Captain Kodak, a camera story

 Boston : Lothrop Publishing Co , 1899

Les éditeurs ont produit  différents genres d’ouvrages destinés à faire découvrir et à encourager la pratique photographique chez les jeunes lecteurs. Ils prennent parfois la forme du roman.

Captain Kodak, a camera story est publié en 1899 à Boston. Il est signé Alexander Black, écrivain, journaliste, photographe,  auteur d’un manuel pour photographe amateur, Photography indoors and out, a book for amateurs (1894)  qui commence par ces mots : « Probably photography is today the most popular of hobbies ».

Alexander Black choisit les personnages de son Captain Kodak dans le milieu de la photographie amateur. Au début du récit, la phrase d’un des personnages reflète l’engouement de l’époque pour le médium : « Everybody seemed to have a camera except us ! » . En cette fin de XIXème siècle, grâce à l’invention du « Press the button », allusion au slogan lancé pour accompagner la commercialisation de l’appareil produit par la firme Kodak,  tout le monde photographie et les clubs d’amateurs foisonnent.

Ce roman  met en scène une bande d’enfants, membres d’un club de photographes.  Accompagnés de leur appareil photo, ils connaissent, tout au long de ces 288 pages, de multiples aventures qui leur donnent l’occasion d’ immortaliser l’indien Walking Dog, de ramener le souvenir des buildings de New-York, celui des rues de Brooklyn ou des animaux du zoo, autant d’éléments pittoresques. Ils s’essayent également  à la photographie artistique ou picturale en photographiant des fleurs dans un vase ou ou un bateau  sur la mer…  

Sous l’apparence du roman, l’ouvrage est destiné à montrer la facilité d’usage du Kodak, son accessibilité par les enfants et la variété des réalisations qu’il permet. On y apprend aussi comment monter une chambre noire, quelles sont les ampoules utilisées, etc…

L’ouvrage est illustré de nombreuses photographies, parfois deux par double -page. Elles ont souvent un format carré ou rectangulaire.  Elle sont le plus fréquemment placées dans ou en regard du texte et interrompent la lecture. Parfois elles sont détourées et le texte s’adapte à leur insertion.

Ces illustrations présentent les personnages, des enfants,  souvent photographiés en studio et parfois en extérieur. Il s’agit parfois de petites tableaux photographiques dans lesquels les comédiens ont pris la pose. Elles sont régulièrement légendées avec les paroles prononcées par les personnages. Le lecteur peut également croiser de nombreuses scènes de rue et des paysages croisés par nos aventuriers.

Cet ouvrage témoigne de la grande diffusion de la technique photographique dans la société américaine au tournant du XXème siècle, par le biais des clubs et des revues, et de la possibilité pour les femmes de la pratiquer. Il témoigne aussi de la réflexion menée par les éditeurs américains autour de l’insertion de la photographie dans le livre dès la fin du XIXème siècle. Il illustre enfin l’influence de certaines firmes productrices de matériel sur la production d’ouvrages destinées à faire connaître la technique photographique. 

Alexander Black, Captain Kodak, « Is-it all loaded and ready ? asked Edith », p. 29

Le jour où je serai grande, entretien avec Marie LiESSE

Miniphlit continue sa série d’entretiens avec les auteurs, écrivains et photographes, qui font les livres de photolittérature pour la jeunesse.  Marie Liesse, la photographe de l’album Le jour où je serai grande, a accepté de répondre à nos questions.

Miniphlit : Le jour où je serai grande ​ est-il votre premier album pour enfants ?

Marie-Liesse : Oui, c’est mon premier album pour enfant publié.

Comment est né ce projet ?

ll est né de l’envie de faire des albums jeunesse photographiques car il y en a trop peu. Mon idée était de proposer des albums qui ne soient pas que des imagiers ou des recueils de photographies extraits de films comme dans « Crin blanc » d’Albert Lamorisse. Même si ces livres sont magnifiques, pour moi cela ne suffisait pas : je voulais mettre la photographie au service de l’imaginaire enfantin à travers un conte photographié et non illustré. C’est une démarche qu’on retrouve dans « Le petite chaperon rouge » de Sarah Moon, ou plus récemment  » La dispute » d’Alain Laboile, et d’autres projets moins connus comme “Chip veut un chien” de William Wegman (que je recommande vivement!)

Le texte a-t-il été conçu avant les photographies  ?

Non. Il a été conçu après le projet photographique, même si certaines photos n’étaient pas complètement réalisées au moment où Timothée terminait le texte. Les photos ont servi d’inspiration à l’écriture du texte.

Aviez-vous le conte d’Andersen à l’esprit avant de démarrer ce projet  ? Est-ce qu’il s’agit d’une réécriture du conte ?

A l’origine il s’agissait en effet d’une réécriture du conte d’Andersen par l’image. J’ai longuement étudié le texte avant de penser aux photographies que j’allais faire. Puis j’ai réalisé des photos que j’avais, pour certaines, imaginées et mises en scène, pour d’autres conçues beaucoup plus spontanément (Comme celle des crapauds par exemple!). Ensuite j’ai eu un long travail de montage pour que la petite Poucette s’intègre le mieux possible dans la nature qui l’entourait. Une fois les photos réalisées, Timothée a donné une autre dimension au conte, ce qui, je trouve, lui confère encore plus de force : c’est à la fois la Poucette de notre enfance, sortie des pages du livre de mon grenier, mais aussi un nouveau personnage né de l’imaginaire de Timothée et de son amour pour l’enfance.

Avez-vous conçu les images seules ou en collaboration avec Timothée de Fombelle ? Qui a fait le choix des images ?

