Voir, observer, penser, et dire… avec Nicolette Humbert

20 x 15 cm, 2014

De loin, de près, la photographe Nicolette Humbert propose aux plus jeunes d’observer le monde. Son appareil photo est comme l’ œil d’un enfant curieux. Il n’y a presque plus qu’à tendre la main pour saisir les coquillages, caresser le museau d’un veau, suivre le contour d’un légume charnu… On touche avec les yeux !

Avec leurs images entre poésie et documentaire, les ouvrages de cette  collection d’ imagiers publiés par la maison d’édition La Joie de Lire tendent aussi des invitations à observer, penser, déduire mais aussi s’amuser… La photographe Nicolette Humbert nous fait le plaisir d’être notre invitée. 

Chère Nicolette Humbert, quel est donc votre parcours ?

Après un baccalauréat littéraire, je m’oriente vers la faculté des lettres modernes avec pour objectif d’être enseignante des écoles, suivant le mode d’enseignement Fresnet, Montessori… Mais si cette voie me plaît et a du sens pour moi, elle n’est pas celle que je souhaitais dès l’âge de 12 ans : les Beaux-Arts. A cette époque, je dessinais… pas très bien, il faut avouer… La photographie est venue plus tard lorsque l’on m’a offert mon premier appareil photo : un zénith entièrement manuel. Dès lors, mon appareil ne m’a plus quittée… La photographie pour moi, elle commençait de la pellicule au tirage photo. J’ai passé beaucoup d’heures dans mon petit labo.

J’ai décidé d’interrompre la faculté au cours de la troisième année et de tenter le concours d’entrée à l’ENSA de Nancy… et j’ai été prise ! DNSEP en poche, je suis allée à Paris et me suis proposée à SIPA Press comme correspondante en Lorraine. J’ai par ailleurs commencé mes premiers reportages dirigés vers le social, les actions humaines… et j’ai intégré en parallèle une agence en communication. Aujourd’hui je me consacre entièrement à la photographie : illustration jeunesse, reportages, enseignement…

A quel moment la littérature jeunesse est-elle arrivée dans votre pratique professionnelle ?

Mon intérêt pour la littérature jeunesse a commencé par une demande d’illustration de poèmes sur les animaux de la ferme en 2003. Je me suis alors posée la question de ce que je pouvais apporter à l’existant, à ce sujet maintes fois représenté, et au-delà du sujet lui-même ce que la photographie pouvait apporter. Pour y répondre, il me fallait m’interroger sur ma pratique photographique et définir ce qu’elle m’apportait à moi et qui serait « utile » aux tout-petits : la découverte du monde, voire une révélation du monde, une manière de se l’approprier et de s’y inscrire… Quant à la photographie, elle apporte émotion et ouvre à l’observation ; chez le tout-petit (chez les adultes aussi par ailleurs), elle offre un éveil du regard.

2012

Comment s’est faite la rencontre avec La Joie de Lire ?

Je connaissais les Editions La Joie de lire à travers quelques albums que j’avais, mais plus largement à travers leur catalogue. Il n’y avait pas de collection consacrée à la photographie mais La Joie de lire avait déjà publié un album photographique de style documentaire et engagé :  Silence rompu , textes tirés de la Convention relative aux droits de l’enfant et photographies de Raymond Depardon.

C’est au Salon du livre de Montreuil que nous nous sommes rencontrées pour la première fois avec Francine Bouchet, l’éditrice. J’étais à la moitié de ma série photo consacrée aux animaux de la ferme. Francine a été sensible à mon regard et à ma photographie. Mon premier album, « A la ferme » est sorti un an après en 2005.

Quelle est la place pour les mots dans vos imagiers ?

J’apporte beaucoup d’importance à l’image et à l’image photographique en particulier comme représentation « au plus proche de la réalité » et comme mode d’expression. Elle peut de fait se suffire à elle-même par sa force évocatrice, par ce qu’elle peut susciter en émotions et développer l’imagination. Les mots viennent en deuxième temps. Dans mes albums, les mots arrivent à la fin. Après la contemplation, vient le moment de nommer.

Peut-on parler d’apprentissage du regard grâce à vos ouvrages ?

Oui mes albums ont ce souhait, au-delà de susciter des émotions, d’éduquer le regard. Comme on apprend à lire et à écrire, il est nécessaire d’apprendre à regarder.

2013

S’agit-il également d’initier les enfants aux multiples possibilités de la photographie ?

Les différentes approches photographiques dans mes albums donnent à voir les possibles de la photographie, mais ces approches tentent surtout à montrer qu’en se déplaçant, tournant autour d’un objet, il est possible de le voir autrement, d’en discerner toutes les particularités. Selon où on se place, l’objet s’offre à nous sous ses multiples facettes. La gestuelle liée à la prise de vue est importante ; elle l’est en photographie mais elle doit l’être tous les jours dans notre façon de voir et de percevoir, de vivre le monde et le ressentir.

Êtes-vous une « photographe-engagée » ?

La pensée passe chez moi par l’observation, l’expression de ma pensée passe par la photographie. En ce sens, je suis une photographe-engagée.  

Je suis engagée dans ma conviction : conviction que l’épanouissement de l’Être passe par la compréhension de soi, de son rapport à l’autre et de son rapport au monde. « Trouver sa place » n’est pas inné. On peut avoir celle que l’on nous donne à la naissance mais alors ce n’est pas celle qu’on a choisi. Voir, observer, penser…

2012

Un projet en préparation dont vous pourriez nous dire quelques mots  ?

Plusieurs projets en tête et un plus particulièrement, dans la lignée des précédents albums, mais je suis peu bavarde sur mes albums en cours; c’est lorsqu’ils sont bien avancés et que je peux être assurée de la pertinence que je peux alors en parler.

Que lisiez-vous enfant ? Y avait-il des livres-photos ?

Il y avait peu de livres chez moi…

Les photos de famille étaient réunies dans des albums que j’aimais feuilleter. Ils remplaçaient les livres. Photos en couleur ou en noir et blanc au contour blanc et dentelé. Je passais beaucoup de temps à scruter les visages, la façon dont les personnes étaient habillées… En légende, un lieu et une date uniquement. Je m’imaginais la vie des gens sur les photos, de ceux que je n’avais pas pu connaître.

Cela représentait beaucoup d’histoires !

 

Pour retrouver le travail de Nicolette Humbert, c’est ici  : https://www.facebook.com/NicoletteHumbert ou encore ici https://www.lajoiedelire.ch/auteurs/humbert/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

Portraits de pays dans les collections jeunes publics (Europe/Amériques, XIXè-XXIè siècles) EPISODE 2


Du récit de voyage imaginaire du début du XXe siècle aux
documentaires fictionnels des années 1950 ou ceux d’aujourd’hui,
le genre du « portrait de pays » forme une importante catégorie de
la littérature pour la jeunesse, même si ce terme est encore peu
usité pour désigner ces ouvrages qui présentent, directement ou
indirectement, des territoires. Il s’agit d’ouvrages destinés aux
enfants pour dire l’espace et la spatialité, décrire l’ici et l’ailleurs,
par le texte et/ou par l’image, par la fiction ou le documentaire, par
la photographie ou l’illustration graphique.
Ces livres, majoritairement rassemblés sous formes de collections
déterminées, proposent une « connaissance du monde »,
conjuguent la notion de spatialité avec celles de pays, au sens large
de l’acception du mot, d’identité nationale ou régionale et d’altérité.
Ces séries ont souvent été pensées pour faire connaître la vie
d’enfants d’ailleurs, avec l’intention de contribuer à la paix entre les
peuples. Avec le temps, ces intentions ont évolué vers de nouvelles
préoccupations (construction européenne, écologie, solidarité …).

Cette nouvelle journée d’étude poursuivra les réflexions menées le 11 mars dernier à l’université de Rennes 2.

Pour assister aux communications en visio, merci de me contacter : laurence.leguen@univ-rennes2.fr

 

Du livre jeunesse au livre d’artiste, entretien avec Brigitte Morel

Les éditions (Les Grandes Personnes) fêtent leurs dix ans à la Galerie Gallimard rue de l’université à Paris.

Pour l’occasion, je m’entretiens avec Brigitte Morel et c’est à lire sur le site des Littératures Modes d’emploi : ihttps://www.litteraturesmodesdemploi.org/entretien/du-livre-jeunesse-au-livre-dartiste-les-grandes-personnes-fetent-leurs-dix-ans-a-la-galerie-gallimard/

Un grand merci à la Galerie et à François Delebecque pour les illustrations ! 

Francois Delebecque, bâtisseur d’images

Editions Thierry Magnier-2005-42pages-20,5/20,5cm

Au moment où la maison d’édition Les Grandes Personnes fête ses dix ans à la galerie Gallimard (interview à venir),  un de ses auteurs phares,  le photographe, plasticien et sculpteur  François Delebecque, auteur de nombreux ouvrages photolittéraires pour la jeunesse, nous a accordé une interview. 

Des imagiers-devinettes  reconnaissables à leur silhouette en noir et blanc en couverture, aux mises en scènes photographiées qui plongent le lecteur dans un monde de souvenirs et de songes, en passant par le roman photo policier pour adolescents, rencontre avec un artiste de la lumière.

Cher François Delebecque, merci d’accueillir notre site dédié à la photolittérature jeunesse. En quelques mots, quel est votre parcours ?

Initié à tous les arts par ma mère, j’ai choisi la photographie pour son impact sur le réel (et sa transformation…). Il y avait un labo NB à la maison.

Après un bac D (sciences naturelles) j’ai fait 2ans d’études de biologie. Après deux stages à Arles, j’ai été assistant d’artistes et de photographes professionnels pour apprendre le métier et la lumière. Dans les années 80 la Photographie n’était pas un Art. Depuis j’ai toujours alterné simultanément mes travaux artistiques, qui procèdent de la nécessité absolue (Photos, sculptures, courts métrages), et les travaux alimentaires  dans l’illustration, la nature morte de studio, l’enseignement et les livres pour enfants.

Comment la littérature de jeunesse a-t-elle pris place dans votre carrière ?

J’ai travaillé très tôt pour Gallimard (couvertures de Séries Noires, Campagne d’architecture Gothique pour l’Univers des Formes…) et pour Gallimard Jeunesse que Pierre Marchand venait de créer. J’ai réalisé avec le romancier Michel Chaillou un roman photo à épisodes pour adolescents (Les Habits du Fantôme) dans la revue Piranha (coédition Gallimard/Télérama) en 1985-86 qui a paru 13 ans plus tard au Seuil Jeunesse sous forme de texte illustré.

