Francois Delebecque, bâtisseur d’images

Editions Thierry Magnier-2005-42pages-20,5/20,5cm

Au moment où la maison d’édition Les Grandes Personnes fête ses dix ans à la galerie Gallimard (interview à venir),  un de ses auteurs phares,  le photographe, plasticien et sculpteur  François Delebecque, auteur de nombreux ouvrages photolittéraires pour la jeunesse, nous a accordé une interview. 

Des imagiers-devinettes  reconnaissables à leur silhouette en noir et blanc en couverture, aux mises en scènes photographiées qui plongent le lecteur dans un monde de souvenirs et de songes, en passant par le roman photo policier pour adolescents, rencontre avec un artiste de la lumière.

Cher François Delebecque, merci d’accueillir notre site dédié à la photolittérature jeunesse. En quelques mots, quel est votre parcours ?

Initié à tous les arts par ma mère, j’ai choisi la photographie pour son impact sur le réel (et sa transformation…). Il y avait un labo NB à la maison.

Après un bac D (sciences naturelles) j’ai fait 2ans d’études de biologie. Après deux stages à Arles, j’ai été assistant d’artistes et de photographes professionnels pour apprendre le métier et la lumière. Dans les années 80 la Photographie n’était pas un Art. Depuis j’ai toujours alterné simultanément mes travaux artistiques, qui procèdent de la nécessité absolue (Photos, sculptures, courts métrages), et les travaux alimentaires  dans l’illustration, la nature morte de studio, l’enseignement et les livres pour enfants.

Comment la littérature de jeunesse a-t-elle pris place dans votre carrière ?

J’ai travaillé très tôt pour Gallimard (couvertures de Séries Noires, Campagne d’architecture Gothique pour l’Univers des Formes…) et pour Gallimard Jeunesse que Pierre Marchand venait de créer. J’ai réalisé avec le romancier Michel Chaillou un roman photo à épisodes pour adolescents (Les Habits du Fantôme) dans la revue Piranha (coédition Gallimard/Télérama) en 1985-86 qui a paru 13 ans plus tard au Seuil Jeunesse sous forme de texte illustré.

L’éditrice/directrice artistique du Seuil Jeunesse Brigitte Morel, constatant le peu de livres pour enfants en photo et au regard de mon écriture visuelle poétique, m’a proposé de travailler sur un projet de livre photo, au départ avec un sujet que j’avais déjà traité en NB : la plage. J’ai réalisé les photos en 10 jours et le texte en une semaine.  La Plage d’où les bateaux s’envolent a paru en 2001. Et depuis, à part Les Songes de l’Ours publié chez Thierry Magnier, tous mes livres pour les enfants sont réalisés en collaboration avec Brigitte Morel.

C’est une part de mes activités, que je revendique, complémentaire de mes autres travaux.

Seuil Jeunesse -2001-16/16cm-56 pages

Vous inscrivez-vous dans une filiation photographique ? ou cinématographique ? J’ai cru déceler quelques références filmiques dans vos images.

Initialement je suis franchement d’inspiration photographique, mais de ceux qui « utilisent » la photographie comme moyen d’expression (le reportage est un autre métier par exemple).

Je ne prends pas des photos, je construis des images.

Mes inspirations de structuration photographique son plutôt Duane Michals, Christian Vogt, Guy Bourdin, Robert Mapplethorpe, Paul de Nooijer, Diane Arbus, Mona Kuhn… et plus tard les plasticiens comme Rebecca Horn, Iannis Kounellis ou des classiques comme Giacometti, Cartier Bresson…

Par contre comme j’ai un style narratif où le contenu de l’image importe tout autant que la forme, et vu que je fais des films courts (je n’aime pas le terme vidéos car mes films sont narratifs) on peut déceler une filiation cinématographique sans être plus appuyée qu’une culture générale.

La photographie est-elle selon vous le medium par excellence pour révéler ce qui se passe dans la tête des enfants lorsqu’ils font des cauchemars ou lorsqu’ils sont en train de jouer ?

