It’s wings that make birds fly

Avec ses quatre albums pour enfants publiés  à partir de 1968, Sandra Weiner poursuit l’oeuvre de la photographie réaliste de la Photo League des années 30-40, qui voulait montrer l’Amérique, ses villes et  leurs habitants, à travers des histoires individuelles.

It’s wings that make birds fly  est le premier. Otis, enfant noir, habitant de New York, raconte son monde, ses joies, ses malheurs, ses rencontres,  les désordres de sa vie et sa quête du bonheur :  « I like people. I like my sisters, my brothers. I likes my father and grandmother. I like my mother and my cousins and my aunt ».

La photographie en noir et blanc témoigne, montre le désordre ambiant, la misère, mais aussi les complicités, les amitiés. C’est le vrai Otis qui est photographié, comme le texte est le fruit des enregistrements des discussions de l’auteur avec lui et ses amis.

Sandra Weiner fait le portrait d’un personnage et à travers lui, celui d’un monde. Le livre n’est pas un pamphlet pour autant. Il montre au lecteur, à travers une vie particulière, le monde qui l’entoure, avec l’espoir, comme le dit le photographe Gordon Parks, qui  signe l’introduction : “And I hope that we, you and I, will come to know our responsibility toward helping Otis into a manhood of dignity”.

Le lecteur-spectateur de la vie d’Otis a rapidement le sentiment que  les photos et le texte sont dépourvus d’une promesse de meilleur, impression qui se confirme lorsque l’on apprend en dernière page qu’ Otis est mort, peu de temps  après la sortie du livre, dans un accident de rue.

Sur le site du Centre International de la photographie de New York :

« Born in the town of Drohiczan, Sandra Weiner immigrated with her parents to the United States in 1928. She met the photographer Dan Weiner in 1940 and took photography courses from him as well as from Paul Strand at the Photo League; she and Weiner were married in 1942. In 1947 she began working with her husband on his freelance assignments for Fortune, LIFE, Sports Illustrated, Harper’s Bazaar, and other publications, and continued collaborating until his death in a plane crash in 1959. Sandra Weiner worked as a picture editor for Sports Illustrated afterwards, and in the late 1960s wrote children’s books, which she illustrated with her own photographs. The first, It’s Wings That Make Birds Fly (1968), included an introduction by Gordon Parks, and was followed by Small Hands, Big Hands (1970), They Call Me Jack (1973), and I Want to be a Fisherman (1977). Weiner taught photography at New York University and at the City University of New York. Her work has been exhibited at several New York galleries, the Akron Museum of Art in 1996, and the Port Washington Public Library.
Sandra Weiner is the author of many exceptional pictures constituting a distinctive body of work. Her acute perception of individual character, especially that of children, and her subtle rendering of neighborhood atmospheres make her documentary pictures of New York some of the most insightful works of their time and genre. »
 

 

My Daddy was a policeman, le choc des photos

My Daddy Is A Policeman d’ Elizabeth Ann Doll, 1973.

« This book is a little’ s girl description of how her father makes his living. Like most fathers, he plays with her, takes her to the zoo, washes the car, and joins the family at breakfast. But she cannot understand why he works at night or why he has to wear a gun. And finally, why won’t he be coming home anymore ?”

Un des reproches que l’on adresse à la photographie dans le livre pour enfant, c’est son trop plein de réalisme, sa violence potentielle pour le jeune lecteur…Nul doute que Françoise Dolto aurait condamné une nouvelle fois la violence des photographies dans cet ouvrage.

Indéniablement,  les auteurs de cet ouvrage souhaitaient frapper les esprits,  sensibiliser adultes et enfants aux conditions de vies réelles des forces de l’ordre, très éloignées des clichés habituels dans les livres pour la jeunesse sur le sujet. Il est d’ailleurs préfacé par le président  de « The International Conference of Police Association »  qui prévient le lecteur : “Once you’ve read it, you’ll see a policeman as an individual – part of a family of people like yourself”.

Le personnage du livre ne sait rien de ce qui arrive à son père. Le lecteur lui, sait tout, car les photographies racontent, avec réalisme, mieux que ne le feraient des dessins, ce qui est en train d’arriver. « I wonder if my daddy thinks of me when he is working ? » se demande-t-elle, alors que le spectateur-liseur est confronté au canon de l’arme à feu qui abat le père. Le choc des photos…

 

« My Daddy was a policeman »

 

Colloque « Figures de l’animal, littérature cinéma, bande dessinée », 27-28 avril, Université du Minho, Portugal

Jeudi 27 avril, je donnerai une communication sur « Sac à Tout, un livre frondeur ».

