Ouvrir des espaces pour s’émerveiller, avec Ianna Andréadis

 

L’oeuvre de Ianna Andréadis est très loin de se résumer à ses très beaux imagiers photographiques pour enfants parus aux éditions (Les Grandes Personnes). Ses créations graphiques, picturales, photographiques, ses recherches sur l’objet-livre sont multiples et témoignent de son émerveillement pour la nature et l’environnement proche ou lointain. Rencontre avec une exploratrice de notre monde. 

Chère Ianna Andréadis, peintre, photographe, autrice de livres pour enfants, est-ce que j’oublie quelque chose ? Comment se répartit votre temps créatif ?

Je voudrais préciser : autrice de livres, “y compris” de livres pour enfants, et aussi ajouter dessinatrice et créatrice de projets photographiques participatifs, qui ces dernières années occupent une grande partie de mon temps. Selon mes projets en cours, j’essaie d’alterner les projets photographiques, la peinture et le dessin, car j’ai besoin de ces multiples moyens d’expression ! 

Avez-vous des maîtres de la photographie qui vous inspirent ?

Plusieurs grands photographes m’inspirent mais celui qui m’a le plus marquée depuis les années 80 c’est Luigi Ghirri pour son art de capter, de rendre la réalité quotidienne poétique ou illusoire, de montrer dans toutes ses séries “sa stupeur du monde”. Son oeuvre photographique m’a ouvert plusieurs portes et fenêtres…

 

Comment êtes-vous venue à la littérature pour la jeunesse ?

A la naissance de mes enfants, j’ai voulu faire des livres pour eux. J’ai d’abord créé des livres-imagiers en tissu africain wax, dont j’ai une grande collection, fascinée par leurs motifs et leurs couleurs. Le livre d’Afrique, avec des images d’animaux, Dis voir avec des objets hétéroclites sur chaque page … Ma mère réalisait les coutures. J’ai rencontré à l’époque Elisabeth Lortic une des fondatrices de l’association des Trois Ourses (qui diffusait et éditait des livres d’artiste en direction des enfants) qui a été très enthousiasmée par mes livres en tissus et m’a proposé de réaliser des éditions pour les exposer, les diffuser. C’était le début d’une grande collaboration et de nombreux projets en direction des enfants. C’est par Les Trois Ourses que j’ai rencontré Fani Marceau éditrice au Seuil à qui j’ai proposé mon premier livre photographique, Couleurs Nature, qui a été publié en 2002. J’avais réalisé ce livre en choisissant des photos dans une agence spécialisée dans les photographies de la nature : PHO.N.E. C’était une exploration des couleurs, des formes de la nature dans le monde entier, où ce sont les juxtapositions des deux images qui créent un dialogue ou une histoire … comme ma nouvelle série – collection de livres pour les tout-petits aux Editions des Grandes Personnes. (C’est un principe qu’on retrouve dans tous mes livres photos).

Aux Editions du Seuil j’ai rencontré Brigitte Morel qui est depuis presque 20 ans, mon éditrice pour tous mes livres photos.

 

La nature est une de vos sources d’inspiration. Vos livres publiés aux Grandes Personnes aident-ils à mieux regarder le monde qui nous entoure et portent-ils un message écologique ?

J’espère qu’ils aident à regarder la beauté de la nature dans notre quotidien, mon intention est de donner à voir ce qui est sous nos yeux, inciter petits et grands à être sensible et s’émerveiller de la nature où que l’on soit.  C’est une façon par la suite d’avoir envie d’en connaître plus et de la respecter.

Dans son livre, Le sens de la Merveille, Rachel Carson, une des premières écologistes, écrit “Pour un enfant il est bien moins important de savoir que de ressentir”, j’espère que ces livres sont un pas vers le sentiment de l’émerveillement. 

 

Comment se décide le thème de vos imagiers ? En concertation avec votre éditrice ? au hasard de vos déambulations ?

Mes livres sont autobiographiques et renvoient tous à mes lieux familiers, mes voyages, mes émerveillements, mes préoccupations …Ils comprennent aussi des moments de découvertes et d’exploration dans la nature lors de nos voyages avec mon compagnon Franck Bordas et nos enfants, comme Bêtes de Brousse, ou La fourmi et le paresseux/Histoires de la forêt lointaine …livres que nous avons réalisés ensemble en Afrique du Sud et au Costa Rica.

L’album Bêtes de brousse, était un livre important pour nous, un grand projet suite à nos expériences et plusieurs voyages dans les réserves africaines. On avait rassemblé un grand nombre de photos et on voulait transmettre les émotions et les rencontres avec les animaux de la brousse. La concertation le dialogue avec mon éditrice Brigitte Morel est toujours essentiel pour le livre.

