Les natures mortes bavardes de Maria Jalibert

Miniphlit poursuit ses entretiens avec celles et ceux qui font la photolittérature pour la jeunesse. Aujourd’hui nous recevons Maria Jalibert, l’occasion de l’interroger sur la conception de ses mises en scène joyeuses et colorées qui invitent le lecteur à s’attarder, à chercher et à identifier  de petits détails à chaque nouvelle page.

Bonjour Maria Jalibert, merci d’accueillir Miniphlit !

Bonjour Miniphlit, je suis ravie de faire votre connaissance !

Illustratrice ? autrice ? illustratrice-autrice ? Qu’inscrivez-vous en tête de votre CV ?

Pour moi les deux sont indissociables alors j’inscris autrice-illustratrice de livres pour enfants car j’aime envisager mes projets dans leur globalité. Je fais des aller-retours constants entre texte et image, l’un me fait rebondir sur l’autre et inversement. Mais cela ne m’empêche pas de proposer mes « mots » à d’autres illustrateurs, comme pour mon dernier album PETIT, publié chez Didier Jeunesse, dont Cécile Bonbon a réalisé les illustrations.

Quel rôle joue donc la photographie dans vos créations ?

Un rôle indispensable dans ma pratique artistique en volume, que ce soit avec des jouets, des objets ou d’autres matériaux. La photographie fixe mes installations et petites scènes qui ne sont fabriquées que pour le temps de la photo. Une fois la photo prise, je les démonte et récupère les objets pour les réutiliser dans d’autres projets.

Dîtes-moi, qui sont vos lecteurs et comment les imaginez-vous en train de lire vos livres ?

J’aime bien imaginer mes lecteurs en train de rire ou de sourire lorsqu’ils lisent mes albums.

Petits et grands, mes lecteurs sont de tous âges. Des enfants bien sûr, en grande majorité, mais pas que. Lors des salons du livres, qui sont de formidables lieux de rencontres avec les lecteurs,  je vois passer des amateurs d’art, des collectionneurs de jouets, des collectionneurs d’albums (abécédaire ou cherche et trouve), des professionnels de la petite enfance, enseignants, orthophonistes pour qui mes albums sont des outils…

Comment qualifieriez-vous vos créations : natures mortes, tableaux photographiques ?

Je dirais : natures mortes qui racontent des histoires.

Où réalisez-vous vos prises de vue ? en plein air ? dans un atelier ?

La plupart du temps cela passe dans mon atelier, un ancien transformateur électrique dont j’occupe le rez-de-chaussée mais qui est, hélas, bien trop petit. Une grande partie de mon mobilier est sur roulettes et je module mon espace en fonction de la taille de la scènette que je photographie. Dernièrement, le confinement, qui nous a tous arrêté en plein vol, m’a amené à sortir de mon atelier et à photographier à l’extérieur, dans mon jardin, ce que je ne faisais pas jusqu’alors. Je me suis attachée à l’explorer comme je ne l’avais jamais fait. Il est devenu le théâtre et le décor de petites installations et de photographie. Cela m’a ouvert de nouvelles perspectives de narration qui donneront naissance, je l’espère, à de futurs albums.

Combien de temps passez-vous à réaliser ces « assemblages » ?

C’est très variable. Cela peut aller d’une heure, à un jour, à une semaine, parfois un mois. Notamment pour mon dernier album Cherche-et-trouve qui vient de sortir aux éditions A Pas de Loups et dans lequel chaque illustration de double-page mesure 1m. Il y a eu plusieurs phases d’essais, de recherches, de premières compositions, de montage, de démontage des jouets et enfin de collage lorsque les illustrations étaient définitives. Avec bien sûr, un travail photographique à chacune de ces étapes.

Mais où trouvez-vous donc ces objets ?

J’ai commencé à travailler en récupérant les jouets de mes enfants qui, ayant grandi, ne les utilisaient plus, puis j’ai acheté quelques lots sur internet. Depuis plusieurs années je visite régulièrement Emmaüs où je déniche l’essentiel des objets qui servent à mon travail artistique. La « quête » des jouets est une partie importante de mon travail, ce sont comme des petites chasses au trésor qui nourrissent mon inspiration. J’en ramène le terreau dans lequel vont pousser mes futurs projets.

