une belle rencontre avec Le Seuil, sensible à ces Minus en plastique qui avaient l’air si vivant, qui travaillaient ou boulottaient avec gourmandise et pouvaient vivre indépendamment du texte avec leurs dialogues personnels pour des très jeunes enfants. Et la publication des contes a commencé : des détournements d’histoire (plutôt des angles de vue différents), réalisés aves des objets détournés. D’abord Les très petits cochons, parce que cela a été ma première émotion littéraire, ensuite La princesse au si petit pois, un prince errant en montgolfière bricolée avec des tasses de dînettes, qui part à la rencontre de toutes sortes de princesses, harpies, géantes, absentes ou sorcières… Puis Le vraiment trop petit Poucet qui dort dans un pauvre frigo vide, subtilise les Crocs de l’ogre (parfaites chaussures monstrueuses d’un croqueur d’enfants) afin de les transformer en barques pour sauver sa fratrie.

https://www.martinecamillieri.com/edition/petits-cochons.php

https://www.martinecamillieri.com/edition/princesse-petit-pois.php

https://www.martinecamillieri.com/edition/petits-bricolages.php

Les instituteurs-trices avaient déjà souvent travaillé à partir de mes livres dans lesquels on créait à partir de rien, avec mes albums jeunesse les écoles ont réalisé des installations, leur ville parfois… ou des films en stopmotion. Alors j’ai décidé de faire Le gros livre des petits bricolages (224 pages), un catalogue de petites choses essentielles à fabriquer (sans scie, perceuse ou clou pointus) pour servir de décors à des histoires.

Beaucoup de ces installations de mondes minuscules ont donné lieu à des expositions : Musée en Herbe, Bonton, Design week de Milan, Artazart, Le lieu Unique à Nantes, Centre Pompidou, Maison des arts, Musée de la mode et du Design, dans des librairies et médiathèques. « Tu vois, jouer ça peut devenir un métier !  » a dit un petit garçon à son père lors d’une de mes expositions.

Sous quelle grande rubrique de la littérature jeunesse je peux les classer ? Livre pour faire, contes, romans, livre de recettes…

Mes livres sont pour faire et destinés à faire de futurs adultes heureux.
Ils sont tous des livres d’apprentissage de la vie qui racontent les saisons, la cuisine et la nature comme un roman, et livrent des minuscules recettes pour se fabriquer un quotidien amusant. Je ne prends pas la parole dans mes livres, ce sont des jouets qui expliquent tout aux enfants, qui fabriquent, cuisinent ou jardinent. Aux enfants de choisir : lire l’histoire des ces petits personnages ou travailler avec eux.
Je montre ces minuscules mises en scènes faciles à faire à partir d’objets du quotidien des enfants, pour leur donner envie, plutôt que d’acheter de nouveaux jouets, de bricoler leurs propres histoires.

D’où viennent les idées ?

Tout tourne toujours autour de la nature, la cuisine, l’écologie…
En mai 2021 il y aura Le gros livre des petits jardinages. Jardins des villes et jardins des champs pour être accessible à tout le monde ! Ce livre racontera aussi les ânes, les oiseaux, les insectes…
En mars 2021 sortira Mais où sont mes doudous ? Un imagier pour Nathan, un réel très réaliste pour apprendre les choses de la vraie vie mais à l’échelle des jouets.
En ce moment je travaille sur l’album de La toute petite sirène dont le château est un vrai dépotoir, elle va inviter son prince, pas encore très écolo, à ratisser avec elle le fond des mers !
Je suis aussi à la recherche un éditeur qui voudrait publier un livre sur 12 jardins d’artistes en herbes. Des petites scénographies végétales à partir d’épluchures ou de patates germées ! Pour toujours manipuler les
déchets, voir ce qu’on peut en faire avant de les jeter. D’après une exposition-expérimentale pour les enfants que j’ai réalisée dans un centre d’art contemporain, La Maison des Arts à Malakoff.

Comment travaillez-vous à l’élaboration de vos ouvrages ? D’abord les mots ? Ensuite la recherche des personnages ? Puis le choix des mises en scène ? Les repérages de décor ? Ou bien est-ce la trouvaille d’une
figurine qui enclenche les histoires ?

Un peu tout en même temps, je suis très brouillon. Je fais des grands paniers avec des objets qui pourraient correspondre a des familles d’histoire, j’écris des notes, je fais bouts de story-boards. Puis je fais un casting pour mes héros. Je choisis une saison pour donner une direction de lumière à mon histoire. Ensuite je commence les photos et en fonction des objets que j’ai ou je n’ai pas, l’histoire se crée…
Mais parfois tout part d’un jouet, mes très petits cochons aux yeux bridés sont nés d’une trouvaille dans le quartier chinois, l’année du cochon !

Travaillez-vous seule ?

Oui et heureusement parce que je mets parfois deux ans pour fabriquer mes livres ! Chacun de mes contes est photographié avec sa lumière naturelle de saison, celle d’été pour l’histoire joyeuse des cochons, d’automne pour le trop petit poucet, de printemps pour le petit pois… Je voulais que ma princesse habite dans un cerisier dont les fleurs commençaient juste à sortir, pendant deux jours il y a eu de violents orages et j’ai n’ai eu plus qu’une bouillie marronnasse !… Il a fallu décaler la sortie à l’année suivante, heureusement mes éditeurs attendent que je sois prête pour décider d’une date de publication.

Où travaillez-vous ?

C’est la maison d’un enfant ? a demandé une petite fille, visitant mon atelier. À la campagne, j’ai un mini atelier qui ne me sert qu’a ce travail d’édition, il est bourré de jouets classés dans des caisses ou en installations sur des étagères. Je fais mes prises de vue sur une simple table : un fond blanc à coté d’une fenêtre, ou en extérieur, dans le jardin, près de la rivière, dans le sous-bois… mais jamais très loin ni dans des endroits trop particuliers qui pourraient sortir de cette banalité que je maintiens à tous les niveaux de mon travail…

Comment imaginez-vous vos lecteurs enfants devant vos livres ?

Mes livres s’adressent aux tout petits, ceux qui aiment encore observer les grands troupeaux de fourmis !
J’adore voir leurs petits doigts pointés sur mes images quand ils ont repéré un emballage de petits suisses détourné en vaisselier, un canapé-éponge, un bouchon de lait-lavabo… une petite chose que ne voient pas les adultes. Le petit bout de la pâquerette !

 

Vous ouvrages pour enfants appartiennent à ce qui s’appelle désormais la photolittérature pour la jeunesse. Aviez-vous en tête des modèles dans ce domaine ?

Pour moi William Wegman et Man Ray… son premier chien ! Le sens de l’humour allié à celui de l’esthétisme.
Jean Lecointre pour sa pharamineuse et insolente imagination. Sinon peu, j’ai découvert sur votre site Miniphlit cet album de Tomi Ungerer que je vais essayer de consulter.


Quel est votre souvenir de lecture d’enfance ?

Un album du Père Castor magnifiquement illustré par Gerda Muller (je l’ai su après). Ces trois petits cochons bâtisseurs me fascinaient, les images étaient des sortes de focus et le procédé de fabrication des deux premières maisons à partir d’une armature en branchages me paraissait lumineux. Par contre je ne trouvais pas ça idiot de construire une maison en paille. Des paillottes j’en avais plein autour de moi. J’habitais au Viet Nam… et des loups, il n’y en avait pas !

Pour découvrir le site de Martine Camillieri : https://www.martinecamillieri.com/

11 Novembre : Petit Soldat et Maurice Genevoix

Petit soldat, Pierre-Jacques Ober et Jules Ober, histoire et mise en scène de Pierre-Jacques Ober ; images de Jules Ober ; effets visuels numériques additionnels de Felicity Coonan , 1 vol. (95 p.) : ill. en coul. ; 23 x 29 cm , Paris : Seuil jeunesse, 2018

Pour parler de la Grande Guerre, redécouvrons Petit Soldat et l’interview de son auteur, Pierre-Jacques Ober : https://miniphlit.hypotheses.org/2919

Et puisque l’écrivain Maurice Genevoix entre au Panthéon, n’oublions pas sa collaboration avec Ergy Landau : https://miniphlit.hypotheses.org/732

Clic Clac





Clic Clac, Ou qu’est-ce que c’est ?, Tomi Ungerer, L’Ecole des Loisirs, 140 pages

ou Qu’est- ce que c’est ?

« Clic Clac » :  Le titre de l’ouvrage évoque immanquablement l’univers de la photographie et le bruit des vieux appareils Kodak. 

Dans la longue bibliographie de l’artiste Tomi Ungerer, on découvre ce  Clic-Clac, ou qu’est-ce que c’est ?, un ouvrage de 140 pages, vides de mots mais pleines de dessins-collages-photographies qui font jaillir les questions et les réactions.

« Livre de formation, livre de transformation », « leçon de créativité », « soyons sérieux : jouons » écrit l’éditeur en quatrième de la couverture cartonnée.

