Katy Couprie et les langages de l’image

novembre 1999, Tout un monde a reçu le prix Sorcières (tout-petits) ainsi que le prix Pitchou. Avec l’autorisation des éditions Thierry Magnier

En 1999, l’imagier Tout un monde offre aux plus jeunes lecteurs un inventaire hétéroclite du monde qui nous entoure en mêlant toutes les pratiques artistiques, bouleversant dans la foulée les pratiques éditoriales autour de ce genre. Il est signé Katy Couprie et Antonin Louchard, deux auteurs phares des rayonnages des bibliothèques enfantines. Katy Couprie est notre invitée ! 

Vous utilisez, jouez, mêlez toutes les techniques artistiques dans Tout un monde, Tout un Louvre, Au jardin, A table !, et dans Un monde palestinien. Est-ce une façon de dire que toutes les pratiques  se valent, tant qu’elles produisent de l’art et du jeu ?

Avec Tout un monde, Antonin Louchard et moi-même voulions apporter aux lecteurs une initiation diffuse aux différents langages de l’image et dire que toutes les techniques ne se valent pas justement. Ce que raconte une photographie ou un dessin sur un objet n’est pas équivalent. Cela est très perceptible devant nos images, sans avoir à l’expliquer à des enfants petits. Antonin et moi voulions faire découvrir aux enfants un ensemble de techniques et leur montrer la variété des représentations, ce qu’on peut faire en art, ou ailleurs, pour représenter le monde, le  dédoubler en images. Toutes les techniques utilisées dans cette série d’ouvrages se complètent, s’enrichissent.

Le jeu existe bien. Il est installé entre les images, qui sont libérées du texte. Ces images ne sont plus inféodées aux légendes. Le jeu réside dans la pratique que l’on a du livre, les correspondances entre les images, les associations d’idées entre elles.

Ces ouvrages sont constitués comme des inventaires du monde qui nous entoure. Même s’ils sont dépourvus de mots, néanmoins, le mot est-il vraiment loin ? Qu’est-ce qui vous fait opter pour la photographie plutôt qu’une autre technique artistique pour exprimer une idée ? 

Au départ, il y a eu évidemment les mots. On a fait beaucoup de listes, d’inventaires, en y mêlant objets, émotions, concepts. Parfois la technique s’imposait par rapport à un contenu de représentations. Mais au final, tout ce qui pouvait rentrer dans l’imagier était bon. A partir du moment où on s’adresse à des enfants avec un point de vue européano-centré, le choix est vaste. Pour parler d’une seule idée, on a aussi varié les images, les techniques, les points de vue, les cadrages. Il y a également dans Tout un monde et ensuite dans Au Jardin, des installations, des mises en scène. La photographie permet de faire alors le constat de ce qui est créé. C’est ce qui me permet d’enregistrer une mémoire vivante de ce que je suis en train de faire.

Le hasard a aussi bien fait les choses, comme lorsqu’Antonín s’est peint la main et que cela est devenu un coq ou une tortue.

septembre 2008, Au jardin a reçu le prix Bologna Ragazzi (fiction). Avec l’autorisation des éditions Thierry Magnier

La photographie est-elle votre domaine réservé dans vos créations à quatre mains avec Antonin Louchard ? 

J’ai fait des études d’art au cours desquelles j’ai appris à photographier et ce n’est pas le cas d’Antonin. Tout ce qui est pratique de l’argentique s’est fait dans mon laboratoire et je l’ai formé à travailler avec moi en lui ouvrant ces techniques là. Antonin pratique surtout une photographie numérique qu’il aime beaucoup.

Vous variez photographies en noir et blanc, photographies en couleur, zoom, plans larges, rayogrammes etc… L’idée était-elle aussi de faire découvrir toutes les techniques photographiques ?

Il y a effectivement la volonté d’avoir un inventaire de techniques le plus large possible, y compris des choses un peu « zazou » : j’ai fait notamment des photogrammes avec des vers de terre vivants ! Il s’agit bien pour moi de pousser les techniques avec lesquelles on peut faire des images. Cela peut être évidemment très simple avec du modelage, comme pourraient le faire des enfants, mais il peu y avoir aussi ou des choses extrêmement élaborées.

