Albums de Familles. Des photos pour s’amuser.

Au moment où la famille Asada connait un beau succès au cinéma avec sa célébration des photos de famille, il est intéressant de se questionner sur la présence de celles-ci dans les ouvrages de littérature jeunesse. 

Un rapide recensement  évoqué lors du colloque “1, 2, 3 …regarde ! La photo, le livre, l’enfant” fait état de la présence de photographies authentiques ou redessinées dans des documentaires qui  racontent la grande Histoire, dans des albums pour raconter les liens familiaux et parfois même dans des livrets d’activités. Voici Albums de Familles, Des photos pour s’amuser d’Arno Dufour et Raphaële Botte, paru chez Actes Sud Junior en 2015. 

“Nous avons passé nos vacances dans une grande maison de famille louée pour l’été. Nous ne connaissions pas les propriétaires des lieux et, dès notre arrivée, nous nous sommes demandé qui avait pu vivre entre ces murs. Nous sommes montés au grenier, nous avons fouiné, nous nous sommes déguisés avec des vêtements usés, nous avons lu les vieux journaux…Et puis nous sommes tombés sur une boîte intrigante. Nous n’avons pas pu nous empêcher de l’ouvrir. Elle était remplie…. de photos ! “

Tel est le préambule de ce livret d’activités qui invite les jeunes lecteurs à s’approprier  à leur tour les photographies de la mystérieuse boîte et à faire connaissance avec les inconnus qui y figurent en 53 pages et 31 propositions d’activités :  jeu des dix différences,  association de légende et d’images en désordre, écriture des pensées de personnages ou du texte d’une carte postale,  dessin d’un hors-champ photographique, réalisation de photocollages ou création d’un flip-book… Ce faisant, ces activités initient l’enfant au champ lexical, aux usages et à l’histoire de la photographie : portrait en pied ou photo d’identité, photo de famille ou de classe, photo documentaire ou privée, roman-photo, album de famille ou carte postale, retirage, cadre, lecture des images, photographes et appareil…

Raphaële Botte raconte : “Je me suis beaucoup intéressée et j’ai toujours été touchée par les photographies de famille abandonnées que l’on trouve dans les puces. Je suis toujours émue par ce qu’elles racontent. Ma démarche n’est pas de chercher des photographies à dimension sociologiques et historiques. Je fonctionne au coup de cœur face à l’image. 

Notre matériau de base pour faire ce carnet a été notre collection de photos trouvées dont des achats dans les brocantes et autres puces… Nous avons glissé deux photos chacun de nos familles respectives, lui sa grand-mère au tennis et moi ma grand-mère et ses frères et sœurs en portrait. Nous pensions que ces photos étaient intéressantes à faire découvrir aux enfants : photos de papier, photos de famille avec des poses et des attitudes différentes de celles d’aujourd’hui.  Le cahier propose à la fois des activités autour de l’imaginaire, du romanesque, des activités proches du surréalisme, une exploration du roman-photo…, on voulait être représentatifs des différents points de vue que la photographie propose, sans référence à des artistes précis. Il a été assez facile de trouver un éditeur.

Avec le graphiste, on avait l’impression que le cahier d’activités était une porte d’entrée dans un univers visuel très loin de celui des enfants d’aujourd’hui et on avait envie qu’ils jouent avec leur imagination mais qu’ils se l’approprient aussi par la manipulation. Nous avons même mené des ateliers dans des classes pour le tester.  J’aimerais bien retravailler autour des photos de classe, prendre le temps exploiter cet univers. A la différence de beaucoup de gens, je ne trouve pas les photos abandonnées tristes. 

Pourquoi ce titre au pluriel ? Parce qu’on voulait donner l’idée que l’on se plongeait dans les albums de plein de familles. Il y avait aussi l’idée de faire découvrir cette pratique révolue de l’album, de  montrer la place qu’il avait dans les familles. 

