Se former aux mille facettes de la photographie au Lycée Brassaï. Entretien avec Rémy Péquignot

Depuis le début de ce carnet de recherches, nous nous interrogeons sur la méconnaissance, voire la défiance à l’égard du livre de photographies. Une des raisons envisagées pourrait être l’ignorance de l’art photographique par les plus jeunes. Après avoir interrogé des éditeurs, des photographes, des auteurs, nous nous questionnons sur les modes de transmission du 8ème art dans l’enceinte scolaire. 

Rémy Péquignot, photographe et professeur au Lycée professionnel parisien Brassaï (Quel beau nom ! ) a accepté de répondre à nos questions et ses élèves nous ont permis de dévoiler leurs créations. 

Quelle est votre formation  et qu’enseignez-vous au sein du lycée Brassaï ?

Au départ, j’ai une formation universitaire en Physique fondamentale. Ensuite ma passion pour la photographie m’a conduit à l’Ecole Nationale Supérieure Louis Lumière au sein de laquelle j’ai étudié trois ans en option Prise de Vue jusqu’à la rédaction de mon mémoire de fin d’études en 2000. L’enseignement a pris assez rapidement une part très importante dans ma vie professionnelle. Mon activité de photographe se poursuit aujourd’hui mais est essentiellement consacrée à des projets personnels, en vue de l’édition d’ouvrages ou d’expositions.

Au Lycée Brassaï, comme la plupart de mes collègues enseignants en photographie, je donne des cours dans un large éventail de matières. J’enseigne en Studio pour une classe de terminale, en reportage pour une autre, en traitement et tirage numériques pour une classe de première. Mais également un cours théorique de Technologie pour une classe de terminale. Ensuite j’interviens dans différents cours ou dispositifs comme l’Accompagnement personnalisé (où je parle beaucoup de livres), mais également le cours consacré au Chef d’œuvre en terminale. J’ai donné pendant très longtemps des cours d’Histoire de la Photographie et d’autres de laboratoire argentique.

Copyright Nola Gonzales

Les élèves admis au lycée Brassaï sont-ils recrutés sur dossier ?

Nos élèves ne sont pas recrutés sur dossier. Ils font, comme la plupart des collégiens, des vœux d’orientation par la procédure classique. Certains dispositifs sont mis en place comme la procédure pass-pro qui permet à ceux qui le souhaitent de passer un entretien avec des professeurs du lycée pour échanger autour de leur motivation et répondre à toutes les questions qu’ils peuvent se poser. Certains élèves de troisième viennent également faire des mini stages d’une journée dans les cours de matières professionnelles. Mais au final, nous n’avons pas la main sur le recrutement.

Nous accueillons également directement en première des élèves dits « passerelles », se réorientant à la sortie d’une seconde générale, d’un CAP ou d’un autre baccalauréat professionnel.

Doivent-ils avoir déjà des compétences en photographie ?

Pas forcément. Ils doivent surtout avoir de l’intérêt, de la curiosité pour le monde de l’image, de la création et globalement pour le secteur culturel. Une pratique photographique est bien sûr un plus.

Constatez-vous chez eux un déficit de connaissance sur l’histoire/ le vocabulaire/la technique photographique quand ils arrivent ? D’où vient-il selon vous ?

Il y a certainement un déficit dans ces domaines lorsque les élèves arrivent au Lycée. La plupart du temps tout est à apprendre et construire, dans le domaine technique mais également sur l’histoire et le vocabulaire lié à l’image. Leur pratique de l’image est essentiellement liée à l’utilisation de leur téléphone sur lequel ils n’ont finalement que peu de choses à paramétrer avant de déclencher. Un petit nombre a déjà utilisé un boîter plus perfectionné ou en possède un mais c’est assez rare à leur arrivée. Ce que nous attendons au départ c’est surtout de la curiosité dans le domaine de l’image, de l’envie. Ensuite vient le travail pour leur permettre d’être plus autonomes et pertinents dans la construction de leurs images, l’acquisition d’un vocabulaire technique assez pointu et difficile.

Copyright Valentin Coustenoble

Savoir lire, comprendre les images et en dégager les enjeux n’est pas simple non plus. Ils sont sans doute confrontés à ces enseignements dans les cycles précédents mais c’est un gros travail dans l’ensemble de nos matières photo, en particulier en Histoire de la Photographie ou dans les cours de Méthodologie de projet.

Mais je pense que c’est normal car ils sont encore très jeunes et nous sommes là pour leur transmettre les savoir-faire et les connaissances.

A quels métiers se destinent-ils ?