Tomi Ungerer prélève des extraits du réel, découpe dans des photographies, les prolonge par un trait de crayon. Il crée un mille-pattes saucisse, une paire de ciseaux à œil, un chien à tête de soulier. Découpage, graphisme, substitution … une cartouchière accueille désormais des tubes de rouge à lèvre, une grosse brioche est bien plus moelleuse qu’un édredon, un capot de voiture accueille désormais un coffre à bijoux… Et si les phares des voitures étaient vraiment des yeux  ?

 


A la manière des surréalismes, il propose de voir  autrement le monde qui nous entoure avec loufoquerie, humour et parfois gravité. Ces créations surprennent,  dérangent parfois, donnent vie à notre imaginaire. Elles font surtout réagir et peut-être agir, en tendant des invitations pour s’emparer à notre tour des ciseaux et crayons.  

«Si j’ai conçu des livres d’enfants, c’était d’une part pour amuser l’enfant que je suis, et d’autre part pour choquer, pour faire sauter à la dynamique (sic) les tabous, mettre les normes à l’envers: brigands et ogres convertis, animaux de réputation contestable réhabilités… Ce sont des livres subversifs, néanmoins positifs » écrivait Tomi Ungerer.  Soyons sérieux ,  jouons.

https://www.ecoledesloisirs.fr/sites/default/files/auteurs_pdf/ungerer.pdf

Jouer avec la réalité, entretien avec Jean Lecointre

Jean Lecointre scanne des photographies, pas uniquement publicitaires (vieux magazines, livres, catalogues etc), et réalise ensuite ses photomontages (découpage et assemblage, puis colorisation) numériquement avec un logiciel de retouche d’images. Ses images finales existent uniquement en numérique. Il n’a pas d’original.

Deux images collées assemblées créent une nouvelle histoire, des êtres hybrides qui questionnent, intriguent attisent la curiosité du jeune lecteur, qui sourit à la vue de cette poule gonflée à l’hélium dans Bazar Bizarre (Thierry Magnier), s’étonne face à cette transposition des  aventures d’un des personnages les plus célèbres de la mythologie grecque dans L’Odyssée d’Outis (Thierry Magnier), s’interroge lorsque l’artiste se penche sur la naissance de la première encyclopédie destinée à répertorier toutes les choses du monde dans l’Invention du dictionnaire (Les Fourmis rouges)… Les êtres hybrides nés de la rencontre entre deux citations de la réalité créent l’hilarité… ou le cauchemar…et illustrent notre petit théâtre intérieur.

Quelle est la part de hasard ? ou de contrôle ? Rencontre :

Cher Jean Lecointre, merci d’accueillir Miniphlit, d’abord ! 

Merci à Miniphlit de s’intéresser à mon travail !


Quelle place tient la photographie dans votre vie ? Et particulièrement dans votre univers créatif ? 

J’ai assisté, enfant, aux développements et tirages de photographies argentiques dans la salle de bain familiale transformée en laboratoire. La lumière rouge et les bains tièdes,  les yeux blancs et les dents noires des gens sur les négatifs, l’image qui apparaît, ce fut une véritable et authentique révélation !

Dans mon travail de photomontage, je joue sur le rapport qu’entretient la photographie avec la réalité. 
La photographie m’impressionne, elle m’impose une distance qui me permet de pouvoir rester spectateur, d’être surpris par les images que je compose. Mes références viennent plus du cinéma que de la photographie. Certaines de mes images pourraient être extraites de films. 

C’est la forme photographique qui me semble la plus proche d’une représentation des rêves. Par rapport aux représentations qu’ont pu faire les surréalistes ( et mis à part le cinéma), je trouve que c’est le réalisme photographique qui est le plus proche de l’apparence de réalité que peut revêtir un rêve.

Est-ce que vous vous inscrivez dans la filiation des artistes des années 30 qui recomposent le monde et le donnent à voir autrement ? je pense à Hannah Höch et son « Bildebuch ». 

J’ai découvert assez tard le travail de Hannah Höch, et je ne me sens pas vraiment dans cette filiation. 
J’ai plus l’impression de tordre la réalité du monde que de le recomposer. J’ai besoin de garder une base de vraisemblance et de familiarité dans mes représentations pour pouvoir provoquer un étonnement. J’ai été très impressionné par la découverte de surréalistes comme Dali, Magritte et Bunuel. 

Est-ce que vos livres pour enfants sont une invitation tendue à jouer avec la réalité ?
 

Oui, j’ai envie de jouer avec certaines conventions qui entourent la notion de réalité. J’essaie de créer une confusion, un jeu de ping-pong entre l’œil et la logique. Dans les histoires aussi, je pars de certains clichés qu’on croit vrai pour déraper vers des situations absurdes.


Voyez-vous le livre comme un espace de jeu ? un théâtre pour développer votre imaginaire et celui de vos plus jeunes lecteurs ?

Je travaille un peu comme un marionnettiste. La technique de photomontage que j’utilise n’offre aucune souplesse aux personnages. Ils sont figés dans quelques pauses élémentaires, comme des marionnettes. 

Pour commencer la narration,  j’ai besoin de leur créer un décor et de les disposer ensemble à l’intérieur. L’histoire progresse alors un peu comme on a pu, enfant, imaginer des aventures avec des figurines dans des châteaux de sable.

Quelle place a le mot dans vos livres ? 

J’aime la sensation d’avoir mis le bon mot sur la bonne image, c’est encore une forme de collage. Mais généralement,  quand j’écris une histoire, le mot prend trop de place, je voudrais pouvoir m’exprimer au maximum par l’image. 

Vous est-il arrivé de créer à partir des mots des autres et quelle est votre espace de liberté ? 

J’ai illustré un texte de Frédéric Marais : « L’invention du dictionnaire » paru aux éditions « Les fourmis Rouges ». 
Il avait écrit cette histoire en pensant me la proposer, il m’y offrait tout l’espace de liberté dont j’avais besoin. 
Travailler sur les mots d’un autres m’apaise énormément car je doute beaucoup des miens.

Comment imaginez-vous vos lecteurs en train de lire vos livres ? Les lisent-ils d’ailleurs ou sont-ils spectateurs ? 

Je les imagine d’abord spectateurs, la lecture vient dans un deuxième temps. Je veux créer chez eux un étonnement, qu’il soient intrigués et aient envie d’en savoir plus. C’est comme ça que j’ai découvert les livres illustrés et j’ai un très bon souvenir de la part d’énigme à résoudre, quand on est intrigué par une situation mais qu’on ne sait pas lire.

Quel est votre souvenir de lecture enfantine ? 


Les Malices de Plick et Plock, un très vieux livre illustré par Christophe, l’auteur du Sapeur Camembert et de La Famille Fenouillard. 
Plick et Plock sont deux lutins à l’apparence de vieillards espiègles. Ils ne sont pas très disciplinés, il leur arrive donc les pires mésaventures. 
Ils se font écraser, empaler, découper, tuméfier, exploser, mais s’en sortent toujours car ils sont immortels. 
Le dessin en noir et blanc est assez réaliste,  certaines scènes sont encore extrêmement éprouvantes, un peu comme dans le film « Un Chien Andalou ». Le mélange de sensations que j’éprouvais à le contempler (je ne savais pas lire) reste tout de même un bon souvenir.

Mille mercis !

Pour retrouver le travail de Jean Lecointre c’est ici https://jeanlecointre.com

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Passe-Présent, Sarah Moon ou l’ art de tisser des liens

Pour Littératures Modes d’Emploi, j’ai interviewé Fanny Schulmann, commissaire de l’exposition Sarah Moon au MAM de Paris, et j’en ai profité pour lui demandé si l’exposition accorde une place aux livres de la photographe. C’est à lire ici  : http://www.litteraturesmodesdemploi.org/entretien/passepresentoulartdetisserdesliens/?fbclid=IwAR0RSNn8WVSwaXmVLwk05aH8lPNx2IWsTICllFIiGKv-j60d89SpDsZWfqA

 

Les natures mortes bavardes de Maria Jalibert

Miniphlit poursuit ses entretiens avec celles et ceux qui font la photolittérature pour la jeunesse. Aujourd’hui nous recevons Maria Jalibert, l’occasion de l’interroger sur la conception de ses mises en scène joyeuses et colorées qui invitent le lecteur à s’attarder, à chercher et à identifier  de petits détails à chaque nouvelle page.

Bonjour Maria Jalibert, merci d’accueillir Miniphlit !

Bonjour Miniphlit, je suis ravie de faire votre connaissance !

Illustratrice ? autrice ? illustratrice-autrice ? Qu’inscrivez-vous en tête de votre CV ?

Pour moi les deux sont indissociables alors j’inscris autrice-illustratrice de livres pour enfants car j’aime envisager mes projets dans leur globalité. Je fais des aller-retours constants entre texte et image, l’un me fait rebondir sur l’autre et inversement. Mais cela ne m’empêche pas de proposer mes « mots » à d’autres illustrateurs, comme pour mon dernier album PETIT, publié chez Didier Jeunesse, dont Cécile Bonbon a réalisé les illustrations.

