Alexis Peiry et Suzi Pilet, les « Histoires d’Amadou »

Illustration 1 : Alexis Peiry et Suzi Pilet, photographe inconnu, années 50, © ADSP / Fonds Suzi Pilet – Musée de l’Élysée, Lausanne.

« La littérature jeunesse est intrinsèquement liée à la notion de couple ou de co-création, depuis que l’image y a fait son entrée au milieu du XXème siècle grâce aux progrès de l’impression mécanique. Les ouvrages pour enfants sont en effet bien souvent des productions éditoriales hybrides, des produits iconotextuels, à voir et à lire, partageant donc l’auctorialité entre le faiseur de texte et le faiseur d’images.

Certaines collaborations sont devenues emblématiques. Il n’est qu’à penser en premier lieu aux gravures de Benett ou Riou distrayant le lecteur pris dans les aventures de Claudius Bombarnac sous la plume de Jules Verne, à celles de John Tenniel pour accompagner les péripéties d’Alice passée de l’autre côté du miroir sous celle de Lewis Carroll.

Comme en littérature générale, nombre de ces co-créations sont issues de la volonté des éditeurs, misant sur la notoriété de l’écrivain ou de l’illustrateur pour garantir le succès de l’ouvrage. Toutefois, cela ne saurait occulter que bon nombre d’œuvres pour enfants sont nées de collaborations choisies, liées à l’amitié ou trouvant naissance pour certaines dans la relation amoureuse. Cet article se propose de se pencher sur cette auctorialité née de l’intime dans le cas d’ouvrages appartenant à la photolittérature pour la jeunesse. On pense d’abord aux réalisations de Carine et Will Cadby photographiant ensemble des mises en scène de poupées pour illustrer des contes[1]. On pourrait évoquer ensuite les récits de voyages aux pôles du capitaine Robert Edwin Peary, de son épouse Josephine et de leur petite fille Marie Ahnighito Peary[2]. On pourrait également décrire la collaboration d’Ivo Duka et Héléna Korda se partageant les deux plumes du livre Le Secret des deux plumes[3]. Nous avons choisi de présenter le travail d’Alexis Peiry et Suzi Pilet, couple intime et couple professionnel, qui firent œuvre ensemble dans la durée, dans la Suisse des années 1950, en créant la collection des « Histoires d’Amadou ». Quelles œuvres sont-elles nées de cette union ? Quelle part chacun prit-il dans l’auctorialité ? Comment l’œuvre devint-elle miroir de leur relation amoureuse ? Telles sont les questions qui conduiront notre étude de cette collection qui marqua l’histoire des ouvrages photolittéraires pour la jeunesse.’

La suite de l’article est à lire dans le n°3 de la Revue Internationale de Photolittérature http://phlit.org/press/?articlerevue=alexis-peiry-et-suzi-pilet-les-histoires-damadou-en-partage

Les secrets de madame Moutarde : Jane Wattenberg est notre invitée.

L’autrice américaine Jane Wattenberg, aussi connue sous le nom de plume de madame Moutarde, est dans Miniphlit. 

Ses ouvrages multi-récompensés sont emplis de personnages hybrides, de photo-compositions loufoques  et surprenantes.

Si ses créations invitent au jeu et à l’étonnement, Jane Wattenberg est également une importante collectionneuse d’ouvrages photolittéraires pour la jeunesse dont elle s’efforce de retracer l’histoire.

Interview en anglais puis en français depuis la Californie, avant le très prochain colloque sur la photolittérature jeunesse. .

When did you start creating picture books ?

Snip! Snip! Snap! I always had scissors in my hands and I began collaging with found photos at an early age, right from the get-go. My little Brownie Kodak camera eventually evolved to ever-fancier cameras. Darkroom work was full of surprise, discovery and magic.

I have published one fun children’s book drawn by hand (Mrs. Mustard’s Name Games, Chronicle Books), but I always knew photography was for me. So before computers, I used scissors and tape. After computers, the seas parted! and my cut collage became smooth, nuanced photomontage.