Pour la collection des tout-petits qui est comme un condensé d’une série, puisque 24 photos suffisent pour partager une façon de voir, du premier livre Histoires du cerisier, qui est l’arbre que je vois par ma fenêtre … au Histoires d’automne, la série de feuilles tombées par terre sur le trottoir de ma rue …,les sujets viennent de mon environnement quotidien, je décide le thème toujours en rebondissant sur le précédent, en essayant de surprendre, compléter, alterner, renouveler… en ayant l’expérience des réactions des précédents titres, et évidemment toujours en concertation et à l’écoute des suggestions de mon éditrice.

La suite des titres, mais aussi des couvertures est conçue comme un chemin de fer de livre !

 

Vos imagiers Du printemps à l’hiver, Histoires de cerisier,  Du soleil à la lune, Histoires du ciel  sont des imagiers photographiques sans texte. Pourquoi faire le choix du silence et sont-ils vraiment silencieux ? Peut-on raconter des histoires en se passant des mots ?

Je souhaite donner de l’importance à la photo sans qu’elle ait un rôle d’illustration, sans que la lecture de l’image soit perturbée par un texte.  Cela laisse plus de liberté, de la place au dialogue.  Au lieu de lire des légendes, il faut découvrir, observer, reconnaître, comparer, questionner, raconter …  On consacre notre 4ème de couverture au texte et aux légendes.

Les « histoires » se créent par le rapprochement des images. Les associations d’idées, les rapports de couleurs, des formes, les similitudes ou les contraires composent le livre, et créent un dialogue…

Je tenais au sous-titre “Histoires”…qui semblait paradoxal pour un livre sans texte et je voudrais citer ici cette phrase de Georges Didi-Hubermann qui est comme la clé de la construction de mes “histoires”’ !.. :

« Deux images qu’on rapproche produisent de la pensée. Ce n’est pas seulement l’image (…) mais la distance qui les sépare qui dessine, ouvre, un espace pour penser. ».

 

Comment imaginez-vous l’attitude de vos lecteurs devant vos imagiers photographiques ? Certains jeunes lecteurs vous ont-ils fait part de leurs sentiments devant vos très belles images ?

Ce que j’aime imaginer, c’est plutôt, après la lecture, comment les enfants peuvent retrouver et observer dans leur quotidien des choses qui leur rappellent le livre (!), comment ils vont voir les couleurs des fruits au marché, les feuilles d’automne sur le trottoir etc ..;

J’ai eu beaucoup d’occasions de rencontrer les enfants lors de rencontres avec des classes et au delà des images en soi qu’ils aiment, ils s’intéressent à savoir si c’est moi qui les ai prises, ils sont épatés de savoir que c’est moi et ma famille qui étions là, devant les éléphants, les lions les léopards etc …dans Bêtes de Brousse.

 Il semblerait que le livre photographique pour la jeunesse suscite un regain d’intérêt aujourd’hui. Avez-vous eu du mal au cours de votre carrière à convaincre des éditeurs d’accepter des livres de photographies ?

J’ai eu la grande chance de rencontrer Brigitte Morel qui est passionnée de photo, et qui est mon éditrice fidèle de mes livres photo jeunesse en France, depuis 2002 : les Editions du Seuil, en passant par Les Editions du Panama, où on a fait trois livres photos – (tout-public) ensemble : Chantier ouvert au Public/ récit de la construction du musée du quai Branly, 2006, Une année en Forêt, arbres et rochers de Fontainebleau, (réalisé avec Franck Bordas) 2007, Cosmopolis /Ivry-sur Seine, 2007.

C’est un très grand plaisir de travailler ensemble en grande complicité. Cependant ça arrive que parfois des projets mettent du temps à mûrir.

 

Vous avez illustré un livre de contes avec vos dessins. Vous êtes-vous posée la question de l’illustration photographique pour les contes ?

J’ai illustré une anthologie de contes L’aile bleue des contes: l’oiseau, établie et commentée par Fabienne Raphoz aux éditions Corti, (collection Merveilleux, 2009). En fait ce ne sont pas des illustrations des contes mais une série de 70 dessins d’oiseaux qui sont cités dans ceux-ci et composent en parallèle une histoire naturelle. Une façon détournée d’illustrer cette anthologie, en étant moi même passionnée d’oiseaux et ayant beaucoup travaillé sur ce thème.

Justement, … tout en travaillant uniquement dans un esprit documentaire, j’ai une idée depuis un moment d’un livre photo sur les contes, j’attends que mon éditrice soit convaincue…  !   

Quelle lectrice étiez-vous enfant ? Aviez-vous des livres de photographies ?