Il n’a pas fonctionné. Peut-être à cause de son prix de 15 euros, cher pour un cahier d’activités. Je ne pense pas que la photographie fasse peur. La photo peut jouer à fond son role d’identification pour enfants. Peut-être notre sélection était trop adulte. Aurait-il fonctionné avec des photos contemporaines ? je ne sais pas. Nous avions vraiment la volonté de plonger nos lecteurs dans une autre époque”.

Le livret n’est plus disponible aujourd’hui. Dommage. Dans la lignée des ouvrages d’activités classiques, il offrait aux enfants une approche sensible pour découvrir en jouant tout un pan de l’histoire  de la photographie et de ses usages. 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

  

“1, 2, 3 … regarde ! la photo, le livre, l’enfant”, retour sur deux journées passionnantes !

Et voilà, c’est fini. Le colloque dédié à la photolittérature jeunesse a donné lieu à de passionnantes interventions,  de riches échanges et a permis de découvrir ou redécouvrir l’importance de la production photolittéraire pour la jeunesse, d’ici et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui. 

Merci au CNLJ de la BNF, à la médiathèque Sagan et au laboratoire du Cellam de l’université Rennes 2 d’avoir soutenu ce projet. Merci à nos invités. La suite ? un riche numéro de revue en perspective et une, voire plusieurs, exposition autour de la photolittérature pour la jeunesse ! 

Retour en texte et en images. 

Jour 1 : jeudi 9 mars, BNF

Présidente de séance : Marine Planche, adjointe du responsable du Centre national de la littérature pour la jeunesse

Après une introduction de Marie de Laubier de la BNF, Michel Defourny a retracé dans un discours très émouvant pour le public, 150 ans d’histoires du livre photolittéraire européen et plus de cent ans de discours autour du livre photo-illustré. Il a  évoqueré les réticences des médiateurs par rapport à l’album photographique, de même que l’indifférence dont il a été l’objet tant en France que dans les pays limitrophes. Dans un second temps, il a souligné l’intérêt qu’il suscite dès la fin de XXe siècle.

Michel Defourny a été maître de conférences à l’Université de Liège où il a enseigné l’Histoire des religions de l’Inde ancienne et moderne et la littérature de jeunesse. Alors qu’il prépare à Paris, dans les années 1960, une thèse de doctorat en indologie, Michel Defourny découvre par hasard des albums de jeunesse dont il pressent le potentiel. Il se professionnalise peu à peu en la matière et son regard s’aiguise. Au fil du temps, sa collaboration est appréciée par La Joie par les livres, par ACCES (Actions Culturelles contre les Exclusions et les Ségrégations), par l’Association des Trois Ourses, par les Amis du Père Castor. Il est d’ailleurs à l’origine du classement des Archives du Père Castor au registre Mémoires du Monde de l’Unesco. Il est cofondateur à Liège des Ateliers du Texte et de l’Image, centre de recherche en Littérature de jeunesse et graphique.

MICHEL DEFOURNY
 
Regards sur la réception de l’album photographique pour enfants : du rejet au succès !

Cette étude a pour sujet le rôle de la photographie dans deux livres qui combinent une histoire pour les enfants et une autobiographie. La combinaison, à première vue insolite, s’explique facilement, car l’auteur raconte les débuts de sa vie de mère, et le livre pour enfants est destiné à sa fille. La communication s’intéresse au récit de soi illustré par la photographie, mais plus particulièrement au cas du livre pour enfants comme récit colonialiste. Les deux ouvrages étudiés sont de l’américaine Josephine Peary (née Diebitsch, 1863-1955) et portent pour titre The Snow Baby, A True Story with True Pictures (1901) et Children of the Arctic (1903).

Paul Edwards est maître de conférences à Université Paris Cité et chercheur associé à la Maison Française d’Oxford. Spécialiste de l’histoire de la photographie et de la traduction (Alfred Jarry, Marcel Duchamp), sa recherche porte actuellement sur les relations entre la photographie, la fiction littéraire et le livre. Il est membre de l’Ouvroir de Photographie Potentielle depuis 1995.