L’orientation à l’issue du baccalauréat est assez difficile à cerner. Beaucoup continuent leurs études, certains dans le domaine de la photographie (le BTS photographie qui est la poursuite logique pour quelques-uns, des écoles privées en photographie, l’université dans les domaines des arts ou de l’image), d’autres dans le domaine de l’audiovisuel qui est une branche qui les intéresse et les motive également (BTS audiovisuel), d’autres dans des domaines liés à l’image ou aux arts appliqués (graphisme etc) et d’autres enfin dans des champs totalement différents en lettres, en sociologie, en langues à l’université. Certains choisissent de rentrer dans la vie active. Quelques-uns ont l’opportunité chaque année de partir étudier la photographie au Canada au sein du CEGEP de Matane.

Les métiers que nos élèves vraiment motivés par la photographie exercent dans une période plus ou moins longue après le bac sont : l’assistanat de photographes puis l’activité de photographe en elle-même (indépendant, photographe publicitaire, de mode, la photographie d’entreprise, plus rarement le reportage), les métiers liés à la retouche et au traitement des images. Certains peuvent être amenés à travailler dans des laboratoires.

A quoi sont-ils formés dans le domaine de la photographie ?

En matière de photographie, les élèves du Lycée Brassaï sont formés aux techniques de prise de vue dans différents domaines : en studio où ils ont la chance d’avoir un très bel équipement (dos numériques, flashs). Ils abordent la nature morte, le portrait, la photographie de mode. En reportage (réalisations des prises de vue, méthodologie, editing et agencement de séquences narratives, photographies d’actualité). Ils ont bien entendu des cours de traitement numérique, d’infographie et de tirage. Nous nous battons également pour conserver des cours de tirage argentique noir et blanc. En ce qui me concerne, beaucoup de photographes que je leur fais découvrir travaillent en argentique et on peut s’apercevoir que c’est aujourd’hui un secteur, en plus de l’intérêt pédagogique indéniable, qui parle beaucoup aux jeunes auteurs d’images.

Copyright Nathalie Gin

La plupart de leurs sujets sont réalisés en projets, intégrant des cours d’Arts Appliqués, des phases de réflexion et de recherches dans des cours de Méthodologie de Projet, la réalisation et le traitement numérique. Les sujets que nous écrivons donnent la possibilité aux élèves d’acquérir les compétences tout en développant leur créativité. En plus des composantes technique et professionnelle, nous nous attachons à stimuler les élèves par une forte composante artistique et culturelle.

D’autres cours théoriques sont axés sur la Technologie des équipements, sur l’Histoire de l’Art et de la Photographie mais nous abordons également des notions liées à la gestion de l’activité.

Rencontrent-ils des photographes ?

Ils rencontrent surtout des photographes durant leurs stages mais également au sein du Lycée lors de présentations ponctuelles : A titre d’exemple, il y a quelques années Paolo Roversi a fait quelques interventions. Dans le cadre des cours de reportage ils ont pu rencontrer le photographe William Daniels et plus récemment Cyrus Cornut (lauréat du prix HSBC 2021) ainsi que Carole Bellaiche qui leur ont présenté leur travail.

Ils rencontrent également des photographes parmi leurs professeurs, mais la relation n’est pas tout à fait la même.

Copyright Mohamed KHADHRI, The Street

Ils peuvent également rencontrer des auteurs, artistes venus de d’autres champs créatifs. En 2020-2021 le lycée a accueilli en résidence Rodolphe Alexis, designer sonore, artiste et enseignant qui a créé avec deux classes d’élèves les contenus d’une application géolocalisée mêlant sons et photographies.

Font-ils des stages ?

Oui, bien sûr. Les périodes de formation en entreprise font partie intégrante de leur cursus. Ils font en moyenne deux périodes de quatre semaines par an dans des entreprises du secteur de la photographie (boutiques, studios, photographes indépendants, laboratoires, retoucheurs, collectivités mais également dans des entreprises hors champ photographique mais toujours en lien avec l’image fixe ou animée).

Ont-ils une pratique de l’exposition de photographies ?

Durant leur formation nos élèves ont des expériences multiples liées aux expositions de photographies. C’est une part importante dans notre pédagogie. Leur permettre de se confronter aux tirages, aux photographies « physiques » et de sortir un peu de l’univers des réseaux sociaux.

