L’Histoire vraie des grandes photos, entretien avec David Groison

Actes Sud Junior
Mai, 2014
18.00 x 18.00 cm
88 pages

Qu’est-ce qu’une photographie iconique ? Les deux volumes de l’Histoire vraie des grandes photos, signés David Groison et Pierangélique Schouler, tentent de répondre à cette question en proposant pour chaque opus une sélection de 20 images,  sélectionnées dans plus d’un siècle de production photographique.

Chaque image est décodée, analysée, autant d’un point de vue esthétique que symbolique, et replacée dans son contexte historique. Les auteurs ou les acteurs de ces photographies viennent parfois raconter l’histoire de ces prises de vue et ajoutent un supplément d’humanité à ces clichés que nous croyions déjà connaître. 

Entretien avec David Groison.

Comment est née L’Histoire vraie des grandes photos ?

Pierangélique Schouler et moi-même sommes partis du constat suivant : il y a une méconnaissance de la photographie, à la fois chez les journalistes et chez les ados. L’école nous apprend à décrypter des textes patrimoniaux, mais ne nous apprend rien sur l’image alors que nous baignons dans un monde d’images, où il y a plein de règles d’écriture, comme dans les textes. On a donc voulu réfléchir aux vingt questions à se poser pour regarder les images et cela a donné Prises de vue, décrypter la photo d’actu, chez Actes Sud Junior. Nous avons ensuite réalisé Photos chopées, sur les photos truquées, qui montre comment et pourquoi certaines photographies sont trafiquées.

Après avoir travaillé sur la grammaire et les coulisses de la photographie, il semblait naturel de présenter les grandes photos, aussi bien que le ferait un cursus littéraire. Ces grandes photos, notre œil les connait, les repère partout, analyse la répétition des motifs, mais, en fait, nous n’en savons pas grand-chose, et surtout pas dire à quelle réalité elles se rapportent. Aller chercher les coulisses de la prise de vue nous a permis de voir combien cela éclairait les débats d’aujourd’hui sur la place de la photo, la preuve qu’elle apporte.

Actes Sud Junior, Avril, 2013, 18.00 x 18.00 cm, 88 pages

Pourquoi cette compilation de photographies a-t-elle ce format carré, un peu petit ? C’est un peu surprenant pour un livre de photographies. On s’attend plus à de grandes images et en plus grand nombre.

Nous ne voulions pas un beau livre de photos hyper impressionnant. Les deux premiers ont même une couverture souple. Ces deux volumes consacrés à l’histoire vraie des grandes photos s’inscrivent dans une série de cinq ouvrages et en ont donc la forme.

Nous ne voulions pas non plus réaliser un livre qui présenterait les grands moments historiques. Nous n’avons aucune photo qui concerne la Première Guerre mondiale par exemple, et c’est bien normal car il n’en reste pas de photo iconique. L’idée était  vraiment de faire figurer des photos présentes dans la pop culture ou dans notre imaginaire. En rigolant, quand on en parle devant des ados, on leur demande si telle image a été détournée par les Simpson. Un des critères pour identifier une photo iconique serait finalement le détournement ou sa présence dans une série. C’est un bon indicateur.

On s’est arrêté à vingt photographies pour ne pas faire un livre trop volumineux. Il était important de garantir le plaisir de lecture. Assez vite nous avons proposé d’en faire un deuxième, avec cette limite de l’année 1965 et l’arrivée de la couleur. De la même façon, chaque histoire que nous racontons autour de chaque photo a un nombre de signes limité. Lire l’histoire d’une photo ne devait pas devenir impressionnant.

Actes Sud Junior, mars 2016, 18.00 x 18.00 cm, 88 pages

Comment s’est opérée cette sélection de photos ? Chacun de votre côté d’abord avant une mise en commun ?

