Miniphlit accueille Carole Saturno !

Parade, Charles Fréger, Carole Saturno, édition Les Grandes personnes, 23 X 30 CM / 24 PAGES EN ACCORDÉON SOUS JAQUETTE , 2017.

Charles Fréger a photographié en 2013 les éléphants de  Jaïpur, la capitale du Rajasthan, lors du festival Holi.  Les pachydermes, peinturlurés et parés, prennent la pose  sous une lumière crue en compagnie de leurs mahouts, eux aussi richement habillés. Les couples homme-animal remplissent tout l’espace de la page et attendent le verdict du spectateur. Qui sera le plus beau ? 

Un livre pour enfants, Parade, a prolongé le succès de l’exposition qui s’est tenue en 2017 du 7 octobre 2017 au 7 janvier 2018 au Centre d’art contemporain de la Matmut à Saint-Pierre-de Varengeville (76). » http://www.matmutpourlesarts.fr/expositions/fiches/fiche-pedagogique-fabula.pdf

http://www.editionsdesgrandespersonnes.com/portfolio_page/parade-les-elephants-peints-de-jaipurcharles-freger-carole-saturnooctobre-2017/

Sur le site de l’éditeur « les Grandes personnes », on peut lire :  « Les photographies de Charles Fréger possèdent toujours un doux parfum d’authenticité. Dans cet ouvrage, l’exotisme est mis à l’honneur avec la série «Painted Elephants» : parés de peinture, de tissus et de bijoux, les éléphants se prêtent au jeu de la photographie et invitent le lecteur au voyage et au rêve ».
 

Carole Saturno, co-auteure du livre, nous fait le plaisir de répondre à nos questions : 

Miniphlit : Parade est-il votre premier album pour enfants avec des photographies ?

Oui et non : c’est le premier où la photographie prend réellement toute la place des illustrations – Emma Giuliani a ajouté quelques suggestions graphiques qui n’ont pas la même vocation que l’ensemble de Charles Fréger.

Mais pour Enfants d’ici parents d’ailleurs (Gallimard Jeunesse, 2005 et 2017), qui raconte l’épopée de l’exode rural et de l’immigration en France, nous avons recouru à de nombreuses reprises à des photos, destinées à documenter l’histoire (tandis que les illustrations se référaient à la mémoire).

Comment est né ce projet ?

Ce projet est né d’abord de la rencontre entre Charles Fréger et Brigitte Morel, l’éditrice des Éditions des Grandes Personnes. De leur volonté de travailler ensemble a découlé ce projet : Charles appréciait le catalogue de cette maison d’édition, où l’on attache un grand soin à l’objet dans sa fabrication, et où l’audace visuelle n’a pas de limites.

Quelle est la finalité de l’album ? Et pour quels lecteurs le destinez-vous ?

Nous l’avons pensé ensemble d’abord comme une petite exposition portative. Le leporello (livre-accordéon) peut se déplier, s’exposer comme on exposerait des photos sur un mur de musée ou de galerie. Mais il peut aussi se lire « à la tourne », et dans les deux sens (recto verso) puisque l’on a d’un côté les grandes images pleine page de Charles, et de l’autre comme les coulisses de ce qu’elles racontent.

Après, sur le fond, c’est aussi un livre qui raconte l’Inde, les éléphants bien sûr, la place de la couleur et du costume, les rituels de fête et tout l’imaginaire qui s’en découle. C’est aussi le portrait d’un photographe, on y apprend des choses sur sa manière de travailler et son univers, ses goûts, ses inspirations.

Avez-vous conçu les textes seule ou en collaboration avec Charles Fréger ?

J’ai écrit les textes seule mais après avoir interviewé Charles et puis il y a eu quelques va-et-vient de relecture entre nous et Brigitte. Je leur avais soumis un synopsis pour chaque partie. Notamment cette idée que ce soit l’éléphant qui d’une certaine manière prenne la parole et s’exprime.

Comment avez-vous opéré un choix dans les photographies de l’exposition ?

