Tu seras les yeux de la mer

Tu seras les yeux de la mer, Alain serres, Zau, collectif, Rue du Monde, 2019, 91 pages.

On retrouve dans cet ouvrage le mode de fonctionnement de L’Abécédire, paru en 2010 chez Rue du Monde et déjà analysé ici.  Alain Serres est une nouvelle fois à la conception de cet ouvrage hybride.

La couverture de l’ouvrage annonce le dispositif mis en place dans le livre : Trois écritures, trois arts vont s’interpeller, dialoguer, se répondre, se contrarier, communier pour dresser un tableau des océans aujourd’hui et inviter les jeunes à s’engager dans la combat de l’écologie.. 

La photographie, à l’origine documentaire, est recadrée autour d’un poisson, qui, gueule ouverte, s’apprête à gober un morceau de plastique, semble-t-il. Son œil rond  évoque l’étonnement, voire l’effroi. Il nage sous ce qui semble être un continent de déchets, parmi lesquels le lecteur/ spectateur reconnaît pots de yaourt, canettes, sacs plastiques et objets de son quotidien. La photographie a été retravaillée, des graphismes ajoutés pour figurer le plastique, et seul le poisson semble réel. 

Sur le côté de la couverture, en noir et blanc, un manchot dessiné à l’encre de Chine, semble posé sur une banquise un peu grise et le trait oblique qui sépare les deux images parait symboliser la frontière entre le dessus et le dessous. 

Le titre “Tu seras les yeux de la mer” fonctionne comme une interjection au lecteur-spectateur, invité à regarder ce qui se passe dans et autour des mers, en plongeant au cœur de ces grandes images. 

Dans le corps de l’ouvrage, la photographie et l’illustration graphique sont installées en pleine page, rejoignent ses bords, alternent en page de droite ou de gauche, sont séparées par la pliure centrale. Systématiquement, l’illustration graphique accueille le texte. 

La photographie documentaire n’est pas réalisée spécifiquement pour le livre mais issue d’un collectif. Chaque image fourmille de détails et peut raconter seule. Elle montre les malheurs des ours blancs dont le territoire est pollué par les hommes ou qui sont contraints de s’approcher des villes pour trouver une nourriture devenue rare. Elle montre aussi la pollution des mers et des littoraux, la pauvreté des hommes dans certains parties du globe et la richesse d’autres en arrière-plan. Le lecteur-spectateur reconnait ces images. Il les a déjà vues ailleurs, prises dans d’autres dispositifs. 

 Zau a réalisé une image graphique minimaliste pour répondre à cette image photographique. Il y a prélevé un seul élément. Ce n’est pas une citation, pas un cadrage resserré.  L’ours n’a pas la même position que celui de la photo. Il s’agit de deux ours  enlacés. Le lecteur-spectateur imagine que l’ours de la photographie a une famille.  Le dessin du seau n’imite pas la photographie. On voit ce qu’il contient. Il s’agit  peut-être des morceaux ramassés sur la plage. Ainsi, l’image graphique dit ce que l’image photographique ne dit pas. Elle propose de s’approcher de près, de dire l’avant ou l’après de la photographie,  de compléter son langage. Elle offre un supplément de narrativité. 

Notons que le dessinateur conserve  les codes de l’univers enfantin : Les deux ours enlacés seront peut-être pour le jeune lecteur un frère et une sœur, ou une mère et son enfant. Est-ce un clin d’œil à toutes ces histoires dont les plantigrades sont les héros ?  Le lecteur-spectateur interprétera et imaginera une histoire en fonction de ce qu’il a déjà rencontré dans d’autres ouvrages.  L’image graphique portant le seau l’interroge davantage. S’il croit reconnaître des légos, il est interpellé par leur ressemblance avec des immeubles, si grands sur la photographie, si petits une fois emprisonnés dans le seau. 

Le texte fonctionne comme une légende qui fixe le sens de l’image. Pour ceux qui savent lire, elle dit comment lire l’image photographique : un ours en Russie, une plage à Manille. Une phrase, imprimée dans une typographie de couleur différente, retient l’attention : “Affamé, égaré, dérouté par ce que les hommes imposent à son blanc pays” peut-on lire entre les deux images en regard ; “Et toujours le rêve d’y trouver un trésor” lit-on en rouge entre la photographie de la plage de Manille et  le dessin du seau. Les mots proposent donc deux récits, l’ un documentaire, l’ autre fictionnel.

Mais surtout, les mots proposent  des ponts, des échos entre les deux images et permettent de franchir la marge qui les sépare. 

Dans certaines double-pages, il semble que la marge soit ignorée. L’image de gauche trouve son prolongement dans celle de droite, le banc de poisson s’étend jusque sur l’autre page, lorsque la multitude s’assemble pour former un poisson géant face à un tout petit plongeur. Ce “colosse” a un air bien innocent et fait écho à l’adjectif “fragile”. 

 

Que fait le lecteur ? La conjonction des trois modes d’expression dans la double-page invite  le lecteur-spectateur à les mettre en relation. Son regard s’accroche à une image,  cherche dans sa mémoire, reconnaît, interprète, se déplace sur l’autre, fronce les sourcils, fait des liens, vérifie dans le texte, retourne sur les images, saisit ce que sa première lecture avait ignoré. C’est un lecteur pleinement actif et mobilisé qui tourne les pages, démêle les liens, recompose les ponts conçus pour lui. Une fois le livre fermé, il lui reste mille histoires, des moments de poésie, et peut-être un tableau des océans composé de mille images.

Le regard de Christophe Meunier ici https://clio-cr.clionautes.org/tu-seras-les-yeux-de-la-mer.html

Mon analyse de L’ Abécédire est à lire ici : 

https://miniphlit.hypotheses.org/974

Little people of everywhere, PREMIERE COLLECTION de portraits de pays

Collection “Little people of everywhere,  McDonald, Etta Austin (Blaisdell) Mrs., 1872-Dalrymple, Julia ,  Boston, Little, Brown, and company , 1909, 156 pages.

Kathleen in Ireland, Manuel in Mexico, Rafael in Italy, Umé San in Japan, Boris in Russia, Betty in Canada, Fritz in Germany… sont quelques uns des 12 titres de la collection des “Little People Ewerywhere”, portraits de pays destinés à la jeunesse et publiés aux U.S.A entre 1909 et 1912. Ils sont signés Etta Blaisdell McDonald et Julia Darlymple.

Dans Rafael in Italy? les 17 photographies (“The book is full of pictures of Italian Life”) sont signées de l’agence Underwood & Underwood à New York. L’ouvrage porte une photographie couleur en couverture, identique à celle du frontispice, et représente trois enfants en costume traditionnel jouant sur la Via Appia. Les photographies qui suivent sont en noir et blanc, légendées, signées et accompagnées d’une citation extraite du texte et un renvoi de page. Ce sont en général des vues de paysages, de monuments, de rues, des scènes de la vie quotidienne et bien souvent des enfants anonymes sont présents sur l’image. Celle-ci est installée systématiquement en page de droite, verticalement ou horizontalement, et toujours bordée d’une marge blanche.