My early photo-illustrations were art pieces, book covers, a Herbie Hancock album cover, book and magazine illustrations, as well as photo-puzzles in children’s magazines like Sesame Street, Electric Company, as well as Dynamite and Bananas magazines from Scholastic Books and a crazily, obsessive photo-maze on a tennis racket for Women’s Sports Magazine. All this led to picture books!

Could you present you books to french readers ? 

The accordion, fold-out board book, stand alone, Mrs. Mustard’s Baby Faces, 1989, was my first picturebook; soon followed by its sequel, Mrs. Mustard’s Beastly Babies, 1990. I was inspired by a baby in daycare with my middle son; just the two babies together. For whatever reason, that baby cried and cried inconsolably! (She is the most cheerful and ultra-accomplished woman today!) I began photographing her and so began the genesis of this book that I consider Baby’s First Novel; you laugh and you cry! Both are still in print over 30 years later. Babies love them. The subsequent page-turning books were yet to come! 

Henny-Penny was published in 2000. This book was fantastic fun to make.  It was an exploration, a challenge and a leap. I proposed the book to be a digital book and it was accepted. But I hadn’t ever worked on a computer!  And so I learned! And I built a hen house, gathered up some chickens with personality, a few ducks, and an illegal rooster (not allowed as deemed too noisy!) creating an urban farm right in the middle of San Francisco. My main characters and cameras were close to me at all times. I re-wrote the old folktale in a Hip-Hop-Scat combo. Henny-Penny and her entourage travel the world, passing monuments like the Taj Mahal, the Leaning Tower of Pisa, and the Parthenon as they try to find the King. The landscapes are built from parts of photos I have taken. You can find a montage of stone caves I photographed in Thailand, parts of Mammoth Falls from a trip through Yosemite National Park in California, a pastoral landscape from Colorado, and true and funny signage I find while traveling.

Photographing Foxy-Loxy was an unforgettable experience as were the WOLVES for my next book, Never Cry Woof!  I met many eccentric people who keep wolves as pets. One wolf tried to take a juicy bite out of me. But I did get the photos I wanted. Of the multiple dogs in Never Cry Woof!, all were interviewed for their roles the way casting directors look for actors in films. Don’t forget to look for the fleas on most every page.  This book is a retelling of the Boy Who Cried Wolf, but here the dogs guard the sheep and the rascal dog, Bix, is the one who cries WOOOOF!! It’s a romp and Bix’s boredom, his antics, his hat collection were so much fun to illustrate with photography.

Could you tell us why Baby Faces and Beastly Babies have no word ?

Mrs. Mustard’s Baby Faces and Mrs. Mustard’s Beastly Babies are wordless. The accordion fold-out shape is essential to the book.  I began approaching publishers with my more complicated photomontage stories, but was originally turned away. In those days, American children’s book publishers were reluctant to print full-color photobooks, expensive at that time. And then there was the unusual look to my books! So I decided to simplify and make these accordion style board books. Bingo! They were a success and led to the acceptance of my future books.  I felt words were unnecessary. The baby faces spoke volumes. More of an issue from the publisher’s point of view was the heads ONLY approach. Editors were initially upset that bodies were not attached! But to me the heads were like masks and the shoulders and necks were just distracting clutter!

The jazzy, vibrating backdrops stimulate the babies interacting with the babies on the page: Happy, jolly, beaming on one side– cranky, crabby, crying babies on the other. They make me laugh and cry and I thought babies would equally feel and react emotion.

At a book signing, an irate mom told me she called up a major art museum telling them to stop! STOP! selling my Mrs. Mustard Books in their store as the photos showcased all boys! I asked her, “Why do you think that?” She said, “Just look, they don’t have hair, etc…..”

I then introduced her to the babies and showed her that there are, indeed, more girl babies than boys in the books.

Why did you chose photography rather than another medium ?

I have always been drawn to photography, to double exposures, to humor, visual puns, collage, photomontage, spirit photography, ghost images, surrealism. Using a real photo image in a fantasy setting is powerful. I snap the photos, print, scan and collage. If I find myself laughing, surprised, excited by what’s happening, I know it’s on target. After the hard scramble to get the image to communicate, it is immensely satisfying.

