Dans l’objectif de Séverine thevenet : Litli soliquiétude

Litli, septembre 2019, Beurre Salé

Qui est Litli ? un lutin islandais ?  un voyageur ? un double de l’autrice partie en 2001 à la rencontre des paysages d’Islande ?

Litli,  haut comme trois pommes,  arpente les quais d’une grande ville en noir et blanc, les yeux rivés au sol et semble ployer sous le poids de son sac ou de l’ennui. Un matin, il se lève et redresse enfin la tête. Dehors, le monde est celui qu’il affichait en carte postale au mur de sa chambre. Loin des pavés gris, rectilignes et monotones, le voilà à crapahuter plein d’entrain au creux d’une nature en couleurs dont les formes étranges réveillent ses sens et font naître mille histoires dans son esprit. 

Séverine Thevenet, sa photographe, nous a accordé un entretien, l’occasion de revenir sur cette réédition de Litli Soliquiétude en 2019 et sur ses autres ouvrages mais aussi d’évoquer la difficulté pour faire accepter les livres photographiques. 

Tu indiques dans le dossier de presse de Litli :  « Il y eut la rencontre et les commentaires de quelques éditeurs, jusqu’à « Où sont les enfants ? » qui ont ouvert les bras à Litli et l’ont adopté tel qu’il était ». J’ai le souvenir moi-même d’avoir interrogé pendant mes recherches des éditeurs réfractaires à la photographie. Est-ce ce que c’est ton expérience ?

Litli, c’est ma toute première experience  d’auteure. Je suis partie avec Litli sous le bras à Montreuil et j’ai démarché des éditeurs qui me plaisaient. J’ai rencontre pas mal d’ éditeurs. Thierry Magnier a trouvé Litli très beau mais il venait d’éditer un livre avec un ourson et trouvait que c’était doublon. Ensuite, j’en ai vu beaucoup d autres. Ce qui m a surprise, c’est que, soit cela ne les intéressait pas parce que c’était de la photo, soit cela les intéressait, mais comme Litli n’est pas très réaliste, ils voulaient changer tout et ne comprenaient pas mon livre. J’étais tellement sûre de mon livre que j’ai continué et je suis arrivée chez  « Où sont les enfants ? Lui (Tieri Briet) était un vrai artiste qui défendait les photos et avait des coups de cœur. Il a dit « oui » tout de suite. C’était un beau cadeau !

Pourquoi avoir fait disparaître le texte dans cette nouvelle édition ? 

Le premier éditeur (Litli a été réédité en 2019) m’avait recommandé fortement de travailler avec un auteur parce que je n’étais pas connue et que les livres sans texte cela faisait peur aux mamans. J’ai donc accepté . Il m a présenté Catherine Leblanc. On a beaucoup retravaillé ensemble. Dans les écoles, je le présente souvent sans le texte car les photographies peuvent exister sans les mots. Les photos sont une porte ouverte pour que l’enfant raconte seul. Il n’a pas besoin d’un texte. Pour autant, certaines phrases de la première édition emmènent ailleurs et c’est chouette.  Mais quand j’ai pu le rééditer, j’ai préféré qu il n’ait pas de texte.

 


avril 2008, Litli, éditions Où sont les enfants ? avec Catherine Leblanc

Pour cette nouvelle édition de Litli Soliquiétude, nous sommes plongés dès la couverture, entièrement photographique, aux côtés de ton personnage et dans le monde qu’il découvre. Pourquoi ce changement par rapport à la première édition ? Est-ce un souhait de plonger le lecteur, dès le seuil de l’ouvrage, dans l’image et juste l’image ?

Les couvertures c’est le choix des éditeurs, souvent. C’est un écrin. L ‘editrice de « Beurre Salé » m’a dit : « On fait pleine page ! ». J’étais surprise parce que j’étais habituée à la premiere version, mais maintenant l’image saute aux yeux et c’est très bien comme ça.

Dans la première édition, qui était donc le narrateur ? Était-ce Litli, qui s’adressait au lecteur ? Souvent il semble nous fixer de ses deux petits yeux noirs d’ailleurs.

L’autrice ne m a pas dit qui parle. Pour moi c’est Litli qui parle, mais à vrai dire, je ne me suis jamais posée la question. Le texte ne m’appartient pas trop en fait et c’est assez drôle, mais je ne me suis jamais interrogée sur l’origine de la voix. Le texte fait comme une petite voix intérieure quand je le lis, mais je ne sais pas qui parle. Donc finalement, et c’est étrange, mais je ne sais pas quoi te répondre. 

