Rencontre avec Olivier Le Brun et Anne Leloup pour Jouer !

A l’heure où il publie un nouvel ouvrage photographique aux éditions Esperluète, Jouer !, nous accueillons le photographe Olivier Le Brun et son éditrice Anne Leloup , l’occasion de revenir sur le parcours de l’artiste mais également sur la place de la photographie dans les ouvrages pour la jeunesse, le langage de l’image photographique et le passage des photographies des cimaises aux pages d’un livre.

Cher Olivier Le Brun, d’abord merci d’accueillir Miniphlit.
Je lis sur votre site que vous êtes photographe, enseignant-chercheur et socioéconomiste. Est-ce que ces trois activités s’interpénètrent, se complètent, influencent l’une ou l’autre ?
Mes activités d’enseignant- chercheur et de socio-économiste sont étroitement imbriquées. La photographie a émergé parallèlement.
En 1977 alors que je travaillais à l’Université du Sussex à Brighton j’ai découvert avec des collègues les travaux de John Berger et Jean Mohr : « A fortunate man : the story of a country doctor » (1967) ; « A seventh man : the story of a migrant worker in Europe » (1975) ; « Another way of telling : a possible theory of photography » ( 1982). Ce dernier ouvrage montre à quel point la photographie diffère du cinéma. C’est « Une autre manière de raconter ». Les auteurs explorent la tension entre le photographe et le photographié, entre l’image et le regardeur, entre le moment filmé et la mémoire. Leurs ouvrages sont des récits qui se fondent sur un important travail de recherche.

C’est à cette lumière que j’ai entrepris depuis lors un travail photographique en marge de mon activité de consultant et d’enseignant-chercheur. Dans le cadre d’une association de mon quartier à Brighton, quelques chercheurs (économistes, sociologues, historiens, philosophes…) se sont engagés à rendre compte de l’effet des coupes budgétaires infligées par la politique thatchérienne sur les usagers et les travailleurs des services publics de notre collectivité locale. Ce projet articulait trois formes de langage (l’analyse économique ; des interviews des travailleurs et des usagers des services publics ; la photographie). En raison de mon intérêt pour la photographie j’ai été intronisé photographe (tout-à-fait amateur) du projet. J’ai pu ainsi pénétrer la réalité des services publics (logements sociaux, transports publics, écoles, résidences pour personnes âgées, structures d’insertion à l’emploi…). Ne pouvant photographier dans les écoles nous avons bénéficié de l’appui d’élèves qui à leur tour se sont pris au jeu et ont photographié. Le livre « Brighton on the rocks Monetarism and the Local State « (1982) s’est vendu à 10.000 exemplaires, principalement aux collectivités locales du Royaume. Ce fut mon baptême photographique.
En 1996 je me suis équipé d’un Leica argentique. J’ai alors ouvert les yeux et découvert un univers infini. Cette activité photographique a été essentiellement menée en dehors de mon activité professionnelle, c’est-à-dire durant mon temps libre. A l’exception du « Rapport sur la situation des femmes et des enfants au Mali » (UNICEF, 2001), dont j’ai assuré la coordination, au sein duquel j’ai intégré plusieurs photographies que j’avais prises au cours de mes études et recherches. Photographier a été pour moi une respiration, un regard plus libre, une manière d’échapper aux contraintes de temps de mon activité professionnelle soumise à la tyrannie du « deadline ». Je ne pense pas que mon travail de consultant ait influencé mes activités photographiques, il m’a certes permis une magnifique ouverture sur le monde, mais il me semble pouvoir dire que mon intérêt pour ce monde que je photographiais était présent dans mon travail d’analyse et de recherche. 

