ERGY LANDAU A LIVRES OUVERTS

Ergy Landau à livres ouverts

L’exposition qui redonne vie à la grande photographe des années 30-50 est enfin en ligne. Elle est visible sur le site de littératuresmodesd’emploi.

Membre fondateur de l’agence photographique Rapho en 1933 mais aujourd’hui méconnue, Ergy Landau (1896-1967) fait partie de cette diaspora hongroise dont sont issues certaines des principales figures de la photographie du XXe siècle (André Kertesz et László Moholy-Nagy, entre autres). Côtoyant Brassaï, proche de Nora Dumas et d’Ylla, elle appartient à cette génération de femmes artistes qui ont fait l’histoire de la photographie et de ses rapports avec l’univers de l’imprimé.

Ergy Landau à livres ouverts : un tel titre signe un parti pris. Il met l’accent sur un mode de diffusion de la photographie que les expositions consacrées à des photographes minorent encore trop souvent, alors même que l’imprimé – revues, magazines, livres… – constitue l’un des principaux vecteurs de diffusion de la photographie.

Issue des archives personnelles de la photographe, ainsi que les principales publications auxquelles Ergy Landau a contribué, cette exposition dévoile diverses facettes de sa relation avec la littérature, plus particulièrement avec le livre et les publications imprimées.

Qu’il s’agisse d’illustrer des articles de magazines, de concevoir des livres pour enfants, de contribuer à des portraits de pays ou de photographier des écrivains, une part conséquente du travail de la photographe s’est constituée en dialogue avec les textes d’écrivains. Ergy Landau à livres ouverts vise à faire redécouvrir cette œuvre en documentant et en donnant à voir ce versant décisif de son travail.

Inventaire des archives
Laurence le Guen

Commissariat
Laurence Le Guen (Université Rennes II – Phlit), Andrea Oberhuber (Université de Montréal – Projet CRSH) & David Martens (Université de Louvain – MDRN & RIMELL)

Web design de l’exposition
Vincent Maillard

Conseiller muséographique
Sofiane Laghouati (Musée royal de Mariemont/UCL)

Cette exposition a bénéficié du soutien des RIMELL, du groupe MDRN de l’Université de Louvain, du CRSH (Canada) et de Phlit. Répertoire de photolittérature ancienne et moderne.

http://ergy-landau.litteraturesmodesdemploi.org/

Deux Petits Ours dans la RLPE !

Un grand merci à Catherine Bonhomme et Elisabeth Lortic pour ce très long et bel article dans La Revue des Livres pour enfants de cet été, article que j’insère  ici avec leur autorisation. 

Je me permets juste une précision. Les éditions MeMo ont pris appui sur l’oeuvre originelle pour réaliser cette grande réédition, à savoir le livre publié aux Etats-Unis, avec le seul texte écrit par Ylla au cours de sa carrière.

Ses archives témoignent de son insatisfaction à l’égard de sa propre écriture, mais également à l’égard des textes écrits pour ses livres, par d’autres. Un seul auteur avait grâce à ses yeux : Jacques Prévert.

Kodak Girl

Sur la couverture dessinée de cet ouvrage publié en 1900, à Boston, deux fillettes jouent au photographe-amateur. Depuis 1890, la firme Kodak a ancré sa campagne publicitaire autour de la femme moderne,  en mesure désormais d’immortaliser seule les moments de bonheur familial grâce à ce nouvel appareil, plus petit, plus léger, qui libère aussi des contraintes de posséder un matériel pour développer les clichés, puisqu’elle s’en charge..  Les femmes ne sont désormais plus des sujets, mais des photographes.

Emma Cockrell Baldwin y trouve là un moyen d’illustrer avec ses propres photographies, l’histoire qu’elle imagine pour les enfants. 41 photographies mettant en scène  deux fillettes, leurs amis, leurs jouets et leurs animaux ou bien encore des clichés de paysage, accompagnent le récit. Elles sont toutes légendées, avec renvoi à la page.

Kodak a libéré la femme et sans conteste accéléré la production de photolittéraire pour enfants !

