Portraits de pays : A la découverte de l’Australie avec Jenny et Sue dans les années 1960

En 1965, Bruce et June MacPherson publient A Journey to The red Rock, A Story of Central Australia chez Collins à Londres et Sydney. L’ouvrage narre les aventures et les rencontres de Gail MacPherson, leur fille, dans l’outback, l’arrière pays semi aride d’ Australie.  

Dans la double page, pavés de texte et photographies en noir et blanc ou couleurs collaborent pour faire découvrir aux jeunes lecteurs les paysages, les animaux qui y vivent, les coutumes et légendes aborigènes. L’adolescente est souvent seule sur les photographies, comme perdue dans l’immensité du paysage de l’Australie centrale. 

Au verso du livre figure le portrait du couple MacPherson au dessus de leur présentation :  “Bruce and June MacPherson have already collaborated on three very successful picture books for young children.  Before their marriage June MacPherson was one of Australia’s leading mannequins and photographic models but she now works behind the camera and has a keen interest in the outdoors and travel.  Bruce MacPherson was for many years a photographer on leading Australian newspapers and magazines.  After three years as an advertising executive he became a full time writer-photographer.”

Le couple est en effet à l’origine de plusieurs ouvrages photographiques pour enfants mettant en scène deux personnages récurrents, les fillettes Jenny et Sue, incarnées par deux petites poupées. Ces livres appartiennent à la collection “True Australian Series” publiée par Young Australian Book dans les années 1960 et 70. Elle est identifiable au  kangourou reproduit sur la couverture, au logo rouge à la forme du pays accueillant le titre de la collection. Une  carte au verso de l’ouvrage donne  à voir le pays tout entier, ses découpages régionaux et situe les lieux visités par les personnages. Des dessins traditionnels  aborigènes ornent les double-pages et la couverture. Chaque album est dédié à la découverte d’une région comme l’indique chaque sous titre. 

Dans The Magic Boomerang, An enchanting Story of the Great Outback (1963), les aventures des deux enfants sont prétextes à découvrir la culture aborigène. Elles rencontrent un personnage couvert de peintures traditionnelles nommé Kinjiwa qui leur fait découvrir de vieilles légendes. Dans The Loast Koala, A Delightful Story of the Auistralian Bush (1962), les deux fillettes volent à la rescousse d’un koala perdu dans le bush. Dans The Jolly Swagman, elles découvrent les élevages de moutons. Dans The White Wallaby (1967) elles rencontrent… un wallaby.  Dans The Sea Urchin: A Story on an Australian Beach (1960) puis The Happy Holoday (1972) leurs séjours au bord de l’océan leur donnent l’occasion de rencontrer et discuter avec oursins, mouettes et cormorans. Un encadré en fin d’ouvrage fournit des informations sur les lieux de prise de vue et les animaux qui les peuplent. Dans The Blue Opal, les deux personnages rencontrent une sirène sur une plage de l’île de Nouvelle Guinée. 

Dans l’espace de la double page se déploient de deux à trois photographies, en noir et blanc ou en couleur, petit tableaux photographiques sur lesquels on retrouve les personnages plantés dans le décor naturel. Certains éléments sont factices afin d’être adaptés à la taille des deux poupées. Ces images alternent avec les pavés de texte dans lequel sont rapportées les dialogues des personnages. Les couleurs des photographies, très vives, laissent deviner  qu’elles ont été colorisées, ce que confirme la mention “colour retouching by” à la fin de plusieurs albums. Les auteurs usent également du photomontage, détourage et collage lorsqu’il s’agit de chevaucher un kangourou ou de discuter avec un chameau. 

Si cette réalisation donne un aspect un peu kitsch à l’ensemble, ces ouvrages ont le mérite  de faire découvrir le pays, les paysages, les animaux, les traditions aborigènes aux jeunes lecteurs australiens. Ils s’inscrivent dans la tradition des portraits de pays bien que peu d’humains peuplent les régions décrites. 

Ces livres,  regardés avec nostalgie aujourd’hui et parfois avec mépris lorsqu’ils évoquent une vision passéiste ou colonialiste, ont connu un réel succès. 

Merci à Pierre-Jacques Ober pour la découverte ! 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Séminaire du Greces-Cellam le 28 mars

Le séminaire du Greces-Cellam poursuit ses investigations autour des petites bêtes dans la littérature jeunesse.