Quelle technique artistique préférez-vous pour vos créations ?

Je n’ai pas vraiment de préférence. Que ce soit le travail photographique avec les jouets, le découpage-collage ou le dessin j’aime passer de l’une à l’autre de ces techniques en fonction de ce que je veux raconter. Souvent l’une « me repose » de l’autre. Je l’oublie pour y revenir avec encore plus de plaisir.

Quel est votre meilleur souvenir de lecture en tant qu’enfant ?

J’en ai tellement…

Les Belles Histoires de Pomme d’Api avec lesquelles j’ai appris à lire. Les J’aime Lire ensuite que j’ai dévoré et qu’on se disputait avec mes frères et soeurs. Les livres de Roald Dahl, de Maurice Sendak, ceux dArnold Lobel (formidable Porculus…), de Philippe Dumas, Tomi Ungerer.

Beaucoup de livres ont accompagnés mon enfance, c’est une chance, il y avait une belle bibliothèque à la maison. C’est là que j’ai puisé l’envie de faire des livres à mon tour.

Comment travaillez-vous avec les mots des autres ? 

De mieux en mieux. Le jouet est un matériau fascinant et inépuisable mais parfois difficile à dompter en matière de narration. Je n’ai pas la liberté d’expression ni la souplesse que l’on peut avoir en dessinant. Mais, au fond, c’est ce qui m’intéresse. Chaque illustration que l’on me commande est un petit défi que je me plait à relever en utilisant et détournant des objets ou matériaux, en trouvant des solutions pour arriver à représenter le plus finement possible ce que je veux dire.

Je vous embête un peu : est-ce que tout ce plastique est encore « tendance » ?

Mais oui, plus que jamais. Je récupère, je transforme, je recycle et je donne une deuxième vie à tous ces petits objets oubliés qui servent plusieurs fois puisque je ne garde que très peu de mes installations.

Et pour découvrir le site de Maria Jalibert, c’est ici : http://mariajalibert.com/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

LOOK BOOK, le livre de photos s’expose à Cisterna di Latina

Miniphlit reçoit Leyla Vahedi de l’association Cartastraccia, co-commissaire de l’exposition photolittéraire « Look Book » qui ouvre ses portes samedi 3 octobre prochain à Cisterna di Latina, en Italie.

Entretien en français et en italien.

Qu’est-ce que Cartastraccia ? Che cos’è Cartastraccia ? 

Cartastraccia est une association de Rome dediée à la promotion du livre et de la bibliothèque pour la jeunesse. Nous travaillons avec les enfants (lecture à haute voix, ateliers, exposition en bibliothèque) et avec les adultes (formations autour du monde de la lecture pour enfants).

Cartastraccia è un’associazione romana che lavora nel promuovere il libro e le biblioteche con particolare riferimento all’età infantile. Lavoriamo sia con i bambini (letture ad alta voce, laboratori, esposizioni bibliografiche) sia con adulti (formazione intorno al mondo della letturatura per l’infanzia).

Comment est venue l’idée de l’exposition Look Book ? Come è nata l’idea della mostra?

Nous collaborons depuis plusieurs années avec le commissaire indépendant Alessandro Dandini de Sylva avec qui nous avons déjà réalisé plusieurs expositions de livres.

Ici vous pouvez voir les choses passées : https://associazionecartastraccia.blogspot.com/p/libri-fotografici.html

Cette fois, grâce au financement de la région Lazio, il y aura une grande exposition, Look Book, qui est articulé en plusieurs expositions. La partie organisée par Cartastraccia présente une sélection de photolitterature pour enfants que la bibliothèque de Cisterna di Latina, une ville animée près de Rome, a acheté pour l’occasion. Deux autres expositions, également organisées par Alessandro, présenteront des livres de photographie contemporaine pour adultes et deux autres exposeront des livres sélectionnés par Giuseppe Garrera, un érudit et amateur d’art contemporain et collectionneur.

