PHOTO, les contraires. Noël Bourcier est notre invité

En 2005, l’album PHOTO, les contraires paraît aux éditions du Seuil. Ce n’est pas tout à fait un imagier comme les autres. S’il s’inscrit dans ce réseau des ouvrages destinés à appréhender les concepts abstraits, « ouvert/fermé », « lourd/léger », etc…, il le fait par le biais des images de quelques-uns des « maîtres » de la photographie du 20ème siècle, Boubat, Kertész, Kollar, Lartigue, Man Ray, Sieff, Sougez, etc…, qui voisinent dans l’espace de la double-page avec des images drôles et en couleurs réalisées par l’auteur du livre, Noël Bourcier.

L’occasion de revisiter l’Histoire de la photographie et un excellent moyen pour initier les enfants à cet art. Son auteur est dans Miniphlit.

Cher Noël Bourcier, quel est donc votre parcours ?

J’ai fait l’école de la photographie d’Arles et je me destinais à devenir photographe, ou à la direction artistique, ou encore à l’écriture. J’ai commencé à écrire sur la photo dans Artpress, revue pour laquelle je présentais des expositions photographiques. J’ai ensuite obtenu une bourse de recherches de l’état pour préparer une exposition. Mon sujet était « Les bords de mer en photographie depuis le 19 eme siècle ». Le thème était large et il avait un lien avec l’imaginaire, les frontières de la photographie. Cette thématique m’a passionné. Je suis ensuite entré au Patrimoine photographique en 1991 pour m’occuper du fonds Denise Colomb. Aujourd’hui, j’enseigne dans une école privée. Je forme de jeunes adultes pour devenir photographes. Je les forme à l’Histoire de la photographie, à la culture visuelle et aux arts appliqués pour des photographes.

Vous avez publié André Kertész chez Phaidon en 2006. Quelle place tient cet artiste dans votre parcours ?

Je me suis occupé du fonds Kertész pour organiser l’exposition du centenaire de sa naissance en 1994. Le fonds était arrivé à l’état français parce qu’André Kertész avait vécu en France entre les deux guerres. Il y était très célèbre avant son départ en 1936 pour les États-Unis où il a eu beaucoup de mal à trouver sa place.  A partir de 1963, il a enfin connu une reconnaissance internationale et obtenu la renommée qu’il connait aujourd’hui. Il incarne à lui seul l’aventure de la photographie du 20ème siecle : utilisateur du Leica, de plain-pied dans la photo de reportage, dans la photo humaniste, il a aussi voisiné avec le surréalisme et le constructivisme. En 2002 j’ai réalisé un livre pour le grand public, publié chez Phaidon.

Comment est née l’idée d’un imagier jeunesse pour Le Seuil ?

Je suis devenu père en 1998 et 2002. Je lisais des livres à mes enfants le soir. J’étais étonné de ne pas pouvoir trouver de livres photos pour les plus jeunes. Quand il y en avait, la photo était présente dans l’illustration, mais dans des endroits peu intéressants. Je trouvais aussi difficile de trouver des histoires avec des photos. Ou bien cela faisait penser au roman-photo. C‘est sans doute parce qu’une photo colle beaucoup au réel et qu’il est donc plus difficile d’embarquer le lecteur dans l’imaginaire.

J’avais sous les yeux les livres de Bauret, Album, Les contraires de Pittau et Gervais, Faut pas confondre d’Hervé Tullet qui ont été très inspirants. J’ai remarqué que les contraires sont une catégorie à part entière de la littérature pour la jeunesse

Quelle est donc la finalité de cet imagier ? Il ne se limite pas à l’étude des contraires, n’est-ce pas ? On fait avec votre ouvrage un voyage dans l’Histoire de la photo aussi.

En préparant mon propre livre, je cherchais à faire des liens entre la photographie patrimoniale et la photographie actuelle. Mon idée était d’offrir au jeune public un livre présentant les grands maîtres de la photographie et de les initier au langage de la photo et à l’esthétique de l’image. Ce faisant, je ne voulais pas faire de compromis sur les images. Je voulais de grandes photos et ne pas choisir des images trop liées au sujets habituels pour les enfants. On les connaît : les animaux, les aliments, etc… Je voulais des photos non destinées aux enfants mais qui pouvaient leur parler. J’ai donc puisé assez largement dans les Archives du patrimoine où j’avais travaillé et j’ai élargi à des photographies que j’aime passionnément, comme celles de Jeanloup Sieff ou Cartier-Bresson. Adolescent, ils incarnaient pour moi les deux pendants de la photographie, la photo de reportage avec la rigueur formelle de Cartier-Bresson et puis le côté glamour de celles de Sieff.

 

copyright Christian Vogt/ Noël Bourcier

J’espérais que ce travail donnerait peut-être envie de voir, de découvrir les œuvres des grands photographes. J’ai bien-sûr prévenu les photographes, ou les ayant-droits, en leur montrant le vis-à-vis entre leur photographie et une illustration. J’ai sollicité leur accord car je donnais une lecture d’une image qui n’était pas celle qu’ils y avaient mise. Par exemple, Christian Vogt ne pensait pas du tout au concept de « lourd » en réalisant sa photographie. Je lui ai expliqué que j’insérais un texte explicatif à la fin de l’ouvrage et il a accepté. Il a même admis que ce qu’il voulait y mettre rejoignait finalement le langage enfantin.

Comment s’est donc faite la sélection des mots et des images ?

