Abeceda : bousculer l’ABC

Publié en 1926, à Prague, Abeceda fût d’abord un ensemble de petits poèmes de Vitezslav Nezval, performés par la danseuse Milca Mayerova, qui illustra chaque lettre par une chorégraphie.

En plaçant, dans le même espace d’une page, une lettre, dans une typographie nouvelle, un poème et une image photographique de la danseuse mimant cette lettre,  les auteurs Karel Paspa, Karel TEIGE, Vitezslav Nezval, membres de l’avant-garde tchèque de l’entre-deux guerres,  entendirent révolutionner l’objet livre et en faire une expression de l’unité de tous les Arts.

Typographie et photographies d’un spectacle donnent aux poèmes  un caractère très visuel. Le spectateur se fait lecteur et le lecteur devient spectateur.

On notera également qu’en faisant de l’abécédaire, premier livre des apprentissages du petit enfant, le lieu de leurs expérimentations, les créateurs eurent la volonté d’offrir aux futurs citoyens de l’Union Soviétique, un nouveau modèle d’acquisition des savoirs.

La Hollande, l’autre pays du photomontage

La contribution du photographe hollandais Piet Maree (1903-1999) à la production de livres  pour enfants dans l’entre-deux guerres prouve combien la photographie peut illustrer tous les domaines de la littérature pour enfants.

Au nombre de ses publications, on trouve, en effet, ce recueil de chansons et partitions, publié initialement en 1933 par la société de radiodiffusion  Avro, mais également un abécédaire, un album narratif, un imagier sur les animaux de la ferme, un ouvrage pour apprendre à créer soi-même des jouets et, plus étonnant encore, cet album, publié en 1938, expliquant la technique du photomontage.

Dans tous ces ouvrages, photographies, photomontages et illustrations couleurs,  jouent avec la typographie.

Ce maître du photomontage était également créateur de jouets, animateur d’une émission radiophonique destinée à la jeunesse, réalisateur de film, créateur de décors et travailla pour la publicité.

 

 

 

 

Alberlado Morell, de l’autre côté du miroir

Albelardo Morell, photographe américain, né à Cuba, réalise cette nouvelle version des aventures d’ Alice, en s’appuyant sur les dessins originaux de John Tenniel, qui s’échappent de l’oeuvre et deviennent des personnages en volume.

Chaque scène est recomposée en trois dimensions, puis photographiée. Le paysage du Wonderland est celui des livres.

« When i was approached to do this work, the first thing i did was to read it again; What i love about the story is Alice’s strenght and curiosity in the midst of very weird thing : she is a wonderful guide to chaos »

Bel hommage d’un photographe actuel à Lewis Carroll, lui aussi photographe.

.

Abelardo Morell, Alice’s Adventures in Wonderland, Dutton Children books, 1998.

Pour en savoir plus sue Abelardo Morell : http://www.abelardomorell.net/

 

Big Little Books

 

Dans les années 30, la Whithman Publishing Company lance sa collection des  Big Little Books. Chaque livre, d’un tout petit format, comprend une page de texte avec, en regard, son illustration.

Chaque ouvrage est une adaptation d’un comic, d’une émission radiophonique ou d’un film, à partir de 1933. Si certaines illustrations sont des re-créations de l’univers visuel par le dessin, nombreuses publications voient le jour avec les photographies du film, et la mise en avant de leurs vedettes sur la couverture, comme dans un générique.

Alice in Wonderland de la Paramount Picture,  avec Gary Cooper dans le rôle du White Knight et Charlotte Henry dans le rôle d’Alice, est ainsi publié en 1934.

Le succès de ces ouvrages entraînent bientôt d’autres novellisations de films par des maisons concurrentes, dont Rand Mac Nally, qui tablent sur la starisation des vedettes comme Shirley Temple ou Laurel et Hardy.

D’autres titres :

Little women de la RKO (1933)

The new adventures of Tarzan de la XXth Century Fox (1935)

Sequoia de la MGM (1935)

 

 

Master st Elmo, the autobiography of a celebrated dog.

Le 20 decembre 1908, le Los Angeles Herald tribune annonce la parution de deux livres pour enfants Captain kidd junior and Sinbad the sailor et Master st Elmo, the autobiography of a celebrated dog.