J’ai grandi à Athènes, j’ai appris le français et depuis toute petite, je lisais beaucoup; Le club des Cinq à la Bibliothèque Rose, les Six Compagnons à la Bibliothèque Verte…, en parallèle avec les livres d’auteurs grecs comme Pénélope Delta. J’aimais beaucoup les romans de Jules Verne, les bandes dessinées, Lucky Luke et Tintin.  Il n’y avait pas de livres de photos pour enfants en Grèce, j’ai découvert les magnifiques livres photo de cette époque, de Dominique Darbois par les Trois Ourses bien plus tard.

 

Bibliographiehttp://ianna.online.fr/books.html et sur le site des (Grandes Personnes) https://www.editionsdesgrandespersonnes.com/portfolio_page/andreadis-ianna/

 

Livres de photos

 A paraître :  Par nos fenêtres / Vues d’Ivry, texte de Danièle Méaux, Editions Créaphis, 2021

 Du platane au ginkgo – Histoires d’Automne, Editions des Grandes Personnes, Paris, 2021  

 Des goûts et des couleurs – Histoires de fruits et de légumes, Editions des Grandes Personnes, Paris, 2021  

 Du glacier au torrent – Histoires de l’eau, Editions des Grandes Personnes, Paris, 2020  

 La fourmi et le paresseux- Histoires de la forêt lointaine, Editions des Grandes Personnes, Paris, 2020 

 Du soleil à la lune – Histoires du ciel, Editions des Grandes Personnes, Paris, 2019

 Du printemps à l’hiver- Histoires du cerisier, Editions des Grandes Personnes, Paris, 2019

 Fenêtres sur Athènes ΑΘΗΝΑ ΘΕΑ, textes de Jean-Christophe Bailly, Aude Mathé,  Yannis Tsiomis, Denys Zacharopoulos, édition bilingue (grec- français), Editions Agra,  Athènes, 2016

 Franck Bordas, un parcours imprimé,  textes de Franck Bordas et de Catherine de Braekeler, Centre de la Gravure et de l’Image imprimée, La Louvière, 2014

Bêtes de brousse, avec Franck Bordas, Fernand et Pierre-Takis Bordas, Edition des Grandes Personnes, 2012, Paris

 Cosmopolis / Ivry-sur-Seine, texte de Laurent Boudier, Editions du Panama, 2007

 Une année en forêt, arbres et rochers de Fontainebleau, avec Franck Bordas, Editions du Panama, 2007, Edition méxicaine,  : Cronica de un bosque encantado, Petra Ediciones, 2007

Chantier ouvert au public, récit de la construction du musée du quai Branly, avant-propos de Stéphane Martin, Editions du Panama et du Musée du quai Branly, 2006

Couleurs Nature, photos de l’agence PHO.NE, Éditions du Seuil Jeunesse, 2002

Éclipse 11 août 99, texte de Laurent Boudier, 16 photos d’agence de presse, Franck Bordas éditeur, 2000

Livres illustrés – livres d’artiste

Winter, Editions One Stroke, Tokyo, 2019

Αγκάθια και αμάραντα (Chardons et immortelles) texte de Manolis Charos, Editions Agra,  Athènes, 2019

 Manasa, Légendes de serpents indiens, SSSSnake art and allegory, texte de Gita Wolf, coédition musée du quai Branly, Paris et Tara books, Chennai, 2010

Au loin le monde est tout petit, Agnès Chaumié, Enfance et musiques, Paris, 2010

 L’aile bleue des contes : l’oiseau,  anthologie commentée de Fabienne Raphoz, illustrée de 70 dessins, Editions José Corti, Paris, 2009

Bestiaire aztèque, /Bestiario azteca texte d’Elisabeth Foch, coédition du musée du quai Branly / Petra Ediciones, Guadalajara, 2008

Un bestiario de la prehistoria, préface de Jean Clottes, Petra Ediciones, Guadalajara, 2007

 

Cactus, texte de Elisabeth Foch, Petra Ediciones, Guadalajara, 2005

 

Dias / Tonaltin, texte de Elisabeth Foch, Petra Ediciones, Guadalajara, Mexique, 2005, prix “Nouveaux Horizons”  à la Foire du livre de jeunesse de Bologne, 2006 , édition française,  La pierre du soleil, éditions Circonflexe 2007

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

le petit monde poétique d’IsabelLE Gil

Les vacances, Loulou & Cie, 2014

Miniphlit reprend sa série de rencontres avec les auteurs-autrices qui font la photolittérature d’aujourd’hui. Aujourd’hui partons à la découverte de la poésie d’Isabelle Gil et de ses mises en scène de petits personnages, pas du tout au ras des pâquerettes.  

Illustratrice ? autrice ? illustratrice-autrice ? photographe ? Qu’inscrivez-vous en tête de votre CV ?