2002, Avec l’autorisation des éditions Thierry Magnier

Je crois reconnaître dans certaines pages de Tout un monde des clins d’œil aux grands maîtres de la photographie et je pense aux portraits d’écoliers de Doisneau, aux rayographies de Man Ray, aux couverts de Steichen, aux poires de Sougez… Est-ce que je me trompe ? Quels sont vos maîtres en photographie ?

Mes maîtres sont Moholy-Nagy, Man Ray, et Robert Heineken, qui pratique le photogramme en couleur, Robert Franck, Diane Arbus, Lee Freidlander, pour certains types de photographies, Peter Fischli, David Weiss, Philippe Ramette, Ervin Wurm. Ervin Wurm  réalise des photos de lui pour lesquelles  il conditionne son corps dans des vêtements qu’il enfile dans des postures non conventionnelles. Philippe Ramette fait des photographies qui ont un vrai rapport au paysage, dans lequel il met en scène son corps dans des équilibres instables.

Quant aux livres pour enfants, il y a évidemment Tana Hoban et Sarah Moon avec qui j’ai eu le plaisir de faire une très belle exposition a Marseille.

Les clins d’œil il y en a effectivement ! Ils sont adressés à Moholy-Nagy, Man Ray. Le clin d’œil à Doisneau avec cette photo d’écolier  est réel mais il arrive par la force des choses.  Il s’agit en fait d’une photographie d’Antonin enfant.

1993, Gallimard Jeunsse, Le sourire qui mord

Je suis le chien est fait de collages, d’assemblages de morceaux hétéroclites tirés de photographies, de pages de magazines, de dessins. D’où est venue cette idée ? Un hommage à Hannah Höch ? Aux collages de Prévert ? Vous semblez beaucoup vous amuser.

 L’idée était d’accorder une grande place au détail, de passer le monde alentour à la moulinette. L’inspiration c’est Dubuffet, pour ses façons d’avoir des personnages entourés dans des formes et une autrice américaine qui s appelle Maira Kalman et qui travaille avec des éléments composites en peinture.

Avez-vous déjà pensé à faire un livre entièrement photographique ? 

Je pourrais si le sujet du livre réclame la photographie. Avez-vous lu Prince de naissance attentif de nature chez Thierry Magnier aussi ? C’est un projet très photographique avec un usage différent de la photographie. C’est un livre qui a été assez remarqué mais non republié. C’était un grand album, bien imprimé en plus.

octobre 2004, Avec l’autorisation des éditions Thierry Magnier

Le texte est de Jeanne Benameur. Le personnage est un enfant qui devient prince et est appelé à gouverner très tôt. Il doit avoir une visée, s’installer dans des combats. Il y a une dimension de fable, de conte, beaucoup d’onirique, pas de contexte et pourtant le livre est installé dans un rapport au monde. J’ai pensé que j’allais choisir le dessin pour les personnages au pastel gras, découpés et plantés dans un décor réel avec un rapport d’échelle intéressant. L’imaginaire est  porté par le dessin. 

Est-ce que vous aviez des livres photo-illustrés quand vous étiez petite ?

Je n’ avais pas de livres pour enfants, mais des dictionnaires médicaux, des encyclopédies. J’avais aussi des romans-photos que lisaient mes grands-parents. Ils avaient une librairie papeterie et j’ai passé mes mercredis à feuilleter la presse, sans aucune censure. 

Merci !!

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

 

L’expo “Je, tu, il, elle, nous avons des droits ! ” au Creusot a fermé ses portes

L’exposition “Je, tu, il, elle, nous avons des droits ! ” a fermé ses portes au Creusot. Elle a reçu toute la semaine des scolaires d’âges différents venus travailler sur la thématique des droits de l’enfant, l’occasion de les interroger également sur la réception des photographies et des livres photo-illustrés. 

Elle est désormais libre à la location. 

 

Secrets de fabrication…

Miniphlit a rencontré le papa d’un apprenti pirate en pâte à modeler, l’occasion de découvrir ce qui se fait aussi du côté de l’auto-édition et de se pencher sur le travail de création de livres photo-illustrés à l’école.

Cher Lionel Lamour, illustrateur ? auteur ? photographe ? qu’inscrivez-vous en tête de votre CV ?

