Photo-sculpture, 1940

Henri Rox, Banana Circus, London, Hammond, Hammond & Company Ltd, New York, Putnam’s sons, circa 1940, 48 p.

Henry Rox (1899-1967) est l’auteur de ces délicieuses et très anthropomorphiques sculptures périssables, qu’il photographie, et avec lesquelles il réalise trois ouvrages pour enfants Banana Circus, Tommy Apple in banana land, Tommy Apple and Peggy Pear  dans les années 1930 et 1940.

Banana Circus met en scène la famille Banana dans différents numéros de cirque, acrobates, musiciens, otarie, projectile « humain »…  Le texte en regard des photographies est signé Margaret Fisher, émigrée d’Allemagne pour s’installer aux U.S.A avant la guerre comme lui, et auteure de nombreux albums pour la jeunesse.

Le juin 1941, le magazine Life lui accordait déjà deux pages, dont une accueillait une histoire photographique en couleur. L’auteur de l’article suggérait que ces petits personnages pourraient être à l’origine d’une nouvelle sorte de bande dessinée.

« Speaking of pictures », Life, juin 1941

Je m’amuse avec le photomontage en 1931

Jean Manfrédi, Je m’amuse, Paris, Librairie Flammarion, circa 1931.

L’album paraît en 1931, au moment où Sougez  publie deux albums destinés à présenter les objets de l’enfance : Alphabet et Regarde. Dans ces mêmes années, Ergy Landau et André Kertesz proposent leurs visions de l’enfance dans leurs albums Enfants, avec des images d’enfants photographiés au bain, à table, dans leurs séances de jeux. Pierda  propose lui aussi son Alphabet photographique. De l’autre côté de l’Atlantique, Mary Steichen Calderone préface le livre de son père en déclarant que rien ne convient mieux à l’enfant que les livres illustrés de photographies, pour découvrir le monde.

Page intérieure

Cet album de Jean Manfrédi (auteur d’un autre album pour enfants, entièrement dessiné, en 1935, chez le même éditeur) offre cette particularité de proposer des illustrations mi-photographiques, mi-graphiques. Les têtes, mains et jambes des deux enfants proviennent de photographies, tandis que le décor et les jouets sont dessinés et coloriés. Son auteur aussi s’amuse. On n’est pas loin des réalisations de Piet Maree : https://miniphlit.hypotheses.org/477

Colloque Cinéma et littérature pour la jeunesse 15 -16 novembre BNF/ENS

« Dans les années 50, période phare pour l’album pour enfants illustré de photographies et pour les novellisations, les livres tirés des films d’Albert Lamorisse viennent proposer un nouveau type d’ouvrages dans lesquels la photographie offre au lecteur un objet dans lequel visuel et verbal sont d’égale importance. L’album abondamment illustrés de photographies, repose sur la re-matérialisation des images filmiques, accentue le lien avec l’œuvre originelle. Ces novellisations entrainent souvent un récit réduit, sans description (abondance des photographies), une stéréotypisation des données du récit (on se focalise sur les personnages), la création d’un narrateur puissant (le film Le Haricot d’Edmond Séchan était muet), une accélération de la diegèse ».

J’évoquerai, le vendredi 16 novembre, la question des conséquences du transfert esthétique, lors du passage du film au livre, dans les œuvres du cinéaste Albert Lamorisse. Bim le petit âne, Crin blanc et Le ballon rouge.

La déclinaison de ces films sur un autre support médiatique, si elle permet pour le spectateur de maintenir le lien avec l’œuvre d’origine, conserve-t-elle la richesse du premier produit ? Voilà ce à quoi je tenterai de répondre.

Un tour d’Europe dans les années 30 : Around the world in eleven years

Patience Abbe, Around the world in eleven years, New York,  Blue Ribbon books, 1938

Patience, Richard et John Abbe, les auteurs de cet ouvrage, sont nés à Paris à la fin des années 1920. En 1932, les Abbe quittent Paris pour Berlin, puis Moscou, reviennent vivre dans l’ Allemagne hitlérienne, avant de repartir en Angleterre et de rejoindre les États-Unis, au gré des missions de leur père.