Nous organisons régulièrement des visites d’expositions dans différents lieux parisiens (par exemple cette année au Jeu de Paume, à la Maison Européenne de la Photographie lors de l’exposition de Daido Moriyama, ou dans des galeries comme la galerie XII pour l’exposition 25 Bd Beaumarchais de Carole Bellaïche). Depuis quelques années certains élèves ont également l’opportunité de visiter Paris Photo au Grand Palais. Le lycée entretient une relation étroite depuis plusieurs années avec le Jeu de Paume au sein duquel nos élèves sont confrontés aux accrochages d’expositions de photographies patrimoniales (comme les Chefs d’œuvres photographiques du MOMA cette année) ou de recherches et productions très contemporaines. Le projet que nous menons en partenariat avec cette institution permet à tous les élèves du lycée de suivre des visites conférences consacrées aux expositions de l’année mais également à deux classes de première de réaliser une production photographique en vue d’une restitution sous forme d’exposition. Nous avons ainsi eu la chance de pouvoir accrocher et montrer le travail de nos élèves à plusieurs reprises au sein du Jeu de Paume. C’est une expérience passionnante et très valorisante pour eux.

Copyright Hélio-Luis, KHAIR

A titre personnel je les encourage très régulièrement à aller voir des expositions qui m’ont touché, ému et je commence la plupart de mes cours par un conseil d’exposition, une critique, une projection d’images en lien avec l’accrochage présenté.

Il ne faut pas oublier non plus le moment très important que constituent les Journées portes ouvertes du lycée Brassaï, dont les murs se couvrent de tirages, réalisés et accrochés par nos élèves.

Quelles sont les épreuves en photographie lors des éxamens du bac ?

Le baccalauréat Professionnel Photographie est un diplôme très exigeant qui comporte un grand nombre d’épreuves. En ce qui concerne les matières professionnelles les élèves passent la majorité de leurs épreuves à l’oral. Ils présentent ainsi deux portfolios lors de deux épreuves très importantes : un portfolio professionnel montrant l’ensemble de leurs savoir-faire (nature morte publicitaire, reportage, portrait, mode) et un portfolio plus personnel, aboutissement d’un travail photographique de plusieurs mois sur un thème national imposé. Au sein de celui-ci ils doivent trouver une approche personnelle et réaliser un ensemble cohérent de prises de vue et de tirages d’exposition. Une troisième épreuve orale leur permet également de réaliser une synthèse de leurs périodes de formation en entreprise. Toutes ces épreuves constituent des moments forts à l’issue de leur formation, d’autant plus qu’elles se déroulent en présence de professionnels invités, extérieurs au lycée. Ils passent bien sûr des épreuves écrites, notamment en Histoire de l’Art et de la Photographie, en technologie des équipements. Une nouvelle épreuve s’est greffée à cela depuis cette année avec la constitution et la soutenance du « Chef d’œuvre ».

Rencontrent-ils des livres de photographies pendant leur formation chez vous ? Avez-vous des exemples ?

Ils rencontrent des livres pendant leur formation. Il n’y a pas de manuels scolaires en ce qui concerne l’enseignement de la photographie, sinon quelques livres techniques de référence. Les élèves abordent l’histoire de la photographie en cours et ont à leur disposition un CDI bien fourni et dont le fond s’enrichit régulièrement. Ils ont dans leur sac pour les trois ans les livres de Quentin Bajac dans la collection ‎ Découvertes Gallimard.

A mes débuts il y a une vingtaine d’années je ne disposais pas de vidéoprojecteurs ou de tableaux numériques et n’avais souvent pas le temps de faire des reproductions. Mes anciens élèves gardent le souvenir des piles de livres de photographie qui servaient de support à mes cours d’Histoire de la Photographie (sans doute au détriment de mon dos …). J’aimais les apporter, les faire circuler ou circuler moi-même en les montrant.

Aujourd’hui, je les utilise de différentes manières dans mes cours, avec différents objectifs.

Dans le cadre de l’Accompagnement Personnalisé, je construis des séquences dédiées à certains livres marquants dans l’histoire de la photographie (souvent des livres qui me parlent et me touchent personnellement), des livres qui dévoilent des photographes, leur histoire, mais qui ont également une histoire : dans le désordre  The Americans de Robert Frank, Café Lehmitz d’Anders Pertersen, La France de Profil de Paul Strand et Claude Roy etc. Leur donner envie de faire des images, susciter leur curiosité, leur faire découvrir l’univers de photographes souvent sombres, très expressifs est une de mes obsessions. Quand un élève vient me voir à la fin du cours pour me dire qu’il a aimé, qu’il voudrait bien m’emprunter le livre, c’est une victoire pour moi. J’aime parler de la photographie, leur raconter des histoires. Et c’est tellement mieux et logique de le faire un livre à la main.

