Cru Cuit, agitateur de papilles au Diplodocus. Entretien avec Matthieu Saintier.

Voici le dernier né de la maison Le Diplodocus : Cru Cuit, un imagier qui célèbre les aliments et la cuisine et qui titille les cinq sens des plus jeunes lecteurs. Rencontre avec son auteur. 

Matthieu Saintier, quel est votre parcours ?

J’ai étudié la musicologie, période qui m’a permis de réfléchir sur l’art et je me suis ensuite orienté vers le graphisme. Lorsque ma femme a créé sa maison d’édition, j’ai réalisé le logo puis me suis occupé du graphisme des livres. Petit à petit, j’ai pris de plus en plus de place dans la maison et maintenant j’en suis membre à part entière. 

Parlons un peu du Diplodocus. De quand date la maison d’édition ? quelle est sa ligne éditoriale  ? https://www.le-diplodocus.fr/

2015. Nous disons qu’il n’y a pas de ligne éditoriale. Nous publions des livres que nous aimons. C’est le principal moteur de nos choix. Quand on reçoit un livre, s’il nous plaît, si on le trouve intéressant ou beau, on y va. Il n’y a pas de thématique imposée, ni de format. Nos livres s’adressent aux enfants de 0 à 10 ans mais nous n’avons publié que de l’album illustré. En ce moment, nous En ce moment, nous essayons de publier de la BD.  https://www.le-diplodocus.fr/catalogue/la-tempete

Quelle est la place  des livres photos dans votre catalogue ?

Ils ont fait partie de notre catalogue dès le départ. Quand on a monté la maison,  nous cherchions des projets.  J’ai découvert le site de Tineke Meirink Meirink | le diplodocus (le-diplodocus.fr), une artiste hollandaise. On pouvait ajouter  des détails sur des photographies d’éléments d’une ville en bougeant la souris. On s’est dit que cela pourrait faire un super livre pour enfants. De là est née l’envie de développer une collection sur le Street art, afin de favoriser l’accès à cet art. Nous avons donc commencé par l’album Dans la rue, suivi de Dans la ville. https://www.le-diplodocus.fr/catalogue/dans-la-rue

Nous avons eu un peu de mal à trouver d’autres street-artistes parce qu’ils ne pensent pas forcément à se tourner vers la littérature jeunesse. Nous avons publié ensuite un album de coloriage avec Lucie Albon, puis Murmures autour de ses collages photographiques. https://miniphlit.hypotheses.org/7469

Parlons de Cru Cuit. Comment en est venue l’idée ?

Nous réfléchissions à réaliser un livre de recettes de cuisine pour les enfants. Ma femme, Floriane Charron, en a déjà  écrit pour d’autres maisons. Plus le projet avançait, plus on se disait qu’il fallait aller à l’essentiel. Nous avons donc eu assez rapidement l’idée du cru et du cuit. Je voulais que les enfants soient en interaction avec les aliments. J’ai beaucoup de mal avec la nature morte. Il y manque quelque chose. J’avais besoin de la vie autour des aliments. Le personnage principal de la photographie, c’est l’enfant. Je faisais en sorte de prendre les photos au moment où les enfants touchaient les aliments ou bien j’installais de petites mises en scènes. On trouvait également ensemble des moments pour des petites séances photos.

On trouve un mot par double page, dans un coin en bas à droite et en petite taille. Pourquoi ce choix ?

Pour faciliter la lecture des parents. On se rend compte que les albums muets les déstabilisent énormément, bien plus que les professionnels de la petite enfance ou du livre. Pourtant je trouve que les images font venir les mots et les phrases : “qu’est que tu penses ?” “Est que tu as déjà mangé ça ?”. L’enfant verbalise, entre en interaction avec les photos.

 Aviez-vous établi une liste d’aliments ?