Quel rôle joue donc la photographie dans vos créations ?

Un rôle indispensable dans ma pratique artistique en volume, que ce soit avec des jouets, des objets ou d’autres matériaux. La photographie fixe mes installations et petites scènes qui ne sont fabriquées que pour le temps de la photo. Une fois la photo prise, je les démonte et récupère les objets pour les réutiliser dans d’autres projets.

Dîtes-moi, qui sont vos lecteurs et comment les imaginez-vous en train de lire vos livres ?

J’aime bien imaginer mes lecteurs en train de rire ou de sourire lorsqu’ils lisent mes albums.

Petits et grands, mes lecteurs sont de tous âges. Des enfants bien sûr, en grande majorité, mais pas que. Lors des salons du livres, qui sont de formidables lieux de rencontres avec les lecteurs,  je vois passer des amateurs d’art, des collectionneurs de jouets, des collectionneurs d’albums (abécédaire ou cherche et trouve), des professionnels de la petite enfance, enseignants, orthophonistes pour qui mes albums sont des outils…

Comment qualifieriez-vous vos créations : natures mortes, tableaux photographiques ?

Je dirais : natures mortes qui racontent des histoires.

Où réalisez-vous vos prises de vue ? en plein air ? dans un atelier ?

La plupart du temps cela passe dans mon atelier, un ancien transformateur électrique dont j’occupe le rez-de-chaussée mais qui est, hélas, bien trop petit. Une grande partie de mon mobilier est sur roulettes et je module mon espace en fonction de la taille de la scènette que je photographie. Dernièrement, le confinement, qui nous a tous arrêté en plein vol, m’a amené à sortir de mon atelier et à photographier à l’extérieur, dans mon jardin, ce que je ne faisais pas jusqu’alors. Je me suis attachée à l’explorer comme je ne l’avais jamais fait. Il est devenu le théâtre et le décor de petites installations et de photographie. Cela m’a ouvert de nouvelles perspectives de narration qui donneront naissance, je l’espère, à de futurs albums.

Combien de temps passez-vous à réaliser ces « assemblages » ?

C’est très variable. Cela peut aller d’une heure, à un jour, à une semaine, parfois un mois. Notamment pour mon dernier album Cherche-et-trouve qui vient de sortir aux éditions A Pas de Loups et dans lequel chaque illustration de double-page mesure 1m. Il y a eu plusieurs phases d’essais, de recherches, de premières compositions, de montage, de démontage des jouets et enfin de collage lorsque les illustrations étaient définitives. Avec bien sûr, un travail photographique à chacune de ces étapes.

Mais où trouvez-vous donc ces objets ?

J’ai commencé à travailler en récupérant les jouets de mes enfants qui, ayant grandi, ne les utilisaient plus, puis j’ai acheté quelques lots sur internet. Depuis plusieurs années je visite régulièrement Emmaüs où je déniche l’essentiel des objets qui servent à mon travail artistique. La « quête » des jouets est une partie importante de mon travail, ce sont comme des petites chasses au trésor qui nourrissent mon inspiration. J’en ramène le terreau dans lequel vont pousser mes futurs projets.

Quelle technique artistique préférez-vous pour vos créations ?

Je n’ai pas vraiment de préférence. Que ce soit le travail photographique avec les jouets, le découpage-collage ou le dessin j’aime passer de l’une à l’autre de ces techniques en fonction de ce que je veux raconter. Souvent l’une « me repose » de l’autre. Je l’oublie pour y revenir avec encore plus de plaisir.

Quel est votre meilleur souvenir de lecture en tant qu’enfant ?

J’en ai tellement…

Les Belles Histoires de Pomme d’Api avec lesquelles j’ai appris à lire. Les J’aime Lire ensuite que j’ai dévoré et qu’on se disputait avec mes frères et soeurs. Les livres de Roald Dahl, de Maurice Sendak, ceux dArnold Lobel (formidable Porculus…), de Philippe Dumas, Tomi Ungerer.

Beaucoup de livres ont accompagnés mon enfance, c’est une chance, il y avait une belle bibliothèque à la maison. C’est là que j’ai puisé l’envie de faire des livres à mon tour.

Comment travaillez-vous avec les mots des autres ? 

De mieux en mieux. Le jouet est un matériau fascinant et inépuisable mais parfois difficile à dompter en matière de narration. Je n’ai pas la liberté d’expression ni la souplesse que l’on peut avoir en dessinant. Mais, au fond, c’est ce qui m’intéresse. Chaque illustration que l’on me commande est un petit défi que je me plait à relever en utilisant et détournant des objets ou matériaux, en trouvant des solutions pour arriver à représenter le plus finement possible ce que je veux dire.

Je vous embête un peu : est-ce que tout ce plastique est encore « tendance » ?

Mais oui, plus que jamais. Je récupère, je transforme, je recycle et je donne une deuxième vie à tous ces petits objets oubliés qui servent plusieurs fois puisque je ne garde que très peu de mes installations.

Et pour découvrir le site de Maria Jalibert, c’est ici : http://mariajalibert.com/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

LOOK BOOK, le livre de photos s’expose à Cisterna di Latina

Miniphlit reçoit Leyla Vahedi de l’association Cartastraccia, co-commissaire de l’exposition photolittéraire « Look Book » qui ouvre ses portes samedi 3 octobre prochain à Cisterna di Latina, en Italie.

Entretien en français et en italien.

Qu’est-ce que Cartastraccia ? Che cos’è Cartastraccia ? 

Cartastraccia est une association de Rome dediée à la promotion du livre et de la bibliothèque pour la jeunesse. Nous travaillons avec les enfants (lecture à haute voix, ateliers, exposition en bibliothèque) et avec les adultes (formations autour du monde de la lecture pour enfants).

Cartastraccia è un’associazione romana che lavora nel promuovere il libro e le biblioteche con particolare riferimento all’età infantile. Lavoriamo sia con i bambini (letture ad alta voce, laboratori, esposizioni bibliografiche) sia con adulti (formazione intorno al mondo della letturatura per l’infanzia).

Comment est venue l’idée de l’exposition Look Book ? Come è nata l’idea della mostra?

Nous collaborons depuis plusieurs années avec le commissaire indépendant Alessandro Dandini de Sylva avec qui nous avons déjà réalisé plusieurs expositions de livres.

Ici vous pouvez voir les choses passées : https://associazionecartastraccia.blogspot.com/p/libri-fotografici.html

Cette fois, grâce au financement de la région Lazio, il y aura une grande exposition, Look Book, qui est articulé en plusieurs expositions. La partie organisée par Cartastraccia présente une sélection de photolitterature pour enfants que la bibliothèque de Cisterna di Latina, une ville animée près de Rome, a acheté pour l’occasion. Deux autres expositions, également organisées par Alessandro, présenteront des livres de photographie contemporaine pour adultes et deux autres exposeront des livres sélectionnés par Giuseppe Garrera, un érudit et amateur d’art contemporain et collectionneur.

Da diversi anni collaboriamo con il curatore indipendente Alessandro Dandini de Sylva con cui abbiamo già ideato diverse mostre bibliografiche.

Qui potete vedere le cose passate https://associazionecartastraccia.blogspot.com/p/libri-fotografici.html

Questa volta, grazie al finanziamento della regione Lazio ci sarà una grande mostra, Look Book, che conterrà diverse esposizioni. La parte curata da Cartastraccia  vede in mostra una selezione di libri fotografici che la biblioteca di Cisterna di Latina, vivace comune vicino Roma, ha acquistato per questa occasione. Altre due mostre, curate sempre da Alessandro esporranno libri di fotografia contemporanea per adulti e altre due esporranno libri selezionati da Giuseppe Garrera uno studioso e appassionato di arte contemporanea e collezionista di vari oggetti culturali.

Combien de temps sera-t-elle visible ? Quanto tempo sarà visibile?


L’exposition de livres pour enfants, comme les autres expositions, sera ouverte tout au long du mois d’octobre. L’avantage de notre part est que les volumes ont été achetés par la bibliothèque donc, grâce à un système qui les valorise et les classe sous le registre « livre-photo » dans le catalogue, ils resteront visibles et accessibles dans le temps.

La mostra di libri per ragazzi, come le altre mostre di editoria fotografica, saranno visitabili tutto il mese di ottobre. La cosa bella della nostra parte è che i volumi sono i nuovi acquisti della biblioteca quindi, grazie a un sistema che li valorizza a livello di descizione catalografica, resteranno visibili e consultabili nel tempo. 

A qui s’adresse-t-elle ? chi saranno i visitatori ?