Da diversi anni collaboriamo con il curatore indipendente Alessandro Dandini de Sylva con cui abbiamo già ideato diverse mostre bibliografiche.

Qui potete vedere le cose passate https://associazionecartastraccia.blogspot.com/p/libri-fotografici.html

Questa volta, grazie al finanziamento della regione Lazio ci sarà una grande mostra, Look Book, che conterrà diverse esposizioni. La parte curata da Cartastraccia  vede in mostra una selezione di libri fotografici che la biblioteca di Cisterna di Latina, vivace comune vicino Roma, ha acquistato per questa occasione. Altre due mostre, curate sempre da Alessandro esporranno libri di fotografia contemporanea per adulti e altre due esporranno libri selezionati da Giuseppe Garrera uno studioso e appassionato di arte contemporanea e collezionista di vari oggetti culturali.

Combien de temps sera-t-elle visible ? Quanto tempo sarà visibile?


L’exposition de livres pour enfants, comme les autres expositions, sera ouverte tout au long du mois d’octobre. L’avantage de notre part est que les volumes ont été achetés par la bibliothèque donc, grâce à un système qui les valorise et les classe sous le registre « livre-photo » dans le catalogue, ils resteront visibles et accessibles dans le temps.

La mostra di libri per ragazzi, come le altre mostre di editoria fotografica, saranno visitabili tutto il mese di ottobre. La cosa bella della nostra parte è che i volumi sono i nuovi acquisti della biblioteca quindi, grazie a un sistema che li valorizza a livello di descizione catalografica, resteranno visibili e consultabili nel tempo. 

A qui s’adresse-t-elle ? chi saranno i visitatori ?


L’exposition s’adresse à tous. Pour les familles et les enfant sont prévues des visites-jeux et des formations pour  bibliothécaires, les enseignants, les opérateurs. Pour familiariser le très jeune  jeune publique, on a pensé à des rencontres sur la photographie dans les livres pour les femmes enceintes, les futures familles et pour les parents de très jeunes enfants.

La mostra si rivolge a tutta la cittadinanza. Sono state programmate delle visite per famiglie e curiosi e delle formazioni per bibliotecari, insegnanti, operatori.  Addirittura in questa occasione abbiamo pensato di fare un incontro per famiglie in attesa o neogenitori con bambini piccolissimi.

Où se passe-t-elle ? Dove sta succedendo?


À Cisterna di Latina, près de Rome, où se trouve une bibliothèque très active et à l’écoute des jeunes lecteurs.

A Cisterna di Latina, vicino Roma, dove c’è una biblioteca molto attiva e attenta ai giovani lettori. 

Comment avez-vous choisi de présenter les ouvrages ?

Les livres seront exposés suspendus, consultables, presque «nus», c’est-à-dire sans trop de fioriture : les livres sont le véritable centre d’intérêt sur lequel nous voulons mettre l’accent.

I libri saranno in mostra appesi, sfogliabili, quasi « nudi », cioè senza troppi orpelli intorno : i libri sono il vero focus su cui vogliamo puntare i riflettori. 

Combien d’ouvrages seront présentés ? Quanti libri vai a presentare ?

Environ 150 titres uniquement pour les enfants et 180 autres pour les adultes.


Circa 150 titoli solo per ragazzi e altri 180 per adulti.

Comment avez-vous fait vos choix ? Come hai fatto le tue scelte?


Le premier critère critique : ce qui nous a semblé le plus représentatif de la scène internationale et le plus beau. Cependant, nous nous sommes alors heurtés à la disponibilité : forcément le critère qui détermine le plus notre sélection est ce qui est disponible sur le marché, devant faire partie des achats de la bibliothèque.

Il primo criterio è squisitamente critico : ciò che ci sembrava più rappresentativo del panorama internazionale e più bello. Ci siamo poi però scontrati con la reperibilità : inevitabilmente il criterio che più determina la nostra selezione è ciò che è disponibile sul mercato, dovendo rientrare tra i nuovi acquisti della biblioteca. 

Y-aura-t-il des documents d’archives ? Ci saranno documenti d’archivio?

