Murmures… avec Lucie Albon

“Je vous transfère ce mail qui peut vous intéresser” m’écrivait il y a quelques semaines Raphaële Botte, au-dessus de l’annonce de la parution de Murmures aux éditions Le diplodocus.

En forme de mise en bouche, la phrase “La ville affiche sa liberté et sa poésie dans un album photo de collages géants” voisinait avec des double-pages extraites de l’album. La rentrée 2023 s’annonçait photolittéraire. 

Rencontre avec Lucie Albon. 

Quelle est votre profession Lucie Albon ?

Je me présente comme autrice-illustratrice mais j’ai pas mal de casquettes : je fais de la fresque également et j’explore tout ce qui touche à la création.

J’ai conçu mes premières maquettes d’album jeunesse lorsque j’avais quinze ans et la première fois que je suis allée voir un éditeur jeunesse, j’en avais seize.  C’était un livre avec du papier déchiré. Il n’a pas été retenu car l’éditeur cherchait de l’aquarelle. Mais cela m’a plu d aller au bout de la démarche de création d’un livre pour enfants.

Et quel est votre premier ouvrage édité ?

C’était de la photo ! Un lapin dans la main en 2000. Il s’agissait de photographies de mes mains. Je peignais sur mes doigts et je me servais de mes mains un peu comme de marionnettes. Il fallait que je gère la photo, la lumière et mes mains. On était en argentique à l’époque et j’ai beaucoup recommencé parce que, quand je recevais mes photos, ce n’était pas exactement ce que je voulais. Il fallait souvent tout refaire. J’avais une idée très précise de ce que je voulais obtenir. J’ai beaucoup appris sur la technique photographie à ce moment là.

Quelle est votre relation à la photographie ?

Enfant, je faisais de la photo en noir et blanc avec les appareils de mon papa et également de la peinture en parallèle. Mais je ne me suis jamais dit que j’allais être photographe. J’aimais toutefois jouer avec les cadrages et  les contrastes.

Est-ce que vos ouvrages photographiques ont toujours reçu un bon accueil par les éditeurs à qui vous les proposiez ?

Oui, mais sans doute parce que je photographiais de l’illustration. Ma main était un volume. Je composais une saynète, un peu comme un théâtre. Les images étaient dessinées sur mes mains et je les prenais en photo. 

Par la suite, j’ai réalisé un livre de coloriage. Quand je fais des grands dessins dans la rue, ils interagissent avec le lieu, avec les gens. La photographie est idéale pour  fixer dans la mémoire ces dessins réalisés au papier collé et qui sont éphémères. Plusieurs fois, mes créations ont été gribouillées, peintes, coloriées. Cela m’a donné l’idée de créer un livre de coloriages à partir de ces grands dessins sur les murs. Il s’appelle Des villes à colorier chez Le diplodocus. (Image ci-dessus)

Comment définiriez-vous votre univers créatif ?

Toujours un peu mélangé et curieux. Je compose actuellement des livres avec des reflets et des miroirs. C’est le cas du prochain chez Albin Michel. J’en ai fait beaucoup avec ce principe de prolongement d’une page sur l’autre par le biais du reflet. C’est souvent par la manipulation, l’expérimentation que j’avance avec une technique. J’aime explorer tout ce qui existe, sans être attachée à l’une ou l’autre en particulier. On peut dire que la main a occupé un long moment mon univers. Il y a eu les mains peintes, les empreintes de la main. J’essaye aussi de faire un livre en céramique. J’ai également créer des ouvrages de bande dessinée en carte à gratter. La photo est un outil parmi les autres outils.

Parlons du dernier livre, de son aventure, de votre collaboration avec un photographe.

Les photographies de Murmures sont signées Matthieu Perret. Elles ne reflètent pas forcément l’étendue ni la beauté de son travail car elles sont très didactiques. Pour l’album, elles montrent, de façon neutre, et laissent le personnage dessiné sur les murs prendre la place. Très souvent j’aide Matthieu sur ses prises de vue et il m’aide sur mes projets. On a énormément d’échanges. Il a aussi une carrière en photographie et en vidéo.