PAUL EWARDS
 
Josephine Peary : le récit colonialiste dans l’autobiographie photo-illustrée pour les enfants

Au croisement des études photolittéraires et des études sociologiques portant sur les pratiques de l’album de famille, cette communication se propose d’examiner comment les ouvrages Incroyable mais vrai d’Eva Janikovszky et Laszlo Reber paru en 1966 aux éditions Mora Konyvkiad et L’album de famille, de Frederic Kessler et Princesse Camcam, paru aux éditions Autrement en 2012, s’emparent de l’album de famille pour en proposer une version livresque aux enfants. Nous verrons comment ces livres font dialoguer textes et photographies pour construire le roman familial, comment ils s’inspirent du modèle de l’album de famille, en quoi ils reflètent l’histoire de la photographie et de ses pratiques et comment ils tracent des ponts entre hier et aujourd’hui et disent le temps qui passe.

Laurence Le Guen est chercheuse associée au laboratoire du Cellam-Université Rennes 2 et à l’Université de Leuven. Elle est l’autrice d’une thèse sur les ouvrages photolittéraires pour enfants et anime le site dédié à la photolittérature jeunesse Miniphlit | Photolittérature pour la jeunesse (hypotheses.org). Elle est membre de l’Afreloce et de l’équipe de recherche Littératures modes d’emploi. Elle est également commissaire des dernières expositions consacrées à la photographe Ergy Landau et prépare une exposition sur l’histoire des livres photo-illustrés à la maison Robert Doisneau de Gentilly pour mars 2024.

LAURENCE LE GUEN
 
Albums de famille : quand la photolittérature pour enfants écrit le roman familial

This presentation proposes to theorise representations of photographs in Children’s Literature as a subtype of photoliterature. Representations of photographs are any visual representations understood to be, within the context of a picturebook, photographs: for instance, an illustration of a photo album full of family pictures or representations of photo-postcards of foreign settings. They may take the form of, among other things, a drawing or a painting. I will discuss what representations of photographs are and how they are used in different mediums of children’s literature. The incorporation of the representations of photographs tell us about how real photographs and photography are considered in books for children and young adults. This will contribute to the theory of photoliterature as it reflects back on how the medium of photography is used in children’s literature.

My current findings indicate that representations of photographs in Children’s Literature are especially likely to signify two feelings in particular: a sense of longing, and a sense of belonging. Representations of photographs in children’s books create a complex relationship with time and space and oftentimes anchor themselves to the past, consequently amplifying a sense of longing and nostalgia. Besides that, they signify a sense of belonging to a community, family, shared tradition or legacy. They may also trace back to a sense of belonging to an artistic heritage and pay homage to the fields of fine arts such as film and photography. In many cases, they attempt to blur the lines between fiction and reality which then raises questions on the nature of photography in literature as representation of reality. Representations of photographs in Children’s Literature thus magnify the traditional uses of photography as they are a specific ‘commentary’ on photography in literature. Through this study, we can observe how they apply particular theoretical pressure on some aspects of photoliterature theory, particularly in the relationship to the past, to a community, and to the boundary between fact and fiction.

Alya Farzana Shamshul Ariffin is a PhD researcher in Children’s Literature at the Department of Education, University of York. Her research is on the representations of photographs in children’s literature and aims to learn how, why and when they are incorporated. She has worked as an academician at the Sultan Idris University of Education, Malaysia and is funded by the university and the Ministry of Higher Education, Malaysia for her PhD studies. She holds an MRes in Children’s Literature from the University of Reading, England. She has recently completed her fellowship with the International Youth Library (IYL) in Munich, where she has spent her time researching and building her corpus of representations of photographs found in various mediums of literature from all across the world. Her academic interests include photographs and representations of photographs in children’s literature, film & art, picturebooks and Malaysian Literature in English, among many others.