L’éditrice/directrice artistique du Seuil Jeunesse Brigitte Morel, constatant le peu de livres pour enfants en photo et au regard de mon écriture visuelle poétique, m’a proposé de travailler sur un projet de livre photo, au départ avec un sujet que j’avais déjà traité en NB : la plage. J’ai réalisé les photos en 10 jours et le texte en une semaine.  La Plage d’où les bateaux s’envolent a paru en 2001. Et depuis, à part Les Songes de l’Ours publié chez Thierry Magnier, tous mes livres pour les enfants sont réalisés en collaboration avec Brigitte Morel.

C’est une part de mes activités, que je revendique, complémentaire de mes autres travaux.

Seuil Jeunesse -2001-16/16cm-56 pages

Vous inscrivez-vous dans une filiation photographique ? ou cinématographique ? J’ai cru déceler quelques références filmiques dans vos images.

Initialement je suis franchement d’inspiration photographique, mais de ceux qui « utilisent » la photographie comme moyen d’expression (le reportage est un autre métier par exemple).

Je ne prends pas des photos, je construis des images.

Mes inspirations de structuration photographique son plutôt Duane Michals, Christian Vogt, Guy Bourdin, Robert Mapplethorpe, Paul de Nooijer, Diane Arbus, Mona Kuhn… et plus tard les plasticiens comme Rebecca Horn, Iannis Kounellis ou des classiques comme Giacometti, Cartier Bresson…

Par contre comme j’ai un style narratif où le contenu de l’image importe tout autant que la forme, et vu que je fais des films courts (je n’aime pas le terme vidéos car mes films sont narratifs) on peut déceler une filiation cinématographique sans être plus appuyée qu’une culture générale.

La photographie est-elle selon vous le medium par excellence pour révéler ce qui se passe dans la tête des enfants lorsqu’ils font des cauchemars ou lorsqu’ils sont en train de jouer ?

Je ne suis pas sûr d’adhérer à cette assertion, ou je ne comprends pas la question… Si le dessin peut faire rêver ou faire décoller l’imaginaire, voire révéler les peurs ou troubles des enfants (chez un psychologue par exemple), ce serait une photographie mise en scène qui mettrait en évidence les cauchemars des enfants ?

Mais surtout comment rentrer dans la tête de tous les enfants, chacun ayant sa perception du réel et de son imaginaire, que ce soit en jouant ou en faisant des rêves ou des cauchemars…

Seuil-1999-130 pages-14,5/22cm

Comment se fait le choix entre le noir et blanc (Les Songes de l’Ours, Les habits du fantôme) et la couleur (Rêve de plage) ?

Les Songes de l’Ours était au départ un projet pour adulte que le collectionneur d’Ours (et aussi créateur du salon du livre de Villeurbanne) m’a suggéré de réaliser entre autres pour le centenaire de l’ours en peluche (en 2003). J’ai promené avec moi pendant 3 ans une sélection d’ours de sa collection. Ils avaient un  tel vécu (dépenaillés, recousus, chargés d’affect) que d’évidence  j’allais travailler en NB (et à l’époque en argentique, 6/6cm négatif NB) pour voguer sur la nostalgie émanant de ces ours. Après différentes péripéties éditoriales, j’ai finalement décidé de faire le livre de mon côté (chez Thierry Magnier qui voulait travailler avec moi, et aussi car Brigitte Morel trouvait le projet trop porté sur la nostalgie justement), en suivant au niveau du texte la manière dont j’avais  intuitivement fait les photos : les Ours qui regardent le Monde des Hommes…

Pour Les habits du fantôme, initialement paru dans la revue Piranha sous la forme d’un roman-photo, il était d’évidence qu’il soit NB (comme les romans photos Cino del Duca… pas encore en couleur),  avec une maquette spécifique comportant trois niveaux de lecture : le texte, les photos et des légendes sous les photos.

Ensuite tous les autres livres sont en couleur… pour rester dans un réel bien réel même s’il est poétisé.

Les mots viennent-ils avant ou après la réalisation et la sélection des images ? Qui en sont les auteurs ?

Je suis l’auteur des textes.

Les mots viennent juste après les images pour La Plage d’où les bateaux s’envolent, écrits dans le train du retour de Belle Ile, puis en affinage la semaine suivante.

Pour Les Songes de l’Ours, les textes sont venus quand j’ai décidé de faire le livre de mon côté, 2 ans après les images, et en retrouvant le sens profond et intuitif des photos ; et en décidant de phrases courtes, avec des termes parfois un peu compliqués pour les enfants (qui adorent le vocabulaire). C’est un livre à plusieurs niveaux de lecture qui pour moi est pour tous les âges jusqu’à 87 ans ou plus.
C’est le seul ouvrage que je montre sur mes deux sites, il fait la passerelle entre la photo « fine art » et la photo de création pour livres pour enfants.

Pour tous les imagiers, les textes sont uniquement les noms des animaux, fruits, engins représentés…

format 13/13cm, 9 doubles pages, cartonné, silhouettes N&B avec vernis sélectif, photos couleur sous les volets, coins arrondis.
Editions de Grandes Personnes

Qu’est-ce qui fait l’originalité de vos imagiers dans la production actuelle ?

Je reçois nombre de messages d’écoles Montessori (ou équivalentes) qui utilisent beaucoup mes livres. Nous n’avons rien inventé d’autre avec Brigitte Morel que les volets que l’on soulève et qui ajoute un côté ludique et éducatif : Tana Hoban avait déjà travaillé sur les silhouettes Noir/Blanc ou Blanc/noir et en couleurs. Par contre nous travaillons énormément sur  la qualité des images, leur contenu, leur sélection dans la masse produite, la maquette, la typo et la qualité d’impression avec un vernis sélectif etc…

J’ai mis plus d’un an à faire le petit imagier sur la montagne (18 photos dans le livre (plus les silhouettes) mais des milliers de photos réalisées) en faisant quatre voyages dans différents massifs montagneux  à différentes saisons, et par exemple, je tenais absolument à prendre en photo le Cervin et un glacier (3 ascensions du coté de Chamonix et une en Suisse). Je pense que les autres photographes me traiteraient de fou…mais c’est aussi parce que mes livres marchent et je m’y retrouve sur le long terme.

Cela dit je suis militant des auteurs et il y a beaucoup à dire et à faire évoluer sur les statuts et les revenus des auteurs…

Photographies François Delebecque
Textes Jean Teulé et Zazou Gagarine
Editions FIRST 1991

Qui sont les lecteurs des Boutiques de notre enfance ?

Disons que c’est le lectorat type des adeptes de Robert Doisneau… à l’époque, les Editions Hoebeke sortaient chaque année un album Doisneau…

Ce livre a été demandé par une éditrice des premières Editions First à Jean Teulé (qui n’avait pas encore écrit ses best sellers mais été connu pour ses BD et ses passages TV (« l’assiette anglaise » A2 et Canal +(« le Journal du Art » auquel je participais) et qui a réuni sa fine équipe : son ex-épouse Zazou Gagarine et moi.

Juste après la sortie du livre la maison a fait faillite et donc la diffusion du livre a été très réduite, avant que les « Nouvelles Editions First » renaissent 3 mois après, mais notre livre est passé inaperçu et quasi à la trappe.

Le format carré de vos ouvrages est-il lié à votre technique photographique ou est-il imposé par les éditeurs ?

Les deux mon général, mais il est vrai que j’adore la composition en carré et que j’ai très longtemps travaillé au moyen format (6/6cm Hasselblad), et nous discutons de tout avec Brigitte, y compris du format, de la pagination, du grammage…

On peut retrouver vos ouvrages sous forme d’exposition. Est-ce qu’il s’agit encore d’exposer des livres ou désormais d’exposer uniquement les photographies ? Comment le lien est-il maintenu entre les pages et les murs ?

D’un coté mes travaux personnels sont forcément destinés aux expositions pour être vus. Pour les photos issues des livres c’est un complément.

Vous devez connaître les multiples salons du livre auxquels nous –les auteurs- sommes invités tout au long de l’année. Ils complètent nos revenus.  Dans les deux jours qui les précédent, nous intervenons dans les classes et nous sommes rémunérés selon des barèmes établis par La Charte. Le jour suivant ou les deux jours suivants, nous dédicaçons à tour de bras (pas rémunérés ou très très très rarement). Je propose également de louer mon exposition qui réunît en 30 cadres 50/50cm une vue d’ensemble d’une sélection de photographies issues de mes livres.

Quel lecteur étiez-vous enfant ?

Ma mère, artiste, nous (j’ai une sœur et un frère) a habitués à fréquenter des livres de qualité très tôt. Je me souviens d’Eloïse (à New York, à Paris), des albums du Père Castor (La petite poule rousse), les magnifiques albums en photo et maquette sublime de Dominique Darbois chez Nathan (« Enfants du monde »), et Babar évidemment.
Un peu plus tard l’imaginaire aventurier des « Tintin », mais pas plus que cela en BD, sauf Astérix.

Plus tard, adolescent, malgré les « obligations » constructives du lycée (Balzac, Victor Hugo etc…)j’ai adoré lire des romans, voire un peu de SF ((Fondation, Fondation et Empire seconde Fondation…) ou Edgar Poe par ex, pour le développement mental de l’imaginaire …

 

Pour visiter les sites de François Delebecque, c’est ici : http://www.francoisdelebecque.com ou encore ici http://www.delebecque-livres.net

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Autour de Nathalie Seroux il y a …

copyright Nathalie Seroux

Miniphlit reçoit Nathalie Seroux, photographe de la collection « Mon Premier Imagier Photo », à La Martinière jeunesse. En tournant les pages de ses imagiers cartonnés destinés aux plus jeunes, on entre dans un univers qui nous semble d’abord très proche et très familier mais dont elle sait renouveler la découverte grâce à des mises en scène souvent amusantes, toujours esthétiques et régulièrement propices à l’évocation des souvenirs chez les plus âgés ou à l’avalanche de questions ou de réactions chez les bambins. Rencontre.

Chère Nathalie Seroux, d’abord un grand merci d’accueillir les questions de Miniphlit. Pour commencer, racontez-moi :  comment passe-t-on du portrait ou des photographies d’entreprise à la photographie dans le livre pour enfant ?