Comment imagines-tu l’attitude de ton lecteur tournant les pages de Litli Soliquiétude ? Que se passe-t-il dans sa tête, selon toi ?

Ce que j’ ai remarqué, c est que les enfants, et particulièrement ceux d’IME, sont beaucoup plus attentifs que les adultes et voient des choses que les adultes ne voient pas. Dans le livre, au début, tout est en noir et blanc sauf le cadre accroché dans la chambre, et à la fin du livre, c’est l’inverse. Cela, les enfants le captent tout de suite et pas les adultes. En fait, les enfants voyagent dans l’image. Ils cherchent plus que l’adulte qui prend le livre dans la globalité. Les enfants se posent des questions et rentrent vraiment dedans.  

Te souviens-tu de ce jeu sur la forme des nuages ? Je pense à cela quand je contemple la nature dans les pages de Litli.

En fait au depart, j ai eu une bourse pour aller faire des photographies en Islande, sur les traces de lumière. Suite à ces images en couleur, je suis retournée plusieurs fois et avec ma marionnette. J’ai fait des photos en la mettant en scène dans la nature, sans me raconter d’histoires, intuitivement. Quand moi je voyais des formes, je prenais des photos . Quand j ai composé le livre, j’ai choisi des images où on voyait des formes. Quand je le présente aux enfants, je les invite à regarder et à s’exprimer. On travaille aussi sur le regard : certains voient un dragon, ou un loup, un dinosaure. Pourtant, on a tous les mêmes yeux, mais on ne voit pas tous la même chose. On  n ‘a pas tous  la même imagination.

Est ce que Litli va avoir de nouvelles aventures ?

Je voulais, mais j’ai fini par découvrir d’où venait ce personnage que j’avais trouvé en brocante. C’est le personnage allemand du marchand de sable et c’est un personnage connu. Il lui ressemble moins  puisque je l’ai remanié, mais encore trop ! Alors, soit je travaille avec la télévision allemande, soit j’arrête !  Finalement, j’ai choisi de ne pas continuer avec lui.

Tu as d autres projets de livre avec des mises en scène de personnages  ? 

J’en ai pas mal d autres, mais ça coince au niveau des éditeurs. En règle générale, ils disent que la photo n’est pas pour les enfants. Même les textes, il faut toujours qu’ils soit écrits d une certaine manière. Il faut que ce soit très simple. Dès que c’est trop imagé , on pense que le parent ne peut plus accompagner l’enfant. C’ est bizarre. J’ai un livre qui sort chez Beurre Salé mais c’est un livre sans photo. J’ai besoin que mes livres sortent et du coup je dois faire autre chose. J’aime aussi ces nouveaux projets et partager avec les illustrateurs.

Je reste optimiste mais ce n’est pas simple.


Janvier 2015, éditions de  L’âne bâté , Des signes et moi…, imagier en langue des signes avec Cendrine Genin, Janvier 2017, ENTRE NOUS, imagier en langue des signes pour les 0 A 3 ans édition de L’ âne bâté.

Dans Des signes et moi et Entre nous, réalisés avec la photographe Cendrine Génin, quel est ton rôle ? 

On m avait proposé de faire des ateliers avec les sourds et muets et Cenrine m’avait aussi parlé de son envie à elle. On a décidé de travailler ensemble sur ce projet. On a commencé a faire des ateliers, sur les traces de lumière pour moi et les portraits pour elle. Au bout de deux trois ateliers, Cendrine m a proposé d’en faire un livre. Les enfants étaient très photogéniques et très forts dans leurs expressions. Ce livre, c’est un vrai livre à quatre mains. Il n y a pas d’ ego entre nous. On choisit la meilleure photo et c’est tout. Quand on n’est pas d accord, c’est qu il faut recommencer la photo et travailler autre chose. Les illustrations, c’est souvent les miennes et les portraits, c’est elle, mais en fait on s’en fout car c’est un vrai travail à quatre mains ! 

Dans Ma grand-mère ou l’enfance dans un corps sage, tu travailles avec le photographe Serge Gutwirth.