Je ne suis pas sûr d’adhérer à cette assertion, ou je ne comprends pas la question… Si le dessin peut faire rêver ou faire décoller l’imaginaire, voire révéler les peurs ou troubles des enfants (chez un psychologue par exemple), ce serait une photographie mise en scène qui mettrait en évidence les cauchemars des enfants ?

Mais surtout comment rentrer dans la tête de tous les enfants, chacun ayant sa perception du réel et de son imaginaire, que ce soit en jouant ou en faisant des rêves ou des cauchemars…

Seuil-1999-130 pages-14,5/22cm

Comment se fait le choix entre le noir et blanc (Les Songes de l’Ours, Les habits du fantôme) et la couleur (Rêve de plage) ?

Les Songes de l’Ours était au départ un projet pour adulte que le collectionneur d’Ours (et aussi créateur du salon du livre de Villeurbanne) m’a suggéré de réaliser entre autres pour le centenaire de l’ours en peluche (en 2003). J’ai promené avec moi pendant 3 ans une sélection d’ours de sa collection. Ils avaient un  tel vécu (dépenaillés, recousus, chargés d’affect) que d’évidence  j’allais travailler en NB (et à l’époque en argentique, 6/6cm négatif NB) pour voguer sur la nostalgie émanant de ces ours. Après différentes péripéties éditoriales, j’ai finalement décidé de faire le livre de mon côté (chez Thierry Magnier qui voulait travailler avec moi, et aussi car Brigitte Morel trouvait le projet trop porté sur la nostalgie justement), en suivant au niveau du texte la manière dont j’avais  intuitivement fait les photos : les Ours qui regardent le Monde des Hommes…

Pour Les habits du fantôme, initialement paru dans la revue Piranha sous la forme d’un roman-photo, il était d’évidence qu’il soit NB (comme les romans photos Cino del Duca… pas encore en couleur),  avec une maquette spécifique comportant trois niveaux de lecture : le texte, les photos et des légendes sous les photos.

Ensuite tous les autres livres sont en couleur… pour rester dans un réel bien réel même s’il est poétisé.

Les mots viennent-ils avant ou après la réalisation et la sélection des images ? Qui en sont les auteurs ?

Je suis l’auteur des textes.

Les mots viennent juste après les images pour La Plage d’où les bateaux s’envolent, écrits dans le train du retour de Belle Ile, puis en affinage la semaine suivante.

Pour Les Songes de l’Ours, les textes sont venus quand j’ai décidé de faire le livre de mon côté, 2 ans après les images, et en retrouvant le sens profond et intuitif des photos ; et en décidant de phrases courtes, avec des termes parfois un peu compliqués pour les enfants (qui adorent le vocabulaire). C’est un livre à plusieurs niveaux de lecture qui pour moi est pour tous les âges jusqu’à 87 ans ou plus.
C’est le seul ouvrage que je montre sur mes deux sites, il fait la passerelle entre la photo « fine art » et la photo de création pour livres pour enfants.

Pour tous les imagiers, les textes sont uniquement les noms des animaux, fruits, engins représentés…

format 13/13cm, 9 doubles pages, cartonné, silhouettes N&B avec vernis sélectif, photos couleur sous les volets, coins arrondis.
Editions de Grandes Personnes

Qu’est-ce qui fait l’originalité de vos imagiers dans la production actuelle ?

Je reçois nombre de messages d’écoles Montessori (ou équivalentes) qui utilisent beaucoup mes livres. Nous n’avons rien inventé d’autre avec Brigitte Morel que les volets que l’on soulève et qui ajoute un côté ludique et éducatif : Tana Hoban avait déjà travaillé sur les silhouettes Noir/Blanc ou Blanc/noir et en couleurs. Par contre nous travaillons énormément sur  la qualité des images, leur contenu, leur sélection dans la masse produite, la maquette, la typo et la qualité d’impression avec un vernis sélectif etc…

J’ai mis plus d’un an à faire le petit imagier sur la montagne (18 photos dans le livre (plus les silhouettes) mais des milliers de photos réalisées) en faisant quatre voyages dans différents massifs montagneux  à différentes saisons, et par exemple, je tenais absolument à prendre en photo le Cervin et un glacier (3 ascensions du coté de Chamonix et une en Suisse). Je pense que les autres photographes me traiteraient de fou…mais c’est aussi parce que mes livres marchent et je m’y retrouve sur le long terme.