Petit à petit, j’ai inscrit tout ce qui correspondait, il me semble, à mon travail. Photographe car j’utilise la photographie et un appareil photo, autrice, car j’écris ou « fais»  des histoires, les images, leurs contenus, leurs compositions, leurs styles. Et illustratrice, car je réalise des albums avec des narrations et les images qui les illustrent.

 Vous inscrivez-vous dans une filiation photographique ?

Je ne sais pas. Mais il y a bien sûr des œuvres qui m’ont inspirée. Ou que j’ai découvertes après mais auxquelles je suis très sensible.

Les albums tirés des films de Albert Lamorisse, les photographies de Joachim Mogarra, celles de Duane Michals avec ses séries narratives, les photographes Anna et Bernhard Blume.

Et comme , quand j’ai repris la photo après des années de suspension , je l’ai fait à la fac en arts plastiques, je me suis plongée dans l’art contemporain et il y avait tous les artistes qui utilisent la photographie, comme  Robert Smithson, ou d’autres comme Gordon Matta Clark, John Baldessari et puis également l’artiste suisse Roman Signer avec ses installations géniales à partir d’éléments  banals et /ou imparfaits  et plein d’autres que j’aime beaucoup et qui ont inscrit en moi, une multitude de choses et d’images, Apichatpong Weerasethakul, Dominique Gonzales Forster, Pierre Huyghes, Cindy Sherman, Felipe Gonzales Torres.

 

Le chapeau de Maman, Loulou & Cie, 2014

Quand êtes-vous tombée dans la marmite de la littérature jeunesse ? En tant que lectrice et tant que autrice ?

En tant que lectrice, j’ai toujours jeté un œil à ces livres « jeunesse » aperçus en librairie. Evidemment j’étais tombée sur Max et les maxi-monstres  et j’avais été heureuse de trouver ce genre-là d’ouvrages, ce mélange de talent, de fantaisie et de fraîcheur, c’est épatant et emballant la littérature jeunesse.  Plus tard, j’en ai acheté pour la maison.

Et en tant que autrice, je voulais faire absolument des livres, avec des histoires et en photographies.

Comme j’utilisais des objets du quotidien, des objets familiers et des jouets , et que ce qui m’intéresse c’est la miniature, l’illusion, les multiples rapports aux choses et à l’imaginaire que l’on a et celui de l’enfance notamment, et grâce à d’autres personnes que j’ai eu la chance de rencontrer, comme l’artiste Alain Bernardini, et « meilleur » professeur à la fac, l’éditeur Paul Otchakovsky-Laurens et ensuite Grégoire Solotareff, éditeur, artiste et cinéaste qui m’ont beaucoup appris et accompagnée,  j’ai compris que je faisais, que je pouvais faire des livres pour les enfants et je suis très heureuse de ce parcours et de ces rencontres.

 

Musée des Ours, Loulou & Cie, 2012

Quelle est la place de la photographie dans votre travail ?

Majeure ! C’est comme ça que je construis les images avec les contraintes et les qualités de ce médium.

C’est avec cet outil que je fabrique mes représentations de ce que je vois ou ai envie de voir. C’est une place partagée maintenant  avec celle du texte que j’apprends depuis que je fais des albums.

Vous avez dit lors d’une interview que la littérature était une de vos inspirations. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Je pense que j’ai dû vouloir parler de la poésie, parce que, à certaines périodes j’en ai lu beaucoup et j’en lis beaucoup et que ce sont toujours des découvertes sans fin sur comment dire ? L’esprit, l’être, l’autre, soi ? Je ne sais pas, ce sont des expériences de lecture, de formes de langages, de sensations qui me comblent souvent. C’est toujours étonnant et ça déplace notre rapport aux choses où ça le replace, ça dépend !

 

A la mer, Loulou & Cie, 2010

Comment qualifieriez-vous vos créations : natures mortes, tableaux photographiques ?

Pour les albums, je dirais des mises en scène, des compositions. Parfois pour les personnages, je pense à des marionnettes car je tente de les rendre eux et les situations, quelles qui ou elles soient, les plus vivants possibles.

Par ailleurs, dans mes recherches et mes études, j’avais bien aimé cet extrait des écrits critiques de Baudelaire sur les dioramas et l’illusion :

« Je désire être ramené vers les dioramas dont la magie brutale et énorme sait m’imposer une utile illusion. Je préfère contempler quelques décors de théâtre où je trouve artistiquement exprimés et tragiquement concentrés, mes rêves les plus chers. Ces choses, parce qu’elles sont fausses , sont infiniment plus près du vrai ; tandis que la plupart de nos paysagistes sont des menteurs, justement parce qu’ils ont négligé de mentir ».