Oui. Nous avons essayé avec une liste de dépasser les aliments évidents ou simplement graphiques. On s’est dit aussi qu’on ne pouvait pas parler uniquement du végétal puisque les gens mangent aussi des animaux. Pour autant, je n’avais pas envie de faire figurer une vache en face d’un steack haché  car un animal n’est pas un aliment cru mais un être vivant. J’avais essayé de faire des choses avec l’œuf, mais je n’ai pas été séduit. D’où la page du poisson.

Y a-t-il eu des modifications lors de cette nouvelle édition ?

Il fallait profiter de cette nouvelle édition pour l’améliorer. Je le trouvais un peu petit lors de mes lectures en classe. Il fait désormais 18 x 18, ce qui reste tout à fait manipulable par un petit et facilite sa lecture en classe. On a aussi modifié quelques photographies et donc l’ordre des pages pour ne pas avoir à la suite deux photos sur lesquelles l’enfant coupe par exemple. C’est tout un équilibre à trouver.

Est-ce que vous envisagez de réaliser un autre imagier ?

On m’en a souvent parlé après la sortie de Cru Cuit mais je n’avais alors pas trop d’idées et puis mes enfants ont grandi, du coup je n’avais plus les acteurs sous la main. Cela m’embêtait un petit peu de devoir travailler avec des enfants que je connaissais pas. J’ai ensuite eu d’autres projets de livres photographiques mais il me faut trouver du temps. Nous aimerions bien développer la collection de Street Art.

Merci Matthieu ! 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

LA PHOTO en questions, manuel de survie dans la jungle médiatique

Un lion précédant un bataillon de Crs dans les rues d’une grande ville accueille le lecteur, au dessus du titre « LA PHOTO, en questions ». Après les deux ouvrages consacrées aux  Histoires vraies des grandes PHOTOS, qui revenaient sur l’histoire des photographies iconiques et Les images disent-elles la vérite ? qui déjà sensibilisait aux photos truquées, le nouveau-né de la collaboration David Groison et Pierangélique Schouler, publié une nouvelle fois chez Actes Sud junior, continue d’explorer notre rapport à la photographie avec 30 questions. Essentiel pour s’en sortir dans la jungle des images omniprésentes.

De « Sommes-nous plus beaux sur les selfies ? »  à « Un journaliste a-t-il le droit de me photographier ? », en passant par « La photo peut-elle être une preuve ? » et  « Qui choisit les photos dans les médias ?, les deux auteurs questionnent dans chaque court chapitre l’usage des photographies par les médias, le respect de la législation, les questions de lecture, de cadrage, de manipulation et de circulation de l’image, de l’intelligence artificielle…

L’ouvrage est riche des témoignages des professionnels de l’image, photographes, iconographes, spécialistes du droit d’auteur, scientifiques, journalistes. Il est également abondamment illustré de photographies sur lesquelles figurent des personnages habitués des médias et susceptibles de retenir l’attention des jeunes lecteurs : l’acteur Vincent Lacoste, le footballeur Mbappé, le mannequin Emily Ratajkowski, etc… ou  qui ont servi à illustrer des évènements récents : l’attaque du Capitole, la Covid, la guerre en Ukraine, la fonte des pôles…

Chaque chapitre se clôt avec la rubrique « Mode d’emploi »,  qui  invite les lecteurs à appliquer des réflexes de protection et de bon sens face aux images qui nous entourent. A mettre dans les mains des adolescents… mais pas que.

L’Histoire vraie des grandes photos, entretien avec David Groison

Actes Sud Junior
Mai, 2014
18.00 x 18.00 cm
88 pages

Qu’est-ce qu’une photographie iconique ? Les deux volumes de l’Histoire vraie des grandes photos, signés David Groison et Pierangélique Schouler, tentent de répondre à cette question en proposant pour chaque opus une sélection de 20 images,  sélectionnées dans plus d’un siècle de production photographique.

Chaque image est décodée, analysée, autant d’un point de vue esthétique que symbolique, et replacée dans son contexte historique. Les auteurs ou les acteurs de ces photographies viennent parfois raconter l’histoire de ces prises de vue et ajoutent un supplément d’humanité à ces clichés que nous croyions déjà connaître. 

Entretien avec David Groison.

