Katy Couprie et les langages de l’image

novembre 1999, Tout un monde a reçu le prix Sorcières (tout-petits) ainsi que le prix Pitchou. Avec l’autorisation des éditions Thierry Magnier

En 1999, l’imagier Tout un monde offre aux plus jeunes lecteurs un inventaire hétéroclite du monde qui nous entoure en mêlant toutes les pratiques artistiques, bouleversant dans la foulée les pratiques éditoriales autour de ce genre. Il est signé Katy Couprie et Antonin Louchard, deux auteurs phares des rayonnages des bibliothèques enfantines. Katy Couprie est notre invitée ! 

Vous utilisez, jouez, mêlez toutes les techniques artistiques dans Tout un monde, Tout un Louvre, Au jardin, A table !, et dans Un monde palestinien. Est-ce une façon de dire que toutes les pratiques  se valent, tant qu’elles produisent de l’art et du jeu ?

Avec Tout un monde, Antonin Louchard et moi-même voulions apporter aux lecteurs une initiation diffuse aux différents langages de l’image et dire que toutes les techniques ne se valent pas justement. Ce que raconte une photographie ou un dessin sur un objet n’est pas équivalent. Cela est très perceptible devant nos images, sans avoir à l’expliquer à des enfants petits. Antonin et moi voulions faire découvrir aux enfants un ensemble de techniques et leur montrer la variété des représentations, ce qu’on peut faire en art, ou ailleurs, pour représenter le monde, le  dédoubler en images. Toutes les techniques utilisées dans cette série d’ouvrages se complètent, s’enrichissent.

Le jeu existe bien. Il est installé entre les images, qui sont libérées du texte. Ces images ne sont plus inféodées aux légendes. Le jeu réside dans la pratique que l’on a du livre, les correspondances entre les images, les associations d’idées entre elles.

Ces ouvrages sont constitués comme des inventaires du monde qui nous entoure. Même s’ils sont dépourvus de mots, néanmoins, le mot est-il vraiment loin ? Qu’est-ce qui vous fait opter pour la photographie plutôt qu’une autre technique artistique pour exprimer une idée ? 

Au départ, il y a eu évidemment les mots. On a fait beaucoup de listes, d’inventaires, en y mêlant objets, émotions, concepts. Parfois la technique s’imposait par rapport à un contenu de représentations. Mais au final, tout ce qui pouvait rentrer dans l’imagier était bon. A partir du moment où on s’adresse à des enfants avec un point de vue européano-centré, le choix est vaste. Pour parler d’une seule idée, on a aussi varié les images, les techniques, les points de vue, les cadrages. Il y a également dans Tout un monde et ensuite dans Au Jardin, des installations, des mises en scène. La photographie permet de faire alors le constat de ce qui est créé. C’est ce qui me permet d’enregistrer une mémoire vivante de ce que je suis en train de faire.

Le hasard a aussi bien fait les choses, comme lorsqu’Antonín s’est peint la main et que cela est devenu un coq ou une tortue.

septembre 2008, Au jardin a reçu le prix Bologna Ragazzi (fiction). Avec l’autorisation des éditions Thierry Magnier

La photographie est-elle votre domaine réservé dans vos créations à quatre mains avec Antonin Louchard ? 

J’ai fait des études d’art au cours desquelles j’ai appris à photographier et ce n’est pas le cas d’Antonin. Tout ce qui est pratique de l’argentique s’est fait dans mon laboratoire et je l’ai formé à travailler avec moi en lui ouvrant ces techniques là. Antonin pratique surtout une photographie numérique qu’il aime beaucoup.

Vous variez photographies en noir et blanc, photographies en couleur, zoom, plans larges, rayogrammes etc… L’idée était-elle aussi de faire découvrir toutes les techniques photographiques ?

Il y a effectivement la volonté d’avoir un inventaire de techniques le plus large possible, y compris des choses un peu « zazou » : j’ai fait notamment des photogrammes avec des vers de terre vivants ! Il s’agit bien pour moi de pousser les techniques avec lesquelles on peut faire des images. Cela peut être évidemment très simple avec du modelage, comme pourraient le faire des enfants, mais il peu y avoir aussi ou des choses extrêmement élaborées.

2002, Avec l’autorisation des éditions Thierry Magnier

Je crois reconnaître dans certaines pages de Tout un monde des clins d’œil aux grands maîtres de la photographie et je pense aux portraits d’écoliers de Doisneau, aux rayographies de Man Ray, aux couverts de Steichen, aux poires de Sougez… Est-ce que je me trompe ? Quels sont vos maîtres en photographie ?

Mes maîtres sont Moholy-Nagy, Man Ray, et Robert Heineken, qui pratique le photogramme en couleur, Robert Franck, Diane Arbus, Lee Freidlander, pour certains types de photographies, Peter Fischli, David Weiss, Philippe Ramette, Ervin Wurm. Ervin Wurm  réalise des photos de lui pour lesquelles  il conditionne son corps dans des vêtements qu’il enfile dans des postures non conventionnelles. Philippe Ramette fait des photographies qui ont un vrai rapport au paysage, dans lequel il met en scène son corps dans des équilibres instables.

Quant aux livres pour enfants, il y a évidemment Tana Hoban et Sarah Moon avec qui j’ai eu le plaisir de faire une très belle exposition a Marseille.

Les clins d’œil il y en a effectivement ! Ils sont adressés à Moholy-Nagy, Man Ray. Le clin d’œil à Doisneau avec cette photo d’écolier  est réel mais il arrive par la force des choses.  Il s’agit en fait d’une photographie d’Antonin enfant.

1993, Gallimard Jeunsse, Le sourire qui mord

Je suis le chien est fait de collages, d’assemblages de morceaux hétéroclites tirés de photographies, de pages de magazines, de dessins. D’où est venue cette idée ? Un hommage à Hannah Höch ? Aux collages de Prévert ? Vous semblez beaucoup vous amuser.

 L’idée était d’accorder une grande place au détail, de passer le monde alentour à la moulinette. L’inspiration c’est Dubuffet, pour ses façons d’avoir des personnages entourés dans des formes et une autrice américaine qui s appelle Maira Kalman et qui travaille avec des éléments composites en peinture.

Avez-vous déjà pensé à faire un livre entièrement photographique ? 

Je pourrais si le sujet du livre réclame la photographie. Avez-vous lu Prince de naissance attentif de nature chez Thierry Magnier aussi ? C’est un projet très photographique avec un usage différent de la photographie. C’est un livre qui a été assez remarqué mais non republié. C’était un grand album, bien imprimé en plus.

octobre 2004, Avec l’autorisation des éditions Thierry Magnier

Le texte est de Jeanne Benameur. Le personnage est un enfant qui devient prince et est appelé à gouverner très tôt. Il doit avoir une visée, s’installer dans des combats. Il y a une dimension de fable, de conte, beaucoup d’onirique, pas de contexte et pourtant le livre est installé dans un rapport au monde. J’ai pensé que j’allais choisir le dessin pour les personnages au pastel gras, découpés et plantés dans un décor réel avec un rapport d’échelle intéressant. L’imaginaire est  porté par le dessin. 

Est-ce que vous aviez des livres photo-illustrés quand vous étiez petite ?

Je n’ avais pas de livres pour enfants, mais des dictionnaires médicaux, des encyclopédies. J’avais aussi des romans-photos que lisaient mes grands-parents. Ils avaient une librairie papeterie et j’ai passé mes mercredis à feuilleter la presse, sans aucune censure. 

Merci !!

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

 

L’expo “Je, tu, il, elle, nous avons des droits ! ” au Creusot a fermé ses portes

L’exposition “Je, tu, il, elle, nous avons des droits ! ” a fermé ses portes au Creusot. Elle a reçu toute la semaine des scolaires d’âges différents venus travailler sur la thématique des droits de l’enfant, l’occasion de les interroger également sur la réception des photographies et des livres photo-illustrés. 

Elle est désormais libre à la location. 

 

Secrets de fabrication…

Miniphlit a rencontré le papa d’un apprenti pirate en pâte à modeler, l’occasion de découvrir ce qui se fait aussi du côté de l’auto-édition et de se pencher sur le travail de création de livres photo-illustrés à l’école.

Cher Lionel Lamour, illustrateur ? auteur ? photographe ? qu’inscrivez-vous en tête de votre CV ?

Je suis auteur-scénographe. Ce livre est le second du même genre, c’est-à-dire un roman-photo jeunesse. Il est d’abord né d’une histoire écrite. En l’écrivant, j’imaginais déjà les images. Une fois écrite, j’ai réuni l’équipe qui m’a permis de le réaliser : un photographe, une sculptrice en volume et un décorateur.

Vous inscrivez-vous dans une filiation photographique ?

Pas uniquement, c’est un ensemble. Pour moi les livres photos jeunesse sont un peu des OVNIs dans la littérature. J’aime relever des défis et celui de mettre en scène, en image cette histoire en était un. Cela change de l’illustration dessinée. Les lecteurs ont une lecture presque en 3D avec les personnages et les décors.

Quand êtes-vous tombé dans la marmite de la littérature jeunesse ?

J’y suis tombé par circonstance. Suite à une opération du dos, j’ai imaginé une histoire à offrir à mes nombreux neveux et nièces pour un noël. J’ai pris mon temps pour l’écrire, la faire illustrer et l’imprimer au magasin du coin. Je me suis retrouvé à coudre ce petit livre qui n’avait pas si mauvaise allure pour de l’artisanal. Le cadeau a plu. Je l’ai réédité en passant par un imprimeur avec un second tome. Voilà le début…

Quelle est la place de la photographie dans votre travail ?

Elle est ponctuelle. Sur certains projets. Par contre, ce n’est pas rare que je prenne une photo d’un lieu, d’une situation qui pourrait m’inspirer pour un récit.

Qu’est-ce qui vous inspire donc ?

Tout ! Bien souvent c’est un petit détail, un mot qui fait naître une histoire, un conte. Il ne faut pas grand-chose pour mettre en marche la machine à écrire qui se situe dans un coin de ma tête.

Comment qualifieriez-vous vos créations : natures mortes, tableaux photographiques ?

Pour Victor, ce sont des tableaux mis en scène, réfléchis afin de trouver l’équilibre entre le texte et laisser la possibilité au lecteur d’imaginer plus que ce qu’il ne voit.

Pourriez-vous travailler avec des êtres inanimés, animaux ou enfants, à la place de vos personnages de pâte à modeler ?

J’ai déjà travaillé avec une école sur l’écriture et la mise en page et en scène d’une histoire mêlant personnages (enfants) et objets. Une belle expérience qui s’est conclue par l’édition d’un livre.

Texte ou pas texte ? quelle est votre préférence ?

Je n’ai pas encore eu l’occasion de travailler sans texte ; je suis un conteur et un écriveur d’histoire… m’en passer me serait difficile, mais travailler avec un/e illustrateur/trice pourrait me permettre de relever ce défi.

Les mots viennent-ils avant ou après la réalisation des images ?

Hum… les deux ! Les images mentales sont nécessaires à la mise en écriture tout autant que les mots créent des images que je n’avais pas forcément imaginées.

Comment travaillez-vous avec les mots des autres ?

Jusqu’à ce jour, je ne travaille pas avec les mots des autres. Je peux écrire sur des idées partagées afin d’aboutir à un projet.