 

Vous publiez votre travail photographique dans des ouvrages, vous exposez dans des galeries. Est-ce que chacun de vos projets est conçu dès le départ avec une de ces finalités ou bien est-ce le hasard des rencontres et des discussions ? Avez-vous une préférence pour l’un ou l’autre de ces modes d’accueil de votre travail artistique ?
Votre question revêt deux aspects :
Si le travail photographique que j’ai réalisé en 1977 pour le livre Brighton on the rocks dont je parle plus haut, résulte d’un objectif collectif préalable, la plupart du temps, mes ouvrages photos procèdent d’un processus différent. Je photographie de manière instinctive sans intention consciente, parce que une situation, un lieu, une circonstance, une personne, me touchent et me fait signe. Je ne sais pas encore pourquoi ni ce que j’en ferai. Ce n’est que progressivement, au bout d’un moment, que je prends conscience d’un ensemble qui comporte une certaine cohérence, un sens et dont je comprends qu’il est rattaché à un fil conducteur jusqu’alors hors de mon champ de conscience. On peut donc dire que je découvre «après coup» la matière d’un projet comme un livre ou une exposition.

C’est le cas des livres publiés depuis 2008, chacun ayant sa genèse propre.

« Bruxelles à fleur de peau » (Husson éditeur,
2008 ; 80 photos avec des textes d’auteurs).

En 1997 je me suis rendu régulièrement à Bruxelles après le décès d’une personne âgée de ma famille à laquelle j’étais très attaché. J’ai énormément marché dans les rues, du matin jusqu’à la nuit, collectant des images de «la peau» de la ville. Une manière de redécouvrir et me réapproprier cette ville de ma jeunesse étudiante, bien loin de l’idée
d’en tirer un projet. Dans le contexte de notre famille, belge, partie vivre de longues années au Congo où je suis né, puis ensuite à l’autre
bout du continent américain, la secousse ressentie dans la chaîne familiale lors de ce décès a évidemment constitué l’élément déclencheur de cette longue quête, sans que je réalise l’importance qu’elle prenait dans mon rapport à venir avec la photographie.

« Football Bal Ballon Ballet » (Editions Yellow Now, 2014; 66 photographies)

Fou de foot depuis mon enfance congolaise en pleine brousse où j’ai
vécu jusqu’à 19 ans, c’est bien naturellement que j’ai photographié
partout en Afrique les petits matchs de foot qui débordent de joie et
d’excitation, dans lesquels je me suis retrouvé.

« Africa Hotel » (Editions Yellow Now, 2016; 77 photographies).

Ces petits hôtels des quartiers populaires d’Afrique et d’Haïti se sont
montrés dans leur unité, leur simplicité, leur poésie au milieu de mes trésors, comme un carnet de voyage et d’images rangé au fond d’une boîte et que je retrouve longtemps après. En introduction au livre j’écris : « Des hôtels sans étoiles pour le confort mais plein d’étoiles pour la convivialité. Une voie lactée que je parcours avec mon Leica depuis vingt ans ». Et de fait, le texte que j’ai écrit, a spontanément pris la forme d’un journal de bord.

« Le vieil homme et son potager » (Esperluète Editions, 2018 ; 71 photographies ).

Pas de projet particulier pour ces images de mon père non plus, sauf la conscience que cette énergie, cette vie singulière, cette philosophie d’une vie devenue solitaire en compagnie des légumes qu’il comprend et surveille, cesserait bientôt.
Introduisant le livre j’écris : « C’était un bel été, comme c’est l’habitude dans l’Ouest canadien, au bord du lac Okanagan. J’entrepris de photographier mon père dans son quotidien. Nous étions en 1997, il avait 92 ans. Je me suis fait oublier afin de ne pas troubler la grâce et la force d’un homme qui vit dans la plus grande simplicité, choisit ses règles de vie, fait éclore des semences dans toutes les pièces de la maison, règne sur un peuple de légumes poussant joyeusement dans tous les sens …dans une heureuse brousse, un homme à la détermination solide et tranquille, dont on ne détourne pas le chemin ».

« Jouer ! » (Esperluète Editions, 2020 ; 123 photographies, texte de Delphine Vanhove
« Prière de Jouer »).

Comme un révélateur, c’est l’imaginaire de l’enfance qui nous accompagne, le plaisir du jeu gratuit que j’ai collectés sur une vingtaine d’années dans tous les coins de la planète. C’est devenu une évidence pour moi de mettre en scène cette pulsion de vie universelle à travers la diversité des âges, des gestes et des lieux.