Your work makes me think of Hannah Höch’s Picture book. Has her work inspired you ?

Yes, Hannah Hoch’s art is always an inspiration although I remember seeing her work in person, in a New York City gallery, for the very first time when I was quite young and thinking how crude her edges, and how careless on plain cardboard, without my understanding context and character. Of course later, I completely reversed this opinion and continually discover new, provocative challenges from her artwork.

Another inspiration has been the German photographer, Grete Stern and other Bauhaus photographers. Perhaps you have seen some British Victorian Scrapbooks which are exceptional examples of the first creative photomontage in and around the 1870’s. Created mainly by women, family photos were cut out and glued onto often amusing painted backdrops. The resulting images were mainly personal but often political, witty and clever. Man Ray, Magritte, and John Heartfield’s political art in the Weimar years, Max Fleishman’s early cartoon films, Indian watercolors, all are further inspirations. I am also continually inspired by 20th C children’s photobooks. Photographers like Jan Lukas and Milada Einhornova from Czechoslovakia, Zuzine and Jean Tourane from France, Pietinen from Finland, Phelan and quirky lesser known artists from America, so many from England, all are thoroughly compelling.

I remember you have an impressive collection of photo-illustrated books

As an undergraduate, I studied art history and interned at the Guggenheim Museum. While in graduate school as a photographer, I interned at the George Eastman Museum (formerly the International Museum of Photography at the George Eastman House) Rochester, New York. My love for children’s books and my wish to make picturebooks led me to collect photo-illustrated books for children for years upon years. It’s a niche area of study, as you know! My collection is broad although I lean towards photo-fantasy picturebooks that explore creative photo-illustration before Photoshop was ever invented! My chapter on the history of photography in picturebooks can be read in the Routledge Companion to Picturebooks, 2018.

I must mention yet another book of mine you that might not be familiar. Using Edward Lear’s text for my version of The Duck and The Kangaroo, I incorporated early naturalist’s paintings into my photo scenes. Edward Lear was a landscape painter; it was his livelihood, in fact. In his honor, I have woven into my photo-illustrations Edward Lear’s very own animal paintings along with the work of over 25 other artists from 1550-1850 including George Catesby and Maria Sibylla Merian.  Into these fanciful pages their art is blended to give a time stamp to Lear’s fanciful text. As in all my books, the photos are mine. I even traveled to Australia to meet the right Kangaroo. The artists are listed in the endpages.

You asked about This is the Rain, text by Lola Schaefer. It’s my only book where I had no part in writing the text. The publisher asked me to photo-illustrate this lovely poem about the water cycle. This book has been translated into Korean and was made into a super large volume by National Geographic for Classrooms of kids to enjoy. After many years, I finally met Lola when we both helped in Mississippi schools after the fatal flood in the New Orleans area, brought on by Hurricane Katrina. But illustrating books for others is more difficult for me. I prefer having control over the whole project; interweaving the writing with photos, adding humor in both text and image.

Presently, I am writing photo-history essays in the area of photo-illustrated children’s picturebooks and working on future children’s book projects. I’ve also been working as a contact tracer for the health department during this long siege of the Covid pandemic.

Where can we find your books in France ?

Alas, I think the only way to find my books in France is through Abebooks.com, on Amazon, or on order from bookstore sites.

https://www.janewattenberg.com/

Et dans le New York Times https://www.nytimes.com/2019/11/27/books/best-baby-books.html?fbclid=IwAR2nVgPmY8-965JobeJw2U6YeOgDxuRf2Le9v3t3Xyo1u6p6vufb1ili9rU

A quel moment vous êtes vous lancée dans l’aventure des albums pour la jeunesse  ?

J’ai toujours eu des ciseaux dans les mains et j’ai commencé à faire des collages avec des photos trouvées dès mon plus jeune âge. Mon petit appareil photo Brownie Kodak a fini par évoluer vers des appareils toujours plus performants. Le travail en chambre noire était plein de surprise, de découverte et de magie.