Pas dans notre exposition où ce sont de nouvelles acquisitions mais à côté il y aura d’autres expositions dans lesquelles apparaissent des autoproductions et des matériaux originaux: les xérographies de Bruno Munari du collectionneur Garrera, des œuvres uniques obtenues avec un photocopieur Xerox.

Non nella nostra mostra in cui si tratta di nuove acquisizioni ma accanto ci saranno altre mostre in cui compaiono autoproduzioni e alcuni materiali originali : le xerografie di Bruno Munari del collezionista Garrera, delle opere uniche ottenute con una fotocopiatrice Xerox. 

Est-ce que les auteurs des livres participeront ? Parteciperanno gli autori dei libri?

Une rencontre pour les enfants est prévue avec Daniela Bassi, la créatrice du livre No app de l’editeur Lapis.

È previsto un incontro per ragazzi con Daniela Bassi, l’ideatrice del libro No app di Lapis.

Est-ce que les visiteurs pourront s’installer et lire des livres ? I visitatori potranno sedersi e leggere libri?


Les livres seront accrochés, donc peut-être sera-t-il difficile de les transporter pour s’asseoir, mais ils sont disponibles pour être feuilletés, lus et observés attentivement, également grâce à une série de jeux de découverte qui accompagnent les visiteurs.

I libri saranno appesi, quindi forse sarà difficile portarli in giro per sedersi, ma sono a disposizione per essere sfogliati, letti e osservati con attenzione, anche grazie a una serie di giochi di scoperta che accompagnano i visitatori.

Y-a-t-il des animations à côté ? Ci saranno initiziative per bambini ?

Oui, il y a des visites de jeux pour enfants et adultes. Une carte postale découpée sous la forme de caméra sera disponible pour jouer une sorte de chasse au détail parmi les livres exposés. Dans la salle de Xerographie de Munari, les visiteurs pourront jouer avec le photocopieur et créer leur œuvre originale.

Sì, sono previste delle visite gioco per piccoli e grandi. Sarà disponibile una cartolina a forma di macchina fotografica con cui giocare ad una sorta di caccia al dettaglio tra i libri in mostra.  Nella stanza delle Xerografie di Munari i visitatori potranno giocare con la fotocopiatrice e creare la loro opera originale.

 

Y aura -t-il un « livre d’or » pour recueillir les réactions des visiteurs ? Ci Sarà un libro per raccogliere feedback dai visitatori?
Nous n’y avons pas encore pensé mais nous nous réjouissons de l’idée! Cependant, il y aura une affiche et un petit livre que les visiteurs pourront emporter chez eux avec toutes les infos de l’exposition.

Non ci abbiamo ancora pensato ma accogliamo l’idea ! Ci sarà però un poster e un piccolo libro che i visitatori potranno portarsi a casa con tutte le info della mostra.

Grazie Leyla !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

ROBERT DOISNEAU ET SES ALBUMS INACHEVES POUR ENFANTS

« Figure majeure de la photographie du XXe siècle, Robert Doisneau commence sa carrière de photographe dans les années 1930. Mais c’est seulement à partir des années 70-80 qu’il connait véritablement le succès, avec ses reportages photographiques devenus iconiques sur les bonheurs ordinaires des Français. On retient également ses séries de photographies de gosses de Paris, ses écoliers rêveurs surveillant les aiguilles de l’horloge d’une salle de classe, ses photographies d’enfants qui firent les beaux jours des ouvrages photographiques pour adultes nostalgiques des joies de l’enfance. On sait sans doute moins qu’il réalisa quatre ouvrages à destination de la jeunesse, à commencer par l’album 1,2,3,4,5 compter en s‘amusant qui connut le succès des deux côtés de l’Atlantique, suivi de deux ouvrages pour une collection consacrée à la découverte des métiers, Catherine la danseuse et Marius le forestier, et enfin le conte photographique L’Enfant et la colombe et deux ouvrages qui restèrent inachevés. « 

La suite de mon article est à lire dans le numéro 81 de la revue Histoires Littéraires qui vient de paraître et dont voici le sommaire

Éditorial 

Jacques-Remi Dahan : Correspondance Gabriel Peignot – Charles Nodier II


Joséphine Vodoz : L’image photographique dans les premiers romans illustrés (1890-1905)

Stephen Steele : André Godin et Louis de Gonzague Frick.