 

L’Art photographique révélé aux enfants

Quelques éditeurs se sont fixés la mission de faire découvrir l’ Art de la photographie aux plus jeunes, en éditant des compilations de photographies réalisées par des photographes célèbres.

La collection Révélateur, éditée dans les années 1990 par l’Atelier des enfants du Centre Pompidou, propose aux enfants un « premier regard sur la photographie », en regroupant dans un ouvrage-un portfolio ; l’idée même d’insérer photographies et textes dans ce format d’ouvrage est déjà un parti pris artistique-19 photographies de « grands maîtres », parmi lesquels Brassaï, Boubat, Koudelka, Kertesz, en noir et blanc ou en couleur, classées par thématique : feuilles et feuillages, murs et fenêtres, l’eau, etc…

Ces clichés sont accompagnés d’extraits de textes de la Littérature, choisis pour la thématique commune qu’ils abordent et qui sont censés dialoguer avec les images. Ces écrits fonctionnent en fait comme des « suppléments d’Art » donnés aux images photographiques avec les signatures de Borges, Breton, Char, Platon…

En 1995 Gabriel Bauret et Grégoire Solotareff propose Album, édité par L’École des Loisirs, un imagier, recueil de photographies de maîtres, en couleur ou en noir et blanc, accompagnées d’un mot. L’idée est de retenir des photographies d’artistes « qui désignent quelque chose de concret »  et de « choisir des mots du vocabulaire courant, pas trop éloigné de l’univers des enfants », selon les auteurs eux-mêmes.

Dans le même genre, en 2006, Marie Houblon publie, chez Tourbillon, Mais …que font-ils, un recueil de 150 photographies puisées dans le fonds de l’agence Magnum (signées Henri Cartier-Bresson, Raymond Depardon, Josef Koudelka…) accompagnées de mots. Il est question par l’image et les mots de répondre à la question du titre : « Mais que font tous ces personnages ? Ils dansent, ils attendent, ils jouent… ils vivent ».

Dans ces ouvrages, les mots qui accompagnent les photographies se focalisent sur un détail de l’image, orientent sa lecture. Le lecteur conserve toutefois toute la liberté de s’en échapper pour fixer son œil sur d’autres éléments, laisser parler son imaginaire.

Au final, rien, dans ces ouvrages, n’est dit de la technique, du courant dans lequel s’inscrivent ces photographies, de leur spécificité, de la place de l’artiste, de ses choix…Il s’agit de proposer à l’enfant de belles images et de les faire parler.

Deux questions se posent : est-ce que ces ouvrages constituent réellement de « véritables approches de l’ Art photographique » comme le proclame l’éditeur de Mais …que font-ils ? Est-ce que ces compilations d’œuvres des « maîtres de la photographie » peuvent être envisagées comme des « mises en bouche » pour aller plus loin dans la découverte de l’ Art des photographes ?

 

« Sac à Tout de Séverine, récit-photo pour enfants en 1903 », dans la revue « Contemporary French Civilization »

https://online.liverpooluniversitypress.co.uk/doi/abs/10.3828/cfc.2018.14

« En 1898, le journal Le Mercure de France présente les résultats d’une enquête sur le livre illustré par la photographie. Sollicitée, Séverine répondra: “Je suis contre, et de toutes mes forces; c’est horrible!” (Ibels 114). Cinq années plus tard paraît chez l’éditeur Félix Juven, à Paris, Sac à Tout, un livre pour enfants illustré de photographies, signé Séverine. Cet article se propose d’analyser, sous le champ des études photolittéraires, l’inscription de cet ouvrage dans les productions de récits-photo, qui connurent un moment d’apogée entre 1890 et 1910. Il s’agira de mettre en lumière les contradictions qu’il semble contenir, entre recherche de la modernité, avec cet usage de la photographie, et inscription dans la tradition de l’art du livre. Il s’interrogera aussi sur cette réponse pleine de virulence d’une figure marquante de la société du tournant du vingtième siècle, la journaliste et écrivain Séverine.