Dans la préface non signée, on peut prendre connaissance des intentions des autrices : “The very best way to understand the life and customs of foreign countries is to visit it. If that is impossible, one may still learn by reading a story of people living there.”

L’auteur précise qu’avec cette lecture, les enfants des écoles (il s’agit ici d’une édition scolaire de 1912) pourront découvrir les jeux, le travail,  les festivals, les vacances, les maisons et les ambitions des enfants d’ailleurs. 

Le lecteur va découvrir l’Italie par le biais des aventures du jeune Rafael Valla, 14 ans. On découvre sa vie à Venise. Sa rencontre avec une jeune touriste américaine est prétexte à voyager  ensuite jusqu’à Florence, Rome, Naples et le Vésuve.

Une page de vocabulaire et de prononciation complète l’ouvrage.

Tous les ouvrages ne sont pas conçus sur le même dispositif. Certaines préfaces donnent plus d’informations documentaires. Dans Umé San in Japan par exemple, l’auteur ne mentionne plus la connaissance de l’autre mais insiste sur les progrès technologiques du nouveau Japon  :  “Railways trains and electric cars are taking the place of jinrikisha and kago”.  L’ouvrage ne compte que 8 photographies et un frontispice. Il ne s’agit pas dans ce livre d’un périple à travers un pays en compagnie d’un enfant étranger mais le lecteur plonge dans la vie d’une famille par le biais de la jeune Umé San, enfant du pays. Le frontispice présente Umé San et cette première photographie permet au lecteur de faire la connaissance du personnage. Ce frontispice peut accueillir, dans d’autres ouvrages, des vues du pays.

Umé San in Japan , 1909

Point commun à toute la collection, la découverte  du pays se fait par le biais d’un enfant, sorte d’habitant archétypal comme l’indique l’auteur de la préface de Boris in Russia : “Boris Antonovitch, the young peasant of the story typifies the Russia” ou  de celle de Betty in Canada :” Betty Buttler is a type of a young canadian of to-day“.

Le portrait  du pays va se construire  par la fiction dont il est le personnage principal, par les informations documentaires contenues dans le texte et par les vues du pays. 

Autopromotion indécente

https://www.univ-rennes2.fr/article/explorez-photolitterature-jeunesse-avec-laurence-guen

Interview

Explorez la photolittérature jeunesse avec Laurence Le Guen

Laurence Le Guen assure le commissariat de l’exposition présentée à La Chambre claire, Je, tu, il, elle, nous avons des droits ! de la photographe Lily Franey, qui réunit plus d’une vingtaine de clichés engagés autour des conditions de vie des enfants.

 
Image
Laurence Le Guen

Docteure en littérature française, Laurence Le Guen est l’auteure d’une thèse soutenue le 14 mai 2019, intitulée “Littératures de jeunesse et photographie, mise à jour et étude analytique d’un corpus éditorial européen et américain, de 1860 à aujourd’hui“. Chercheure associée au Cellam – Université Rennes 2 (Centre d’études des langues et littératures anciennes et modernes), elle mène des recherches sur la littérature jeunesse française. Elle se spécialise dans les livres pour enfants illustrés par des photographies et analyse les interactions entre la littérature et la photographie. Également auteure de romans pour la jeunesse et commissaire d’expositions, Laurence Le Guen assure le commissariat de l’exposition Je, tu, il, elle, nous avons des droits ! de la photographe militante Lily Franey. Présentée actuellement à La Chambre claire, elle réunit plus d’une vingtaine de clichés engagés autour des conditions de vie des enfants.

Pouvez-vous nous parler de votre rencontre avec Lily Franey ? Comment est née cette envie de collaborer sur différents projets ? 

Laurence Le Guen. J’ai rencontré Lily Franey en 2018, à l’occasion du tournage du film « Paris années 30, capitale de la photographie ». Lily et Jean-Pierre Franey étaient derrière la caméra et moi devant, pour présenter les photographes Ergy Landau, Ylla et Nora Dumas. Ce sont donc des femmes photographes qui sont à l’origine de notre rencontre. A cette occasion j’ai découvert que Lily Franey avait publié un ouvrage photoillustré pour enfants, L’Abécédire, publié aux éditions Rue du monde. Elle m’a donc apporté son témoignage sur la conception de ce livre et a ainsi pu enrichir les recherches que je mène dans ce domaine. Malgré son petit air timide, Lily a aussi de nombreuses anecdotes passionnantes à raconter sur sa vie de photographe engagée qui a parcouru le monde et a photographié des centaines d’enfants. Il nous a vite paru évident que l’on devait faire quelque chose de ses souvenirs et de toutes ces images. 

Quel a été votre rôle en tant que commissaire de cette exposition ? Que vouliez-vous mettre en avant à travers la sélection des photographies ?

L. L. G. Une constante chez Lily c’est de montrer la vie des enfants, leurs souffrances et leurs joies, leur façon de rester enfants quoi qu’ils vivent. En 2019, on a célébré les 30 ans de la Convention Internationale de l’ONU des droits de l’enfant. Marier les photographies de Lily et les droits de l’enfant, adapter mes choix à l’espace de la Galerie de La Chambre claire, travailler avec le service culturel de l’université Rennes 2 qui a tout de suite dit « oui » à ce projet, voilà quel a été le plus gros de mon travail. Je ne voulais pas, en accord avec Lily, montrer uniquement la misère. On voulait témoigner de l’enfance dans sa globalité, où qu’elle se vive sur la terre. 

Spécialisée dans les livres pour enfants illustrés par des photographies, vous analysez les interactions entre littérature et arts visuels. Pouvez-vous nous parler de votre rapport à la photolittérature ? Comment est né votre intérêt pour celle-ci ?

L. L. G. J’ai découvert la photolittérature ici, à l’université Rennes 2, lorsque j’ai repris mes études en master, sous les bons auspices du professeur Montier. Je me suis aperçue que le continent éditorial des ouvrages pour enfants accompagnés de photographies était un domaine largement ignoré ou trop peu étudié. J’ai plongé dedans et je continue à explorer ses productions. C’est comme si je tirais le fil d’une pelote. Plus je tire dessus, plus il en apparaît, dans toutes les langues, sur plus de 100 ans ! 

« Si aujourd’hui il est communément admis de trouver des photographies dans les livres pour enfants, nombreuses ont été les réticences des créateurs, éditeurs et lecteurs pour associer littérature pour le jeune public et illustration par la photographie ». Comment expliquez-vous l’évolution de la perception sur cette production depuis son apparition ? 

L. L. G. Une des constantes de mes enquêtes auprès des professionnels du livre et ceux de l’enfance, c’est qu’on se méfie de la photographie dans les livres pour enfants. On l’admet dans les documentaires ou les imagiers, bien sûr, mais aussitôt qu’elle accompagne une fiction, elle fait peur. On lui préfère traditionnellement le dessin. Cela fait plus de 100 ans que l’on fonctionne avec cette réticence, malgré quelques améliorations depuis les années 2000 peut-être. Les discours ont parfois été violents à son encontre. 