Ce dernier est le photographe américain James Edward Abbe, qui travaille pour de grands journaux tels que le Harper’s Bazaar ou le New York Herald Tribune. Dans cette période, il photographie notamment Hitler et Staline.

L’ouvrage est autobiographique. La jeune Patience Abbe écrit à la première personne et au passé, le récit de leurs voyages, des rencontres qu’ils font, décrit les maisons, les écoles qu’ils fréquentent, les obsèques de la femme de Staline, les parades nazies dans Berlin, les hauts buildings de New-York et les difficultés des photographes pour vivre de leur art…


« With is the way I, Richard and Johnny said « Heil Hitler »

En Allemagne, Patience raconte  les autodafés de Goebbels,  commente la situation de la population juive- « Hitler ought not to be so severe with the  Jews », analyse sa rencontre avec Goering-« General von Goering was a handsome man, but too fat »…

En Russie, elle s’interroge sur le communisme : « The Russians don’t like wars but we don’t understand then why they want to kill the Capitalists. […]I don’t see how you can take the money away from the Capitalists without killing them ».

Ce récit de voyage, plein d’innocence, est aussi un témoignage sur la situation de l’Europe dans les années 1930.

Le livre  a été traduit dans plusieurs langues, a connu un vif succès en Angleterre et aux États-Unis. La revue L’ Education Nouvelle le conseille en 1939, dans sa rubrique « Revues et  Livres »  :   » Lisez le à la fois pour rire et pour admirer, une fois de plus, combien les enfants sont intelligents quand on les laisse libre de s’exprimer, et combien les joies de l’esprit leur importent plus que le confort ».

« Ergy Landau, an open book », in Budapest, October 25th.

Au Musée de la photographie de Budapest, dans le cadre du colloque sur la photographie hongroise, je présenterai l’exposition « Ergy Landau à livres ouverts »

« Ergy Landau (1896-1967) was a founding member of the Rapho photographic agency, but is little known today. She was part of the Hungarian diaspora which included some of the most significant figures of photography in the 20th century (André Kertesz and László Moholy-Nagy, to name but two). Rubbing shoulders with Brassaï, close to Nora Dumas and Ylla, Landau was part of a generation of femaleartists who made a mark on the history of photography and its relationship with the world of print.
Ergy Landau à livres ouverts (an open book): the title clearly indicates our bias. This exhibition emphasises a mode of distribution of photographs that is too often minimised by exhibitions about photographers, despite the fact that the print media –such as journals, magazines, books – are of course amongst the primary vectors of circulating photographs.
Sourced from the personal archives of the photographer, as well as the main publications to which Ergy Landau contributed, this exhibition reveals various facets of her relation with literature, in particular books and print publications.
Whether it be illustrating magazine articles, designing children’s books, contributing to ‘portraits de pays’ or photographing writers, a major proportion of this photographer’s work emerges from a dialogue with writers’ texts. Ergy Landau- an open book aims to help people rediscover this oeuvre by documenting and displaying this important aspect of her work ».

http://ergy-landau.litteraturesmodesdemploi.org

The Circus

« Have you often wondered  where the circus goes in winter ? »

Ce sont toutes les coulisses d’un cirque que le jeune lecteur peut découvrir dans cet ouvrage pour enfant de 1934, édité par la Saalfield publishing company. Les trente-deux pages de ce reportage font la  part belle à l’image photographique documentaire, qui accompagne un texte dans lequel on  apprend comment sont dressés les éléphants, chevaux et chiens, comment les hommes montent le chapiteau, qui fait la cuisine pour tous les artistes, ce qu’ils mangent, où ils dorment, comment ils sont soignés. C’est la réalité qui leur est proposée de découvrir, l’envers du décor d’un spectacle populaire chez les enfants comme chez leurs parents.