Pour répondre à cette question, j’aimerais vous faire part de mon parcours. La photographie fait partie de ma vie depuis ma naissance grâce à l’œil photographique sensible de mon papa. Je me souviens des séances de projection en famille, des diapositives, de ces moments où il me demandait de poser pour terminer ses pellicules. Ces moments-là restent gravés car ces quelques secondes, j’avais la sensation d’exister à ses yeux. Aujourd’hui, pour moi, un clic, c’est un geste d’amour. J’ai eu mon premier appareil à 13 ans. J’ai commencé à réaliser mes premiers portraits. Adolescente, je prenais mes camarades de classe en photo (à l’époque  nous n’avions pas de téléphone avec appareil photo intégré). A 20 ans, n’ayant pas osé devenir photographe, j’ai suivi des études de marketing et de commerce à Lille. A 40 ans, j’ai eu la chance de pouvoir assister au tournage des portraits de comédiens « l’autre émoi » de la réalisatrice Raphaëlle Catteau. Je me souviendrai toujours de ses paroles «  tu as un œil,  viens avec ton appareil ! ». J’ai aimé cette atmosphère et surtout le moment où Emilie Dequesne s’est tournée vers moi le temps de m’offrir un portrait. J’ai ressenti comme une épiphanie. Cette seconde a été un véritable élément déclencheur dans ma vie. J’ai décidé que la photographie guiderait mon chemin de vie. J’ai changé de trajectoire. J’ai repris le chemin de l’université de Paris 8 pour étudier l’histoire de la photographie. Quatre années fabuleuses qui m’ont ouvert le champ des possibles. J’ai reçu un diplôme de Master 2 de photographie et art contemporain. Ma pratique photographique est liée aux liens qui se tissent et à l’émotion qui s’y déploie. Ce qui m’anime c’est d’apporter de la douceur et de la bienveillance autour de moi, aussi bien dans la réalisation de portraits que dans mes livres pour enfants. J’ai très vite photographié des objets ou des lieux qui évoquaient des amitiés, des moments de joie partagée.

Le rituel de lecture a toujours été un moment sacré avec mes trois fils. Je me souviens que mon fils Paul aimait beaucoup un imagier photo autour des couleurs. C’était un livre avec des photos tirées  de banques d’images dénuées de contexte et donc d’émotions. Ce n’était pas mon livre préféré, mais je prenais en revanche beaucoup de plaisir à enrichir son vocabulaire. J’avais envie de créer un livre qui apporte de la joie aussi aux adultes . Le jour de la naissance de Tess et Lola, les jumelles de mon amie réalisatrice Raphëlle Catteau, j’ai eu l’idée de leur réaliser un cadeau de naissance «  maison ».  C’est ainsi qu’est né Autour de moi, mon premier imagier photo, présenté à la Martinière Jeunesse, grâce à Sandrine Bailly qui est aussi autrice. L’ouvrage que j’imaginais en deux exemplaires a vu le jour en 6 000 exemplaires en 2014. Une nouvelle  aventure a commencé …

Vous inscrivez-vous dans une filiation photographique ?

Je pense m’inscrire dans la photographie vernaculaire, la photographie de la vie quotidienne, la photographie de voyages. Je photographie ce qui me met en joie : ma famille, mes amis, la nature, les objets.   Les photographes qui subliment le quotidien avec poésie et humour m’inspirent, comme Sarah Moon, Corinne Mercadier, Flore-Aël Surun, Margaret Cameron, Sally Mann, André Kerterz, Albert Renger-Platz, Richard Avedon, Walter Evans, Raymond Depardon, Alain Keler, Martin Parr, Julien Magre, Julien Daniel, …

Autour de moi, copyright Nathalie Seroux

Est-ce que vos ouvrages s’inscrivent dans une collection d’albums photographiques à la Martinière 

Autour de moi, mon tout premier ouvrage, a donné naissance à la collection « Mon premier imagier photo ». C’est mon ouvrage le plus personnel. Il y a par exemple mon premier cartable, les jouets de l’enfance de mon papa, les premières chaussures de marche de mon fils Gaspard, mes chatons… C’est le fruit d’une série dans laquelle j’avais envie de partager mon hymne à la vie. Le second c’est ABCDaire pour apprendre l’alphabet en s’amusant. Je suis allée à la rencontre d’institutrices, d’orthophonistes pour m’aider dans le choix des mots car je souhaitais  qu’il puisse être utile pour l’apprentissages de la lecture. Mon éditrice Garance Giraud m’a proposé de réaliser Fruits et légumes. Etant gourmande et sensible à l’alimentation saine, j’ai tout de suite dit oui ! Puis j’ai proposé Au bord de la mer, car la mer est une source inépuisable d’émerveillement.

Dans la continuité de Fruits et légumes, j’ai fait A la ferme. J’avais envie de mettre la lumière sur les personnes qui travaillent tant pour nous nourrir.

Après l’univers de la ferme, de la mer, des fruits et légumes, des lettres, explorerez-vous d’autres aspects du monde qui entoure le jeune enfant ? Comment choisissez-vous vos thématiques ?

Je travaille sur d’autres titres. Pour les thématiques, soit c’est mon éditrice, soit moi.

Quelle est la finalité de vos imagiers ? s’agit-il uniquement d’apprendre les mots du lexique ?

Mes premiers imagiers photos sont des ouvrages pour apprendre à reconnaître et à nommer les choses, pour éveiller l’enfant au monde, enrichir son regard et son vocabulaire. C’est aussi une invitation au dialogue. Chaque photo racontant une histoire peut aussi susciter des souvenirs à l’adulte et lui permet de renouer avec sa propre enfance. C’est aussi une initiation au langage photographique et à l’éveil ses sens.

Quelle est la place pour le jeu et pour l’art dans vos livres ?

L’imagier peut à la fois être feuilleté dans l’ordre ou au hasard. Les double- pages sont conçues pour se répondre (ex : le marteau et l’œuf, les abricots et la cagette). Il y a plusieurs niveaux de lecture en fonction de l’âge de l’enfant. J’accorde une importance à la composition de la photographie, à mettre en valeur les matières.

Au bord de la mer, copyright Nathalie Seroux

 Je suppose que vous réalisez de nombreuses photographies avant d’opérer votre sélection. D’abord y-a-t-il une place pour la mise en scène lorsque vous les réalisez et puis comment sélectionnez-vous les photographies que vous garderez pour vos livres ?

Je commence tout d’abord par noter tous les mots sur un carnet associé au sujet sur lequel je travaille.  Je passe ensuite au peigne fin l’ensemble de ma photothèque. Je consulte les imagiers de mes enfants aussi ou d’autres publications plus anciennes. Ensuite, je pars en production. Je propose aux enfants de mon entourage de participer au projet.  Je vais aussi à la rencontre de nouvelles personnes.  J’alterne les prises de vues dans l’espace naturel, la vie quotidienne et la mise en scène pour qu’il y ait un rythme à la lecture des photographies. Je joue avec la lumière, les textures, les cadrages, les couleurs tout en gardant le naturel. Je classe, légende, je fais une première sélection et ensuite c’est un travail à plusieurs mains avec mon éditrice et le directeur artistique. C’est un moment que j’apprécie particulièrement. J’aime leur savoir-faire, qui me fait progresser à chaque imagier. J’apprécie le fait d’avoir carte blanche ce qui laisse place à ma créativité. C’est entre six et neuf mois de travail.

Qu’est-ce qui distingue vos imagiers des autres imagiers ?

Il y a la photo. Il y a peu d’imagiers photos pour les enfants. D’après ceux qui les lisent, la photo évoque des souvenirs ou permet de parler de ce qui se passe autour. On imagine les gestes à côté. En fait j’essaye de transmettre l’ émotion ressentie lorsque j’ai pris la photo.

Pensez-vous à la fiction photographique ? Pourriez-vous vous adresser à une autre catégorie de lecteurs ?

J’y songe oui. Mes premiers lecteurs étant nés en 2014, j’aimerais en effet écrire des ouvrages pour des enfants plus grands pour continuer à les accompagner et pourquoi pas créer aussi un livre pour les adultes.  J’aimerais passer à l’écriture. Toutes les rencontres que j’ai faites me donnent envie d’écrire. L’illustration ne m’intéresse pas. Faire découvrir un univers si. J’aime m’imprégner d’une atmosphère pour la faire ressentir. 

Fruits et Légumes, copyright Nathalie Seroux

Comment imaginez-vous vos lecteurs devant vos livres ?

J’imagine (et j’ai la chance d’en voir souvent ! ) à la fois des moments où l’enfant lit seul, avec ses camarades de classe, et aussi des moments de partage avec l’adulte. Par expérience, je sais que mon écriture photographique est aussi appréciée par les adultes, ce qui me met en joie.

Exposez-vous et animez-vous des ateliers ?

La plus belle ou étonnante expo a eu lieu en Corée du Sud, il y a deux ans, à partir d’ABCdaire.  Il s’agissait d’une expo itinérante dans six villes avec des tirages aux bords arrondis, sur un très beau papier. J’ai passé une semaine dans une école de Séoul et j’ai fait des ateliers dans une école franco-coréenne. On a travaillé sur un abécédaire franco-coréen. J’ai également fait une intervention dans un lycée franco-coréen et dans un centre culturel. J’ai eu énormément d’échanges avec les parents autour des photos de fruits et légumes. On a échangé des recettes. J’ai fait aussi des animations au Canada. On a réalisé un imagier autour des émotions. Je fais aussi des expositions de temps en temps en région parisienne et j’aime cela. En ce moment c’est très frustrant de ne plus aller dans les écoles.

 

Quel est votre souvenir de lecture jeunesse ? Y-avait-il déjà des ouvrages photo-illustrés dans votre bibliothèque ?

Je me souviens du rituel du soir avec ma maman ; C’est tellement fondateur dans la vie d’un enfant. Mon livre préféré, lu et relu, c’était   Qui m’appelle ?  Un livre magnifique de Kōta Taniuchi. Je n’avais pas d’ouvrage photos. Je me souviens également regarder régulièrement des posters  avec des photographies sur la faune et la flore des montagnes. J’ai passé de nombreuses heures à consulter les magnifiques albums photos de mon papa des années 50. Au fil des photographies, j’imaginais la vie de  mes parents qui se sont rencontrés à l’âge de 15 ans. C’est une source d’inspiration dans mon chemin photographique. Dès la maternelle, je racontais ma vie de famille à travers mes dessins ! 

Pour retrouver Nathalie Seroux il a aussi son blog https://www.nathalieseroux.com/

et ce film https://www.facebook.com/watch/?v=1245846995503667

A la ferme, copyright Nathalie Seroux

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Les Bêtes de Jacques Prévert et Ylla

« L’ œuvre de Jacques Prévert est traversée d’animaux, dont il fait régulièrement les héros de ses poèmes, films, ouvrages pour enfants ou encore de ses collages. On y croise de nombreux chevaux, antilopes, ânes, singes, oiseaux, animaux dont il met en lumière les conditions de vie, l’abandon, la domesticité, la captivité, l’abattage ou qu’il mobilise pour dénoncer la cruauté et l’injustice de la société humaine.   

