Timothée de Fombelle et le livre photolitteraire

Timothée de Fombelle et Marie Liesse, Le jour où je serai grande, une histoire de Poucette; Gallimard Jeunesse, 2020

L’année 2020 commence bien ! Voici un nouvel ouvrage pour Timothée de Fombelle et Miniphlit a le plaisir de le présenter avant même sa mise en place dans les bacs des libraires. 

D’emblée, le format carré du livre, sa couleur bleu pastel, sa couverture cartonnée nous plongent dans les lectures de la toute petite enfance. Pourtant il propose de multiples lectures.

« Le jour où je serai grande ». Est-ce qu’il manque des points de suspension ? Le lecteur imagine qu’il va, en tournant les pages, découvrir tout ce que fera Poucette quand elle sera adulte. Mais le lecteur hésite. Grande comment ? Grande par l’âge ? Va-t-il découvrir ce qu’une enfant imagine du monde des adultes ? Grande par la taille, alors que la photographie nous montre une toute petite fille ? Le sous-titre nous aide un peu. « Une histoire de Poucette ». Poucette ? C’est le nom d’un conte de Christian Andersen ? S’agit-il donc d’en proposer une autre version ? De ressortir le conte avec des habits neufs et un nouveau visage ?

Entrons dans le livre. L’image photographique est partout, cerne le lecteur. Gros plan sur la bouche de la fillette, sur ses mains , sur des fleurs, sur une araignée dans sa toile, flous, photomontages qui mettent en regard la fillette et une souris, la fillette et une taupe. On plonge dans l’univers de Poucette et c’est féérique.

copyright Gallimard

Le souvenir du conte est remobilisé par les photographies : La fillette minuscule, sortie d’une fleur, l’amitié avec un rongeur, la taupe, le mariage, l’envol, les voyages de fleurs en fleurs, l’hirondelle. Tout y est. Timothée de Fombelle et Marie Liesse font revivre les épisodes au fur et à mesure du tournage de pages. Magie du photomontage, Poucette fait la taille des animaux et des plantes qu’elle croise.

Ce sont les photographies qui remémorent le texte d’origine car les mots n’en parlent pas. Ils portent un autre langage, celui des pensées de Poucette qui se dit qu’elle ne devra rien oublier lorsqu’ elle sera adulte. Loin de l’insouciance des enfants, Poucette songe que la mémoire s’efface et que ses souvenirs disparaîtront. Les mots proposent une autre lecture des photographies qui deviennent des souvenirs. La mémoire de l’enfant est une boite enregistreuse. Elle a tout fixé, les sons des pétales qui tombent, les odeurs des matins mouillés, le gout des larmes. Les souvenirs sont souvent imprécis, comme l’indique ce flou qui occupe le contour des photographies. Ils ressurgissent par association de couleurs,(la robe et les fleurs), par flash (le vif des roses. ). Le lecteur partage le regard de Poucette, l’observe parfois de loin.

Ce livre contient donc l’inconscient de Poucette. Il enferme les rêves, les souvenirs, l’imaginaire de l’enfant quand il joue.

On pense à Tobie Loleness, personnage minuscule qui évolue dans son grand arbre. On songe à tous les petits personnages des contes, du Petit Poucet à Alice en passant par Gulliver. L’illustration photographique renvoie à tous ces ouvrages qui font évoluer leurs personnages dans un décor à leur taille, des animaux d’Harry Whittier Frees, au surréaliste personnage du Cœur de Pic, aux enfants de The Enchanted Forest qui discutent avec des oiseaux ou au Petit Chaperon rouge de Sarah Moon. La photographie a le pouvoir encore une fois d’ajouter un supplément de réalité et de donner au lecteur l’illusion que tout ce qui se passe est possible.

Pour découvrir d’autres photographies de Poucette et le travail de Marie Liesse, c’est ici : : https://marie-liesse-galerie.com/portfolio/poulettes/

 

Bonne année 2020 !