Qui sont donc vos lecteurs et comment les imaginez-vous agir avec vos livres ?

Je touche, avec mes livres, un large lectorat. Que ce soit la lecture du soir ou la première lecture avec Victor apprenti pirate, ou avec ma série « La communauté d’Azéliard », ou d’autres encore, j’ai la chance de pouvoir rencontrer un public de lecteurs varié. J’aime l’idée qu’ils puissent s’approprier l’histoire, lui donner un autre sens, imaginer d’autres décors, d’autres univers où évoluent mes personnages. J’aime présenter aux enfants le grand coffre au trésor d’où je sors les éléments de décors mais aussi les personnages qui ont servi à faire l’histoire. Bien souvent, ils recréent des scènes ou poursuivent l’histoire avec leurs Playmobil©. L’histoire ne m’appartient plus.

Un projet en préparation dont vous pourriez nous dire quelques mots ?

Non pas un mais plusieurs… Le plus abouti et prévu pour mars 2022 est encore un livre jeunesse en collaboration avec l’illustratrice Fanny Cheval. Il y est question d’un épouvantail qui, s’il rencontre le succès aura une suite…

Quel lecteur étiez-vous enfant ?

J’étais un moyen lecteur de romans, qui dévorait des BD (j’en dévore toujours !) durant les vacances. J’étais par contre un « fabriqueur » d’histoires que j’aimais raconter à mes cousines et cousins.

Pourquoi avez-vous choisi l’auto-édition avez-vous eu des difficultés à trouver un éditeur ? 

Je suis en édition propre car en effet les maisons d’éditions pensent que je ne corresponds pas à la ligne éditoriale. Par contre, je suis tout de même à 3 tirages de 800 exemplaires de Victor, et  800 pour les “Contes du chaudron”… ce n’est tout de même pas mal je trouve…

Vous intervenez régulièrement dans des classes avec les aventures de votre pirate. Quels ateliers mettez-vous en place et quelles sont les réactions du jeune public ? 

La présentation commence par une lecture de l’histoire avec les enfants si elle n’a pas déjà été effectuée au préalable. Ensuite, le décor s’installe dans le coffre. Enfin, les personnages arrivent dans leur univers. L’intervention se prolonge  en présentant les différents  éléments de décor qui ont servi pour le “tournage” du livre : façade de maison, parties du navire, carte au trésor…des trucages sont dévoilés : Comment faire de l’eau sans eau ? comment vieillir une carte ?  Des centaines de photos sont prises pendant la réalisation et je leur explique comment on choisit les 23 photographies. Les réactions lors de mon passage en classe pour présenter la mallette sont très positives. Il y a un grand intérêt de la part des enfants. Je sais qu’il y a une histoire faite par une école en Normandie, La fiancée de Victor.

Sur le site de Lionel Lamour, on pourra découvrir d’autres ouvrages photographiques réalisés avec les écoles. http://www.lionel-lamour.com

 

 

Images de l’enfance, rencontre avec Alain laboile

La Dispute,
a photographic children’s tale.
Les Arènes, 2017
26 x 29 cm
76 pages

“In his series of carefully composed black-and-white images that make up La Famille, the French photographe Alain Laboile has captured a sense of youthful freedom through the exploits of his six children” écrit le New York Times en 2012. https://lens.blogs.nytimes.com/2012/12/27/capturing-a-childhood-idyll-in-france/

Alain Laboile s’est fait une spécialité de ces photographies en noir et blanc des moments de l’enfance, de l’ enfance particulière de ses six enfants plutôt, éloignés des écrans et du système éducatif traditionnel, et dont le maître mot est sans doute “Liberté”.

Si ces images du quotidien de sa drôle de famille ont été exposées dans le monde entier, elles ont aussi rejoint les pages intérieures des livres pour raconter des histoires, témoigner de ces instants fugaces. Interview.

https://laboile.com/

Quotidian, 2017
Duncan Meeder
Foreword by Andy Summers (The Police)
29,5 x 33 cm
96 pages

Cher Alain Laboile, quel est votre parcours ?

Je suis photographe et sculpteur autodidacte. Après une scolarité courte j’ai démarré une carrière de sculpteur.

Je suis devenu photographe par accident en découvrant le mode macro sur un appareil photo destiné à photographier mes sculptures. 

Fasciné par l’entomologie j’ai commencé par des clichés d’ insectes.

C’est plus tard que j’ai démarré l’album de ma famille nombreuse, qui a depuis fait le tour du monde au gré des expositions, festivals et publications.

 Avez-vous des maîtres, des modèles en photographie ?

J’ai une culture photographique très limitée et je me complais dans cette « ignorance » qui me permet de m’affranchir de toute influence.

Je suis plus sensible à la peinture, à la sculpture ou l’architecture.

La photographie m’intéresse finalement assez peu.

– En attendant le Facteur
KnowWare Editions, 2012
Foreword by Gérald Vidamment
25 x 27 cm
100 pages

Voyez-vous le livre comme un moyen d’expression incontournable de votre pratique photographique ? un prolongement de vos expositions ? un autre lien avec les spectateurs ? bref, pourquoi le livre ?

Le livre a pour moi deux finalités :

 -C’est un outil incontournable pour présenter le travail photographique à des galeristes, directeurs de festivals, conservateurs de musées…

-Il permet une large diffusion des œuvres auprès d’un public de collectionneurs mais aussi d’amateurs pour qui les galeries et surtout les tirages photographiques qu’elles proposent, demeurent inaccessibles du fait de leur coût.

Avez-vous senti des réticences de la part des éditeurs pour publier des livres photos ?

 J’ai eu la chance incroyable d’être publié sans avoir eu besoin de démarcher mes éditeurs, Tous sont venus vers moi en me proposant une collaboration.

Gérald Vidamment a été le premier à parier sur moi,  et le livre est maintenant épuisé.

J’ai depuis publié une dizaine d’ouvrages.

Aurores (BeSpoke Collection)
Limited edition numbered on 250
Foreword by Fabien Ribery
Editions Bessard, 2018
19 x 26,5 cm

Est-ce que le prix Hip a changé quelque chose ?

Il est intervenu au moment de la ré-édition de La Dispute. Le prix a été mentionné sur le bandeau de l’ouvrage, j’imagine que cela a  contribué à booster les ventes.

Quel est le fil conducteur de vos ouvrages, la thématique commune ?

Ma famille est mon unique sujet, Je documente depuis 15 ans notre quotidien un peu atypique, Une vie proche de la nature, sans télévision ni confort superflu, l’école à la maison… Les enfants qui grandissent, quittent le nid , reviennent…

Pourquoi privilégier des titres en anglais ?

Mon public est international. Mes éditeurs sont français, allemands , Néerlandais , mes galeries sont Italiennes, Brésiliennes et Française . La langue anglaise est  donc fédératrice.

Pourriez-vous vous exprimer en couleurs ?

Je pratique la couleur depuis toujours, par petites touches.

Mon livre Aurores, aux Éditions Bessard est  d’ailleurs intégralement en couleur.

Mais le noir et blanc est prépondérant au sein de mon œuvre, il renforce l’intemporalité et l’universalité de ma photographie.

Under the Monochrome Rainbow
Foreword by Jock Sturges
Duncan Meeder, 2015
30,5 x 30,5 cm
96 pages

Est-ce que vos livres parlent de l’enfance en général, d’un type d’enfance ?

Ils parlent de l’enfance de mes enfants et de notre  mode de fonctionnement éducatif qui n’est pas forcément très répandu, notamment en France,

Mais ce que j’immortalise (le jeu, les joies, les peines, les relations avec les animaux, les scènes de vie quotidienne) sont propres à l’enfance universelle.

C’est ce qui fait je crois  le succès de ma série La Famille : Tout le monde y retrouve un peu de lui -même en nous observant quelques minutes à travers la page d’un livre, un écran  ou une exposition.

Est-ce que ce sont des livres pour enfants ?

Hormis la Dispute et Je sais le faire, ce sont des livres tout public. Mais chacun de mes ouvrages peut -être feuilleté et compris par un enfant.

 Ma photographie est directe, très lisible, dotée d’une iconographie accessible à tous.

 Qui sont les acteurs  de vos images ?

Mes 6 enfants âgés aujourd’hui de 12 à 27 ans.

Summer of the Fawn
Kehrer Verlag, 2018
Foreword by Laurence Kiberlain
18 x 24 cm
112 pages

Comment est venue l’idée de La dispute ?

C’est Victoria Scoffier, officiant aux Editions les Arènes qui a eu l’idée de cette collaboration.

Nous sommes amis depuis que jeune journaliste au Magazine 6 Mois, elle a passé 2 jours chez nous en immersion pour écrire un article à notre sujet.

Mon œuvre parle de l’enfance et nous trouvions important de la rendre accessible aux plus petits justement.

Ce conte photographique est divertissant, mais participe aussi à l’éducation à l’image.

Est-ce un livre de littérature jeunesse ou un livre d’artiste ?

C’est un livre jeunesse mais l’importance de l’image et le soin particulier apporté à son traitement en fait un ouvrage hybride.

Vous signez La dispute avec Victoria Scoffier ? Est-ce difficile de créer à quatre mains ?

Au départ, Victoria n’était pas destinée à écrire le conte, elle devait simplement coordonner la publication.

Mais aucun des auteurs pressentis ne parvenant à trouver le juste ton pour aborder l’accompagnement littéraire de mes images, elle a endossé ce rôle, ce dont je suis très heureux. Tout est alors devenu fluide.

Lisiez-vous des livres-photos lorsque vous étiez enfant ?

Je suis issu d’un milieu modeste en pleine campagne bordelaise. Mon enfance rimait  plutôt avec les promenades en forêt de pins et  les baignades sauvages.

Il devait bien y avoir des livres pour enfants à la maison mais des livres -photo certainement pas.

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Ouvrir des espaces pour s’émerveiller, avec Ianna Andréadis

 

L’oeuvre de Ianna Andréadis est très loin de se résumer à ses très beaux imagiers photographiques pour enfants parus aux éditions (Les Grandes Personnes). Ses créations graphiques, picturales, photographiques, ses recherches sur l’objet-livre sont multiples et témoignent de son émerveillement pour la nature et l’environnement proche ou lointain. Rencontre avec une exploratrice de notre monde. 

Chère Ianna Andréadis, peintre, photographe, autrice de livres pour enfants, est-ce que j’oublie quelque chose ? Comment se répartit votre temps créatif ?

Je voudrais préciser : autrice de livres, “y compris” de livres pour enfants, et aussi ajouter dessinatrice et créatrice de projets photographiques participatifs, qui ces dernières années occupent une grande partie de mon temps. Selon mes projets en cours, j’essaie d’alterner les projets photographiques, la peinture et le dessin, car j’ai besoin de ces multiples moyens d’expression ! 

Avez-vous des maîtres de la photographie qui vous inspirent ?

Plusieurs grands photographes m’inspirent mais celui qui m’a le plus marquée depuis les années 80 c’est Luigi Ghirri pour son art de capter, de rendre la réalité quotidienne poétique ou illusoire, de montrer dans toutes ses séries “sa stupeur du monde”. Son oeuvre photographique m’a ouvert plusieurs portes et fenêtres…

 

Comment êtes-vous venue à la littérature pour la jeunesse ?