An 1898 article in the French newspaper Le Mercure de France presented the results of a survey about books illustrated by photography. When asked to comment, the French journalist and author Séverine answered “I am against, and with all my strength; it is awful!” (Ibels 114). Five years later, she published Sac à Tout, a phototext for children, edited by Félix Juven. In this study, we will analyze that book under the light of photo-literary studies and the relationship between literature and photographs. Indeed, this book belongs to the era of the production of photograph-illustrated books which was at its peak from 1890 until 1910. This article will first analyze the apparent contradictions between modern techniques, such as photography, against the classic tradition of the art book. It also examines the virulent response from this prominent figure in society at the turn of the twentieth century, the journalist and writer Séverine ».

A boy’s vacation abroad, journal d’un Américain en Europe

Ce très élégant jeune homme dont le portrait figure en frontispice de l’ouvrage publié à Boston en 1906, A boy’s vacation abroad ; a American boy’s diary of his first trip to Europe, est C.F. King Jr, élève de la St John’s School de New York.

Entre le 5 juillet 1906 et le 25 août 1906, le jeune homme et son frère cab accompagnent leur père en Europe  et traversent The Old World : la France, la Suisse, l’Italie, la Grèce, la Turquie, La Bulgarie, La Serbie, l’Allemagne, la Hollande.

Texte, photographies et légendes témoignent de ses rencontres à bord des différents moyens de transports empruntés, de ses visites, des spectacles auxquels il assiste et des quelques-rares-difficultés qu’il rencontre.

Comme il l’annonce en préface, la finalité de ce « journal » est double : -mémorielle : « recall the pleasant time i had on the trip »

-utilitaire : « everyone who goes abroad for the first time will use this book as a guide ».

Une autre finalité apparaît dans les quelques lignes qui terminent le journal : « I am sure i learned a lot of the world and the people in it. I learned to love America more and have become actually proud that I am an American. We are cleaner, better, brighter, and happier in this country. Truly it is God’s own country !”

Cet ouvrage s’inscrit dans les portraits de pays d’avant la Seconde Guerre mondiale,  destinés,  le plus souvent, à construire l’identité nationale, par opposition ou rapprochement, et à former le jeune lecteur à l’esprit patriotique. En somme, s’il est intéressant de se former en voyageant, il encore mieux de retrouver son nid !

Bonnes vacances !

 

 

 

L’Abécédire, dire la vie et l’alphabet. Miniphlit accueille Lily Franey

L’abécédire est publié en 2001 aux éditions « Rue du monde » dans la collection « L’album-photo ». Le livre, comme tout imagier-abécédaire, est destiné à l‘éveil des tout-petits, à leur apprentissage des mots et leur découverte du monde.

Alain Serres est à la conception de cet ouvrage hybride : « Son idée était d’avoir trois types de messages avec une lettre de l’alphabet : Le mot, une image photographique qui représente le quotidien de l’enfant et un dessin symbolique proche du thème de la photographie[1] ».

Il contacte donc la photographe Lily Franey,[2] dont il a découvert le travail photographique sur les droits de l’enfant, à l’occasion d’une exposition pour le CCE Cheminots en 1990. Naît ensuite une relation professionnelle privilégiée puisque de nouvelles collaborations se mettent en place : « A la suite,  Alain Serres m’a publié des photos dans plusieurs ouvrages des éditions Rue du monde » explique Lily Franey.

En 1995 Lily Franey réalise une série de clichés dans les crèches du Val de marne. C’est à la suite de l’ exposition[3] qui en découle qu’ Alain Serres propose à Lily Franey d’illustrer avec ses photographies les mots qu’il a choisis.

« Attendre, boum, changer, doucement, écouter, frisson, grandir, hop !, impossible, jungle, klonk, léger,  magique, non, oui, partir, qui est-là ? , réfléchir, slurp !, terminé, unique, voyager, what’s your name ? , xkrrreuh !, youpi ! et zut ! » Ce sont à la fois des noms communs, des adjectifs, des adverbes, des onomatopées, des verbes, de courtes phrases, dont une en anglais, et, contrairement aux abécédaires les plus courants, ils ne sont pas puisés  dans une thématique, ni dans le monde spécifique de l’enfance.