Lorsqu’il rencontre avant la guerre la photographe Camilla Koffler, dite Ylla, dans le Montparnasse des artistes émigrés ou dans les premières expositions de photographies organisées dans les galeries parisiennes, Jacques Prévert ne peut sans doute pas rester insensible à l’expressivité et à la beauté de ses photographies d’animaux, dont elle s’est fait une spécialité et avec lesquelles elle connaît la notoriété en Europe d’abord, puis aux États-Unis. La collaboration professionnelle entre eux débouchera sur une relation amicale, entretenue par une correspondance abondante entre le poète et la photographe, qui vit à New York mais qui ne manque pas de rendre visite au poète à St Paul de Vence, où elle le photographie avec sa femme Janine et leur fille Michèle lors de ses séjours français. »

La suite, accompagnée de documents inédits, est à lire dans l’article que je signe dans le  numéro 83 de la revue Histoires Littéraires.

 

Rencontre avec Olivier Le Brun et Anne Leloup pour Jouer !

A l’heure où il publie un nouvel ouvrage photographique aux éditions Esperluète, Jouer !, nous accueillons le photographe Olivier Le Brun et son éditrice Anne Leloup , l’occasion de revenir sur le parcours de l’artiste mais également sur la place de la photographie dans les ouvrages pour la jeunesse, le langage de l’image photographique et le passage des photographies des cimaises aux pages d’un livre.

Cher Olivier Le Brun, d’abord merci d’accueillir Miniphlit.
Je lis sur votre site que vous êtes photographe, enseignant-chercheur et socioéconomiste. Est-ce que ces trois activités s’interpénètrent, se complètent, influencent l’une ou l’autre ?
Mes activités d’enseignant- chercheur et de socio-économiste sont étroitement imbriquées. La photographie a émergé parallèlement.
En 1977 alors que je travaillais à l’Université du Sussex à Brighton j’ai découvert avec des collègues les travaux de John Berger et Jean Mohr : « A fortunate man : the story of a country doctor » (1967) ; « A seventh man : the story of a migrant worker in Europe » (1975) ; « Another way of telling : a possible theory of photography » ( 1982). Ce dernier ouvrage montre à quel point la photographie diffère du cinéma. C’est « Une autre manière de raconter ». Les auteurs explorent la tension entre le photographe et le photographié, entre l’image et le regardeur, entre le moment filmé et la mémoire. Leurs ouvrages sont des récits qui se fondent sur un important travail de recherche.

C’est à cette lumière que j’ai entrepris depuis lors un travail photographique en marge de mon activité de consultant et d’enseignant-chercheur. Dans le cadre d’une association de mon quartier à Brighton, quelques chercheurs (économistes, sociologues, historiens, philosophes…) se sont engagés à rendre compte de l’effet des coupes budgétaires infligées par la politique thatchérienne sur les usagers et les travailleurs des services publics de notre collectivité locale. Ce projet articulait trois formes de langage (l’analyse économique ; des interviews des travailleurs et des usagers des services publics ; la photographie). En raison de mon intérêt pour la photographie j’ai été intronisé photographe (tout-à-fait amateur) du projet. J’ai pu ainsi pénétrer la réalité des services publics (logements sociaux, transports publics, écoles, résidences pour personnes âgées, structures d’insertion à l’emploi…). Ne pouvant photographier dans les écoles nous avons bénéficié de l’appui d’élèves qui à leur tour se sont pris au jeu et ont photographié. Le livre « Brighton on the rocks Monetarism and the Local State « (1982) s’est vendu à 10.000 exemplaires, principalement aux collectivités locales du Royaume. Ce fut mon baptême photographique.
En 1996 je me suis équipé d’un Leica argentique. J’ai alors ouvert les yeux et découvert un univers infini. Cette activité photographique a été essentiellement menée en dehors de mon activité professionnelle, c’est-à-dire durant mon temps libre. A l’exception du « Rapport sur la situation des femmes et des enfants au Mali » (UNICEF, 2001), dont j’ai assuré la coordination, au sein duquel j’ai intégré plusieurs photographies que j’avais prises au cours de mes études et recherches. Photographier a été pour moi une respiration, un regard plus libre, une manière d’échapper aux contraintes de temps de mon activité professionnelle soumise à la tyrannie du « deadline ». Je ne pense pas que mon travail de consultant ait influencé mes activités photographiques, il m’a certes permis une magnifique ouverture sur le monde, mais il me semble pouvoir dire que mon intérêt pour ce monde que je photographiais était présent dans mon travail d’analyse et de recherche. 

 

Vous publiez votre travail photographique dans des ouvrages, vous exposez dans des galeries. Est-ce que chacun de vos projets est conçu dès le départ avec une de ces finalités ou bien est-ce le hasard des rencontres et des discussions ? Avez-vous une préférence pour l’un ou l’autre de ces modes d’accueil de votre travail artistique ?
Votre question revêt deux aspects :
Si le travail photographique que j’ai réalisé en 1977 pour le livre Brighton on the rocks dont je parle plus haut, résulte d’un objectif collectif préalable, la plupart du temps, mes ouvrages photos procèdent d’un processus différent. Je photographie de manière instinctive sans intention consciente, parce que une situation, un lieu, une circonstance, une personne, me touchent et me fait signe. Je ne sais pas encore pourquoi ni ce que j’en ferai. Ce n’est que progressivement, au bout d’un moment, que je prends conscience d’un ensemble qui comporte une certaine cohérence, un sens et dont je comprends qu’il est rattaché à un fil conducteur jusqu’alors hors de mon champ de conscience. On peut donc dire que je découvre «après coup» la matière d’un projet comme un livre ou une exposition.

C’est le cas des livres publiés depuis 2008, chacun ayant sa genèse propre.

« Bruxelles à fleur de peau » (Husson éditeur,
2008 ; 80 photos avec des textes d’auteurs).

En 1997 je me suis rendu régulièrement à Bruxelles après le décès d’une personne âgée de ma famille à laquelle j’étais très attaché. J’ai énormément marché dans les rues, du matin jusqu’à la nuit, collectant des images de «la peau» de la ville. Une manière de redécouvrir et me réapproprier cette ville de ma jeunesse étudiante, bien loin de l’idée
d’en tirer un projet. Dans le contexte de notre famille, belge, partie vivre de longues années au Congo où je suis né, puis ensuite à l’autre
bout du continent américain, la secousse ressentie dans la chaîne familiale lors de ce décès a évidemment constitué l’élément déclencheur de cette longue quête, sans que je réalise l’importance qu’elle prenait dans mon rapport à venir avec la photographie.

« Football Bal Ballon Ballet » (Editions Yellow Now, 2014; 66 photographies)

Fou de foot depuis mon enfance congolaise en pleine brousse où j’ai
vécu jusqu’à 19 ans, c’est bien naturellement que j’ai photographié
partout en Afrique les petits matchs de foot qui débordent de joie et
d’excitation, dans lesquels je me suis retrouvé.

« Africa Hotel » (Editions Yellow Now, 2016; 77 photographies).

Ces petits hôtels des quartiers populaires d’Afrique et d’Haïti se sont
montrés dans leur unité, leur simplicité, leur poésie au milieu de mes trésors, comme un carnet de voyage et d’images rangé au fond d’une boîte et que je retrouve longtemps après. En introduction au livre j’écris : « Des hôtels sans étoiles pour le confort mais plein d’étoiles pour la convivialité. Une voie lactée que je parcours avec mon Leica depuis vingt ans ». Et de fait, le texte que j’ai écrit, a spontanément pris la forme d’un journal de bord.

« Le vieil homme et son potager » (Esperluète Editions, 2018 ; 71 photographies ).

Pas de projet particulier pour ces images de mon père non plus, sauf la conscience que cette énergie, cette vie singulière, cette philosophie d’une vie devenue solitaire en compagnie des légumes qu’il comprend et surveille, cesserait bientôt.
Introduisant le livre j’écris : « C’était un bel été, comme c’est l’habitude dans l’Ouest canadien, au bord du lac Okanagan. J’entrepris de photographier mon père dans son quotidien. Nous étions en 1997, il avait 92 ans. Je me suis fait oublier afin de ne pas troubler la grâce et la force d’un homme qui vit dans la plus grande simplicité, choisit ses règles de vie, fait éclore des semences dans toutes les pièces de la maison, règne sur un peuple de légumes poussant joyeusement dans tous les sens …dans une heureuse brousse, un homme à la détermination solide et tranquille, dont on ne détourne pas le chemin ».

« Jouer ! » (Esperluète Editions, 2020 ; 123 photographies, texte de Delphine Vanhove
« Prière de Jouer »).

Comme un révélateur, c’est l’imaginaire de l’enfance qui nous accompagne, le plaisir du jeu gratuit que j’ai collectés sur une vingtaine d’années dans tous les coins de la planète. C’est devenu une évidence pour moi de mettre en scène cette pulsion de vie universelle à travers la diversité des âges, des gestes et des lieux.

Le mode d’accueil de mon travail photographique
Le livre
J’aime infiniment le processus de création du livre. Un peu comme une naissance : cela suppose d’abord que je reconnaisse la présence d’un sujet, d’un propos. Je cherche ensuite une forme, une construction. Il peut se faire alors que je sente nécessaire de poursuivre la phase de photographie pour que mon projet arrive à maturité par rapport à l’idée que je m’en fais. La mise en page sur laquelle je travaille ensuite cherche à rendre lisible mon intention par le déroulé des images, les relations entre elles ou les oppositions que je recherche. En découle souvent mon travail d’écriture, ou la sollicitation d’auteurs. Le texte étant là comme une autre forme de narration, un contrepoint, un jeu avec le photographe (mais surtout pas en commentaire d’image). Ensuite intervient ce riche processus de confrontation et d’élaboration partagée avec l’éditeur ou l’éditrice. C’est prendre un risque et produire un effort physique, mais cela répond aussi à un besoin, pour sortir ce travail, jusqu’alors personnel, de sa gangue et le soumettre au regard et à la discussion.
L’exposition
Lorsque l’exposition a lieu en même temps que la production du livre, elles se renforcent mutuellement, l’énergie en est décuplée, c’est merveilleux d’offrir au regard des images qui ont plusieurs niveaux de profondeur et de rythme. Ce fut le cas lors de la sortie de Brighton on the rocks au sein du Hanover Community Centre où nous avons pu présenter de manière vivante le contenu de l’ouvrage à une population essentiellement ouvrière particulièrement sensible aux images dans lesquelles elle se reconnaissait.