J’ai publié un amusant livre pour enfants dessiné à la main (Mrs. Mustard’s Name Games, Chronicle Books), mais j’ai toujours su que la photographie était pour moi. Donc, avant l’ordinateur, j’utilisais des ciseaux et du ruban adhésif. Après l’ordinateur, les mers se sont séparées ! et mon collage découpé est devenu un photomontage lisse et nuancé.

Mes premières illustrations photographiques étaient des œuvres d’art, des couvertures de livres, une couverture d’album de Herbie Hancock, des illustrations de livres et de magazines, ainsi que des puzzles photographiques dans des magazines pour enfants comme Sesame Street, Electric Company, ainsi que des magazines Dynamite et Bananas de Scholastic Books et un masque (?) sur une raquette de tennis pour le Women’s Sports Magazine. Tout cela a donné naissance à des livres d’images !

Pourriez-vous présenter vos livres aux lecteurs Français ? 

L’accordéon, livre en carton dépliable,  Mrs. Mustard’s Baby Faces,  publié en 1989, a été mon premier livre d’images ; bientôt suivi de sa suite, Mrs. Mustard’s Beastly Babies, en 1990. J’ai été inspirée par un bébé en garderie avec un de mes fils ; juste les deux bébés. Pour une raison quelconque, ce bébé pleurait et pleurait inconsolablement ! (C’est la femme la plus joyeuse et la plus accomplie d’aujourd’hui !) J’ai commencé à la photographier et c’est ainsi qu’a démarré l’aventure de ce livre que je considère comme le premier roman de bébé ; on rit et on pleure ! Les deux sont toujours imprimés plus de 30 ans plus tard. Les bébés les adorent. Les livres qui ont suivi n’ont pas encore été publiés ! 

Henny-Penny a été publié en 2000. Ce livre a été très amusant à réaliser.  C’était une exploration, un défi et un saut. J’ai proposé que le livre soit un livre numérique et il a été accepté. Mais je n’avais jamais travaillé sur un ordinateur !  Et j’ai donc appris ! Et j’ai construit un poulailler, rassemblé quelques poulets de caractère, quelques canards et un coq illégal (interdit car jugé trop bruyant !) pour créer une ferme urbaine en plein milieu de San Francisco. Mes personnages principaux et mes caméras étaient toujours près de moi. J’ai réécrit le vieux conte populaire dans un combo Hip-Hop-Scat. Henny-Penny et son entourage parcourent le monde, passant devant des monuments comme le Taj Mahal, la tour penchée de Pise et le Parthénon pour tenter de retrouver le roi. Les paysages sont construits à partir de parties de photos que j’ai prises. Vous pouvez trouver un montage de grottes de pierre que j’ai photographiées en Thaïlande, des parties de Mammoth Falls provenant d’un voyage dans le parc national de Yosemite en Californie, un paysage pastoral du Colorado, et des panneaux de signalisation vrais et drôles que je trouve en voyageant.

Photographier Foxy-Loxy a été une expérience inoubliable, tout comme les loups pour mon prochain livre, Never Cry Woof !  J’ai rencontré de nombreuses personnes excentriques qui possèdent des loups pour animaux de compagnie. Un loup a même essayé de me mordre. Mais j’ai obtenu les photos que je voulais. Parmi les nombreux chiens de Never Cry Woof !, tous ont été interviewés pour leur rôle, comme le font les directeurs de casting pour les acteurs dans les films. N’oubliez pas de chercher les puces sur presque chaque page.  Ce livre est une reprise du Boy Who Cried Wolf, (Le garçon qui criait au loup) mais ici les chiens gardent les moutons et le chien coquin, Bix, est celui qui crie WOOOOF ! C’est un jeu et l’ennui de Bix, ses pitreries, sa collection de chapeaux étaient tellement amusants à illustrer par la photographie.

Pourquoi avoir choisi la photographie plutôt qu’un autre medium ?

J’ai toujours été attiré par la photographie, les doubles expositions, l’humour, les jeux de mots visuels, le collage, le photomontage, la photographie d’esprit, les images de fantômes, le surréalisme. L’utilisation d’une image photographique réelle dans un contexte de fantaisie est puissante. Je prends les photos, je les imprime, je les scanne et je fais des collages. Si je me trouve à rire, à être surprise, excitée par ce qui se passe, je sais que j’ai atteint ma cible. Après la dure bataille pour faire parler l’image, c’est immensément satisfaisant.