“Mauvaise qualité”, “sans netteté”, “brideuse d’imaginaire”, “trop plein de réalisme”, “incapacité à accompagner la fiction”… Suite au constat concernant les critiques par des lecteurs « avertis » concernant l’insertion de la photographie dans le livre pour enfants, vous réalisez une enquête avec le Cellam en partenariat avec le laboratoire Loustic de l’université Rennes 2. L’objectif de cette étude est de mesurer la réception du lecteur réel, de l’enfant lui-même. Quels résultats sont apparus ?

L. L. G. Les premiers résultats montrent que les enfants aiment la photographie et que bien souvent ce sont les adultes qui s’en méfient. Il semble également qu’ils aiment son réalisme et l’illusion de vérité qu’elle procure. Mais en fait ils n’expriment pas une préférence pour l’un ou l’autre mode d’illustration. Ils sont surtout sensibles à l’esthétique du livre, aux thèmes qu’il aborde, à la possibilité qu’ils ont de pouvoir se reconnaître dans le personnage ou aux surprises qu’il leur apporte. 

Également auteure jeunesse, vous publiez ce mois-ci une biographie de Nelson Mandela destinée aux jeunes lecteurs aux éditions Yomad dont les photographies sont signées de votre désormais complice Lily Franey. Quelques mots sur ce projet ?

L. L. G. Un de mes grandes fiertés c’est d’avoir publié un livre photoillustré alors que c’est le sujet de mes recherches. Et puis quelle émotion de découvrir des photographies de Nelson Mandela prises par Lily en 1990 ! Il venait de sortir de prison. Certaines ont été publiées dans la presse mais d’autres sont à découvrir. Il faut aussi écouter Lily et Jean-Pierre Franey raconter leur rencontre avec le plus célèbre prisonnier du monde. Ils font revivre une tranche d’Histoire. Je crois que nous avons matière à une autre exposition ! 

En raison du contexte actuel, la table ronde sur la littérature jeunesse non-genrée  qui devait avoir lieu en avril dans le cadre des Mardis de l’égalité est reportée à la saison prochaine. Celle-ci proposera d’explorer la nécessité de déconstruire les stéréotypes de genre, à l’heure où celui-ci est reconnu comme construction sociale. Quel est votre regard sur cette littérature ?

L. L. G. J’ai une bonne dose d’ouvrages très genrés dans mon corpus, entre Books for boys et exempla destinés à former de bons petits soldats ou de bonnes ménagères. Quand on sait l’importance de la littérature jeunesse dans la construction de l’enfant et du futur adulte, il faut soutenir le développement d’une littérature non genrée. Je crois qu’elle fait son chemin, petit à petit chez les éditeurs, mais que la route est longue. Peut-être qu’on pourrait en réaliser un illustré de photographies ? Il faut que j’en parle à Lily !

 

Pour en savoir plus : miniphlit.hypotheses.or

JE “Portraits de pays”, épisode 1, extraits…

Christophe Meunier, docteur en géographie, formateur à l’Iespe Orléans  : Construire un capital géographique, L’exemple de la collection « This is the…World » de Miroslav Sasek

            “Chez Miroslav Sasek, les lieux identificatoires d’une ville ou d’un pays donné sont les « personnages » des albums qu’il réalise entre 1959 et 1974 dans la collection « This is…the World ». À travers les portraits de grandes villes mondiales, il entend faire voyager ses jeunes lecteurs par le monde. L’artiste tchèque est lui-même un grand voyageur. Fuyant le régime communiste qui a pris le pouvoir à Prague en 1949, il se réfugie d’abord à Paris puis à New-York en 1959. C’est là qu’il décide de faire publier ses trois premiers travel picturebooks. Il s’agit pour l’artiste de rendre compte des voyages qu’il a lui-même réalisés.

            En 1996, le géographe Marc Brosseau se proposait d’étudier une série de romans qu’il avait décidé de qualifier de « géographes » sans délivrer une réelle définition de ce type de romans. Cette communication sera l’occasion pour moi de voir en quoi la collection « This is… the World » de Miroslav Sasek peut être considérée comme un ensemble « d’albums-géographes », tentant d’approcher de plus près les contours d’un tel genre d’ouvrage. Entre autres éléments caractéristiques, il s’agira de montrer que cette collection a pu contribuer à construire un capital géographique pour plusieurs générations de lecteurs.”

Christine Rivalan-Guégo, professeure en langue et littérature de l’Espagne et  V.P. de l’université Rennes 2, Un pays peut en cacher un autre. Les petits Espagnols, Série Le Monde, Éditions Piccoli

“Reflet des intérêts culturels, géographiques, voire touristiques, exprimés dans les années 1950, la Série Le Monde publiée en France par les Éditions Piccoli de Milan s’inscrit dans un mouvement éditorial de littérature jeunes publics qui a vu apparaître dès 1948 la collection Enfants de la terre aux Albums du Père Castor, Enfants du Monde chez Nathan (1952), Connais-tu mon pays chez Hatier (1963) mais aussi la série des Caroline de Pierre Probst (Caroline aux Indes (1955) ; Caroline en Europe (1960) ; Caroline au ranch (1961) ; Caroline au Pôle Nord (1962) ; Caroline au Canada (1967))

À partir de l’étude d’un des volumes de la série, Les petits Espagnols, l’analyse s’attachera à déterminer le positionnement, à la fois littéraire et éditorial des portraits de pays offerts par la série à ses jeunes lecteurs et lectrices et ce, dans le sillage des conclusions de l’article de synthèse de David Martens sur la notion (Martens David, « Portraits phototextuels de pays. Jalons pour l’identification d’un genre méconnu », PUF, Communication et Langage, n°202, 2019, pp. 3-24.).”

Denis  Rodrigues  (université  Rennes2).   Portrait d’Espagne et d’Amérique latine : quand le miroir déformant de l’idéologie s’en mêle.

Quelles représentations de l’Espagne et de l’Amérique du sud donnait-on aux collégiens et lycéens français des années 70 à 80 ? L’analyse des textes et de l’iconographie de quatre collections de manuels scolaires publiées à cette période mettra en évidence bien des représentations stéréotypées, entre enthousiasme naïf et critiques virulentes.

Simon Roguet, librairie M’Lire à Laval (53) 

Que trouve-t-on en matière de portraits de pays chez les éditeurs et les libraires aujourd’hui ? Quels pays présentent-ils ? Quelles sont leurs formes ? Qui sont les clients ? Tour d’horizon de la production contemporaine.

 

Eléonore Hamaide-Jager et Florence Gaiotti, maîtresses de conférences U. d’Artois Portrait de pays en collection jeunesse dans le fonds du CRILJ (1980-2010).

