Extrait d’article à venir : Bucéphale

“En 1988, l’éditeur du Rouergue, Olivier Douzou associe les paroles d’une chanson de Thomas Fersen et les photographies de Robert Doisneau pour l’album Bucéphale. Dès le seuil de l’ouvrage, le lecteur plonge au cœur du monde hippique. La couverture du livre reprend les motifs d’un plateau de jeu de petits chevaux, sur lequel s’inscrivent les noms des deux artistes et le titre évoque le nom de la monture d’Alexandre le grand. Les premières pages de garde accueillent un panneau « Attention chevaux de course » en regard de la liste des chevaux de race trotteuse pour une épreuve hippique à Vincennes, en date du 15 février 1955. On y découvre, comme entouré au crayon de papier, le nom de Hourra Bucéphale, parmi les chevaux de 4 ans. En préambule, quelques lignes de Thomas Fersen  finissent de nous préparer à la réception de l’œuvre :

«En décembre 1997, Olivier Douzou m’a envoyé un livre aux pages blanches, sur la couverture duquel il avait écrit mon nom. Il s’agissait de faire un livre pour les enfants. A la même époque, Annette Doisneau me proposait de passer à Montrouge pour consulter les archives de son père. L’idée s’est mise à trotter : à Montrouge, j’ai ouvert la boîte « chevaux…».

Le texte de la chanson, que le lecteur retrouvera dans son intégralité en fin d’ouvrage, narre les aventures d’un parieur qui mise sur les prouesses du cheval Bucéphale. Dans le corps de l’album, la chanson est tronçonnée en strophes ou vers qui courent de page de gauche en page de gauche, en regard d’une sélection de photographies en noir et blanc, tantôt chevaux au galop, tantôt images du monde turfistes, du milieu des années 1940 aux années 1970, d’après les dates figurant à quelques centimètres des images.

Dans le corps de l’ouvrage, la première photographie, placée au centre de la  page blanche de droite, donne à voir un cheval et un jeune garçon. En regard, le texte, inscrit au centre de la page blanche, fictionnalise l’image : « Si ce maudit canasson remportait cette courses, ça renflouerait ma bourse et noierait le poisson ». Ce dispositif contribue à faire du jeune garçon le narrateur du premier couplet. Quant au cheval, il ne s’appelle plus autrement que Bucéphale depuis la couverture.

Dans les doubles pages suivantes apparaissent d’autres personnages : spectateurs, parieurs, jockey, lad. Les images sont sélectionnées afin de correspondre à un élément du couplet en placé en regard : le « melon » en regard d’un homme à chapeau-melon, « je fume clope sur clope », en regard d’un maréchal-ferrant allumant une cigarette à l’aide d’un fer à cheval rougeoyant… Parfois, le lecteur ne sait pas bien où se situe le point de rencontre entre le texte et l’image. De pages en pages, citations extraites de la chanson et photographies collaborent pour nous faire entendre les pensées des spectateurs de la course.

Si cet ouvrage nous fait découvrir un pan de l’œuvre de Robert Doisneau, ses photographies, dégagées de leurs attributs artistiques que sont les titres et légendes, deviennent illustrations d’un livre de littérature jeunesse.”

L’ensemble de l’article sera à lire bientôt dans une revue scientifique…

 

Encore un plouf !

Et voici le nouveau livre d’Isabelle Ricq qui avait déjà signé Une forêt dans un verre d’eau https://miniphlit.hypotheses.org/4311.

Le terrain de jeu n’est plus la forêt mais l’eau du bain qui se transforme en un profond océan où se croisent ours blanc, morses, manchots, méduses et poissons de toutes tailles. Le format de l’ouvrage, qui s’ouvre dans la hauteur, donne de la profondeur à l’océan et permet à l’image de jouer sur la plongée en eaux profondes,  et la remontée vers la surface, en reversant le livre.

Encore une fois Isabelle Ricq nous plonge au coeur des beautés de la nature, avec ses photographies d’animaux marins évoluant dans les bleus de l’océan, et au coeur de l’imaginaire enfantin ici célébré avec cet enfant qui rêve d’un bain plein d’aventures.   

“Cette histoire est née de la peur que l’eau inspirait à ma deuxième fille. L’heure du bain était compliquée, alors, pour détourner son attention et lui donner envie de se joindre à lui, son petit nageur mécanique faisait des courses et des acrobaties incroyables avec les autres jouets. L’histoire du livre est plus positive encore car là, l’enfant prend plaisir à vivre lui-même de grandes aventures dans sa petite baignoire. Sa témérité et sa joie sont réelles, bien que son odyssée ne le soit pas – d’où la citation de Boris Vian “Cette histoire est entièrement vraie, puisque je l’ai imaginée d’un bout à l’autre”.  Isabelle Ricq, 19 juin 2024.

Le site d’Isabelle Ricq https://isabellericq.fr/

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search