Je suis auteur-scénographe. Ce livre est le second du même genre, c’est-à-dire un roman-photo jeunesse. Il est d’abord né d’une histoire écrite. En l’écrivant, j’imaginais déjà les images. Une fois écrite, j’ai réuni l’équipe qui m’a permis de le réaliser : un photographe, une sculptrice en volume et un décorateur.

Vous inscrivez-vous dans une filiation photographique ?

Pas uniquement, c’est un ensemble. Pour moi les livres photos jeunesse sont un peu des OVNIs dans la littérature. J’aime relever des défis et celui de mettre en scène, en image cette histoire en était un. Cela change de l’illustration dessinée. Les lecteurs ont une lecture presque en 3D avec les personnages et les décors.

Quand êtes-vous tombé dans la marmite de la littérature jeunesse ?

J’y suis tombé par circonstance. Suite à une opération du dos, j’ai imaginé une histoire à offrir à mes nombreux neveux et nièces pour un noël. J’ai pris mon temps pour l’écrire, la faire illustrer et l’imprimer au magasin du coin. Je me suis retrouvé à coudre ce petit livre qui n’avait pas si mauvaise allure pour de l’artisanal. Le cadeau a plu. Je l’ai réédité en passant par un imprimeur avec un second tome. Voilà le début…

Quelle est la place de la photographie dans votre travail ?

Elle est ponctuelle. Sur certains projets. Par contre, ce n’est pas rare que je prenne une photo d’un lieu, d’une situation qui pourrait m’inspirer pour un récit.

Qu’est-ce qui vous inspire donc ?

Tout ! Bien souvent c’est un petit détail, un mot qui fait naître une histoire, un conte. Il ne faut pas grand-chose pour mettre en marche la machine à écrire qui se situe dans un coin de ma tête.

Comment qualifieriez-vous vos créations : natures mortes, tableaux photographiques ?

Pour Victor, ce sont des tableaux mis en scène, réfléchis afin de trouver l’équilibre entre le texte et laisser la possibilité au lecteur d’imaginer plus que ce qu’il ne voit.

Pourriez-vous travailler avec des êtres inanimés, animaux ou enfants, à la place de vos personnages de pâte à modeler ?

J’ai déjà travaillé avec une école sur l’écriture et la mise en page et en scène d’une histoire mêlant personnages (enfants) et objets. Une belle expérience qui s’est conclue par l’édition d’un livre.

Texte ou pas texte ? quelle est votre préférence ?

Je n’ai pas encore eu l’occasion de travailler sans texte ; je suis un conteur et un écriveur d’histoire… m’en passer me serait difficile, mais travailler avec un/e illustrateur/trice pourrait me permettre de relever ce défi.

Les mots viennent-ils avant ou après la réalisation des images ?

Hum… les deux ! Les images mentales sont nécessaires à la mise en écriture tout autant que les mots créent des images que je n’avais pas forcément imaginées.

Comment travaillez-vous avec les mots des autres ?

Jusqu’à ce jour, je ne travaille pas avec les mots des autres. Je peux écrire sur des idées partagées afin d’aboutir à un projet.

Qui sont donc vos lecteurs et comment les imaginez-vous agir avec vos livres ?

Je touche, avec mes livres, un large lectorat. Que ce soit la lecture du soir ou la première lecture avec Victor apprenti pirate, ou avec ma série « La communauté d’Azéliard », ou d’autres encore, j’ai la chance de pouvoir rencontrer un public de lecteurs varié. J’aime l’idée qu’ils puissent s’approprier l’histoire, lui donner un autre sens, imaginer d’autres décors, d’autres univers où évoluent mes personnages. J’aime présenter aux enfants le grand coffre au trésor d’où je sors les éléments de décors mais aussi les personnages qui ont servi à faire l’histoire. Bien souvent, ils recréent des scènes ou poursuivent l’histoire avec leurs Playmobil©. L’histoire ne m’appartient plus.

Un projet en préparation dont vous pourriez nous dire quelques mots ?

Non pas un mais plusieurs… Le plus abouti et prévu pour mars 2022 est encore un livre jeunesse en collaboration avec l’illustratrice Fanny Cheval. Il y est question d’un épouvantail qui, s’il rencontre le succès aura une suite…

Quel lecteur étiez-vous enfant ?

J’étais un moyen lecteur de romans, qui dévorait des BD (j’en dévore toujours !) durant les vacances. J’étais par contre un « fabriqueur » d’histoires que j’aimais raconter à mes cousines et cousins.