A la naissance de mes enfants, j’ai voulu faire des livres pour eux. J’ai d’abord créé des livres-imagiers en tissu africain wax, dont j’ai une grande collection, fascinée par leurs motifs et leurs couleurs. Le livre d’Afrique, avec des images d’animaux, Dis voir avec des objets hétéroclites sur chaque page … Ma mère réalisait les coutures. J’ai rencontré à l’époque Elisabeth Lortic une des fondatrices de l’association des Trois Ourses (qui diffusait et éditait des livres d’artiste en direction des enfants) qui a été très enthousiasmée par mes livres en tissus et m’a proposé de réaliser des éditions pour les exposer, les diffuser. C’était le début d’une grande collaboration et de nombreux projets en direction des enfants. C’est par Les Trois Ourses que j’ai rencontré Fani Marceau éditrice au Seuil à qui j’ai proposé mon premier livre photographique, Couleurs Nature, qui a été publié en 2002. J’avais réalisé ce livre en choisissant des photos dans une agence spécialisée dans les photographies de la nature : PHO.N.E. C’était une exploration des couleurs, des formes de la nature dans le monde entier, où ce sont les juxtapositions des deux images qui créent un dialogue ou une histoire … comme ma nouvelle série – collection de livres pour les tout-petits aux Editions des Grandes Personnes. (C’est un principe qu’on retrouve dans tous mes livres photos).

Aux Editions du Seuil j’ai rencontré Brigitte Morel qui est depuis presque 20 ans, mon éditrice pour tous mes livres photos.

 

La nature est une de vos sources d’inspiration. Vos livres publiés aux Grandes Personnes aident-ils à mieux regarder le monde qui nous entoure et portent-ils un message écologique ?

J’espère qu’ils aident à regarder la beauté de la nature dans notre quotidien, mon intention est de donner à voir ce qui est sous nos yeux, inciter petits et grands à être sensible et s’émerveiller de la nature où que l’on soit.  C’est une façon par la suite d’avoir envie d’en connaître plus et de la respecter.

Dans son livre, Le sens de la Merveille, Rachel Carson, une des premières écologistes, écrit “Pour un enfant il est bien moins important de savoir que de ressentir”, j’espère que ces livres sont un pas vers le sentiment de l’émerveillement. 

 

Comment se décide le thème de vos imagiers ? En concertation avec votre éditrice ? au hasard de vos déambulations ?

Mes livres sont autobiographiques et renvoient tous à mes lieux familiers, mes voyages, mes émerveillements, mes préoccupations …Ils comprennent aussi des moments de découvertes et d’exploration dans la nature lors de nos voyages avec mon compagnon Franck Bordas et nos enfants, comme Bêtes de Brousse, ou La fourmi et le paresseux/Histoires de la forêt lointaine …livres que nous avons réalisés ensemble en Afrique du Sud et au Costa Rica.

L’album Bêtes de brousse, était un livre important pour nous, un grand projet suite à nos expériences et plusieurs voyages dans les réserves africaines. On avait rassemblé un grand nombre de photos et on voulait transmettre les émotions et les rencontres avec les animaux de la brousse. La concertation le dialogue avec mon éditrice Brigitte Morel est toujours essentiel pour le livre.

Pour la collection des tout-petits qui est comme un condensé d’une série, puisque 24 photos suffisent pour partager une façon de voir, du premier livre Histoires du cerisier, qui est l’arbre que je vois par ma fenêtre … au Histoires d’automne, la série de feuilles tombées par terre sur le trottoir de ma rue …,les sujets viennent de mon environnement quotidien, je décide le thème toujours en rebondissant sur le précédent, en essayant de surprendre, compléter, alterner, renouveler… en ayant l’expérience des réactions des précédents titres, et évidemment toujours en concertation et à l’écoute des suggestions de mon éditrice.

La suite des titres, mais aussi des couvertures est conçue comme un chemin de fer de livre !

 

Vos imagiers Du printemps à l’hiver, Histoires de cerisier,  Du soleil à la lune, Histoires du ciel  sont des imagiers photographiques sans texte. Pourquoi faire le choix du silence et sont-ils vraiment silencieux ? Peut-on raconter des histoires en se passant des mots ?

Je souhaite donner de l’importance à la photo sans qu’elle ait un rôle d’illustration, sans que la lecture de l’image soit perturbée par un texte.  Cela laisse plus de liberté, de la place au dialogue.  Au lieu de lire des légendes, il faut découvrir, observer, reconnaître, comparer, questionner, raconter …  On consacre notre 4ème de couverture au texte et aux légendes.

Les « histoires » se créent par le rapprochement des images. Les associations d’idées, les rapports de couleurs, des formes, les similitudes ou les contraires composent le livre, et créent un dialogue…

Je tenais au sous-titre “Histoires”…qui semblait paradoxal pour un livre sans texte et je voudrais citer ici cette phrase de Georges Didi-Hubermann qui est comme la clé de la construction de mes “histoires”’ !.. :

« Deux images qu’on rapproche produisent de la pensée. Ce n’est pas seulement l’image (…) mais la distance qui les sépare qui dessine, ouvre, un espace pour penser. ».

 

Comment imaginez-vous l’attitude de vos lecteurs devant vos imagiers photographiques ? Certains jeunes lecteurs vous ont-ils fait part de leurs sentiments devant vos très belles images ?

Ce que j’aime imaginer, c’est plutôt, après la lecture, comment les enfants peuvent retrouver et observer dans leur quotidien des choses qui leur rappellent le livre (!), comment ils vont voir les couleurs des fruits au marché, les feuilles d’automne sur le trottoir etc ..;

J’ai eu beaucoup d’occasions de rencontrer les enfants lors de rencontres avec des classes et au delà des images en soi qu’ils aiment, ils s’intéressent à savoir si c’est moi qui les ai prises, ils sont épatés de savoir que c’est moi et ma famille qui étions là, devant les éléphants, les lions les léopards etc …dans Bêtes de Brousse.

 Il semblerait que le livre photographique pour la jeunesse suscite un regain d’intérêt aujourd’hui. Avez-vous eu du mal au cours de votre carrière à convaincre des éditeurs d’accepter des livres de photographies ?

J’ai eu la grande chance de rencontrer Brigitte Morel qui est passionnée de photo, et qui est mon éditrice fidèle de mes livres photo jeunesse en France, depuis 2002 : les Editions du Seuil, en passant par Les Editions du Panama, où on a fait trois livres photos – (tout-public) ensemble : Chantier ouvert au Public/ récit de la construction du musée du quai Branly, 2006, Une année en Forêt, arbres et rochers de Fontainebleau, (réalisé avec Franck Bordas) 2007, Cosmopolis /Ivry-sur Seine, 2007.

C’est un très grand plaisir de travailler ensemble en grande complicité. Cependant ça arrive que parfois des projets mettent du temps à mûrir.

 

Vous avez illustré un livre de contes avec vos dessins. Vous êtes-vous posée la question de l’illustration photographique pour les contes ?

J’ai illustré une anthologie de contes L’aile bleue des contes: l’oiseau, établie et commentée par Fabienne Raphoz aux éditions Corti, (collection Merveilleux, 2009). En fait ce ne sont pas des illustrations des contes mais une série de 70 dessins d’oiseaux qui sont cités dans ceux-ci et composent en parallèle une histoire naturelle. Une façon détournée d’illustrer cette anthologie, en étant moi même passionnée d’oiseaux et ayant beaucoup travaillé sur ce thème.

Justement, … tout en travaillant uniquement dans un esprit documentaire, j’ai une idée depuis un moment d’un livre photo sur les contes, j’attends que mon éditrice soit convaincue…  !   

Quelle lectrice étiez-vous enfant ? Aviez-vous des livres de photographies ?

J’ai grandi à Athènes, j’ai appris le français et depuis toute petite, je lisais beaucoup; Le club des Cinq à la Bibliothèque Rose, les Six Compagnons à la Bibliothèque Verte…, en parallèle avec les livres d’auteurs grecs comme Pénélope Delta. J’aimais beaucoup les romans de Jules Verne, les bandes dessinées, Lucky Luke et Tintin.  Il n’y avait pas de livres de photos pour enfants en Grèce, j’ai découvert les magnifiques livres photo de cette époque, de Dominique Darbois par les Trois Ourses bien plus tard.

 

Bibliographiehttp://ianna.online.fr/books.html et sur le site des (Grandes Personnes) https://www.editionsdesgrandespersonnes.com/portfolio_page/andreadis-ianna/

 

Livres de photos

 A paraître :  Par nos fenêtres / Vues d’Ivry, texte de Danièle Méaux, Editions Créaphis, 2021

 Du platane au ginkgo – Histoires d’Automne, Editions des Grandes Personnes, Paris, 2021  

 Des goûts et des couleurs – Histoires de fruits et de légumes, Editions des Grandes Personnes, Paris, 2021  

 Du glacier au torrent – Histoires de l’eau, Editions des Grandes Personnes, Paris, 2020  

 La fourmi et le paresseux- Histoires de la forêt lointaine, Editions des Grandes Personnes, Paris, 2020 

 Du soleil à la lune – Histoires du ciel, Editions des Grandes Personnes, Paris, 2019

 Du printemps à l’hiver- Histoires du cerisier, Editions des Grandes Personnes, Paris, 2019

 Fenêtres sur Athènes ΑΘΗΝΑ ΘΕΑ, textes de Jean-Christophe Bailly, Aude Mathé,  Yannis Tsiomis, Denys Zacharopoulos, édition bilingue (grec- français), Editions Agra,  Athènes, 2016

 Franck Bordas, un parcours imprimé,  textes de Franck Bordas et de Catherine de Braekeler, Centre de la Gravure et de l’Image imprimée, La Louvière, 2014

Bêtes de brousse, avec Franck Bordas, Fernand et Pierre-Takis Bordas, Edition des Grandes Personnes, 2012, Paris

 Cosmopolis / Ivry-sur-Seine, texte de Laurent Boudier, Editions du Panama, 2007

 Une année en forêt, arbres et rochers de Fontainebleau, avec Franck Bordas, Editions du Panama, 2007, Edition méxicaine,  : Cronica de un bosque encantado, Petra Ediciones, 2007

Chantier ouvert au public, récit de la construction du musée du quai Branly, avant-propos de Stéphane Martin, Editions du Panama et du Musée du quai Branly, 2006

Couleurs Nature, photos de l’agence PHO.NE, Éditions du Seuil Jeunesse, 2002

Éclipse 11 août 99, texte de Laurent Boudier, 16 photos d’agence de presse, Franck Bordas éditeur, 2000

Livres illustrés – livres d’artiste

Winter, Editions One Stroke, Tokyo, 2019

Αγκάθια και αμάραντα (Chardons et immortelles) texte de Manolis Charos, Editions Agra,  Athènes, 2019

 Manasa, Légendes de serpents indiens, SSSSnake art and allegory, texte de Gita Wolf, coédition musée du quai Branly, Paris et Tara books, Chennai, 2010

Au loin le monde est tout petit, Agnès Chaumié, Enfance et musiques, Paris, 2010

 L’aile bleue des contes : l’oiseau,  anthologie commentée de Fabienne Raphoz, illustrée de 70 dessins, Editions José Corti, Paris, 2009

Bestiaire aztèque, /Bestiario azteca texte d’Elisabeth Foch, coédition du musée du quai Branly / Petra Ediciones, Guadalajara, 2008

Un bestiario de la prehistoria, préface de Jean Clottes, Petra Ediciones, Guadalajara, 2007

 

Cactus, texte de Elisabeth Foch, Petra Ediciones, Guadalajara, 2005

 

Dias / Tonaltin, texte de Elisabeth Foch, Petra Ediciones, Guadalajara, Mexique, 2005, prix “Nouveaux Horizons”  à la Foire du livre de jeunesse de Bologne, 2006 , édition française,  La pierre du soleil, éditions Circonflexe 2007

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

le petit monde poétique d’IsabelLE Gil

Les vacances, Loulou & Cie, 2014

Miniphlit reprend sa série de rencontres avec les auteurs-autrices qui font la photolittérature d’aujourd’hui. Aujourd’hui partons à la découverte de la poésie d’Isabelle Gil et de ses mises en scène de petits personnages, pas du tout au ras des pâquerettes.  