Alya Farzana Shamshul Ariffin
 
Representations of Photographs in Children’s Literature: A Different Kind of Photoliterature

Présidente de séance : Mathilde Lévêque, professeure à l’Université Sorbonne Paris Nord, présidente de l’Afreloce

Bruno Munari is prominent in the history of design and Italian Children’s Literature. His art experimented with and crossed disciplinary borders. Trained as an illustrator and designer, he was also involved in Children’s Literature and activity-centered education. He also developed many interesting photographic solutions in his children’s books. One may speculate that, for Munari, using photography and photographic techniques in his picturebooks represented a complementary educational tool to encourage critical reading and imagination in young readers. My paper targets this under-investigated research area, Munari’s editorial experiences with photography, which are also reminiscent of his many collaborations with photographers.

Marnie Campagnaro is an Associate Professor at the University of Padova and director of a postgraduate course in Children Literature. Her research fields include picturebooks, fairy-tales, architecture, sustainability & object-oriented literary criticism. Her most recent publications include Material Green Entanglements (with N.Goga, 2022), Picturebooks and aesthetic literacy in early childhood education (2021), Materiality in Bruno Munari’s Book Objects: The Case of Nella notte buia and I Prelibri (2019).

Marnie Campagnero
 
Living images: Bruno Munari’s photography projects for children

Si Tana Hoban est largement connue et reconnue dans le milieu de la littérature pour enfants, elle l’est beaucoup moins des spécialistes et historiens de la photographie. Cet état de fait confirme l’existence d’un mur de verre entre les spécialités et les champs d’études, alors même que la photographie, dans ses usages, a pour particularité d’innerver tous les domaines d’applications possibles. L’objectif de cette intervention est de montrer, en partant de l’exemple significatif de Tana Hoban, les passerelles stylistiques qui ont pu exister entre une photographie de création considérée comme pure et une photographie appliquée, en l’espèce à l’univers du livre pour enfants. Le style multiple et changeant des photographies de Tana Hoban ainsi que sa manière de les mettre en page et en récit synthétisent en effet les expériences et recherches formelles menées, tant dans le domaine de la photographie que dans celui du graphisme et de la publicité, au cours du demi-siècle qu’elle a traversé en tant que photographe, illustratrice et pédagogue du regard.

Archiviste-paléographe et historienne de la photographie, Dominique Versavel est, depuis 2002, en charge des collections de photographie du XXe siècle au département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France. Dans ce cadre, elle a participé à de nombreux colloques ainsi qu’à la conception et aux catalogues de plusieurs expositions, dont Objets dans l’objectif (2005), La photographie humaniste (2006), À la Une : la presse de la Gazette à internet (2012), Alix-Cléo Roubaud (2014), Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire (2018). Elle participe actuellement au commissariat de l’exposition Noir et Blanc : une esthétique de la photographie, qui sera présentée par la BnF à l’automne 2023. Ses sujets d’études portent aussi bien sur la photographie de presse ou d’industrie que sur l’esthétique photographique.

DOMINIQUE VERSAVEL
 
Les albums de Tana Hoban à la croisée des recherches graphiques (1970-2000)

Sans chercher à proposer ici une histoire éditoriale de la présence de la photographie dans le livre sur l’art pour enfants, j’interrogerai la manière dont cette production inclut la photographie comme art, en traitant donc la photographie comme un objet esthétique, et non pas documentaire ni historique. Après un rapide tour d’horizon des publications jeunesse sur l’art consacrées à la photographie, je m’attacherai à quelques histoires de l’art pour la jeunesse pour analyser la manière dont la photographie y est intégrée. Je présenterai enfin deux collections spécifiquement dédiées à la photographie et je m’attarderai sur l’une d’entre elles : la collection « Révélateur » publiée par l’Atelier des enfants du Centre Pompidou de 1991 à 1995. Celle-ci utilise les ressources du médium livre non seulement pour guider le regard sur la photographie, mais pour y tisser une expérience esthétique dans l’espace photolittéraire créé par la double page.

Ivanne Rialland est maîtresse de conférences au Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (UVSQ, Université Paris-Saclay). Ses recherches portent sur la littérature, les arts et les médiums. Elle a dirigé en 2016 Critique et médium (CNRS éditions). Elle travaille à l’heure actuelle sur les publications sur l’art pour enfants. Elle est notamment l’auteure d’articles sur la revue Dada, et sur les liens entre le livre jeunesse et le musée d’art.

