Mes saisons, un imagier-balade photographique. Entretien avec Bernadette Gervais.

Depuis le début de mes recherches, je suis intriguée par le travail de Bernadette Gervais. J’ai longtemps cru que ses imagiers étaient photographiques tant ses dessins étaient hyper-réalistes. La parution de Mes saisons aux éditions (Les Grandes Personnes), un mixe de  dessins et de photographies en noir et blanc, autant de zooms sur des petites bêtes ou des fleurs et mis en page dans un imagier grand format, m’offre enfin l’occasion d’un entretien.

Bernadette Gervais, est-ce votre premier livre de photographies pour enfants ?

Non, j’ai réalisé l’imagier  Légumes, chez Albin Michel avec Hélène Vincent. 

Quel est votre rapport à la photographie ?

La photographies est apparue dans une période compliquée de ma vie, il y a une dizaine d’années. Elle a fonctionné comme un échappatoire pour moi. Je partais dans la campagne et je photographiais la nature, avec un petit appareil photo. Je n’avais pas et je n’ai toujours pas d’appareil professionnel. A partir de ce moment-là c’est devenu presque obsessionnel ! J’ai toujours un petit appareil avec moi. Je prends des photos tout le temps. 

Avez-vous des maîtres en photographie ?

Il y a des photographes qui m’ont influencée, dont Adget ou Sudek. Ce que j’aime en photographie, c’est le noir et blanc. Leur manière de créer est très émotive et sensuelle. Ils jouent avec la lumière et je trouve cela émouvant. Karl Blossfeldt me plaît énormément avec ses photographies de végétaux. Lors d’une residence au Père Castor, j’ai découvert la série du Montreur d’images et j’ai été séduite à la foi par les photographies et l’intention pédagogique. C’est à partir de cela que j’ai eu envie de faire intervenir la photographie dans un imagier pour enfants. J’ai découvert en bouquinerie de très beaux livres comme ceux d’Ylla et celui de Doisneau Compter en s’amusant.

Parlons de Mes saisons. Quelle a été votre méthode ? Avez-vous établi une liste d’éléments de la nature à ne pas oublier  ? 

Il n’est pas simple de parler de mon organisation. Je réfléchis beaucoup en amont sans faire de projet papier. Quand j’ai décidé d’utiliser des photos noir et blanc et des dessins, j’ai construit mon livre. J’ai organisé le livre sur cette collaboration dessins/images. Chaque double page accueille une photographie et son dessin correspondant, en miroir. J’ai été guidée par mon stock de photographies de la nature emmagasinées depuis des années. Je tenais à utiliser certaines photographies, comme celle du paysage dans le brouillard et elles m’ont aidée à construire le livre. 

Cercope, Clytre, Sympétrome, Tétragnathe, Argiope, certains noms sont bien compliqués. Avez-vous une formation de biologiste ? Et ne craignez-vous pas les difficultés de prononciation ?

J’ai un amour de la nature qui me vient des balades dans la nature avec mon père. On observait tout. J’avais envie de recréer une balade dans la nature, avec des zooms. Quand on se balade on voit des éléments qu’on ne connaît pas et j’avais envie de faire figurer dans mon ouvrage des choses inconnues. Tout le monde connaît le Coquelicot mais peu de gens savent nommer la Silène enflée. C’est vraiment une fleur que l’on rencontre régulièrement tout le temps et j’avais envie de la mettre dans le livre. Les enfants retiennent des choses imprononçables tout le temps et je ne pense pas que les noms scientifiques les dérangent.

Comment faites-vous pour être si précise même avec vos animaux au pochoir ? 

Quand j’interviens dans les classes et que je montre Les choses qui piquent, il y a une guêpe. Les enfants me disent tout le temps “abeille”. J’avais donc envie d’une page qui détaille bien ces insectes différents mais très courants. Je recherche de la documentation sur internet pour pouvoir faire des dessins très précis. 

N’êtes vous jamais frustrée de ne pas expliquer davantage ? 