Illustratrice ? autrice ? illustratrice-autrice ? photographe ? Qu’inscrivez-vous en tête de votre CV ?

Petit à petit, j’ai inscrit tout ce qui correspondait, il me semble, à mon travail. Photographe car j’utilise la photographie et un appareil photo, autrice, car j’écris ou « fais»  des histoires, les images, leurs contenus, leurs compositions, leurs styles. Et illustratrice, car je réalise des albums avec des narrations et les images qui les illustrent.

 Vous inscrivez-vous dans une filiation photographique ?

Je ne sais pas. Mais il y a bien sûr des œuvres qui m’ont inspirée. Ou que j’ai découvertes après mais auxquelles je suis très sensible.

Les albums tirés des films de Albert Lamorisse, les photographies de Joachim Mogarra, celles de Duane Michals avec ses séries narratives, les photographes Anna et Bernhard Blume.

Et comme , quand j’ai repris la photo après des années de suspension , je l’ai fait à la fac en arts plastiques, je me suis plongée dans l’art contemporain et il y avait tous les artistes qui utilisent la photographie, comme  Robert Smithson, ou d’autres comme Gordon Matta Clark, John Baldessari et puis également l’artiste suisse Roman Signer avec ses installations géniales à partir d’éléments  banals et /ou imparfaits  et plein d’autres que j’aime beaucoup et qui ont inscrit en moi, une multitude de choses et d’images, Apichatpong Weerasethakul, Dominique Gonzales Forster, Pierre Huyghes, Cindy Sherman, Felipe Gonzales Torres.

 

Le chapeau de Maman, Loulou & Cie, 2014

Quand êtes-vous tombée dans la marmite de la littérature jeunesse ? En tant que lectrice et tant que autrice ?

En tant que lectrice, j’ai toujours jeté un œil à ces livres « jeunesse » aperçus en librairie. Evidemment j’étais tombée sur Max et les maxi-monstres  et j’avais été heureuse de trouver ce genre-là d’ouvrages, ce mélange de talent, de fantaisie et de fraîcheur, c’est épatant et emballant la littérature jeunesse.  Plus tard, j’en ai acheté pour la maison.

Et en tant que autrice, je voulais faire absolument des livres, avec des histoires et en photographies.

Comme j’utilisais des objets du quotidien, des objets familiers et des jouets , et que ce qui m’intéresse c’est la miniature, l’illusion, les multiples rapports aux choses et à l’imaginaire que l’on a et celui de l’enfance notamment, et grâce à d’autres personnes que j’ai eu la chance de rencontrer, comme l’artiste Alain Bernardini, et « meilleur » professeur à la fac, l’éditeur Paul Otchakovsky-Laurens et ensuite Grégoire Solotareff, éditeur, artiste et cinéaste qui m’ont beaucoup appris et accompagnée,  j’ai compris que je faisais, que je pouvais faire des livres pour les enfants et je suis très heureuse de ce parcours et de ces rencontres.

 

Musée des Ours, Loulou & Cie, 2012

Quelle est la place de la photographie dans votre travail ?

Majeure ! C’est comme ça que je construis les images avec les contraintes et les qualités de ce médium.

C’est avec cet outil que je fabrique mes représentations de ce que je vois ou ai envie de voir. C’est une place partagée maintenant  avec celle du texte que j’apprends depuis que je fais des albums.

Vous avez dit lors d’une interview que la littérature était une de vos inspirations. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Je pense que j’ai dû vouloir parler de la poésie, parce que, à certaines périodes j’en ai lu beaucoup et j’en lis beaucoup et que ce sont toujours des découvertes sans fin sur comment dire ? L’esprit, l’être, l’autre, soi ? Je ne sais pas, ce sont des expériences de lecture, de formes de langages, de sensations qui me comblent souvent. C’est toujours étonnant et ça déplace notre rapport aux choses où ça le replace, ça dépend !

 

A la mer, Loulou & Cie, 2010

Comment qualifieriez-vous vos créations : natures mortes, tableaux photographiques ?

Pour les albums, je dirais des mises en scène, des compositions. Parfois pour les personnages, je pense à des marionnettes car je tente de les rendre eux et les situations, quelles qui ou elles soient, les plus vivants possibles.

Par ailleurs, dans mes recherches et mes études, j’avais bien aimé cet extrait des écrits critiques de Baudelaire sur les dioramas et l’illusion :

« Je désire être ramené vers les dioramas dont la magie brutale et énorme sait m’imposer une utile illusion. Je préfère contempler quelques décors de théâtre où je trouve artistiquement exprimés et tragiquement concentrés, mes rêves les plus chers. Ces choses, parce qu’elles sont fausses , sont infiniment plus près du vrai ; tandis que la plupart de nos paysagistes sont des menteurs, justement parce qu’ils ont négligé de mentir ».

 Pourriez-vous travailler avec des êtres animés, animaux ou enfants, à la place de vos personnages de pâte à modeler ?

Oui ! J’ai déjà essayé avec des petits animaux, notamment un cher petit lapin, mais trop vif, trop sauvage. Auparavant avec des cochons d’inde qui eux aussi n’en avait que faire et c’était trop compliqué, et qui plus est, en appartement. Il y a aussi je trouve, des limites proches d’une presque maltraitance. Je réfléchis parfois à d’autres animaux moins sauvages peut-être.  À suivre donc !

Ah si et les escargots ! J’ y ai pensé bien sûr mais à l’image, c’est très particulier, on n’est pas dans la fiction comme je l’imagine. C’est très difficile d’être dans la fiction avec ce genre d’animal, qui est très impressionnant.

Et pour les humains, je ne sais pas, c’est à voir également.

Au début  je ne voulais pas un style réaliste ou documentaire, de ce fait la figure humaine me semble trop propice à des interprétations réalistes et émotionnelles rapides. Mais les choses évoluent ou se modifient  et votre question m’intéresse parce qu’elle me fait me questionner sur comment je le verrais, le ferais aujourd’hui.

 

Le voyage sur la lune, Loulou & Cie, 2020

Texte ou pas texte ? quelle est votre préférence ?

Au départ, je pensais faire des livres sans texte avec des images narratives , mais pour raconter , et à de jeunes enfants, il faut parfois du texte et c’est très intéressant aussi de travailler le texte même très court . Et en rapport à des images.

Vous dites, à propos de vos ouvrages, qu’il s’agit d’une « rencontre entre deux livres », un textuel et un visuel. Les mots viennent-ils avant ou après la réalisation des images ?

J’ai des images en tête, neuves ou anciennes et / ou des mots, des expressions.

Soit cela part d’une image, par exemple pour l’album Les Vacances, j’avais l’envie de reproduire, à ma façon la « villa Bulles » de l’architecte Antti Lovag, située sur la côte d’Azur dont j’avais vu une photo il y a longtemps et qui m’avait impressionnée. Et en même temps,  de partir de l’expression si prometteuse que j’adorais quand j’étais enfant  «  Les grandes vacances ».

Souvent les expressions sont inspirantes comme « léger comme l’air «  pour le livre –Le chapeau de maman – ou « vert de rage » pour le livre – Le déjeuner sur l’herbe-  Les mots fabriquent des images.

C’est un va et vient entre ce que j’ai vu, entendu, aimé, retenu.

 

L’aventure, Les Éditions de la Table ronde, 2011

Photographies : Isabelle GIL
Textes : Jean ROLIN

Comment travaillez-vous avec les mots des autres ? je pense à votre collaboration avec Jean Rolin.

 Avec Jean Rolin, il s’agit plutôt d’une rencontre et d’un partage, mais cela s’est fait après la réalisation des images. Nous nous sommes rencontrés pendant un festival de littérature où je donnais un coup de main et où il était invité. J’avais, à ce moment-là, comme lors de chacun de mes déplacements, mon bateau sous le bras pour continuer les prises de vues pour mon projet.

Jean l’a vu et l’a reconnu, il avait un bateau semblable quand il était petit, mon projet lui plaisait, j’avais l’idée qu’il fallait du texte à un endroit du livre et plus tard, il a écrit ce texte pour le livre. C’était un joli croisement.

 Qui sont donc vos lecteurs et comment les imaginez-vous agir avec vos livres ?

 J’ai régulièrement l’occasion de rencontrer des lecteurs, en allant sur des salons du livre, en faisant des ateliers, avec des classes, des groupes, des lieux.

Et j’aime beaucoup faire cela. Cela fonctionne bien avec tous les âges.

Cela fonctionne très bien avec les enfants. Ils sont de très bons lecteurs de l’image, ils voient tout, ils devinent le vrai et le faux, le jeu entre les deux et ils s’amusent beaucoup des mises en scène. Et le fait que soient utilisées des objets familiers,  du quotidien ou des jouets, cela leur plaît beaucoup. Ils connaissent ce rapport aux choses et au réel. Ils connaissent en fait, le jeu enfantin avec rien, et sinon ils renouent assez vite !

Ce que j’aime beaucoup également c’est que les enfants décortiquent l’image, la comprennent parfaitement mais reste toujours un peu dans l’histoire, ils continuent à rêver.

On travaille aussi des notions de décors, de proportions, de composition, de cadrages photographiques.

 

Couleurs à sensation, Le Rouergue, 2011

Un projet en préparation dont vous pourriez nous dire quelques mots  ?

Un album encore, pour l’instant en recherche, et d’autres projets mais pas assez engagés pour en parler .

Quelle lectrice étiez-vous enfant ?

Enfant, je n’avais pas de livre pour enfants, ou peut-être un ou deux, mais je crois même que c’est venu tard. Par contre, j’ai tout lu, des emballages de cuisine, des notices d’utilisation, tout dans le détail, et tous les livres de tricot, des «  Femmes actuelles » aux romans photos de ma grand-mère, en passant par « Rois et Reines « C’était pas terrible  mais je lisais tout.  Jusqu’à, enfin ! Un jour : Le bibliobus bleu du quartier.  J’ai passé là,  des après-midi entiers, c’était un étroit couloir, c’était génial. Ca m’a sauvé je pense, j’étais certainement alors dans une lecture/refuge. 

Et depuis, j’ai toujours aimé les livres, les littératures. C’est, avec le cinéma et l’art, un des accès au monde et à la pensée, que je préfère.