IVANNE RIALLAND
 
Le patrimoine photographique dans le livre pour enfants : l’exemple de la collection « Révélateur »

TABLE RONDE : LA MÉDIATION AUPRÈS DES ENFANTS

Andrea Eichenberger travaille entre le Brésil et la France. À la suite de ses études en arts visuels et de son doctorat en anthropologie, elle adopte une démarche qui se fonde sur la notion de rencontre et explore les liens entre photographie et sciences sociales. Elle enseigne la photographie et anime des ateliers en tant qu’artiste intervenante. En 2013, elle a été lauréate du Prix Funarte Femmes dans les Arts Visuels/Ministère de la Culture, au Brésil, et en 2012, du Prix UPP/Dupon Découverte, en France. Ses travaux intègrent des collections publiques en France et au Brésil, comme la Bibliothèque nationale de France, le Centre régional de la photographie Hauts-de-France et le Musée d’art de Santa Catarina.

http://www.andreaeichenberger.com

Yveline Loiseur est artiste plasticienne, photographe, enseignante, autrice. Diplômée de l’ENSP d’Arles et de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, elle développe un travail photographique protéiforme incluant l’installation, le livre d’artiste et l’album jeunesse. Elle s’intéresse aux espaces de vie collective : hôpital, logement social, école, famille, et à la représentation de l’enfance et de l’adolescence. Elle a publié trois livres de photographie pour enfants : La petite fille aux allumettes, Le portrait d’Eugène aux Editions Trans Photographic Press et Florence et Henri aux Editions 205.

https://www.yvelineloiseur.com

Bibliothécaire en banlieue parisienne puis à la Joie par les livres, Elisabeth Lortic impulse en 1996 le numéro de La Revue des livres pour enfants consacré à la photographie, organise des journées de formation à la MEP sur la photographie dans les livres pour enfants et conçoit en 2001 l’exposition Flash sur les livres pour enfants des années 1920 à nos jours à Clamart. Elle est l’une des co-fondatrice des Trois Ourses qui édite ou diffuse dans le domaine de la photographie des artistes tels que Alexandre Rodtchenko, Tana Hoban, Jill Hartley, Ianna Andréadis, Sarah Moon, Marc Riboud, Pentti Sammallahti …

http://www.lestroisourses.com/

Modération : Laurence Le Guen

Jour 2 : vendredi 10 mars, médiathèque Françoise Sagan

Présidente de séance : Hélène Valotteau, responsable du pôle jeunesse et patrimoine de la médiathèque Françoise-Sagan

Le champ photographique considère, à partir des années 1950 en France, être entré dans la « civilisation de l’image ». La photographie permettrait de faire tomber les barrières des langues naturelles pour faire enfin advenir un monde entièrement pacifié, basé sur une entente cordiale entre les peuples et les Nations. En son sein, la figure de l’enfant constitue une cible privilégiée : comme l’indique Photo-Monde (1956), c’est bien eux qui seront les « hommes de demain ». Question d’éducation donc, car les enfants d’aujourd’hui parleront la langue photographique de demain et la justifieront ; mais aussi question d’idéologie, car, toujours selon les mêmes acteurs, l’enfant, dans sa supposée innocence primitive, serait l’incarnation de l’universalisme qui accompagne nécessairement la « civilisation de l’image ».

Guillaume Blanc est docteur en histoire de l’art contemporain de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il a soutenu en juillet 2022 une thèse proposant une généalogie de l’idée de « civilisation de l’image », développée par l’industrie photographique dans le cadre de sa modernisation. Il bénéficie actuellement d’une bourse postdoctorale au Centre allemand d’histoire de l’art à Paris, où il poursuit ses recherches en se focalisant sur la photographie comprise comme un langage universel dans l’après-guerre.

