Parution : “150 ans de photolittérature pour les enfants”, aux éditions MeMo, le 22 avril !

Photographie de couverture Ergy Landau, préface de Michel Defourny
 
Collection Les monographies
224 pages. 21,5 x 25 cm 
35 euros. 
en librairie le 22 avril.

“Au 19e siècle naît la photographie moderne, qui n’a, dès lors, cessé d’investir le livre. Genre longtemps méconnu, parfois mésestimé, la photolittérature est pourtant prisée des enfants, et de nombreux artistes s’essaieront à l’exercice.
De 1886 à 2021, ces livres sont les témoins de leur époque, des courants pédagogiques, esthétiques et politiques, mais aussi des avancées techniques de ce médium. Photographes amateurs ou de renom — Robert Doisneau, Ylla, André Kertész, Ergy Landau, Sarah Moon — s’empareront de ce format. Leur travail côtoie les textes d’auteurs reconnus — Marcel Aymé, Maurice Genevoix, Jacques Prévert, Susie Morgenstern, Timothée de Fombelle — et, ensemble, ils créent des œuvres surprenantes.
Ce parcours dans cent cinquante ans de littérature photo-illustrée européenne et nord-américaine vous fera découvrir un pan passionnant de l’édition de livres pour enfants.

photographie de Karel Capek pour  Dachenka ou la vie d’un bébé chien, première parution en 1932.  

Cet ouvrage entend offrir aux lecteurs, chercheurs, étudiants ou grand public, un parcours dans 150 ans de littérature photographique pour la jeunesse européenne et américaine. Ce genre, largement diffusé, particulièrement prisé des enfants, est longtemps demeuré méconnu, noyé sous d’autres appellations. Cette publication permet la découverte ou la redécouverte d’un pan entier de la production de livres pour enfants. Une actualité récente prouve l’intérêt des lecteurs pour ces publications. À l’automne 2020, les visiteurs de La Fondazione Pastificio Cerere de Rome ont découvert « Look Book », exposition d’ouvrages photolittéraires italiens et internationaux. L’exposition « Clic Clac la photographie dans le livre jeunesse » qui s’est tenue de février à septembre 2021 à la médiathèque José Cabanis de Toulouse précède de quelques mois celle prévue au Musée de la photographie de Charleroi. La Bibliothèque nationale de France a accueilli la conférence intitulée « 150 ans de photolittérature pour la jeunesse » et a été suivie en France et à l’étranger. Enfin, un colloque international s’est tenu à l’université de Stockholm en mai dernier. Si tous ces évènements ont offert des éclairages sur cette production, elles ont surtout mis en évidence le manque crucial d’un ouvrage faisant référence dans le domaine.

photographies pour Abécédaire, paru en 1943. 

Avec les bornes temporelles de 1866 à aujourd’hui, chaque double-page
de cet ouvrage propose un arrêt sur un ouvrage particulièrement novateur, éclairant un genre de production, des avancées techniques, des courants pédagogiques, esthétiques, politiques, qui ont circulé de l’Europe, vers les États-Unis depuis la fin du 19e siècle. Le lecteur retrouvera des noms familiers d’auteurs ou de photographes et croisera d’autres patronymes plus surprenants, célèbres ou amateurs et qui ont également apporté une pierre essentielle à la construction de l’histoire de ces livres. Il découvrira comment le livre photolittéraire pour les enfants est le produit d’un type d’écriture à quatre mains, où écrivain et photographe créent de concert. Enfin, il prendra connaissance que cette production a longtemps souffert d’un désamour, voire de critiques qui ont induit une histoire en dents de scie. 

photographies d’Alexandr Rodtchenko pour Animaux à mimer, première parution en 1926
Autrice d’une thèse sur les ouvrages photographiques pour enfants, commissaire d’exposition et présidente de l’association Les Amis d’Ergy Landau,
Laurence Le Guen est chercheuse associée au laboratoire du Cellam à l’Université de Rennes 2, membre de l’Afreloce et de la Lpcm et professeure de lettres.
Elle anime le site dédié à la photolittérature jeunesse Miniphlit. Elle publie régulièrement des articles dans des revues spécialisées, des comptes-rendus d’exposition sur le site Littératures Modes d’emploi et intervient dans des colloques internationaux ayant pour objet la photolittérature de jeunesse

Contes et comptines en habits neufs.