“Le Centre de recherche et d’information sur la littérature pour la jeunesse est une association qui, depuis sa création en 1965, regroupe écrivains, illustrateurs, éditeurs, libraires, bibliothécaires, enseignants, animateurs et parents soucieux d’une meilleure connaissance et d’une promotion élargie des livres destinés aux enfants et aux jeunes.  L’association a ouvert à Arras, pour les enseignants-chercheurs, les étudiants et tout utilisateur extérieur, un Centre Robinson dédié à la littérature pour la jeunesse.  On y trouve de multiples collections d’ouvrages pour enfants, parmi lesquels de nombreux portraits de pays qui empruntent des formes très différentes, traitent de régions du monde variées et visent des finalités diverses.” Sur le site du CRILJ

“Nous avons été finalement surprises de l’ampleur de notre corpus dans ces années 80-2000 sur les portraits de pays. Il correspond néanmoins à l’explosion du genre documentaire en littérature de jeunesse remarquée par Claudine Hervouet ou Michel Defourny. Il est assez notable de voir que les éditeurs historiques de la littérature de jeunesse font des propositions, tout comme des éditeurs plus confidentiels ou inattendus.

Les premières propositions de notre corpus tendent vers une forme d’exotisme dans le choix des territoires avant qu’une diversification et une exhaustivité des lieux se fasse jour. Dès lors, l’ambition est davantage celle d’un savoir objectivité prenant en charge des dimensions sociales, culturelles et parfois politiques : le pays doit être approché dans sa complexité et dans son altérité avec des portraits croisés et multiples au service d’un même territoire.

La spécificité du « portrait de pays » en littérature de jeunesse tient aussi à la figure de l’enfant toujours présente à une exception près. Les enfants sont bien réels, les photos l’attestent et deviennent familiers au lecteur, ou fictifs : cette donnée n’influe finalement que peu dans l’approche : l’enfant s’avère un prétexte, sans doute une manière de permettre l’identification du lecteur cible. L’enfant n’est pas le guide attendu de son pays mais reste un artifice et bien souvent il manque un fil conducteur pour qu’on s’approprie pleinement son quotidien.

S’il programme un lecteur, quel est-il ? Un lecteur curieux d’ailleurs, un lecteur avide de connaissances mais depuis peu aussi un lecteur voyageur en mesure de venir à son tour habiter ces lieux et cet espace, d’où un autre sous-genre peut-être ou forme éditoriale que nous envisageons d’explorer lors d’une future journée d’études : les guides de voyage pour enfants et leurs nouvelles formes.”

Catherine Sablonnières, maîtresse de conférences en langue et littérature espagnole,  U. Rennes 2 : De l’exploration d’horizons lointains à la découverte des sociétés contemporaines dans les bibliothèques « de instrucción y de recreo » en Espagne (1867-1930), entre collections populaires et collections jeune public.

A venir

Laurence Le Guen, docteure en littérature française, chercheuse associée au Cellam-U. Rennes 2, De la collection « Children of all lands stories » aux « Enfants du Monde » : peindre le portrait de l’ailleurs en photographies et en mots »

“Si l’appellation de « Portraits de pays », que nous devons à David Martens, est encore ignorée des éditeurs pour la jeunesse et reste l’apanage des chercheurs, elle désigne pourtant une importante catégorie de la production de livres  pour enfants et  constitue même un “continent éditorial” mal connu qu’il est temps d’explorer, celui des « pays de papier », et j’emprunte là le nom de l’exposition qui s’est tenue à Charleroi l’été dernier et qui explorait la production pour adultes.

Parmi eux, les portraits de pays photoillustrés, qui “disent l’ailleurs en photographies et en mots”, tiennent une large place. Ma communication va tenter non seulement de les définir mais également de comprendre en quoi la présence de la photographie change la rencontre avec le pays qu’il s’agit de faire découvrir.

Plusieurs collections d’ouvrages se distinguent comme notamment celle des “Children of All Lands Stories” publiée dans les années 20-30 aux Etats-Unis ou encore la série “Enfants du Monde” publiée en France à partir des années 50 et qui fait figure de veritable pépite au sein de cette production avec ses montages innovants. Dans la suite de mon intervention lors du colloque de Cerisy de juillet dernier consacré au genre du portrait de pays, je m’appuierai largement sur ces deux collections, mais également  sur les innombrables séries  que je m’efforce de collecter et présenter sur le site consacré aux ouvrages photolittéraires pour enfants,  Miniphlit. 

Associés aux apprentissages de la géographie du monde, d’une qualité souvent inégale, ces “portraits de papier” ont souvent permis de multiples voyages dans une période où le tourisme n’était pas possible et permis des rencontres sans quitter sa chambre d’enfant. S’il faut désormais aller les dénicher au fond de nos greniers, nombre de lecteurs aujourd’hui adultes ont rêvé devant ces photographies de monuments, de paysages et d’enfants d’ailleurs souriants, si lointains et pourtant si proches…”

https://miniphlit.hypotheses.org/2452 

http://www.mdrn.be/publications/pays-de-papier-livres-de-voyage

Quelques photographies du vernissage de l’exposition “Je, tu, il, elle, nous avons des droits !”, Galerie de La Chambre claire : 

Pour découvrir l’exposition :

https://www.youtube.com/watch?v=wReW32KbE2E

HOW TO DRAW THEM ?

Puisqu’il faut bien occuper les enfants dans cette période de confinement, les ouvrages destinés à apprendre à dessiner les animaux, ceux des pôles, de la forêt, de la mer, et les sauvages, mais aussi les châteaux forts, les monstres, etc… sont bien utiles. 

La série des “How to draw Them” publiée dans les années 40 et 5O aux Etats-Unis chez The Vanguard Press et signée Amy Hogeboom, autrice prolixe d’ouvrages pour la jeunesse et illustratrice pour des magazines, offrait déjà de nombreuses propositions de créations graphiques : “Birds ans How to Draw Them” suivi de “Horses…”, “Dogs…”, “Forest Animals…”, “Familiar animals…”, “Wild Animals…”, “Boats…”, “Cats…”, “See Animals…”,  “Planes…”et “Trains and How to Draw Them”. 

Dogs and How to Draw Them, 39 pp, 1944, 2 dollars.

Sur une première double page, le lecteur découvre le portrait photographique d’un animal particulier, accompagné de son nom, en regard d’un texte présentant les caractéristiques de la race à laquelle il appartient. Selon le mot de l’éditeur sur la jaquette, “It’s more than a drawing book, it’s also a picture and information book.[…] Widely recommended by librarians and teachers, they are ideal for instruction and entertainment”. Ces ouvrages  instruisent et distraient les lecteurs.

Dans la double page suivante, le lecteur apprend comment le dessiner, en 4 à 5 étapes, à l’aide de traits extrêmement simplifiés  et de courtes instructions.

La photographie est donc le point de départ à la réalisation d’un dessin très simple et fidèle, jusque dans l’emplacement des taches dans la fourrure de l’animal.  

“Ideal for those “what can we do ?” moments that arise on rainy afternoons”…  Ou de confinement… Il n’y a plus qu’à s’y mettre !

Symposium: Fotografi i barnlitteratur, 19 mars 2020 09:00 – 20 mars 2020 , Université de Stockholm

Cette annonce du colloque consacré à la photolittérature pour la jeunesse est d’abord en suédois puis en anglais. J’y parlerai des “Portraits de pays photoillustrés” pour enfants.