« Nous avons choisi ensemble, Alain et moi, les photographies dans mon travail sur les tout-petits et sur les droits de l’enfant pour illustrer les thèmes qu’il souhaitait évoquer. »

Les photographies ne sont  pas conçues exprès pour le livre, mais choisies dans une banque d’images préexistante : « La plupart des photographies sont prises dans les crèches de Gentilly, Créteil, Champigny », d’autres sont tirées d’ expositions antérieures : « Certaines photos sont prises dans mon stock d’images : lettre G, maman et enfant, exposition sur les femmes de Romainville – lettre Q, les mômes de St Denis 93) – lettre X , Afrique, Mali ».

Elles sont toutes des moments du quotidien, moments de jeux, de repas, de partage d’émotions. Elles sont prises à hauteur d’enfants, n’épargnent ni les bouderies, ni les pleurs, invitent l’enfant-lecteur à pénétrer dans l’image, à se reconnaître comme un des acteurs.

La photographe fait le choix du noir et blanc, comme une suite logique à son travail, mais aussi, selon elle, parce que meilleur révélateur des sentiments de l’enfant : « Le noir et blanc me permet d’aller plus directement vers tout ces sentiments à exprimer ».  Sans doute, remarque-t-elle, « la couleur aurait pu vite devenir un travail plutôt orienté vers une forme de graphisme et aurait certainement perturbé le sens de l’image ».

La couleur dans le livre, c’est le dessin qui la porte, dessin de la lettre, illustration graphique d’Olivier Tallec. Ce dernier a travaillé à partir des clichés comme le rapporte Lily Franey : « Olivier Tallec a fait (ou pris dans son stock) des dessins symboliques en s’inspirant des clichés photographiques ».

Comment se fait le lien entre le visuel et le textuel ?

Dans l’espace de la double page, sont combinés une lettre, un mot, une image photographique et un dessin, non cadrés, à peine séparés par la pliure du livre.

Si l’on prend la lettre « A, a », elle s’accompagne dans une bande du mot « attendre ». En dessous, sur la photographie, une femme tend les bras vers un enfant. Le jeune enfant a un doigt dans la bouche. Le cadrage de la photographie laisse voir l’eau d’une piscine et un jeu pour bébé-nageur, contextualisant ainsi la prise de vue.

La photographie a donc été choisie puisque le petit enfant semble attendre pour se décider : « L’enfant qui attend, qui s’interroge, s’il va pouvoir être capable, avoir la force de plonger, pour se jeter à l’eau dans les bras de sa mère », explique Lily Franey.

Pour  le dessin en regard, à peine séparé de l’image photographique par la pliure de l’ouvrage, ce qui créé un écho entre les deux,  le dessinateur a choisi de représenter, en couleurs vives,  trois oiseaux, dont l’un quitte le nid : « Dans le dessin, la symbolique se porte sur la force d’un petit oiseau à quitter le nid et s’envoler comme l’encourage sa mère. Les deux images se combinent donc pour illustrer la polysémie du mot.

Les deux illustrations dans la double page ne forment pas une suite, et pourtant, dans leur confrontation entre elles,  et avec le mot, des questions adviennent, une histoire se crée, un avant et un après du moment de la prise du cliché voit le jour dans la tête du spectateur-lecteur  : « C’est magique : tu peux te raconter cent histoires, te poser mille questions. Qui c’est celui-là ? Où elle va ? Ils ont peur de qui ? Et moi, je ferais quoi à sa place ? » indique la préface. La dernière double page de l’ouvrage est à cet égard parlante :

Sous l’étiquette « Z, z, Zut », l’image d’un ours en peluche qui a perdu un œil fait face à la photographie d’un cerceau, qui roule vers la droite, dans le sens de la lecture, vers la fin du livre. C’est au lecteur de dire (Abécé-dire) ce qu’il va advenir de cette peluche, de ce cerceau, car même si « zut, le livre est fini », l’imagination va venir à notre secours.