Murmures est né d’une rencontre avec l’auteur Thomas Scotto  sur un salon. Nous avons beaucoup aimé nos univers respectifs et décidé de faire un ouvrage ensemble, Nous avions envie d’un ouvrage à partir des images que je réalise pour la rue. A cause du confinement, nous avons travaillé d’une drôle de façon. J’ai créé mon histoire de mon côté, en repérant des murs dans la ville de Lyon avec Matthieu Perret. J’ai posé mes personnages sur ces espaces. Je ne lui ai pas donné à lire immédiatement mon histoire. Matthieu l’a prise en photo et c’est cette matière qui a été confiée à Thomas. Il en a fait une histoire complètement différente de celle que j’avais imaginée. Pour moi c’était l’histoire d’un personnage qui s’émancipe, sort des murs, est accepté comme art et retourne en galerie. Une allégorie du Steet Art. Thomas en a fait une histoire poétique, une quête plutôt. 

En avez-vous terminé avec la photographie ? 

Non, j’y ai à peine touché ! Je connais le travail de François Delebecque et de Mathieu Saintier, qui ont réalisé des ouvrages photographiques pour les tout-petits. Grâce à votre travail, je découvre petit à petit beaucoup d’autres jolies choses sur le livre photographique !
 
 Avec Matthieu Perret nous réfléchissons depuis plusieurs années à croiser nos univers (photo /illustration).
 

Merci Lucie ! 

Le site de Lucie Albon c’est ici https://www.luciealbon.net/-livres-

Celui des éditions Le Diplodocus est là https://www.le-diplodocus.fr/auteur/lucie-albon

Les photographies de cet entretien sont extraites de Des villes  colorier  et de Murmures et ne sont pas libres de droit. Elles sont reproduites avec l’accord de l’artiste. 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

 

 

From the “Children of all Lands Stories”to the “Enfants du monde” collection.Providing a view of the Other in children’s literature

“Although it does not appear under this name on the shelves of bookshops
or libraries, the literary genre of the phototextual country portrait has an
effective reality in children’s literature, with a wide variety of publications.
These works are regularly published in periods when children’s books are
seen as the engine of a new pacifist humanism. They flourished in different
parts of the world after the two world wars, all carrying the same message of
hope, transmitting the conviction that the world, in its diversity and
complexity, is one: our world. This article juxtaposes the works of the 1920s
series “Children of all Lands Stories”, by the American photographer and
filmmaker Madeline Brandeis, with those of the “Enfants du monde”
collection, carried by photographs by French photographer Dominique
Darbois, to discuss how photographs and texts are combined to offer the
young reader new views of the Other and thus promote peace between
peoples through children’s literature.”

La suite du chapitre que je signe est à lire dans cet ouvrage issu des communications du colloque 2021 de Stockholm. https://benjamins.com/catalog/clcc.17

 

 

Dans l’atelier d’Aude Léonard

Le jeu du Qui Tu Fus / poèmes de David Dumortier / éditions møtus / 2024 . 

(Les images qui illustrent cet entretien sont publiées avec l’autorisation d’Aude Léonard et ne sont pas libres de droits)

Avant l’été, les éditions MeMo reçurent un mail de protestation signé Aude Léonard. La monographie 150 ans de photolittérature pour les enfants avait négligé de signaler la contribution de la  maison d’édition møtus à l’histoire de la photolittérature jeunesse.

Cette erreur nous permet aujourd’hui de découvrir avec bonheur le travail de la photographe Aude Léonard. 

Aude Léonard, quel est votre parcours ?

Mon entrée dans la filière artistique s’est faite par les arts appliqués : un baccalauréat STI AA à Saint-Etienne, puis un BTS communication visuelle à Besançon. J’aurais adoré fréquenter les grandes écoles d’art comme les arts décoratifs ou les écoles publiques parisiennes, je n’ai pas eu ce privilège, alors j’ai pris les chemins buissonniers. Je n’ai pas étudié la photographie, mais après Besançon, j’ai passé un an aux beaux-arts d’Epinal, et c’est là que je me suis mise à passer de plus en plus de temps au sous-sol, dans le labo-photo.

Comment êtes-vous venue à la littérature de jeunesse ?