 

Первоклассница maroussia va à l’école

Vous trouverez une version française à la suite de cette présentation en russe

Дорогие читатели, мы хотим представить вашему вниманию повесть «Первоклассница»(во французском переводе «Маруся идет в школу»), написанной русским советским прозаиком, сценаристом, поэтом, драматургом и журналистом Евгением Львовичем Шварцем, изданой в 1949 году (продолжает издаваться по сей день) .

Каждая из 13 глав имеет иллюстрацию в виде фрагмента из художественного кинофильма «Первоклассница». Картина была выпущена 22 марта 1948 года, автором идеи и сценаристом является Е.Л. Шварц. Главную роль сыграла советская актриса Наталья Александровна Защипина.

Повесть о девочке Марусе , готовой вступить в новую жизнь и стать школьницей. Желание было таким сильным, что ослушавшись маму она идет подавать документы в первый класс самостоятельно. Новая жизнь влечет за собой и новые сложности : борьбу за расположение учителя, вступление в общество, имеющее свои правила и устои, где ты должен научиться дружить, быть честным и помогать другим. Повесть о советской школе и ценностях того времени.

 

Ecriture à quatre mains pour présenter cette novellisation du film « Première année” , lui-même réalisé à partir de l’ouvrage éponyme  signé de l’écrivain scénariste, poète et journaliste,  Yevgeny Lvovich Schwartz.  Dans ce livre   publié en  1949, les 13 chapitres sont  illustrés de 48 photographies tirées du film éponyme réalisé en 1948. Le rôle principal est tenu par l’actrice soviétique Natalya Alexandrovna Zashipina. https://www.youtube.com/watch?v=o8L_K54qzZ8&feature=youtu.be&fbclid=IwAR28Ul5jYuFbQHBPUzCR8mR26Sm-GXKj7tD9rUVCgl1EsA

 Marusa a 7 ans et elle rêve de devenir écolière. Munie de tous les papiers de la maison, elle va s’inscrire toute seule en cachette à l’école. Ainsi commence l’histoire. L’ ouvrage fait ensuite le récit de sa première année de scolarité, entre vacances et péripéties scolaires,  en passant par la célébration de la Révolution d’Octobre. L’intégratIon à l’école n’est pas si simple. Marusa  doit s’habituer à obéir à son enseignante, apprendre les règles qui feront d’elle une bonne citoyenne. Cet ouvrage, destiné aux jeunes pionniers, est un parfait exemple de la propagande soviétique à destination de la jeunesse. 

Le livre a été publié en 1953 en France avec un titre très différent du titre  russe  : Maroussia va à l’école (Maroussia = Ma Russie). 

 Maroussia va à l’école est également le titre d’une nouvelle de Sylviane Roche  publiée en 1993. Monique, la petite fille de l’histoire, se remémore l’arrivée du livre soviétique chez elle en 1954. Lorsqu’elle amène cet ouvrage à l’école,  ses camarades commencent par lui envier ce bel ouvrage avec des photographies, avant de la traiter de « coco » :   « Mais le livre qu’elle préférait, c’était celui que son papa lui avait donné cette année-là pour Noël. C’était un grand livre. Sur la couverture, on voyait une petite fille assise à un pupitre et qui écrivait avec un porte-plume transparent. Le livre s’appelait Maroussia va à l’école. Il racontait l’histoire de Maroussia, la petite fille de la couverture. Ce qui était génial, c’est que les illustrations n’étaient pas des dessins, mais des photographies. Sur chaque page, il y avait une grande photo, avec le texte au-dessous qui expliquait.
[…] Monique adorait ce livre, et elle le lisait presque chaque soir. C’était surtout à cause des photographies. Les livres avec des photos avaient toujours été ses préférés. Elle avait aussi Bim le Petit Âne, Crin-Blanc, Le Ballon rouge. Elle les aimait beaucoup, mais c’était toujours des histoires de garçons. Ce qu’il y avait de mieux, avec Maroussia, c’est que c’était une petite fille et qu’elle allait aussi à l’école, sauf qu’en Union soviétique c’était beaucoup plus beau qu’ici, des écoles toutes modernes, avec de grandes fenêtres, de larges couloirs et des fleurs. » https://campiche.ch/pages/extraits/Roche_Maroussia%E2%80%A6pdf.pdf