En 1898, Le Mercure de France présente les résultats d’une enquête sur le livre illustré par la photographie. La journaliste Séverine répondra : « Je suis contre, et de toutes mes forces ; c’est horrible ! ». Cinq années plus tard paraît Sac-à-Tout, un livre pour enfants, illustré de photographies, signé Séverine. Sac-à-Tout s’inscrit dans ces livres du début du XXème siècle qui donne la part belle à l’image, pour distraire, séduire, informer le lecteur. Mais c’est aussi un livre engagé, destiné à défendre les opprimés, éveiller les consciences. Cette communication se propose de montrer comment la photographie y est utilisée pour défendre une cause.

Programme : http://cehum.ilch.uminho.pt/animal/static/programa.pdf

 

The Second Picture Book

Sources : Archives du MoMa, New York

Cette édition de l’imagier de Steichen, paru chez Harcourt, Brace et Company à New York en 1931, comporte The First et The second Picture Book, l’un à la suite de l’autre.

Dans cette seconde partie, les mêmes objets sont contextualisés : Une enfant lit attentivement le First Picture Book,  une autre enfile ses chaussures, un garçon construit des châteaux de sable avec  pelle et râteau sur une plage, et, ce qui était une nature morte composée de fruits est désormais dévorée à pleines dents par un autre garçon qui fixe le lecteur.

       

Ce ne sont pas seulement deux enfants qui sont en action, mais  plusieurs, comme une invitation adressée à tous les lecteurs pour se saisir des objets et agir, dans la droite ligne d’une « modern educational theory ».

On notera cette photo amusante, différente des stéréotypes : S’il revient bien au petit garçon la tâche de planter des clous et à la petite fille celle de jouer avec la poupée et de cueillir des fleurs, cette dernière n’hésite pas à à scier une planche !

 

 

Comptines et Jeux de Doigts en 1906

Cette double page est tirée d’un ouvrage de Maud Burnham, publié en 1906, aux Etats-Unis.

L’éditeur est la Milton Bradley Company, maison très attachée au mouvement des Kindergarten qui se développe dans ce pays à partir de 1860, à l’initiative d’Elisabeth Peabody,  fervente admiratrice du courant éducatif initié en Allemagne par le pédagogue Friedrich Froebel.

La Milton Bradley Company publie aussi la « Kindergarten Review », revue qui dispense des conseils pour organiser la classe, mettre en place des ateliers de manipulation, acheter des jeux de coopération… Maud Burnham a participé plusieurs fois à cette revue avec ses comptines illustrées de photographies.

Ce livre est donc une compilation enrichie de nouveautés. Il s’adresse aux « Mothers and kindergartners » et a vocation à les aider dans leurs activités de chants et jeux de doigts.  La photographie est essentiellement cadrée sur les mains. Elle est  là pour servir de modèle à imiter. Les clichés sont parfois surlignés de traits en pointillés qui doivent faciliter la compréhension.

Les jeux de mains et de doigts entrent dans les activités d’exercices des membres préconisés par Froebel avec une attention toute particulière accordée aux mains, premiers outils de l’homme. Les comptines qui les accompagnent sont destinées à développer le langage et l’écoute.

Cet ouvrage du début du XXème siècle n’a rien perdu en actualité !

L’abécédaire silencieux du Mime Marceau

En 1970, le mime Marceau est internationalement connu pour son personnage de Bip , personnage lunaire, qui de scènes en scènes, silencieusement, mime les bonheurs et malheurs de la vie

Bip pénètre dans les foyers américains, par l’intermédiaire de deux livres pour enfants The Marcel Marceau alphabet book, en 1970, puis The  Marcel Marceau counting book l’année suivante, photographié par Milton H. Greene, le photographe des célébrités.

Pour l’abécédaire, chaque lettre est représentée par un mot et chaque mot est illustré par une pose du mime Marceau. Loin de figer le mot sous un seul sens, l’interprétation du pantomime, par l’expression de son visage et la posture de son corps, fait surgir mille mots, mille histoires.

Pour l’album à compter, ce sont vingt métiers puisés dans les grands classiques enfantins ( pompier, cow-boy, indien…)  que le mime interprète successivement, avec son corps et à l’aide de chapeaux qui s’accumulent au fur et à mesure des pages, que l’enfant tourne.

H. C Andersen, auteur du premier photobook pour enfants ?

 

Fotograferede Bornegrupper af Harald Paetz med tildigtede Riim af H.C Andersen,  1866. Bibliothèque Royale du Danemark.