Octobre 2009 , Ma grand mère ou l’enfance dans un corps sage, éditions La cabane sur le chien photographe Serge Gutwirth , réédité aux éditions du Jasmin

Apres Litli, je suis rentrée dans l’univers de la littérature jeunesse et j’ai adoré cet univers. J’ai rencontré beaucoup de gens. A ce moment, je circulais aussi avec ma marionnette dans les rues et j’ai imaginé en faire un livre.  J’ai rencontré ce photographe, qui faisait surtout des portraits de gens, et je lui ai demandé de me photographier. Au départ, je voulais  être  juste la marionnettiste et l’auteure des textes, mais j’ai fini par faire les mises en scène moi-même, les montages, les traces de lumière. Tout est de moi, sauf la photo. La photo, c’est son regard de photographe, de beau photographe. Les cadrages sont de lui. Toute la douceur de ce livre vient de  son regard.

Moi j ai perdu ma grand-mere qui était très importante pour moi. J’ai souffert de ce manque. En arrivant à Paris, j’ai vu des vieux tout seuls, derriere leurs fenêtres. J’étais en colère. J’avais envie de créer un gang de vieux, tu vois, et de les mettre dans la rue ! J’ai déambulé avec ma marionnette de mamie Violette et la rencontre se faisait avec les gens. Ils étaient touchés par mamie violette qui leur rappelait leur propre grand-mère. Ce livre, c’est tout ce que j’ai vécu dans la rue, plus des petits mots tirés de ce que j’ ai vécu avec ma grand-mère. 

Il y a des moments très drôles dans ton livre.

Oui, il  était intéressant de montrer des décalages. Il a bien marché ce livre, surtout  sur les salons. Ce sont surtout des adultes qui l’achètent. C’est un livre transgénérationnel. C’est un cadeau qui se partage.

La mise en page ne me  convenient pas plus que ça. Je l’avais conçu plus comme un carnet de voyages, avec des objets.  Il aurait mérité plus de matières, plus de chaleur. Il aurait peut-être fallu mettre un autre papier…

Comment as-tu travaillé sur l’imagier J’aime-J’aime pas  ? Je m’interroge : as-tu conçu les images ou les petites phrases d’abord ?

C est Thierry Magnier qui m’a fait rencontrer Le Rouergue. C’est grâce à cette rencontre que je l’ai fait. Il lançait la nouvelle collection « Yapasphoto ». J’ai cherche moi-même le concept et j’ai amené clefs en mains le livre j’aime-j’aime pas et la responsable de la collection a adoré. Elle m a vraiment bien accompagnée. 

Je suis plutôt une travailleuse intuitive. Des fois, je travaillais avec ma fille, je faisais une image. Je me nourrissais de ce que je vivais avec elle. A l’époque, elle alignait beaucoup de choses. Je lui ai refait faire des alignements. Des fois, j’ai créé des mises en scènes, des fois non, c’était juste ce qui se passait devant mes yeux. Ensuite, je créais des textes.

As tu une préférence pour un de tes livres ?

Litli est un de mes préférés avec Ma grand-mère. Les deux, c’est vraiment ce que j’aurais aimé faire en tant qu illustratrice. Par la suite, je n’ai fait que des imagiers. Ce sont des beaux projets, mais ça reste de l alphabet, des mots, du sens… 

La fiction et la photo… L’imagier, c’est rassurant !

Et pourtant, avec une couverture photo, les gens se précipitent ! La photo, c’est un outil comme un autre. Je travaille  la photo comme un stylo. Il y  a autant de poésie et d’imaginaire qu’ avec un dessin. J’aimerais vraiment qu un jour des éditeurs y croient ! 

Est-ce que tu as un livre qui t’a marquée dans ton enfance, photo ou pas ? 

Celui qui m a beaucoup marqué, ce sont les Contes de la rue Broca et plus petite, les classiques avec la clochette pour tourner les pages. J’aimais les livres audio qui permettent de lire seul. Et puis à 12 ans, c’est L’ Écume des Jours ! En fait, je comprends, car c’est une écriture en images. Et donc pour moi, soit on écrit en images, soit on fait des images qui racontent des histoires. Et c’est chouette d’avoir les deux dans un livre, mais il ne faut pas que l’un étouffe l’ autre ! 

Merci Séverine ! 

Le blog de Severine Thevenet :http://soliquietude.canalblog.com/


Mai 2010, J’aime/ j’aime pas, éditions du Rouergue,  collection Yapasphotos

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

Claire Dé est l’invitée de miniphlit !

© Claire Dé , édition Les Grandes Personnes, 2013.