Au moment de la sortie du Vieil homme et son potager en 2018 eut lieu au printemps durant un mois dans le cadre du Festival Raccord(s) une exposition en grands formats du livre au Chai de Bercy, espace d’exposition de la Mairie de Paris situé au sein du grand parc de Bercy, bordé par un potager collectif d’un côté, d’un jardin floral de l’autre, au carrefour de cheminements entre trois gares ferroviaires et deux gares routières (Lyon, Bercy, Austerlitz). Cette exposition a attiré de nombreux visiteurs venus se promener dans le parc en famille, de voyageurs attendant un train et déposant sacs à dos et valises pour découvrir Le Vieil Homme et discuter avec le fils … J’en ai gardé le souvenir de visiteurs attentifs, les enfants n’étaient pas en reste, de nombreux très beaux échanges, prolongés par des messages et des dessins déposés dans le livre d’or « Le vieil homme et son potager » a fait l’objet de deux expositions avant l’idée même d’en faire un livre. D’abord en 1999, dans les semaines qui ont suivi le décès de mon père, sous le titre « The vegetable kingdom » (Le royaume des légumes), à Vernon, la ville voisine du potager, dans la Vernon Art Gallery. Plus d’un millier de visiteurs, habitants, écoles et touristes en groupes organisés. Ensuite en 2011 à la Galerie du Petit Temple à Lasalle dans les Cévennes à l’occasion du Festival de films sur le thème du temps. L’exposition s’intitulait « Je prends le temps ». Elle comprenait de nombreuses images du vieil homme.

Chaque fois que cela m’est possible, je remets aux gens que j’ai photographiés une photocopie de leur image, ce qui m’a amené à improviser des expositions en mouvement ! Ce fut par exemple le cas en mars 1998 après avoir exploré la ville d’Ambalavao à Madagascar pendant quelques jours, je me suis progressivement mis à photographier les habitants mora- mora (mouramoura) comme on dit en malgache c’est à-dire doucement, lentement, calmement…et je me suis senti complètement accepté comme photographe. J’y suis retourné quelques mois plus tard avec une photocopie du tirage de toutes les personnes photographiées. J’ai montré ces photocopies à des enfants sur la place du marché. En une demi- heure toutes ces personnes étaient là et les photocopies circulaient de main en main. Chacun est reparti avec son image la montrant à la ronde avec fierté. Expérience similaire au Kenya en 2006 dans le bidonville de Kibera à Nairobi où j’avais photographié la communauté nubienne

Plusieurs de mes expositions ont été organisées en réponse à des appels à projet de festivals d’art tels que Les Rencontres des Arts de Mers-sur-Indre (« Effet mer éphémère », 2008 et « Hymne à l’eau », 2009) ou au Festival Etend’Art d’Etang-surAroux (« Marche et Rêve », 2008) ou encore de galeries comme la Galerie de l’Union des Photographes Professionnels (« Ici on tire le portrait », 2019).

Lorsque l’exposition est le seul support elle est un moment intense. Elle suppose une immense disponibilité et, bien qu’éphémère, elle requiert une étape de préparation très exigeante. Il y a un équilibre délicat entre la liberté qui doit être laissée au visiteur et le plaisir de rentrer dans l’échange. Je conçois l’exposition comme un moment de riche dialogue. Elle peut aussi être un grand moment de solitude.

 Sur votre site, j’ai l’impression de découvrir de nouvelles photographies du Vieil Homme et son potager. Comment s’est fait le choix des images pour le livre ?

Pour répondre synthétiquement, je vois dans les images que j’ai choisies
– le sens : qu’est ce que la vie de mon père à ce moment là ?
– l’attention aux gestes qu’il accomplit
– l’admiration qu’il est heureux de partager pour la diversité et la beauté des légumes qu’il cultive.
Mon choix dans les images et dans la construction du livre est sous-tendu par ce but. Ce faisant, je dois aussi créer un rythme qui obéisse à ce propos. Ce livre se déploie à partir d’un horizon large, où le monde du potager de mon père, un fouillis poétique, se dévoile, dans son environnement très ouvert (la vallée du lac Okanagan en Colombie Britannique).
Il est bâti autour de séquences, qui rythment la narration, ponctuées dans le livre comme au fil de la journée par des poses que mon père dosait soigneusement pour économiser ses forces, sur la brouette transformée en fauteuil champêtre. Au-delà du rythme, les images mettent à l’honneur la beauté, la perfection et la diversité des cultures.

J’ai lu que le personnage du livre était votre papa. Est-ce que ces photographies fonctionnent comme des traces de ces moments de votre vie ?
Elles sont pour moi avant tout des traces de la sienne … Mais il est vrai que j’étais heureux de ces heures passées à photographier ses pas, ses gestes, ses moments de fatigue sur la brouette, ses poses d’observation, la lenteur et l’efficacité de ses actions (manier le tuyau d’arrosage, arracher les reines de son potager : les cwennes de gatte, les transporter jusqu’à sa cave …), le tout en dosant sa fatigue, et puis participer au «repas royal» qu’il aimait préparer et savait savourer arrosé de son vin de fabrication maison …

Quelle contrainte avez-vous reçues de la part de l’éditrice ? Certaines photographies pourraient documenter un ouvrage sur le jardinage ou la vie des plantes. Est-ce que le livre devait s’en approcher pour plaire à un enfant ?
Non, je pense que l’éditrice y a vu une sorte de miracle d’équilibre entre un homme et la nature qui l’entoure, dans la sagesse d’une vie qui s’approche de son terme. Avec un traitement simple : celui de plonger dans la réalité physique de ce jardin potager et d’approcher le rythme lent de son jardinier.

Le texte du Vieil Homme et son potager est posé au début de l’ouvrage. Pourquoi faire le choix du blanc autour des photographies ? Est-ce pour respecter leur propre narrativité ?
Le livre comporte trois types de narration :
Mon texte d’introduction, et avant de dérouler la narration par les images, est placé le propre texte de mon père, un extrait de son journal qui décrit scientifiquement le processus de création de son potager et son activité quotidienne. Un texte auquel il a donné comme titre : «O, fortunatos agricolas (Trop heureux les hommes des champs – Virgile»)

Copyright Olivier Le Brun
 Je n’ai pas encore pu découvrir Jouer !. Est-il conçu de la même façon que Le Vieil homme et son potager ?
Il débute par l’enfance dans la magie de son imaginaire, et petit à petit intègre les adultes dans leurs jeux. Il souligne le caractère universel du jeu en mêlant les photographies prises au Nord et au Sud.
Le texte «Prière de jouer !» fait suite à la narration des photos.

Pourrait-on parler de « compilation » de moments de jeux captés au hasard de vos déambulations ? Avez-vous pris ces photographies avec déjà cette intention en tête ? Comment s’est opéré le choix ?
Là aussi il s’agit d’une cueillette spontanée, sans doute liée à la force de mon enfance qui continue à agir en moi, et qui fait résonner mon plaisir d’être témoin du mystère et de la puissance de l’imaginaire des enfants, de leur capacité de concentration et de leur aisance à s’abstraire dans le jeu. La pratique du jeu chez les adultes dans son infinie variété relève pour moi de la même impulsion vitale.

Comment avez-vous travaillé avec Delphine Vanhove qui a écrit le texte ?
Sollicitée pour sa participation littéraire à ce livre, Delphine m’a répondu oui sans hésitation. Ma proposition était qu’elle exprime très personnellement et librement ce que le jeu a représenté dans son enfance. Je lui ai montré et expliqué les photographies du livre afin
qu’elle en connaisse l’esprit. Elle m’a présenté un premier jet, qui amorçait son texte, afin de s’assurer que nous étions en phase. Je n’avais aucun doute là dessus. Nous avons eu quelques allers et retours de son texte, dans un climat de grande confiance et de compréhension mutuelle. La qualité de son investissement dans ce projet me touche d’autant plus que j’ai à mon tour des souvenirs de Delphine enfant jouant avec beaucoup de conviction avec ses frère, soeur, cousine …

Copyright Olivier Le Brun

Pourquoi ce point d’exclamation à la fin du titre ?
Le choix d’un titre résulte d’une longue cogitation. Je ne voulais pas reprendre l’une des nombreuses expressions (le jeu en vaut la chandelle, c’est pas du jeu, faites vos jeux, etc, …). J’ai pensé que «Jouer» tout simplement reflétait quasiment un état – une qualité des vivants (comme respirer). Je me suis ensuite totalement retrouvé dans la suggestion de mon éditrice Anne Leloup d’y ajouter le point d’exclamation qui libère de la sagesse de l’infinitif et qui apporte l’envie, le plaisir, l’énergie,  l’enthousiasme, tout un espace d’invention et de vitalité.

Qui sont les lecteurs de ces deux ouvrages ? Comment les imaginez-vous en train de les regarder ?
Je vois mes lecteurs dans tout le spectre des âges. Lecteurs et regardeurs du « Vieil Homme et son potager » projettent beaucoup leur vie familiale et leurs souvenirs, ils l’ont exprimé ainsi, avec une profonde émotion lors de l’exposition de Bercy. Ils y ont retrouvé une époque où le jardinage occupait une grosse partie du temps, une vie d’autrefois où l’on aidait un père, un grand-père, une grand-mère au potager … Les enfants d’aujourd’hui qui vivent le plus souvent en ville y voient le fruit direct et rare du travail de la terre. Les lecteurs de « Jouer ! » retrouvent sans doute avec étonnement et plaisir et peut-être une part de rêve leurs jeux d’enfant, les jeux de toujours, qui sont là comme une évidence et une humanité partagées d’un continent à l’autre.

Quel souvenir de lecture de votre enfance avez-vous ? Y-avait-il des photographies dedans ?
« L’Histoire de Babar, le petit éléphant » a bercé ma petite enfance. J’étais adopté par toute la famille : le roi Babar, la reine Céleste, Pom, Flore, Alexandre, Zéphir, Arthur, la vieille dame et Cornélius. Je vivais au Congo. Nous habitions dans une ferme en pleine brousse. J’étais interne chez les jésuites à Bukavu à 300 km, ne rentrant à la maison que pour les vacances. Je les ai passées à explorer la brousse environnante peuplée d’éléphants, de buffles et d’antilopes. Le livre de la jungle en vraie grandeur. Pas de BD à la maison à part les Tintin et les Exploits de Quick et Flupke . Autre source inépuisable d’images les grands livres de reproduction de peinture des Editions Skira dans lesquels je me plongeais pendant les vacances à la nuit tombée. Je me délectais de Gauguin et Picasso que j’ai pu admirer plus tard en retrouvant mon regard d’enfant. Vers 12 ans j’ai accompagné mon père en Uganda afin d’y trouver des pièces de rechange pour le tracteur. Lors d’une escale au guest-house de Mbarara durant le dîner mon père me dit : « Regarde bien cet homme avec sa barbe blanche accoudé au bar, tu entendras beaucoup parler de lui, c’est un grand écrivain, il s’appelle Ernest Hemingway ». Plus tard je me suis plongé dans « Le vieil homme et la mer », une sorte de prélude à mon livre « Le vieil homme et son potager ».
A l’âge de 15 ans le roman de Joseph Conrad « La ligne d’ombre » a été mon déclic de lecteur. Pas de photographies mais des images imaginées à n’en plus finir. A cet âge je me suis passionné pour le cinéma au point de regarder 6 fois « Le voleur de bicyclette » de Vittorio De Sica au cours d’un week end de ciné-club. Mon intérêt pour la photographie est dérivé de cette passion. »
Merci Olivier Le Brun ! https://www.olivier-lebrun.com/

Copyright Olivier Le Brun

Anne Leloup, éditrice, a accepté de répondre à nos questions à son tour.