C’est cela ! Nous avons chacun notre culture : Pierangélique est iconographe de presse et a un parcours en rapport avec l’image et moi je viens de l’écrit et de l’école du journalisme. C’est l’alliance du néophyte et de l’expert, avec chacun sa grille de lecture et chacun son avis. Certaines photos, très connues des étudiants en photo, ne me semblaient pas du tout connues du grand public par exemple. Finalement le choix s’est porté sur des images qui racontaient plus qu’elles-mêmes, comme celle réalisée sur le Rockefeller Center. (Construction Workers Eating Lunch, 1932). Elle est à la fois allégorie de l’amitié, tout en étant le symbole du moment où NY devient NY. La bonne surprise a été de découvrir que chaque photo avait une histoire dingue.

Comment avez-vous pris en compte les auteurs de ces images et leurs ayants droit ?

Pour obtenir le droit de publier ces images, il suffit de payer en fait ! La surprise a été de découvrir que certaines photos valaient plus que d’autres. Le baiser de L’hôtel de ville vaut plus que celui pris à Times Square !  

On a essayé, à chaque fois que cela été possible, d’interviewer les gens qui les ont prises ou ceux qui sont sur la photo. Celle d’Arthus Bertrand m’a frappé. Le pilote de l’hélicoptère était heureux d’en parler. L’enquête pour retrouver les gens sur les photos a été passionnante.

Pourquoi le volume 1 est-il proposé avec deux couvertures différentes, une avec Marilyn Monroe de 1954, l’autre avec des ouvriers de 1932 ? 

Lors de la première édition, le directeur artistique s’interrogeait sur la difficulté de réduire ce travail à une seule image… Dès la réimpression, il a été convenu de ne garder que celle des ouvriers.

Quels retours avez-vous des lecteurs ?

J’ai animé récemment un atelier avec des petits, et je leur ai proposé des extraits découpés des photos. Tout de suite, ils étaient capables de saisir l’essence des photos et d’imaginer leur hors-champ. Pour celle de Dorothea Lange (Migrant Mother, 1936), par exemple, ils ont imaginé le père, car cela leur semblait impossible que celui-ci soit absent.

Ce qui est génial avec des ces publics éloignés du livre, c’est qu’ils  rentrent soudain dedans à fond. Certains adolescents ont écrit des slams pour accompagner la photo des ouvriers sur la poutre (Construction Workers Eating Lunch, 1932). C’est réjouissant pour moi comme pour les éducateurs.

Serait-il possible d’imaginer un troisième tome ?

Nous nous sommes arrêtés à 2015 avec la photo de la Place de la nation. Il est compliqué de choisir des images sur lesquelles le temps n’a pas laissé sa patine. Les trois dernières photos sont certainement facilement contestables, parce qu’il manque le recul de 50 années. Aujourd’hui, la photo est omniprésente et la photo iconique est plus difficile à isoler. Les photos ont moins le temps de s’imposer et d’écraser tout le reste. Il faut donc du temps dans l’œil de celui qui la voit pour qu’elle devienne iconique.

 

Avez-vous des regrets ?

Non. C’est notre choix à tous les deux. Ceci étant, j’aurais bien mis la photo de John Lennon et Yoko Ono prise par Leibowitz juste avant qu’il se fasse assassiner, mais Pierangélique trouvait qu’elle ne rentrait pas dans le corpus et en plus elle était hors de prix !  Ceci étant la question du prix n’a jamais été un sujet pour l’éditrice.

Merci David Groison ! 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

 

De la publicité Dop à l’album photolittéraire Rodolphe et Berlingot

Paris, R. Laffont (Impr. la Sapho), 1955. In-4°, non paginé, fig., pl., couv. en coul

En plein âge d’or de l’album photographique, les éditions Robert Laffont publie Rodolphe et Berlingot, un grand ouvrage photo-illustré qui accueille les aventures du jeune Rodolphe et de son compagnon le chien Berlingot. Si le récit est assez familier-un jeune garçon se lie d’amitié avec un animal, le perd et le retrouve grâce à l’intervention d’un tiers- cet ouvrage est intéressant à plus d’un titre.