A toi de jouer, Arti show, A toi de jouer, Big Bang Book, les Albums Mains… Les albums photographiques de Claire Dé sont, selon ses propres mots, des « galeries portatives », des « inventaires » visuels de notre monde, une « grande fête » dont les invités sont les objets cueillis dans la nature ou notre quotidien. Sous son objectif, fleurs, cailloux, fruits, légumes… s’animent, jouent entre eux et avec les lecteurs, questionnent, bousculent, provoquent des petites décharges qui vous bousculent joyeusement.

Discuter avec Claire Dé c’est évoquer la campagne bretonne, les copains artistes, le plaisir de la rencontre avec les lecteurs, les souvenirs de lectures enfantines, le rôle des médiathèques, la complicité avec certains éditeurs.

Discuter avec Claire Dé est un feu d’artifice, comme ses ouvrages.

© Claire Dé

Qui sont vos lecteurs ? Comment les imaginez-vous en train de s’approprier vos livres ? Est-ce qu’on peut les lire plusieurs fois ?

Lorsque je travaille sur un nouveau projet de livre, je tiens à ce qu’il soit différent de mes précédents ouvrages, qu’il me permette de me renouveler sur le plan créatif, d’explorer un nouvel univers, une nouvelle façon de jouer avec l’image photographique, de la mettre en scène dans cette petite architecture de papier qu’est l’objet livre. Je cherche à réinvestir le dialogue entre fond et forme grâce aux nombreuses possibilités offertes par le livre, du codex le plus simple (Ouvre les yeux !) au livre objet (À toi de jouer!), en passant par le loporello (Qui suis-je ?), le tout carton (Imagine, c’est tout blanc…), les systèmes de pages à rabats comme des retables de papier (Arti Show)… J’aime profondément la diversité, qu’elle soit artistique, culturelle, formelle, humaine, alimentaire.

© Claire Dé , Les Grandes Personnes ,2010

Mes livres qui sont avant tout des albums visuels sont très construits, architecturés, même quand il s’agit d’inviter le lecteur à se perdre dans les pages comme dans Ouvre les yeux !. Au-delà de l’expérience esthétique, tout est là dans les images pour que le regard puisse prendre appui. La façon dont j’assemble mes photographies est en soit une proposition de lecture qui est plus ou moins explicitée — par le titre de l’album, le visuel de couverture, des bribes de texte à l’intérieur — en fonction de cette part de liberté, d’autonomie que je laisse au lecteur. Mes titres ont souvent valeur d’invitations communiquées sous forme d’injonction : Ouvre les yeux !, À toi de jouer !, Compte sur tes doigts !, Imagine, c’est tout blanc…, ou de question Devine à quoi on joue ?, Qui suis-je ? Mais ouvrir les yeux pour quoi faire ? Sur quoi ? Et comment ? Compter ? Des lignes, des couleurs ? Des objets ? À travers ces invitations, je cherche à établir un premier contact avec le lecteur. Qui se pose la question « Qui suis-je ? » en couverture de mon dernier album ? L’adulte qui lit à l’enfant et à voix haute le titre ? L’enfant représenté sur la photographie en couverture ? La pomme ? Bien sûr, cette question est surtout là pour que l’enfant lecteur se l’approprie, se la mette concrètement en bouche, et se la pose lui même en jouant à répéter le titre… Mais elle est valable pour tous les protagonistes de cet album : « qui sont-ils ? ». Et le petit enfant qui n’a de cesse de questionner le monde aura grand plaisir à goûter aux délicieux balbutiements du questionnement identitaire, philosophique, mais aussi à manger des yeux des fruits inconnus, des couleurs, à croquer des visages…

© Claire Dé

Certains de mes albums énoncent clairement des règles du jeu comme dans À toi de jouer !. Cela paraît simple au début, mais le contenu du livre est si vaste que cette proposition se démultiplie à l’infini et le lecteur doit prendre les choses en main pour relever le défi… Oui, jouer, c’est un peu sans fin et c’est un investissement sérieux, une activité, un travail ! Ce qui n’empêche pas, l’humour, ni la dérision.

Mes lecteurs sont à l’image de cette multiplicité que je viens d’évoquer. Ils ont de nombreux visages. Bien sur, d’abord, des enfants, parfois même des tout petit, des bébés… J’ai aussi des lecteurs adultes, sensibles à l’image photographique, des étudiants en art, des amoureux des livres d’images, ou des livres surprenants, un peu différents… Enfin, la lecture des bibliothécaires est très importante à mes yeux, car ces professionnels du livre en ont une approche riche et dynamique, ils sont médiateurs de mes albums. Leur rôle est essentiel dans la diffusion d’un travail comme le mien.