Välkommen till ett tvådagars-symposium om fotografi i barnlitteratur vid Institutionen för kultur och estetik den 19-20 mars, 2020. Öppet för alla.

Hippolyte Bayard, 1842 (public domain)
Hippolyte Bayard, 1842 (public domain)

Evenemanget hålls på engelska.

Photographs have been used to illustrate a great variety of genres within children’s literature. While many photographic illustrations from the beginning of the 20th century use staged scenes, or were part of the avantgarde experimentations within the media, documentary ambitions became increasingly common during the 1930s and 1940s and the photographic picturebook becomes a modern, educational and ideological medium. Many photographers and authors have created photobooks for children by combining photography with other artistic techniques, such as collage, photomontage and photograms. Inspired by ideas of a vanguard aesthetics, modernist artists often regarded photography as an aesthetic means to differentiate from the past in terms of form, style, and language. Similar kind of ideas can be traced in radical publishing for children during the 1960s and 1970s. As a result, within children’s literature, the choice of photography as a medium often expressed high aesthetic demands, but also ideological objectives. Thus, research concerning photography within children’s literature is also closely connected to ideas and changes in the conceptions of childhood, which impact on the depiction of children in relation to cultural transformation and social change.    

The symposium at Stockholm University will introduce leading scholars from seven countries and offers a meeting point for exchange of knowledge and research results within children’s literature, illustration history and photography. The symposium is admission free and open for all.

Speakers:

Katharine Capshaw, Laurence Le Guen, Mette Kia Krabbe Meyer, Olle Widhe, Jane Wattenberg, Monica Ruethers, Marnie Campagnaro, Anita Wincencjusz-Patyna, Bettina Kümmerling-Meibauer, Jörg Meibauer and Elina Druker.

Exhibition

A small exhibition with Karin Fryxell’s iconic Sotlugg-and Linlugg photobooks will be available at the symposium during Thursday.

Programme

Day I 19 March

09:30

Welcome

09:45–10:30 

Olle Widhe 

Zacharias Topelius and Scherer and Engler’s Ein Tag aus dem Kinder-Leben from 1877

10:30–11:15

Marnie Campagnaro

 “A successful photograph is worth as much as a story”: The influence of Photography on Bruno Munari’s picturebooks

Coffee

11:45–12:30

Anita Wincencjusz-Patyna 

From Halley’s Comet to Scout Kwapiszon: On Photomontage in Polish Children’s Fiction in the 20th Century

Lunch

13:45–14:30

Mette Kia Krabbe Meyer

Immigrants and Elves: The Everyday and the Fantastic in Danish Photographical Children’s Books

14:30–15:15

Jane Wattenberg 

Spellbound: Lona, Dare Wright’s Haunting Photo-Fairytale

Coffee

15:30–16:15

Monica Rüthers

The visual construction of an all-Soviet childhood in Soviet Photobooks

16:15–17:00

Bettina Kümmerling-Meibauer and Jörg Meibauer

Portrait of the child as a socialist: An inquiry into photographic picturebooks of the GDR

Day II 20 March

09:30–10:15

Laurence Le Guen

From the ‘Children of all Lands Stories’ to the ‘Enfants du monde’ collection, providing a view of the Other in children’s literature

10:15–11:00     

Elina Druker 

In and out of focus: Anna Riwkin’s photojournalism and photographic picturebooks

Coffee

11:30–12:30

Katharine Capshaw

Images that Control and Disrupt: 
The United States’ Black Arts Movement of the 1960s and 1970s

Final words

 

JE “Portraits de pays dans les collections jeunes publics”, le programme

Portraits de pays dans  les collections jeunes publics
  (Europe/Amériques, XIXè-­‐XXIè  siècles) , 11 mars, U. Rennes 2

 
 
Du récit de voyage imaginaire du début du XXe siècle aux documentaires fictionnels des années 1950 ou ceux d’aujourd’hui, le genre du « portrait de pays » forme une importante catégorie de la littérature pour la jeunesse, même si ce terme est encore peu usité pour désigner ces ouvrages qui présentent, directement ou indirectement, des territoires.

Il s’agit d’ouvrages destinés aux enfants pour dire l’espace et la spatialité, décrire l’ici et l’ailleurs, par le texte et/ou par l’image, par la fiction ou le documentaire, par la photographie ou l’illustration graphique.

Ces livres, majoritairement rassemblés sous formes de collections déterminées, proposent une « connaissance du monde  », conjuguent la notion de spatialité avec celles de pays, au sens large de l’acception du mot, d’identité nationale ou régionale et d’altérité.

Ces séries ont souvent été pensées pour faire connaître la vie d’enfants d’ailleurs, avec l’intention de contribuer à la paix entre les peuples. Avec le temps, ces intentions ont évolué vers de nouvelles préoccupations (construction européenne, écologie, solidarité …).

Au cours de cette journée d’étude, il s’agira d’abord de dégager les marqueurs de généricité du genre et de démontrer qu’il y a bien une conscience générique de ces ouvrages chez leurs créateurs.

Nous tenterons ensuite de mesurer l’importance de la logique de la collection et de la série dans ces productions. Nous envisagerons également d’étudier comment s’articulent dans ces portraits les relations entre textes et images. Il s’agira enfin de tenter de poser les balises d’une histoire des portraits de pays jusqu’à aujourd’hui et pour ce faire nous observerons aussi des collections plus spécifiques, celles des manuels de langue étrangère à destination d’élèves du secondaire.

9h Ouverture par Gaïd Le Maner Idrissi, vice-présidente à la recherche.

Introduction de la journée d’étude, Laurence Le Guen, Christine Rivalan Guégo, Catherine Sablonnière.  

CONSTRUIRE UNE IDENTITÉ
9.30 Christophe Meunier (université de  Tours).
  Construire un capital géographique, l’exemple de la collection « This is the… World » de Miroslav Sasek.

10.00 Christine Rivalan-Guégo (université Rennes2).
  Un pays peut en cacher un autre. Les petits Espagnols dans la série Le Monde des Éditions Piccoli.

10.30 Denis Rodrigues (université Rennes2).
Portrait d’Espagne et d’Amérique latine : quand le miroir déformant de l’idéologie s’en mêle…

11.00 Pause 15 min.

11.15 Simon Roguet  (librairie M’Lire, Laval).
  Quels ouvrages chez quels éditeurs aujourd’hui ? Qui sont les lecteurs ?


12h déjeuner (P710).

12h45 BU rencontre avec Lily Franey, photographe.  

DIVERSITÉ DE PRODUCTION
14.30 Eléonore Hamaide-­Jager  et Florence Gaiotti (université d’Artois).
  Portrait de pays en collection jeunesse dans le fonds du CRILJ (1980-2010).  

CONSTRUIRE DES PORTRAITS DE PAYS POUR ENFANTS : L’IMAGE AU CŒUR
15.30 Catherine Sablonnière (université Rennes2).
 De l’exploration d’horizons lointains à la découverte des sociétés contemporaines dans les bibliothèques « de instrucción y de recreo » en Espagne (1867-1930), entre collections populaires et collections jeune public.