Documents
Laurence Le Guen : Robert Doisneau et ses albums inachevés pour enfants

Les loisirs de la poste : Jean-Paul Goujon, Trois lettres-fleuve inédites de Claude Farrère

Aux fonds
Marie-Pier Luneau : De la nécessité de préserver les archives de l’imprimé populaire

Entretien avec Matthieu Letourneux 127

Jean-Yves Mollier : Pierre-Victor Stock et la passion du jeu

Chronique des ventes et des catalogues

Expositions. Balzac et Grandville (Amélie de Chaisemartin) ; Huysmans critique d’art (Romain Enriquez) ; Dotremont et les surréalistes (Marcela Scibiorska)

Marianna Balducci e Fabio Gervasoni sono in Miniphlit

Miniphlit a le plaisir d’accueillir Marianna Balducci, illustratrice, et Fabio Gervasoni, photographe, pour une interview franco-italienne autour de leurs créations en solo ou en couple, l’occasion de découvrir ce qui se fait de l’autre côté des Alpes.

Cara Marianna, come chiami il tuo lavoro ?

Sono ormai più di 10 anni che disegno per mestiere. Ho iniziato a lavorare per la pubblicità, ma presto ho capito che le storie e l’approccio narrativo erano importanti per me e ho studiato per poter trovare un mio posto nel mondo dei libri. Da qualche anno sono quindi a tutti gli effetti un’illustratrice, principalmente per bambini e ragazzi.

Hai fatto libri per adulti ?

Il mio primo libro era rivolto a un pubblico certamente più adulto, anche se lo abbiamo poi portato spesso in scuole medie e superiori. Si tratta de “Le parole necessarie” (scritto da Elisa Rocchi e pubblicato da Ensemble nel 2017), una raccolta di 21 parole inventate per riempire gli ipotetici vuoti della lingua, quando vorremmo indicare un sentimento o uno stato d’animo preciso e ci accorgiamo che le parole del vocabolario non ci bastano più. Ugualmente un libro uscito di recente, “Non è bella ma…” (scritto da Roberta Balestrucci Fancellu, edito da Hop edizioni, 2020) si rivolge a un pubblico più maturo rispetto a quello dell’infanzia: il libro raccoglie donne che hanno saputo imporre nuovi modelli estetici interessanti e di riferimento, specialmente nello spettacolo e nell’arte in generale, anche se qualcuno aveva detto loro che non erano sufficientemente belle per sfondare secondo i canoni dell’epoca.

Mi è poi molto caro un libro rivolto agli adulti e specialmente alla mia città, Rimini: con mio padre abbiamo raccolto e illustrato (partendo dalle fotografie del nostro archivio di famiglia) la storia della nostra famiglia e della comunità del quartiere in cui siamo nati (il Borgo San Giuliano), un luogo pieno di identità e aneddoti, partendo da Marianna, la bisnonna di cui porto il nome, fondatrice di uno storico ristorante (“J anvud dla Marianna (i nipoti della Marianna)”, Roberto Balducci, Panozzo editore, 2018).

Quanti libri per bambini hai realizzato ?

Oltre ai due già citati, ho pubblicato una decina di libri per bambini. Sono contenta di essermi cimentata in libri rivolti a fasce d’età molto diverse: dai bambini piccolissimi (con “Il viaggio di Piedino”, per esempio), ai bambini più grandi con album illustrati e narrativa. Sono contenta che, sempre di più, ci siano proposte per lavorare con il mio mix di disegno e fotografia per raccontare anche storie molto diverse. Una recente a cui tengo molto, per esempio, è “Verde speranza” (scritto da Stella Nosella, L’Orto della cultura edizioni) dedicato alla città di Amatrice, distrutta da un violento terremoto alcuni anni fa e ancora in via di ricostruzione. In quel caso ho lavorato proprio su fotografie scattate in quei luoghi dopo la tragedia da un fotografo del luogo (Francesco Patacchiola).

Chi sono i tuoi lettori ?