 Pourriez-vous travailler avec des êtres animés, animaux ou enfants, à la place de vos personnages de pâte à modeler ?

Oui ! J’ai déjà essayé avec des petits animaux, notamment un cher petit lapin, mais trop vif, trop sauvage. Auparavant avec des cochons d’inde qui eux aussi n’en avait que faire et c’était trop compliqué, et qui plus est, en appartement. Il y a aussi je trouve, des limites proches d’une presque maltraitance. Je réfléchis parfois à d’autres animaux moins sauvages peut-être.  À suivre donc !

Ah si et les escargots ! J’ y ai pensé bien sûr mais à l’image, c’est très particulier, on n’est pas dans la fiction comme je l’imagine. C’est très difficile d’être dans la fiction avec ce genre d’animal, qui est très impressionnant.

Et pour les humains, je ne sais pas, c’est à voir également.

Au début  je ne voulais pas un style réaliste ou documentaire, de ce fait la figure humaine me semble trop propice à des interprétations réalistes et émotionnelles rapides. Mais les choses évoluent ou se modifient  et votre question m’intéresse parce qu’elle me fait me questionner sur comment je le verrais, le ferais aujourd’hui.

 

Le voyage sur la lune, Loulou & Cie, 2020

Texte ou pas texte ? quelle est votre préférence ?

Au départ, je pensais faire des livres sans texte avec des images narratives , mais pour raconter , et à de jeunes enfants, il faut parfois du texte et c’est très intéressant aussi de travailler le texte même très court . Et en rapport à des images.

Vous dites, à propos de vos ouvrages, qu’il s’agit d’une « rencontre entre deux livres », un textuel et un visuel. Les mots viennent-ils avant ou après la réalisation des images ?

J’ai des images en tête, neuves ou anciennes et / ou des mots, des expressions.

Soit cela part d’une image, par exemple pour l’album Les Vacances, j’avais l’envie de reproduire, à ma façon la « villa Bulles » de l’architecte Antti Lovag, située sur la côte d’Azur dont j’avais vu une photo il y a longtemps et qui m’avait impressionnée. Et en même temps,  de partir de l’expression si prometteuse que j’adorais quand j’étais enfant  «  Les grandes vacances ».

Souvent les expressions sont inspirantes comme « léger comme l’air «  pour le livre –Le chapeau de maman – ou « vert de rage » pour le livre – Le déjeuner sur l’herbe-  Les mots fabriquent des images.

C’est un va et vient entre ce que j’ai vu, entendu, aimé, retenu.

 

L’aventure, Les Éditions de la Table ronde, 2011

Photographies : Isabelle GIL
Textes : Jean ROLIN

Comment travaillez-vous avec les mots des autres ? je pense à votre collaboration avec Jean Rolin.

 Avec Jean Rolin, il s’agit plutôt d’une rencontre et d’un partage, mais cela s’est fait après la réalisation des images. Nous nous sommes rencontrés pendant un festival de littérature où je donnais un coup de main et où il était invité. J’avais, à ce moment-là, comme lors de chacun de mes déplacements, mon bateau sous le bras pour continuer les prises de vues pour mon projet.

Jean l’a vu et l’a reconnu, il avait un bateau semblable quand il était petit, mon projet lui plaisait, j’avais l’idée qu’il fallait du texte à un endroit du livre et plus tard, il a écrit ce texte pour le livre. C’était un joli croisement.

 Qui sont donc vos lecteurs et comment les imaginez-vous agir avec vos livres ?

 J’ai régulièrement l’occasion de rencontrer des lecteurs, en allant sur des salons du livre, en faisant des ateliers, avec des classes, des groupes, des lieux.

Et j’aime beaucoup faire cela. Cela fonctionne bien avec tous les âges.

Cela fonctionne très bien avec les enfants. Ils sont de très bons lecteurs de l’image, ils voient tout, ils devinent le vrai et le faux, le jeu entre les deux et ils s’amusent beaucoup des mises en scène. Et le fait que soient utilisées des objets familiers,  du quotidien ou des jouets, cela leur plaît beaucoup. Ils connaissent ce rapport aux choses et au réel. Ils connaissent en fait, le jeu enfantin avec rien, et sinon ils renouent assez vite !

Ce que j’aime beaucoup également c’est que les enfants décortiquent l’image, la comprennent parfaitement mais reste toujours un peu dans l’histoire, ils continuent à rêver.

On travaille aussi des notions de décors, de proportions, de composition, de cadrages photographiques.

 

Couleurs à sensation, Le Rouergue, 2011

Un projet en préparation dont vous pourriez nous dire quelques mots  ?

Un album encore, pour l’instant en recherche, et d’autres projets mais pas assez engagés pour en parler .