Pourquoi avez-vous choisi l’auto-édition avez-vous eu des difficultés à trouver un éditeur ? 

Je suis en édition propre car en effet les maisons d’éditions pensent que je ne corresponds pas à la ligne éditoriale. Par contre, je suis tout de même à 3 tirages de 800 exemplaires de Victor, et  800 pour les “Contes du chaudron”… ce n’est tout de même pas mal je trouve…

Vous intervenez régulièrement dans des classes avec les aventures de votre pirate. Quels ateliers mettez-vous en place et quelles sont les réactions du jeune public ? 

La présentation commence par une lecture de l’histoire avec les enfants si elle n’a pas déjà été effectuée au préalable. Ensuite, le décor s’installe dans le coffre. Enfin, les personnages arrivent dans leur univers. L’intervention se prolonge  en présentant les différents  éléments de décor qui ont servi pour le “tournage” du livre : façade de maison, parties du navire, carte au trésor…des trucages sont dévoilés : Comment faire de l’eau sans eau ? comment vieillir une carte ?  Des centaines de photos sont prises pendant la réalisation et je leur explique comment on choisit les 23 photographies. Les réactions lors de mon passage en classe pour présenter la mallette sont très positives. Il y a un grand intérêt de la part des enfants. Je sais qu’il y a une histoire faite par une école en Normandie, La fiancée de Victor.

Sur le site de Lionel Lamour, on pourra découvrir d’autres ouvrages photographiques réalisés avec les écoles. http://www.lionel-lamour.com

 

 

Images de l’enfance, rencontre avec Alain laboile

La Dispute,
a photographic children’s tale.
Les Arènes, 2017
26 x 29 cm
76 pages

“In his series of carefully composed black-and-white images that make up La Famille, the French photographe Alain Laboile has captured a sense of youthful freedom through the exploits of his six children” écrit le New York Times en 2012. https://lens.blogs.nytimes.com/2012/12/27/capturing-a-childhood-idyll-in-france/

Alain Laboile s’est fait une spécialité de ces photographies en noir et blanc des moments de l’enfance, de l’ enfance particulière de ses six enfants plutôt, éloignés des écrans et du système éducatif traditionnel, et dont le maître mot est sans doute “Liberté”.

Si ces images du quotidien de sa drôle de famille ont été exposées dans le monde entier, elles ont aussi rejoint les pages intérieures des livres pour raconter des histoires, témoigner de ces instants fugaces. Interview.

https://laboile.com/

Quotidian, 2017
Duncan Meeder
Foreword by Andy Summers (The Police)
29,5 x 33 cm
96 pages

Cher Alain Laboile, quel est votre parcours ?

Je suis photographe et sculpteur autodidacte. Après une scolarité courte j’ai démarré une carrière de sculpteur.

Je suis devenu photographe par accident en découvrant le mode macro sur un appareil photo destiné à photographier mes sculptures. 

Fasciné par l’entomologie j’ai commencé par des clichés d’ insectes.

C’est plus tard que j’ai démarré l’album de ma famille nombreuse, qui a depuis fait le tour du monde au gré des expositions, festivals et publications.

 Avez-vous des maîtres, des modèles en photographie ?

J’ai une culture photographique très limitée et je me complais dans cette « ignorance » qui me permet de m’affranchir de toute influence.

Je suis plus sensible à la peinture, à la sculpture ou l’architecture.

La photographie m’intéresse finalement assez peu.

– En attendant le Facteur
KnowWare Editions, 2012
Foreword by Gérald Vidamment
25 x 27 cm
100 pages

Voyez-vous le livre comme un moyen d’expression incontournable de votre pratique photographique ? un prolongement de vos expositions ? un autre lien avec les spectateurs ? bref, pourquoi le livre ?

Le livre a pour moi deux finalités :

 -C’est un outil incontournable pour présenter le travail photographique à des galeristes, directeurs de festivals, conservateurs de musées…

-Il permet une large diffusion des œuvres auprès d’un public de collectionneurs mais aussi d’amateurs pour qui les galeries et surtout les tirages photographiques qu’elles proposent, demeurent inaccessibles du fait de leur coût.

Avez-vous senti des réticences de la part des éditeurs pour publier des livres photos ?