Le mode d’accueil de mon travail photographique
Le livre
J’aime infiniment le processus de création du livre. Un peu comme une naissance : cela suppose d’abord que je reconnaisse la présence d’un sujet, d’un propos. Je cherche ensuite une forme, une construction. Il peut se faire alors que je sente nécessaire de poursuivre la phase de photographie pour que mon projet arrive à maturité par rapport à l’idée que je m’en fais. La mise en page sur laquelle je travaille ensuite cherche à rendre lisible mon intention par le déroulé des images, les relations entre elles ou les oppositions que je recherche. En découle souvent mon travail d’écriture, ou la sollicitation d’auteurs. Le texte étant là comme une autre forme de narration, un contrepoint, un jeu avec le photographe (mais surtout pas en commentaire d’image). Ensuite intervient ce riche processus de confrontation et d’élaboration partagée avec l’éditeur ou l’éditrice. C’est prendre un risque et produire un effort physique, mais cela répond aussi à un besoin, pour sortir ce travail, jusqu’alors personnel, de sa gangue et le soumettre au regard et à la discussion.
L’exposition
Lorsque l’exposition a lieu en même temps que la production du livre, elles se renforcent mutuellement, l’énergie en est décuplée, c’est merveilleux d’offrir au regard des images qui ont plusieurs niveaux de profondeur et de rythme. Ce fut le cas lors de la sortie de Brighton on the rocks au sein du Hanover Community Centre où nous avons pu présenter de manière vivante le contenu de l’ouvrage à une population essentiellement ouvrière particulièrement sensible aux images dans lesquelles elle se reconnaissait.

Au moment de la sortie du Vieil homme et son potager en 2018 eut lieu au printemps durant un mois dans le cadre du Festival Raccord(s) une exposition en grands formats du livre au Chai de Bercy, espace d’exposition de la Mairie de Paris situé au sein du grand parc de Bercy, bordé par un potager collectif d’un côté, d’un jardin floral de l’autre, au carrefour de cheminements entre trois gares ferroviaires et deux gares routières (Lyon, Bercy, Austerlitz). Cette exposition a attiré de nombreux visiteurs venus se promener dans le parc en famille, de voyageurs attendant un train et déposant sacs à dos et valises pour découvrir Le Vieil Homme et discuter avec le fils … J’en ai gardé le souvenir de visiteurs attentifs, les enfants n’étaient pas en reste, de nombreux très beaux échanges, prolongés par des messages et des dessins déposés dans le livre d’or « Le vieil homme et son potager » a fait l’objet de deux expositions avant l’idée même d’en faire un livre. D’abord en 1999, dans les semaines qui ont suivi le décès de mon père, sous le titre « The vegetable kingdom » (Le royaume des légumes), à Vernon, la ville voisine du potager, dans la Vernon Art Gallery. Plus d’un millier de visiteurs, habitants, écoles et touristes en groupes organisés. Ensuite en 2011 à la Galerie du Petit Temple à Lasalle dans les Cévennes à l’occasion du Festival de films sur le thème du temps. L’exposition s’intitulait « Je prends le temps ». Elle comprenait de nombreuses images du vieil homme.

Chaque fois que cela m’est possible, je remets aux gens que j’ai photographiés une photocopie de leur image, ce qui m’a amené à improviser des expositions en mouvement ! Ce fut par exemple le cas en mars 1998 après avoir exploré la ville d’Ambalavao à Madagascar pendant quelques jours, je me suis progressivement mis à photographier les habitants mora- mora (mouramoura) comme on dit en malgache c’est à-dire doucement, lentement, calmement…et je me suis senti complètement accepté comme photographe. J’y suis retourné quelques mois plus tard avec une photocopie du tirage de toutes les personnes photographiées. J’ai montré ces photocopies à des enfants sur la place du marché. En une demi- heure toutes ces personnes étaient là et les photocopies circulaient de main en main. Chacun est reparti avec son image la montrant à la ronde avec fierté. Expérience similaire au Kenya en 2006 dans le bidonville de Kibera à Nairobi où j’avais photographié la communauté nubienne

Plusieurs de mes expositions ont été organisées en réponse à des appels à projet de festivals d’art tels que Les Rencontres des Arts de Mers-sur-Indre (« Effet mer éphémère », 2008 et « Hymne à l’eau », 2009) ou au Festival Etend’Art d’Etang-surAroux (« Marche et Rêve », 2008) ou encore de galeries comme la Galerie de l’Union des Photographes Professionnels (« Ici on tire le portrait », 2019).