Il pubblico dei miei libri è principalmente quello dei bambini, ma mi seguono anche molti adulti che si appassionano al mio sguardo, specialmente quando, combinando fotografia e disegno, li incoraggio a osservare le cose di sempre con occhi nuovi. Raccontare ai bambini mi piace e mi è di grande stimolo. Lavorando per loro e con loro, cerco di non perdere mai quella vivace curiosità verso le cose e la naturale empatia verso gli altri.

Dove trovi l’ispirazione ?

Vengo da studi di moda (un percorso un po’ anomalo per un’illustratrice) e la moda mi ha insegnato a fare ricerca collegando anche ambiti creativi molto lontani. Non smetto mai di fare archivio quindi raccolgo fotografie, articoli, video. Arricchire questo repertorio personale mi è di grande aiuto quando poi lavoro sui miei progetti che partono quasi sempre da spunti o situazioni molto quotidiane dove l’immaginazione, però, può cambiare e ribaltare tutto quanto.

Chi sono I bambini sulle fotografie ?

Ho iniziato a lavorare sulle foto di persone con il progetto “Questo non è un album di famiglia” raccogliendo fotografie dai mercatini dell’usato e inventando per i soggetti delle nuove storie. Questo progetto si è poi evoluto in “100 bambini”, una raccolta di foto-illustrazioni dedicata ai 100 anni che avrebbe compiuto nel 2020 Gianni Rodari (un autore per l’infanzia a cui devo molto). In questo caso, le foto appartengono alla mia community: sconosciuti che seguono il mio lavoro, amici e colleghi hanno risposto a una call che ho lanciato sui social network l’anno scorso e hanno composto il cast di questa nuova raccolta dove con il disegno invento per loro una nuova piccola storia, un nuovo destino.

Come nascono i libri ?

Ho avuto la fortuna di lavorare a progetti molto diversi e in modalità diverse. Anche quando il progetto è molto personale, il libro resta un bellissimo lavoro di squadra. Ci sono stati molti casi in cui sono stata coinvolta tantissimo nel lavoro di realizzazione del libro anche se non ero l’autrice del testo e mi è sempre stata data grande fiducia nella stesura dello storyboard e nell’adottare certe scelte estetiche. In un caso speciale invece, per il libro “Io sono foglia” (Angelo Mozzillo, Bacchilega 2020), è nata prima l’immagine di copertina e solo alcuni anni dopo il libro, quando è arrivato l’autore giusto che, partendo dal mio lavoro, ha scritto un testo bellissimo e riaperto il canale delle immagini.

Lavori da sola sulla storia ?

Dipende. Spesso sono gli autori o gli editori a coinvolgermi per costruire insieme un progetto sulla base di una storia già pronta. Negli ultimi tempi sto lavorando per strutturarmi meglio anche come autrice, per confezionare proposte che siano sempre più personali e vicine al mio modo di vedere, specialmente per progetti foto-illustrati. Ho sempre uno sketchbook (cartaceo e digitale) dove appuntare idee e soggetti per poterci poi lavorare con il tempo giusto.

Perché lavorare con la fotografia ?

La combinazione di disegno e fotografia mi sembra un mezzo molto immediato per mostrare come funziona l’immaginazione se la teniamo in esercizio: ciascuno di noi ha la capacità di giocare con le immagini e con il mondo che lo circonda e, attraverso la fantasia, riempie i vuoti (visivi ma anche emotivi) per dare vita a nuove storie (e magari risolvere anche dei problemi). Non servono mezzi sofisticati per innescare la creatività che può risvegliarsi ovunque: dal cavatappi del cassetto della cucina alla foglia d’autunno che sembrava ormai senza vita. In questo senso credo che il mio lavoro sia spesso molto più simile al trovare che all’inventare. Come un investigatore, guardo il mondo attorno a me e cerco le storie nascoste; con il disegno mostro agli altri la mia visione del mondo e spero di incoraggiarli a giocare con me.

Di che cosa parlerà il tuo prossimo libro ?