 

Moscou, Éditions en Langues Etrangères, 1953 – Cartonné, 22,5 cm x 29 cm, 128 pages, 48 photos non signées in-texte – Texte de Evgueni Schwartz 

Vita Ustanina & Laurence le Guen

Petit Soldat, l’interview de Pierre-Jacques Ober

Petit soldat, Pierre-Jacques Ober et Jules Ober, histoire et mise en scène de Pierre-Jacques Ober ; images de Jules Ober ; effets visuels numériques additionnels de Felicity Coonan , 1 vol. (95 p.) : ill. en coul. ; 23 x 29 cm , Paris : Seuil jeunesse, 2018

La veille de son exécution pour désertion, un soldat français, Pierre, écrit une lettre à sa mère. Il raconte en mots et en tableaux photographiques les combats, la misère des tranchées, les amitiés, les ordres injustes… Nous sommes pendant la Grande Guerre. 

Pierre-Jacques Ober, un de ses auteurs, a accepté d’expliquer à Miniphlit les dessous de la création de cet album photographique, docu-fiction historique. 

Cher Pierre-Jacques Ober,  qui est Pierre ?

Pierre est un jeune homme sensible, courageux et patriote. Un jeune homme qui fait toujours de son mieux pour satisfaire aux demandes du monde adulte. Il fait de son mieux pour être un bon fils, il fait aussi de son mieux pour être un bon soldat. Mais le monde entier étant en guerre, il apprend à ses dépens qu’il ne peut pas être les deux à la fois.

Qu’est-ce qui est authentique dans cette histoire ?

Tout. Nous avons fait un travail important de recherche afin d’être historiquement corrects. Ceci jusque dans les moindres détails. C’est une histoire fictionnelle mais il est certain que toutes les scènes représentées se sont déroulées à un moment ou un autre, dans un endroit ou un autre durant cette guerre.

Pourquoi ce choix de photographies pour la couverture ?  La tranche symbolise-t-elle la frontière entre la France et l’Allemagne  ? Les mouvements entre les deux photographies sont en exacte opposition. Est-ce voulu ?

La couverture est le choix de l’éditeur, Seuil Jeunesse. Je suis certain qu’ils l’ont bien pensée. Nous l’avons acceptée avec enthousiasme car elle exprime de belle manière un des messages du livre. Le fait qu’au niveau du petit soldat lambda, l’expérience de la guerre est vécue de la même manière des deux cotés de celle-ci.

Pourquoi ce  format ? Est-ce un lien avec le temps qui passe ? Le cheminement des soldats ?

La métaphore du petit soldat était évidente et il s’avère que c’est pendant la Première Guerre Mondiale que la photographie de reportage a vraiment pris son essor, est devenue accessible à tous grace à de nouveaux modèles de caméras. Quand au format lui-même, en anglais nous l’avons appelé « paper movie ».

Quelle a été la durée de réalisation de cet ouvrage ?

Cela nous a pris trois ans

Quel cheminement avez-vous suivi pour réaliser cet ouvrage ? Est-ce que le texte est venu après la réalisation des images ? 

Le texte définitif est placé en dernier. J’avais un texte, beaucoup de dialogues, d’éléments narratifs donnant des indications sur l’histoire des personnages principaux, leur passé, etc… Beaucoup d’informations pour commencer. Même des bulles de dialogues. Mais le dernier travail a été d’exprimer au lieu d’expliquer. D’ amener de la poésie, du lyrisme en éliminant le superflu. De laisser les images nous parler émotionnellement à la place des mots.