Je ne destine pas mes livres à une tranche d’âge en particulier. Je crois que la lecture d’un livre visuel, c’est un peu comme la découverte d’une œuvre d’art, chacun va réagir en fonction de sa sensibilité, de sa personnalité, en fonction du moment où cette rencontre va avoir lieu, de sa disponibilité… Un an après la parution de Arti Show, j’ai par exemple eu la bonne surprise d’avoir des retours de professionnels de la petite enfance qui avaient montré l’album à des bébés en crèche. L’idée que de très jeunes enfants puissent regarder des poires à rayures, des tomates bleues et des poivrons acrobates en gazouillant et en écarquillant les yeux, me réjouit beaucoup. L’enfant et l’enfance représentent quelque chose de très important dans ma vie d’adulte. Ils me renvoient au jeu comme une activité moteur, à l’absence d’à priori, à l’énergie, à l’élan de vie, à l’importance de la matière dans la relation au monde, mais aussi au langage du regard, à l’expression spontanée des émotions… Mes livres sont des invitations à prendre plaisir, le plaisir du beau, de la rencontre esthétique, celui de la découverte, du jeu, de l’invention de soi …

© Claire Dé , Les Grandes Personnes , 2016.

Pourquoi la photographie plus que le dessin ? Lui accordez-vous le pouvoir de faire advenir l’imaginaire ?

La photographie s’est imposée à moi naturellement car j’aime jouer avec le réel et mettre en scène des objets, des matières, des éléments naturels… Si je prends l’exemple de la nature morte, la représentation picturale est aujourd’hui dépassée. L’installation in situ et la photographie ont bouleversé le genre. Je joue, je construis, j’installe, je peins, je bricole, j’arrange, je combine, je photographie… Dans l’ordre, le désordre, cela dépend. Parfois je réalise une première série d’images assez spontanées. Je regarde ce que cela donne. Puis, je vais faire une seconde, voire une troisième série, en reprenant tous les points de détail. Au départ, je travaille toujours de façon intuitive, sans trop savoir où je vais. Et puis, les choses s’éclaircissent au fur et à mesure que le projet avance. Je recherche alors à obtenir une forme d’évidence dans l’image, de la simplicité, de la lisibilité. En ce sens, je travaille comme une photographe de studio, même quand mes prises de vue se déroulent à l’extérieur, en plein air. La photographie me permet de recommencer plusieurs fois, d’ajuster, de varier le cadrage, l’angle de prise de vue, de contrôler la lumière, de mettre en scène.

Cadrer, c’est déjà transformer, supprimer ce que l’on ne veux pas voir. C’est CHOISIR. Certains objets, ou certaines matières sans réel intérêt à l’œil nu vont être complètement transformés, magnifiés par la lumière et la photographie. Et vice et versa. Et puis, c’est très physique, cela implique de nombreux mouvements, des allers et venues dans tous les sens. Il faut se déplacer pour trouver des matériaux à droite et à gauche, farfouiller, construire, installer, rêver l’image, la réaliser, lui trouver sa place dans l’objet livre… Ce travail réunit des expériences et des temps variés, et j’aime cette diversité qui perdure et se prolonge encore après la publication du livre avec la conception d’expositions, d’installations jeux, la pratique d’ateliers, la rencontre avec les lecteurs.

La photographie est pour moi d’une certaine façon une recréation du monde. Je n’en donne à voir que des images dans lesquelles je joue à ma guise avec les formes, les couleurs, les matières, la lumière, le mouvement… un peu comme dans une comédie musicale. En ce sens, je me sens assez proche des intentions artistiques de Jacques Demy : enchanter le quotidien ou donner à voir ce qu’il a de plus extraordinaire, faire advenir l’imaginaire, la beauté, la poésie, le jeu dans la vie de tous les jours… Quand le réel fait déjà une grande partie du travail, il n’y a plus qu’à amplifier, tirer des fils, choisir un angle, donner un relief particulier aux choses. Sinon, je m’amuse à les façonner, à les organiser selon mes envies…

© Claire Dé

Qui sont vos maîtres en photographie ? Vous inscrivez-vous dans une filiation ? Je pense notamment aux photographes des années 30 qui avaient pour projet de nous montrer la beauté du monde qui nous entoure ou au First Picture Book de Steichen, mais aussi à Tana Hoban. Mais je me trompe peut-être…