Votre travail me fait penser à celui d’Hannah Höch. Est-ce qu’elle est une source d’inspiration pour vous ?

Oui, l’art d’Hannah Hoch est toujours une source d’inspiration. Je me souviens avoir découvert son travail , dans une galerie de New York, pour la toute première fois quand j’étais très jeune et avoir trouvé grossiers les contours et ordinaires  ses réalisations sur carton.  Je ne comprenais pas le contexte et le caractère de son travail. Bien sûr, par la suite, j’ai complètement changé d’avis et je découvre continuellement de nouveaux défis provocateurs dans son travail artistique.

Le photographe allemand Grete Stern et d’autres photographes du Bauhaus ont été une autre source d’inspiration. Vous avez peut-être vu des albums britanniques de l’époque victorienne qui sont des exemples exceptionnels des premiers photomontages réalisés dans les années 1870. Créés principalement par des femmes, les photos de famille étaient découpées et collées sur des fonds peints souvent amusants. Les images qui en résultaient étaient très personnelles, mais souvent politiques, spirituelles et intelligentes. L’art politique de Man Ray, Magritte et John Heartfield dans les années Weimar, les premiers films d’animation de Max Fleishman, les aquarelles indiennes, sont autant d’autres sources d’inspiration. Je suis aussi continuellement inspirée par les livres de photos pour enfants du XXe siècle. Des photographes comme Jan Lukas et Milada Einhornova de Tchécoslovaquie, Zuzine et Jean Tourane de France, Pietinen de Finlande, Phelan et d’autres artistes moins connus et originaux d’Amérique, dont beaucoup viennent d’Angleterre, sont tous très fascinants.

Je me souviens que vous possédez une impressionnante collection de livres photo-illustrés.

Etudiante, j’ai étudié l’histoire de l’art et j’ai fait un stage au musée Guggenheim. Pendant mes études  de photographie, j’ai fait un stage au George Eastman Museum (anciennement le Musée international de la photographie de la George Eastman House) à Rochester, New York. Mon amour pour les livres pour enfants et mon désir de faire des livres d’images m’ont amené à collectionner des livres illustrés pour enfants pendant des années. Comme vous le savez bien, c’est un nouveau domaine d’étude ! Ma collection est vaste, bien que je penche pour les livres d’images de fantaisie qui explorent la photo-illustration créative avant même que Photoshop ne soit inventé ! Vous pouvez lire mon chapitre sur l’histoire de la photographie dans les albums pour la jeunesse dans  le Routledge Companion to Picturebooks, 2018.

Pourquoi  Baby Faces and Beastly Babies n‘ont-ils pas de texte ?

 La forme pliée en accordéon est essentielle au livre.  J’ai commencé par démarcher les éditeurs avec mes histoires réalisées en photomontages et ils ont été refusés. À l’époque, les éditeurs américains de livres pour enfants hésitaient à imprimer des livres photos en couleur, chers à l’époque. Et puis mes livres offraient un aspect assez inhabituel ! J’ai donc décidé de simplifier et de faire ces livres en carton de style accordéon. Bingo ! Ils ont connu le succès et ont ouvert le chemin pour les livres suivants.  J’ai senti que les mots étaient inutiles. Les visages de bébé en disaient long. Du point de vue de l’éditeur, le problème était plutôt l’approche des têtes SEULEMENT. Les éditeurs ont d’abord été contrariés par le fait que les corps n’étaient pas présents ! Mais pour moi, les têtes étaient comme des masques et les épaules et le cou n’étaient qu’un fouillis distrayant !

Les fonds jazzy et vibrants stimulent l’interaction entre les bébés et ceux qui sont sur la page : Joyeux, jovial, rayonnant d’un côté, grincheux, crabe, pleurant de l’autre. Ils me font rire et pleurer et je pensais que les bébés ressentiraient et réagiraient de la même façon à ces émotions.