The cook-house

Il est bien-sûr question des indispensables clowns, du dompteur, des acrobates, mais la narratrice s’attarde également sur  deux attractions spéciales : « the big, big giant », héritier des  monstres de foires et Tom Mix, le  cow-Boy des plaines du far far west.

 » The circus—a strange and beautiful world—a world all to itself—- here today- -elsewhere tomorrow- living forever between the opening and closing flourish of trumpet « 

L’auteur de l’ouvrage, Klara E. Knecht travaille elle-même pour le Hackenbeck Wallace Circus, célèbre cirque qui sillonne les Etats-Unis au début du XXème siècle. Elle est l’auteur d’autres livres pour enfants Big animals, animal books, Wild animals as i know them, publiés dans les années 1930.


Klara E. Knecht with « Tess » the Elephant

De l’autre côté de l’Atlantique, François Kollar photographie à la même époque  clowns et équilibristes, qui illustreront son Reportage photographique devant les baraques de la foire, et deux clichés de Germaine Krull accompagnent le texte  et les dessins très colorées de Serge, pour Vive le Cirque.

ERGY LANDAU A LIVRES OUVERTS

Ergy Landau à livres ouverts

L’exposition qui redonne vie à la grande photographe des années 30-50 est enfin en ligne. Elle est visible sur le site de littératuresmodesd’emploi.

Membre fondateur de l’agence photographique Rapho en 1933 mais aujourd’hui méconnue, Ergy Landau (1896-1967) fait partie de cette diaspora hongroise dont sont issues certaines des principales figures de la photographie du XXe siècle (André Kertesz et László Moholy-Nagy, entre autres). Côtoyant Brassaï, proche de Nora Dumas et d’Ylla, elle appartient à cette génération de femmes artistes qui ont fait l’histoire de la photographie et de ses rapports avec l’univers de l’imprimé.

Ergy Landau à livres ouverts : un tel titre signe un parti pris. Il met l’accent sur un mode de diffusion de la photographie que les expositions consacrées à des photographes minorent encore trop souvent, alors même que l’imprimé – revues, magazines, livres… – constitue l’un des principaux vecteurs de diffusion de la photographie.

Issue des archives personnelles de la photographe, ainsi que les principales publications auxquelles Ergy Landau a contribué, cette exposition dévoile diverses facettes de sa relation avec la littérature, plus particulièrement avec le livre et les publications imprimées.

Qu’il s’agisse d’illustrer des articles de magazines, de concevoir des livres pour enfants, de contribuer à des portraits de pays ou de photographier des écrivains, une part conséquente du travail de la photographe s’est constituée en dialogue avec les textes d’écrivains. Ergy Landau à livres ouverts vise à faire redécouvrir cette œuvre en documentant et en donnant à voir ce versant décisif de son travail.

Inventaire des archives
Laurence le Guen

Commissariat
Laurence Le Guen (Université Rennes II – Phlit), Andrea Oberhuber (Université de Montréal – Projet CRSH) & David Martens (Université de Louvain – MDRN & RIMELL)

Web design de l’exposition
Vincent Maillard

Conseiller muséographique
Sofiane Laghouati (Musée royal de Mariemont/UCL)

Cette exposition a bénéficié du soutien des RIMELL, du groupe MDRN de l’Université de Louvain, du CRSH (Canada) et de Phlit. Répertoire de photolittérature ancienne et moderne.

http://ergy-landau.litteraturesmodesdemploi.org/

Deux Petits Ours dans la RLPE !

Un grand merci à Catherine Bonhomme et Elisabeth Lortic pour ce très long et bel article dans La Revue des Livres pour enfants de cet été, article que j’insère  ici avec leur autorisation. 