J’ai également développé une séquence autour des librairies parisiennes qui sont spécialisées ou donnent une grande importance aux livres de photographes et de photographie. Où les trouver ? J’ai également ouvert cette présentation à certaines librairies en ligne et au « marché » des livres rares ou épuisés. J’aborde la question de la valeur marchande du livre de collection, les côtes ahurissantes de certains ouvrages, parfois même très récents, qui deviennent vite inabordables.

Copyright Félix ARRAMY, Accident-géométriqu

Là aussi mon objectif est atteint quand un élève, ou un ancien élève, vient me voir ou m’écrit pour me dire qu’il a acheté tel ou tel livre dans une librairie, qu’il ou elle a dépensé une partie de son pass culture à la librairie d’un musée ou d’une institution photographique. Mais c’est quand même assez rare, du moins trop rare à mon goût.

Enfin et surtout, dans le cadre de mes cours de reportage, je leur montre des livres que l’on pourrait classer dans le champ documentaire, des monographies, des livres construits autour d’un sujet. Mais la plupart du temps je leur rapporte des ouvrages qui racontent l’histoire de leur auteur, je cherche à leur faire découvrir la structure narrative, la séquence des images mais surtout à leur faire ressentir l’atmosphère qui se dégage de ce « lieu » restreint qu’est le livre. Je leur montre des auteurs qui ont un style fort, marqué, très intime et personnel, toujours dans le souci de faire évoluer leur regard sur le monde et sur leur vie quotidienne. En particulier je travaille avec eux sur des portraits de lieux, sur la mémoire et la vie d’endroits restreints. La retranscription d’une atmosphère est un de mes objectifs. En ce sens certains livres m’aident énormément en particulier ceux de Bernard Plossu, Anders Petersen (Café Lehmitz, Sète #8, From Back Home), J.H Engström, Robert Frank, Christophe Bourguedieu (Le Cartographe, Tavastia, Eden) qui est très important pour moi, Mickael Ackerman, Guillaume Herbaut (La zone) mais également des livres de photographes s’inscrivant dans un champ plus plasticien, plus théorique comme Patrick Faigenbaum (Praha, Santulussurgiu, Tulle). William Eggleston est également, avec le William Eggleston’s Guide entre autres, une référence importante dans mes cours.

Récemment, à l’occasion de son exposition au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme, je leur ai fait découvrir certains livres de Patrick Zachmann comme Enquête d’Identité.

Copyright Nelly ROJAS, Paris15

Durant mes cours de studio je pose également régulièrement des livres de photographes sur la grande table (Dans le désordre Irving Penn, Paolo Roversi, Richard Avedon, Pierre Gonnord, Josef Sudek etc)

Mes élèves sont beaucoup devant l’ordinateur durant leur formation, ou plus généralement devant des écrans et j’ai besoin de leur apporter de la matérialité, leur montrer des objets, leur permettre de toucher, de sentir la matière du papier. J’essaie de les encourager à aller vers le livre, ce qui n’est pas une tâche facile aujourd’hui. Comme j’ai une petite tendance à collectionner, j’apporte beaucoup de livres de ma bibliothèque personnelle, parfois assez rares, et leur permet de les feuilleter, quelquefois de les emprunter. J’aime à penser que ma bibliothèque est un reflet de ma conception de la photographie, un deuxième « cerveau », qui doit être vivant et partagé. J’aime donc faire vivre mes livres en permettant à mes élèves de les parcourir, de se les faire passer.

Tout cela n’engage que moi bien sûr. Mais certains de mes collègues, également passionnés de livres de Photographie, sont amenés à en utiliser en cours.

En réalisent-ils pendant leur formation chez vous ? Avez-vous des exemples ?

C’est assez rare mais cela peut arriver à l’occasion de projets avec des partenaires institutionnels. En 2017 nous avons réalisé deux ouvrages ambitieux (imprimés à une centaine d’exemplaires chacun) : L’image en creux autour de l’exposition consacrée à Eli Lotar au Jeu de Paume et Chroniques Adolescentes sur le quotidien d’une génération d’élèves, en partenariat avec la Région Ile de France. Un projet est en cours actuellement avec les élèves de seconde qui pourrait déboucher sur la publication d’un ouvrage.

Utilisez-vous des livres photo-illustrés pour la jeunesse dans vos cours ? 