C’est une série photographique, dans l’esprit du travail que Charles Fréger a entrepris depuis des années. C’est lui qui a choisi les images, et c’est un ensemble complet – il me semble que seule une image a été écartée. C’est d’ailleurs la seule série à ma connaissance où le protagoniste principal est un animal – c’est lui le héros costumé, même s’il est conduit par un mahout beau comme un prince.

Concevez-vous le rapport texte-image-graphisme comme un dialogue dans cet album ?

Oui, et ça n’est pas tant moi qui le conçois comme tel que ce qui guide le travail éditorial des Grandes Personnes depuis toujours. C’est ce qui permet à ce livre de tenir debout (au sens propre et au figuré !). C’est Emma Giuliani qui a été la graphiste du livre, on se connaît, on a travaillé ensemble (EGYPTOMANIA, GRECOMANIA), on dialogue… et elle sait aussi ce que Brigitte attend comme objet final. Charles nous a fait confiance parce qu’il avait confiance aussi dans ce catalogue là.

 Pourquoi avoir choisi ce format ?

« Dream bigger » ! Parce que ces images, si nous les souhaitions comme une exposition portative, ne pouvaient pas être petites. Que l’effet de surprise, de beauté brillante que ces éléphants dégagent, devaient en mettre plein les yeux des jeunes lecteurs. Parce qu’un éléphant, c’est gros, massif, et que paré comme un maharadja, il est encore plus éblouissant. La jaquette qui entoure le leporello comporte à l’intérieur une silhouette d’éléphant « nu », prêt à être habillé, gommettes ou crayon, ou décalqué pour que les enfants s’en inspirent et les reproduisent pour organiser à leur tour une parade…

Qu’est ce qui a été le plus difficile dans la réalisation de l’album ?

Rien ! C’est facile de travailler sur un sujet passionnant, avec des personnes engagées dans leur passion et leur métier. Je dirais que le seul écueil que je redoutais, c’est la question de l’animal exploité par l’homme – qui est une vraie question car il y a eu des éléphants maltraités pour ces fêtes. Ça n’était pas le sujet du livre mais je tenais à l’affronter néanmoins.

 Vous travaillez beaucoup sur les portraits de pays, ces ouvrages qui familiarisent les lecteurs avec la vie des enfants d’ailleurs. Pensez-vous que Parade en soit un ?

Oui bien sûr… même si dans ce cas il ne s’agit pas de découvrir la vie des jeunes Indiens. C’est plutôt un voyage en soi, une rêverie indienne, une rencontre avec la culture, l’histoire, l’imaginaire de l’Inde du Nord. C’est aussi une rencontre avec le travail acharné d’un acharné de travail : Charles Fréger mène depuis des années une description minutieuse, quasi obsessionnelle, des rituels qui amènent des êtres humains, dans le monde entier, à faire groupe ensemble, à se reconnaître mutuellement. M’est d’avis que les enfants sont particulièrement sensibles à cette façon de faire, qui leur est d’ailleurs encore tout à fait naturelle – à tous âges d’ailleurs, petits ou adolescents. Et il me semble que l’esthétique de son travail a quelque chose d’éternel, qui touche tous les lecteurs, les visiteurs, les rêveurs.

Allez voir son site, regardez ses livres !https://www.charlesfreger.com/

 

Merci Carole !

http://repertoire.la-charte.fr/repertoire/i669-carole-saturno

 

 
http://www.editionsdesgrandespersonnes.com/portfolio_page/parade-les-elephants-peints-de-jaipurcharles-freger-carole-saturnooctobre-2017/

Licence creative commons

Ces billets sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons: reprise autorisée avec attribution du texte à son auteur; pas d’utilisation commerciale; pas de modification.

C’est Zaa le petit chameau blanc, entre novellisation et portrait de pays

…C’est Zaa le petit chameau blanc, Claude Roy, photographies de Denise Bellon , d’après le film de Yannick Bellon sur un scénario de Claude Roy, Yannick Bellon et Jean Salvy, Paris, Hachette, 1962, 46 pages

Le film Zaa le petit chameau est réalisé dans cette période des années 50-60 où se développe le cinéma français pour enfants, et l’on a déjà présenté ici les films Albert Lamorisse, Bim le petit âne, Crin Blanc et Le Ballon Rouge[1]Ces films mettent à chaque fois en scène un personnage-enfant et son compagnon (objet ou animal), que des forces extérieures s’évertuent à séparer. Dans Zaa le petit chameau, le duo est composé cette fois d’un jeune garçon et de son animal, un dromadaire. Leurs aventures sont cette fois l’occasion d’arpenter la Tunisie, comme Pascal et son ballon nous faisaient découvrir Paris et Folco et Crin Blanc, la Camargue.