Quelle lectrice étiez-vous enfant ?

Enfant, je n’avais pas de livre pour enfants, ou peut-être un ou deux, mais je crois même que c’est venu tard. Par contre, j’ai tout lu, des emballages de cuisine, des notices d’utilisation, tout dans le détail, et tous les livres de tricot, des «  Femmes actuelles » aux romans photos de ma grand-mère, en passant par « Rois et Reines « C’était pas terrible  mais je lisais tout.  Jusqu’à, enfin ! Un jour : Le bibliobus bleu du quartier.  J’ai passé là,  des après-midi entiers, c’était un étroit couloir, c’était génial. Ca m’a sauvé je pense, j’étais certainement alors dans une lecture/refuge. 

Et depuis, j’ai toujours aimé les livres, les littératures. C’est, avec le cinéma et l’art, un des accès au monde et à la pensée, que je préfère.

Pour retrouver le monde d’Isabelle Gil, c’est ici ! : https://www.isabellegil.fr/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

JACQUELINE est enfin là !

Il est arrivé !

Jacqueline, J’avais 7 ans quand la guerre a éclaté…le nouveau livre de Pierre-Jacques et Jules Ober au Seuil a enfin vaincu la Covid pour parvenir sur les rayonnages de nos librairies et il est très réussi !

Après les champs de bataille de la Première Guerre mondiale et le désespoir du jeune  Pierre, qui tentait d’être à la fois un bon fils et un bon soldat, Jacqueline raconte à la première personne les souvenirs d’enfance de Jacqueline Ober, la mère de l’auteur, pendant la Seconde Guerre mondiale. https://miniphlit.hypotheses.org/2919

Le récit est tout à fait autobiographique puisque tiré  d’un manuscrit laissé par la vraie Jacqueline. On vit avec elle l’évasion de son père militaire, sa fuite vers la zone libre, son engagement dans l’armée alliée en Afrique du nord d’abord, puis en Allemagne. On partage aussi la vie de la jeune Jacqueline, petite fille traumatisée par l’absence paternelle, la présence de l’armée d’occupation, l’exil et l’obligation de s’adapter à une contrée nouvelle. Moins sombre que le premier album, l’ouvrage se termine par une lueur d’espoir car l’amitié est toujours possible entre les enfants, quel que soit le conflit qui oppose les nations. 

 

Les tableaux photographiques fourmillent de détails inspirés par les photographies de la vraie Jacqueline Ober et témoignent des multiples recherches historiques que mènent Pierre-Jacques et Jules Ober pour être fidèles à la réalité historique dans chacun de leurs ouvrages. 

On admire les effets spéciaux qui rendent compte du feu des armes, la reproduction miniature des affiches publicitaires, de cinéma ou de propagande sur les murs, et la minutie pour reproduire les objets familiers ou les tenues et coiffures de l’époque.

L’enchaînement des tableaux, les effets de gros plan et de profondeur, le travail sur la lumière donnent encore une fois à l’ouvrage un aspect cinématographique. Les deux auteurs ont choisi d’accompagner la sortie de leur livre de deux bandes annonces qui, accompagnées musicalement, finissent de nous plonger dans l’ambiance.

https://www.youtube.com/watch?v=FnNio4ZPmm4 et https://www.youtube.com/watch?v=OwOsSx4md14

Pour en savoir plus, https://littlesoldierstories.com/jacqueline/

 

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

APPEL À CONTRIBUTIONS POUR LA REVUE INTERNATIONALE DE PHOTOLITTÉRATURE

Appel à contributions

Parcours au coeur de la Photolittérature pour la jeunesse 

Une actualité récente montre un intérêt actuel et international pour la littérature pour la jeunesse qui accueille des photographies. En effet, une exposition d’ouvrages photolittéraires italiens et internationaux pour la jeunesse, intitulée « Look Book » a été présentée aux spectateurs à La Fondazione Pastificio Cerere de Rome à l’automne dernier. L’exposition « Clic Clac la photographie dans le livre jeunesse » se tient depuis février 2021 à la médiathèque Jose Cabanis de Toulouse et accueille table ronde et conférence sur l’histoire de ces productions. Le CNLJ de la BNF a accueilli la conférence « 150 ans de livres photo-illustrés » le 16 avril dernier. Enfin, un colloque « Photography in Children Literature », réunissant les spécialistes internationaux de la littérature de jeunesse désireux de s’intéresser à ces ouvrages, s’est tenue à Stockholm en mai dernier.