Lors d’une séance de dédicace, une mère en colère m’a dit qu’elle avait appelé un grand musée d’art pour leur dire d’arrêter !  » Arrêtez ! de vendre mes livres de Mme Moutarde dans leur magasin car les photos montraient tous les garçons ! « Je lui ai demandé : « Pourquoi pensez-vous cela ? » Elle m’a répondu : « Regardez, ils n’ont pas de cheveux ! » .Je lui ai ensuite présenté les bébés et lui ai montré qu’il y avait en fait plus de bébés filles que de garçons dans les livres.

Je dois vous parler aussi d’ un autre de mes livres que vous ne connaissez peut-être pas. J’ai utilisé le texte d’Edward Lear pour mon adaptation  de The Duck and The Kangaroo. J’ai incorporé les peintures des premiers naturalistes dans mes scènes photographiques. Edward Lear était un peintre paysagiste ; c’était son gagne-pain, en fait. En son honneur, j’ai intégré dans mes illustrations photographiques certaines de ses peintures d’animaux, ainsi que les œuvres de plus de 25 autres artistes de 1550 à 1850, dont George Catesby et Maria Sibylla Merian.  Dans ces pages fantaisistes, leur art est mélangé pour donner un cachet temporel au texte fantaisiste de Lear. Comme dans tous mes livres, les photos sont les miennes. J’ai même voyagé en Australie pour rencontrer le bon kangourou. On peut retrouver la liste des artistes à la fin de l’ouvrage.

Je dois aussi vous parler de This is the Rain. C’est le seul livre pour lequel je n’ai pas participé à l’écriture du texte qui est de Lola Schaefer.. L’éditeur m’a demandé de photo-illuster ce beau poème sur le cycle de l’eau. Ce livre a été traduit en coréen et le National Geographic en a fait un très grand volume pour que les classes d’enfants puissent en profiter. J’ai  rencontré Lola lorsque nous avons tous les deux apporter notre aide dans les écoles du Mississippi après l’inondation fatale dans la région de la Nouvelle-Orléans, provoquée par l’ouragan Katrina. Mais illustrer des livres pour les autres est plus difficile pour moi. Je préfère avoir le contrôle sur l’ensemble du projet ; entrelacer l’écriture avec des photos, ajouter de l’humour dans le texte et l’image.

Actuellement, j’écris des articles sur l’histoire des  albums photos  pour enfants et je travaille sur de futurs projets de livres pour la jeunesse. J’ai également travaillé avec le département de la santé pour tracer les cas contacts pendant ce long confinement.

Où peut-on trouver vos livres en France ?

Hélas, je pense que le seul moyen de trouver mes livres en France est de passer par Abebooks.com, sur Amazon, ou de les commander sur des sites de librairies.

Merci beaucoup Jane !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

TILL, conte en bande photographiée

Novembre, 2014
22.00 x 29.60 cm
104 pages

 Till est le prénom d’un enfant de presque huit ans dont le lecteur va suivre les aventures, depuis son retour de l’école jusqu’à la maison familiale, en passant par les sous-bois d’une forêt profonde une nuit de pleine lune. Toujours seul, ou presque, Till explore et observe le monde, l’œil rivé à l’oculaire d’un microscope-cadeau d’anniversaire ou la torche à la main. Il ne semble craindre ni les ombres, ni les bruits de la forêt, ni les dangers de la ville.  Pourquoi avoir peur ? Ne serait-il pas un peu renard lui-même, comme semble le suggérer les images finales et la quatrième de couverture ? 

Les images de la photographe Valérie Archeno s’enchaînent et portent le récit, accompagnées par les mots du chanteur Bertrand Belin pour dire ce que les images ne peuvent exprimer. 

Thomas Gabison de chez Actes Sud nous  fait découvrir cet ouvrage.

Till fait partie d’une collection que vous dirigez chez Actes Sud. Y-a-t-il une  ambition de votre maison de développer des ouvrages photolittéraires ?

Thomas Gabison : Nous publions surtout de la bande dessinée adulte, avec le désir d’éditer une lecture du monde d’auteurs singuliers. Quand les auteurs souhaitent s’adresser aux enfants, avec la même singularité et la même complexité, alors il nous arrive d’éditer des livres destinés à la jeunesse.