Lorsque l’exposition est le seul support elle est un moment intense. Elle suppose une immense disponibilité et, bien qu’éphémère, elle requiert une étape de préparation très exigeante. Il y a un équilibre délicat entre la liberté qui doit être laissée au visiteur et le plaisir de rentrer dans l’échange. Je conçois l’exposition comme un moment de riche dialogue. Elle peut aussi être un grand moment de solitude.

 Sur votre site, j’ai l’impression de découvrir de nouvelles photographies du Vieil Homme et son potager. Comment s’est fait le choix des images pour le livre ?

Pour répondre synthétiquement, je vois dans les images que j’ai choisies
– le sens : qu’est ce que la vie de mon père à ce moment là ?
– l’attention aux gestes qu’il accomplit
– l’admiration qu’il est heureux de partager pour la diversité et la beauté des légumes qu’il cultive.
Mon choix dans les images et dans la construction du livre est sous-tendu par ce but. Ce faisant, je dois aussi créer un rythme qui obéisse à ce propos. Ce livre se déploie à partir d’un horizon large, où le monde du potager de mon père, un fouillis poétique, se dévoile, dans son environnement très ouvert (la vallée du lac Okanagan en Colombie Britannique).
Il est bâti autour de séquences, qui rythment la narration, ponctuées dans le livre comme au fil de la journée par des poses que mon père dosait soigneusement pour économiser ses forces, sur la brouette transformée en fauteuil champêtre. Au-delà du rythme, les images mettent à l’honneur la beauté, la perfection et la diversité des cultures.

J’ai lu que le personnage du livre était votre papa. Est-ce que ces photographies fonctionnent comme des traces de ces moments de votre vie ?
Elles sont pour moi avant tout des traces de la sienne … Mais il est vrai que j’étais heureux de ces heures passées à photographier ses pas, ses gestes, ses moments de fatigue sur la brouette, ses poses d’observation, la lenteur et l’efficacité de ses actions (manier le tuyau d’arrosage, arracher les reines de son potager : les cwennes de gatte, les transporter jusqu’à sa cave …), le tout en dosant sa fatigue, et puis participer au «repas royal» qu’il aimait préparer et savait savourer arrosé de son vin de fabrication maison …

Quelle contrainte avez-vous reçues de la part de l’éditrice ? Certaines photographies pourraient documenter un ouvrage sur le jardinage ou la vie des plantes. Est-ce que le livre devait s’en approcher pour plaire à un enfant ?
Non, je pense que l’éditrice y a vu une sorte de miracle d’équilibre entre un homme et la nature qui l’entoure, dans la sagesse d’une vie qui s’approche de son terme. Avec un traitement simple : celui de plonger dans la réalité physique de ce jardin potager et d’approcher le rythme lent de son jardinier.

Le texte du Vieil Homme et son potager est posé au début de l’ouvrage. Pourquoi faire le choix du blanc autour des photographies ? Est-ce pour respecter leur propre narrativité ?
Le livre comporte trois types de narration :
Mon texte d’introduction, et avant de dérouler la narration par les images, est placé le propre texte de mon père, un extrait de son journal qui décrit scientifiquement le processus de création de son potager et son activité quotidienne. Un texte auquel il a donné comme titre : «O, fortunatos agricolas (Trop heureux les hommes des champs – Virgile»)

Copyright Olivier Le Brun
 Je n’ai pas encore pu découvrir Jouer !. Est-il conçu de la même façon que Le Vieil homme et son potager ?
Il débute par l’enfance dans la magie de son imaginaire, et petit à petit intègre les adultes dans leurs jeux. Il souligne le caractère universel du jeu en mêlant les photographies prises au Nord et au Sud.
Le texte «Prière de jouer !» fait suite à la narration des photos.