H. C. Andersen, l’auteur de La Reine des Neiges, de La Petite sirène et du Vilain petit canard, entre autres contes, est bien moins célèbre pour avoir publié, semble-t-il,  le premier ouvrage pour enfants, illustré par des tableaux photographiques, joués par des enfants.

Les six photographies de ce livre, imprimées sur du papier albuminé, sont signées Harald PAETZ, photographe de la cour du Danemark.

On peut y voir, par exemple, une petite fille endormie, tenant dans une main un livre de contes, avec derrière elle trois fillettes, en réalité des elfes qui peuplent ses songes. Sur une autre, une petite fille est agenouillée devant son chien et lui demande de dire « s’il te plaît », comme le fait si bien son petit frère, s’il veut obtenir un sucre.

Andersen a écrit ses versets d’après les photographies de Paetz, comme l’indique son journal : « J’ai apporté à Paets les versets que j’ai écrits pour ses photographies. Il m’ a serré dans ses bras et a pressé sa joue contre la mienne », écrivit-t-il, le 19 novembre 1866.

Certains versets sont très moralisateurs.

« Dis avec moi tes prières avant d’aller dormir ce soir et alors un ange viendra t’embrasser dans tes rêves »…

Le livre, tiré a l’origine à 300 exemplaires, a été réédité en fac-similé, en 2002   et en anglais avec le titre Little Rhymes by Hans Christian Andersen, Little Photos by Harld Paetz.

 

« Upside Down Inside Out and Backwards » et la « photo-graphie »

Upside Down Inside Out and Backwards, publié en 1993, est-il Le livre du Mixed-media qui a vu le jour dans les années 70 ?

Photographies,  dessins, typographie, photo-séquences, photomontages,  se mêlent, sur toute la surface de la page, de contes en contes, de poèmes en rhymes et semblent ne pouvoir vivre indépendamment les uns des autres. L’image est chargée en mots et trouve son prolongement dans le texte, en dessous, au dessus, tout autour. Le lecteur est contraint à un permanent va et vient entre les deux, s’il veut reconstituer le sens. Et quand le verbe est absent, les photographies portent suffisamment de narrativité pour le faire surgir.

Ces histoires ont-elles vraiment un sens ? L’auteur emmène en fait son lecteur, à la frontière entre réalité et monde du rêve.

Le livre se place d’ailleurs sous le parrainage d’Edward Lear, dont on peut retrouver l’influence dans les poèmes et les contes :  “A giggle, a  giggle for dear Edward Lear, who wrote rhymes without reason, I hear. All rules he dispensed. He despised common sens and deemed logic to be insincere”.

Lewis Carroll n’est pas très loin non plus :

« Once upon a time, there was an upside-down place but the people who lives there thought that it was right-side –up. Everything came from nothing and things were tall and small at the same time. Every thing seems to stay but they all went away(…) “if you want to find this place, look in the mirror”.

Le miroir et la photographie invitent le lecteur,  à aller explorer l’envers du décor, là où le monde se présente différemment de ce que nous croyons qu’il est.

© Duane Michals, Courtesy DC Moore Gallery, New York

Ce livre pour enfants est l’oeuvre du photographe Américain Duane Michals. Mais, est-ce bien un livre pour enfants ?

 

Indiens d’Amérique, par Edward S. Curtis

Edward Sheriff Curtis est sans conteste LE photographe des tribus indiennes. Les vingt volumes de  son North American Indian, publiés entre 1907 et 1930, forment une étude ethnographique et photographique des cultures indiennes.

5000 pages et 2226 plaques photographiques ont été numérisées par la Northwestern University, en 2004, et sont visibles sur ce site : http://curtis.library.northwestern.edu/curtis/

Edward S. Curtis exploita ses reportages dans plusieurs œuvres destinées aux enfants dont Indian days of the long ago et In the Land of the Head Hunters, publiés en 1915. Il illustra ce dernier avec les photographies réalisées au moment du tournage du film éponyme.

« Will my fathor’s warriors go tonight to demand this princess for my wife ? »

“This book has its inception in an outline or scenario for a motion picture drama dealing with the hardy Indians inhabiting northern British Columbia. (…) In the working on the photo drama and the book, there came to be slight differences betwwen the two, but in the main they are same and both give a glimpse of the premetive Americans”.

Le film, retrouvé et restauré, a été projeté en 2013 au centre Pompidou : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:In_the_Land_of_the_Head_Hunters_(1914).webm

Les photographies de Edward S. Curtis illustrèrent également le roman pour enfants de Marah Ellis RYAN, The Flute of the Gods, publié en 1909, chez Frederick A. Stokes Company.