Bonjour aux éditions Esperluète, merci d’accueillir Miniphlit. Parlez-nous de votre maison : Où est-elle basée ? Depuis quand existe-t-elle ? A quels lecteurs vous adressez-vous ?

Esperluète est une maison d’éditions basée en Belgique, à Noville-sur-Mehaigne, qui existe depuis 1994. Nous nous adressons aussi bien aux enfants qu’aux adultes.

Quelle est la place de la photographie dans votre ligne éditoriale ? Combien d’ouvrages utilisant ce médium avez-vous conçus ? Sont-ils rangés dans une collection particulière ?

Nous en publions depuis le début de la maison d’éditions. Une bonne dizaine d’ouvrages, je pense. La place de la photographie est la même que pour d’autre médium comme par exemple la gravure ou même le dessin. Nous publions des livres qui associent textes et images. A ce titre, les images peuvent très bien être des photos, si leur contenu fait sens par rapport au texte qu’elles accompagnent. A ce titre, ces livres sont publiés dans les collections littéraires des éditions.

C’est récemment que la collection L’œil voyage a vu le jour. Elle permet de compléter ce rapport narratif à la photographie en proposant des livres où le texte s’efface au profit de l’image tout en gardant sa place et en proposant une forme de « voyage » narratif en images.

Avez-vous eu des réticences en vous lançant dans l’aventure du livre photo-illustré ? Pourquoi n’avez-vous « que » ces deux ouvrages ? Sentez-vous les photographes réticents à vous envoyer leurs projets ?

Non, pourquoi ?

Comment est venue la collaboration avec Olivier Le Brun ?

C’est via un ami commun qu’Olivier est venu vers moi avec son projet. J’ai tout de suite aimé la manière dont il associe les photographies qu’il a prise tout au long de sa carrière. Les croisements qu’il fait entre les époques et les lieux. C’est à la fois un voyage dans le temps et l’espace, d’une très grande liberté.

Est-ce que Le Vieil homme et son potager est un livre pour enfant ?

C’est un livre pour intergénérationnel par son sujet et il est accessible à tous. (je n’aime pas trop classé les livres – par genre, par âges, etc)

Pourquoi avoir choisi de ne pas faire cohabiter mots et photographies dans le même espace de la double-page ?

Parce que le texte n’est pas une légende, et que dans ce titre-là, les images ont leur force narrative propre.

Pourquoi avoir choisi de rendre ce livre bilingue ?

Parce que l’origine de ce livre a vu le jour au Canada anglophone et que cela permet de l’ouvrir à ce lectorat.

Parlons de Jouer ! Est-on spectateur ou lecteur dans ce nouvel ouvrage ? A qui s’adresse-t-Il ?

A tous, petit ou grand lecteur-spectateur. Je ne fais pas bien la distinction entre les deux… on parle de lire des images et de regarder un livre, donc, on est tout à la fois lecteur et spectateur. Dans le cas de Jouer !, j’espère que le lecteur sera aussi acteur, joueur,… ce n’est pas un livre qui invite à la passivité…

 Pour découvrir les livres de la maison d’édition https://www.esperluete.be/

Dimanche, 5/12
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Entretien avec Sarah Moon

L’exposition « Passé-présent » dédiée à l’œuvre de la photographe Sarah Moon se tient au Musée d’Arts Modernes de la ville de Paris depuis le 18 septembre 2020 et jusqu’au 10 janvier 2021.  

Imaginée par l’artiste, elle fait dialoguer ses films, photographies et livres et offre au visiteur l’occasion de redécouvrir un univers dans lequel les images racontent et re-content des histoires, accueillent des personnages et s’animent. Sarah Moon a accepté de répondre à mes questions et c’est à lire sur le site des Littératures : Modes d’emploi http://www.litteraturesmodesdemploi.org/entretien/sarah-moon-au-musee-dart-moderne-paris-entretien-avec-lartiste/

Jouer est un métier. Rencontre avec Martine Camillieri

Miniphlit poursuit ses rencontres avec les artistes qui font la photolittérature de jeunesse d’aujourd’hui. 

C’est à pas de loup que s’est faite la rencontre avec Martine Camillieri. L’une a frappé à la fenêtre de l’autre et la discussion qui s’est engagée autour de la poétisation du banal a débouché sur la découverte de nos univers respectifs. Une belle rencontre et l’occasion de prouver  que « jouer » peut devenir un métier.

Bonjour Martine Camillieri, et merci d’accueillir Miniphlit !

Merci Laurence et Miniphlit de vous pencher sur mon travail.
Le jour de ma communion privée j’ai reçu un appareil de photo, un Brownie-flash, j’ai photographié les gens  autour de moi… tous ont été flous. Alors je me suis mise à photographier mes jouets préférés au grand
désespoir de mes parents, pour eux c’était sans intérêt et de l’argent gâché. Là s’est arrêtée net ma jeune carrière de photographe et je suis retournée au dessin que j’affectionnais tant.

Quel est votre métier ?

Je suis auteure-plasticienne et scénographe. J’ai quitté le monde de la publicité en 2000 pour une deuxième vie avec moins de consommation et je suis devenue (par repentir ?) auteure-plasticienne, une artiste engagée ne produisant pas d’œuvre. Depuis 2004, j’expose dans des galeries et des centres d’art des Temples ou Autels, des installations, monumentales jusqu’à l’écœurement, devant lesquels j’invite le public à réfléchir sur l’écologie, la biodiversité, le comestible… Mes œuvres sont éphémères, réalisées à partir d’objets de consommation courante empilés, rien n’est troué, vissé ou altéré, tout peut revenir à sa fonction initiale, c’est ce que j’ai appelé le nomadisme des utilités. Partant de ce principe que de multiplier les fonctions des objets permettait de réduire leur nombre, je me suis donné cette petite mission qui est de militer pour limiter l’objet sur terre. J’ai alors travaillé à mes manuels d’écologie ludique, de création éphémère, biodégradable ou recyclable sans souci de l’esthétiquement correct.

J’ai d’abord commencé à publier pour les grands enfants, des jeunes trentenaires ayant du mal à se séparer de leurs jouets iconiques préférés. Dans Jouets détournés : Sophie la girafe devient momentanément un klaxon de bicyclette, Ken planté dans un vase est un soliflore, une dînette habille un abat-jour… Tout est temporaire et
aura évité certains achats fonctionnels ou décoratifs, tout peut revenir à l’état de jouet pour être transmis à de vrais enfants ! Dans Tables éphémères des verres retournés sont des bougeoirs chics, des saladiers même moches peuvent s’empiler en fontaine à dragées un jour de mariage ! Ces livres, à l’opposé de ceux du rayon des loisirs créatifs, étaient, sont toujours, des petits manifestes de déconsommation bienheureuse. La suite de mon travail artistique en petit format.

https://www.martinecamillieri.com/edition/jouets.php

Comment est née votre collaboration avec les éditions De l’Epure ? et celle avec le Seuil ? Sur votre site, je découvre des livres pour enfants très variés. Pourriez-vous nous les présenter ?

Sabine Bucquet-Grenet des éditions de l’Épure aimait beaucoup mon travail artistique mais n’était pas un éditeur jeunesse, j’ai imaginé pour elle : Je sais cuisiner pour mes doudous, adressé aux enfants par un système de double lecture, un gros livre familial ( 312 pages) sur l’apprentissage du goût par la présentation de micro-quantités.

Les adultes racontent le calendrier de la vie, les fêtes, les saisons et leurs aliments, les petits (accompagné par les grands) cuisinent des micro-nourritures pour leurs doudous. Et si c’est bon pour leur doudou… c’est donc bon pour eux ! C’est là que j’ai commencé à personnifier les jouets, ils prennent la parole, commentent les textes, cuisinent et sont attablés devant de vraies nourritures à leur échelle ce qui les rends réels. Mes Minus sont apparus.

Je suis devenue auteure jeunesse après une belle rencontre avec Le Seuil, sensible à ces Minus en plastique qui avaient l’air si vivant, qui travaillaient ou boulottaient avec gourmandise et pouvaient vivre indépendamment du texte avec leurs dialogues personnels pour des très jeunes enfants. Et la publication des contes a commencé : des détournements d’histoire (plutôt des angles de vue différents), réalisés aves des objets détournés. D’abord Les très petits cochons, parce que cela a été ma première émotion littéraire, ensuite La princesse au si petit pois, un prince errant en montgolfière bricolée avec des tasses de dînettes, qui part à la rencontre de toutes sortes de princesses, harpies, géantes, absentes ou sorcières… Puis Le vraiment trop petit Poucet qui dort dans un pauvre frigo vide, subtilise les Crocs de l’ogre (parfaites chaussures monstrueuses d’un croqueur d’enfants) afin de les transformer en barques pour sauver sa fratrie.

https://www.martinecamillieri.com/edition/petits-cochons.php

https://www.martinecamillieri.com/edition/princesse-petit-pois.php

https://www.martinecamillieri.com/edition/petits-bricolages.php

Les instituteurs-trices avaient déjà souvent travaillé à partir de mes livres dans lesquels on créait à partir de rien, avec mes albums jeunesse les écoles ont réalisé des installations, leur ville parfois… ou des films en stopmotion. Alors j’ai décidé de faire Le gros livre des petits bricolages (224 pages), un catalogue de petites choses essentielles à fabriquer (sans scie, perceuse ou clou pointus) pour servir de décors à des histoires.

Beaucoup de ces installations de mondes minuscules ont donné lieu à des expositions : Musée en Herbe, Bonton, Design week de Milan, Artazart, Le lieu Unique à Nantes, Centre Pompidou, Maison des arts, Musée de la mode et du Design, dans des librairies et médiathèques. « Tu vois, jouer ça peut devenir un métier !  » a dit un petit garçon à son père lors d’une de mes expositions.