A l’origine j’ai conçu ces images dans un projet autonome. Ce n’est que bien plus tard que je me suis rapprochée de Timothée qui a travaillé sur ce texte. J’avais déjà une idée assez claire de la sélection mais, avec Timothée, au fur et à mesure de l’avancée de l’écriture nous avons mûri et fait évoluer le choix des images et leur combinaison. C’est toute la force de ce travail.

Concevez-vous le rapport texte-image comme un dialogue dans cet album ?

Oui bien-sûr. Il y a un vrai écho entre les images et la poésie du texte de Timothée.

Poucette est-elle une cousine de Tobie Loleness ?

Contrairement à Tobie elle est née dans une fleur imaginée par Hans Christian Adersen et non dans ce fameux arbre de Timothée de Fombelle ! Mais elle est très vite devenue sa cousine germaine une fois les deux univers réunis !

Est-ce un livre sur la mémoire ?

Oui, d’une certaine manière. Sur la mémoire de l’enfance qui est notre essence et qui, pourtant, s’efface si facilement

Merci Marie Liesse ! https://marie-liesse-galerie.com/

Cet article est protégé par les lois sur le droit d’auteur. 

ABC photography by Tarzipan

© 2017 Tarzipan Books, Berlin , 64 pages

La première partie de l’article est un texte en anglais que nous a envoyé la maison d’édition Tarzipan : 

« A-B-C Photography
You are a photographer. Everyone is a photographer. All you need is a camera and your eye. But what makes a wonderful photo? What can photos tell us? And what can we tell the world with photos? Photography is an unfolding story we’re all still writing. And because every story is simply built from the twenty-six letters of the alphabet, here’s a little ABC of photography to help you on your way…

With this book you can enjoy magical, sweet, fun but also secretive, adventurous and dangerous photographs by these really good photographers:

Martin Parr, Wolfgang Tillmans, Nan Goldin, Alec Soth, Peter Lindbergh, Sarah Illenberger, Christopher Bucklow, Denis Darzacq, Thekla Ehling, Jason Evans, Bela Borsodi, Doug DuBois, Sylvie Zijlmans, Achim Lippoth, Roger Ballen, John MacLean, Neetha Madahar, Christoph Niemann, Bene Ochs, Simon Roberts, Julian Röder, Sebastião Salgado, Walter Scheels, Melanie Bonajo, Robin Schwartz, Sascha Weidner and Tim Walker.

Text by Monte Peckham Edited by Jan von Holleben

ABOUT THE BOOK
A-B-C Photography is a classic Alphabet book that links the medium of photography with the rest of the world out there – somewhat quite philosophic. Each letter of the alphabet will introduce an image alongside an interconnected key word from the field of photography (beauty, construction, document, digital, exposure, evidence, humanism, identity, luck, mood, memory, negative, objective, perspective, reflection, time, truth, unconscious…) as well as a brief and witty philosophical explanation of the word that goes beyond the medium.

The book brings together a collection of worldwide known photo heroes and younger acclaimed photographers from various walks of life: Artists, documentary photographers, commercial photographers, illustrators or just curious image makers. What unites them all is a visionary concept within their work, the relentless energy to create images that amaze and their interest to communicate with children.

ABOUT TARZIPAN

Following up on my last 7 years of making photo books for kids with Thienemann, Little Steidl, Thames & Hudson and Gestalten publishers amongst others, we teamed up with their experts in order to create something new – TARZIPAN Books.

TARZIPAN is sweet and bright and curious and wild. It is a new approach to children’s book publishing. TARZIPAN brings together existing photographs of renowned artists and recontextualises them allowing young readers to make up their own stories and to freely explore the fantastic worlds of some of the most original photographers of our time. With our books we aim to promote visual literacy, spur creative thinking and revive the power of imagination. Introducing our first season of books we start off with a big bang: The A-B-C Photography book will set the scene for everything else to come, and introduces TARZIPAN Books and its dream team of collaborators to the public. « 

© 2017 Tarzipan Books, Berlin

Après plusieurs publications dans d’autres maisons d’éditions, les frères Marius ( formé en marketing) et Jan Von Holleben (le photographe) ont fondé la maison d’édition allemande Tarzipan et publié ensemble un ouvrage photographique pour enfants ABC photography. Il a été distribué en Europe, aux Etats-Unis et en Australie.

ABC photography a les codes de l’Abécédaire : une lettre en grande taille et un mot associé, en regard d’une image. Il s’attache comme souvent à explorer un thème, celui de la photographie comme révélateur ici.

L’image photographique quitte la page de droite traditionnellement destinée à l’accueillir pour naviguer de l’une à l’autre.  Elle franchit même souvent la frontière entre les deux pages pour déborder  sur l’autre. Elle peut être en noir et blanc ou bien en couleurs. Elle offre des gros plans sur des objets comme des scènes de la vie d’ enfants peu ordinaires. L’idée est de surprendre, d’inviter le spectateur-lecteur à s’interroger sur leur contenu. Il s’agit aussi de provoquer son imaginaire.

Les auteurs des photographies sont célèbres ou inconnus. L’idée est de faire connaître la belle photographie aux enfants, dans un monde saturé d’images et de selfies : « We hope that it’s something that doesn’t only attract parents who want their kids to be little arty guys, but also to people who are looking for a regular picture book and understand that photography is so omnipresent ».

© 2017 Tarzipan Books, Berlin
© 2017 Tarzipan Books, Berlin

Les mots choisis et les petits textes en dessous sont souvent plein d’humour. Ils portent aussi des petits messages philosophiques sur  l’art et la beauté dans le monde qui nous entoure, révélés par la photographie. Tout ce que l’on voit dans ce livre, aussi surprenant soit-il, appartient bien à notre univers. 

Merci Marius ! 

http://tarzipan-books.com/