Pour retrouver le monde d’Isabelle Gil, c’est ici ! : https://www.isabellegil.fr/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

JACQUELINE est enfin là !

Il est arrivé !

Jacqueline, J’avais 7 ans quand la guerre a éclaté…le nouveau livre de Pierre-Jacques et Jules Ober au Seuil a enfin vaincu la Covid pour parvenir sur les rayonnages de nos librairies et il est très réussi !

Après les champs de bataille de la Première Guerre mondiale et le désespoir du jeune  Pierre, qui tentait d’être à la fois un bon fils et un bon soldat, Jacqueline raconte à la première personne les souvenirs d’enfance de Jacqueline Ober, la mère de l’auteur, pendant la Seconde Guerre mondiale. https://miniphlit.hypotheses.org/2919

Le récit est tout à fait autobiographique puisque tiré  d’un manuscrit laissé par la vraie Jacqueline. On vit avec elle l’évasion de son père militaire, sa fuite vers la zone libre, son engagement dans l’armée alliée en Afrique du nord d’abord, puis en Allemagne. On partage aussi la vie de la jeune Jacqueline, petite fille traumatisée par l’absence paternelle, la présence de l’armée d’occupation, l’exil et l’obligation de s’adapter à une contrée nouvelle. Moins sombre que le premier album, l’ouvrage se termine par une lueur d’espoir car l’amitié est toujours possible entre les enfants, quel que soit le conflit qui oppose les nations. 

 

Les tableaux photographiques fourmillent de détails inspirés par les photographies de la vraie Jacqueline Ober et témoignent des multiples recherches historiques que mènent Pierre-Jacques et Jules Ober pour être fidèles à la réalité historique dans chacun de leurs ouvrages. 

On admire les effets spéciaux qui rendent compte du feu des armes, la reproduction miniature des affiches publicitaires, de cinéma ou de propagande sur les murs, et la minutie pour reproduire les objets familiers ou les tenues et coiffures de l’époque.

L’enchaînement des tableaux, les effets de gros plan et de profondeur, le travail sur la lumière donnent encore une fois à l’ouvrage un aspect cinématographique. Les deux auteurs ont choisi d’accompagner la sortie de leur livre de deux bandes annonces qui, accompagnées musicalement, finissent de nous plonger dans l’ambiance.

https://www.youtube.com/watch?v=FnNio4ZPmm4 et https://www.youtube.com/watch?v=OwOsSx4md14

Pour en savoir plus, https://littlesoldierstories.com/jacqueline/

 

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

APPEL À CONTRIBUTIONS POUR LA REVUE INTERNATIONALE DE PHOTOLITTÉRATURE

Appel à contributions

Parcours au coeur de la Photolittérature pour la jeunesse 

Une actualité récente montre un intérêt actuel et international pour la littérature pour la jeunesse qui accueille des photographies. En effet, une exposition d’ouvrages photolittéraires italiens et internationaux pour la jeunesse, intitulée « Look Book » a été présentée aux spectateurs à La Fondazione Pastificio Cerere de Rome à l’automne dernier. L’exposition « Clic Clac la photographie dans le livre jeunesse » se tient depuis février 2021 à la médiathèque Jose Cabanis de Toulouse et accueille table ronde et conférence sur l’histoire de ces productions. Le CNLJ de la BNF a accueilli la conférence « 150 ans de livres photo-illustrés » le 16 avril dernier. Enfin, un colloque « Photography in Children Literature », réunissant les spécialistes internationaux de la littérature de jeunesse désireux de s’intéresser à ces ouvrages, s’est tenue à Stockholm en mai dernier.

La photolittérature pour enfant est devenue un indicateur privilégié des idées que les adultes se font de la photographie, de son rôle éducatif et illustratif. Le champ de la photolittérature pour enfants est également un terrain d’exploration et de jeu qui accueille de nouveaux dispositifs photo-textuels défiant nos habitudes de lire (telles les œuvres de Katy Couprie) et devenant suffisamment bons pour être lus par les enfants (comme l’insinue Michel Tournier lors de la réécriture et adaptation de ses livres adultes au jeune public). On peut même faire le constat que la photographie a fait plus que laisser son empreinte sur le livre pour enfants. Elle a construit avec lui un nouveau genre d’ouvrages.

Un premier recensement des ouvrages photolittéraires pour les enfants établi par les bibliothécaires de l’Heure Joyeuse à Paris, avec les bornes temporelles de 1866 – date du premier ouvrage clairement identifié – à aujourd’hui, a permis de mettre en évidence l’existence d’une production abondante, et extrêmement diverse.

La Revue Internationale de Photolittérature se propose aujourd’hui de réaliser un parcours au cœur des diverses catégories de cette photolittérature pour les enfants telles que Laurence le Guen les a mises en évidence dans sa thèse soutenue en 2019 à l’université de Rennes 2. Nous porterons d’abord notre attention sur les ouvrages destinés à l’enseignement, imagiers et documentaires, dans lesquels la photographie se voit dotée de la mission de classement du monde et d’auxiliaire des apprentissages, depuis le First Picture Book d’Edward Steichen jusqu’aux imagiers actuels, en passant par les albums novateurs de Tana Hoban par exemple.

Nous entendons également explorer la production d’ouvrages patrimoniaux, contes et comptines, auxquels la photographie offre un nouveau visage, des Mother Goose 93 de Mary Ann Bartlett, jusqu’à la réécriture du Poucette d’Andersen par Timothée de Fombelle et Marie Liesse en passant par le nouveau Petit Chaperon rouge de Sarah Moon. Les « portraits de pays », ainsi désignés par David Martens, au rang desquels la collection « Enfants du Monde » publiée par Nathan des années 1950 à 1970, constitueront un autre objet d’étude. Nous consacrerons également un intérêt particulier à ces ouvrages appelés « novellisations », dans la suite des travaux de Jan Baetens, qui prolongent l’immersion spectatorielle, comme Crin Blanc ou le Ballon rouge d’Albert Lamorisse. Enfin, des études consacrées aux ouvrages accueillant les mises en scènes photographiées de figurines (poupées ou animaux), comme ceux d’Ylla ou la collection des « Histoires d’Amadou » de Suzi Pilet et Alexis Peiry, viendront compléter les précédentes analyses.

Ce parcours dans la production photolittérature jeunesse européenne et américaine de 1860 à nos jours ambitionne de redéfinir les contours de chaque catégorie ou d’identifier de nouvelles catégories, et de compléter le corpus déjà étudié afin de proposer une vue d’ensemble plus vaste de ce qu’est la photolittérature pour la jeunesse par la mise en lumière et l’analyse de collaborations photolittéraires pour enfants encore ignorées ou peu analysées, quels que soient les procédés photographiques associés aux textes des écrivains.

Vous êtes invités à soumettre par courriel au plus tard le 15 octobre une proposition de communication (300 mots) accompagnée d’une courte bio-bibliographie à l’adresse phlit.org@gmail.com et leguenlaurence@gmail.com.

 Livraison des textes : février 2022

Parution : automne 2022

 

Comité de rédaction : Laurence Le Guen et Gyöngyi Pal

Bibliographie

Photolittérature

Montier, Jean-Pierre ; Ortel, Philippe ; Méaux, Danièle ; Louvel, Liliane (éds.), Littérature et photographie, PUR, 2008.

Ortel, Philippe, La Littérature à l’ère de la photographie, Nîmes, Jacqueline Chambon, 2002.

Thélot, Jérôme, Les inventions littéraires de la photographie, Paris, PUF, 2003.

Edwards, Paul, Soleil Noir. Photographie & Littérature, PUR, 2008.

Edwards, Paul, Perle noire – le photobook littéraire, Rennes, PUR, 2016.

Le Guen, Laurence, Littératures pour la Jeunesse et Photographie, mise à jour et étude analytique d’un corpus éditorial européen et américain, des années 1860 à aujourd’hui, à paraître avec une préface de Michel Defourny, 150 ans de livres photolittérature pour les enfants, MeMo, 2022.

Montier Jean-Pierre (dir.), Louvel Liliane, Méaux Danièle, Ortel Philippe, Littérature et Photographie, Colloque de Cerisy, Rennes, PUR, 2008.

Montier Jean-Pierre (dir.), Transactions photolittéraire, Rennes, PUR, 2015.

Montier Jean-Pierre, A l’œil, Textes et images en littérature, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017.

Pal, Gyöngyi, Le dispositif photo-littéraire en France dans la seconde moitié du XXème siècle. Saarbrücken, Éditions Universitaires Européennes, 2010. [Thèse accessible en ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00481329/document]

Wattenberg Jane, « Picturebooks and photography », The Routledge Companion to Picturebooks, Routledge, 2018. 

 

Novellisations

Baetens, Jan, La novellisation = Novelization : du film au roman from film to novel. Symbolae Facultatis Litterarum Lovaniensis Series D Litteraria 17, Leuven, Leuven University Press, 2004.

Le Guen, Laurence « Vengeance et châtiment dans l’univers des livres pour enfants, l’exemple des contes visuels d’Albert Lamorisse », MuseMedusa, n°8,

http://musemedusa.com/dossier_8/le_guen/

Le Guen, Laurence, « Du poème filmique au livre illustré de photographies, les films d’Albert Lamorisse », collection « Texte-Image », Académia, Louvain-la-Neuve

 

Portraits de pays

Martens, David, « Portraits phototextuels de pays. Jalons pour l’identification d’un genre méconnu », Communication et Langages, 4 (202), 3-24, 2019.

Martens, David, Reverseau, Anne, Pays de papier les livres de voyage, préface de X. Canonne, musée de la photographie, Charleroi, 2019

Le Guen, Laurence, « Abolir les frontières en littérature jeunesse : la tentative des albums photographiques des années 50 à travers l’exemple d’Horoldamba le petit Mongol, Revue Strenae, http://journals.openedition.org/strenae/1670

Le Guen, Laurence « De l’album photographique pour adultes au docu-fiction pour la jeunesse, la reprise et la circulation des images dans les années 50 », Images d’un pays. Circulation iconographique et identités nationales / Image&Narrative juin 2021

Meunier, Christophe. (2019) Construire une géographie pour les enfants des années 1960-1970. La collection « Les Enfants du monde » de Dominique Darbois. Géocarrefour, 93

Lemarchant, Frédérique, « Dominique Darbois et la collection « Enfants du monde ». La photographie entre fiction et documentaire », Strenæ [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2015

 

Enseignement par les yeux

Lavie, Juliette, ALPHABET d’Emmanuel Sougez : une œuvre manifeste, https://www.revue-textimage.com/04_a_la_lettre/lavie1.html

Lefebvre, Sylvie, « Hors du nid de Ch. Ab der Halden, un réel transposé », Le roman scolaire entre littérature et pédagogie, Arras, Cahiers Robinson, n°29, 2011.