Je me permets juste une précision. Les éditions MeMo ont pris appui sur l’oeuvre originelle pour réaliser cette grande réédition, à savoir le livre publié aux Etats-Unis, avec le seul texte écrit par Ylla au cours de sa carrière.

Ses archives témoignent de son insatisfaction à l’égard de sa propre écriture, mais également à l’égard des textes écrits pour ses livres, par d’autres. Un seul auteur avait grâce à ses yeux : Jacques Prévert.

Kodak Girl

Sur la couverture dessinée de cet ouvrage publié en 1900, à Boston, deux fillettes jouent au photographe-amateur. Depuis 1890, la firme Kodak a ancré sa campagne publicitaire autour de la femme moderne,  en mesure désormais d’immortaliser seule les moments de bonheur familial grâce à ce nouvel appareil, plus petit, plus léger, qui libère aussi des contraintes de posséder un matériel pour développer les clichés, puisqu’elle s’en charge..  Les femmes ne sont désormais plus des sujets, mais des photographes.

Emma Cockrell Baldwin y trouve là un moyen d’illustrer avec ses propres photographies, l’histoire qu’elle imagine pour les enfants. 41 photographies mettant en scène  deux fillettes, leurs amis, leurs jouets et leurs animaux ou bien encore des clichés de paysage, accompagnent le récit. Elles sont toutes légendées, avec renvoi à la page.

Kodak a libéré la femme et sans conteste accéléré la production de photolittéraire pour enfants !

 

L’Art photographique révélé aux enfants

Quelques éditeurs se sont fixés la mission de faire découvrir l’ Art de la photographie aux plus jeunes, en éditant des compilations de photographies réalisées par des photographes célèbres.

La collection Révélateur, éditée dans les années 1990 par l’Atelier des enfants du Centre Pompidou, propose aux enfants un « premier regard sur la photographie », en regroupant dans un ouvrage-un portfolio ; l’idée même d’insérer photographies et textes dans ce format d’ouvrage est déjà un parti pris artistique-19 photographies de « grands maîtres », parmi lesquels Brassaï, Boubat, Koudelka, Kertesz, en noir et blanc ou en couleur, classées par thématique : feuilles et feuillages, murs et fenêtres, l’eau, etc…

Ces clichés sont accompagnés d’extraits de textes de la Littérature, choisis pour la thématique commune qu’ils abordent et qui sont censés dialoguer avec les images. Ces écrits fonctionnent en fait comme des « suppléments d’Art » donnés aux images photographiques avec les signatures de Borges, Breton, Char, Platon…

En 1995 Gabriel Bauret et Grégoire Solotareff propose Album, édité par L’École des Loisirs, un imagier, recueil de photographies de maîtres, en couleur ou en noir et blanc, accompagnées d’un mot. L’idée est de retenir des photographies d’artistes « qui désignent quelque chose de concret »  et de « choisir des mots du vocabulaire courant, pas trop éloigné de l’univers des enfants », selon les auteurs eux-mêmes.

Dans le même genre, en 2006, Marie Houblon publie, chez Tourbillon, Mais …que font-ils, un recueil de 150 photographies puisées dans le fonds de l’agence Magnum (signées Henri Cartier-Bresson, Raymond Depardon, Josef Koudelka…) accompagnées de mots. Il est question par l’image et les mots de répondre à la question du titre : « Mais que font tous ces personnages ? Ils dansent, ils attendent, ils jouent… ils vivent ».

Dans ces ouvrages, les mots qui accompagnent les photographies se focalisent sur un détail de l’image, orientent sa lecture. Le lecteur conserve toutefois toute la liberté de s’en échapper pour fixer son œil sur d’autres éléments, laisser parler son imaginaire.

Au final, rien, dans ces ouvrages, n’est dit de la technique, du courant dans lequel s’inscrivent ces photographies, de leur spécificité, de la place de l’artiste, de ses choix…Il s’agit de proposer à l’enfant de belles images et de les faire parler.