La conjonction du visuel et du textuel, dans l’espace de la double page, invite donc le lecteur à mettre  en relation les trois messages,  et surtout à créer une histoire, des histoires, à dépasser la simple illustration d’un mot, à la compléter, à imaginer.

Si le livre raconte des histoires, il  propose aussi à l’adulte-lecteur  une plongée dans l’univers de l’enfance, avec ses « visions de l’enfance »,  dans la ligne droite des Enfants d’ Ergy Landau ou de Kertesz. « Bon voyage dans l’étonnant pays de l’Abécédire », conclut Alain Serres. « Bon voyage dans le pays de l’enfance », pourrions-nous compléter.

Merci Lily !

[1] Interview de Lily Franey

[2] Lily Franey est photographe de l’agence Rapho

[3] Exposition « Je suis petit …comme je suis », catalogue édité par la maison Robert Doisneau, 1996

Le regard de Frédérique Lemarchant sur l’ exposition du Quai Branly 

Miniphlit ouvre ses pages à Frédérique Lemarchant qui a posé son regard sur l’Exposition : « Le magasin des petits explorateurs » :

« Cette exposition et son catalogue ont pour but d’offrir « un panorama de tout ce qui a fait rêver à de lointains voyages les enfants d’autrefois et qui contribue encore aujourd’hui à la production d’un imaginaire de l’exploration à destination de la jeunesse » [1]

 Son titre fait référence à des publications destinées à la jeunesse du 19ème siècle comme le Magasin d’Education et de Récréation de Pierre-Jules Hetzel et Jean Macé, lancé en 1864, ou le Magasin Pittoresque d’Edouard Charton (1833-1938). Il convoque aussi la marchandisation des imaginaires de l’exploration et de la découverte d’autres civilisations, qui a, jusqu’au 20ème siècle, dans un contexte de colonisation, produit livres, jouets, jeux, images et objets publicitaires.

L’exposition est structurée autour des grandes figures mythiques  de l’exploration et de l’exotisme (Robinson Crusoé, Paul et Virginie, le capitaine Némo, Tarzan…) et de ses grands thèmes (le cannibalisme,  le tour du monde., le monde inuit, les indiens d’Amérique… )

Les clichés et lieux communs, souvent racistes, ne sont pas occultés, mais le changement de regard de la société occidentale sur l’indigène, induit par le développement des connaissances ethnographiques et les prémices de la décolonisation,  apparaît dans la dernière partie de l’exposition.

Autour des années 1950, l’émergence de la photographie comme illustration 

 Sans surprise, c’est autour des années 1950 que paraissent des ouvrages illustrés de photographies à destination des jeunes lecteurs.  Le souci d’éviter que ne se reproduise la catastrophe de la Seconde Guerre mondiale et la nécessité d’éduquer les jeunes générations à la connaissance et à la bonne entente avec des civilisations éloignées favorisent dans l’édition jeunesse la publication de tels ouvrages. L’amélioration des techniques d’impression va permettre d’illustrer ces albums de photographies rapportées d’expéditions ethnographiques, donnant ainsi une caution scientifique au propos.

Le visiteur découvre tout d’abord Le Petit Dan : conte africain adapté et photographié par Jean Rouch, Pierre Ponty, Jean Sauvy. Dessins de Oumarou Ousmane.  Paris : Arts et métiers graphiques, 1948.

Ce livre entremêle réalisme et imaginaire en utilisant des photographies documentaires ramenées d’une mission le long du fleuve Niger et des dessins d’événements impossibles à photographier. Il a été critiqué sur ce même site :

https://miniphlit.hypotheses.org/715

Arrive ensuite Les Peaux-rouges de l’Amérique du Sud d’ A. Métraux. Ed. Bourrelier, 1950. (La Joie de connaître)

Il s’agit d’une description de la vie quotidienne et des coutumes des indiens des forêts de Guyane, d’Amazonie et de la Terre de Feu. Les photographies proviennent du Musée de l’Homme et du Service de Protection des Indiens du Brésil. Critiqué par la revue Cahiers d’outremer au moment de sa parution, cet album y est qualifié de « bon ouvrage de vulgarisation »[2] malgré l’usage « périmé » du terme « Peaux-rouges ».  Ce titre qui répondait à une stratégie commerciale sera modifié lors de la réédition de l’ouvrage chez Métaillié en 1982.