L’exposition s’adresse à tous. Pour les familles et les enfant sont prévues des visites-jeux et des formations pour  bibliothécaires, les enseignants, les opérateurs. Pour familiariser le très jeune  jeune publique, on a pensé à des rencontres sur la photographie dans les livres pour les femmes enceintes, les futures familles et pour les parents de très jeunes enfants.

La mostra si rivolge a tutta la cittadinanza. Sono state programmate delle visite per famiglie e curiosi e delle formazioni per bibliotecari, insegnanti, operatori.  Addirittura in questa occasione abbiamo pensato di fare un incontro per famiglie in attesa o neogenitori con bambini piccolissimi.

Où se passe-t-elle ? Dove sta succedendo?


À Cisterna di Latina, près de Rome, où se trouve une bibliothèque très active et à l’écoute des jeunes lecteurs.

A Cisterna di Latina, vicino Roma, dove c’è una biblioteca molto attiva e attenta ai giovani lettori. 

Comment avez-vous choisi de présenter les ouvrages ?

Les livres seront exposés suspendus, consultables, presque «nus», c’est-à-dire sans trop de fioriture : les livres sont le véritable centre d’intérêt sur lequel nous voulons mettre l’accent.

I libri saranno in mostra appesi, sfogliabili, quasi « nudi », cioè senza troppi orpelli intorno : i libri sono il vero focus su cui vogliamo puntare i riflettori. 

Combien d’ouvrages seront présentés ? Quanti libri vai a presentare ?

Environ 150 titres uniquement pour les enfants et 180 autres pour les adultes.


Circa 150 titoli solo per ragazzi e altri 180 per adulti.

Comment avez-vous fait vos choix ? Come hai fatto le tue scelte?


Le premier critère critique : ce qui nous a semblé le plus représentatif de la scène internationale et le plus beau. Cependant, nous nous sommes alors heurtés à la disponibilité : forcément le critère qui détermine le plus notre sélection est ce qui est disponible sur le marché, devant faire partie des achats de la bibliothèque.

Il primo criterio è squisitamente critico : ciò che ci sembrava più rappresentativo del panorama internazionale e più bello. Ci siamo poi però scontrati con la reperibilità : inevitabilmente il criterio che più determina la nostra selezione è ciò che è disponibile sul mercato, dovendo rientrare tra i nuovi acquisti della biblioteca. 

Y-aura-t-il des documents d’archives ? Ci saranno documenti d’archivio?

Pas dans notre exposition où ce sont de nouvelles acquisitions mais à côté il y aura d’autres expositions dans lesquelles apparaissent des autoproductions et des matériaux originaux: les xérographies de Bruno Munari du collectionneur Garrera, des œuvres uniques obtenues avec un photocopieur Xerox.

Non nella nostra mostra in cui si tratta di nuove acquisizioni ma accanto ci saranno altre mostre in cui compaiono autoproduzioni e alcuni materiali originali : le xerografie di Bruno Munari del collezionista Garrera, delle opere uniche ottenute con una fotocopiatrice Xerox. 

Est-ce que les auteurs des livres participeront ? Parteciperanno gli autori dei libri?

Une rencontre pour les enfants est prévue avec Daniela Bassi, la créatrice du livre No app de l’editeur Lapis.

È previsto un incontro per ragazzi con Daniela Bassi, l’ideatrice del libro No app di Lapis.

Est-ce que les visiteurs pourront s’installer et lire des livres ? I visitatori potranno sedersi e leggere libri?


Les livres seront accrochés, donc peut-être sera-t-il difficile de les transporter pour s’asseoir, mais ils sont disponibles pour être feuilletés, lus et observés attentivement, également grâce à une série de jeux de découverte qui accompagnent les visiteurs.

I libri saranno appesi, quindi forse sarà difficile portarli in giro per sedersi, ma sono a disposizione per essere sfogliati, letti e osservati con attenzione, anche grazie a una serie di giochi di scoperta che accompagnano i visitatori.

Y-a-t-il des animations à côté ? Ci saranno initiziative per bambini ?

Oui, il y a des visites de jeux pour enfants et adultes. Une carte postale découpée sous la forme de caméra sera disponible pour jouer une sorte de chasse au détail parmi les livres exposés. Dans la salle de Xerographie de Munari, les visiteurs pourront jouer avec le photocopieur et créer leur œuvre originale.

Sì, sono previste delle visite gioco per piccoli e grandi. Sarà disponibile una cartolina a forma di macchina fotografica con cui giocare ad una sorta di caccia al dettaglio tra i libri in mostra.  Nella stanza delle Xerografie di Munari i visitatori potranno giocare con la fotocopiatrice e creare la loro opera originale.

 

Y aura -t-il un « livre d’or » pour recueillir les réactions des visiteurs ? Ci Sarà un libro per raccogliere feedback dai visitatori?
Nous n’y avons pas encore pensé mais nous nous réjouissons de l’idée! Cependant, il y aura une affiche et un petit livre que les visiteurs pourront emporter chez eux avec toutes les infos de l’exposition.

Non ci abbiamo ancora pensato ma accogliamo l’idea ! Ci sarà però un poster e un piccolo libro che i visitatori potranno portarsi a casa con tutte le info della mostra.

Grazie Leyla !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

ROBERT DOISNEAU ET SES ALBUMS INACHEVES POUR ENFANTS

« Figure majeure de la photographie du XXe siècle, Robert Doisneau commence sa carrière de photographe dans les années 1930. Mais c’est seulement à partir des années 70-80 qu’il connait véritablement le succès, avec ses reportages photographiques devenus iconiques sur les bonheurs ordinaires des Français. On retient également ses séries de photographies de gosses de Paris, ses écoliers rêveurs surveillant les aiguilles de l’horloge d’une salle de classe, ses photographies d’enfants qui firent les beaux jours des ouvrages photographiques pour adultes nostalgiques des joies de l’enfance. On sait sans doute moins qu’il réalisa quatre ouvrages à destination de la jeunesse, à commencer par l’album 1,2,3,4,5 compter en s‘amusant qui connut le succès des deux côtés de l’Atlantique, suivi de deux ouvrages pour une collection consacrée à la découverte des métiers, Catherine la danseuse et Marius le forestier, et enfin le conte photographique L’Enfant et la colombe et deux ouvrages qui restèrent inachevés. « 

La suite de mon article est à lire dans le numéro 81 de la revue Histoires Littéraires qui vient de paraître et dont voici le sommaire

Éditorial 

Jacques-Remi Dahan : Correspondance Gabriel Peignot – Charles Nodier II


Joséphine Vodoz : L’image photographique dans les premiers romans illustrés (1890-1905)

Stephen Steele : André Godin et Louis de Gonzague Frick.

Documents
Laurence Le Guen : Robert Doisneau et ses albums inachevés pour enfants

Les loisirs de la poste : Jean-Paul Goujon, Trois lettres-fleuve inédites de Claude Farrère

Aux fonds
Marie-Pier Luneau : De la nécessité de préserver les archives de l’imprimé populaire

Entretien avec Matthieu Letourneux 127

Jean-Yves Mollier : Pierre-Victor Stock et la passion du jeu

Chronique des ventes et des catalogues

Expositions. Balzac et Grandville (Amélie de Chaisemartin) ; Huysmans critique d’art (Romain Enriquez) ; Dotremont et les surréalistes (Marcela Scibiorska)

Marianna Balducci e Fabio Gervasoni sono in Miniphlit

Miniphlit a le plaisir d’accueillir Marianna Balducci, illustratrice, et Fabio Gervasoni, photographe, pour une interview franco-italienne autour de leurs créations en solo ou en couple, l’occasion de découvrir ce qui se fait de l’autre côté des Alpes.

Cara Marianna, come chiami il tuo lavoro ?

Sono ormai più di 10 anni che disegno per mestiere. Ho iniziato a lavorare per la pubblicità, ma presto ho capito che le storie e l’approccio narrativo erano importanti per me e ho studiato per poter trovare un mio posto nel mondo dei libri. Da qualche anno sono quindi a tutti gli effetti un’illustratrice, principalmente per bambini e ragazzi.

Hai fatto libri per adulti ?

Il mio primo libro era rivolto a un pubblico certamente più adulto, anche se lo abbiamo poi portato spesso in scuole medie e superiori. Si tratta de “Le parole necessarie” (scritto da Elisa Rocchi e pubblicato da Ensemble nel 2017), una raccolta di 21 parole inventate per riempire gli ipotetici vuoti della lingua, quando vorremmo indicare un sentimento o uno stato d’animo preciso e ci accorgiamo che le parole del vocabolario non ci bastano più. Ugualmente un libro uscito di recente, “Non è bella ma…” (scritto da Roberta Balestrucci Fancellu, edito da Hop edizioni, 2020) si rivolge a un pubblico più maturo rispetto a quello dell’infanzia: il libro raccoglie donne che hanno saputo imporre nuovi modelli estetici interessanti e di riferimento, specialmente nello spettacolo e nell’arte in generale, anche se qualcuno aveva detto loro che non erano sufficientemente belle per sfondare secondo i canoni dell’epoca.