Pourrait-on parler de « compilation » de moments de jeux captés au hasard de vos déambulations ? Avez-vous pris ces photographies avec déjà cette intention en tête ? Comment s’est opéré le choix ?
Là aussi il s’agit d’une cueillette spontanée, sans doute liée à la force de mon enfance qui continue à agir en moi, et qui fait résonner mon plaisir d’être témoin du mystère et de la puissance de l’imaginaire des enfants, de leur capacité de concentration et de leur aisance à s’abstraire dans le jeu. La pratique du jeu chez les adultes dans son infinie variété relève pour moi de la même impulsion vitale.

Comment avez-vous travaillé avec Delphine Vanhove qui a écrit le texte ?
Sollicitée pour sa participation littéraire à ce livre, Delphine m’a répondu oui sans hésitation. Ma proposition était qu’elle exprime très personnellement et librement ce que le jeu a représenté dans son enfance. Je lui ai montré et expliqué les photographies du livre afin
qu’elle en connaisse l’esprit. Elle m’a présenté un premier jet, qui amorçait son texte, afin de s’assurer que nous étions en phase. Je n’avais aucun doute là dessus. Nous avons eu quelques allers et retours de son texte, dans un climat de grande confiance et de compréhension mutuelle. La qualité de son investissement dans ce projet me touche d’autant plus que j’ai à mon tour des souvenirs de Delphine enfant jouant avec beaucoup de conviction avec ses frère, soeur, cousine …

Copyright Olivier Le Brun

Pourquoi ce point d’exclamation à la fin du titre ?
Le choix d’un titre résulte d’une longue cogitation. Je ne voulais pas reprendre l’une des nombreuses expressions (le jeu en vaut la chandelle, c’est pas du jeu, faites vos jeux, etc, …). J’ai pensé que «Jouer» tout simplement reflétait quasiment un état – une qualité des vivants (comme respirer). Je me suis ensuite totalement retrouvé dans la suggestion de mon éditrice Anne Leloup d’y ajouter le point d’exclamation qui libère de la sagesse de l’infinitif et qui apporte l’envie, le plaisir, l’énergie,  l’enthousiasme, tout un espace d’invention et de vitalité.

Qui sont les lecteurs de ces deux ouvrages ? Comment les imaginez-vous en train de les regarder ?
Je vois mes lecteurs dans tout le spectre des âges. Lecteurs et regardeurs du « Vieil Homme et son potager » projettent beaucoup leur vie familiale et leurs souvenirs, ils l’ont exprimé ainsi, avec une profonde émotion lors de l’exposition de Bercy. Ils y ont retrouvé une époque où le jardinage occupait une grosse partie du temps, une vie d’autrefois où l’on aidait un père, un grand-père, une grand-mère au potager … Les enfants d’aujourd’hui qui vivent le plus souvent en ville y voient le fruit direct et rare du travail de la terre. Les lecteurs de « Jouer ! » retrouvent sans doute avec étonnement et plaisir et peut-être une part de rêve leurs jeux d’enfant, les jeux de toujours, qui sont là comme une évidence et une humanité partagées d’un continent à l’autre.

Quel souvenir de lecture de votre enfance avez-vous ? Y-avait-il des photographies dedans ?
« L’Histoire de Babar, le petit éléphant » a bercé ma petite enfance. J’étais adopté par toute la famille : le roi Babar, la reine Céleste, Pom, Flore, Alexandre, Zéphir, Arthur, la vieille dame et Cornélius. Je vivais au Congo. Nous habitions dans une ferme en pleine brousse. J’étais interne chez les jésuites à Bukavu à 300 km, ne rentrant à la maison que pour les vacances. Je les ai passées à explorer la brousse environnante peuplée d’éléphants, de buffles et d’antilopes. Le livre de la jungle en vraie grandeur. Pas de BD à la maison à part les Tintin et les Exploits de Quick et Flupke . Autre source inépuisable d’images les grands livres de reproduction de peinture des Editions Skira dans lesquels je me plongeais pendant les vacances à la nuit tombée. Je me délectais de Gauguin et Picasso que j’ai pu admirer plus tard en retrouvant mon regard d’enfant. Vers 12 ans j’ai accompagné mon père en Uganda afin d’y trouver des pièces de rechange pour le tracteur. Lors d’une escale au guest-house de Mbarara durant le dîner mon père me dit : « Regarde bien cet homme avec sa barbe blanche accoudé au bar, tu entendras beaucoup parler de lui, c’est un grand écrivain, il s’appelle Ernest Hemingway ». Plus tard je me suis plongé dans « Le vieil homme et la mer », une sorte de prélude à mon livre « Le vieil homme et son potager ».
A l’âge de 15 ans le roman de Joseph Conrad « La ligne d’ombre » a été mon déclic de lecteur. Pas de photographies mais des images imaginées à n’en plus finir. A cet âge je me suis passionné pour le cinéma au point de regarder 6 fois « Le voleur de bicyclette » de Vittorio De Sica au cours d’un week end de ciné-club. Mon intérêt pour la photographie est dérivé de cette passion. »
Merci Olivier Le Brun ! https://www.olivier-lebrun.com/