GUILLAUME BLANC
Enfants d’images : photographie, enfance et universalisme dans les années 1950

Edward Steichen publie, dès 1930, The First Picture Book, un imagier photographique. La photographie semble particulièrement propice à représenter le réel que les auteurs d’imagiers veulent circonscrire. Il s’agira d’interroger les modalités d’inscription de la photographie dans la page, dans ses rapports avec le texte, minimal, de l’imagier comme dans la succession de l’album, ainsi que ses ambitions éducatives ou artistiques, mais aussi de questionner la possibilité de caractériser une photographie d’imagier par contraste ou par opposition à d’autres genres ou sous-genres photographiques. Par une étude diachronique seront aussi analysées les évolutions de son insertion entre (re)connaissance du monde et plongée dans l’imaginaire.

Maître de conférences à l’Université de Lille, Eléonore Hamaide-Jager mène ses recherches sur la littérature de jeunesse et sur la littérature des XX et XXIe siècles (Perec, Oulipo en particulier) dans le cadre de l’équipe d’accueil “Textes et cultures” de l’Université d’Artois. Auteur d’une cinquantaine d’articles sur la littérature de jeunesse, son travail porte plus particulièrement sur l’album (intericonicité, matérialité du livre) et l’écriture de la Shoah, sur laquelle elle prépare un ouvrage. (livre à paraître La Shoah, de Perec à la littérature de jeunesse : de l’absence à l’hyper-représentation aux PURH).

ÉLÉONORE HAMAIDE-JAGER
 
Les imagiers photographiques : miroir du monde ou monde à part ?

Dans le domaine de l’illustration de la littérature jeunesse, cela semble une pratique contemporaine étendue d’utiliser les photographies ou les scans en tant que calque en le combinant avec d’autres techniques d’illustration. Il en est ainsi dans les imagiers de Kata Pap destinés aux enfants jusqu’à l’âge de 3 ans où l’identification des objets photographiés est détournée : sur les images, des cailloux deviennent les corps des pigeons, ou les pâtes fusilli les boucles dans la coiffure d’une fille. Cette utilisation métaphorique va à l’encontre de l’usage objectif, réaliste et factuel, fonction primaire et objectif pédagogique assignés à la photographie, tel dans The First Picture Book: Everyday Things for Babies d’Edward Steichen. Par l’exemple des livres de Kata Pap, de Tineke Meirink, de Tomi Ungerer, nous examinerons le rôle des métaphores perceptuelles dans la culture remix.

Gyöngyi Pal occupe un poste de maitre de conférences à l’Université MATE en Hongrie. Elle a soutenu sa thèse sur des écrivains photographes à l’Université Rennes 2 et à l’Université de Szeged (en cotutelle). Elle a contribué à la mise en place du site web phlit.org. Au cours d’un post-doctorat, elle a mis en œuvre le site MAFIA, la base de données consacrée à la photolittérature hongroise, dont une partie est dédiée à la photolittérature pour enfants. Elle est l’auteur de nombreux articles concernant la photolittérature et l’histoire de la photographie, publiés en français et en hongrois.

GYÖNGYI PAL
Les métaphores perceptuelles dans la culture remix

TABLE RONDE : CRÉER ET ÉDITER AUJOURD’HUI

Francine Bouchet est la fondatrice et la directrice des éditions La Joie de lire à Genève. Après un bref passage dans l’enseignement puis une halte de quelques années dans la librairie jeunesse La Joie de lire à Genève, Francine Bouchet a pris son envol dans l’édition en 1987 en fondant les éditions La Joie de lire qu’elle dirige toujours aujourd’hui avec une équipe de sept personnes. Avec un catalogue d’environ 800 titres, La Joie de lire fait la part belle à de nombreux.ses écrivain.ne.s et d’illustrateur.rice.s dont certain.ne.s ont grandi grâce à elle.