Je n’utilise pas vraiment de livres photo-illustrés pour la jeunesse. Mais sans doute est-ce un tort car le monde du livre jeunesse est un secteur tellement vivant et créatif. J’y suis confronté dans ma vie personnelle avec mes enfants. D’un point de vue pédagogique certains livres destinés à un jeune public auraient un intérêt indéniable au lycée. J’ai acheté à ma fille il y a quelques mois EYES OPEN, 23 idées photographiques pour enfants curieux de Susan Meiselas, chez Delpire, qui aurait sans aucun doute sa place dans notre formation. Il faut que notre CDI se le procure. Une Histoire des Images pour les enfants de David Hockney et Martin Gayford constituerait un beau « manuel » pour les premiers cours d’Histoire de l’Art. Mais en fait les exigences du référentiel du Diplôme, les programmes et le temps de plus en plus réduit que nous avons pour apporter les compétences, les connaissances et les savoir-faire font que nous allons souvent directement vers des livres essentiels de l’histoire de l’art ou de la photographie, sans distinction de tranche d’âge, parce qu’ils bousculent peut-être davantage nos élèves dans une période de changements personnels forts et les aident à passer de façon créative vers l’âge adulte.

Sont-ils familiers de la notion de photolittérature ?

Je ne pense pas qu’ils soient familiers de la notion de photolittérature même si ils y sont confrontés lorsqu’ils découvrent certains photographes, écrivains ou livres les mettant en relation.

Les auteurs que je leur fais découvrir dans les livres nourrissent une pratique photographique très littéraire, ou du moins en lien avec la littérature ou l’autobiographie. J’essaie de leur faire découvrir la structure littéraire, l’expressivité du récit de livres de photographie. Bernard Plossu, même s’il a une approche très proche du cinéma, élabore des livres qui se lisent, comme des romans, ou des recueils de poésie. Les liens entre Robert Frank et les auteurs de la Beat Generation, dont Kerouac, sont également évoqués lorsque l’on parle du livre The Americans. Les correspondances avec les textes d’écrivains ou de poètes (parfois conflictuelles) sont une des caractéristiques essentielles des livres de la Guilde du Livre comme La France de Profil de Paul Strand et Claude Roy, Le Grand Bal du Printemps d’Izis, ou la Banlieue de Paris de Doisneau que j’ai parfois l’occasion d’apporter en cours.

Nos élèves sont jeunes, mais au fil des années, certaines ou certains élèves nous parlent des livres qu’ils lisent, de littérature. C’est cependant assez marginal. Peut-être davantage avec les enseignants de Français-Histoire Géographie. Globalement nous essayons de les encourager à lire mais surtout à écrire par l’image, la photographie, ce qu’ils ont à dire sur le monde, leur vie. Certains développent dans leurs portfolios personnels une belle sensibilité d’auteurs (de jeunes auteurs), des séries photographiques très littéraires et fortes. Mais je ne pense pas que la majorité des élèves analysent facilement les liens et imbrications réciproques entre littérature et photographie. C’est encore un peu tôt.

J’espère également que quelques-uns savent que le photographe qui a donné son nom au lycée était lui-même un brillant écrivain.

Le site du lycée Brassaï http://www.lycee-brassai.fr/

Merci Rémy Péquignot ! Merci aux artistes !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

Transmettre le patrimoine photographique : comment la littérature jeunesse crée-t-elle un espace de rencontre entre l’enfant et la photographie patrimoniale ? Tentative d’inventaire

Catherine Chaine, Marc Riboud, I for Imagine, Tarabooks, 2011

Dans le cadre du séminaire “De la fabrique du patrimoine littéraire à la fabrique littéraire des patrimoines” organisée par le groupe Respalitt https://respalitt.hypotheses.org/, je présenterai mercredi 23 février une conférence portant sur  ces ouvrages qui, dans leur diversité générique, fonctionnent comme des vecteurs de transmission, tendent des ponts entre l’ art photographique patrimonial et l’enfant.

Au cours de mes années de recherche sur le livre photo illustré pour les plus jeunes, j’ai fait le constat que le livre de photographies avait peu de place sur les rayonnages des bibliothèques enfantines, que ce désamour trouvait peut-être son origine dans la méconnaissance de l’art photographique et qu’une découverte de son langage et de son histoire, prenant appui sur le support du livre faciliterait peut-être sa réception. En somme, des livres sur la photo pour comprendre d’autres livres phototextuels…  

Les développements que je fais consistent donc à dresser un état des lieux de la production d’ouvrages pour la jeunesse transmettant le patrimoine photographique, à explorer les grandes tendances des pratiques de publication, à examiner des dispositifs de translation de l’art photographique habituellement exposé dans des galeries ou musées, vers le support livre. Bien évidemment cet inventaire sera loin d’être exhaustif…

Pour s’inscrire :  https://www.fabula.org/actualites/seminaire-patrimonialitte-ii–le-patrimoine-presente-aux-enfants_106593.php?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter&fbclid=IwAR3JP2TAX25WEmuGlXgaxMI5aHusKm9nhz1EQJ5mMtSuOhcG-_iAPbGXPQU