 J’ai eu la chance incroyable d’être publié sans avoir eu besoin de démarcher mes éditeurs, Tous sont venus vers moi en me proposant une collaboration.

Gérald Vidamment a été le premier à parier sur moi,  et le livre est maintenant épuisé.

J’ai depuis publié une dizaine d’ouvrages.

Aurores (BeSpoke Collection)
Limited edition numbered on 250
Foreword by Fabien Ribery
Editions Bessard, 2018
19 x 26,5 cm

Est-ce que le prix Hip a changé quelque chose ?

Il est intervenu au moment de la ré-édition de La Dispute. Le prix a été mentionné sur le bandeau de l’ouvrage, j’imagine que cela a  contribué à booster les ventes.

Quel est le fil conducteur de vos ouvrages, la thématique commune ?

Ma famille est mon unique sujet, Je documente depuis 15 ans notre quotidien un peu atypique, Une vie proche de la nature, sans télévision ni confort superflu, l’école à la maison… Les enfants qui grandissent, quittent le nid , reviennent…

Pourquoi privilégier des titres en anglais ?

Mon public est international. Mes éditeurs sont français, allemands , Néerlandais , mes galeries sont Italiennes, Brésiliennes et Française . La langue anglaise est  donc fédératrice.

Pourriez-vous vous exprimer en couleurs ?

Je pratique la couleur depuis toujours, par petites touches.

Mon livre Aurores, aux Éditions Bessard est  d’ailleurs intégralement en couleur.

Mais le noir et blanc est prépondérant au sein de mon œuvre, il renforce l’intemporalité et l’universalité de ma photographie.

Under the Monochrome Rainbow
Foreword by Jock Sturges
Duncan Meeder, 2015
30,5 x 30,5 cm
96 pages

Est-ce que vos livres parlent de l’enfance en général, d’un type d’enfance ?

Ils parlent de l’enfance de mes enfants et de notre  mode de fonctionnement éducatif qui n’est pas forcément très répandu, notamment en France,

Mais ce que j’immortalise (le jeu, les joies, les peines, les relations avec les animaux, les scènes de vie quotidienne) sont propres à l’enfance universelle.

C’est ce qui fait je crois  le succès de ma série La Famille : Tout le monde y retrouve un peu de lui -même en nous observant quelques minutes à travers la page d’un livre, un écran  ou une exposition.

Est-ce que ce sont des livres pour enfants ?

Hormis la Dispute et Je sais le faire, ce sont des livres tout public. Mais chacun de mes ouvrages peut -être feuilleté et compris par un enfant.

 Ma photographie est directe, très lisible, dotée d’une iconographie accessible à tous.

 Qui sont les acteurs  de vos images ?

Mes 6 enfants âgés aujourd’hui de 12 à 27 ans.

Summer of the Fawn
Kehrer Verlag, 2018
Foreword by Laurence Kiberlain
18 x 24 cm
112 pages

Comment est venue l’idée de La dispute ?

C’est Victoria Scoffier, officiant aux Editions les Arènes qui a eu l’idée de cette collaboration.

Nous sommes amis depuis que jeune journaliste au Magazine 6 Mois, elle a passé 2 jours chez nous en immersion pour écrire un article à notre sujet.

Mon œuvre parle de l’enfance et nous trouvions important de la rendre accessible aux plus petits justement.

Ce conte photographique est divertissant, mais participe aussi à l’éducation à l’image.

Est-ce un livre de littérature jeunesse ou un livre d’artiste ?

C’est un livre jeunesse mais l’importance de l’image et le soin particulier apporté à son traitement en fait un ouvrage hybride.

Vous signez La dispute avec Victoria Scoffier ? Est-ce difficile de créer à quatre mains ?

Au départ, Victoria n’était pas destinée à écrire le conte, elle devait simplement coordonner la publication.

Mais aucun des auteurs pressentis ne parvenant à trouver le juste ton pour aborder l’accompagnement littéraire de mes images, elle a endossé ce rôle, ce dont je suis très heureux. Tout est alors devenu fluide.

Lisiez-vous des livres-photos lorsque vous étiez enfant ?

Je suis issu d’un milieu modeste en pleine campagne bordelaise. Mon enfance rimait  plutôt avec les promenades en forêt de pins et  les baignades sauvages.

Il devait bien y avoir des livres pour enfants à la maison mais des livres -photo certainement pas.

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.