Deux questions se posent : est-ce que ces ouvrages constituent réellement de « véritables approches de l’ Art photographique » comme le proclame l’éditeur de Mais …que font-ils ? Est-ce que ces compilations d’œuvres des « maîtres de la photographie » peuvent être envisagées comme des « mises en bouche » pour aller plus loin dans la découverte de l’ Art des photographes ?

 

« Sac à Tout de Séverine, récit-photo pour enfants en 1903 », dans la revue « Contemporary French Civilization »

https://online.liverpooluniversitypress.co.uk/doi/abs/10.3828/cfc.2018.14

« En 1898, le journal Le Mercure de France présente les résultats d’une enquête sur le livre illustré par la photographie. Sollicitée, Séverine répondra: “Je suis contre, et de toutes mes forces; c’est horrible!” (Ibels 114). Cinq années plus tard paraît chez l’éditeur Félix Juven, à Paris, Sac à Tout, un livre pour enfants illustré de photographies, signé Séverine. Cet article se propose d’analyser, sous le champ des études photolittéraires, l’inscription de cet ouvrage dans les productions de récits-photo, qui connurent un moment d’apogée entre 1890 et 1910. Il s’agira de mettre en lumière les contradictions qu’il semble contenir, entre recherche de la modernité, avec cet usage de la photographie, et inscription dans la tradition de l’art du livre. Il s’interrogera aussi sur cette réponse pleine de virulence d’une figure marquante de la société du tournant du vingtième siècle, la journaliste et écrivain Séverine.

An 1898 article in the French newspaper Le Mercure de France presented the results of a survey about books illustrated by photography. When asked to comment, the French journalist and author Séverine answered “I am against, and with all my strength; it is awful!” (Ibels 114). Five years later, she published Sac à Tout, a phototext for children, edited by Félix Juven. In this study, we will analyze that book under the light of photo-literary studies and the relationship between literature and photographs. Indeed, this book belongs to the era of the production of photograph-illustrated books which was at its peak from 1890 until 1910. This article will first analyze the apparent contradictions between modern techniques, such as photography, against the classic tradition of the art book. It also examines the virulent response from this prominent figure in society at the turn of the twentieth century, the journalist and writer Séverine ».

A boy’s vacation abroad, journal d’un Américain en Europe

Ce très élégant jeune homme dont le portrait figure en frontispice de l’ouvrage publié à Boston en 1906, A boy’s vacation abroad ; a American boy’s diary of his first trip to Europe, est C.F. King Jr, élève de la St John’s School de New York.

Entre le 5 juillet 1906 et le 25 août 1906, le jeune homme et son frère cab accompagnent leur père en Europe  et traversent The Old World : la France, la Suisse, l’Italie, la Grèce, la Turquie, La Bulgarie, La Serbie, l’Allemagne, la Hollande.

Texte, photographies et légendes témoignent de ses rencontres à bord des différents moyens de transports empruntés, de ses visites, des spectacles auxquels il assiste et des quelques-rares-difficultés qu’il rencontre.

Comme il l’annonce en préface, la finalité de ce « journal » est double : -mémorielle : « recall the pleasant time i had on the trip »

-utilitaire : « everyone who goes abroad for the first time will use this book as a guide ».

Une autre finalité apparaît dans les quelques lignes qui terminent le journal : « I am sure i learned a lot of the world and the people in it. I learned to love America more and have become actually proud that I am an American. We are cleaner, better, brighter, and happier in this country. Truly it is God’s own country !”

Cet ouvrage s’inscrit dans les portraits de pays d’avant la Seconde Guerre mondiale,  destinés,  le plus souvent, à construire l’identité nationale, par opposition ou rapprochement, et à former le jeune lecteur à l’esprit patriotique. En somme, s’il est intéressant de se former en voyageant, il encore mieux de retrouver son nid !

Bonnes vacances !

 

 

 

Photolittérature pour la jeunesse