Comment est née L’Histoire vraie des grandes photos ?

Pierangélique Schouler et moi-même sommes partis du constat suivant : il y a une méconnaissance de la photographie, à la fois chez les journalistes et chez les ados. L’école nous apprend à décrypter des textes patrimoniaux, mais ne nous apprend rien sur l’image alors que nous baignons dans un monde d’images, où il y a plein de règles d’écriture, comme dans les textes. On a donc voulu réfléchir aux vingt questions à se poser pour regarder les images et cela a donné Prises de vue, décrypter la photo d’actu, chez Actes Sud Junior. Nous avons ensuite réalisé Photos chopées, sur les photos truquées, qui montre comment et pourquoi certaines photographies sont trafiquées.

Après avoir travaillé sur la grammaire et les coulisses de la photographie, il semblait naturel de présenter les grandes photos, aussi bien que le ferait un cursus littéraire. Ces grandes photos, notre œil les connait, les repère partout, analyse la répétition des motifs, mais, en fait, nous n’en savons pas grand-chose, et surtout pas dire à quelle réalité elles se rapportent. Aller chercher les coulisses de la prise de vue nous a permis de voir combien cela éclairait les débats d’aujourd’hui sur la place de la photo, la preuve qu’elle apporte.

Actes Sud Junior, Avril, 2013, 18.00 x 18.00 cm, 88 pages

Pourquoi cette compilation de photographies a-t-elle ce format carré, un peu petit ? C’est un peu surprenant pour un livre de photographies. On s’attend plus à de grandes images et en plus grand nombre.

Nous ne voulions pas un beau livre de photos hyper impressionnant. Les deux premiers ont même une couverture souple. Ces deux volumes consacrés à l’histoire vraie des grandes photos s’inscrivent dans une série de cinq ouvrages et en ont donc la forme.

Nous ne voulions pas non plus réaliser un livre qui présenterait les grands moments historiques. Nous n’avons aucune photo qui concerne la Première Guerre mondiale par exemple, et c’est bien normal car il n’en reste pas de photo iconique. L’idée était  vraiment de faire figurer des photos présentes dans la pop culture ou dans notre imaginaire. En rigolant, quand on en parle devant des ados, on leur demande si telle image a été détournée par les Simpson. Un des critères pour identifier une photo iconique serait finalement le détournement ou sa présence dans une série. C’est un bon indicateur.

On s’est arrêté à vingt photographies pour ne pas faire un livre trop volumineux. Il était important de garantir le plaisir de lecture. Assez vite nous avons proposé d’en faire un deuxième, avec cette limite de l’année 1965 et l’arrivée de la couleur. De la même façon, chaque histoire que nous racontons autour de chaque photo a un nombre de signes limité. Lire l’histoire d’une photo ne devait pas devenir impressionnant.

Actes Sud Junior, mars 2016, 18.00 x 18.00 cm, 88 pages

Comment s’est opérée cette sélection de photos ? Chacun de votre côté d’abord avant une mise en commun ?

C’est cela ! Nous avons chacun notre culture : Pierangélique est iconographe de presse et a un parcours en rapport avec l’image et moi je viens de l’écrit et de l’école du journalisme. C’est l’alliance du néophyte et de l’expert, avec chacun sa grille de lecture et chacun son avis. Certaines photos, très connues des étudiants en photo, ne me semblaient pas du tout connues du grand public par exemple. Finalement le choix s’est porté sur des images qui racontaient plus qu’elles-mêmes, comme celle réalisée sur le Rockefeller Center. (Construction Workers Eating Lunch, 1932). Elle est à la fois allégorie de l’amitié, tout en étant le symbole du moment où NY devient NY. La bonne surprise a été de découvrir que chaque photo avait une histoire dingue.

Comment avez-vous pris en compte les auteurs de ces images et leurs ayants droit ?

Pour obtenir le droit de publier ces images, il suffit de payer en fait ! La surprise a été de découvrir que certaines photos valaient plus que d’autres. Le baiser de L’hôtel de ville vaut plus que celui pris à Times Square !  