Mi è poi molto caro un libro rivolto agli adulti e specialmente alla mia città, Rimini: con mio padre abbiamo raccolto e illustrato (partendo dalle fotografie del nostro archivio di famiglia) la storia della nostra famiglia e della comunità del quartiere in cui siamo nati (il Borgo San Giuliano), un luogo pieno di identità e aneddoti, partendo da Marianna, la bisnonna di cui porto il nome, fondatrice di uno storico ristorante (“J anvud dla Marianna (i nipoti della Marianna)”, Roberto Balducci, Panozzo editore, 2018).

Quanti libri per bambini hai realizzato ?

Oltre ai due già citati, ho pubblicato una decina di libri per bambini. Sono contenta di essermi cimentata in libri rivolti a fasce d’età molto diverse: dai bambini piccolissimi (con “Il viaggio di Piedino”, per esempio), ai bambini più grandi con album illustrati e narrativa. Sono contenta che, sempre di più, ci siano proposte per lavorare con il mio mix di disegno e fotografia per raccontare anche storie molto diverse. Una recente a cui tengo molto, per esempio, è “Verde speranza” (scritto da Stella Nosella, L’Orto della cultura edizioni) dedicato alla città di Amatrice, distrutta da un violento terremoto alcuni anni fa e ancora in via di ricostruzione. In quel caso ho lavorato proprio su fotografie scattate in quei luoghi dopo la tragedia da un fotografo del luogo (Francesco Patacchiola).

Chi sono i tuoi lettori ?

Il pubblico dei miei libri è principalmente quello dei bambini, ma mi seguono anche molti adulti che si appassionano al mio sguardo, specialmente quando, combinando fotografia e disegno, li incoraggio a osservare le cose di sempre con occhi nuovi. Raccontare ai bambini mi piace e mi è di grande stimolo. Lavorando per loro e con loro, cerco di non perdere mai quella vivace curiosità verso le cose e la naturale empatia verso gli altri.

Dove trovi l’ispirazione ?

Vengo da studi di moda (un percorso un po’ anomalo per un’illustratrice) e la moda mi ha insegnato a fare ricerca collegando anche ambiti creativi molto lontani. Non smetto mai di fare archivio quindi raccolgo fotografie, articoli, video. Arricchire questo repertorio personale mi è di grande aiuto quando poi lavoro sui miei progetti che partono quasi sempre da spunti o situazioni molto quotidiane dove l’immaginazione, però, può cambiare e ribaltare tutto quanto.

Chi sono I bambini sulle fotografie ?

Ho iniziato a lavorare sulle foto di persone con il progetto “Questo non è un album di famiglia” raccogliendo fotografie dai mercatini dell’usato e inventando per i soggetti delle nuove storie. Questo progetto si è poi evoluto in “100 bambini”, una raccolta di foto-illustrazioni dedicata ai 100 anni che avrebbe compiuto nel 2020 Gianni Rodari (un autore per l’infanzia a cui devo molto). In questo caso, le foto appartengono alla mia community: sconosciuti che seguono il mio lavoro, amici e colleghi hanno risposto a una call che ho lanciato sui social network l’anno scorso e hanno composto il cast di questa nuova raccolta dove con il disegno invento per loro una nuova piccola storia, un nuovo destino.

Come nascono i libri ?

Ho avuto la fortuna di lavorare a progetti molto diversi e in modalità diverse. Anche quando il progetto è molto personale, il libro resta un bellissimo lavoro di squadra. Ci sono stati molti casi in cui sono stata coinvolta tantissimo nel lavoro di realizzazione del libro anche se non ero l’autrice del testo e mi è sempre stata data grande fiducia nella stesura dello storyboard e nell’adottare certe scelte estetiche. In un caso speciale invece, per il libro “Io sono foglia” (Angelo Mozzillo, Bacchilega 2020), è nata prima l’immagine di copertina e solo alcuni anni dopo il libro, quando è arrivato l’autore giusto che, partendo dal mio lavoro, ha scritto un testo bellissimo e riaperto il canale delle immagini.

Lavori da sola sulla storia ?

Dipende. Spesso sono gli autori o gli editori a coinvolgermi per costruire insieme un progetto sulla base di una storia già pronta. Negli ultimi tempi sto lavorando per strutturarmi meglio anche come autrice, per confezionare proposte che siano sempre più personali e vicine al mio modo di vedere, specialmente per progetti foto-illustrati. Ho sempre uno sketchbook (cartaceo e digitale) dove appuntare idee e soggetti per poterci poi lavorare con il tempo giusto.

Perché lavorare con la fotografia ?

La combinazione di disegno e fotografia mi sembra un mezzo molto immediato per mostrare come funziona l’immaginazione se la teniamo in esercizio: ciascuno di noi ha la capacità di giocare con le immagini e con il mondo che lo circonda e, attraverso la fantasia, riempie i vuoti (visivi ma anche emotivi) per dare vita a nuove storie (e magari risolvere anche dei problemi). Non servono mezzi sofisticati per innescare la creatività che può risvegliarsi ovunque: dal cavatappi del cassetto della cucina alla foglia d’autunno che sembrava ormai senza vita. In questo senso credo che il mio lavoro sia spesso molto più simile al trovare che all’inventare. Come un investigatore, guardo il mondo attorno a me e cerco le storie nascoste; con il disegno mostro agli altri la mia visione del mondo e spero di incoraggiarli a giocare con me.

Di che cosa parlerà il tuo prossimo libro ?

Si intitolerà “Oltre il muro” (uscirà a ottobre con Terra Nuova edizioni) ed è una storia scritta da Beniamino Sidoti. La storia racconta di due gruppi di bambini, al di qua e al di là di un muro, che cercano di comunicare nonostante i molti ostacoli che tutto e tutti sembrano metter loro di mezzo pur di scoraggiarli. Proprio il muro sarà l’unico elemento fotografato, in questo caso per accompagnare i lettori verso un finale un po’ a sorpresa che non voglio svelare 🙂

Quale libro preferivi quando eri piccola ?

Ho avuto la fortuna di maneggiare tanti libri con una grande varietà di immagini fin da piccolissima (anche cataloghi d’arte, visto che mia mamma è una pittrice). Tra i libri sicuramente più amati da bambina ci sono “Il libro dei perché” di Gianni Rodari illustrato da Emanuele Luzzati e “Il Barone di Munchhausen” scritto da Leone Bosi e illustrato da Adelchi Galloni.

Cher Fabio, avez-vous des maîtres en photographie ?

Mon activité photographique est étroitement liée à la photographie de voyage et au reportage, mais tous les auteurs que j’aime ont en commun une attention particulière à la composition. Je pense au chaos ordonné d’Alex Webb, aux couleurs et aux géométries de Franco Fontana, au minimalisme de Michael Kenna.

Quant à la photolittérature jeunesse, j’aime le travail et l’oeil photographique de Baek Heena, une auteure coréenne qui crée les miniatures des personnages de ses livres et les photographie de manière extraordinaire, dans une vrai mise en scène, avec des lumières et des compositions toujours raffinées.

Quelle relation avez-vous avec le livre dans le cadre de votre métier ? est-ce un lieu d’expression privilégié ? depuis quand ?

La photographie n’est pas mon travail principal. Cela me permet de me consacrer exclusivement à des projets et des choses dont je suis passionné.

Je me suis  toujours consacré à la photographie de voyage, en organisant également des voyages pour les passionnés de photographie, pour découvrir de nouveaux endroits en suivant mes conseils. En même temps, je photographie pour des événements et pour la publicité, donc les livres ne sont qu’une petite partie de mon activité photographique, du 2017.

Pourquoi ou bien à quelle occasion avez-vous décidé de vous tourner vers la littérature jeunesse ?

L’opportunité de collaborer avec mes photographies à la création d’un livre pour enfants s’est présentée en 2017. Ma femme, Marianna Balducci, est illustratrice. Nous avions auparavant collaboré, expérimentant un langage mixte de photographies et d’illustrations pour des campagnes publicitaires et des projets artistiques.

Ce langage était considéré comme original, mais de nombreux éditeurs ont refusé de le publier car elle n’aurait pas rencontré l’intérêt des enfants. Angela Catrani, qui était editor de la maison d’édition Bacchilega Junior, y a cru et a confié à Marianna la création d’un livre pour les tout petits enfants, en utilisant mes photographies: «Il viaggio di Piedino (Le voyage de Petit Pied)».

Ce livre a rencontré un vif succès, remportant le Prix National Nati per Leggere 2018 dans la section 6-18 mois (l’un des prix les plus importants en Italie pour la diffusion de la lecture dans l’enfance) avec une motivation qui récompense la méthode photographique: « Ce livre a réussi à réunir deux langages visuels différents, dans ce dialogue la partie photographique est la plus convaincante ».

Comment en êtes-vous venu à travailler avec Marianna ?