Francine Bouchet publie par ailleurs de la poésie pour adultes.

https://www.lajoiedelire.ch/

Depuis 2000, Claire Dé développe un travail plastique et photographique pour la jeunesse où l’image et le livre prennent une place centrale. Ses chantiers artistiques qui s’emparent joyeusement du quotidien tentent de métamorphoser les objets ordinaires en objets artistiques, en matière créative, en terrain de jeu. Porter un autre regard sur le réel. Inviter les enfants à faire « un pas de côté », à vivre un art de l’étonnement et de l’expérimentation tout en s’initiant au beau. En parallèle à son travail d’artiste auteur, elle mène régulièrement depuis 20 ans des projets éditoriaux et de pédagogie artistique pour le jeune public en collaboration avec différentes institutions (Ecole d’art pour enfants de la Ville de Blois, Pars de La Villette, Centre Pompidou, Festival Méli’mômes à Reims…)

https://claire-de.fr/

Jean Lecointre est illustrateur, auteur, réalisateur et scénographe. Elève de Roman Cieslewicz, il puise son inspiration en disséquant toutes sortes de vieux papiers – magazines de mode, journaux, romans photos – pour livrer des ambiances étranges, évoquant tout à la fois l’univers de David Lynch période “Eraserhead” ou les associations déstabilisantes de Luis Buñuel. A partir de 1995, il travaille pour la presse et l’édition, où il multiplie les expérimentations graphiques.

Dans les années 2000, il s’essaye avec succès à l’édition jeunesse en signant Les dents du loup (2002), Les animaux domestiques (2007) et A la mode (2010), édités par Thierry Magnier. En 2010, les éditions Cornélius publient Greenwich, une imposante monographie accompagnée d’une exposition itinérante produite par la galerie Arts Factory. En 2013, Jean Lecointre reçoit la Pépite du meilleur album au Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil pour L’Odyssée d’Outis, une relecture de la mythologie grecque. En 2019 paraît l’album jeunesse Cache-cache Cauchemars qui reçoit en 2023 la Mention spéciale Album photo pour la jeunesse à la Foire du livre pour enfants de Bologne. Il a récemment travaillé à l’adaptation en animation des livres Les animaux domestiques et A la mode.

Modération Norela Feraru

Présidente de séance : Marie Robert, directrice de la médiathèque Françoise-Sagan

Trois photographes contemporains ont illustré des contes d’Andersen au tournant du XXIe siècle : Marcel Imsand (Le sapin, Grasset Monsieur Chat, 1983), Sarah Moon (L’Effraie, d’après « L’intrépide soldat de plomb », 2005, Musée d’art contemporain de Kyoto) et Yveline Loiseur (La petite fille aux allumettes, 2013, Trans photographic Press).  Dans leurs ouvrages, où l’illustration photographique se place au service de la partition du conte au gré de projets artistiques et/ou éditoriaux singuliers, le regard des photographes contribue à focaliser l’attention sur l’enfance et à susciter l’empathie pour ses aspirations et pour ses souffrances.

Christiane Connan-Pintado est maîtresse de conférences émérite habilitée à diriger des recherches à l’Université de Bordeaux et membre de l’équipe Plurielles (UR 24142) de l’Université Bordeaux Montaigne. Elle travaille sur les contes, la littérature pour la jeunesse et l’enseignement de la littérature. Elle prête attention aux phénomènes intertextuels, à la transmédiatisation de la littérature patrimoniale, à la poétique des genres littéraires et à la relation texte-image. Ses derniers travaux portent sur le conte d’artiste, sur les fictions qui mettent en scène l’histoire de l’esclavage et sur les représentations de la forêt dans les livres de jeunesse.

CHRISTIANE CONNAN-PINTADO
 
Regards sur l’enfance : les contes d’Andersen au prisme de la photolittérature

L’Américain Harry Whittier Frees (1879-1953) est connu pour ses clichés mettant en scène de jeunes animaux costumés. Chatons, chiots, lapereaux et porcelets grimés sont les protagonistes de saynètes de la quotidienneté humaine reproduites dans des livres destinés aux enfants (Kittens and Cats, 1911 ; The Little Folks of Animal Land, 1915 ; Animal Land on the Air, 1929 ; Four Little Kittens, 1934). Les pages liminaires de ces contes moraux illustrés de photographies feront ici l’objet d’une attention particulière. Car ces paratextes sont riches d’enseignements sur les attendus éthiques de cette littérature jeunesse : bienfaits d’une exposition des enfants aux photographies d’animaux juvéniles, promotion de la bientraitance animale, bienveillance envers autrui, etc..