On a essayé, à chaque fois que cela été possible, d’interviewer les gens qui les ont prises ou ceux qui sont sur la photo. Celle d’Arthus Bertrand m’a frappé. Le pilote de l’hélicoptère était heureux d’en parler. L’enquête pour retrouver les gens sur les photos a été passionnante.

Pourquoi le volume 1 est-il proposé avec deux couvertures différentes, une avec Marilyn Monroe de 1954, l’autre avec des ouvriers de 1932 ? 

Lors de la première édition, le directeur artistique s’interrogeait sur la difficulté de réduire ce travail à une seule image… Dès la réimpression, il a été convenu de ne garder que celle des ouvriers.

Quels retours avez-vous des lecteurs ?

J’ai animé récemment un atelier avec des petits, et je leur ai proposé des extraits découpés des photos. Tout de suite, ils étaient capables de saisir l’essence des photos et d’imaginer leur hors-champ. Pour celle de Dorothea Lange (Migrant Mother, 1936), par exemple, ils ont imaginé le père, car cela leur semblait impossible que celui-ci soit absent.

Ce qui est génial avec des ces publics éloignés du livre, c’est qu’ils  rentrent soudain dedans à fond. Certains adolescents ont écrit des slams pour accompagner la photo des ouvriers sur la poutre (Construction Workers Eating Lunch, 1932). C’est réjouissant pour moi comme pour les éducateurs.

Serait-il possible d’imaginer un troisième tome ?

Nous nous sommes arrêtés à 2015 avec la photo de la Place de la nation. Il est compliqué de choisir des images sur lesquelles le temps n’a pas laissé sa patine. Les trois dernières photos sont certainement facilement contestables, parce qu’il manque le recul de 50 années. Aujourd’hui, la photo est omniprésente et la photo iconique est plus difficile à isoler. Les photos ont moins le temps de s’imposer et d’écraser tout le reste. Il faut donc du temps dans l’œil de celui qui la voit pour qu’elle devienne iconique.

Avez-vous des regrets ?

Non. C’est notre choix à tous les deux. Ceci étant, j’aurais bien mis la photo de John Lennon et Yoko Ono prise par Leibowitz juste avant qu’il se fasse assassiner, mais Pierangélique trouvait qu’elle ne rentrait pas dans le corpus et en plus elle était hors de prix !  Ceci étant la question du prix n’a jamais été un sujet pour l’éditrice.

Merci David Groison ! 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

 

Robert Doisneau, le nouveau né de la collection “Mes docs art” chez Milan

Enfin un documentaire pour enfants consacré à un photographe !  

Poursuivant son excellente collection de documentaires dédiée aux courants ou figures du patrimoine artistique mondial, la maison d’édition Milan vient de publier un nouvel ouvrage consacré au grand photographe humaniste Robert Doisneau.

Bien connue des jeunes lecteurs et des enseignants, la collection “Mes docs art” permet aux  enfants de découvrir, dès cinq ans, l’œuvre de peintres, Van Gogh, Magritte ou encore Miro, ainsi que des courants artistiques, les impressionnistes ou le Street art. Elle s’autorise aussi quelques incursions vers d’autres arts : le cinéma avec un titre consacré à Charlot à l’occasion des 100 ans du film The Kids ou la sculpture avec les œuvres colorées de Gaudi.

Ce pas de côté en direction de la photographie prend les traits de Robert Doisneau, qui, l’œil bleu malicieux tendu vers le viseur de son appareil et doigt sur le déclencheur, nous accueille en couverture. Quel meilleur choix pour faire découvrir la photographie aux plus jeunes que celui de ce photographe qui a fixé les multiples aspects de l’enfance et que tout le monde connait ? « Ce qui est fascinant avec Robert Doisneau, explique Anne Vila des éditions Milan, c’est que, quel que soit leur âge, les gens le connaissent et l’aiment. Le nom de Robert Doisneau est un nom fort en France ». Un nom symbole d’images iconiques des Français. 

