Contes en habits neufs. La littérature patrimoniale à l’ère de la photographie.

Désormais, il n’est plus seulement une fois, mais bien mille fois! Que ce soit dans l’édition jeunesse, en littérature pour petits et grands, au cinéma ou au théâtre, les contes patrimoniaux font l’objet de réécritures infinies, dans des genres différents, comme si la matrice initiale était inépuisable.

Ce nouveau numéro de la revue Captures, dirigé par Christine Rivalan Guégo et moi-même, explore les déplacements de sens qui résultent de l’illustration de récits pour enfants à l’aide d’un médium associé à l’art, au journalisme, au documentaire. 

La rubrique « Document » accueille les confidences de la photographe Marie Liesse, qui revient sur sa collaboration avec l’écrivain Timothée de Fombelle pour leur album Le jour où je serai grande. Une autre histoire de Poucette (2020). Le petit fantôme, une proposition inédite de Marie Liesse d’un conte photographique pour enfants complète son témoignage. Enfin, en dialogue avec les articles qui la précèdent, la section de contrepoints « Variations » présente une nouvelle version photographique de La petite fille aux allumettes (Christiane Connan-Pintado). Au détour des rayons des cavistes, elle illustre également le rapprochement entre stratégie de vente et patrimoine littéraire (Christine Rivalan Guégo). Elle dévoile l’intérêt du peintre Emmanuel de la Villéon pour les contes populaires (Clarisse Bailleul) et offre aussi un coup de projecteur sur deux mises en scène théâtrales de contes (Inès Guégo Rivalan). Deux entretiens concluent cette section : la comédienne Avril Bénard revient sur sa participation au court-métrage Le fil rouge de Sarah Moon, tandis qu’Arnaud Guillou de la compagnie « Les Voix élevées, les mains dans le cambouis » décortique ses mises en scène pour enfants de contes et de mythes.

A découvrir icihttps://revuecaptures.org/publication/volume-8-num%C3%A9ro-2

 

Parole d’éditeur : David-Alexandre Guéniot, des éditions Ghost

La recherche en photolittérature pour la jeunesse c’est notamment découvrir et analyser des ouvrages qui font l’histoire passée et présente  de cette production, questionner ses créateurs, photographes, écrivains…. et éditeurs. Parole à David-Alexandre Guéniot, co-fondateur de la maison GHOST à Lisbonne.

Peut-on présenter rapidement votre maison d’édition ?

Elle a été créée en 2011 à Lisbonne par mon épouse Patricia Almeida, qui était photographe, et moi-même. Je viens plutôt de l’univers de la danse et de la chorégraphie. Ghost est l’acronyme de Guest et Host, manière de montrer la circularité de la position de l’auteur entre le photographe, l’écrivain, le designer, l’éditeur. Le livre est une réunion de plusieurs compétences et de plusieurs apports créatifs. Nous éditons des livres en lien avec la photographie et les arts visuels, notamment  la performance.

Quand vous recevez un projet photographique, qu’est-ce qui retient d’abord votre attention ?

Nous avons avant tout une pensée critique sur l’image, sur les modes de réception et de production d’une image photographique. Cela ne recouvre pas forcément une esthétique particulière. Nous avons une certaine défiance par rapport à la belle image ou à l’image impactante, esthétisante. Nous retenons plutôt des photographies qui intègrent à leur pratique une pensée critique de la représentation photographique.

Je publie deux ou trois projets par année et souvent il s’agit d’artistes que je connais depuis longtemps, avec lesquels il y a une confiance et qui connaissent ma conception du livre, d’une approche éditoriale active, peut-être intrusive pour certains. J’aime créer des livres qui sont  le résultat d’un processus éditorial, et non la production de décisions prises par l’auteur au préalable. J’entends l’édition comme un processus de création. Le plaisir que j’ai à éditer un livre, c’est la partie active de collaboration avec l’auteur, le designer.

Quelle est votre approche de la collaboration texte-image ?

Nous éditons plutôt des livres qui n’ont pas de texte. Il s’agit vraiment d’une réflexion autour de la narration visuelle et comment articuler un discours qui va passer par le montage d’images. Nous avons édité un livre de Catarina Botelho, À sombra do Sol [À l’ombre du Soleil] tiré de sa résidence au Cap vert. Elle y a photographié les rues désertes où  seuls sont présents  des chiens qui dorment. Ces images de chiens assoupis  collaborent avec des morceaux d’architecture. Nous avons intercalé des extraits de son  journal de création, réminiscences de moments de sa vie, comme une narration parallèle, à la manière d’un conte. Elle nous raconte avec cet assemblage son voyage dans un pays où le temps s’est arrêté, où la vie est occupée par des chiens. Les images se promènent sur la double page conçue comme un espace à occuper, à l’image de cette ville désertée. Elles sont toujours en mouvement.

Est-ce que les photographies de vos livres ont fait l’objet d’expositions ? Comment passe-t-on de la des murs à l’espace du livre ?