16.00 Laurence Le Guen (université Rennes2).
  De la collection « Children of all lands stories » aux « Enfants du Monde » : peindre le portrait de l’ailleurs en photographies et en mots.


 16h30 Bilan et clôture.


 18h vernissage de l’exposition Lily Franey à la Galerie la Chambre Claire

EXPO PHOTO PORTRAITS D’ENFANTS

J E , T U , I L , E L L E , N O U S A V O N S D E S D R O I T S !
Militante de longue date, Lily Franey a voyagé et photographié partout où l’homme souffre. Elle a parcouru l’Afrique de l’ouest et du sud, le Guatemala, le Kurdistan, le Laos, le Liban, Madagascar, le Viet Nam, et a ramené de multiples images témoignant des conditions de vie difficiles, mais aussi des joies de ces enfants d’ailleurs, si lointains et pourtant si proches de nous.  

Chaque 20 novembre, nous célébrons l’anniversaire de la signature de la Convention internationale des droits de l’enfant. L’exposition « Je, tu, il, elle, nous avons des droits !» invite le spectateur à partir à la rencontre des enfants du monde en vingt-deux portraits accompagnés des grands principes de la convention.

Lily Franey sera présente à la bibliothèque universitaire le mercredi 11 mars à 12h45 pour un temps de rencontre avec le public, ainsi qu’au vernissage de l’exposition à 18h. 

 

 

Captain Kodak, a camera story

 Boston : Lothrop Publishing Co , 1899

Les éditeurs ont produit  différents genres d’ouvrages destinés à faire découvrir et à encourager la pratique photographique chez les jeunes lecteurs. Ils prennent parfois la forme du roman.

Captain Kodak, a camera story est publié en 1899 à Boston. Il est signé Alexander Black, écrivain, journaliste, photographe,  auteur d’un manuel pour photographe amateur, Photography indoors and out, a book for amateurs (1894)  qui commence par ces mots : “Probably photography is today the most popular of hobbies”.

Alexander Black choisit les personnages de son Captain Kodak dans le milieu de la photographie amateur. Au début du récit, la phrase d’un des personnages reflète l’engouement de l’époque pour le médium : « Everybody seemed to have a camera except us ! » . En cette fin de XIXème siècle, grâce à l’invention du “Press the button”, allusion au slogan lancé pour accompagner la commercialisation de l’appareil produit par la firme Kodak,  tout le monde photographie et les clubs d’amateurs foisonnent.

Ce roman  met en scène une bande d’enfants, membres d’un club de photographes.  Accompagnés de leur appareil photo, ils connaissent, tout au long de ces 288 pages, de multiples aventures qui leur donnent l’occasion d’ immortaliser l’indien Walking Dog, de ramener le souvenir des buildings de New-York, celui des rues de Brooklyn ou des animaux du zoo, autant d’éléments pittoresques. Ils s’essayent également  à la photographie artistique ou picturale en photographiant des fleurs dans un vase ou ou un bateau  sur la mer…  

Sous l’apparence du roman, l’ouvrage est destiné à montrer la facilité d’usage du Kodak, son accessibilité par les enfants et la variété des réalisations qu’il permet. On y apprend aussi comment monter une chambre noire, quelles sont les ampoules utilisées, etc…

L’ouvrage est illustré de nombreuses photographies, parfois deux par double -page. Elles ont souvent un format carré ou rectangulaire.  Elle sont le plus fréquemment placées dans ou en regard du texte et interrompent la lecture. Parfois elles sont détourées et le texte s’adapte à leur insertion.

Ces illustrations présentent les personnages, des enfants,  souvent photographiés en studio et parfois en extérieur. Il s’agit parfois de petites tableaux photographiques dans lesquels les comédiens ont pris la pose. Elles sont régulièrement légendées avec les paroles prononcées par les personnages. Le lecteur peut également croiser de nombreuses scènes de rue et des paysages croisés par nos aventuriers.

Cet ouvrage témoigne de la grande diffusion de la technique photographique dans la société américaine au tournant du XXème siècle, par le biais des clubs et des revues, et de la possibilité pour les femmes de la pratiquer. Il témoigne aussi de la réflexion menée par les éditeurs américains autour de l’insertion de la photographie dans le livre dès la fin du XIXème siècle. Il illustre enfin l’influence de certaines firmes productrices de matériel sur la production d’ouvrages destinées à faire connaître la technique photographique. 

Alexander Black, Captain Kodak, « Is-it all loaded and ready ? asked Edith », p. 29

Le jour où je serai grande, entretien avec Marie LiESSE

Miniphlit continue sa série d’entretiens avec les auteurs, écrivains et photographes, qui font les livres de photolittérature pour la jeunesse.  Marie Liesse, la photographe de l’album Le jour où je serai grande, a accepté de répondre à nos questions.

Miniphlit : Le jour où je serai grande ​ est-il votre premier album pour enfants ?

Marie-Liesse : Oui, c’est mon premier album pour enfant publié.

Comment est né ce projet ?

ll est né de l’envie de faire des albums jeunesse photographiques car il y en a trop peu. Mon idée était de proposer des albums qui ne soient pas que des imagiers ou des recueils de photographies extraits de films comme dans “Crin blanc” d’Albert Lamorisse. Même si ces livres sont magnifiques, pour moi cela ne suffisait pas : je voulais mettre la photographie au service de l’imaginaire enfantin à travers un conte photographié et non illustré. C’est une démarche qu’on retrouve dans “Le petite chaperon rouge” de Sarah Moon, ou plus récemment ” La dispute” d’Alain Laboile, et d’autres projets moins connus comme “Chip veut un chien” de William Wegman (que je recommande vivement!)

Le texte a-t-il été conçu avant les photographies  ?

Non. Il a été conçu après le projet photographique, même si certaines photos n’étaient pas complètement réalisées au moment où Timothée terminait le texte. Les photos ont servi d’inspiration à l’écriture du texte.

Aviez-vous le conte d’Andersen à l’esprit avant de démarrer ce projet  ? Est-ce qu’il s’agit d’une réécriture du conte ?

A l’origine il s’agissait en effet d’une réécriture du conte d’Andersen par l’image. J’ai longuement étudié le texte avant de penser aux photographies que j’allais faire. Puis j’ai réalisé des photos que j’avais, pour certaines, imaginées et mises en scène, pour d’autres conçues beaucoup plus spontanément (Comme celle des crapauds par exemple!). Ensuite j’ai eu un long travail de montage pour que la petite Poucette s’intègre le mieux possible dans la nature qui l’entourait. Une fois les photos réalisées, Timothée a donné une autre dimension au conte, ce qui, je trouve, lui confère encore plus de force : c’est à la fois la Poucette de notre enfance, sortie des pages du livre de mon grenier, mais aussi un nouveau personnage né de l’imaginaire de Timothée et de son amour pour l’enfance.

Avez-vous conçu les images seules ou en collaboration avec Timothée de Fombelle ? Qui a fait le choix des images ?