Les deux ouvrages sont signés de Caro Smith Senour, riche résidente d’Hollywood et de Chicago, déjà connue pour ses créations de chansons pour enfants et son engagement dans la défense des animaux.

L’auteur de l’article rappelle que tous les enfants sont naturellement attirés par les animaux et que, si parfois des petites histoires leur apprennent à s’en méfier, ces ouvrages vont les réconcilier, en démontrant la sagacité et la loyauté des animaux de compagnie.

Bien loin des tribulations de Sac à Tout dans les bas-fonds du  Paris des années 1900, St Elmo, un lévrier anglais raconte aux enfants qui liront ses mémoires de chien de 6 ans, sa vie tranquille au sein de la maison de Caro Smith Senour et ses multiples rencontres avec d’autres animaux,

Cet ouvrage est  révélateur des débuts de cette littérature pour enfant qui utilise l’animal comme substitut du petit d’homme :  le chien est élevé comme les enfants de la famille, s’exprime, partage les mêmes sentiments que les humains, « we doggies have feelings, too », reçoit des leçons sur l’histoire du pays, revendique sa bonne éducation, logique en tant que lévrier, chien aristocratique,  écrit ses mémoires et s’adresse aux jeunes lecteurs pour leur donner des leçons de morale.

Il ne s’agit pas pour autant d’un anthropomorphisme total puisque  le chien a aussi des activités de chiens, comme poursuivre les chats et les écureuils mais, selon l’auteur, de donner une voix aux animaux.

La photographie n’est pas anecdotique puisque 41 photographies illustrent le récit, en vignette ou en pleine page,  avec des clichés de ses amis, chiens, chats, chevaux, des enfants de la famille mais aussi des lieux visités au cours de ses petits séjours. le livre fonctionne comme dans un album de souvenirs, que le chien présenterait aux enfants, puisqu’il fait de nombreuses allusions aux images photographiques présentes. Ainsi, St Elmo ironise sur la façon dont on l’a parfois affublé pour lui faire prendre la pose  dans le studio photo, mais constate combien il est à son avantage en costume de gentleman.

Majour St Elmo, Milton, Springfield, Mass, U.S.A , Bradley Company 1904

L’ouvrage est aussi un moyen de promotion de Caro Smith Senour, qui n’hésite pas à inclure ses poèmes et chansons pour enfants au sein du récit et sa propre photographie en frontispice, pour amorcer l’histoire et rendre ainsi visible sa stratégie d’auteure. Elle se présente d’ailleurs  comme porte-parole des animaux et signe ainsi « The children and animals’ friends ».

Sans doute un aimable divertissement pour enfants en 1904, Major st Elmo apparaît aux lecteurs aujourd’hui comme un témoignage sur le mode de vie de la bonne société américaine et est révélateur de l’usage non restrictif de la photographie dans les livres aux Etats-Unis, au début du siècle.

 

 

 

Conférence à l’université de Tucson, Arizona, 3 avril

« Photolittérature pour enfants, l’importance des archives »

« Si aujourd’hui il est communément admis de trouver des photographies dans le livre pour enfants, nombreuses ont été les réticences des créateurs, éditeurs et lecteurs pour associer littérature pour le jeune public et illustration par la photographie. Il existe néanmoins un important corpus photolittéraire destiné à la jeunesse, en France, en Europe et aux Etats Unis, qui n’a jamais fait l’objet d’une étude systématique. Le recours aux archives des maisons d’édition et des créateurs est fondamental pour retracer la genèse de cette production, saisir l’héritage qu’elle a légué aux productions actuelles et lui redonner sa pleine signification historique et culturelle ».

Laurence Le Guen is a doctoral student at the University of Rennes in France. She is a member of the CELLAM research center. The CELLAM is characterized by the presence within it of specialists of the relationships between literature and the visual arts. From 2003 to 2013, it was run by Professor Jean-Pierre Montier, Laurence Le Guen’s dissertation advisor, who works on the literary inventions of photography and who has created an international research group devoted to photoliterature. Laurence Le Guen is carrying out research in French children literature. She specializes in children’s books illustrated by photographs and analyses the interactions between literature and photography. She is the author of several books for children.