Non, je suis vraiment dans la création d’un imagier. Il s’agit de regarder et de nommer les choses. Ce n’est pas un documentaire. J’étais très frustrée de m’être limitée par contre ! J’avais beaucoup de matière et le choix a été difficile.  J’en fais tellement ! Je peux photographier douze fois un champignon et avoir du mal à choisir la bonne. 

Mes saisons est-il différent de vos précédents imagiers ? 

Ils sont bien différents. Le premier était d’inspiration conventionnelle et j’avais envie de rompre avec cet aspect conventionnel en travaillant le graphisme. Pour le suivant j’avais envie de présenter des objets et j’ai rassemblé des choses improbables dans un classement rigolo et poétique. Pour celui-ci je voulais un imagier-balade, très narratif. 

A l’occasion de vos prises de vue, avez-vous constaté que la nature évoluait ?

J’ai trouvé beaucoup de coquelicots ce qui m’a rassurée. J’étais dans des coins de nature assez fantastique et je ne me suis pas dit qu’elle souffrait. 

Travaillerez-vous de nouveau avec les photos ?

Je vais faire un jeu de loto, avec dessins et photos, sur les chiffres. Je l’espère très graphique et c’est un projet qui m’emballe. Maintenant je compte les choses tout le temps ! Dernièrement, j’ai photographié un paquet avec six œufs pour le chiffre six.

Du noir et blanc encore ? 

Oui ! La couleur, je la réserve pour le dessin. Je trouve que le contraste entre photographies en noir et blanc et dessins en couleurs fonctionne très bien. 

Bernadette Gervais sur le site des (Grandes Personnes) 

https://www.editionsdesgrandespersonnes.com/portfolio_page/gervais/

Les photographies de cet entretien ne sont pas libres de droit. Leur reproduction est autorisée par les éditions des (Grandes Personnes).

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Découvrir la photographie à l’Institut pour la photographie des Hauts-de-France. Entretien avec Alice Rougeulle.

Nous poursuivons notre enquête sur les lieux de transmission de l’art photographique, avec une interview d’Alice Rougeulle, médiatrice à l’Institut pour la photographie des  Hauts-de-France .

Présentez-nous l’Institut pour la photographie.

Il a été créé en 2018. Il est né de la volonté de la région Hauts de France de doter le territoire d’un lieu dédié à l’image, en lien avec les questions d’enjeux sociaux que l’image représente. La région a travaillé avec les Rencontres d’Arles afin de définir au mieux les missions d’un nouveau lieu dédié à la photographie. L’institut a cinq grandes missions. D’abord, celle de la conservation. Il n’y a pas de collections permanentes mais nous accueillons des fonds d’archives de photographes. Il y a ensuite une mission de diffusion, qui passe par les expositions sur toute la région. La question de la recherche et de la création est le troisième point : nous accordons quatre bourses par an. Les deux dernières missions sont liées à votre sujet de recherche : le livre photographique et la transmission artistique et culturelle. Notre bibliothèque est bien fournie et s’est enrichie  à partir de dons de collectionneurs. 

Je travaille à l’Institut depuis cinq ans. Je ne viens pas de la photographie mais du spectacle vivant. Je travaillais dans la médiation liée à la danse contemporaine. Quand les premiers postes ont été proposés à l’Institut, j’y ai vu une façon d’explorer d’autres chemins, d’autres questionnements. Je m’occupe du volet transmission culturelle qui s’adresse à de multiples publics. Il s’agit de développer les liens avec différents secteurs, de développer des outils autour de la photo, de coordonner les visites et ateliers pendant notre programmation. La micro-édition y a une place particulière. 

A qui transmettez-vous la photographie et comment vous adressez-vous aux enfants ? 