Sur le site du CNC on peut lire :  « Dans le Sud tunisien, Brahim a pour ami inséparable Zaa, un chamelon blanc, qui passe le chercher chaque jour à l’école. Mansour, un marchand, l’achète un jour pour la revente. A Djerba, où ses congénères sont condamnés à l’irrigation et au battage, l’air de « La Clé des champs » fait naître en lui la nostalgie de l’école d’Aïdi. Il s’enfuit. Ali, un potier d’art, l’utilise pour écouler sa production sur le continent. Il lui fausse compagnie. D’El-Djem, il va à Monastir, y rencontre un photographe, qu’il quitte à Sidi-bou-Saïd. Il croise alors Bechir, jeune guide des vestiges de Dougga, qui le met dans le train de Tozeur. Il se retrouve à Kairouan, la ville sainte. Asna, une petite tisserande, s’y attache à lui. Mis à une roue de noria par son père, elle le délivre, invoque longuement les djinns dans la Grande Mosquée et exauce son voeu de retour. »

On peut visionner ici un extrait du film.

https://www.filmsdocumentaires.com/films/1202-zaa-le-petit-chameau-blanc?fbclid=IwAR1P9fEwp4VGK3DHG1FkQF-_wNLifpuXu3aqqNBJ-lGK_EFsYJ2BDybipqs

Il est réalisé par Yannick Bellon sur un scénario de Claude Roy  et Jean Salvy. La photographe Denise Bellon réalise les photographies de plateau en vue de la novellisation qui sort chez Hachette en 1962.

Le livre s’ouvre sur la comptine « Qui est-ce qui a ? »entendue dans le court-métrage.  La réponse « C’est Zaa le petit chameau blanc » devient  le titre de l’ouvrage.

Les photographies de Denise Bellon occupent l’essentiel  de l’espace du livre.  En noir et blanc ou en couleur, elles sont présentes sur les seuils de l’ouvrage puis sur chaque page, en abondance. En pleine page, débordant sur la seconde, reproduite sur toute la double page,  en vignettes ordonnées en séries,  collées sur d’autres photographies plus grandes, en détourage de personnages… Si le tout manque d’uniformité ou de réel travail sur la mise en page, le lien avec le grand écran cinématographique est bien maintenu ! 

Si les photographies permettent bien évidemment de retrouver le personnage principal, Zaa le chamelon blanc, elles donnent aussi à voir un potier au travail, une tisserande de tapis, les marchands du souk, une oasis, les toits d’une médina, des maisons anciennes, un oued, les ruelles de Sidi Ben Saïd et Hammamet et même  des ruines romaines ! Le  visionnage du film est d’ailleurs  recommandé  par la revue pédagogique L’ Educateur en 1968, pour accompagner des activités de géographie visant à faire découvrir la Tunisie. Il reçoit également le soutien du ministère du tourisme tunisien. 

Cet aspect de doit pas faire oublier la poésie du texte de Claude Roy.  On y  croise jeux de mots et  reprises de formules de contes ou de comptines traditionnelles adaptées aux aventures de Zaa le chameau. La magie de l’ouvrage est le fruit de la collaboration entre les mots et les images dépaysantes.

[1] Publication imminente de l’article que je signe : « Du poème filmique au livre illustré de photographies, les films d’Albert Lamorisse », collection « Texte-Image », Académia, Louvain-la-Neuve

Licence creative commons

Ces billets sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons: reprise autorisée avec attribution du texte à son auteur; pas d’utilisation commerciale; pas de modification.

Expo en ligne : Harry Potter à la British Library

Au moment où la télévision française propose à ses téléspectateurs de voir ou revoir les aventures d’Harry Potter et ses amis chaque mardi soir sur le petit écran, il est possible de prolonger le plaisir en (re)découvrant l’exposition numérique organisée par la British Library et son partenaire Google Arts & Cultures sur ceux de nos ordinateurs ou de nos smartphones.