Enfin, l’une des dernières vitrines de l’exposition est consacrée à la collection « Enfants du monde » composée d’une vingtaine de titres parus entre 1952 et 1975 chez Nathan.

Le succès de cette collection revient en grande partie à son illustratrice principale,  la photographe Dominique Darbois, et à la maquette inventive de Pierre Pothier.

Comme je l’explique pages 328 à 321 du catalogue de l’exposition, la réussite de chacun de ces albums  tient aussi à des récits au fort pouvoir d’identification et à la valeur documentaire certaine.

Un catalogue très riche vient utilement compléter la visite de l’exposition :

 

 

Frédérique Lemarchant « 

Frédérique Lemarchant est professeur documentaliste et l’auteure de l’article « Dominique Darbois et la collection « Enfants du monde ». La photographie entre fiction et documentaire »

https://journals.openedition.org/strenae/1386

 

 

 

 

[1] Catalogue « Le magasin des petits explorateurs », Actes Sud / Musée du quai Branly-Jacques Chirac, 2018

[2] PAPY, Louis. A. Métraux. Les Peaux-rouges de l’Amérique du Sud. Collect. « La Joie de connaître ». 1950. In: Cahiers d’outremer. N° 14 – 4e année, Avril-juin 1951. p. 184;

https://www.persee.fr/doc/caoum_0373-5834_1951_num_4_14_4076_t1_0184_0000_2

Signé ALOUETTE , de l’écran à l’écrit (suite…)

En 1960, Pierre Véry (1900-1960), célèbre auteur de romans et scénariste, publie chez Hachette, dans la « Bibliothèque verte » le roman pour la jeunesse  Signé :  Alouette, dans lequel   trois jeunes garçons mènent une enquête autour d’un gangster déguisé en aveugle…

L’oeuvre est prolongée en 1967 :  le roman est adapté pour la télévision par Jean Vernier, sur un scénario d’Yves Jamiaque. Il sera diffusé  en huit épisodes le samedi soir, à 21h, sur la première chaîne de l’ORTF. Le succès est immédiat dans une époque où la télévision ne possède qu’une seule chaîne. Prolongement de l’expérience spectatorielle également, les fans peuvent retrouver les acteurs du film dans des reportages qui leur sont consacrés et reprendre le générique en chœur, grâce à la bande-originale qui est simultanément mise en vente.

La novellisation sort chez Hachette, au moment de la diffusion du téléfilm, dans un album grand format de 38 pages.

Elle a été envisagée  très tôt, puisque Noël Véry, le fils de Pierre Véry, réalise les photographies au moment du tournage.  La couverture de l’ouvrage porte la mention « d’après l’oeuvre de Pierre Véry ». Il n’est plus l’auteur du texte mais son lointain inspirateur, puisque entre-temps un scénariste a déjà adapté la première oeuvre. Le texte de la novellisation est lui confié à Claude Voilier, auteure prolixe des romans de la série du « Club des 5 » qui « raconte » à son tour une histoire, à partir du scénario. Circulation transmédiatique…

Le roman originel a été réédité chez Mango, dans la collection « Chambres noires » en 2009.

 

Du voyage dans la culture enfantine

Sur le site de France Culture : https://www.franceculture.fr/emissions/rue-des-ecoles/voyage-dans-la-culture-enfantine?

« Le« Magasin des petits explorateurs », c’est le titre d’une exposition actuellement proposée au musée du quai Branly à Paris qui raconte  « tout ce qui a fait rêver à de lointains voyages les enfants d’autrefois » et même ceux d’aujourd’hui. En effet, « l’ailleurs » est un thème central de la culture de jeunesse. Pensez à Jules Vernes, à Tintin, aux images des tablettes de chocolat, aux figurines avec lesquelles vous avez peut-être joué enfant. La découverte, l’expédition, le reportage, demeurent des sources intarissables pour l’imaginaire enfantin.