Cela dit je suis militant des auteurs et il y a beaucoup à dire et à faire évoluer sur les statuts et les revenus des auteurs…

Photographies François Delebecque
Textes Jean Teulé et Zazou Gagarine
Editions FIRST 1991

Qui sont les lecteurs des Boutiques de notre enfance ?

Disons que c’est le lectorat type des adeptes de Robert Doisneau… à l’époque, les Editions Hoebeke sortaient chaque année un album Doisneau…

Ce livre a été demandé par une éditrice des premières Editions First à Jean Teulé (qui n’avait pas encore écrit ses best sellers mais été connu pour ses BD et ses passages TV (« l’assiette anglaise » A2 et Canal +(« le Journal du Art » auquel je participais) et qui a réuni sa fine équipe : son ex-épouse Zazou Gagarine et moi.

Juste après la sortie du livre la maison a fait faillite et donc la diffusion du livre a été très réduite, avant que les « Nouvelles Editions First » renaissent 3 mois après, mais notre livre est passé inaperçu et quasi à la trappe.

Le format carré de vos ouvrages est-il lié à votre technique photographique ou est-il imposé par les éditeurs ?

Les deux mon général, mais il est vrai que j’adore la composition en carré et que j’ai très longtemps travaillé au moyen format (6/6cm Hasselblad), et nous discutons de tout avec Brigitte, y compris du format, de la pagination, du grammage…

On peut retrouver vos ouvrages sous forme d’exposition. Est-ce qu’il s’agit encore d’exposer des livres ou désormais d’exposer uniquement les photographies ? Comment le lien est-il maintenu entre les pages et les murs ?

D’un coté mes travaux personnels sont forcément destinés aux expositions pour être vus. Pour les photos issues des livres c’est un complément.

Vous devez connaître les multiples salons du livre auxquels nous –les auteurs- sommes invités tout au long de l’année. Ils complètent nos revenus.  Dans les deux jours qui les précédent, nous intervenons dans les classes et nous sommes rémunérés selon des barèmes établis par La Charte. Le jour suivant ou les deux jours suivants, nous dédicaçons à tour de bras (pas rémunérés ou très très très rarement). Je propose également de louer mon exposition qui réunît en 30 cadres 50/50cm une vue d’ensemble d’une sélection de photographies issues de mes livres.

Quel lecteur étiez-vous enfant ?

Ma mère, artiste, nous (j’ai une sœur et un frère) a habitués à fréquenter des livres de qualité très tôt. Je me souviens d’Eloïse (à New York, à Paris), des albums du Père Castor (La petite poule rousse), les magnifiques albums en photo et maquette sublime de Dominique Darbois chez Nathan (« Enfants du monde »), et Babar évidemment.
Un peu plus tard l’imaginaire aventurier des « Tintin », mais pas plus que cela en BD, sauf Astérix.

Plus tard, adolescent, malgré les « obligations » constructives du lycée (Balzac, Victor Hugo etc…)j’ai adoré lire des romans, voire un peu de SF ((Fondation, Fondation et Empire seconde Fondation…) ou Edgar Poe par ex, pour le développement mental de l’imaginaire …

 

Pour visiter les sites de François Delebecque, c’est ici : http://www.francoisdelebecque.com ou encore ici http://www.delebecque-livres.net

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Autour de Nathalie Seroux il y a …

copyright Nathalie Seroux

Miniphlit reçoit Nathalie Seroux, photographe de la collection « Mon Premier Imagier Photo », à La Martinière jeunesse. En tournant les pages de ses imagiers cartonnés destinés aux plus jeunes, on entre dans un univers qui nous semble d’abord très proche et très familier mais dont elle sait renouveler la découverte grâce à des mises en scène souvent amusantes, toujours esthétiques et régulièrement propices à l’évocation des souvenirs chez les plus âgés ou à l’avalanche de questions ou de réactions chez les bambins. Rencontre.