Sous quelle grande rubrique de la littérature jeunesse je peux les classer ? Livre pour faire, contes, romans, livre de recettes…

Mes livres sont pour faire et destinés à faire de futurs adultes heureux.
Ils sont tous des livres d’apprentissage de la vie qui racontent les saisons, la cuisine et la nature comme un roman, et livrent des minuscules recettes pour se fabriquer un quotidien amusant. Je ne prends pas la parole dans mes livres, ce sont des jouets qui expliquent tout aux enfants, qui fabriquent, cuisinent ou jardinent. Aux enfants de choisir : lire l’histoire des ces petits personnages ou travailler avec eux.
Je montre ces minuscules mises en scènes faciles à faire à partir d’objets du quotidien des enfants, pour leur donner envie, plutôt que d’acheter de nouveaux jouets, de bricoler leurs propres histoires.

D’où viennent les idées ?

Tout tourne toujours autour de la nature, la cuisine, l’écologie…
En mai 2021 il y aura Le gros livre des petits jardinages. Jardins des villes et jardins des champs pour être accessible à tout le monde ! Ce livre racontera aussi les ânes, les oiseaux, les insectes…
En mars 2021 sortira Mais où sont mes doudous ? Un imagier pour Nathan, un réel très réaliste pour apprendre les choses de la vraie vie mais à l’échelle des jouets.
En ce moment je travaille sur l’album de La toute petite sirène dont le château est un vrai dépotoir, elle va inviter son prince, pas encore très écolo, à ratisser avec elle le fond des mers !
Je suis aussi à la recherche un éditeur qui voudrait publier un livre sur 12 jardins d’artistes en herbes. Des petites scénographies végétales à partir d’épluchures ou de patates germées ! Pour toujours manipuler les
déchets, voir ce qu’on peut en faire avant de les jeter. D’après une exposition-expérimentale pour les enfants que j’ai réalisée dans un centre d’art contemporain, La Maison des Arts à Malakoff.

Comment travaillez-vous à l’élaboration de vos ouvrages ? D’abord les mots ? Ensuite la recherche des personnages ? Puis le choix des mises en scène ? Les repérages de décor ? Ou bien est-ce la trouvaille d’une
figurine qui enclenche les histoires ?

Un peu tout en même temps, je suis très brouillon. Je fais des grands paniers avec des objets qui pourraient correspondre a des familles d’histoire, j’écris des notes, je fais bouts de story-boards. Puis je fais un casting pour mes héros. Je choisis une saison pour donner une direction de lumière à mon histoire. Ensuite je commence les photos et en fonction des objets que j’ai ou je n’ai pas, l’histoire se crée…
Mais parfois tout part d’un jouet, mes très petits cochons aux yeux bridés sont nés d’une trouvaille dans le quartier chinois, l’année du cochon !

Travaillez-vous seule ?

Oui et heureusement parce que je mets parfois deux ans pour fabriquer mes livres ! Chacun de mes contes est photographié avec sa lumière naturelle de saison, celle d’été pour l’histoire joyeuse des cochons, d’automne pour le trop petit poucet, de printemps pour le petit pois… Je voulais que ma princesse habite dans un cerisier dont les fleurs commençaient juste à sortir, pendant deux jours il y a eu de violents orages et j’ai n’ai eu plus qu’une bouillie marronnasse !… Il a fallu décaler la sortie à l’année suivante, heureusement mes éditeurs attendent que je sois prête pour décider d’une date de publication.

Où travaillez-vous ?

C’est la maison d’un enfant ? a demandé une petite fille, visitant mon atelier. À la campagne, j’ai un mini atelier qui ne me sert qu’a ce travail d’édition, il est bourré de jouets classés dans des caisses ou en installations sur des étagères. Je fais mes prises de vue sur une simple table : un fond blanc à coté d’une fenêtre, ou en extérieur, dans le jardin, près de la rivière, dans le sous-bois… mais jamais très loin ni dans des endroits trop particuliers qui pourraient sortir de cette banalité que je maintiens à tous les niveaux de mon travail…

Comment imaginez-vous vos lecteurs enfants devant vos livres ?

Mes livres s’adressent aux tout petits, ceux qui aiment encore observer les grands troupeaux de fourmis !
J’adore voir leurs petits doigts pointés sur mes images quand ils ont repéré un emballage de petits suisses détourné en vaisselier, un canapé-éponge, un bouchon de lait-lavabo… une petite chose que ne voient pas les adultes. Le petit bout de la pâquerette !

 

Vous ouvrages pour enfants appartiennent à ce qui s’appelle désormais la photolittérature pour la jeunesse. Aviez-vous en tête des modèles dans ce domaine ?

Pour moi William Wegman et Man Ray… son premier chien ! Le sens de l’humour allié à celui de l’esthétisme.
Jean Lecointre pour sa pharamineuse et insolente imagination. Sinon peu, j’ai découvert sur votre site Miniphlit cet album de Tomi Ungerer que je vais essayer de consulter.


Quel est votre souvenir de lecture d’enfance ?

Un album du Père Castor magnifiquement illustré par Gerda Muller (je l’ai su après). Ces trois petits cochons bâtisseurs me fascinaient, les images étaient des sortes de focus et le procédé de fabrication des deux premières maisons à partir d’une armature en branchages me paraissait lumineux. Par contre je ne trouvais pas ça idiot de construire une maison en paille. Des paillottes j’en avais plein autour de moi. J’habitais au Viet Nam… et des loups, il n’y en avait pas !

Pour découvrir le site de Martine Camillieri : https://www.martinecamillieri.com/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

11 Novembre : Petit Soldat et Maurice Genevoix

Petit soldat, Pierre-Jacques Ober et Jules Ober, histoire et mise en scène de Pierre-Jacques Ober ; images de Jules Ober ; effets visuels numériques additionnels de Felicity Coonan , 1 vol. (95 p.) : ill. en coul. ; 23 x 29 cm , Paris : Seuil jeunesse, 2018

Pour parler de la Grande Guerre, redécouvrons Petit Soldat et l’interview de son auteur, Pierre-Jacques Ober : https://miniphlit.hypotheses.org/2919

Et puisque l’écrivain Maurice Genevoix entre au Panthéon, n’oublions pas sa collaboration avec Ergy Landau : https://miniphlit.hypotheses.org/732

Clic Clac





Clic Clac, Ou qu’est-ce que c’est ?, Tomi Ungerer, L’Ecole des Loisirs, 140 pages

ou Qu’est- ce que c’est ?

« Clic Clac » :  Le titre de l’ouvrage évoque immanquablement l’univers de la photographie et le bruit des vieux appareils Kodak. 

Dans la longue bibliographie de l’artiste Tomi Ungerer, on découvre ce  Clic-Clac, ou qu’est-ce que c’est ?, un ouvrage de 140 pages, vides de mots mais pleines de dessins-collages-photographies qui font jaillir les questions et les réactions.

« Livre de formation, livre de transformation », « leçon de créativité », « soyons sérieux : jouons » écrit l’éditeur en quatrième de la couverture cartonnée.

Tomi Ungerer prélève des extraits du réel, découpe dans des photographies, les prolonge par un trait de crayon. Il crée un mille-pattes saucisse, une paire de ciseaux à œil, un chien à tête de soulier. Découpage, graphisme, substitution … une cartouchière accueille désormais des tubes de rouge à lèvre, une grosse brioche est bien plus moelleuse qu’un édredon, un capot de voiture accueille désormais un coffre à bijoux… Et si les phares des voitures étaient vraiment des yeux  ?

 


A la manière des surréalismes, il propose de voir  autrement le monde qui nous entoure avec loufoquerie, humour et parfois gravité. Ces créations surprennent,  dérangent parfois, donnent vie à notre imaginaire. Elles font surtout réagir et peut-être agir, en tendant des invitations pour s’emparer à notre tour des ciseaux et crayons.  

«Si j’ai conçu des livres d’enfants, c’était d’une part pour amuser l’enfant que je suis, et d’autre part pour choquer, pour faire sauter à la dynamique (sic) les tabous, mettre les normes à l’envers: brigands et ogres convertis, animaux de réputation contestable réhabilités… Ce sont des livres subversifs, néanmoins positifs » écrivait Tomi Ungerer.  Soyons sérieux ,  jouons.

https://www.ecoledesloisirs.fr/sites/default/files/auteurs_pdf/ungerer.pdf

Jouer avec la réalité, entretien avec Jean Lecointre

Jean Lecointre scanne des photographies, pas uniquement publicitaires (vieux magazines, livres, catalogues etc), et réalise ensuite ses photomontages (découpage et assemblage, puis colorisation) numériquement avec un logiciel de retouche d’images. Ses images finales existent uniquement en numérique. Il n’a pas d’original.

Deux images collées assemblées créent une nouvelle histoire, des êtres hybrides qui questionnent, intriguent attisent la curiosité du jeune lecteur, qui sourit à la vue de cette poule gonflée à l’hélium dans Bazar Bizarre (Thierry Magnier), s’étonne face à cette transposition des  aventures d’un des personnages les plus célèbres de la mythologie grecque dans L’Odyssée d’Outis (Thierry Magnier), s’interroge lorsque l’artiste se penche sur la naissance de la première encyclopédie destinée à répertorier toutes les choses du monde dans l’Invention du dictionnaire (Les Fourmis rouges)… Les êtres hybrides nés de la rencontre entre deux citations de la réalité créent l’hilarité… ou le cauchemar…et illustrent notre petit théâtre intérieur.

Quelle est la part de hasard ? ou de contrôle ? Rencontre :

Cher Jean Lecointre, merci d’accueillir Miniphlit, d’abord ! 

Merci à Miniphlit de s’intéresser à mon travail !


Quelle place tient la photographie dans votre vie ? Et particulièrement dans votre univers créatif ? 

J’ai assisté, enfant, aux développements et tirages de photographies argentiques dans la salle de bain familiale transformée en laboratoire. La lumière rouge et les bains tièdes,  les yeux blancs et les dents noires des gens sur les négatifs, l’image qui apparaît, ce fut une véritable et authentique révélation !

Dans mon travail de photomontage, je joue sur le rapport qu’entretient la photographie avec la réalité. 
La photographie m’impressionne, elle m’impose une distance qui me permet de pouvoir rester spectateur, d’être surpris par les images que je compose. Mes références viennent plus du cinéma que de la photographie. Certaines de mes images pourraient être extraites de films. 