A l’origine j’ai conçu ces images dans un projet autonome. Ce n’est que bien plus tard que je me suis rapprochée de Timothée qui a travaillé sur ce texte. J’avais déjà une idée assez claire de la sélection mais, avec Timothée, au fur et à mesure de l’avancée de l’écriture nous avons mûri et fait évoluer le choix des images et leur combinaison. C’est toute la force de ce travail.

Concevez-vous le rapport texte-image comme un dialogue dans cet album ?

Oui bien-sûr. Il y a un vrai écho entre les images et la poésie du texte de Timothée.

Poucette est-elle une cousine de Tobie Loleness ?

Contrairement à Tobie elle est née dans une fleur imaginée par Hans Christian Adersen et non dans ce fameux arbre de Timothée de Fombelle ! Mais elle est très vite devenue sa cousine germaine une fois les deux univers réunis !

Est-ce un livre sur la mémoire ?

Oui, d’une certaine manière. Sur la mémoire de l’enfance qui est notre essence et qui, pourtant, s’efface si facilement

Merci Marie Liesse ! https://marie-liesse-galerie.com/

Cet article est protégé par les lois sur le droit d’auteur. 

ABC photography by Tarzipan

© 2017 Tarzipan Books, Berlin , 64 pages

La première partie de l’article est un texte en anglais que nous a envoyé la maison d’édition Tarzipan : 

A-B-C Photography
You are a photographer. Everyone is a photographer. All you need is a camera and your eye. But what makes a wonderful photo? What can photos tell us? And what can we tell the world with photos? Photography is an unfolding story we’re all still writing. And because every story is simply built from the twenty-six letters of the alphabet, here’s a little ABC of photography to help you on your way…

With this book you can enjoy magical, sweet, fun but also secretive, adventurous and dangerous photographs by these really good photographers:

Martin Parr, Wolfgang Tillmans, Nan Goldin, Alec Soth, Peter Lindbergh, Sarah Illenberger, Christopher Bucklow, Denis Darzacq, Thekla Ehling, Jason Evans, Bela Borsodi, Doug DuBois, Sylvie Zijlmans, Achim Lippoth, Roger Ballen, John MacLean, Neetha Madahar, Christoph Niemann, Bene Ochs, Simon Roberts, Julian Röder, Sebastião Salgado, Walter Scheels, Melanie Bonajo, Robin Schwartz, Sascha Weidner and Tim Walker.

Text by Monte Peckham Edited by Jan von Holleben

ABOUT THE BOOK
A-B-C Photography is a classic Alphabet book that links the medium of photography with the rest of the world out there – somewhat quite philosophic. Each letter of the alphabet will introduce an image alongside an interconnected key word from the field of photography (beauty, construction, document, digital, exposure, evidence, humanism, identity, luck, mood, memory, negative, objective, perspective, reflection, time, truth, unconscious…) as well as a brief and witty philosophical explanation of the word that goes beyond the medium.

The book brings together a collection of worldwide known photo heroes and younger acclaimed photographers from various walks of life: Artists, documentary photographers, commercial photographers, illustrators or just curious image makers. What unites them all is a visionary concept within their work, the relentless energy to create images that amaze and their interest to communicate with children.

ABOUT TARZIPAN

Following up on my last 7 years of making photo books for kids with Thienemann, Little Steidl, Thames & Hudson and Gestalten publishers amongst others, we teamed up with their experts in order to create something new – TARZIPAN Books.

TARZIPAN is sweet and bright and curious and wild. It is a new approach to children’s book publishing. TARZIPAN brings together existing photographs of renowned artists and recontextualises them allowing young readers to make up their own stories and to freely explore the fantastic worlds of some of the most original photographers of our time. With our books we aim to promote visual literacy, spur creative thinking and revive the power of imagination. Introducing our first season of books we start off with a big bang: The A-B-C Photography book will set the scene for everything else to come, and introduces TARZIPAN Books and its dream team of collaborators to the public. “

© 2017 Tarzipan Books, Berlin

Après plusieurs publications dans d’autres maisons d’éditions, les frères Marius ( formé en marketing) et Jan Von Holleben (le photographe) ont fondé la maison d’édition allemande Tarzipan et publié ensemble un ouvrage photographique pour enfants ABC photography. Il a été distribué en Europe, aux Etats-Unis et en Australie.

ABC photography a les codes de l’Abécédaire : une lettre en grande taille et un mot associé, en regard d’une image. Il s’attache comme souvent à explorer un thème, celui de la photographie comme révélateur ici.

L’image photographique quitte la page de droite traditionnellement destinée à l’accueillir pour naviguer de l’une à l’autre.  Elle franchit même souvent la frontière entre les deux pages pour déborder  sur l’autre. Elle peut être en noir et blanc ou bien en couleurs. Elle offre des gros plans sur des objets comme des scènes de la vie d’ enfants peu ordinaires. L’idée est de surprendre, d’inviter le spectateur-lecteur à s’interroger sur leur contenu. Il s’agit aussi de provoquer son imaginaire.

Les auteurs des photographies sont célèbres ou inconnus. L’idée est de faire connaître la belle photographie aux enfants, dans un monde saturé d’images et de selfies : “We hope that it’s something that doesn’t only attract parents who want their kids to be little arty guys, but also to people who are looking for a regular picture book and understand that photography is so omnipresent”.

© 2017 Tarzipan Books, Berlin
© 2017 Tarzipan Books, Berlin

Les mots choisis et les petits textes en dessous sont souvent plein d’humour. Ils portent aussi des petits messages philosophiques sur  l’art et la beauté dans le monde qui nous entoure, révélés par la photographie. Tout ce que l’on voit dans ce livre, aussi surprenant soit-il, appartient bien à notre univers. 

Merci Marius ! 

http://tarzipan-books.com/

Timothée de Fombelle et le livre photolitteraire

Timothée de Fombelle et Marie Liesse, Le jour où je serai grande, une histoire de Poucette; Gallimard Jeunesse, 2020

L’année 2020 commence bien ! Voici un nouvel ouvrage pour Timothée de Fombelle et Miniphlit a le plaisir de le présenter avant même sa mise en place dans les bacs des libraires. 

D’emblée, le format carré du livre, sa couleur bleu pastel, sa couverture cartonnée nous plongent dans les lectures de la toute petite enfance. Pourtant il propose de multiples lectures.

« Le jour où je serai grande ». Est-ce qu’il manque des points de suspension ? Le lecteur imagine qu’il va, en tournant les pages, découvrir tout ce que fera Poucette quand elle sera adulte. Mais le lecteur hésite. Grande comment ? Grande par l’âge ? Va-t-il découvrir ce qu’une enfant imagine du monde des adultes ? Grande par la taille, alors que la photographie nous montre une toute petite fille ? Le sous-titre nous aide un peu. « Une histoire de Poucette ». Poucette ? C’est le nom d’un conte de Christian Andersen ? S’agit-il donc d’en proposer une autre version ? De ressortir le conte avec des habits neufs et un nouveau visage ?