À la fin du BTS, même si j’avais pris plaisir à explorer les différents champs de la communication (graphisme, publicité,…) j’ai ressenti la frustration de m’être trop éloignée d’une pratique artistique manuelle, tangible. J’avais envie de dessiner davantage. J’aimais la photographie, la magie du labo car à cette époque on utilisait encore du matériel argentique, mais à aucun moment je n’ai imaginé que je ferai de la photographie mon métier. Cette quête de matérialité m’a conduite au livre. Le livre est devenu objet de désir, et être « illustratrice jeunesse » le rêve à réaliser. Le moment décisif a été la rencontre avec François David, fondateur des éditions Møtus. En découvrant les livres publiés par Møtus, j’ai immédiatement eu un sentiment d’appartenance. J’ai eu le bonheur de signer un premier contrat. Et c’est par la poésie que je suis venue à la littérature jeunesse.

Quelle est la place de la photographie dans votre création ? Dans vos ouvrages ?

Mon médium artistique est la photographie. Mais je me définis plus facilement comme illustratrice que comme photographe, même si j’ai toujours du mal à assumer l’un ou l’autre statut. Pour moi la photographie véhicule encore la nécessité d’une technicité que je n’ai pas. Et quand je me place du côté de l’illustration, j’éprouve le syndrome de l’imposteur lorsque je dois « avouer » que je travaille avec de la photographie ! Ce qui m’a fait douter de ma légitimité d’illustratrice au début, c’est l’absence d’ « originaux » : pas de belles encres ou gouaches à exposer ! Depuis, le numérique ayant permis de tout dématérialiser, les codes ont changé. Mais il y a dix-sept ans, lorsque j’ai commencé à bricoler des images numériquement, l’argentique devenant trop chronophage et onéreux, il était important pour moi de conserver une étape artisanale : je reproduisais mes photos-montages numériques par contact, en argentique; j’obtenais des tirages « uniques », numérotés.

Par ailleurs, je dessine un peu, et dans mon plus récent projet, j’ai intégré du dessin, pour les éléments que je ne pouvais pas photographier (un mammouth par exemple). Mais mon matériau est le réel. Que je transforme, certes. C’est une photographie très travaillée, composée, au moyen de mises en scène et de montages. Je réalise toutes les prises de vues. Et comme j’aime le dire aux enfants, les personnages de mes images sont de vrais gens.

Dernièrement j’ai fait évoluer mon processus de mise en scène vers le pop-up, une technique qui me permet d’installer mes sujets photographiés dans un espace tridimensionnel. Je manipule des photos, mais aussi du papier ; ça répond à mon besoin de matérialité.

Le jeu du Qui Tu Fus / poèmes de David Dumortier / éditions møtus / 2024

Qui sont les grands maîtres qui vous inspirent ? Vous sentez-vous proche d’un photographe en particulier ?

Je n’ai pas une grande culture photographique mais je me souviens avoir été très émue en découvrant le travail de Sarah Moon, particulièrement ses adaptations de contes populaires, dans lesquelles elle mêle images fixes et vidéo, et propose un regard singulier loin des versions édulcorées habituelles. Je pense que les images de Jan Saudek m’ont beaucoup influencée : la composition frontale, la théâtralisation des mises en scène avec un arrière-plan réduit souvent à un mur, une fenêtre : un décor rudimentaire mais très expressif, dont il a fait de multiples variations. Et puis il y a Gilbert Garcin : son travail me touche car il se met en scène dans ses photographies, ainsi que sa femme, et je me retrouve dans cette intimité-là, cette économie de moyen. Ses images sont d’une efficacité redoutable, et tellement drôles !

Comment définiriez-vous votre univers créatif ?

Poétique par définition car j’ai illustré plusieurs recueils de poèmes. C’est très agréable pour moi d’illustrer de la poésie. Il y a beaucoup d’espace pour les images.

On peut aussi définir mon univers comme onirique puisque je transforme le réel, comme si je matérialisais un songe.

Pour moi, il est surtout intimiste, car j’ai toujours travaillé avec des moyens modestes, photographiant mon environnement, mes proches, mes objets. Je me suis beaucoup mise en scène, costumée, jouant tous les rôles. Ma pratique est assez théâtrale. Le spectacle vivant me nourrit. L’atmosphère de mes images est un peu désuète.

Le sous-marin de papier / poèmes de Werner Lambersy / éditions møtus / 2017 https://editions-motus.com/produit/le-sous-marin-de-papier/

En général, vos images viennent-elles avant ou après les mots ? Quelle est la part de co-création avec les écrivains ?