Jeudi 28 mars, Catherine Sablonnières dressera un état des lieux de la présence des insectes dans les littératures sud-américaines et espagnoles. Helène Valotteau dressera des ponts entre les petites bêtes d’Antoon Krings et ses inspirateurs. Et je me pencherai sur la figure de l’entomologiste dans les ouvrages de Thierry Dedieu, interviewé ici https://miniphlit.hypotheses.org/7183

Pour assister en distanciel : catherine.sablonnière@univ-rennes2.fr

 

Handtalk, s’initier à la langue des signes avec Remy Charlip

Remy Charlip, Marie Beth et George Ancona ont signé plusieurs ouvrages photographiques destinés à l’apprentissage de la langue des signes. 

Remy Charlip (1929-2012) est  danseur, chorégraphe et l’auteur ou l’illustrateur de 38 livres pour enfants dont David’s Little Indian de Margaret Wise Brown (Young Scott Books, 1956),  Dress Up and Let’s Have a Party, (Young Scott Books, 1956). Les critiques ont salué le travail de Charlip pour ses jeux de mots créatifs, son humour et, dans le cas de Thirteen en 1975 sa « magie visuelle absolue », selon Milton Glaser dans le New York Times Book Review

Sa collaboration  avec le National Theater for the Deaf en tant que metteur en scène  lui a inspiré deux livres d’images sur la langue des signes, Handtalk : An ABC of Finger Spelling and Sign Language (Parents’ Magazine Press, 1974) et Handtalk Birthday : A Number and Story Book in Sign Language (Four Winds Press, 1987), réalisés avec Mary Beth Miller ( – 2019), actrice, écrivaine et enseignante et membre originale du National Theatre of the Deaf et le photographe Georges Ancona ( 1929-2021), auteur de nombreux documentaires et ouvrages photo-illustrés  pour enfants publiés des années 1970 à 2010.

https://faculty.ucmerced.edu/mmartinrodriguez/index_files/vhAnconaGeorge.htm

Vous n’avez pas besoin d’utiliser votre voix pour parler. Vous pouvez parler avec vos yeux, votre visage, vos mains, votre corps… C’est le premier livre de ce genre pour les jeunes sur les deux façons dont les sourds parlent : S’ÉLANCER AVEC LES DOIGTS, former des mots lettre par lettre avec les doigts d’une main, et SIGNER, faire une image ou un signe avec une ou deux mains pour chaque mot ou idée.

Mary Beth Miller et les autres acteurs de la compagnie prêtent leurs traits expressifs, leurs grimaces et leurs mains agiles à ces imagiers en langue des  signes destinés à tous. Dans Handtalk : An ABC of Finger Spelling and Sign Language, le lecteur apprend  à former des mots lettre par lettre avec les doigts puis à  faire des signes avec une ou deux mains pour chaque mot ou idée. Les premières double-pages accueillent d’abord un abécédaire illustré, puis deux pages associant lettre, mot en langue des signes et lettres et la photographie en couleur d’un acteur interprétant le mot. Les pages à suivre proposent aux lecteurs de deviner les mots, puis de mimer des phrases entières en reproduisant des modèles. La chronophotographie permet de décomposer et d’observer le geste à reproduire. Dans Handtalk Birthday : A Number and Story Book in Sign Language, Mary Beth Miller est réveillée par une lampe au dessus de sa tête. Ses amis sont à la porte et viennent lui souhaiter un “Joyeux anniversaire”, l’occasion de partager bonbons et gâteaux et le voeu de pouvoir voler de l’héroïne du jour. Les lecteurs apprennent à signer les nombres et le vocabulaire joyeux de la fête d’anniversaire, grâce aux mots et aux photographies très colorées sur lesquelles les invités miment avec entrain les mots de la fête. Avec ces deux ouvrages, apprendre une nouvelle langue n’a rien de barbant !

 Handtalk Birthday a été classé parmi les meilleurs livres pour enfants de l”année 1987 par le New York Times.

Georges  Ancona et Mary Beth  Miller ont ensuite publié Handtalk Zoo et Handtalk School. 

Les éditions MeMo ont réédité plusieurs ouvrages de Remy Charlip https://www.editions-memo.fr/livre/ou-est-qui/

Le portrait de Remy Charlip sur le site des Trois Ourses https://lestroisourses.com/artiste/14-remy-charlip

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search