Entrons dans le livre. L’image photographique est partout, cerne le lecteur. Gros plan sur la bouche de la fillette, sur ses mains , sur des fleurs, sur une araignée dans sa toile, flous, photomontages qui mettent en regard la fillette et une souris, la fillette et une taupe. On plonge dans l’univers de Poucette et c’est féérique.

copyright Gallimard

Le souvenir du conte est remobilisé par les photographies : La fillette minuscule, sortie d’une fleur, l’amitié avec un rongeur, la taupe, le mariage, l’envol, les voyages de fleurs en fleurs, l’hirondelle. Tout y est. Timothée de Fombelle et Marie Liesse font revivre les épisodes au fur et à mesure du tournage de pages. Magie du photomontage, Poucette fait la taille des animaux et des plantes qu’elle croise.

Ce sont les photographies qui remémorent le texte d’origine car les mots n’en parlent pas. Ils portent un autre langage, celui des pensées de Poucette qui se dit qu’elle ne devra rien oublier lorsqu’ elle sera adulte. Loin de l’insouciance des enfants, Poucette songe que la mémoire s’efface et que ses souvenirs disparaîtront. Les mots proposent une autre lecture des photographies qui deviennent des souvenirs. La mémoire de l’enfant est une boite enregistreuse. Elle a tout fixé, les sons des pétales qui tombent, les odeurs des matins mouillés, le gout des larmes. Les souvenirs sont souvent imprécis, comme l’indique ce flou qui occupe le contour des photographies. Ils ressurgissent par association de couleurs,(la robe et les fleurs), par flash (le vif des roses. ). Le lecteur partage le regard de Poucette, l’observe parfois de loin.

Ce livre contient donc l’inconscient de Poucette. Il enferme les rêves, les souvenirs, l’imaginaire de l’enfant quand il joue.

On pense à Tobie Loleness, personnage minuscule qui évolue dans son grand arbre. On songe à tous les petits personnages des contes, du Petit Poucet à Alice en passant par Gulliver. L’illustration photographique renvoie à tous ces ouvrages qui font évoluer leurs personnages dans un décor à leur taille, des animaux d’Harry Whittier Frees, au surréaliste personnage du Cœur de Pic, aux enfants de The Enchanted Forest qui discutent avec des oiseaux ou au Petit Chaperon rouge de Sarah Moon. La photographie a le pouvoir encore une fois d’ajouter un supplément de réalité et de donner au lecteur l’illusion que tout ce qui se passe est possible.

Pour découvrir d’autres photographies de Poucette et le travail de Marie Liesse, c’est ici : : https://marie-liesse-galerie.com/portfolio/poulettes/

 

Bonne année 2020 !

 

Первоклассница maroussia va à l’école

Vous trouverez une version française à la suite de cette présentation en russe

Дорогие читатели, мы хотим представить вашему вниманию повесть «Первоклассница»(во французском переводе «Маруся идет в школу»), написанной русским советским прозаиком, сценаристом, поэтом, драматургом и журналистом Евгением Львовичем Шварцем, изданой в 1949 году (продолжает издаваться по сей день) .

Каждая из 13 глав имеет иллюстрацию в виде фрагмента из художественного кинофильма «Первоклассница». Картина была выпущена 22 марта 1948 года, автором идеи и сценаристом является Е.Л. Шварц. Главную роль сыграла советская актриса Наталья Александровна Защипина.

Повесть о девочке Марусе , готовой вступить в новую жизнь и стать школьницей. Желание было таким сильным, что ослушавшись маму она идет подавать документы в первый класс самостоятельно. Новая жизнь влечет за собой и новые сложности : борьбу за расположение учителя, вступление в общество, имеющее свои правила и устои, где ты должен научиться дружить, быть честным и помогать другим. Повесть о советской школе и ценностях того времени.

 

Ecriture à quatre mains pour présenter cette novellisation du film “Première année” , lui-même réalisé à partir de l’ouvrage éponyme  signé de l’écrivain scénariste, poète et journaliste,  Yevgeny Lvovich Schwartz.  Dans ce livre   publié en  1949, les 13 chapitres sont  illustrés de 48 photographies tirées du film éponyme réalisé en 1948. Le rôle principal est tenu par l’actrice soviétique Natalya Alexandrovna Zashipina. https://www.youtube.com/watch?v=o8L_K54qzZ8&feature=youtu.be&fbclid=IwAR28Ul5jYuFbQHBPUzCR8mR26Sm-GXKj7tD9rUVCgl1EsA

 Marusa a 7 ans et elle rêve de devenir écolière. Munie de tous les papiers de la maison, elle va s’inscrire toute seule en cachette à l’école. Ainsi commence l’histoire. L’ ouvrage fait ensuite le récit de sa première année de scolarité, entre vacances et péripéties scolaires,  en passant par la célébration de la Révolution d’Octobre. L’intégratIon à l’école n’est pas si simple. Marusa  doit s’habituer à obéir à son enseignante, apprendre les règles qui feront d’elle une bonne citoyenne. Cet ouvrage, destiné aux jeunes pionniers, est un parfait exemple de la propagande soviétique à destination de la jeunesse. 

Le livre a été publié en 1953 en France avec un titre très différent du titre  russe  : Maroussia va à l’école (Maroussia = Ma Russie). 

 Maroussia va à l’école est également le titre d’une nouvelle de Sylviane Roche  publiée en 1993. Monique, la petite fille de l’histoire, se remémore l’arrivée du livre soviétique chez elle en 1954. Lorsqu’elle amène cet ouvrage à l’école,  ses camarades commencent par lui envier ce bel ouvrage avec des photographies, avant de la traiter de “coco” :   “Mais le livre qu’elle préférait, c’était celui que son papa lui avait donné cette année-là pour Noël. C’était un grand livre. Sur la couverture, on voyait une petite fille assise à un pupitre et qui écrivait avec un porte-plume transparent. Le livre s’appelait Maroussia va à l’école. Il racontait l’histoire de Maroussia, la petite fille de la couverture. Ce qui était génial, c’est que les illustrations n’étaient pas des dessins, mais des photographies. Sur chaque page, il y avait une grande photo, avec le texte au-dessous qui expliquait.
[…] Monique adorait ce livre, et elle le lisait presque chaque soir. C’était surtout à cause des photographies. Les livres avec des photos avaient toujours été ses préférés. Elle avait aussi Bim le Petit Âne, Crin-Blanc, Le Ballon rouge. Elle les aimait beaucoup, mais c’était toujours des histoires de garçons. Ce qu’il y avait de mieux, avec Maroussia, c’est que c’était une petite fille et qu’elle allait aussi à l’école, sauf qu’en Union soviétique c’était beaucoup plus beau qu’ici, des écoles toutes modernes, avec de grandes fenêtres, de larges couloirs et des fleurs. » https://campiche.ch/pages/extraits/Roche_Maroussia%E2%80%A6pdf.pdf

 

Moscou, Éditions en Langues Etrangères, 1953 – Cartonné, 22,5 cm x 29 cm, 128 pages, 48 photos non signées in-texte – Texte de Evgueni Schwartz 

Vita Ustanina & Laurence le Guen

Photolittérature pour la jeunesse