 

The secret life of Squirrels

The secret life of squirrels, Little Brown Books for Young Readers, 2014.

Elle n’est plus si secrète en vérité, la vie des écureuils, depuis que la photographe Nancy Rose a révélé, photographies à l’appui, les passe-temps favoris de ces petits animaux !

Et l’on apprend que, bien loin d’une vie que l’on qualifiait de sauvage, ces animaux s’adonnent en vérité à des activités bien humaines telles qu’ inviter leurs amis à prendre le thé, à patauger dans une piscine ou à partager un dîner aux chandelles…

En vérité, la photographe construit des mondes miniatures en carton, dans lesquels elle cache des noisettes pour attirer les écureuils gourmands, qu’elle photographie ensuite,  photographies qu’elle retravaille ensuite à l’ordinateur pour leur donner des poses bien humaines.

On pense aux chiens de William Wegman ou aux clichés de Harry Whittier Frees…

D’autres photographies sur le blog de Nancy Rose : http://www.secretlifeofsquirrels.com/

 

L’Écrivain vu par la photographie. Formes, usages, enjeux

 

L’Écrivain vu par la photographie. Formes, usages, enjeux, s. dir. David Martens, Jean-Pierre Montier & Anne Reverseau

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017.

 

Présentation de l’éditeur :

Les écrivains ont été parmi les personnages les plus photographiés, en dépit de leurs fréquentes réticences. Mais que voit-on des écrivains dans leurs photographies ? L’écrivain vu par la photographie entreprend une vaste réflexion, tant historique que philosophique ou sociologique, qui se propose de penser la représentation photographique des écrivains en relation avec la médiatisation de l’activité littéraire, mais aussi plus largement avec la photolittérature, c’est-à-dire le rapport complexe, entre fascination et répulsion, entretenu par les écrivains avec ce medium depuis ses origines.

Les  portraits d’auteurs, la représentation de ses proches, de ses lieux de vie, voire de ses objets familiers, font depuis longtemps partie de l’écosystème de la vie littéraire, mais les photographies des écrivains sont demeurées une sorte de face cachée des livres. À travers 25 contributions illustrées, cet ouvrage examine comment la littérature, le journalisme, l’enseignement, la publicité et le monde muséal, usent de ces images. Son ambition est de montrer tout ce que la photographie a changé dans la relation des lecteurs aux auteurs, du milieu du XIXesiècle à l’ère du numérique.

 

David Martens est professeur de littérature française moderne et contemporaine à l’université de Louvain (KU Leuven). Membre fondateur du groupe MDRN (www.mdrn.be), il s’intéresse aux modes de constitution et de médiation de la figure de l’écrivain (signature, entretiens, iconographie).

Jean-Pierre Montier est professeur de Littérature française à l’université Rennes 2. Il a créé en 2012 le site phlit.org, consacré à la photolittérature. En 2015, lauréat avec Suzanne Guerlac du France-Berkeley Fund, il a publié Transactions photolittéraires (PUR). En 2016, avec Marta Caraion (Professeur à Lausanne), il a été commissaire de l’exposition « Photolittérature » à la Fondation Jan Michalski.

Anne Reverseau est chercheuse à l’université de Louvain (KU Leuven). Spécialiste des modernités poétiques, elle travaille sur tous les types de rapports entre photographie et littérature : esthétique documentaire, livres photo-illustrés et portraits d’écrivains.

Bazar Bizarre et le photomontage pour jouer

Le travail de Jean Lecointre pour les éditions Thierry Magnier n’est pas sans rappeler celui que fit Hannah Hoch pour son Picture Book.

Pour Bazar, bizarre, publié en 2012, ces découpages, collages, photomontages, illustrent deux mots qui varient à une sonorité près : bouton-mouton, poule-boule, lièvre-livre…

Comme Hannah Hoch, Jean Lecointre découpe dans des photographies publicitaires, assemble ses découpages, photographie le résultat. Surgissent alors des êtres hybrides qui questionnent, intriguent attisent la curiosité du jeune lecteur, qui sourit à la vue de ce lièvre qui porte un livre, ce porteur de crapaud plutôt que de drapeau, cette poule gonflée à l’hélium.