Tout dépend de s’il s’agit d’une commande. Dans ce cas, les mots préexistent, et je procède comme un dessinateur, je fais des esquisses. Puis comme un metteur en scène ou un décorateur, je collecte ce dont j’ai besoin : accessoires, costumes, etc. Puis je réalise des prises de vues. Et pendant ce temps-là, je ne suis pas en relation avec les auteurs des textes. À l’exception des binômes qui ont l’habitude de travailler à quatre mains, dans le monde de l’édition jeunesse la coutume veut que ce soit l’éditeur qui choisisse l’illustrateur d’un texte dont il a acquis les droits. L’auteur du texte n’a pas vraiment droit de regard. On peut questionner cette pratique… Mon constat, c’est qu’un bon éditeur saura trouver l’accord parfait. Et généralement, même si je peux me sentir un peu fébrile, c’est toujours une joie lorsque les images sont dévoilées à l’auteur.

J’ai ressenti l’envie d’écrire mes propres textes.

Comme alors il ne s’agit plus de commandes, c’est l’image qui vient en premier. J’ai de cette façon réalisé plusieurs séries, qui auraient pu devenir des livres si elles avaient fait l’objet de contrats d’édition. Pour l’heure elles ont plutôt été destinées à l’accrochage, pour des expositions.

Et finalement, les textes qui naissent d’une véritable nécessité intérieure, je me suis rendue compte que je ne me sentais pas forcément capable de les illustrer moi-même. J’ai sans doute besoin qu’ils m’échappent. Très vite, en écrivant, d’autres univers graphiques que le mien m’ont entêtée. C’est une sensation étonnante.

Avez-vous rencontré des difficultés à vous faire publier ? Quel est votre regard sur la place actuelle de la production photolittéraire ?

Je n’ai pas eu de difficultés à publier un premier ouvrage car j’ai eu la chance de faire la bonne rencontre au bon moment. En revanche, il m’a été difficile de convaincre d’autres éditeurs par la suite. J’ai perçu de la frilosité vis à vis de la photographie, notamment d’une photographie créative, de fiction, que j’oppose à une photographie documentaire, « d’inventaire ». La photographie a sa place dans les imagiers, et il en existe de très beaux, mais en dehors de cette catégorie de livres, elle est rare, en tous cas depuis quelques décennies. Ayant beaucoup travaillé en noir et blanc, j’ai rencontré une difficulté supplémentaire.

Je regrette que la photographie n’occupe pas davantage de place dans la production littéraire aujourd’hui, car j’aime la photographie, tout simplement. Néanmoins, sa rareté la rend précieuse, et j’aime l’idée d’avoir une pratique singulière.

Le parapluie de monsieur Roland / texte d’Ariane Duclert / éditions La marmite à mots / 2016 https://www.la-marmite-a-mots.fr/nos-albums/le-fil-d-ariane-d%C3%A8s-6-ans/le-parapluie-de-monsieur-roland/

A quelle occasion rencontrez-vous votre public ? Quel est en général sa réaction face à la présence de photographies ? Réalisent-ils immédiatement qu’il s’agit de photographies ?

Je rencontre mon public lors de salons du livre jeunesse, d’expositions, ou lors d’ateliers avec des enfants. Avec les enfants il est très intéressant de questionner leur interprétation des images, leur relation à la photographie ou au dessin, leur compréhension des processus de fabrication. Peut-être qu’au premier regard, pour un enfant d’aujourd’hui, la photographie, banalisée par l’usage du smartphone, n’est pas aussi séduisante qu’un dessin. Mais dès lors qu’on propose un récit, qu’on suggère qu’il pourrait jouer le personnage de l’histoire, et qu’on expérimente le collage, la photographie devient attractive pour l’enfant. Et il est important d’être sensibilisé à la lecture des images.

Pour le regard des adultes, mes images sont ambiguës. Ils ne comprennent pas toujours s’ils voient du dessin ou de la photographie. Ils sont déstabilisés parce que ce n’est pas de la photographie brute. Et le plus difficile, c’est lorsque je dois expliquer mon travail sans pouvoir le montrer ! Mais au bout du compte, je pense pouvoir dire que mes images ont rencontré leur public, peu importe que ce soit dans le champ de l’illustration ou de la photographie.

MAQUETTES POP-UP / Le jeu du Qui Tu Fus / poèmes de David Dumortier / éditions møtus / 2024

Voulez-vous nous présenter votre dernier ouvrage et l’usage que vous faites de la photographie ?