Je suis tombé complètement amoureux des images de Julie. Elles étaient tellement fortes qu’il était facile de comprendre que la meilleure chose à faire était de leur donner la pré-eminence. De n’utiliser le texte qu’en soutien.

Il y un effet extrêmement cinématographique dans l’enchaînement des plans, dans les chois de ces derniers … Est-ce votre formation ?

Oui. Julie et moi sommes des « image makers » depuis toujours. Moi en film et Julie en photographie. C’est notre premier ouvrage mais avant cela Julie et moi avons collaboré sur de nombreux projets audiovisuels. Principalement des films publicitaires et documentaires.

Peut-on parler d’écriture à quatre mains, d’un livre de couple ?

On pourrait dire que les rôles sont bien distincts entre Julie et moi. Dans le sens où j’ai vraiment écrit l’histoire sans son aide ( au début elle ne connaissait même pas la différence entre un képi et un casque à pointe!). De même, c’est elle et elle seule qui a créé les images. Cela étant dit, notre méthode est plutôt cinématographique. Je suis auteur/réalisateur/monteur et Julie est chef-opérateur d’un tournage facon Nouvelle Vague. J’arrive avec une scène à réaliser. J’en connais la place dans l’histoire, j’ai assemblé casting et décor mais c’est au moment de la prise de vue, en fonction des avis de Julie , que le travail final se fait. En fonction du cadre choisi, des problèmes de lumière ( nous ne travaillons qu’en lumière naturelle). En tant que réalisateur/metteur en scène, je garde la vision globale de la place d’une partie dans le tout. Au final, c’est quatre mains, quatre yeux et deux cerveaux en action. De manière flexible, ouverte et organique dans un cadre bien préparé.

Combien avez-vous pris de photographies pour réaliser cet ouvrage ?

Le livre est fait de 129 images. Nous avons dû faire à peu pres 200 images finies.

Pourquoi le médium photographique et non un roman ou le dessin ?

Tout simplement parce que j’ai toujours adoré les petits soldats, le monde miniature. Parce que Julie est photographe. Et surtout parce que nous voulions faire quelque chose qui n’avait pas été fait avant. Du moins dans cette ampleur. J’ai été ravi de découvrir à travers votre travail que la photographie a beaucoup été utilisée pour raconter des histoires aux enfants. Nous sommes donc loin d’être les premiers mais je pense sincèrement que raconter une histoire de manière aussi élaborée avec des photos de miniatures est plutôt rare.

Pourquoi le choix du noir et blanc pour évoquer les Allemands au début ?

L’étalonnage sépia dans le premier flash-back représente l’aspect « propagande » des journaux de l’époque.

Vous inscrivez-vous dans une filiation ?

Non, je ne peux pas dire. Je ne connaissais qu’un livre publié en 1977, un ouvrage de David Levinthal et Garry Trudeau. « Hitler moves East », a graphic chronicle, 1941-43. Bien différent de ce que nous faisons mais utilisant de belles images noir et blanc de figurines.

Quelle a été la part de décision et d’intervention de l’éditeur ?

Elle a été minime. Il faut dire que nous avons présenté un livre très abouti ( nous nous dirigions humblement vers la « self-publication »). Ils ont aimé ce qu’ils ont découvert et l’ont pris comme tel.

Il a été traduit, je crois. Avez-vous fait des modifications sur le texte ou les images en vue d’une traduction ?

Le passage d’une langue à une autre crée toujours des petits ajustements mais il n’y a pas eu de modifications.

Avez-vous connaissance de la réception qu’il reçoit auprès des enseignants, bibliothécaires, parents ?

Ma sœur est directrice d’école et beaucoup de ses collègues ont acheté le livre. Elles ont toutes confirmé que l’ouvrage était un excellent outil pédagogique pour introduire la Première Guerre Mondiale. Quand aux bibliothécaires, ils nous ont accordé le Prix Sorcières 2019.

Mille mercis pour cet entretien !

 

Cet entretien est protégé par les règles  du droit d’auteur comme tous les articles de ce site.