Vivant en contact étroit, la rencontre de nos deux langages artistiques était inévitable. Nous aimons tous les deux expérimenter et étudier de nouvelles choses, donc nos mondes et expériences ont convergé et se sont rencontrés en s’influençant mutuellement.

 

-Combien de livres avez-vous réalisés ensemble ?

J’ai pris des photos pour 3 de ses livres, mais j’ai aidé Marianna dans la phase photographique de ses autres livres.

«Il viaggio di Piedino» et «Il Sogno di Ditino», édités pour Bacchilega Junior et conçus pour les très jeunes enfants. Ces deux livres accompagnent les enfants à découvrir leur propre corps et l’environnement qui les entoure. Les seuls éléments photographiés sont le pied et la main, dans lesquels les enfants reconnaissent immédiatement les leurs.

«La vita nascosta delle cose (La vie cachée des choses)», publiée pour Sabir, est une collection de photos illustrées à partir d’objets domestiques, mais souvent inutilisées dans la vie d’aujourd’hui. Chaque objet a sa propre histoire qui est révélée par les illustrations de Marianna. Ainsi un tire-bouchon peut devenir un avion, des plumes naviguent comme un bateau, une sonnette abrite un cirque entier.

-Qui sont vos lecteurs ?

Pour les deux premiers livres, les vrais lecteurs sont les parents, qui doivent accompagner les enfants pour découvrir la lecture et les livres illustrés pour enfants, impliquant les plus petits.

« La vita nascosta delle cose » est dédiée à toutes les personnes (enfants et non) qui veulent imaginer, découvrir le monde devant elles avec des yeux toujours nouveaux.

En général, le langage photo-illustré permet, en mêlant concrète et fantastique, de déclencher des histoires potentiellement partout, à chaque instant de notre journée, c’est une façon de voir et de concevoir le monde qui nous entoure.

-Où travaillez-vous ? en studio ? en plein air ?

Pour les livres confectionnés jusqu’à présent, j’ai toujours travaillé en studio, créant un set neutre, pensant qu’il aurait déjà été enrichi par les dessins de Marianna.

Cependant, il existe d’autres projets liés au voyage (ma grande passion), avec des photographies en plein air.

-Comment se fait la construction d’un de vos livres ? travaillez-vous ensemble à la conception des images ? du récit ? des illustrations ?

La conception des images change en fonction du projet: si Marianna a déjà en tête l’image qu’elle souhaite obtenir, alors je suis ses instructions et photographie exactement ce dont elle a besoin; sinon, je prends plusieurs photos du même sujet, ne connaissant que l’idée générale du projet, et elle s’inspire des images que je lui propose.

Par exemple, pour «Il viaggio di Piedino», j’ai pris beaucoup de photos, parce que je travaillait avec un très jeune enfant, mais ils ont déjà été pris connaissant le storyboard et sachant quelles poses le pied aurait dû prendre.

-Quel est votre souvenir de lecteur enfant ?

Enfant, j’aimais les atlas et les grands livres encyclopédiques avec beaucoup d’images et de photographies, j’aimais passer facilement d’un sujet à l’autre, mais surtout j’étudiais les livres dédiés aux animaux.

 

Merci Fabio ! Grazie mille Marianna !

Pour découvrir d’autres créations de Marianne : https://www.facebook.com/mariannabalducciillustrator/

Pour découvrir les créations de Fabio :  http://fabiogervasoni.com,

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

VENGEANCE ET CHÂTIMENT EN LITTERATURE JEUNESSE DANS LA REVUE MUSEMEDUSA

« Vengeance et châtiment dans l’univers des livres pour enfants, l’exemple des contes visuels d’Albert Lamorisse »

Si la littérature de jeunesse comporte très peu de références explicites à la déesse Némésis, son mythe a néanmoins laissé des traces visibles dans l’histoire des productions pour enfants. Cet article part à la recherche de ses différents avatars dans les contes de fées et contes moraux, mais également dans les contes visuels d’Albert Lamorisse, Bim le petit âne, Crin Blanc et Le Ballon Rouge publiés dans les années 1950. Cette étude permet de mettre en avant d’autres manifestations possibles de la déesse de la vengeance et de la mesure. Cette recherche des traces laissées par Némésis est également l’occasion de s’interroger sur le besoin de vengeance du lecteur enfantin.

Although children’s literature contains very few explicit references to the goddess Nemesis, her myth has nevertheless left visible traces in the history of children’s literature. This article sets out to research her different avatars in fairy tales and moral tales, but also in the visual tales of Albert Lamorisse, Bim le petit âne, Crin Blanc and Le Ballon Rouge published in the 1950s. Highlighting other possible manifestations of the goddess of revenge and measure, the search for traces left by Nemesis is also an opportunity to test the child reader’s need for revenge.

Pour lire l’article sur le site de la revue MuseMedusa, c’est ici http://musemedusa.com/dossier_8/le_guen/

LES NOVELLISATIONS POUR LA JEUNESSE

Collection « Texte-Image », édition Académia, sous la direction de Laurent Déom et Benoît Glaude.

J’ai le plaisir d’annoncer la parution de l’ouvrage « Novellisations pour le jeunesse, nouvelles perspectives transmédiatiques sur le roman, pour la jeunesse », dans lequel je présente et analyse les ouvrages tirés des films d’Albert Lamorisse, Bim le petit âne, Crin Blanc et Le Ballon Rouge.

« Cet ouvrage collectif aborde les transpositions littéraires à destination de la jeunesse, d’œuvres issues d’autres médias que la littérature : romans et albums transmédiatiques, du XIXe au XXIe siècle, qui proviennent de médias aussi divers que le film et le dessin animé, la série et le jeu télévisé, le manga et la bande dessinée, la peinture et la carte géographique. Inscrit dans le champ, actuellement en expansion, des études d’adaptation, ce volume est le premier qui soit entièrement consacré à la novellisation dans les productions littéraires pour la jeunesse ».

Jill Hartley, photographe- poète ?

Ses petits livres carrés avec leurs couleurs et images du Mexique étaient à l’origine destinés aux plus jeunes habitants du pays, mais finalement ce sont les enfants du monde qui les ont adoptés.

Il n’y a pas besoin de connaître le nom des choses pour pénétrer dans ses ouvrages. Il faut juste se laisser guider par les couleurs, les formes, les textures et les sourires malicieux de ces enfants sur les couvertures, photographiés dans les écoles de son quartier ou chez ses amis et voisins et qui fixent le lecteur par le petit carré du viseur… Elle n’enregistre pas le réel, elle en cueille des fragments, en offre d’autres points de vue, et tend à ses lecteurs-spectateurs des invitations à s’exprimer et à jouer.

Pour bien finir l’année, Jill Hartley nous fait l’honneur de nous accueillir, avec sept heures de décalage horaire. Elle nous parle des « petits carrés » et de ses autres ouvrages.

Zapopan, Jalisco Petra Ed. 2006

Bonjour Jill Hartley, merci de nous avoir accordé un peu de votre temps.

Vous vivez au Mexique. Pourriez-vous travailler ailleurs ?

Sauf maintenant avec la pandémie, je suis privée de bouger comme tout le monde, mais autrement je ne cesse pas à voyager et à explorer d’autres pays. Depuis une vingtaine d’années je vis au Mexique, mais j’ai aussi vécu en France une quinzaine d’années et à Los Angeles, Chicago, New York et München. Mon premier livre, Poland, sorti en France aux Éditions Créaphis, recueille dix ans de voyages en Pologne aux temps de Solidarnosc. J’ai d’autres projets de livres sur Cuba, Brazzaville, Naples, les plages en Inde, etc. Ce qui m’intéresse le plus c’est de découvrir et décrire visuellement un autre univers. On pourrait dire que je suis une sorte de photo-ethnographe et donc, pas principalement une auteure de livres pour enfants. Cela est venu un peu par hasard grâce à ma relation avec Petra Ediciones, la maison éditorial mexicaine qui fait des très beaux livres d’art pour enfants ou bien pour tous les âges. Petra a publié Lotería fotográfica mexicana, en 1995, un livre/jeu destiné à tout public, mais considéré approprié pour enfants, je suppose, puisque il contient un jeu.

(Pour découvrir ce livre, c’est ici : http://www.loteria.jillhartley.net/ et lire également l’article de Ana Garralón, traduit de l’espagnol, paru dans la revue Hors Cadres en mars 2014.)

Qui sont vos maîtres en photographie ? Vous inscrivez-vous dans une filiation ? Je pense notamment aux photographes des années 30 qui avaient pour projet de nous montrer la beauté du monde qui nous entoure, et bien sûr à Tana Hoban !