J’ai découvert le travail de Tana Hoban alors que j’étais déjà adulte. J’aime beaucoup ses livres, mais je me sens moins ancrée dans le réel qu’elle ne l’était dans ses photographies car la photographie de studio est irréelle par définition. Deux de ses livres ont beaucoup comptés pour moi au début de ma carrière d’auteur, Blanc sur noir et Noir sur blanc. Paradoxalement, ce ne sont pas des albums de photographies pures, mais d’images crées à partir de photographies. J’aime la beauté des ces aplats noirs et blancs, et la délicieuse présence de l’enfance dans ces deux minuscules albums. Tout petit, mais tellement forts ! L’œuvre de Steichen me parle totalement. Je ne connais pas tout, mais ses natures mortes d’objets minimalistes et graphiques me font le même effet, dans un autre registre, que l’asperge de Manet peinte en 1880, celle une évidence ! J’ai lu adolescente Le partis pris des choses de Francis Ponge. J’ai le souvenir aujourd’hui d’avoir vécu cette lecture comme une révélation. Un poème pouvait donc être la chose elle-même. Une image de poire noire peut-elle représenter l’essence, l’idée de la poire ? Mon intérêt pour les années 30 dépasse le domaine de la photographie. Si l’on songe que Oskar Schlemmer a créé son ballet triadique en 1922, que Kandinsky a écrit un livre historique en 1926 sur les formes primaires dans les arts graphiques, que l’idéologie démocratique et l’esthétique novatrice du Bauhaus perdure encore aujourd’hui, que Calder a réalisé son premier mobile en 1933, oui, je me sens effectivement proche des explorations lancées à cette époque. Outre la dimension artistique de mon travail, j’aime penser qu’il peut avoir une dimension sociale en donnant à voir du beau dès le plus jeune âge et de manière accessible. Le livre étant l’objet de démocratisation culturelle par excellence.

Pour répondre plus directement à votre question, je n’ai pas de maître à proprement parler. J’aime l’idée de me promener, de découvrir, de passer d’une œuvre à l’autre. J’ai une culture photographique, mais mes préférences vont davantage vers la sculpture ou l’installation lorsque le geste artistique transforme la lecture de l’espace — qu’il s’agisse de Landart ou de travaux davantage optiques comme ceux de Georges Rousse­. Les grands peintres de la couleur m’émerveillent aussi. Mais je peux aussi bien rester bouche bée devant une nature morte de Juan Sanchez Cotan, un peintre espagnol du 16e siècle que devant l’œuvre d’un artiste contemporain mexicain ou japonais ! Je crois que j’aime l’art, tout simplement et que la rencontre avec les œuvres m’apporte du bonheur, du bien être, de la nourriture. Un livre doit pour moi être à la hauteur de ce défi.

© Claire Dé , Les Grandes Personnes , 2015

Pourquoi autant de couleurs ? Même vos photographies en noir et blanc dans Arti Show semblent être en couleurs.

J’aime à penser que l’on peut faire l’expérience de la couleur dans un livre. Certes, cette expérience n’est pas aussi directe que celle que l’on peut vivre dans une œuvre immersive par exemple, où l’on peut littéralement se plonger dans la couleur, ou se couvrir de couleur. Le livre reste un objet de petite taille en comparaison avec un tableau ou une sculpture qui peuvent être beaucoup plus grands, inverser le rapport de l’échelle avec le corps du spectateur, et donc avoir un impact, un effet puissant sur ce dernier. Je ne peux essayer de « rivaliser » qu’en sollicitant très activement la vue, en donnant à voir la couleur avec intensité. J’aime passionnément la couleur. Je ne suis pas en train de dire que je préfère le bleu au jaune, ou le vert au rose… La couleur est un monde en soi. La couleur est peut-être le sujet qui prend le dessus dans mon travail. La couleur, c’est de la musique, c’est du rythme, c’est de l’émotion, de l’énergie qui traverse le corps et provoque une vaste palette d’émotions… La couleur, c’est aussi une infinité d’associations mentales qui amène chacun à puiser dans sa mémoire. Elle mérite bien des égards. Elle mérite qu’on prenne le temps de la regarder, de la ressentir. Et c’est pourquoi je ne réalise presque jamais d’images multicolores. Je préfère les travailler et les donner à voir une par une, ou dans des jeux de combinaisons très limités. « Ouvre les yeux ! » est construit comme un nuancier couleur. Toutes les premières pages de l’album mettent en scène du vert – du vert et du blanc, du vert et du noir, du vert et du marron – jusqu’à ce qu’arrive une photographie en double page où tout est vert. Cette  image invite l’enfant à se mettre du vert plein les yeux, et à se rendre compte qu’il n’existe pas un vert unique, mais une palette infinie de nuances. Puis, quelques pages plus loin, arrive le rouge, d’abord par petites touches, timidement et il va grossir au fur et à mesure, prendre des formes, des volumes et des rythmes variés… Et ainsi de suite. Les images multicolores n’arriveront qu’en fin d’album, une fois après avoir parcouru tout ce chemin de la couleur.