Les doubles pages du documentaire accueillent, sur un fond blanc qui la met en valeur, la collaboration des mots, des illustrations et des treize photographies. Clémence Simon, qui signe le texte, est une habituée des  titres de la collection. Son récit est écrit dans un langage très simple, même s’il accueille ça et là  quelques notions  spécifiques au 8ème art : composition, lumière, Rolleiflex, laboratoire, développement…. Pour sa première collaboration avec la maison Milan, l’illustratrice Juliette Boutant donne à voir, avec des illustrations au plus près de la réalité, les lieux, les véhicules, les costumes et les visages des personnes rencontrées. Toutes les deux se sont plongées avec passion dans la vie et l’œuvre de l’artiste et se sont abondamment documentées. Pour les aider, Annette Doisneau et Francine Deroudille, les deux filles du photographe, ont généreusement ressorti les photographies de l’album de famille et partagé leurs connaissances sur les techniques de développement ou les appareils utilisés par leur père.

© Éditions Milan. Autrice : Clémence Simon. Illustratrice : Juliette Boutant.Photographies Robert Doisneau : © Atelier Doisneau.

Comme il est de tradition dans les ouvrages de la collection « mes docs. art » consacrés à un créateur, la première double-page accueille les premières années du photographe. Le jeune lecteur découvre ainsi qu’avant d’être célèbre, l’artiste a eu lui aussi un papa, une maman et connu les joies et malheurs  propres à l’enfance.

Au fil du tournage de page, le jeune lecteur avance dans le temps et poursuit sa rencontre avec l’artiste. Il apprend comment Robert Doisneau s’est formé à la photographie. Il découvre qu’il a commencé par réaliser des photographies publicitaires pour des médicaments. Il sait désormais comment il a obtenu ses premières commandes officielles, ses premiers gains avec ses images, comment il a développé des travaux plus personnels. Il découvre aussi son engagement auprès des résistants, sa première collaboration photolittéraire avec Cendrars… Ce faisant, le jeune lecteur plonge dans l’histoire de la photographie du XXème siècle.

© Éditions Milan. Autrice : Clémence Simon. Illustratrice : Juliette Boutant. Photographies Robert Doisneau : © Atelier Doisneau.

Les treize photographies, sélectionnées par l’autrice et l’éditrice Anne Vila dans un demi-siècle de production photographique, sont légendées, installées sur la belle page et accompagnées d’une jeune mascotte incollable sur la vie de l’artiste. Elles  offrent une déambulation dans ses sujets de prédilection et sont susceptibles de séduire ou surprendre les enfants : décontraction de l’ouvrier dans La Pause (1938), joie des vacanciers Sur la Dordogne (1939), curiosité des passants dans Le Cheval tombé (1942)… Autant de scènes de la vie quotidienne des français des années 30 à 80. Bien évidemment, les autrices n’ont pu faire l’impasse sur le portrait de Picasso à Vallauris (Les pains de Picasso, 1952),  ni sur le Baiser de l’hôtel de ville (1950),  Le Cadran scolaire (1956) ou Le Pigeon indiscret (1964) devenus iconiques. La photographie couleur fait aussi son apparition dans le livre avec les Bigoudis du peintre (1960).

Si l’on s’étonne de ne pas rencontrer de portrait ni autoportrait de l’artiste, Anne Vila explique  qu’il s’agit de donner à voir au jeune lecteur une production d’un artiste tourné vers les autres et que cela correspond bien au caractère plein d’humilité de l’homme.

Les dernières pages de l’ouvrage rappellent combien l’œuvre de l’artiste a fait l’objet de livres, de films, d’expositions et combien ses photographies narratives et poétiques ont su séduire bien des spectateurs à travers le temps, en France et bien au-delà de nos frontières.

Souhaitons que cet ouvrage rencontre le succès et contribue à faire découvrir aux plus jeunes l’art photographique. Croisons les doigts pour que la maison Milan ne s’arrête pas en si bon chemin…

Merci chères Francine et Annette de ce très joli cadeau.

Merci chère Anne Vila pour ce bel entretien.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search