Lugon, Olivier « Nouvelle Objectivité, nouvelle pédagogie », Études photographiques, 19 Décembre 2006,

  http://journals.openedition.org/etudesphotographiques/1232

Priem, Karine, « Facts for babies: visual experiments at the intersection of Art, science and consumerism in education Sisyphus», Journal of Education, 2015, https://revistas.rcaap.pt/sisyphus/article/view/7716

Renonciat, Annie ; Simon-Oikawa, Marianne, La pédagogie par l’image en France et au Japon : [journée d’études organisée par le Centre d’étude de l’écriture et de l’image, Université Paris Diderot, à l’Institut national d’histoire de l’art, le 17 mars 2007], « Interférences », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

 

Littérature patrimoniale

Pintado, Christiane ; Tauveron, Catherine, Fortune des contes des Grimm en France : formes et enjeux des rééditions, reformulations, réécritures dans la littérature de jeunesse, « Mythographies et sociétés », Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2013.

Le Guen, Laurence, « Quand la photographie nous fait accéder au « petit théâtre de l’enfance », Alice in Wonderland par Suzy Lee », Revue de Photolittérature n°2

Leplatre, Olivier, « Pli des temps et refuge des images : travail du montage dans Le Petit Chaperon rouge re-conté par Sarah Moon », Polysèmes [En ligne], 18 | 2017

 

Figurines et animaux

Le Guen, Laurence, « Alexis Peiry et Suzy Pilet, les « Histoires d’Amadou » en partage », Revue internationale de photolittérature n°3

Le Guen, Laurence, « Sac à Tout de Séverine, récit-photo pour enfants en 1903 », revue Contemporary French Civilisation

https://online.liverpooluniversitypress.co.uk/loi/cfc

Oberhuber, Andrea, « Le Cœur de Pic de Lise Deharme et Claude Cahun : album pour enfants ou recueil poïétique surréaliste ? », http://lisaf.org/project/deharme-lise-coeur-de-pic-2/

Perrigault, Laurence, « Un livre de photographies destinés aux enfants, Le Petit Lion, de Jacques Prévert et Ylla », La Revue des livres pour enfants, 2006.

http://phlit.org/press/?p=2711

 

 

 

 

 

 

 

La photographie défend sa place en littérature jeunesse | Livres Hebdo

“Qui a peur de la photographie en littérature
jeunesse ? Pas les enfants, assurément,
répondent Laurence Le Guen, auteure d’une
thèse sur ce genre méconnu, et Brigitte Morel,
directrice des éditions Les Grandes Personnes.
Pourtant, les livres photos pour les petits, surtout
lorsqu’il s’agit de fictions, restent boudés par les
parents et les libraires. Tour d’horizon d’un champ
éditorial foisonnant qui n’a pas dit son dernier
mot.
Par Souen Léger,
le 04.08.2021

Au rayon jeunesse, le dessin est roi, éclipsant d’autres formes d’illustrations, en particulier la photographie, présente dans la littérature française pour enfants dès le début du 20 siècle. Discrète, souvent dédaignée par les  professionnels du livre, cette “photolittérature jeunesse”, comme la nomme Laurence Le Guen, chercheure associée à l’université de Rennes 2, est en train de sortir de l’ombre. Plusieurs événements, en France comme à l’étranger, lui ont été consacrés, retraçant une histoire aussi riche que tourmentée. Jusqu’au 20 septembre, la médiathèque José Cabanis de Toulouse propose ainsi l’exposition “Clic Clac, la photographie dans la littérature jeunesse”.
“On admet la photographie dans les documentaires ou les imagiers, bien sûr, mais aussitôt qu’elle accompagne une fiction, elle fait peur. Cela fait plus de 100 ans que l’on fonctionne avec cette réticence, malgré quelques améliorations depuis les années 2000 peut-être”, retrace  Laurence Le Guen, auteure d’une thèse sur ce champ éditorial ignoré de la recherche jusqu’à ce qu’elle y plonge à partir de 2015. “Au début, nous pensions qu’il existait 500 ouvrages photolittéraires, mais c’est en fait par milliers qu’il faut les compter ! De grands photographes et écrivains ont contribué à écrire l’histoire de cette photolittérature jeunesse en France, en Europe et aux Etats-Unis”, poursuit-elle.”

La suite à lire sur le site de Livre Hebdo https://www.livreshebdo.fr/article/la-photographie-defend-sa-place-en-litterature-jeunesse 2/8

Appel à contributions pour la Revue Internationale de Photolittérature

Appel à contributions

Parcours au coeur de la Photolittérature pour la jeunesse 

Une actualité récente montre un intérêt actuel et international pour la littérature pour la jeunesse qui accueille des photographies. En effet, une exposition d’ouvrages photolittéraires italiens et internationaux pour la jeunesse, intitulée « Look Book » a été présentée aux spectateurs à La Fondazione Pastificio Cerere de Rome à l’automne dernier. L’exposition « Clic Clac la photographie dans le livre jeunesse » se tient depuis février 2021 à la médiathèque Jose Cabanis de Toulouse et accueille table ronde et conférence sur l’histoire de ces productions. Le CNLJ de la BNF a accueilli la conférence « 150 ans de livres photo-illustrés » le 16 avril dernier. Enfin, un colloque « Photography in Children Literature », réunissant les spécialistes internationaux de la littérature de jeunesse désireux de s’intéresser à ces ouvrages, s’est tenue à Stockholm en mai dernier.

La photolittérature pour enfant est devenue un indicateur privilégié des idées que les adultes se font de la photographie, de son rôle éducatif et illustratif. Le champ de la photolittérature pour enfants est également un terrain d’exploration et de jeu qui accueille de nouveaux dispositifs photo-textuels défiant nos habitudes de lire (telles les œuvres de Katy Couprie) et devenant suffisamment bons pour être lus par les enfants (comme l’insinue Michel Tournier lors de la réécriture et adaptation de ses livres adultes au jeune public). On peut même faire le constat que la photographie a fait plus que laisser son empreinte sur le livre pour enfants. Elle a construit avec lui un nouveau genre d’ouvrages.

Un premier recensement des ouvrages photolittéraires pour les enfants établi par les bibliothécaires de l’Heure Joyeuse à Paris, avec les bornes temporelles de 1866 – date du premier ouvrage clairement identifié – à aujourd’hui, a permis de mettre en évidence l’existence d’une production abondante, et extrêmement diverse.

La Revue Internationale de Photolittérature se propose aujourd’hui de réaliser un parcours au cœur des diverses catégories de cette photolittérature pour les enfants telles que Laurence le Guen les a mises en évidence dans sa thèse soutenue en 2019 à l’université de Rennes 2. Nous porterons d’abord notre attention sur les ouvrages destinés à l’enseignement, imagiers et documentaires, dans lesquels la photographie se voit dotée de la mission de classement du monde et d’auxiliaire des apprentissages, depuis le First Picture Book d’Edward Steichen jusqu’aux imagiers actuels, en passant par les albums novateurs de Tana Hoban par exemple.

Nous entendons également explorer la production d’ouvrages patrimoniaux, contes et comptines, auxquels la photographie offre un nouveau visage, des Mother Goose 93 de Mary Ann Bartlett, jusqu’à la réécriture du Poucette d’Andersen par Timothée de Fombelle et Marie Liesse en passant par le nouveau Petit Chaperon rouge de Sarah Moon. Les « portraits de pays », ainsi désignés par David Martens, au rang desquels la collection « Enfants du Monde » publiée par Nathan des années 1950 à 1970, constitueront un autre objet d’étude. Nous consacrerons également un intérêt particulier à ces ouvrages appelés « novellisations », dans la suite des travaux de Jan Baetens, qui prolongent l’immersion spectatorielle, comme Crin Blanc ou le Ballon rouge d’Albert Lamorisse. Enfin, des études consacrées aux ouvrages accueillant les mises en scènes photographiées de figurines (poupées ou animaux), comme ceux d’Ylla ou la collection des « Histoires d’Amadou » de Suzi Pilet et Alexis Peiry, viendront compléter les précédentes analyses.

Ce parcours dans la production photolittérature jeunesse européenne et américaine de 1860 à nos jours ambitionne de redéfinir les contours de chaque catégorie ou d’identifier de nouvelles catégories, et de compléter le corpus déjà étudié afin de proposer une vue d’ensemble plus vaste de ce qu’est la photolittérature pour la jeunesse par la mise en lumière et l’analyse de collaborations photolittéraires pour enfants encore ignorées ou peu analysées, quels que soient les procédés photographiques associés aux textes des écrivains.

Vous êtes invités à soumettre par courriel au plus tard le 15 octobre une proposition de communication (300 mots) accompagnée d’une courte bio-bibliographie à l’adresse phlit.org@gmail.com et leguenlaurence@gmail.com.

 Livraison des textes : février 2022

Parution : automne 2022

 

Comité de rédaction : Laurence Le Guen et Gyöngyi Pal

Bibliographie

Photolittérature

Montier, Jean-Pierre ; Ortel, Philippe ; Méaux, Danièle ; Louvel, Liliane (éds.), Littérature et photographie, PUR, 2008.

Ortel, Philippe, La Littérature à l’ère de la photographie, Nîmes, Jacqueline Chambon, 2002.

Thélot, Jérôme, Les inventions littéraires de la photographie, Paris, PUF, 2003.

Edwards, Paul, Soleil Noir. Photographie & Littérature, PUR, 2008.

Edwards, Paul, Perle noire – le photobook littéraire, Rennes, PUR, 2016.

Le Guen, Laurence, Littératures pour la Jeunesse et Photographie, mise à jour et étude analytique d’un corpus éditorial européen et américain, des années 1860 à aujourd’hui, à paraître avec une préface de Michel Defourny, 150 ans de livres photolittérature pour les enfants, MeMo, 2022.

Montier Jean-Pierre (dir.), Louvel Liliane, Méaux Danièle, Ortel Philippe, Littérature et Photographie, Colloque de Cerisy, Rennes, PUR, 2008.

Montier Jean-Pierre (dir.), Transactions photolittéraire, Rennes, PUR, 2015.

Montier Jean-Pierre, A l’œil, Textes et images en littérature, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017.

Pal, Gyöngyi, Le dispositif photo-littéraire en France dans la seconde moitié du XXème siècle. Saarbrücken, Éditions Universitaires Européennes, 2010. [Thèse accessible en ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00481329/document]

Wattenberg Jane, « Picturebooks and photography », The Routledge Companion to Picturebooks, Routledge, 2018. 

 

Novellisations

Baetens, Jan, La novellisation = Novelization : du film au roman from film to novel. Symbolae Facultatis Litterarum Lovaniensis Series D Litteraria 17, Leuven, Leuven University Press, 2004.

Le Guen, Laurence « Vengeance et châtiment dans l’univers des livres pour enfants, l’exemple des contes visuels d’Albert Lamorisse », MuseMedusa, n°8,

http://musemedusa.com/dossier_8/le_guen/

Le Guen, Laurence, « Du poème filmique au livre illustré de photographies, les films d’Albert Lamorisse », collection « Texte-Image », Académia, Louvain-la-Neuve

 

Portraits de pays

Martens, David, « Portraits phototextuels de pays. Jalons pour l’identification d’un genre méconnu », Communication et Langages, 4 (202), 3-24, 2019.