Historien de la photographie, Vincent Lavoie étudie les images de presse qu’il situe dans une histoire culturelle des représentations événementielles. Ses travaux récents interrogent, dans une perspective critique, les emplois (scientifique, pédagogique, militant, ludique) de la photographie animalière. Il est membre du Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire Figura (UQAM) et conseiller scientifique pour l’émission Le dessous des images (ARTE).

VINCENT LAVOIE
 
Images de la docilité animale ou la pédagogie morale d’Harry Whittier Frees

6666666666TABLE RONDE : ARCHIVES ET PATRIMOINE

Françoise Denoyelle est historienne, commissaire d’expositions, et auteure d’une trentaine de livres dont : Studio Harcourt (1934-2009), François Kollar : le choix de l’esthétique, Le Studio Chevojon : une dynastie de photographe parisiens, La lumière de Paris 1919-1939, La photographie d’actualité et de propagande sous le régime de Vichy, Le siècle de Willy Ronis, La vie mène la danse, texte de G. Krull établi et annoté par F. Denoyelle, Arles, les Rencontres de la photographie : 50 ans d’histoire, Jean Dieuzaide : soixante ans de photographies. Elle vient de publier Jean Mounicq : portraits.

Après des études d’architecture et un Master en « Conception et direction de projets culturels », Lorène Durret a débuté dans la photographie aux éditions Delpire, ainsi que comme stagiaire aux Rencontres d’Arles et à l’agence Contact Press Images. A l’Alliance française de Madras, en Inde, elle a développé les activités liées à l’image, et en particulier monté un atelier de photographie pour enfants, soutenu par le quotidien The Hindu, au lectorat de 2 millions de personnes. Dès 2009, elle a assisté Marc Riboud dans la préparation de ses publications et de ses expositions à travers le monde. Depuis plusieurs années, et le legs du fonds de Marc Riboud au Musée Guimet en 2019, elle dirige avec Catherine Riboud l’association Les amis de Marc Riboud pour la conservation du fonds photographique et le rayonnement de son œuvre, en France et à l’étranger.

http://marcriboud.com

Architecte de formation, amateur de graphisme et de typographie, Yves Mestrallet dirige avec Christine Morault les éditions MeMo à Nantes. Sa maison d’édition publie des livres pour enfants multi-récompensés et remarqués pour leur beauté plastique. Elle réédite des ouvrages du patrimoine, parmi lesquels des ouvrages photographiques : Le Cœur de pic de Claude Cahun, Animaux à mimer d’Alexandre Rodtchenko, Dachenka de Karel Čapek, Deux petits ours d’Ylla.

https://www.editions-memo.fr/

Francine Déroudille est la fille du photographe Robert Doisneau, qui a signé de nombreux ouvrages photolittéraires pour enfants. Elle ne s’intéresse à la chose photographique qu’à partir des années 1980 où, sur une proposition de Raymond Grosset, elle commence à travailler à l’agence Rapho rue d’Alger et y reste une vingtaine d’année. Elle quitte  l’agence en 2002, à la suite de son rachat par Hachette-Filipacchi, et fonde en 2003 l’Atelier Robert Doisneau avec sa soeur Annette pour conserver, diffuser, et partager l’œuvre de son père. Aujourd’hui, elle s’occupe de l’édition, la conception et l’itinérance de nombreuses expositions.

https://www.robert-doisneau.com

Modération Laurence Le Guen

Au cours de cette journée, un temps a été donné à la lecture et à l’écoute. Avec Marine Planche, de la BNF.

Ainsi qu’à la visite d’une exposition de photolittérature dans la réserve des livres rares… et on y a croisé Sac à Tout…

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search