La série de petits albums en carton a été inspirée par mon amie Tana Hoban qui je connaissais à Paris et qui a travaillé chez moi dans ma chambre noire à Ivry-sur-Seine avec Gail, son assistante. Quand j’ai su qu’elle est décédée fin janvier 2006, j’ai eu envie de lui faire un hommage, et donc j’ai proposé Cercle ou carré? à Peggy Espinosa, la directrice de Petra. Au départ, l’idée c’était de faire un livre pour les petits mexicains qui montre les objets de leur monde, car on voit beaucoup de livres venus d’ailleurs avec des objets méconnaissables pour les mexicains. Curieusement, ce premier livre a eu du succès en dehors du Mexique malgré le fait qu’on ne connait même pas tous les objets représentés. L’éditrice canadienne de Groundwood Books a voulu acheter les droits d’une série de quatre, et donc en 2007 j’en ai fait encore trois : Rayures+flèches, Rouge+vert, Couleurs+saveurs. Alors ce n’était plus très important que les photos montrent l’univers mexicain, seulement Rouge+vert le fait car ce sont les couleurs du drapeau. Rayures+Flèches contient des photos prises à Paris, Londres, Afrique… L’inspiration de Couleurs+saveurs était une affiche didactique Indienne. Quatre titres ont paru en France chez Didier Jeunesse, deux en Inde et il y en a six au Mexique (Pica, no pica et Trazando X). Deux nouveaux sont en préparation pour cette année, j’espère.

ça pique c’est doux, Didier jeunesse, 2013

Qui sont vos lecteurs ? Comment les imaginez-vous en train de s’approprier vos livres ? Est-ce qu’on peut les lire plusieurs fois ?

Les livres en carton sont des albums pour parler entre l’enfant et l’adulte, à poser des questions, à regarder et à chercher. Les titres donnent l’indice pour le jeu, par exemple, de chercher les cercles et les carrés dans chaque photo. Parfois une photo contient les deux choses, et puis les pages sont mélangées. Ça sera trop simple d’avoir tous les cercles sur la droite et les carrés à gauche, les bébés ne sont pas bêtes. J’invite le lecteur de me suivre dans mon jeu en cherchant dans son environnement les éléments graphiques du livre, de reconnaître ces formes et de bien regarder tout autour. J’aspire à faire des belles images plutôt complexes, que les doubles pages soient les diptyques, du fait de ma formation en dessin et peinture.

Comment naissent vos projets ? Les concevez-vous avec votre éditeur mexicain ? Avez-vous de nouveaux projets à destination de l’enfance ?

Le premier livre est fait en deux semaines mais les suivants me prennent beaucoup plus de temps car j’ai envie que chaque nouveau titre soit encore mieux et encore plus surprenant. Il faut dire aussi que je fais moi même la mise en page et les séquences de manière intuitive. L’éditrice me guide dans la sélection d’images et j’ai confiance dans son bon sens éditorial et graphique. Une fois elle m’a expliqué pourquoi j’avais mis deux images ensemble : c’était deux choses qui tournent, des toupies et des hommes attachés avec des cordes qui tournent autour d’un poteau en tombant. Je ne me suis même pas rendu compte. Tandis que le premier livre a été dédié à Tana, je crois que j’ai trouvé un langage à moi et que mes livres sont bien différents surtout dans la juxtaposition d’images en double page.

En dehors de la série préscolaire, j’ai fait des photo-illustrations pour les livres de texte magnifiques qui m’a proposé Peggy Espinosa : Italo Calvino en México, El guardagujas (prix du foire du livre à Boulogne, Italie), Sueño (prix Caniem du meilleur livre d’art mexicain de 2010), Ciruelo Amarillo (à paraître). Malheureusement aucun n’est paru en France. C’est dommage aussi qu’il n’existe toujours pas une édition bilingue de Lotería fotográfica mexicana. J’ai un autre titre en auto-édition limité : fotoTaroc – un jeu de l’image subjective, qui a été vendu aux Trois Ourses à Paris. Je prépare une seconde version avec l’addition d’un livre : un livre/jeu.

Zapopan, Jalisco : Petra Ediciones, 2006.
Foto taroc : The box set includes a book plus the playing cards with 88 photographs, some the same and many new ones..The book contains instructions in 4 languages for 4 games:
fotoTaroc, fotoNovela, fotoDomino and fotoEvoca.

Quel était votre livre préféré quand vous étiez enfant ?

Je ne me rappelle pas mes livres préférés quand j’étais enfant, mais je me rappelle que j’ai fait des vrais livres pour mes devoirs en école primaire avec des chapitres, des illustrations et un collage en couverture. Enfant, j’ai aussi inventé des jeux.

Et comment appelez-vous votre métier ? Que pensez-vous de « photographe-poète » ?

Je n’oserais pas m’appeler « photographe-poète » mais j’aime bien l’étiquette. On m’avait dit que mes photographies pourront se classifier dans le domaine de la photographie poétique et ça me fait plaisir. J’ai toujours trouvé un lien entre la photo et la poésie, aussi la musique.

Merci mille fois Jill ! »

 

Pour découvrir tous les titres de Jill Hartley : 

http://jillhartley.net/Books/Petra/Preescolar/preescolar.html

https://didier-jeunesse.com/auteurs/jill-hartley

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

Dans l’objectif de Séverine thevenet : Litli soliquiétude

Litli, septembre 2019, Beurre Salé

Qui est Litli ? un lutin islandais ?  un voyageur ? un double de l’autrice partie en 2001 à la rencontre des paysages d’Islande ?

Litli,  haut comme trois pommes,  arpente les quais d’une grande ville en noir et blanc, les yeux rivés au sol et semble ployer sous le poids de son sac ou de l’ennui. Un matin, il se lève et redresse enfin la tête. Dehors, le monde est celui qu’il affichait en carte postale au mur de sa chambre. Loin des pavés gris, rectilignes et monotones, le voilà à crapahuter plein d’entrain au creux d’une nature en couleurs dont les formes étranges réveillent ses sens et font naître mille histoires dans son esprit. 

Séverine Thevenet, sa photographe, nous a accordé un entretien, l’occasion de revenir sur cette réédition de Litli Soliquiétude en 2019 et sur ses autres ouvrages mais aussi d’évoquer la difficulté pour faire accepter les livres photographiques. 

Tu indiques dans le dossier de presse de Litli :  « Il y eut la rencontre et les commentaires de quelques éditeurs, jusqu’à « Où sont les enfants ? » qui ont ouvert les bras à Litli et l’ont adopté tel qu’il était ». J’ai le souvenir moi-même d’avoir interrogé pendant mes recherches des éditeurs réfractaires à la photographie. Est-ce ce que c’est ton expérience ?

Litli, c’est ma toute première experience  d’auteure. Je suis partie avec Litli sous le bras à Montreuil et j’ai démarché des éditeurs qui me plaisaient. J’ai rencontre pas mal d’ éditeurs. Thierry Magnier a trouvé Litli très beau mais il venait d’éditer un livre avec un ourson et trouvait que c’était doublon. Ensuite, j’en ai vu beaucoup d autres. Ce qui m a surprise, c’est que, soit cela ne les intéressait pas parce que c’était de la photo, soit cela les intéressait, mais comme Litli n’est pas très réaliste, ils voulaient changer tout et ne comprenaient pas mon livre. J’étais tellement sûre de mon livre que j’ai continué et je suis arrivée chez  « Où sont les enfants ? Lui (Tieri Briet) était un vrai artiste qui défendait les photos et avait des coups de cœur. Il a dit « oui » tout de suite. C’était un beau cadeau !

Pourquoi avoir fait disparaître le texte dans cette nouvelle édition ? 

Le premier éditeur (Litli a été réédité en 2019) m’avait recommandé fortement de travailler avec un auteur parce que je n’étais pas connue et que les livres sans texte cela faisait peur aux mamans. J’ai donc accepté . Il m a présenté Catherine Leblanc. On a beaucoup retravaillé ensemble. Dans les écoles, je le présente souvent sans le texte car les photographies peuvent exister sans les mots. Les photos sont une porte ouverte pour que l’enfant raconte seul. Il n’a pas besoin d’un texte. Pour autant, certaines phrases de la première édition emmènent ailleurs et c’est chouette.  Mais quand j’ai pu le rééditer, j’ai préféré qu il n’ait pas de texte.

 


avril 2008, Litli, éditions Où sont les enfants ? avec Catherine Leblanc

Pour cette nouvelle édition de Litli Soliquiétude, nous sommes plongés dès la couverture, entièrement photographique, aux côtés de ton personnage et dans le monde qu’il découvre. Pourquoi ce changement par rapport à la première édition ? Est-ce un souhait de plonger le lecteur, dès le seuil de l’ouvrage, dans l’image et juste l’image ?

Les couvertures c’est le choix des éditeurs, souvent. C’est un écrin. L ‘editrice de « Beurre Salé » m’a dit : « On fait pleine page ! ». J’étais surprise parce que j’étais habituée à la premiere version, mais maintenant l’image saute aux yeux et c’est très bien comme ça.

Dans la première édition, qui était donc le narrateur ? Était-ce Litli, qui s’adressait au lecteur ? Souvent il semble nous fixer de ses deux petits yeux noirs d’ailleurs.