Si intitolerà “Oltre il muro” (uscirà a ottobre con Terra Nuova edizioni) ed è una storia scritta da Beniamino Sidoti. La storia racconta di due gruppi di bambini, al di qua e al di là di un muro, che cercano di comunicare nonostante i molti ostacoli che tutto e tutti sembrano metter loro di mezzo pur di scoraggiarli. Proprio il muro sarà l’unico elemento fotografato, in questo caso per accompagnare i lettori verso un finale un po’ a sorpresa che non voglio svelare 🙂

Quale libro preferivi quando eri piccola ?

Ho avuto la fortuna di maneggiare tanti libri con una grande varietà di immagini fin da piccolissima (anche cataloghi d’arte, visto che mia mamma è una pittrice). Tra i libri sicuramente più amati da bambina ci sono “Il libro dei perché” di Gianni Rodari illustrato da Emanuele Luzzati e “Il Barone di Munchhausen” scritto da Leone Bosi e illustrato da Adelchi Galloni.

Cher Fabio, avez-vous des maîtres en photographie ?

Mon activité photographique est étroitement liée à la photographie de voyage et au reportage, mais tous les auteurs que j’aime ont en commun une attention particulière à la composition. Je pense au chaos ordonné d’Alex Webb, aux couleurs et aux géométries de Franco Fontana, au minimalisme de Michael Kenna.

Quant à la photolittérature jeunesse, j’aime le travail et l’oeil photographique de Baek Heena, une auteure coréenne qui crée les miniatures des personnages de ses livres et les photographie de manière extraordinaire, dans une vrai mise en scène, avec des lumières et des compositions toujours raffinées.

Quelle relation avez-vous avec le livre dans le cadre de votre métier ? est-ce un lieu d’expression privilégié ? depuis quand ?

La photographie n’est pas mon travail principal. Cela me permet de me consacrer exclusivement à des projets et des choses dont je suis passionné.

Je me suis  toujours consacré à la photographie de voyage, en organisant également des voyages pour les passionnés de photographie, pour découvrir de nouveaux endroits en suivant mes conseils. En même temps, je photographie pour des événements et pour la publicité, donc les livres ne sont qu’une petite partie de mon activité photographique, du 2017.

Pourquoi ou bien à quelle occasion avez-vous décidé de vous tourner vers la littérature jeunesse ?

L’opportunité de collaborer avec mes photographies à la création d’un livre pour enfants s’est présentée en 2017. Ma femme, Marianna Balducci, est illustratrice. Nous avions auparavant collaboré, expérimentant un langage mixte de photographies et d’illustrations pour des campagnes publicitaires et des projets artistiques.

Ce langage était considéré comme original, mais de nombreux éditeurs ont refusé de le publier car elle n’aurait pas rencontré l’intérêt des enfants. Angela Catrani, qui était editor de la maison d’édition Bacchilega Junior, y a cru et a confié à Marianna la création d’un livre pour les tout petits enfants, en utilisant mes photographies: «Il viaggio di Piedino (Le voyage de Petit Pied)».

Ce livre a rencontré un vif succès, remportant le Prix National Nati per Leggere 2018 dans la section 6-18 mois (l’un des prix les plus importants en Italie pour la diffusion de la lecture dans l’enfance) avec une motivation qui récompense la méthode photographique: « Ce livre a réussi à réunir deux langages visuels différents, dans ce dialogue la partie photographique est la plus convaincante ».

Comment en êtes-vous venu à travailler avec Marianna ?

Vivant en contact étroit, la rencontre de nos deux langages artistiques était inévitable. Nous aimons tous les deux expérimenter et étudier de nouvelles choses, donc nos mondes et expériences ont convergé et se sont rencontrés en s’influençant mutuellement.

 

-Combien de livres avez-vous réalisés ensemble ?

J’ai pris des photos pour 3 de ses livres, mais j’ai aidé Marianna dans la phase photographique de ses autres livres.

«Il viaggio di Piedino» et «Il Sogno di Ditino», édités pour Bacchilega Junior et conçus pour les très jeunes enfants. Ces deux livres accompagnent les enfants à découvrir leur propre corps et l’environnement qui les entoure. Les seuls éléments photographiés sont le pied et la main, dans lesquels les enfants reconnaissent immédiatement les leurs.