La préface de l’ouvrage indique que “Rodolphe “est un petit garçon que tout le monde a vu au cinéma, que tout le monde a entendu à la radio”. Quelques recherches permettent de découvrir que Rodolphe n’est pas juste un personnage dont on fait connaissance dès la couverture de l’album. Dans une France qui découvre le marketing publicitaire, Rodolphe est aussi l’égérie de la marque Dop et l’image du berlingot de shampoing depuis 1952. Fils de François Clauteaux, chef de la publicité de L’Oréal et créateur du journal Pilote, le jeune Rodolphe Clauteaux est bien connu des Français  qui l’appellent ” Le petit Rodolphe”. Déguisé en cow-boy, scout ou monsieur Loyal, il accompagne toutes les publicités, cartes postales à collectionner, films réalisés par la maison de produits d’hygiène. On peut encore entendre sa voix à la radio dans de petits sketchs de l’émission “Salut Marcel !”, ou lançant sur les ondes son slogan “Moi je veux un berlingot !”. http://www.culturepub.fr/videos/dop-shampoing-l-ecole/ 

Sa bouille ronde et son nom sont entrés dans tous les foyers et le livre pourrait apparaître comme un produit dérivé d’un succès commercial. On peut d’ailleurs s’interroger sur la présence de ces carrés multicolores sur la couverture. Faut-il y voir un clin d’œil à la petite poche de shampooing bleu, jaune, rouge, vert ou violet de deux à trois centimètres carrés vendue dans de grands pots en verre ? 

Le nom de l’auteur sur la couverture retient également toute notre attention. Francis Mazière n’est pas un inconnu. Il a participé à plusieurs expéditions en Afrique et en Amérique du Sud. Avec le cameraman Wladimir Ivanov et la photographe Dominique Darbois, ils ont monté une expédition en Amazonie, pour se lancer à la recherche de Raymond Maufrais, l’explorateur disparu, et étudier les Indiens d’Amazonie ensuite. Ils sont revenus sans Raymond Maufrais, mais avec de la musique enregistrée un film documentaire ethnographique, et de multiples clichés qui seront publiés dans cinq ouvrages : Expedition Tumuc Humac chez Robert Lafont, Indiens d’Amazonie, premier ouvrage de la collection « Mondes et visages » chez Del Duca, Derrière le miroir, dessins indiens du Tumuc Humac, qui allie photographie et dessins de peintures rituelles, Parana le petit Indien, chez Nathan, premier numéro de la collection « Enfants du monde »et Yanamalé village of the Amazon, publié chez Collins, à Londres. Dominique Darbois et Francis Mazière ont ensuite signé les titres de la collection de portraits de pays “Enfants du Monde”chez Nathan, ensemble puis chacun de leur côté. Loin de l’Amazonie, Francis Mazière installe ce nouveau récit dans le décor de Paris : on retrouve les autobus à plateforme qui conduisent à la Gare de l’Est,  les voiliers du jardin des Tuileries, les quais de la Seine et le Pont Neuf… Il ne manque qu’un ballon rouge traversant le ciel de Paris…

Les pages de garde, photographiques, accueillent l’image d’un mur sur lequel un graffiti a été soigneusement dessiné à la craie. On y lit un autre nom, celui de Pierre Pothier. Celui-ci n’est pas non plus un inconnu, même si, opérant dans l’ombre, son nom est moins familier des lecteurs. Il signe en effet les couvertures et la mise en page de presque tous les albums de la collection “Enfants du Monde”. On retrouve ainsi dans Rodolphe et Berlingot tout ce qui a fait l’originalité et la force de cette collection : détourage des photographies, insertion de motifs géométriques qui font écho aux  décors des clichés, lignes qui mettent en avant le couple chien-enfant, révèlent les échanges de regard  entre les personnages,  images séquentielles qui lient l’ouvrage au roman photo en vogue, insertion de morceaux de texte dans les motifs géométriques…

La  conjonction de coordination “et” placée en page de garde le désigne comme le  auteur à part égale de l’album, et à juste titre. Il a fait de l’espace de la double-page un lieu d’expression plastique qui guide et capte  l’attention du lecteur et donne du peps à cet album. 

Un ouvrage à (re)découvrir donc. 

Allez, encore une : http://www.culturepub.fr/videos/dop-shampooing-le-pays-des-merveilles/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.