L’autrice ne m a pas dit qui parle. Pour moi c’est Litli qui parle, mais à vrai dire, je ne me suis jamais posée la question. Le texte ne m’appartient pas trop en fait et c’est assez drôle, mais je ne me suis jamais interrogée sur l’origine de la voix. Le texte fait comme une petite voix intérieure quand je le lis, mais je ne sais pas qui parle. Donc finalement, et c’est étrange, mais je ne sais pas quoi te répondre. 

Comment imagines-tu l’attitude de ton lecteur tournant les pages de Litli Soliquiétude ? Que se passe-t-il dans sa tête, selon toi ?

Ce que j’ ai remarqué, c est que les enfants, et particulièrement ceux d’IME, sont beaucoup plus attentifs que les adultes et voient des choses que les adultes ne voient pas. Dans le livre, au début, tout est en noir et blanc sauf le cadre accroché dans la chambre, et à la fin du livre, c’est l’inverse. Cela, les enfants le captent tout de suite et pas les adultes. En fait, les enfants voyagent dans l’image. Ils cherchent plus que l’adulte qui prend le livre dans la globalité. Les enfants se posent des questions et rentrent vraiment dedans.  

Te souviens-tu de ce jeu sur la forme des nuages ? Je pense à cela quand je contemple la nature dans les pages de Litli.

En fait au depart, j ai eu une bourse pour aller faire des photographies en Islande, sur les traces de lumière. Suite à ces images en couleur, je suis retournée plusieurs fois et avec ma marionnette. J’ai fait des photos en la mettant en scène dans la nature, sans me raconter d’histoires, intuitivement. Quand moi je voyais des formes, je prenais des photos . Quand j ai composé le livre, j’ai choisi des images où on voyait des formes. Quand je le présente aux enfants, je les invite à regarder et à s’exprimer. On travaille aussi sur le regard : certains voient un dragon, ou un loup, un dinosaure. Pourtant, on a tous les mêmes yeux, mais on ne voit pas tous la même chose. On  n ‘a pas tous  la même imagination.

Est ce que Litli va avoir de nouvelles aventures ?

Je voulais, mais j’ai fini par découvrir d’où venait ce personnage que j’avais trouvé en brocante. C’est le personnage allemand du marchand de sable et c’est un personnage connu. Il lui ressemble moins  puisque je l’ai remanié, mais encore trop ! Alors, soit je travaille avec la télévision allemande, soit j’arrête !  Finalement, j’ai choisi de ne pas continuer avec lui.

Tu as d autres projets de livre avec des mises en scène de personnages  ? 

J’en ai pas mal d autres, mais ça coince au niveau des éditeurs. En règle générale, ils disent que la photo n’est pas pour les enfants. Même les textes, il faut toujours qu’ils soit écrits d une certaine manière. Il faut que ce soit très simple. Dès que c’est trop imagé , on pense que le parent ne peut plus accompagner l’enfant. C’ est bizarre. J’ai un livre qui sort chez Beurre Salé mais c’est un livre sans photo. J’ai besoin que mes livres sortent et du coup je dois faire autre chose. J’aime aussi ces nouveaux projets et partager avec les illustrateurs.

Je reste optimiste mais ce n’est pas simple.


Janvier 2015, éditions de  L’âne bâté , Des signes et moi…, imagier en langue des signes avec Cendrine Genin, Janvier 2017, ENTRE NOUS, imagier en langue des signes pour les 0 A 3 ans édition de L’ âne bâté.

Dans Des signes et moi et Entre nous, réalisés avec la photographe Cendrine Génin, quel est ton rôle ? 

On m avait proposé de faire des ateliers avec les sourds et muets et Cenrine m’avait aussi parlé de son envie à elle. On a décidé de travailler ensemble sur ce projet. On a commencé a faire des ateliers, sur les traces de lumière pour moi et les portraits pour elle. Au bout de deux trois ateliers, Cendrine m a proposé d’en faire un livre. Les enfants étaient très photogéniques et très forts dans leurs expressions. Ce livre, c’est un vrai livre à quatre mains. Il n y a pas d’ ego entre nous. On choisit la meilleure photo et c’est tout. Quand on n’est pas d accord, c’est qu il faut recommencer la photo et travailler autre chose. Les illustrations, c’est souvent les miennes et les portraits, c’est elle, mais en fait on s’en fout car c’est un vrai travail à quatre mains ! 

Dans Ma grand-mère ou l’enfance dans un corps sage, tu travailles avec le photographe Serge Gutwirth.


Octobre 2009 , Ma grand mère ou l’enfance dans un corps sage, éditions La cabane sur le chien photographe Serge Gutwirth , réédité aux éditions du Jasmin

Apres Litli, je suis rentrée dans l’univers de la littérature jeunesse et j’ai adoré cet univers. J’ai rencontré beaucoup de gens. A ce moment, je circulais aussi avec ma marionnette dans les rues et j’ai imaginé en faire un livre.  J’ai rencontré ce photographe, qui faisait surtout des portraits de gens, et je lui ai demandé de me photographier. Au départ, je voulais  être  juste la marionnettiste et l’auteure des textes, mais j’ai fini par faire les mises en scène moi-même, les montages, les traces de lumière. Tout est de moi, sauf la photo. La photo, c’est son regard de photographe, de beau photographe. Les cadrages sont de lui. Toute la douceur de ce livre vient de  son regard.

Moi j ai perdu ma grand-mere qui était très importante pour moi. J’ai souffert de ce manque. En arrivant à Paris, j’ai vu des vieux tout seuls, derriere leurs fenêtres. J’étais en colère. J’avais envie de créer un gang de vieux, tu vois, et de les mettre dans la rue ! J’ai déambulé avec ma marionnette de mamie Violette et la rencontre se faisait avec les gens. Ils étaient touchés par mamie violette qui leur rappelait leur propre grand-mère. Ce livre, c’est tout ce que j’ai vécu dans la rue, plus des petits mots tirés de ce que j’ ai vécu avec ma grand-mère. 

Il y a des moments très drôles dans ton livre.

Oui, il  était intéressant de montrer des décalages. Il a bien marché ce livre, surtout  sur les salons. Ce sont surtout des adultes qui l’achètent. C’est un livre transgénérationnel. C’est un cadeau qui se partage.

La mise en page ne me  convenait pas plus que ça. Je l’avais conçu plus comme un carnet de voyages, avec des objets.  Il aurait mérité plus de matières, plus de chaleur. Il aurait peut-être fallu mettre un autre papier…

Comment as-tu travaillé sur l’imagier J’aime-J’aime pas  ? Je m’interroge : as-tu conçu les images ou les petites phrases d’abord ?

C est Thierry Magnier qui m’a fait rencontrer Le Rouergue. C’est grâce à cette rencontre que je l’ai fait. Il lançait la nouvelle collection « Yapasphoto ». J’ai cherche moi-même le concept et j’ai amené clefs en mains le livre j’aime-j’aime pas et la responsable de la collection a adoré. Elle m a vraiment bien accompagnée. 

Je suis plutôt une travailleuse intuitive. Des fois, je travaillais avec ma fille, je faisais une image. Je me nourrissais de ce que je vivais avec elle. A l’époque, elle alignait beaucoup de choses. Je lui ai refait faire des alignements. Des fois, j’ai créé des mises en scènes, des fois non, c’était juste ce qui se passait devant mes yeux. Ensuite, je créais des textes.

As tu une préférence pour un de tes livres ?

Litli est un de mes préférés avec Ma grand-mère. Les deux, c’est vraiment ce que j’aurais aimé faire en tant qu illustratrice. Par la suite, je n’ai fait que des imagiers. Ce sont des beaux projets, mais ça reste de l alphabet, des mots, du sens… 

La fiction et la photo… L’imagier, c’est rassurant !

Et pourtant, avec une couverture photo, les gens se précipitent ! La photo, c’est un outil comme un autre. Je travaille  la photo comme un stylo. Il y  a autant de poésie et d’imaginaire qu’ avec un dessin. J’aimerais vraiment qu un jour des éditeurs y croient ! 

Est-ce que tu as un livre qui t’a marquée dans ton enfance, photo ou pas ? 

Celui qui m a beaucoup marqué, ce sont les Contes de la rue Broca et plus petite, les classiques avec la clochette pour tourner les pages. J’aimais les livres audio qui permettent de lire seul. Et puis à 12 ans, c’est L’ Écume des Jours ! En fait, je comprends, car c’est une écriture en images. Et donc pour moi, soit on écrit en images, soit on fait des images qui racontent des histoires. Et c’est chouette d’avoir les deux dans un livre, mais il ne faut pas que l’un étouffe l’ autre ! 

Merci Séverine ! 

Le blog de Severine Thevenet :http://soliquietude.canalblog.com/


Mai 2010, J’aime/ j’aime pas, éditions du Rouergue,  collection Yapasphotos

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

Photolittérature pour la jeunesse

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search