La photolittérature pour enfant est devenue un indicateur privilégié des idées que les adultes se font de la photographie, de son rôle éducatif et illustratif. Le champ de la photolittérature pour enfants est également un terrain d’exploration et de jeu qui accueille de nouveaux dispositifs photo-textuels défiant nos habitudes de lire (telles les œuvres de Katy Couprie) et devenant suffisamment bons pour être lus par les enfants (comme l’insinue Michel Tournier lors de la réécriture et adaptation de ses livres adultes au jeune public). On peut même faire le constat que la photographie a fait plus que laisser son empreinte sur le livre pour enfants. Elle a construit avec lui un nouveau genre d’ouvrages.

Un premier recensement des ouvrages photolittéraires pour les enfants établi par les bibliothécaires de l’Heure Joyeuse à Paris, avec les bornes temporelles de 1866 – date du premier ouvrage clairement identifié – à aujourd’hui, a permis de mettre en évidence l’existence d’une production abondante, et extrêmement diverse.

La Revue Internationale de Photolittérature se propose aujourd’hui de réaliser un parcours au cœur des diverses catégories de cette photolittérature pour les enfants telles que Laurence le Guen les a mises en évidence dans sa thèse soutenue en 2019 à l’université de Rennes 2. Nous porterons d’abord notre attention sur les ouvrages destinés à l’enseignement, imagiers et documentaires, dans lesquels la photographie se voit dotée de la mission de classement du monde et d’auxiliaire des apprentissages, depuis le First Picture Book d’Edward Steichen jusqu’aux imagiers actuels, en passant par les albums novateurs de Tana Hoban par exemple.

Nous entendons également explorer la production d’ouvrages patrimoniaux, contes et comptines, auxquels la photographie offre un nouveau visage, des Mother Goose 93 de Mary Ann Bartlett, jusqu’à la réécriture du Poucette d’Andersen par Timothée de Fombelle et Marie Liesse en passant par le nouveau Petit Chaperon rouge de Sarah Moon. Les « portraits de pays », ainsi désignés par David Martens, au rang desquels la collection « Enfants du Monde » publiée par Nathan des années 1950 à 1970, constitueront un autre objet d’étude. Nous consacrerons également un intérêt particulier à ces ouvrages appelés « novellisations », dans la suite des travaux de Jan Baetens, qui prolongent l’immersion spectatorielle, comme Crin Blanc ou le Ballon rouge d’Albert Lamorisse. Enfin, des études consacrées aux ouvrages accueillant les mises en scènes photographiées de figurines (poupées ou animaux), comme ceux d’Ylla ou la collection des « Histoires d’Amadou » de Suzi Pilet et Alexis Peiry, viendront compléter les précédentes analyses.

Ce parcours dans la production photolittérature jeunesse européenne et américaine de 1860 à nos jours ambitionne de redéfinir les contours de chaque catégorie ou d’identifier de nouvelles catégories, et de compléter le corpus déjà étudié afin de proposer une vue d’ensemble plus vaste de ce qu’est la photolittérature pour la jeunesse par la mise en lumière et l’analyse de collaborations photolittéraires pour enfants encore ignorées ou peu analysées, quels que soient les procédés photographiques associés aux textes des écrivains.

Vous êtes invités à soumettre par courriel au plus tard le 15 octobre une proposition de communication (300 mots) accompagnée d’une courte bio-bibliographie à l’adresse phlit.org@gmail.com et leguenlaurence@gmail.com.

 Livraison des textes : février 2022

Parution : automne 2022

 

Comité de rédaction : Laurence Le Guen et Gyöngyi Pal

Bibliographie

Photolittérature

Montier, Jean-Pierre ; Ortel, Philippe ; Méaux, Danièle ; Louvel, Liliane (éds.), Littérature et photographie, PUR, 2008.

Ortel, Philippe, La Littérature à l’ère de la photographie, Nîmes, Jacqueline Chambon, 2002.

Thélot, Jérôme, Les inventions littéraires de la photographie, Paris, PUF, 2003.

Edwards, Paul, Soleil Noir. Photographie & Littérature, PUR, 2008.

Edwards, Paul, Perle noire – le photobook littéraire, Rennes, PUR, 2016.

Le Guen, Laurence, Littératures pour la Jeunesse et Photographie, mise à jour et étude analytique d’un corpus éditorial européen et américain, des années 1860 à aujourd’hui, à paraître avec une préface de Michel Defourny, 150 ans de livres photolittérature pour les enfants, MeMo, 2022.

Montier Jean-Pierre (dir.), Louvel Liliane, Méaux Danièle, Ortel Philippe, Littérature et Photographie, Colloque de Cerisy, Rennes, PUR, 2008.

Montier Jean-Pierre (dir.), Transactions photolittéraire, Rennes, PUR, 2015.

Montier Jean-Pierre, A l’œil, Textes et images en littérature, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017.