Une différence est notable toutefois : ses personnages hybrides sont constitués de parties facilement identifiables, rassurantes et amusantes  pour le jeune lecteur, alors que chez Hannah Hoch, le contenu de l’image est le plus souvent méconnaissable et que le résultat plonge le lecteur dans un monde totalement fantastique et onirique.

La création de Jean Lecointre est un jeu. Celle d’Hannah Hoch était l’expression d’une angoisse profonde et une volonté d’échapper au réel dans lequel était plongée l’Allemagne nazie.

Le travail de Jean Lecointre pour cet album témoigne aussi de ce que les avancées technologiques et le recours aux logiciels tels Photoshop permettent de créer des personnages hybrides en travaillant simplement sur une photographie, avec ce mouton gonflé comme un bouton et percé de quatre trous, ou cette carotte-carrosse affublée de quatre roues.

http://www.editions-thierry-magnier.com/9782364741539-l-jean-lecointre-bazar-bizarre.htm

An ABC Book, objects in photograph

C’est bien loin du livre d’artistes ou d’une réflexion pédagogique, cette fois, que certains éditeurs ont publié des livres pour enfants illustrés par la photographie.

Dans cet abécédaire paru en 1934, chez Whitman Publishing  and Co, aux U.S.A,  la photographie vient seulement illustrer la lettre et le mot. Ces derniers, en page de gauche, ne sont pas choisis avec une thématique particulière et sont assez éclectiques, plongeant à la fois dans l’univers de la maison, la nourriture, les animaux, les instruments de musique et sont parfois éloignés des préoccupations  enfantines : automobile, bread, chair, elephant, flowers, gloves, indians, jar, kiddle car, lion, owl, purse, queue (tresse de chinois), rose, shoes and stockings, telephone, umbrella, violin, watermelon, xylophon, yacht, zebra. Certaines pages ne portent même pas de mot et se contentent d’associer initiales et photographie.

Les photographies en noir et blanc, sans nom d’auteur, sont parfois prises dans des décors naturels : les éléphants au zoo, le nid d’oiseau avec ses œufs. Sur certaines pages, la mention « Courtesy Underwood and Underwood », alors producteur et distributeur d’images photographiques, semble indiquer que l’éditeur ait fait son choix dans un stock d’images.

La photographie, sans conteste, est utilisée pour « faire moderne », mais la réflexion sur la photographie comme outil  au service des apprentissages, que l’on trouve dans The First Picture Book paru 4 ans plus tôt, est totalement absente.

 

 

The First Picture Book, plus qu’un imagier

 

The First Picture Book, Whitney Museum, 1991.

Si le livre d’Edward Steichen, The First Picture Book, Everyday Things for babies, publié en 1930, est sans doute aujourd’hui à ranger dans la catégorie des livres faisant partie du patrimoine, et à ce titré réédité,  il est aussi à regarder comme un témoignage des réflexions autour des pratiques pédagogiques du début du siècle dernier, aux Etats-Unis.

Edward Steichen le réalise en collaboration avec sa fille, la psychologue Mary Steichen Calderon et avec le BEE, Bureau of Educational Experiments.

L’ ouvrage, sans texte, présente 24 objets du quotidien, photographiés en noir et blanc et en gros plan, en studio, en lumière artificielle : une tasse de lait avec tartines, un ours en peluche et une balle, des blocs de construction, un train en bois, un savon…Ces objets évoquent presque tous un aspect de l’éducation,  se laver, mettre la table, bien se nourrir, prendre soin des fleurs, avoir des activités de plein air…

Il ne s’agit pas d’un simple imagier. La photographie de Steichen, objective, presque scientifique, d’objets en gros plan, éloignés de leur contexte, doit conduire l’enfant non plus simplement à voir, mais à regarder différemment et observer le monde qui l’entoure. Plus encore, ces photographies, qui font surgir les textures, les bruits, doivent inciter l’enfant à se saisir des objets et à agir.

La photographie, au carrefour de la science et de l’art, y est un outil au service de cette découverte du monde, bien plus que des dessins, trop porteurs d’imaginaire.