Martens, David, Reverseau, Anne, Pays de papier les livres de voyage, préface de X. Canonne, musée de la photographie, Charleroi, 2019

Le Guen, Laurence, « Abolir les frontières en littérature jeunesse : la tentative des albums photographiques des années 50 à travers l’exemple d’Horoldamba le petit Mongol, Revue Strenae, http://journals.openedition.org/strenae/1670

Le Guen, Laurence « De l’album photographique pour adultes au docu-fiction pour la jeunesse, la reprise et la circulation des images dans les années 50 », Images d’un pays. Circulation iconographique et identités nationales / Image&Narrative juin 2021

Meunier, Christophe. (2019) Construire une géographie pour les enfants des années 1960-1970. La collection « Les Enfants du monde » de Dominique Darbois. Géocarrefour, 93

Lemarchant, Frédérique, « Dominique Darbois et la collection « Enfants du monde ». La photographie entre fiction et documentaire », Strenæ [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2015

 

Enseignement par les yeux

Lavie, Juliette, ALPHABET d’Emmanuel Sougez : une œuvre manifeste, https://www.revue-textimage.com/04_a_la_lettre/lavie1.html

Lefebvre, Sylvie, « Hors du nid de Ch. Ab der Halden, un réel transposé », Le roman scolaire entre littérature et pédagogie, Arras, Cahiers Robinson, n°29, 2011.

Lugon, Olivier « Nouvelle Objectivité, nouvelle pédagogie », Études photographiques, 19 Décembre 2006,

  http://journals.openedition.org/etudesphotographiques/1232

Priem, Karine, « Facts for babies: visual experiments at the intersection of Art, science and consumerism in education Sisyphus», Journal of Education, 2015, https://revistas.rcaap.pt/sisyphus/article/view/7716

Renonciat, Annie ; Simon-Oikawa, Marianne, La pédagogie par l’image en France et au Japon : [journée d’études organisée par le Centre d’étude de l’écriture et de l’image, Université Paris Diderot, à l’Institut national d’histoire de l’art, le 17 mars 2007], « Interférences », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

 

Littérature patrimoniale

Pintado, Christiane ; Tauveron, Catherine, Fortune des contes des Grimm en France : formes et enjeux des rééditions, reformulations, réécritures dans la littérature de jeunesse, « Mythographies et sociétés », Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2013.

Le Guen, Laurence, « Quand la photographie nous fait accéder au « petit théâtre de l’enfance », Alice in Wonderland par Suzy Lee », Revue de Photolittérature n°2

Leplatre, Olivier, « Pli des temps et refuge des images : travail du montage dans Le Petit Chaperon rouge re-conté par Sarah Moon », Polysèmes [En ligne], 18 | 2017

 

Figurines et animaux

Le Guen, Laurence, « Alexis Peiry et Suzy Pilet, les « Histoires d’Amadou » en partage », Revue internationale de photolittérature n°3

Le Guen, Laurence, « Sac à Tout de Séverine, récit-photo pour enfants en 1903 », revue Contemporary French Civilisation

https://online.liverpooluniversitypress.co.uk/loi/cfc

Oberhuber, Andrea, « Le Cœur de Pic de Lise Deharme et Claude Cahun : album pour enfants ou recueil poïétique surréaliste ? », http://lisaf.org/project/deharme-lise-coeur-de-pic-2/

Perrigault, Laurence, « Un livre de photographies destinés aux enfants, Le Petit Lion, de Jacques Prévert et Ylla », La Revue des livres pour enfants, 2006.

http://phlit.org/press/?p=2711

 

 

 

 

 

 

 

De l’album photographique pour adultes au docu-fiction pour la jeunesse. La reprise et la circulation des images dans les années 1950 en France

Dans Image & Narrative de ce mois-ci, je signe cet article dédié à la circulation des photographies de Dominique Darbois.

 http://www.imageandnarrative.be/index.php/imagenarrative/article/view/2719

Résumé : Après la Seconde Guerre mondiale, les années 1950 ouvrent une période de découverte et de compréhension de l’Autre. Les photographes-reporters se rendent dans des territoires encore mal connus du public et font paraître leurs clichés dans des magazines comme VURéalitésLife ou des livres abondamment illustrés de ces photographies. L’édition pour la jeunesse n’est pas en reste avec la multiplication des collections destinées à faire découvrir les enfants d’ailleurs.

Cet article s’intéresse aux différents régimes de l’image, images d’archives prises par des scientifiques, images documentaires ou d’illustrations lorsqu’elles sont insérées dans des ouvrages. Il s’agira de montrer comment leur valeur évolue en fonction de leur circulation. Mon étude prendra appui sur les clichés de la photographe Dominique Darbois et leur usage dans les livres qu’elle réalise avec l’ethnologue Francis Mazière, à la suite d’une expédition en Amazonie, en 1951, Indiens d’Amazonie (1953) et Parana le petit Indien (1953)Ces ouvrages seront replacés dans leur contexte de production, celui des années 1950.

Mots-clés : illustration photographique, ethnologie, livres pour enfants

Abstract: Following World War II, the 1950s was a period of discovery and an attempt to understand the Other. The photographers-reporters travelled to territories little known to the public and published their photos in magazines such as VU, Réalités, Life or in photobooks abundantly illustrated with these photographs. The world of publishing for youth also witnesses a growth in the number of photographic collections intended to introduce children to children from abroad. 

This article examines images from different publications such as archive images produced by scientists, documentary photos and illustrations used in these books. More specifically, it will examine the photographs taken by Dominique Darbois and their use in books produced with ethnologist Francis Mazière, following an expedition to the Amazon in 1951, Indiens d’Amazonie (1953) and Parana the Little Indian (1953). These works will be studied in the context of their production, that of the 1950s. 

Keywords: photographic illustration, ethnology, children’s books 

Yveline Loiseur ou le tissage de liens

Trans photographic Press, impr. 2017

Dernière rencontre avec les auteurs/autrices de la photolittérature jeunesse avant la coupure estivale. C’est  le conte photographique  La petite fille aux allumettes d’après Andersen qui nous a amenés à rencontrer la photographe Yveline Loiseur.  C’est en vérité tout un monde d’images qui se dévoile lorsque l’on tire sur le fil…

Chère Yveline, que répondez-vous à la question « profession ? »

Artiste.

On dirait bien que les enfants, les adolescents sont un de vos sujets de prédilection. Cherchez-vous à fixer des images de l’enfance dans la lignée de grandes femmes photographes ?

Je vais répondre à votre question en deux temps.

L’enfance occupe une place importante dans mon travail artistique depuis de nombreuses années. La série La vie courante a inauguré un long travail sur la fabrication du souvenir d’enfance entre 2002 à 2009, au travers de mises en scène effectuées dans un cercle familial élargi. Il a donné lieu à une publication en 2011 aux Éditions Trans Photographic Press, avec un texte de Michel Poivert (Le happening et la berceuse).

Plus généralement, je cherche à fabriquer des souvenirs d’enfance plutôt qu’à fixer des images de l’enfance. Quel geste, quelle situation, quelle configuration demeurent dans notre mémoire collective? Quelles manières de faire nous renvoient à l’enfance? L’enfance, c’est le temps des expériences, de l’expérience sensible et de l’expérimentation, si proche de celle de l’artiste. Les enfants imaginent de petits protocoles qu’ils mettent en œuvre aussitôt; par exemple, qu’est-ce que cela fait et qu’est-ce que cela me fait si je ferme les yeux en marchant dans le couloir? Quelles sensations me traversent si j’enduis mes mains de farine ou si j’agite une flaque d’eau avec un bâton? C’est retrouver un peu ce que dit la poétesse Andrée Chedid dans Regarder l’enfance: « Singulier et magique/ L’oeil de ton enfance/ Qui détient à sa source/ L’univers des regards ».

Le deuxième temps de votre question évoque la filiation avec des figures féminines majeures issues de l’histoire de la photographie. J’aime effectivement les photographies d’enfants de Julia Margaret Cameron, de Diane Arbus ou de Helen Levitt, mais aussi celles de Emmet Gowin, de Ralph Eugene Meatyard ou de Chris Killip…  

C’est surtout le cinéma qui a constitué mon premier musée imaginaire autour de l’enfance. J’ai été très impressionnée par certains films dont les héros étaient des enfants, comme L’enfance d’Ivan d’Andreï Tarkovski, L’enfance nue de Maurice Pialat ou encore Le passager d’Abbas Kiarostami, et je suis aujourd’hui une inconditionnelle du cinéma de Bruno Dumont et aussi celui de Céline Sciamma ! 

Trans photographic Press, impr. 2017

Vos modèles semblent plonger dans une forme de mélancolie, de gravité, loin des joies de l’enfance. Est-ce une volonté de représenter ainsi une enfance pleine d’inquiétude face à un avenir incertain ? Est-ce un souhait de ceux dont vous fixez les portraits ?

Je cite souvent cette phrase du cinéaste Johan Van der Keuken: « Le film n’est pas la vie mais il doit la toucher, c’est une seconde vie ». Cette seconde vie s’installe sur les rivages des songes et de la rêverie, à la lisière des ténèbres et de la lumière; mes portraits sont des mises en scène, inscrites dans des pratiques souvent collaboratives, mêlant théâtre de situation, improvisation, et dramaturgie de plateau. Ces mises en scène induisent de la distance, du jeu, de la composition, de la concentration, c’est davantage la mélancolie du souvenir qu’il faudrait souligner.

Comment passe-t-on des expositions aux livres pour enfants ? Voyez-vous le livre comme un prolongement des murs des salles d’exposition ?

Assez facilement de fait. J’aime la photographie pour son caractère protéiforme, c’est un médium vivant qui invite à des expérimentations joyeuses et variées: l’exposition, l’installation, le livre d’artiste, l’album jeunesse… Installée au cœur du réel, la photographie accoste sur les rives de l’imaginaire. Descriptive, elle est aussi fictionnelle, et dans mon travail, elle se regarde dans le miroir de la littérature. C’est une affaire de construction, de poésie et de fragilité.

Mon monde photographique est dessiné comme sur un plan réticulaire, c’est un ensemble mobile et flottant qui fonctionne en réseau, en résonance, dans une porosité des pratiques et des motifs; je tire des fils, certaines lignes s’intensifient et d’autres disparaissent pour revivre plus tard dans une nouvelle configuration.

Florence & Henri : la révélation d’une image, Lyon , Ed. 205, 2019

Le passage entre exposition et livre peut aussi avoir lieu dans l’autre sens. Pour la première fois cette année, j’ai déplié deux de mes livres pour enfants (Le Portrait d’Eugène et Florence et Henri) à Valence, sur des murs du hall du Lux – Scène Nationale, dans le cadre de mon exposition La Cueillaison d’un rêve.

Ces deux livres utilisent la prise de vue et la mise en scène, le découpage, le dessin d’enfant. Ils racontent la réalisation d’un portrait photographique et la révélation d’une image dans le laboratoire; ces deux temps de la fabrication d’une image installée sur les murs étaient en parfaite résonance avec l’esprit du lieu, dont la programmation mêle danse contemporaine, théâtre, cinéma et arts visuels, et montre, dans des spectacles, la production de formes chorégraphiques ou d’ateliers  avec des enfants, des images en train de se faire.

Par ailleurs, les photographies déployées sur les murs étaient d’un grand format (90 cm de haut), de différentes natures (tirages argentiques et dos bleu) et agencés sans texte: sur le mur, le geste photographique se trouvait réactivé; la dimension littéraire s’effaçait, la photographie se détachait de la narration présente dans le livre. 