La littérature jeunesse patrimoniale à l’ère de la photographie.

Vendredi 11 mars 2022, U Rennes 2

En 1869, Jules Alexandre Marinier réalise 6 vues stéréoscopiques du Petit Chaperon rouge. En 1893, Mary Ann Bartlett photographie ses enfants pour illustrer son recueil de comptines et fabulettes anglo-saxonnes Mother Goose 93, offrant ainsi un nouveau visage à Georgie Porgie et Little Miss Muffet. Dans les années 1930, à Sydney, la Cinesound Productions Ltd. propose une nouvelle version du conte Boucle d’or et les trois ours, avec des photographies de trois koalas. Dans les années 1980, Sarah Moon plonge son Chaperon rouge dans les rues sombres d’une ville moderne, William Wegman habille ses chiens pour figurer Cendrillon et ses demi-sœurs et en 1998 les éditions Passage Piétons donne à la comptine Promenons nous dans les bois un décor très urbain.

Depuis l’invention du médium, les photographes ont investi le patrimoine commun de la littérature et de la culture enfantines pour proposer leurs propres « illustrations », « re-créations », « interprétations », « relectures » des rhymes, formulettes et contes hérités de la tradition orale.

Cette journée d’étude ambitionne ainsi de rassembler des études portant sur ces ouvrages européens et américains inscrits dans un réseau de créations autour d’œuvres patrimoniales. Nous nous demanderons comment elles deviennent des œuvres à part entière et comment elles font lien avec celles qui les ont précédées. Nous questionnerons les stratégies éditoriales privilégiées au moment de ces réactualisations de l’héritage littéraire et culturel, ainsi que le choix de corpus réédité. Nous examinerons comment l’usage de la photographie reconfigurent le récit et les personnages. Enfin, nous tenterons d’évaluer comment l’illusion de réalité que la photographie porte en elle influe sur la réception de ces créations.

Programme

9 h 00 : Ouverture de la journée.

9 h 15 : Christiane Connan-Pintado (U. Bordeaux) : Les contes et leurs fantômes dans l’objectif de la photographie. Album pour la jeunesse et art contemporain.

9 h 40 : Christine Rivalan-Guégo (U. Rennes 2) : Contes à la une. L’actualité au miroir des contes.

10 h 05 : Caterina Ramonda (Bibliothèques Italiennes) : Traces de contes. Des couvertures de romans jeunesse aux grands écrans.

10 h 30 : Questions.

10 h 50 : Rencontre avec Marie-Liesse de Bellescize, photographe de Le jour où je serai grande, une histoire de Poucette,  avec Timothée de Fombelle.

12 h 00 : Pause

14 h 00 : Gyongy Pal (U. Kaposvár) : Les contes photo-illustrés de Karoly Gink.

14 h 25 : Héloïse Huynh (U. Montréal ) : Renouvellements artistiques dans A mulher que matou os peixes de Lispector et Valente : innovations du collage photographique.

14h 50 : Questions

15 h 10 : Laurence Le Guen (U. Rennes 2) Le chat botté chapeauté photoshopé de Frank Horvat

15 h 35 : Jane Wattenberg : Chickabunga! The Sky Is Falling! Photo-illustrated re-tellings of famous old tales.

15 h 50 : Questions

16h 15 : Bilan et fin de la journée

Salle P510

Organisation :

Laurence Le Guen Laurence.leguen@univ-rennes2.fr

Christine Rivalan-Guégo christine.rivalan-guego@univ-rennes2.fr

Catherine Sablonnière catherine.sablonniere@univ-rennes2.fr

Journée en présentiel et zoom. Lien auprès de Laurence Le Guen