Chère Nathalie Seroux, d’abord un grand merci d’accueillir les questions de Miniphlit. Pour commencer, racontez-moi :  comment passe-t-on du portrait ou des photographies d’entreprise à la photographie dans le livre pour enfant ?

Pour répondre à cette question, j’aimerais vous faire part de mon parcours. La photographie fait partie de ma vie depuis ma naissance grâce à l’œil photographique sensible de mon papa. Je me souviens des séances de projection en famille, des diapositives, de ces moments où il me demandait de poser pour terminer ses pellicules. Ces moments-là restent gravés car ces quelques secondes, j’avais la sensation d’exister à ses yeux. Aujourd’hui, pour moi, un clic, c’est un geste d’amour. J’ai eu mon premier appareil à 13 ans. J’ai commencé à réaliser mes premiers portraits. Adolescente, je prenais mes camarades de classe en photo (à l’époque  nous n’avions pas de téléphone avec appareil photo intégré). A 20 ans, n’ayant pas osé devenir photographe, j’ai suivi des études de marketing et de commerce à Lille. A 40 ans, j’ai eu la chance de pouvoir assister au tournage des portraits de comédiens « l’autre émoi » de la réalisatrice Raphaëlle Catteau. Je me souviendrai toujours de ses paroles «  tu as un œil,  viens avec ton appareil ! ». J’ai aimé cette atmosphère et surtout le moment où Emilie Dequesne s’est tournée vers moi le temps de m’offrir un portrait. J’ai ressenti comme une épiphanie. Cette seconde a été un véritable élément déclencheur dans ma vie. J’ai décidé que la photographie guiderait mon chemin de vie. J’ai changé de trajectoire. J’ai repris le chemin de l’université de Paris 8 pour étudier l’histoire de la photographie. Quatre années fabuleuses qui m’ont ouvert le champ des possibles. J’ai reçu un diplôme de Master 2 de photographie et art contemporain. Ma pratique photographique est liée aux liens qui se tissent et à l’émotion qui s’y déploie. Ce qui m’anime c’est d’apporter de la douceur et de la bienveillance autour de moi, aussi bien dans la réalisation de portraits que dans mes livres pour enfants. J’ai très vite photographié des objets ou des lieux qui évoquaient des amitiés, des moments de joie partagée.

Le rituel de lecture a toujours été un moment sacré avec mes trois fils. Je me souviens que mon fils Paul aimait beaucoup un imagier photo autour des couleurs. C’était un livre avec des photos tirées  de banques d’images dénuées de contexte et donc d’émotions. Ce n’était pas mon livre préféré, mais je prenais en revanche beaucoup de plaisir à enrichir son vocabulaire. J’avais envie de créer un livre qui apporte de la joie aussi aux adultes . Le jour de la naissance de Tess et Lola, les jumelles de mon amie réalisatrice Raphëlle Catteau, j’ai eu l’idée de leur réaliser un cadeau de naissance «  maison ».  C’est ainsi qu’est né Autour de moi, mon premier imagier photo, présenté à la Martinière Jeunesse, grâce à Sandrine Bailly qui est aussi autrice. L’ouvrage que j’imaginais en deux exemplaires a vu le jour en 6 000 exemplaires en 2014. Une nouvelle  aventure a commencé …

Vous inscrivez-vous dans une filiation photographique ?

Je pense m’inscrire dans la photographie vernaculaire, la photographie de la vie quotidienne, la photographie de voyages. Je photographie ce qui me met en joie : ma famille, mes amis, la nature, les objets.   Les photographes qui subliment le quotidien avec poésie et humour m’inspirent, comme Sarah Moon, Corinne Mercadier, Flore-Aël Surun, Margaret Cameron, Sally Mann, André Kerterz, Albert Renger-Platz, Richard Avedon, Walter Evans, Raymond Depardon, Alain Keler, Martin Parr, Julien Magre, Julien Daniel, …

Autour de moi, copyright Nathalie Seroux

Est-ce que vos ouvrages s’inscrivent dans une collection d’albums photographiques à la Martinière 