Florence & Henri : la révélation d’une image, Lyon , Ed. 205, 2019

Dans quelle catégorie rangeriez-vous ces ouvrages d’ailleurs? Conte revisité, manuel d’apprentissage de la photographie, livres d’artistes pour enfants ? Et Florence et Henri ?

Votre question est déjà une réponse, c’est effectivement un peu tout cela!

Conte revisité pour La petite fille aux allumettes, initiation poétique à la fabrication d’un portrait photographique pour Le portrait d’Eugène, doublé d’une postface de Gaëlle Morel qui présente d’un point de vue historique la rencontre d’Eugène Atget et Berenice Abbott.

Florence et Henri est un peu particulier. Publié en 2019 aux Éditions 205, il est constitué d’une chemise qui contient un livret avec une histoire, des planches d’expérimentations, et du petit matériel (miroir, filtres de couleur et outil de recadrage). C’est à la fois un livre d’artiste pour les enfants mais aussi un livre objet qui permet de jouer avec les images. Comme dans les autres livres, ce dernier opus a pour héroïne une femme; comme dans Le portrait d’Eugène, l’héroïne de l’histoire renvoie à une figure historique féminine de la photographie, ici Florence Henri, photographe fortement influencée par ses études au Bauhaus avec Josef Albers et Laszlo Moholy-Nagy.

Le choix des éditeurs détermine aussi la forme et l’esprit des livres; Trans Photographic Press (Dominique Gaessler et Vinca Dupuys Basak) ou Les Éditions 205 (Damien Gautier et Florence Roller) inscrivent leur propos éditorial dans le champ de l’art contemporain ou la photographie contemporaine, ils connaissent bien son histoire et ses enjeux, pensent que la photographie propose une manière particulière de montrer le monde et sont soucieux de la qualité d’impression des images.

La petite fille aux allumettes, Paris : Trans photographic Press, impr. 2013.

Des références aux photographes du passé sont très présentes dans votre œuvre : Atget, Abbott, Julia Margaret Cameron. Pourquoi ceux-là et non d’autres ? Est-ce une volonté aussi de faire découvrir l’Art photographique aux plus jeunes ?

On est en bonne compagnie quand on fréquente les cercles photographiques du passé! L’histoire de la photographie est peuplée d’aventurières et d’aventuriers, il suffit de songer à la vie rocambolesque de Gustave Le Gray, celle de Claude Cahun ou de Germaine Krull!

Pour mon second livre, Le portrait d’Eugène, j’ai choisi Eugène Atget et Berenice Abbott parce que c’est une belle histoire de rencontre et de filiation, celle d’une jeune femme photographe désireuse de portraiturer le vieux maitre qui fascine Man Ray et les surréalistes. Pourtant Eugene Atget ne verra jamais les deux portraits qu’elle a réalisés, il décède peu de temps après la prise de vue. Ces deux portraits sont presque les seuls qu’on connait de lui. Berenice Abbott n’aura de cesse de rendre hommage à Atget et de faire connaître aux États-Unis l’œuvre de ce vieil homme qui reste aujourd’hui encore une figure essentielle dans l’histoire de la photographie. Pour Florence et Henri, c’est la dimension plastique de l’oeuvre de Florence Henri qui m’a intéressée, son usage des miroirs et sa manière de composer les images.

Il y a aussi évidemment le souhait de proposer aux enfants des outils de réflexion sur le monde dans lequel ils vivent, qui est un monde d’images!

La petite fille aux allumettes, Paris : Trans photographic Press, impr. 2013.

Pourquoi avoir choisi de réaliser un conte photographique ? Pourquoi avoir choisi de réaliser La petite fille aux allumettes et non un autre conte ? Qu’avez-vous gardé du texte d’Andersen ?

Je souhaitais faire un livre sur la précarité, j’avais été particulièrement touchée par le livre pour enfants Petit Gris d’Elzbieta, qui commence par cette phrase « Quand il était petit, Petit Gris attrapa la pauvreté. Toute la famille l’eut en même temps ». J’ai cherché un texte sur la pauvreté, et pour un premier livre, il m’a semblé plus facile de construire des images à partir d’un texte déjà écrit. Celui de Hans Christian Andersen s’est alors imposé. J’ai gardé la traduction de David Soldi de 1876 en expurgeant le texte des références religieuses. Mais surtout, j’ai repris la construction narrative du texte d’Andersen qui fonctionne dans une alternance de scènes complémentaires: il y a d’une part la présence fantomatique de la petite fille qui erre dans les rues, et d’autre part les apparitions d’images du bonheur que lui procure la flamme des allumettes, la chaleur du feu, le sapin de Noël. C’est l’alliage de ces deux climats différents, la monochromie des ombres et la flamboyance des apparitions, qui a décidé de l’architecture du livre. Le conte d’Andersen rejoue ce qui est à l’oeuvre dans la photographie, la figure du double: la présence et l’absence, l’ombre et la lumière, l’apparition et la disparition, le négatif et le positif…

Quel nom pour ce travail ? re-contage ? réécriture ? refaçonnage ? nouvelles illustrations dans une suite d’illustrations préexistantes ?

Adaptation, pour reprendre un terme technique utilisé dans le vocabulaire cinématographique, adaptation photographique d’un conte. L’éditeur a noté sur la page de titre « d’après » et c’est un terme qui me parait intéressant aussi, car il met en jeu l’emprunt et la temporalité. J’avais à l’esprit évidemment le court métrage de Sarah Moon, Circuss, qui installe la petite fille aux allumettes dans un cirque, ou l’opéra poétique et politique de Helmut Lachenmann; j’ai vu il y a quelques années le Cendrillon de Maguy Marin, elle adapte à la fois le conte de Perrault mais aussi la partition de Prokofiev!

L’adaptation en général est intéressante parce qu’elle convoque la mémoire des récits et des images.

La petite fille aux allumettes, Paris : Trans photographic Press, impr. 2013.

Pourriez-vous illustrer les mots des autres ?

Je serais heureuse d’une collaboration avec un.e auteur.e ou un.e poète.ss.e contemporain.e. A ce titre j’aime beaucoup le livre réédité par Les éditions MeMo: Le cœur de pic, paru en 1937 chez José Corti, qui est composé des poèmes pour enfants de Lise Deharme, poétesse surréaliste, et des photographies de Claude Cahun.

Quelle lectrice étiez-vous enfant ?

Une grande lectrice. La lecture du soir a été un rituel important et attendu dans mon enfance. Je sais gré à ma mère de s’être pliée avec beaucoup de grâce à la lecture à voix haute d’une histoire et de m’avoir donné le goût des livres. Je me souviens très bien du premier texte que j’ai réussi à lire seule, c’était un petit livre que j’avais découpé dans une revue pour enfants et cousu avec du fil. J’aimais beaucoup fabriquer moi-même ces livres et ensuite les lire! Leur format de petite taille, à peine plus grand qu’une main d’enfant, était un émerveillement. J’aime toujours d’ailleurs cette idée du livre à faire, qui n’est pas encore apparu mais qui prend vie sous nos yeux par le geste de la main, le ciseau qui découpe et le fil qui relie.

Une de mes activités favorites lorsque j’étais enfant (et c’est toujours le cas!) était d’emprunter discrètement dans la bibliothèque de mon père pour la feuilleter une grande encyclopédie d’histoire de la peinture, dont chaque volume retraçait un mouvement artistique. Le livre était déjà pour moi un livre d’images. C’est là que j’ai appris à laisser errer mon regard, à suivre la ligne qui trace le corps des personnages et la forme des objets, à reconstruire la trajectoire de la lumière pour me cacher dans les ombres et habiter les images.

Merci chère Yveline ! https://www.yvelineloiseur.com/

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

JE “Contes et comptines en habits neufs, la littérature jeunesse patrimoniale à l’ère de la photographie”

RDV le 11 mars 2022 à Rennes 2.

Journée d’étude 11 mars 2022, université de Rennes 2

Contes et comptines en habits neufs : la littérature jeunesse patrimoniale à l’ère de la photographie.

En1869, Jules Alexandre Marinier réalise 6 vues stéréoscopiques du Petit Chaperon rouge. En 1893, Mary Ann Bartlett photographie ses enfants pour illustrer son recueil de comptines et fabulettes anglo-saxonnes Mother Goose 93, offrant ainsi un nouveau visage à Georgie Porgie et Little Miss Muffet. Dans les années 1930, à Sydney, la Cinesound Productions Ltd. propose une nouvelle version du conte Boucle d’or et les trois ours, avec des photographies de trois koalas. Dans les années 1980, Sarah Moon plonge son Chaperon rouge dans les rues sombres d’une ville moderne, William Wegman habille ses chiens pour figurer Cendrillon et ses demi-sœurs et en 1998 les éditions Passage Piétons donne à la comptine Promenons nous dans les bois un décor très urbain.

Depuis l’invention du médium, les photographes ont investi le patrimoine commun de la littérature et de la culture enfantines pour proposer leurs propres « illustrations », « re-créations », « interprétations », « relectures » des rhymes, formulettes et contes hérités de la tradition orale.

Cette journée d’étude ambitionne ainsi de rassembler des études portant sur ces ouvrages européens et américains inscrits dans un réseau de créations autour d’œuvres patrimoniales. Nous nous demanderons comment elles deviennent des œuvres à part entière et comment elles font lien avec celles qui les ont précédées. Nous questionnerons les stratégies éditoriales privilégiées au moment de ces réactualisations de l’héritage littéraire et culturel, ainsi que le choix de corpus réédité. Nous examinerons comment l’usage de la photographie reconfigurent le récit et les personnages. Enfin, nous tenterons d’évaluer comment l’illusion de réalité que la photographie porte en elle influe sur la réception de ces créations.

 

Comité scientifique :

Laurence Le Guen : laurence.leguen@univ-rennes2.fr                                                 

Christine Rivalan Guégo : christine.rivalan-guego@univ-rennes2.fr

Catherine Sablonnière : catherine.sablonniere@univ-rennes2.fr

Table ronde photolittérature jeunesse à Toulouse, le 21 juin

LA PHOTOGRAPHIE POUR LA JEUNESSE, PLUS QUE DES CLICHÉS
TABLE RONDE AVEC :

CLAIRE DÉ, FRANÇOIS DELEBECQUE ET BRIGITTE MOREL

Éclairages et échanges modérés par Laurence Le Guen

 

Comment la photographie permet-elle d’alimenter l’imaginaire et de développer le regard des plus jeunes ?

Pour y répondre Claire Dé et François Delebecque présenteront tout d’abord leur point de vue et une analyse de la place que leur travail prend dans la création d’images pour la jeunesse. Ils prolongeront la discussion sur le choix du support et les méthodes qui aiguillent et mettent en lumière leurs travaux.

Avec 10 ans d’existence et d’expérimentations sur l’espace du livre qui donne à voir, nous inviterons l’éditrice Brigitte Morel à prendre la parole pour une mise en perspective de son travail d’édition avec ces deux auteurs.

Cette table ronde est également là pour prendre part au débat et à la réflexion sur les images qui sortent d’un quotidien consensuel.

La table ronde est à suivre sur https://www.youtube.com/watch?v=loGuvcmFLPI

Facebook live sur @occitanie.Livre.et.lecture

 

Photolittérature pour la jeunesse

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search