Au Quai Branly tout comme dans le magnifique catalogue de l’exposition sont racontées l’invitation au voyage, la jubilation de l’aventure, l’exploration comme pédagogie et ce à travers une multitude de productions culturelles (livres, illustrés, bandes-dessinées, jouets, dessins animés) destinées aux enfants et aux adolescents. Au centre de ces récits, la rencontre entre les civilisations ou plutôt celle avec » l’ailleurs », vu d’Occident. Cette rencontre c’est un émerveillement toujours, mais aussi l’idée de leur supériorité transmise aux petits Français de métropole, un racisme culturel très prégnant destiné  plus ou des représentations du monde.

On trouvera donc dans ce magasin, la beauté mais aussi la laideur du monde à travers une histoire des publications destinées à la jeunesse qui permet de retracer l’évolution de la manière dont on s’adresse aux enfants depuis le XVIIIème siècle « 

 

100 livres pour ton enfant

« Dès l’enfance, tu veux qu’on l’éduque comme un combattant, un révolutionnaire, un constructeur, un citoyen soviétique ! Pour cela, il ne suffit pas de s’occuper uniquement de sa santé. Tu dois te soucier de sa nourriture spirituelle et du livre qui lui arrive entre les mains. La brochure que tu lis à présent, est justement là pour t’y aider. »

Les éditions Michèle Noret ont eu la bonne idée de rééditer le catalogue publié par les Editions d’Etat soviétiques Guiz en 1931, dont la préface contient une injonction à mettre dans les mains des enfants de beaux livres, d’une haute qualité littéraire et artistique, mais également « socialement utiles » comme le rappelle Béatrice Michielsen.

Quel rôle pour la photographie dans ces ouvrages ? « Prendre possession du monde qui s’ouvre à lui » (l’enfant). La photographie témoigne des réussites du régime, la photographie sert l’enseignement. Dans Le petit Lénine, les photographies construisent l’image du moniteur-chef. Dans La convention, la photographie témoigne de la première convention des pionniers d’Union Soviétique en 1929. Dans Les ailes des soviets, la photographie illustre le récit du vol de l’aviateur Gromov jusqu’à Berlin, Paris et Londres. Dans Géant, la photographie atteste des réussite du grandiose sovkhoze « Géant », etc…

La photographie est présentée comme un nouveau type d’illustration et  la mention « illustré de nombreux clichés photographiques » inscrit ces  ouvrages dans la modernité.

 

Albert Lamorisse au colloque « Novellisations pour la jeunesse », 16-17 mai, Louvain La Neuve

« La question de l’adaptation ouvre un champ
d’investigations déjà largement arpenté par les
chercheurs en littérature de jeunesse. Cependant,
un corpus d’adaptations, aux proportions
massives dans l’édition contemporaine, reste peu
fréquenté par eux : celui des novellisations pour
la jeunesse.
Ce colloque fournira la première occasion de
travailler spécifiquement sur ces novellisations,
prises au sens large, c’est-à-dire les adaptations
transmédiatiques depuis divers médias (bande
dessinée, cinéma, animation, télévision, théâtre,
spectacle, jouet, jeu de rôle, jeu vidéo, etc.) vers
le roman pour la jeunesse. On en trouve, à
destination des enfants, dès les origines de l’ère
médiatique, mais le phénomène éditorial atteint
aujourd’hui des proportions jamais vues.
Ces journées permettront à la fois de
cartographier un corpus littéraire jusqu’ici
relativement délaissé par la recherche et de
l’explorer dans des perspectives multiples : la
novellisation pour la jeunesse dans son contexte
de production ; la novellisation pour la jeunesse
comme objet intermédial ; la poétique et la
stylistique d’une écriture transmédiatique, depuis
des médias visuels et audiovisuels, des univers
ludiques, etc. »

Je présenterai une communication consacrée aux novellisations des films pour enfants d’Albert Lamorisse :  « Du poème filmique au livre illustré de photographies, les films d’Albert Lamorisse », jeudi 17 mai.

file:///C:/Users/leguen/Downloads/programme_Novellisations_definitif.pdf

Photolittérature pour la jeunesse