Margareth Wise Brown et Ylla

( cop. Consuelo KanagaBrooklyn Museum )

Margareth Wise Brown  (1910-1952) fut un des plus prolifiques ecrivains  pour enfants de sa génération, avec plus d’une centaine de livres à son actif.

Convaincue que le jeune lecteur devait être impliqué dans sa lecture, visuellement et auditivement, elle révolutionna le picture book, avec ses textes courts, poétiques, rythmés comme des comptines, proches de l’univers des jeunes enfants, qui trouvaient écho dans l’image placée en regard.

A partir des photographies d’animaux  d’ Ylla, elle écrivit quatre ouvrages, dans lesquels on retrouve des thématiques  qui traversent son œuvre, comme l’amour maternel, les premiers pas dans le monde, et en  proposa à chaque fois une lecture toute différente de ce qu’en feront d’autres auteurs et notamment Jacques Prévert.

Dans They all saw it, tous les animaux partagent le même secret  et c’est avec suspens que le lecteur attend la fin du livre pour découvrir ce que c’est…

Parmi les 16 photographies d’ Ylla, on reconnaît certains clichés d’animaux figurant dans d’autres albums, mais qui trouvent ici une autre interprétation.

1952  : THE DUCK,  HARPER AND BROTHERS, New York

1950 :  O SAID THE SQUIRREL,  HARVILL PRESS LONDON

1947 :  THE SLEEPY LITTLE LION , HARPER AND BROTHERS

1944  : THEY ALL SAW IT,  HARPER AND BROTHERS,  New York

 

 

 

 

Children of Other Lands Books

La série américaine « Children of Other Lands Books », produite entre la fin du XIXème siècle et les années trente, contient pas moins d’une vingtaine de livres destinés à faire connaître aux jeunes américains, la vie des enfants dans d’autres pays.

When I was a girl in Holland, 1916.

“ There are many books of other countries, but not other group like this, with each volume written by one who has lived the foreign child life described and learned from subsequent experience in this country how to tell it in a way attractive to American children”, annonce l’éditeur Lothrop, Lee & Shepard and Co.

Ce qui distingue en effet cette série de celle lancée par Madeline Brandéis, c’est qu’il ne s’agit plus de découvrir un pays à travers une fiction, mais du témoignage d’un individu, désormais  installé aux Etats-Unis, qui se remémore son enfance dans un autre pays, entre histoires du soir, personnages célèbres, fêtes et coutumes, anecdotes familiales…

Ces volumes attestent du melting-pot américain, avec des titres comme « When I was a boy in China » (1907), « When I was a boy in Greece », (1913), in Russia (1916)…

Les illustrations sont souvent photographiques,  avec en frontispice  le portrait de leur auteur, mais surtout, quelques clichés de panoramas ou monuments, fournis par divers photographes, dont les noms sont parfois mentionnés.

Photographies d’explorateurs

En 1875, le photographe-explorateur écossais John Thomson (1837-1921), fait paraître, chez Harper and Brothers, à New York, The Straits of Malacca, Indo-China, and China, Ten years’ travels, adventures, and residence abroad.

L’ouvrage contient une série d’illustrations, reproductions en gravures sur bois de ses propres photographies, dont celle reproduite ci-dessous, avec la légende « View of Sholon, Cochin-China »

 

En 1880, paraît l’ouvrage pour enfants Adventures of Two Youths in a Journey to Siam and Java, deuxième tome de la série The boy travellers in the Far East, par Thomas Wallace Jr Knox.

A la page 43, on retrouve cette même gravure sur bois, avec une légende légèrement différente, sans qu’il soit fait mention du nom d’un photographe.

.

Cet ouvrage illustre, une fois encore, l’influence des photographes-explorateurs sur les auteurs pour la jeunesse, dans cette période de voyages et de découvertes.

Mais il témoigne également de l’impossibilité de reproduire des photographies dans les livres avant l’invention de la similigravure et de leur nécessaire copie par un autre médium, comme la gravure sur bois.

 

 

 

About Photoliterature, University of Arizona

J’ai l’honneur de présenter le résultat de mes recherches devant les collègues et étudiants de l’université d’ Arizona, ces jours-ci, avec deux conférences :

« Photolitérature pour enfants, l’importance des archives », lundi 3 avril, département de Français, à 12 h.

« History of books for children illustrated by the photographic image », jeudi 6 avril, à 18h.

Un grand merci au doyen du collège des Humanités, Alain-Philippe Durand, et au directeur du département de Français, Denis Provencher, pour cet accueil enthousiaste réservé à la photolittérature et en particulier, à celle destinée aux enfants.

 

Photolittérature pour la jeunesse