On n’en tient pas compte du tout. Il y a une autonomie du medium. Exposer, publier, ce ne sont pas les mêmes logiques. Dans un espace, il y a une dramaturgie de l’espace, une échelle qui tient compte de celle du corps humain en mouvement. lorsque l’on monte une exposition, on tient compte de la place de la porte, de la hauteur des murs, de la configuration de l’espace. On organise des itinéraires. Dans le livre, il y a d’autres conventions qui ne sont pas celles d’un espace architectural. La relation proposée au lecteur est aussi différente. Même si le corps du lecteur est toujours présent, il n’est pas dans la même relation physique avec les photographies. On prend en compte les conventions propres au livre en termes de séquençage, de rythme de lecture, d’effets de narration, de relation à l’objet, son format, la technique d’impression utilisée, le type de papier.    

Comment la production pour la jeunesse s’insère-t-elle dans votre production ?

C’est en devenant parents que nous avons eu la préoccupation de familiariser notre enfant à la photographie. Quand on pense la photo pour les enfants, il y a l’idée de remettre les choses à plat, d’explorer le degré  zéro de la photographie. Les enfants la découvrent. Il y a l ‘idée (utopique) que tout est possible. A travers la façon dont l’objet est pensé, on pense la réception du lecteur enfant. Je m’interroge beaucoup sur le fait que ce sont les adultes qui conçoivent des livres pour l’enfant alors qu’ils sont sortis de l’enfance. L’adulte projette énormément de choses de lui-même, alors que l’enfant n’a pas vraiment voix au chapitre. Pour résoudre ce dilemme j’ai eu envie de créer des livres jeux.

Nous avons d’abord publié Ollie Ollie Oxen Free – www.ghost.pt, dont le titre vient de l’expression populaire anglaise qui dit dans le jeu de cache-cache que les autres enfants peuvent sortir de leur cachette. Pour créer ce livre, j’ai joué avec mon fils et d’autres enfants dans des environnements domestiques. Ils se cachaient et je les prenais en photo. L’appareil avait la capacité à les capturer, à les figer. Le livre témoigne de ce jeu-là. Le livre est façonné de façon à ce que les enfants soient cachés dans le livre. Il présente des cachettes possibles, penderies, tables lits, et le lecteur doit trouver lui-même les enfants. Les pages sont reliées de façon à laisser un espace avec des enfants cachés.

J’ai réalisé un autre ouvrage inspiré de la façon dont mon fils s’installe pour jouer avec sa console de jeux portable. Je repensais à l’ouvrage de Munari et ses images de positions inconfortables provoquées par les chaises de designer. Seeking Comfort – www.ghost.pt est un peu un remake de cette plaisanterie de Munari sur l’inconfort des chaises. Mais c’est surtout la création d’une partition chorégraphique créée à partir de mouvements générés par un artefact technologique qui n’a pas pour but de créer du mouvement.

Seriez-vous tenté de développer une collection de livres pour enfants ?

A partir du moment où je reçois une proposition qui permet de penser un objet ou qui apporte une manière d’entrer une relation avec un contenu, cela m’intéresse toujours. Tout est possible dès  qu’on entre dans un dialogue critique sur la manière de créer pour l’enfant, de faire de la photo pour l’enfant. Il n y a pas de limite thématique.

Je n’aime pas trop l’idée de collection. Je préfère penser le livre comme une rencontre qui débouche sur une forme unique.

Quelle est selon vous la réception du livre photo pour enfants ?

C’est difficile. Il y a vraiment une tradition du livre pour enfant avec illustration. Le livre photo pour enfant est souvent mal compris. Il souffre de préjugés, liés à la façon dont les parents pensent la photo. Dès trois ans, l’enfant a un rapport au dessin plus direct, alors que la photo peut sembler imposée à l’enfant. Le dessin permet de partager un monde imaginaire de l’ordre de l’irréel, de l’immatériel, alors que la photo impose un effet de réalisme, restreint la capacité de naïveté. C’est une perception adulte de la photographie restreinte  par les adultes. J’ai l’impression (c’est plutôt une intuition) que les adultes invitent les enfants à partager un monde qui est contrôlé par le point de vue de l’adulte. André Bazin disait du cinéma qu’il “substitue à notre regard un monde qui s’accorde à nos désirs”, c’est la question que je me pose avec les livres photo pour enfants: Ne substituent-ils pas au regard de l’enfant un monde qui s’accorde aux désirs de l’adulte? Cela pose des questions non seulement esthétiques mais aussi éthiques et politiques sur la place de l’enfant dans la société, sur le statut de “sa minorité”, par exemple.

Qu’est-ce qui pourrait améliorer la vision des adultes à l’égard de cette production ?

Faire des workshops pour les familiariser à l’utilisation de la photo, installer la photo dans des schémas ludiques, former les parents eux-mêmes.

Est-ce que l’exposition peut être un moyen de vulgariser, de faire découvrir la photolittérature ?

Toutes les occasions sont bonnes pour montrer la richesse du livre photo pour enfants ainsi que tous les schémas narratifs que l’on peut inventer. J’ai monté une exposition à partir de ma collection à Lisbonne en 2015. J’avais envie de faire mieux connaître ces ouvrages. J’avais envie d’habituer les enfants à lire les photographies, les amener à collaborer, critiquer, jouer avec les images. Plusieurs animations étaient proposées. Cela a bien fonctionné.

Le site des éditions GHOST est à découvrir ici https://ghost.pt/About-1

Les images qui accompagnent cet entretien sont reproduites avec l’aimable autorisation des éditions Ghost et ne sont pas livres de droits.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search