Autour de moi, mon tout premier ouvrage, a donné naissance à la collection « Mon premier imagier photo ». C’est mon ouvrage le plus personnel. Il y a par exemple mon premier cartable, les jouets de l’enfance de mon papa, les premières chaussures de marche de mon fils Gaspard, mes chatons… C’est le fruit d’une série dans laquelle j’avais envie de partager mon hymne à la vie. Le second c’est ABCDaire pour apprendre l’alphabet en s’amusant. Je suis allée à la rencontre d’institutrices, d’orthophonistes pour m’aider dans le choix des mots car je souhaitais  qu’il puisse être utile pour l’apprentissages de la lecture. Mon éditrice Garance Giraud m’a proposé de réaliser Fruits et légumes. Etant gourmande et sensible à l’alimentation saine, j’ai tout de suite dit oui ! Puis j’ai proposé Au bord de la mer, car la mer est une source inépuisable d’émerveillement.

Dans la continuité de Fruits et légumes, j’ai fait A la ferme. J’avais envie de mettre la lumière sur les personnes qui travaillent tant pour nous nourrir.

Après l’univers de la ferme, de la mer, des fruits et légumes, des lettres, explorerez-vous d’autres aspects du monde qui entoure le jeune enfant ? Comment choisissez-vous vos thématiques ?

Je travaille sur d’autres titres. Pour les thématiques, soit c’est mon éditrice, soit moi.

Quelle est la finalité de vos imagiers ? s’agit-il uniquement d’apprendre les mots du lexique ?

Mes premiers imagiers photos sont des ouvrages pour apprendre à reconnaître et à nommer les choses, pour éveiller l’enfant au monde, enrichir son regard et son vocabulaire. C’est aussi une invitation au dialogue. Chaque photo racontant une histoire peut aussi susciter des souvenirs à l’adulte et lui permet de renouer avec sa propre enfance. C’est aussi une initiation au langage photographique et à l’éveil ses sens.

Quelle est la place pour le jeu et pour l’art dans vos livres ?

L’imagier peut à la fois être feuilleté dans l’ordre ou au hasard. Les double- pages sont conçues pour se répondre (ex : le marteau et l’œuf, les abricots et la cagette). Il y a plusieurs niveaux de lecture en fonction de l’âge de l’enfant. J’accorde une importance à la composition de la photographie, à mettre en valeur les matières.

Au bord de la mer, copyright Nathalie Seroux

 Je suppose que vous réalisez de nombreuses photographies avant d’opérer votre sélection. D’abord y-a-t-il une place pour la mise en scène lorsque vous les réalisez et puis comment sélectionnez-vous les photographies que vous garderez pour vos livres ?

Je commence tout d’abord par noter tous les mots sur un carnet associé au sujet sur lequel je travaille.  Je passe ensuite au peigne fin l’ensemble de ma photothèque. Je consulte les imagiers de mes enfants aussi ou d’autres publications plus anciennes. Ensuite, je pars en production. Je propose aux enfants de mon entourage de participer au projet.  Je vais aussi à la rencontre de nouvelles personnes.  J’alterne les prises de vues dans l’espace naturel, la vie quotidienne et la mise en scène pour qu’il y ait un rythme à la lecture des photographies. Je joue avec la lumière, les textures, les cadrages, les couleurs tout en gardant le naturel. Je classe, légende, je fais une première sélection et ensuite c’est un travail à plusieurs mains avec mon éditrice et le directeur artistique. C’est un moment que j’apprécie particulièrement. J’aime leur savoir-faire, qui me fait progresser à chaque imagier. J’apprécie le fait d’avoir carte blanche ce qui laisse place à ma créativité. C’est entre six et neuf mois de travail.

Qu’est-ce qui distingue vos imagiers des autres imagiers ?

Il y a la photo. Il y a peu d’imagiers photos pour les enfants. D’après ceux qui les lisent, la photo évoque des souvenirs ou permet de parler de ce qui se passe autour. On imagine les gestes à côté. En fait j’essaye de transmettre l’ émotion ressentie lorsque j’ai pris la photo.

Pensez-vous à la fiction photographique ? Pourriez-vous vous adresser à une autre catégorie de lecteurs ?