Copyright Olivier Le Brun

Anne Leloup, éditrice, a accepté de répondre à nos questions à son tour.

Bonjour aux éditions Esperluète, merci d’accueillir Miniphlit. Parlez-nous de votre maison : Où est-elle basée ? Depuis quand existe-t-elle ? A quels lecteurs vous adressez-vous ?

Esperluète est une maison d’éditions basée en Belgique, à Noville-sur-Mehaigne, qui existe depuis 1994. Nous nous adressons aussi bien aux enfants qu’aux adultes.

Quelle est la place de la photographie dans votre ligne éditoriale ? Combien d’ouvrages utilisant ce médium avez-vous conçus ? Sont-ils rangés dans une collection particulière ?

Nous en publions depuis le début de la maison d’éditions. Une bonne dizaine d’ouvrages, je pense. La place de la photographie est la même que pour d’autre médium comme par exemple la gravure ou même le dessin. Nous publions des livres qui associent textes et images. A ce titre, les images peuvent très bien être des photos, si leur contenu fait sens par rapport au texte qu’elles accompagnent. A ce titre, ces livres sont publiés dans les collections littéraires des éditions.

C’est récemment que la collection L’œil voyage a vu le jour. Elle permet de compléter ce rapport narratif à la photographie en proposant des livres où le texte s’efface au profit de l’image tout en gardant sa place et en proposant une forme de « voyage » narratif en images.

Avez-vous eu des réticences en vous lançant dans l’aventure du livre photo-illustré ? Pourquoi n’avez-vous « que » ces deux ouvrages ? Sentez-vous les photographes réticents à vous envoyer leurs projets ?

Non, pourquoi ?

Comment est venue la collaboration avec Olivier Le Brun ?

C’est via un ami commun qu’Olivier est venu vers moi avec son projet. J’ai tout de suite aimé la manière dont il associe les photographies qu’il a prise tout au long de sa carrière. Les croisements qu’il fait entre les époques et les lieux. C’est à la fois un voyage dans le temps et l’espace, d’une très grande liberté.

Est-ce que Le Vieil homme et son potager est un livre pour enfant ?

C’est un livre pour intergénérationnel par son sujet et il est accessible à tous. (je n’aime pas trop classé les livres – par genre, par âges, etc)

Pourquoi avoir choisi de ne pas faire cohabiter mots et photographies dans le même espace de la double-page ?

Parce que le texte n’est pas une légende, et que dans ce titre-là, les images ont leur force narrative propre.

Pourquoi avoir choisi de rendre ce livre bilingue ?

Parce que l’origine de ce livre a vu le jour au Canada anglophone et que cela permet de l’ouvrir à ce lectorat.

Parlons de Jouer ! Est-on spectateur ou lecteur dans ce nouvel ouvrage ? A qui s’adresse-t-Il ?

A tous, petit ou grand lecteur-spectateur. Je ne fais pas bien la distinction entre les deux… on parle de lire des images et de regarder un livre, donc, on est tout à la fois lecteur et spectateur. Dans le cas de Jouer !, j’espère que le lecteur sera aussi acteur, joueur,… ce n’est pas un livre qui invite à la passivité…

 Pour découvrir les livres de la maison d’édition https://www.esperluete.be/

Dimanche, 5/12
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.