Il n’est pas bavard ce livre mais il ouvre des sphères de lecture, il impulse des déclics, des petites fulgurances.

J’ai d’abord cherché des images et ensuite tenté de rétrécir le champ des mots possibles. Les images ont un point commun. Elles sont minimalistes et s’expriment de façon dépouillée. Si on veut trouver un mot, pas plusieurs mots, il faut quelque chose de simple. J’ai donc cherché des images simples. Si trois mots en compétition surgissaient, il fallait changer d’image. Il fallait une simplicité et une évidence. Il fallait aussi que ces images soient belles et pures. Toutes ces images, je les aime vraiment. Elles sont des morceaux de l’Histoire de la photographie.

copyright André Kertész/ Noël Bourcier

En regard des grand maîtres, les images sont en couleurs. Est-ce que la notion de contraire se situe aussi dans le noir et blanc opposé à l’emploi de la couleur dans l’espace de la double-page ?

J’ai d’abord gardé le noir et blanc pour le défi car on dit souvent qu’il n’est pas fait pour les enfants. C’est en fait un langage possible. C’était ma discipline. Les illustrations sont en couleurs parce que c’est aussi confronter hier et aujourd’hui. Cette idée de faire un lien entre le présent et le passé, c’est le rôle qu’on peut avoir vis-à-vis des jeunes générations qui ont tendance à rejeter le passé pour se préoccuper de faire du neuf. Mon travail de médiateur c’est d’aller chercher de l’inspiration dans le passé pour produire quelque chose de neuf. Je crois au potentiel des images anciennes comme moteur pour l’inspiration.

En m’adressant aux jeunes générations je voulais actualiser le regard sur ces vieilles photos et montrer que leur langage parle aux jeunes. La couleur ajoute aussi un cote peps, récréatif. Les trésors à découvrir sont des photos anciennes.

Pourquoi ne pas explorer d’autres concepts ? Pourquoi ne pas poursuivre cette entreprise de médiation ?

Je n’ai pas fait d’autres livres effectivement. Dans mon parcours je n’avais pas décidé d’être un auteur jeunesse. Je suis resté dans le milieu de la photo mais avec d’autres activités.  Cet ouvrage  a bien fonctionné.  Il a été épuisé en cinq ans. Il avait été tiré à 6000 exemplaires, c’est plutôt un bon tirage. J’avais réalisé une exposition en même temps que le livre et elle circulait dans les Fnacs à l’époque où cette enseigne possédait une galerie permanente.

A quand une réédition ?

 

copyright Sam Lévin/ Noël Bourcier

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Expo photolittérature à Toulouse, les coulisses

« Clic Clac la photographie dans la littérature jeunesse », médiathèque José Cabanis, Toulouse

Pour découvrir les coulisses de l’exposition « Clic-Clac la photographie dans la littérature jeunesse », il faut lire l’entretien que m’a accordé Murièle Modély, bibliothécaire responsable des collections patrimoniales jeunesse et de la coordination de la Médiation du Patrimoine écrit , pour le site des Littératures Modes d’emploi  : https://www.litteraturesmodesdemploi.org/entretien/clic-clac-la-photographie-dans-la-litterature-jeunesse-a-la-mediatheque-jose-cabanis-toulouse/

CLIC CLAC la photographie dans la littérature jeunesse à Toulouse

« La photographie est aujourd’hui un medium familier à tous utilisée largement dans la presse et les documentaires, mais sa présence dans la littérature pour la jeunesse reste minoritaire. 


C’est qu’on lui reproche généralement, notamment lorsqu’il s’agit d’illustrer des albums narratifs, d’être trop réaliste ou peu lisible, et de ce fait de ne pas stimuler l’imaginaire des enfants. 


Pourtant si l’on se réfère aux imagiers, albums, contes et histoires publiés tout au long du 20è siècle jusqu’à ce début du 21è, on relève de nombreuses publications illustrées de photographies se distinguant par leur inventivité. La photographie offre donc un espace fécond de création.


Photographes, illustrateurs, auteurs, s’en sont emparés et, par mise en scène, cadrage, photomontages…, interrogent le rapport entre la fiction et la réalité. Dans la littérature pour la jeunesse, par le jeu et l’imaginaire, la photographie permet à l’enfant d’apprendre à regarder.


L’exposition Clic Clac vous invite à votre tour à construire votre parcours au fil de thèmes faisant la part belle aux inventions photographiques. Chaque îlot thématique, depuis « Il était une fois les contes… » à « Nos amies les bêtes » en passant par « Grandir » est en effet l’occasion de redécouvrir des livres de photolittérature d’hier et d’aujourd’hui, issus des collections patrimoniales de la Bibliothèque de Toulouse*.

Regardez, comparez, décryptez ces livres comme autant des fenêtres ouvertes sur la création photographique à l’œuvre dans la littérature pour la jeunesse. »

Pour retrouver les coulisses de l’exposition https://www.occitanielivre.fr/actualites/clic-clac-la-photographie-dans-la-litterature-jeunesse

Une journée d’étude accompagnera cette exposition. Si la table ronde est reportée au mois de juin  pour des raisons sanitaires, je présenterai néanmoins le résultat de mes recherches à 10H en visio-conférence depuis Toulouse. https://www.occitanielivre.fr/agenda/journee-photolitterature-pour-la-jeunesse

Pour suivre la conférence https://business.facebook.com/events/2876663302550284/