J’y songe oui. Mes premiers lecteurs étant nés en 2014, j’aimerais en effet écrire des ouvrages pour des enfants plus grands pour continuer à les accompagner et pourquoi pas créer aussi un livre pour les adultes.  J’aimerais passer à l’écriture. Toutes les rencontres que j’ai faites me donnent envie d’écrire. L’illustration ne m’intéresse pas. Faire découvrir un univers si. J’aime m’imprégner d’une atmosphère pour la faire ressentir. 

Fruits et Légumes, copyright Nathalie Seroux

Comment imaginez-vous vos lecteurs devant vos livres ?

J’imagine (et j’ai la chance d’en voir souvent ! ) à la fois des moments où l’enfant lit seul, avec ses camarades de classe, et aussi des moments de partage avec l’adulte. Par expérience, je sais que mon écriture photographique est aussi appréciée par les adultes, ce qui me met en joie.

Exposez-vous et animez-vous des ateliers ?

La plus belle ou étonnante expo a eu lieu en Corée du Sud, il y a deux ans, à partir d’ABCdaire.  Il s’agissait d’une expo itinérante dans six villes avec des tirages aux bords arrondis, sur un très beau papier. J’ai passé une semaine dans une école de Séoul et j’ai fait des ateliers dans une école franco-coréenne. On a travaillé sur un abécédaire franco-coréen. J’ai également fait une intervention dans un lycée franco-coréen et dans un centre culturel. J’ai eu énormément d’échanges avec les parents autour des photos de fruits et légumes. On a échangé des recettes. J’ai fait aussi des animations au Canada. On a réalisé un imagier autour des émotions. Je fais aussi des expositions de temps en temps en région parisienne et j’aime cela. En ce moment c’est très frustrant de ne plus aller dans les écoles.

 

Quel est votre souvenir de lecture jeunesse ? Y-avait-il déjà des ouvrages photo-illustrés dans votre bibliothèque ?

Je me souviens du rituel du soir avec ma maman ; C’est tellement fondateur dans la vie d’un enfant. Mon livre préféré, lu et relu, c’était   Qui m’appelle ?  Un livre magnifique de Kōta Taniuchi. Je n’avais pas d’ouvrage photos. Je me souviens également regarder régulièrement des posters  avec des photographies sur la faune et la flore des montagnes. J’ai passé de nombreuses heures à consulter les magnifiques albums photos de mon papa des années 50. Au fil des photographies, j’imaginais la vie de  mes parents qui se sont rencontrés à l’âge de 15 ans. C’est une source d’inspiration dans mon chemin photographique. Dès la maternelle, je racontais ma vie de famille à travers mes dessins ! 

Pour retrouver Nathalie Seroux il a aussi son blog https://www.nathalieseroux.com/

et ce film https://www.facebook.com/watch/?v=1245846995503667

A la ferme, copyright Nathalie Seroux

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Les Bêtes de Jacques Prévert et Ylla

« L’ œuvre de Jacques Prévert est traversée d’animaux, dont il fait régulièrement les héros de ses poèmes, films, ouvrages pour enfants ou encore de ses collages. On y croise de nombreux chevaux, antilopes, ânes, singes, oiseaux, animaux dont il met en lumière les conditions de vie, l’abandon, la domesticité, la captivité, l’abattage ou qu’il mobilise pour dénoncer la cruauté et l’injustice de la société humaine.   

Lorsqu’il rencontre avant la guerre la photographe Camilla Koffler, dite Ylla, dans le Montparnasse des artistes émigrés ou dans les premières expositions de photographies organisées dans les galeries parisiennes, Jacques Prévert ne peut sans doute pas rester insensible à l’expressivité et à la beauté de ses photographies d’animaux, dont elle s’est fait une spécialité et avec lesquelles elle connaît la notoriété en Europe d’abord, puis aux États-Unis. La collaboration professionnelle entre eux débouchera sur une relation amicale, entretenue par une correspondance abondante entre le poète et la photographe, qui vit à New York mais qui ne manque pas de rendre visite au poète à St Paul de Vence, où elle le photographie avec sa femme Janine et leur fille Michèle lors de ses séjours français. »

La suite, accompagnée de documents inédits, est à lire dans l’article que je signe dans le  numéro 83 de la revue Histoires Littéraires.