Mon dernier ouvrage est une nouvelle collaboration avec les éditions Møtus. J’ai illustré des poèmes de David Dumortier qui vont être publiés sous la forme d’un jeu de cartes, dans un joli étui, avec pour titre Le jeu du Qui Tu Fus. C’est un projet qui fait suite au Jeu de la bonne aventure (2014, même auteur, même éditeur), dont je n’avais fait que l’habillage graphique. Là, il y aura trente-trois cartes illustrées.

Pour ce projet, en couleur, et toujours en photographie, j’ai exploré le volume. J’ai fabriqué trente-trois petites maquettes en pop-up. La technique du pop-up me permet de mettre en scène des photographies découpées. Ces pop-up, que l’on peut définir comme mes « originaux », je les re-photographie, et ce sont des images en 2D qui seront imprimées. L’intérêt, c’est que la gestion des ombres, de la profondeur de champ, se fait naturellement. Ça revient à faire du photo-montage manuel. Et surtout, j’ai pris beaucoup de plaisir à manipuler le papier. Les étapes successives de prises de vues et d’impressions, en altérant légèrement la définition de l’image, donnent un grain singulier aux images définitives. Le rendu est doux.

C’est donc un travail méticuleux, très long. Pendant la réalisation, j’avais à l’esprit et à cœur d’en faire un objet de transmission : je pense qu’il y aura de multiples façons de partager cela avec des enfants, jeunes et vieux.

Pour les personnages, ça a été une petite entreprise familiale, j’ai sollicité mes enfants. Il est important pour moi de mêler ce quotidien familial à mon activité professionnelle, car être artiste et femme et mère demeure une lutte de chaque jour. Il est impossible de cloisonner. L’usage de la photographie pose la question du droit à l’image, et du consentement. C’est pourquoi pendant longtemps, mon propre corps a été le matériau le plus accessible. Aujourd’hui, avoir des enfants dans mon environnement simplifie les choses. Mais je veille à user de leur image avec délicatesse. Les personnages sont pudiques. Souvent grimés, masqués pour ce projet-ci.

Lisiez-vous des ouvrages photo-illustrés quand vous étiez enfant ?

Et bien, pas vraiment à priori. Il y avait peu d’albums illustrés chez moi.

Par contre, j’ai lu pas mal de presse jeunesse, et de mémoire, la photo documentaire avait la part belle. Je me souviens de beaux reportages photographiques dans Images Doc, que d’ailleurs je prenais plaisir à découper pour les mises en pages de magazines de ma création, auxquels j’abonnais clandestinement ma sœur cadette !

Et pour l’anecdote, je fabriquais aussi des roman-photos en découpant les poupées dans les catalogues de jouets de grands magasins.

Merci Aude !

Aude Léonard / / / illustratrice-photographe (audeleonard.fr)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Grands maîtres de la photographie et littérature jeunesse

En 1975, Marion Durand prétendait qu’aucun album n’avait été confié à un photographe de talent. Les recherches récentes autour de la photolittérature jeunesse, ont permis de contrarier cette sentence sans appel et de mettre dans la lumière l’importante contribution des maîtres du 8ème art à la littérature pour l’enfance.

La liste est longue des photographes, amateurs ou professionnels, tentés par l’aventure du livre pour enfant. Si nombre d’entre eux  ne passeront pas à la postérité, bon nombre sont plutôt habitués des cartels des musées ou des pages de magazines : Berenice Abbott, Ansel Adams, Claude Cahun, Edouard Curtis, Dominique Darbois, Robert Doisneau, Tana Hoban, Frank Horvat, Eikoh Hosoe, André Kertész, Ergy Landau, Annette Messager, Duane Michals, Sarah Moon, Alexandr Rodtchenko, Marc Riboud, Emmanuel Sougez, Edward Steichen, Cindy Sherman, William Wegman et bien d’autres.

Pourquoi ces maîtres de la photographie ont-ils un jour décidé de s’adresser à de jeunes lecteurs ? Comment ces ouvrages se sont-ils inscrits dans leur œuvre ? Quelle a été la réaction du public ? C’est en parcourant, en quelques noms, plus d’un siècle d’histoire de la photolittérature que cet article tente de répondre à ces questions.

Dans la Revue des Livres pour enfants du CNLJ/ BNF de septembre/octobre 2023, en librairie ce matin, je signe l’article “Grands maîtres de la photographie et littérature jeunesse.”

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search