L’exposition « Harry Potter, une histoire de la magie » s’est tenue d’octobre 2017 à février 2018 dans les murs de la British Library à Londres. Conçue pour célébrer le 20ème anniversaire du premier tome des aventures du petit sorcier, elle a connu un succès phénoménal. Depuis sa fermeture, l’exposition virtuelle permet de prolonger sa visibilité et de l’ouvrir à un plus grand nombre de visiteurs, avec des versions en français, anglais, allemand, espagnol, portugais et hindi.

La suite est à lire sur le site des Littératures modes d’emploi http://www.litteraturesmodesdemploi.org/carnet/harry-potter-une-histoire-de-la-magie-voyagez-au-fil-de-lexposition-de-la-british-library-exposition-en-ligne/?fbclid=IwAR32DSYcYNra1x_7zzMKbfKs4-iqlxiTiIgKLJLdHp0-CTqU93DarG_B8fQ

Tom Slade, scout toujours !

Fitzhugh, Percy K. Tom Slade / Boy Scout of the Moving Pictures / Approved by the Boy Scouts of America (PHOTOPLAY EDITION) , 1920

« Let you boy grow up with Tom Slade !  » « Tom Slade books are the most popular boys books published today ! « proclame l’éditeur Grosset et Dunlap à la fin de ce nouvel opus des aventures du jeune scout américain en 1915 . 

Tom Slade est un héros qui grandit en même temps que ses lecteurs,  lesquels font sa connaissance  alors qu’il n’est qu’un jeune scout et le suivent jusqu’à ses « aventures galantes » en France, en passant par le camp de Black Lake. 

La collection ne compte pas moins de dix-neuf tomes de 250 pages, publiés entre 1915 et 1930. Ils contiennent en général sept illustrations graphiques accompagnant les moments clefs du récit . 

Dans le livre Tom Slade / Boy Scout of the Moving Pictures, les photographies tirées de l’adaptation filmique des aventures du jeune scout ont remplacées les dessins. Dans l’édition de 1915, les couvertures  intérieures accueillent une photographie de la compagnie de scouts de New York, réalisée  devant un cinéma où a été projeté le film « The adventures of a boy scout ». C’est avec une photographie dès la couverture de l’édition de 1920 que le lecteur retrouve les scouts.

Les photographies choisies ne mettent pas l’accent sur un personnage ou un acteur en particulier, contrairement à de nombreuses novellisations. Il est même difficile d’identifier le personnage de Tom Slade. Ce sont en général des scènes en extérieur dans lesquelles se retrouvent un ou plusieurs personnages.  Une photographie à la page 66 nous met en présence d’un jeune homme qui pourrait être le héros. La cadrage choisit le met en évidence. Toutefois, la légende tirée du texte ne fournit pas cette indication. Les photographies permettent juste de réactiver l’ambiance du film et la trame narrative qui conduit un personnage de la petite délinquance aux patrouilles scouts et à leurs valeurs morales. 

 

En septembre 1913, le magazine Boy’s Life annonce pour l’hiver suivant la sortie en salles, sur tout le territoire, d’un film  réalisé à partir des aventures de Tom Slade, avec de vrais scouts. De longues séquences  seront consacrées aux entraînements physiques et à la création du mouvement.

Percy Keese Fitzhugh (1876-1950) est l’auteur d’autres séries à succès, « Roy Blakeley », « Westy Martin », « Pee-Wee Harris » notamment,  dont l’univers est toujours celui du scoutisme. Ces ouvrages amusaient les lecteurs avec leurs nombreux dialogues et scènes comiques. Il semblerait que ces romans aient eu une large influence sur les inscriptions des jeunes américains dans les organisations scouts.

Pour en savoir plus  il faut lire l’étude de David M. Baumann http://threeinvestigatorsbooks.homestead.com/tom_slade.pdfen 

 

Licence creative commons

Ces billets sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons: reprise autorisée avec attribution du texte à son auteur; pas d’utilisation commerciale; pas de modification.