© Claire Dé

« À toi de jouer ! » est un livre presque monochrome. Cette unité permet à l’œil de se concentrer davantage sur les jeux de formes. Cet album a une luminosité particulière car le orange est obtenu avec l’ajout supplémentaire d’une encre pantone aux quatre couleurs de la quadrichromie. « Arti Show », quant à lui, met la couleur en scène comme un activateur de changement et de fête. La gamme des couleurs primaires est à mon goût réjouissante. Le rouge, le jaune, le bleu ajoutés au noir et au blanc, sont au Bauhaus et à certains artistes modernes ce que la gamme pentatonique est aux grands joueurs de blues américains, la base. Les poires noires dans l’album sont réellement imprimées en couleur. C’est un noir obtenu en quadrichromie et non pas en niveau de gris. Le noir contient du magenta, du cyan et du jaune répartis en différents pourcentages, de la même manière qu’un nuage n’est jamais uniquement gris ou blanc. L’œil va le percevoir teinté de jaune, de rose, de bleu…

La problématique de la couleur est d’autant plus sensible pour les photographes que le rendu de chacune ne va pas être le même sur l’écran de l’ordinateur, sur un tirage photographique, et sur les pages d’un livre imprimé en quadrichromie. La bascule des couleurs peut s’avérer catastrophique. Je tiens compte de cette évolution tout le long du processus de création. Quand je peux assister au calage des machines chez l’imprimeur, je m’y rends bien volontiers, car cette ultime étape est décisive. Elle peut magnifiquement aboutir le travail réalisé pendant des mois ou le ruiner en quelques heures.

© Claire Dé, Les Grandes Personnes , 2018.

Pourquoi y a-t-il aussi peu de mots dans vos livres ?

Pour ne pas orienter la lecture de l’image. Souvent l’image résonne d’elle-même, elle est pleine de sons, de bruits, d’émotions et je n’ai rien à ajouter dessus. Elle se suffit à elle-même parce qu’elle est ouverte à des lectures multiples. Les mots risqueraient de l’appauvrir en l’interprétant avant le lecteur. Dans certaines parties de « À toi de jouer ! », je traite les mots comme un matériau de création à part entière au même titre que les objets. Ils enrichissent les propositions de jeu et ouvrent de nouveaux champs d’exploration. L’imagier est un genre à part entière. Le texte n’y trouve sa place qu’en ajoutant une dimension absente de l’image. Si mots il y a, je les choisis tardivement, bien après avoir réalisé les images et après de nombreux essais. Le choix final est souvent difficile. Il m’arrive d’hésiter longtemps entre plusieurs possibilités.

Est-ce que vos livres racontent des histoires ?

Indirectement, jamais de façon traditionnelle, ni linéaire. Car il n’y a pas de récit à proprement parler dans mes albums. Les histoires y sont plurielles, mais au stade de bribes, de morceaux, de déclencheurs, d’indices visuels à extrapoler. Cette part d’invention, je la réserve au lecteur ! Les enfants aiment regarder, raconter, s’exprimer.

Est-ce que vous pourriez envisager de créer à partir des mots d’un auteur, pour illustrer un conte par exemple ?

Non, pas du tout. C’est inenvisageable parce que je travaille sur tous les champs en même temps. Fond et forme ne font qu’un. Je n’illustre jamais un propos ou une histoire. D’ailleurs je ne me considère pas comme une illustratrice.

Quelle est la place pour l’adulte dans la lecture de vos ouvrages ?