On travaille beaucoup avec des écoles. Notre enjeu est d’éveiller les enfants à la lecture des images, pas à apprendre à faire des photos. Il s’agit de réfléchir aux images que l’on voit, de développer l’imaginaire en lien avec ces images, de travailler sur l’interprétation qu’on en fait. J’insiste beaucoup sur la lecture de l’image. Cela en passe par des visites d’expos, mais aussi par les ateliers et jeux de société autour des images, notamment avec les livres photos de la section jeunesse de notre bibliothèque. Nous n’utilisons pas des livres spécifiquement destinés aux enfants. Nous explorons tous les livres photos. Nous questionnons la mise en page, le papier, et nous envisageons le livre comme un tout. Quand nous organisons un atelier dans la bibliothèque, nous sélectionnons une trentaine d’ouvrages que l’on feuillette. Je demande aux enfants de s’arrêter sur une image qui leur parle en particulier et qui leur permet  de se présenter, d’évoquer un souvenir, une émotion du moment. Le livre permet de parler de soi avec les images des autres. Ils cherchent, fouillent, tournent les pages et il y a une dimension physique de rapport au livre dans ces moments-là.

Leur proposez-vous d’autres thématiques ? Découvrent-ils des livres anciens ?

Les enfants explorent d’autres thèmes après cette séance de présentation. Ils prennent ainsi conscience de la diversité des formes esthétiques que peuvent prendre les photos : documentaires, fictionnelles,  retravaillées. Concernant la vieille photographie, nous avons peu de livres anciens accessibles. Nous achetons des photographies vernaculaires en vrac pour qu’ils les manipulent et s’expriment à leur contact. Parfois c’est la première fois qu’ils sont en contact avec ces photographies en noir et blanc aux bords dentelés.

Nous leur proposons aussi des ateliers de cyanotype, des ateliers de photographie tactile où ils traduisent des photos par des matières. Ils peuvent aussi travailler avec des appareils numériques sur un sujet donné. Nous avons beaucoup, beaucoup de projets et propositions chaque année.

Rencontrent-ils des auteurs ?

Assez peu. Sauf si on travaille avec un photographe. Nous avons travaillé avec Jean-Michel André après l’ouvrage Border publié chez Actes sud. Il y a eu atelier d’écriture et atelier de prise de vue puis réalisation d’une micro édition. 

Parlez-vous d’histoire de la photographie ? Connaissent-ils de grands noms de la photo ? 

La manipulation de livres photos est l’occasion de les découvrir. Si on travaille sur l’enfance, on ira chercher des photographies de Doisneau ou de Boubat, mais si on travaille sur le développement durable, il faudra leur présenter d’autres photographes. Nous ne leur présentons pas ce qui serait une sorte de synthèse d’histoire de la photo. Si nous travaillons sur un thème, nous découvrons des auteurs qui ont travaillé sur cette question-là. 

Les enfants qui viennent sont ils vierges de tout bagage photographique ? 

Ils ne sont pas vierges de tout bagage, mais leur approche passe en fait par le smartphone. On a beau voir des images partout tout le temps, ils sont quand même intéressés. En fait, dès qu’il y a une image, elles continuent de susciter de l’intérêt. Le livre photo convient assez bien aux enfants allophones, parce que la photo fonctionne comme un langage universel. 

Quel bilan tirez-vous de ces quelques années de médiation ?

Le bilan est positif mais il reste beaucoup à faire. Ce qui est très intéressant dans le fait de travailler avec des enfants ou des adolescents, c’est que cela nous permet de nous rendre compte qu’il y a toujours des lectures multiples d’une image et que nous les adultes avons beaucoup à apprendre de la façon dont les enfants voient les images. La photographie permet une réciprocité des savoirs. 

Quels sont les projets en cours avec vos jeunes publics ? 

Nous construisons actuellement un atelier qui mettra en lien jeunes visiteurs et résidents d’un Ehpad. Nous avons aussi le dispositif “les classes cultures” qui offre à une classe de passer une semaine dans un musée. Les élèves découvrent la structure, ses métiers, vont travailler avec une photographe, vont explorer la bibliothèque. 

Il y a aussi des formations proposées aux enseignants sur leur temps de vacances, complétées de projets mis en place avec leur classe. 

Merci Alice Rougeulle ! 

Lien vers l’institut https://www.institut-photo.com/

Les photographies de cet entretien sont la propriété de l’Institut de la photographie de Lille et ne peuvent être utilisées sans son accord. 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search