Qu’est ce qui vous a amené à vous occuper de cette collection alors que, sauf erreur de ma part, vous êtes plutôt engagé dans le monde de la BD, non ?

Ce livre est une séquence d’images qui raconte. Texte et images sont liés et racontent ensemble. C’est, disons, de le la « bande photographiée ». Dans le cas de la bande dessinée, le dessin est le style littéraire des auteurs. Ici, le style, ou le langage, c’est la photographie.

Certains enchaînements de photographies font penser à des successions de cases dans une planche de BD. Est-ce votre influence ?

En tout cas, ce n’est pas du cinéma.  Mirai Chan de Kawashima Kotori, dont nous admirions la forme, a inspiré celle de Till

Comment est née cette idée de Till et pour quelles raisons avez-vous fait appel à ces créateurs ?

Je connaissais Bertrand Belin et Valerie Acheno qui avaient déjà développé une grande complicité . Bertrand est sans doute l’un des plus grand écrivain/chanteur actuel et le travail photographique de Valérie Archeno m’a toujours envouté.

Qui est intervenu en premier ? Le photographe ou l’auteur des mots ? Était-ce une écriture à quatre mains ?

Nous avions envie tous les trois de faire ce livre ensemble de façon assez expérimentale. Il y a au départ, une intuition et comme un cadavre exquis puis il a fallu poser l’univers et Bertrand a ficelé le tout. Dans les chansons de Bertrand Belin, il y a également peu de mots et ils  évoquent beaucoup d’images.

Il y a eu un va et vient entre le texte et l’image. L’histoire s’est construite au fur et à mesure. Il fallait éviter des redondances entre le texte et l’image. Le texte guide l’œil et pose le rythme de lecture.

Qui est Till finalement ?

La réponse était plus claire à la première écriture, il s’agissait d’un renard qui rêvait qu’il était un enfant.

Mais Bertrand a préféré rester évasif, car ce n’est pas tant le sujet de qui il est, que ce qu’il traverse qui importe.

Est-ce que tout n’est finalement que rêve dans cette histoire ? Est-ce que la photographie était selon vous le meilleur medium pour la raconter ?

C’était en tout cas un bon moyen de mélanger la poésie du chanteur et le langage de la photographe. Aucun des deux artistes ne savait dessiner.

Qui sont les lecteurs de Till ?

A partir de 5 ans, je crois que le livre fonctionne très bien. Je fais souvent la lecture en librairie et il se passe quelque chose. Les photos de Valérie Archeno sont suffisamment irréelles pour permettre d’entrer dans le  conte.

Mais on sent qu’il y a une résistance de la part des parents. à faire lire des livres photo-illustrés aux enfants. J’ai été libraire une vingtaine d’années. J’ai constaté que les parents doivent souvent faire des  efforts pour proposer des ouvrages différents ou novateurs à leurs enfants. Il faut aussi qu’ils soient d’abord séduits.  Ils préfèrent souvent se tourner vers des ouvrages standardisés. J’ai également publié un  livre américain des années 1970 de Mark Alan Stamady, De l’utilité des Donuts, tout en noir et blanc, mais un noir et blanc plein d’une folie formidable. Bref, une mère m’ a dit sèchement un jour, « non mon fils n’aime pas le noir et blanc ! et je lui ai répondu « et il n’aime pas non plus les haricots verts… »​ cette réponse colorimétrique sortie toute seule est significative, je crois.

Vous-même, avez-vous un souvenir de lecture enfantine ? Y-avait-il des livres photos ?

J’ai été éduqué au Père Castor et les éditions de la Farandole. Le seul livre photo est Le ballon rouge d’après le court métrage de Lamorisse. Aujourd’hui je le trouve trop méchant avec les autres enfants mais à l’époque, il me fascinait. J’en ai encore des images gravées dans ma mémoire. Depuis j’ai découvert de nombreux ouvrages photo-illustrés grâce à Mémo et aux Trois Ourses. Et puis il y a évidemment les livres de Tana Hoban que j’admire !

Le site de Valérie Archéno https://www.valerie-archeno.com/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.