It’s a small world

Ce n’est pas de l’attraction de Disney dont il est question ici, mais d’un livre publié en 1901, à Londres, chez Grant Richards,  The Six-Inch Admiral.

« A story about a little girl who would like to be a Japanese dolly but would not want to marry one….!”

6inch2

Aldine, petite londonienne, voit son rêve se réaliser, le jour où elle tombe dans une mare de larmes. Transformée en poupée, elle s’embarque pour un tour d’un monde à taille de poupée, en compagnie de son jeune compagnon, amiral de la flotte de sa majesté.

Le récit de son voyage est aussi l’occasion d’appréciations impérialistes et chauvines.6inch4

50 mises en scènes photographiques accompagnent cette histoire de poupées.

 

 

Jules Verne et la photographie

1044064247

A partir de 1899, les romans de Jules Verne font alterner photographies et gravures. Les photographies y jouent un rôle documentaire et didactique et confirment la volonté d’enseignement, similaire à celle des ouvrages scolaires,  qui accompagne la publication de ses œuvres au sein de la Bibliothèque   d’éducation et de récréation, fondée par l’éditeur Jules Hetzel.

Toutefois, avant 1899, les gravures réalisées par les illustrateurs sont parfois directement inspirées de photographies de voyageurs.

Le voyage relaté dans Claudius Bombarnac s’inspire de celui réalisé par Paul Nadar entre Septembre et octobre 1890, de Tiflis à Samarkande. Dès 1890, Jules Verne démarre l’écriture de ce « roman ferroviaire » qui conduit son héros, « un reporter du XXème siècle » jusqu’à Pékin.

Le titre de ce « roman fantaisiste et gai » a varié entre 1990 et 1992 : Voyage de l’express Transasiatique de Tiflis à Pékin, Notes d’un reporter, 13 jours avec Claudius Bombarnac.

Il paraît en feuilleton en octobre 1892, dans le journal conservateur Le Soleil, puis en volume gr.in-8, fin novembre 1892.

Paul Nadar rapporte 200 photographies de son voyage, réalisées avec les nouveaux petits appareils de photographie instantanée, le Kodak ou son Detective Nadar. Jules Verne, ami de la famille Nadar, a sans doute pris connaissance de ces clichés, puisque de nombreuses similitudes existent, des costumes aux monuments,  entre ces photographies et les illustrations réalisées par Léon Benett, qui, bien que grand voyageur lui-même, ne connaît pas la région.

 

 

 

 

Le secret des deux plumes ou les pouvoirs de la photographie

 

img_2304

Lorsque en  1954, Albert Mermoud reçoit la proposition du couple Helena Kolda -Ivan Dukachek, de publier Le secret des deux plumes à la Guilde du livre, il sait, avant même d’avoir lu le texte, qu’il éditera ce roman-photo.

Il faut dire que ces clichés originaux retiennent l’attention, avec ce jeune garçon enfermé dans un bocal de confiture, ce chien à deux têtes…

img_2307

Le récit des aventures fantastiques de Martin, dans le décor des rues  modernes de Manhattan pourrait-il se passer des photographies ? C’est impossible ! Et le lecteur est averti dès l’incipit : « L’histoire des deux plumes exige pour être racontée, non seulement des mots, mais aussi des photos ».

La photographie a ici tous les pouvoirs.

Surnommée l’ « Omni-vue » elle peut voir et fixer sur papier l’imaginaire du créateur. N’est-ce pas le propre fils de l’auteur qui figure sur les photographies, un petit Ivan Dukachek en réduction ? Cette histoire n’est-elle pas inspirée de la propre enfance de celui qui rêvait d’avoir des pouvoirs magiques pour pouvoir fuir la Tchécoslovaquie communiste ?

Elle a aussi le pouvoir d’attester , que tout ce qui vient d’être raconté est bien réel. D’ailleurs, à la fin du récit, le héros  découvre une boîte avec tous les clichés des moments clefs de son aventure.

Et enfin, elle ouvre aussi la porte sur le rêve, le merveilleux, celui qui peuple l’esprit du lecteur, un monde qu’il s’invente pour fuir le monde qui l’entoure…

Photolittérature pour la jeunesse