C’est la forme photographique qui me semble la plus proche d’une représentation des rêves. Par rapport aux représentations qu’ont pu faire les surréalistes ( et mis à part le cinéma), je trouve que c’est le réalisme photographique qui est le plus proche de l’apparence de réalité que peut revêtir un rêve.

Est-ce que vous vous inscrivez dans la filiation des artistes des années 30 qui recomposent le monde et le donnent à voir autrement ? je pense à Hannah Höch et son « Bildebuch ». 

J’ai découvert assez tard le travail de Hannah Höch, et je ne me sens pas vraiment dans cette filiation. 
J’ai plus l’impression de tordre la réalité du monde que de le recomposer. J’ai besoin de garder une base de vraisemblance et de familiarité dans mes représentations pour pouvoir provoquer un étonnement. J’ai été très impressionné par la découverte de surréalistes comme Dali, Magritte et Bunuel. 

Est-ce que vos livres pour enfants sont une invitation tendue à jouer avec la réalité ?
 

Oui, j’ai envie de jouer avec certaines conventions qui entourent la notion de réalité. J’essaie de créer une confusion, un jeu de ping-pong entre l’œil et la logique. Dans les histoires aussi, je pars de certains clichés qu’on croit vrai pour déraper vers des situations absurdes.


Voyez-vous le livre comme un espace de jeu ? un théâtre pour développer votre imaginaire et celui de vos plus jeunes lecteurs ?

Je travaille un peu comme un marionnettiste. La technique de photomontage que j’utilise n’offre aucune souplesse aux personnages. Ils sont figés dans quelques pauses élémentaires, comme des marionnettes. 

Pour commencer la narration,  j’ai besoin de leur créer un décor et de les disposer ensemble à l’intérieur. L’histoire progresse alors un peu comme on a pu, enfant, imaginer des aventures avec des figurines dans des châteaux de sable.

Quelle place a le mot dans vos livres ? 

J’aime la sensation d’avoir mis le bon mot sur la bonne image, c’est encore une forme de collage. Mais généralement,  quand j’écris une histoire, le mot prend trop de place, je voudrais pouvoir m’exprimer au maximum par l’image. 

Vous est-il arrivé de créer à partir des mots des autres et quelle est votre espace de liberté ? 

J’ai illustré un texte de Frédéric Marais : « L’invention du dictionnaire » paru aux éditions « Les fourmis Rouges ». 
Il avait écrit cette histoire en pensant me la proposer, il m’y offrait tout l’espace de liberté dont j’avais besoin. 
Travailler sur les mots d’un autres m’apaise énormément car je doute beaucoup des miens.

Comment imaginez-vous vos lecteurs en train de lire vos livres ? Les lisent-ils d’ailleurs ou sont-ils spectateurs ? 

Je les imagine d’abord spectateurs, la lecture vient dans un deuxième temps. Je veux créer chez eux un étonnement, qu’il soient intrigués et aient envie d’en savoir plus. C’est comme ça que j’ai découvert les livres illustrés et j’ai un très bon souvenir de la part d’énigme à résoudre, quand on est intrigué par une situation mais qu’on ne sait pas lire.

Quel est votre souvenir de lecture enfantine ? 


Les Malices de Plick et Plock, un très vieux livre illustré par Christophe, l’auteur du Sapeur Camembert et de La Famille Fenouillard. 
Plick et Plock sont deux lutins à l’apparence de vieillards espiègles. Ils ne sont pas très disciplinés, il leur arrive donc les pires mésaventures. 
Ils se font écraser, empaler, découper, tuméfier, exploser, mais s’en sortent toujours car ils sont immortels. 
Le dessin en noir et blanc est assez réaliste,  certaines scènes sont encore extrêmement éprouvantes, un peu comme dans le film « Un Chien Andalou ». Le mélange de sensations que j’éprouvais à le contempler (je ne savais pas lire) reste tout de même un bon souvenir.

Mille mercis !

Pour retrouver le travail de Jean Lecointre c’est ici https://jeanlecointre.com

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Passe-Présent, Sarah Moon ou l’ art de tisser des liens

Pour Littératures Modes d’Emploi, j’ai interviewé Fanny Schulmann, commissaire de l’exposition Sarah Moon au MAM de Paris, et j’en ai profité pour lui demandé si l’exposition accorde une place aux livres de la photographe. C’est à lire ici  : http://www.litteraturesmodesdemploi.org/entretien/passepresentoulartdetisserdesliens/?fbclid=IwAR0RSNn8WVSwaXmVLwk05aH8lPNx2IWsTICllFIiGKv-j60d89SpDsZWfqA

 

Les natures mortes bavardes de Maria Jalibert

Miniphlit poursuit ses entretiens avec celles et ceux qui font la photolittérature pour la jeunesse. Aujourd’hui nous recevons Maria Jalibert, l’occasion de l’interroger sur la conception de ses mises en scène joyeuses et colorées qui invitent le lecteur à s’attarder, à chercher et à identifier  de petits détails à chaque nouvelle page.

Bonjour Maria Jalibert, merci d’accueillir Miniphlit !

Bonjour Miniphlit, je suis ravie de faire votre connaissance !

Illustratrice ? autrice ? illustratrice-autrice ? Qu’inscrivez-vous en tête de votre CV ?

Pour moi les deux sont indissociables alors j’inscris autrice-illustratrice de livres pour enfants car j’aime envisager mes projets dans leur globalité. Je fais des aller-retours constants entre texte et image, l’un me fait rebondir sur l’autre et inversement. Mais cela ne m’empêche pas de proposer mes « mots » à d’autres illustrateurs, comme pour mon dernier album PETIT, publié chez Didier Jeunesse, dont Cécile Bonbon a réalisé les illustrations.

Quel rôle joue donc la photographie dans vos créations ?

Un rôle indispensable dans ma pratique artistique en volume, que ce soit avec des jouets, des objets ou d’autres matériaux. La photographie fixe mes installations et petites scènes qui ne sont fabriquées que pour le temps de la photo. Une fois la photo prise, je les démonte et récupère les objets pour les réutiliser dans d’autres projets.

Dîtes-moi, qui sont vos lecteurs et comment les imaginez-vous en train de lire vos livres ?

J’aime bien imaginer mes lecteurs en train de rire ou de sourire lorsqu’ils lisent mes albums.

Petits et grands, mes lecteurs sont de tous âges. Des enfants bien sûr, en grande majorité, mais pas que. Lors des salons du livres, qui sont de formidables lieux de rencontres avec les lecteurs,  je vois passer des amateurs d’art, des collectionneurs de jouets, des collectionneurs d’albums (abécédaire ou cherche et trouve), des professionnels de la petite enfance, enseignants, orthophonistes pour qui mes albums sont des outils…

Comment qualifieriez-vous vos créations : natures mortes, tableaux photographiques ?

Je dirais : natures mortes qui racontent des histoires.

Où réalisez-vous vos prises de vue ? en plein air ? dans un atelier ?

La plupart du temps cela passe dans mon atelier, un ancien transformateur électrique dont j’occupe le rez-de-chaussée mais qui est, hélas, bien trop petit. Une grande partie de mon mobilier est sur roulettes et je module mon espace en fonction de la taille de la scènette que je photographie. Dernièrement, le confinement, qui nous a tous arrêté en plein vol, m’a amené à sortir de mon atelier et à photographier à l’extérieur, dans mon jardin, ce que je ne faisais pas jusqu’alors. Je me suis attachée à l’explorer comme je ne l’avais jamais fait. Il est devenu le théâtre et le décor de petites installations et de photographie. Cela m’a ouvert de nouvelles perspectives de narration qui donneront naissance, je l’espère, à de futurs albums.

Combien de temps passez-vous à réaliser ces « assemblages » ?

C’est très variable. Cela peut aller d’une heure, à un jour, à une semaine, parfois un mois. Notamment pour mon dernier album Cherche-et-trouve qui vient de sortir aux éditions A Pas de Loups et dans lequel chaque illustration de double-page mesure 1m. Il y a eu plusieurs phases d’essais, de recherches, de premières compositions, de montage, de démontage des jouets et enfin de collage lorsque les illustrations étaient définitives. Avec bien sûr, un travail photographique à chacune de ces étapes.

Mais où trouvez-vous donc ces objets ?

J’ai commencé à travailler en récupérant les jouets de mes enfants qui, ayant grandi, ne les utilisaient plus, puis j’ai acheté quelques lots sur internet. Depuis plusieurs années je visite régulièrement Emmaüs où je déniche l’essentiel des objets qui servent à mon travail artistique. La « quête » des jouets est une partie importante de mon travail, ce sont comme des petites chasses au trésor qui nourrissent mon inspiration. J’en ramène le terreau dans lequel vont pousser mes futurs projets.

Quelle technique artistique préférez-vous pour vos créations ?

Je n’ai pas vraiment de préférence. Que ce soit le travail photographique avec les jouets, le découpage-collage ou le dessin j’aime passer de l’une à l’autre de ces techniques en fonction de ce que je veux raconter. Souvent l’une « me repose » de l’autre. Je l’oublie pour y revenir avec encore plus de plaisir.

Quel est votre meilleur souvenir de lecture en tant qu’enfant ?

J’en ai tellement…

Les Belles Histoires de Pomme d’Api avec lesquelles j’ai appris à lire. Les J’aime Lire ensuite que j’ai dévoré et qu’on se disputait avec mes frères et soeurs. Les livres de Roald Dahl, de Maurice Sendak, ceux dArnold Lobel (formidable Porculus…), de Philippe Dumas, Tomi Ungerer.

Beaucoup de livres ont accompagnés mon enfance, c’est une chance, il y avait une belle bibliothèque à la maison. C’est là que j’ai puisé l’envie de faire des livres à mon tour.

Comment travaillez-vous avec les mots des autres ? 

De mieux en mieux. Le jouet est un matériau fascinant et inépuisable mais parfois difficile à dompter en matière de narration. Je n’ai pas la liberté d’expression ni la souplesse que l’on peut avoir en dessinant. Mais, au fond, c’est ce qui m’intéresse. Chaque illustration que l’on me commande est un petit défi que je me plait à relever en utilisant et détournant des objets ou matériaux, en trouvant des solutions pour arriver à représenter le plus finement possible ce que je veux dire.

Je vous embête un peu : est-ce que tout ce plastique est encore « tendance » ?

Mais oui, plus que jamais. Je récupère, je transforme, je recycle et je donne une deuxième vie à tous ces petits objets oubliés qui servent plusieurs fois puisque je ne garde que très peu de mes installations.

Et pour découvrir le site de Maria Jalibert, c’est ici : http://mariajalibert.com/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Photolittérature pour la jeunesse

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search