Mes albums déclenchent souvent des échanges entre petits et grands, un moment de partage. Dans ce laps de temps si particuliers qu’est la lecture d’un album avec un enfant, la place du grand est d’accompagner. Ce compagnonnage passe souvent par une invitation, par des gestes, des échanges de regards, de rires, des manipulations à deux (tourner les pages, déplier un livre accordéon dans l’espace)… Si l’adulte a envie de parler le premier, il peut raconter, présenter, mais aussi s’étonner, questionner, exprimer ses émotions, son sentiment… Ou ne rien dire, laisser faire les choses, respecter les gestes, les réactions, les silences de l’enfant. La lecture à deux repose sur un jeu d’interactions multiples.

© Claire Dé

Comment qualifieriez-vous la finalité de vos livres ?

La notion de finalité me dérange. Cela signifierait qu’il y a une obligation d’objectif, un but final. C’est un peu antinomique avec ce que je défends. Je fais ces livres pour des raisons multiples, plus ou moins conscientes et maîtrisées. D’ abord parce que ce travail s’impose à moi. J’en ai  besoin pour m’exprimer. Je ne produits pas beaucoup de livre mais par contre je travaille très longuement sur chacun. Ce travail est ensuite motivé par une conviction que j’ai un peu de mal à expliquer. Je suis persuadée que les enfants ont besoin de livres différents, surprenants. Peut-être, parce que j’ai eu la chance moi-même, d’en avoir quelques uns enfant, et de me rendre compte aujourd’hui à quel point ils ont été importants. D’abord les très beaux albums de la collection « Enfants du monde » de Dominique Darbois aux éditions Fernand Nathan. L’album intitulé «Noriko, la petite japonaise », m’a beaucoup fait rêvé. J’ai également longuement joué avec le magnifique album de Patrick Raynaud intitulé « 13824 jeux de couleurs et de formes », réédité en 2019 aux éditions Memo. Le jeu de composition combinatoire des tableaux géométriques et des poèmes me comblait de bonheur. C’était beau et j’aimais ça. « Cocker mon ami », un conte photographique nettement moins moderne, de Michèle Pellissier et Pierre Taulignan, édité en 1973 aux éditions Fernand Nathan, me laisse également un souvenir impérissable. Totalement kitch et désuet, mais à l’époque, je n’avais pas les mêmes goûts : j’adorais l’incroyable bouille de ce jeune chiot si attachant qui est très rapidement devenu aussi mon ami. J’étais très intriguée par la réalisation de ces photographies qui me paraissaient incroyables. Comment un chien pouvait-il faire tout cela ? À la même époque, William Wegman œuvrait déjà à New-York, dans un tout autre style, avec Man Ray son premier Braque de Weimar. Mais cela, je l’ignorais.

J’ai du mal à vous classer dans les catégories canoniques de la littérature jeunesse … Je vous mets dans les livres pour apprendre ou dans les livres d’artiste ? Vous qu’en pensez-vous ?

Je suis très contente que vous ayez du mal à me classer car je n’aime pas les catégories ni les étiquettes. Je me sens plutôt transversale et libre d’aller là où bon me semble. Je mixe les genres, je joue avec les codes du livre et du monde de l’art, et bien sûr avec ceux du livre d’art. Je brouille les pistes. Je vais prendre du papier glacé quand on s’attendrait à du cartonné. Dans un album cartonné, je vais mettre en scène des photographies qui pourraient s’exposer au mur. Quand je fais un livre à compter, j’imagine un petit musée de poche d’histoires naturelles pour amener l’enfant à découvrir la notion d’équivalence mathématique à travers celle de la beauté des formes, des couleurs, des matières… Quand je photographie de la vaisselle en plastique jaune et orange sur du noir, je joue avec les codes de reproduction de la statuaire et des masques primitifs qui sont souvent maquettés en pleine page sur fond noir dans les beaux et grands livres d’art. Si je m’autorise à faire un album qui expose une série de portraits d’enfants, une catégorie plutôt dépréciée dans l’art du portait, c’est pour l’introduire aujourd’hui dans la littérature jeunesse d’où il est totalement absent alors que les enfants sont fortement intéressés et concernés par la représentation photographique de leurs semblables. J’espère toujours que mes livres rencontreront des lecteurs en leur faisant passer de bons moments. J’espère que mon travail contribue à sa façon au décloisonnement de l’art, à le mettre au cœur de la vie quotidienne des enfants. »

Un  très, très grand merci Claire ! 

D’autres images et interviews sur le très beau site de Claire Dé :: https://claire-de.fr/livre/arti-show/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.