«La vita nascosta delle cose (La vie cachée des choses)», publiée pour Sabir, est une collection de photos illustrées à partir d’objets domestiques, mais souvent inutilisées dans la vie d’aujourd’hui. Chaque objet a sa propre histoire qui est révélée par les illustrations de Marianna. Ainsi un tire-bouchon peut devenir un avion, des plumes naviguent comme un bateau, une sonnette abrite un cirque entier.

-Qui sont vos lecteurs ?

Pour les deux premiers livres, les vrais lecteurs sont les parents, qui doivent accompagner les enfants pour découvrir la lecture et les livres illustrés pour enfants, impliquant les plus petits.

« La vita nascosta delle cose » est dédiée à toutes les personnes (enfants et non) qui veulent imaginer, découvrir le monde devant elles avec des yeux toujours nouveaux.

En général, le langage photo-illustré permet, en mêlant concrète et fantastique, de déclencher des histoires potentiellement partout, à chaque instant de notre journée, c’est une façon de voir et de concevoir le monde qui nous entoure.

-Où travaillez-vous ? en studio ? en plein air ?

Pour les livres confectionnés jusqu’à présent, j’ai toujours travaillé en studio, créant un set neutre, pensant qu’il aurait déjà été enrichi par les dessins de Marianna.

Cependant, il existe d’autres projets liés au voyage (ma grande passion), avec des photographies en plein air.

-Comment se fait la construction d’un de vos livres ? travaillez-vous ensemble à la conception des images ? du récit ? des illustrations ?

La conception des images change en fonction du projet: si Marianna a déjà en tête l’image qu’elle souhaite obtenir, alors je suis ses instructions et photographie exactement ce dont elle a besoin; sinon, je prends plusieurs photos du même sujet, ne connaissant que l’idée générale du projet, et elle s’inspire des images que je lui propose.

Par exemple, pour «Il viaggio di Piedino», j’ai pris beaucoup de photos, parce que je travaillait avec un très jeune enfant, mais ils ont déjà été pris connaissant le storyboard et sachant quelles poses le pied aurait dû prendre.

-Quel est votre souvenir de lecteur enfant ?

Enfant, j’aimais les atlas et les grands livres encyclopédiques avec beaucoup d’images et de photographies, j’aimais passer facilement d’un sujet à l’autre, mais surtout j’étudiais les livres dédiés aux animaux.

 

Merci Fabio ! Grazie mille Marianna !

Pour découvrir d’autres créations de Marianne : https://www.facebook.com/mariannabalducciillustrator/

Pour découvrir les créations de Fabio :  http://fabiogervasoni.com,

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

VENGEANCE ET CHÂTIMENT EN LITTERATURE JEUNESSE DANS LA REVUE MUSEMEDUSA

« Vengeance et châtiment dans l’univers des livres pour enfants, l’exemple des contes visuels d’Albert Lamorisse »

Si la littérature de jeunesse comporte très peu de références explicites à la déesse Némésis, son mythe a néanmoins laissé des traces visibles dans l’histoire des productions pour enfants. Cet article part à la recherche de ses différents avatars dans les contes de fées et contes moraux, mais également dans les contes visuels d’Albert Lamorisse, Bim le petit âne, Crin Blanc et Le Ballon Rouge publiés dans les années 1950. Cette étude permet de mettre en avant d’autres manifestations possibles de la déesse de la vengeance et de la mesure. Cette recherche des traces laissées par Némésis est également l’occasion de s’interroger sur le besoin de vengeance du lecteur enfantin.

Although children’s literature contains very few explicit references to the goddess Nemesis, her myth has nevertheless left visible traces in the history of children’s literature. This article sets out to research her different avatars in fairy tales and moral tales, but also in the visual tales of Albert Lamorisse, Bim le petit âne, Crin Blanc and Le Ballon Rouge published in the 1950s. Highlighting other possible manifestations of the goddess of revenge and measure, the search for traces left by Nemesis is also an opportunity to test the child reader’s need for revenge.

Pour lire l’article sur le site de la revue MuseMedusa, c’est ici http://musemedusa.com/dossier_8/le_guen/