Pal, Gyöngyi, Le dispositif photo-littéraire en France dans la seconde moitié du XXème siècle. Saarbrücken, Éditions Universitaires Européennes, 2010. [Thèse accessible en ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00481329/document]

Wattenberg Jane, « Picturebooks and photography », The Routledge Companion to Picturebooks, Routledge, 2018. 

 

Novellisations

Baetens, Jan, La novellisation = Novelization : du film au roman from film to novel. Symbolae Facultatis Litterarum Lovaniensis Series D Litteraria 17, Leuven, Leuven University Press, 2004.

Le Guen, Laurence « Vengeance et châtiment dans l’univers des livres pour enfants, l’exemple des contes visuels d’Albert Lamorisse », MuseMedusa, n°8,

http://musemedusa.com/dossier_8/le_guen/

Le Guen, Laurence, « Du poème filmique au livre illustré de photographies, les films d’Albert Lamorisse », collection « Texte-Image », Académia, Louvain-la-Neuve

 

Portraits de pays

Martens, David, « Portraits phototextuels de pays. Jalons pour l’identification d’un genre méconnu », Communication et Langages, 4 (202), 3-24, 2019.

Martens, David, Reverseau, Anne, Pays de papier les livres de voyage, préface de X. Canonne, musée de la photographie, Charleroi, 2019

Le Guen, Laurence, « Abolir les frontières en littérature jeunesse : la tentative des albums photographiques des années 50 à travers l’exemple d’Horoldamba le petit Mongol, Revue Strenae, http://journals.openedition.org/strenae/1670

Le Guen, Laurence « De l’album photographique pour adultes au docu-fiction pour la jeunesse, la reprise et la circulation des images dans les années 50 », Images d’un pays. Circulation iconographique et identités nationales / Image&Narrative juin 2021

Meunier, Christophe. (2019) Construire une géographie pour les enfants des années 1960-1970. La collection « Les Enfants du monde » de Dominique Darbois. Géocarrefour, 93

Lemarchant, Frédérique, « Dominique Darbois et la collection « Enfants du monde ». La photographie entre fiction et documentaire », Strenæ [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2015

 

Enseignement par les yeux

Lavie, Juliette, ALPHABET d’Emmanuel Sougez : une œuvre manifeste, https://www.revue-textimage.com/04_a_la_lettre/lavie1.html

Lefebvre, Sylvie, « Hors du nid de Ch. Ab der Halden, un réel transposé », Le roman scolaire entre littérature et pédagogie, Arras, Cahiers Robinson, n°29, 2011.

Lugon, Olivier « Nouvelle Objectivité, nouvelle pédagogie », Études photographiques, 19 Décembre 2006,

  http://journals.openedition.org/etudesphotographiques/1232

Priem, Karine, « Facts for babies: visual experiments at the intersection of Art, science and consumerism in education Sisyphus», Journal of Education, 2015, https://revistas.rcaap.pt/sisyphus/article/view/7716

Renonciat, Annie ; Simon-Oikawa, Marianne, La pédagogie par l’image en France et au Japon : [journée d’études organisée par le Centre d’étude de l’écriture et de l’image, Université Paris Diderot, à l’Institut national d’histoire de l’art, le 17 mars 2007], « Interférences », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

 

Littérature patrimoniale

Pintado, Christiane ; Tauveron, Catherine, Fortune des contes des Grimm en France : formes et enjeux des rééditions, reformulations, réécritures dans la littérature de jeunesse, « Mythographies et sociétés », Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2013.

Le Guen, Laurence, « Quand la photographie nous fait accéder au « petit théâtre de l’enfance », Alice in Wonderland par Suzy Lee », Revue de Photolittérature n°2

Leplatre, Olivier, « Pli des temps et refuge des images : travail du montage dans Le Petit Chaperon rouge re-conté par Sarah Moon », Polysèmes [En ligne], 18 | 2017

 

Figurines et animaux

Le Guen, Laurence, « Alexis Peiry et Suzy Pilet, les « Histoires d’Amadou » en partage », Revue internationale de photolittérature n°3

Le Guen, Laurence, « Sac à Tout de Séverine, récit-photo pour enfants en 1903 », revue Contemporary French Civilisation

https://online.liverpooluniversitypress.co.uk/loi/cfc

Oberhuber, Andrea, « Le Cœur de Pic de Lise Deharme et Claude Cahun : album pour enfants ou recueil poïétique surréaliste ? », http://lisaf.org/project/deharme-lise-coeur-de-pic-2/

Perrigault, Laurence, « Un livre de photographies destinés aux enfants, Le Petit Lion, de Jacques Prévert et Ylla », La Revue des livres pour enfants, 2006.

http://phlit.org/press/?p=2711