Zoopoétique (suite) The pussycat princess : a fairy tale for boys, girls, parents and other children

New York, The Century co. , 1922

“Where I come from, the Kingdom of Tabbyland, all pussycats and even dogs talk” déclare la princesse Pauline à Violett, la petite fille du livre. 

 Au début de ce roman de 159 pages, la jeune Violet entend un chat miauler dans son jardin. Ce chat n’est pas ordinaire puisqu’il parle ! Il s’agit de la princesse Pauline, qui s’est échappée du royaume de Tabbyland pour découvrir le monde. Après avoir raconté  ses aventures à la fillette,  elle invite celle-ci à la découverte de son royaume. On croise alors les innombrables habitants du palais, roi, reine, nurse, chauffeur, magicien, père Noël. Les deux demoiselles vivent ensuite de multiples aventures dont une guerre contre les habitants de Dogland.

Pour le plus grand plaisir du jeune lecteur, le royaume de Tabbyland est un pays peuplé de chats et de chiens qui parlent, grâce aux pouvoirs du magicien Louis Katorze. Le texte fourmille de détails amusants sur les coutumes de ce drôle de royaume où les pauvres vivent dans des maisons en argent, où le roi passe son temps à courir après des balles, et dans lequel on peut décrocher la lune pour s’amuser. 

Ce conte plein d’imagination est accompagné d’une série de photographies (21) d’Harry Whittier Frees,  dont le nom figure sur la couverture sous celle de l’auteur du conte, Edward Anthony. Il s’agit de petits tableaux photographiques, des mises en scène de chiots et chats costumés et photographiés dans des décors à leur taille. Toutes les photographies sont légendées et viennent interrompre le récit à intervalles réguliers pour proposer une illustration d’un passage du récit. 

On a reproché  régulièrement à la photographie dans le livre pour enfants d’être pauvre, de manquer de détails, de brider l’imagination… Ce livre vient contrarier ces critiques. Au détriment des animaux ici costumés et figés certainement, le lecteur ne peut qu’être surpris, séduit et amusé par les détails et l’humour des petites mises en scène…

Zoopoétique (suite) : la collection “Amis-Amis”

Duvet le caneton, Amis-Amis, Hatier, 1969, 16 p.

Célestin le lapin, Têtu le petit âne, Duvet le caneton, Brin d’osier la tourterelle, Basile le porcelet, Frou Frou la chouette, Gaspard le hamster, Boubou le petit singe, Pelote le petit mouton…sont quelques uns des titres parus dans la collection “Amis-Amis”, chez Hatier dans les années 1960-1970 et traduits et vendus par Carlsen Verlag, Reinbek à Hamburg dans la collection “Meine Freunde” notamment. 

Anne-Marie Pajot signe les textes des albums dont les photographies sont réalisées par différents photographes parmi lesquels Antoinette Barrère, Sophie Bouet,Guy Dhuit, Pierre Michel, Pierre Michel, Viäl, Jacana et Raphoiäl, Rapho… 

Les textes sont simples et à destination des enfants de 7 ans. Certains ouvrages sont nettement plus documentaires et donnent essentiellement des informations sur la vie des animaux ( nourriture, habitat, régime alimentaire, reproduction…) tandis que d’autres mettent davantage l’accent sur les relations entre les enfants et les animaux. Il s’agit d’une “Présentation aimablement romancée de quelques animaux familiers” écrit Marc Soriano en 1969, dans sa chronique de la revue Enfance. Chaque album se termine sur un résumé des connaissances rédigé à la première personne : “Je suis un singe, je fais partie des mammifères, etc…”. 

A bien lire les titres, on fait d’abord le constat que les animaux choisis sont plutôt familiers (chien, chat, lapin), de petite taille (cochon d’inde, grenouille, tourterelle), ou sont des petits d’animaux (chaton, porcelet, caneton)… Le choix porte aussi principalement sur des animaux à poils longs, à fourrure, ou à laine toute douce. Le titre est composé du surnom de l’animal, parfois de l’adjectif “petit” et de son nom. Les surnoms semblent choisis en fonction de stéréotypes associés à ces animaux : l’âne têtu, le chat qui fait patte de velours, la laine du mouton… La photographie de couverture, sur laquelle sont insérés titre et collection, présente un tête à tête enfant-animal, en gros plan, image de la proximité, de la complicité entre les deux. Pourtant, le nom du ou des enfants que l’on va croiser en tournant les pages ne figure pas dans le titre. Il s’agit du portrait d’un animal et non de narrer une rencontre.  

Tournons les pages de Boubou le petit singe. Le livre s’ouvre sur deux photos détourées de l’animal qui accueille le lecteur avec de grands yeux tristes. Le lecteur, sans lire le texte, a déjà identifié des images familières, celles de la tristesse. Le texte conforte cette première impression :  Boubou  vient de perdre  sa mère tuée par des braconniers.  L’oncle Jean le ramène en France, chez Catherine et David. 

Dans le corps de l’ouvrage, les photos, en noir et blanc ou en couleur, de deux à quatre par double page ou en pleine page, montrent Boubou dans diverses postures.  Seulement deux photographies, à la toute fin de l’ouvrage,  le mettent en contact avec les enfants qui sont présents principalement dans le texte.

Les photographies  sélectionnées retiennent l’attention du lecteur. Boubou semble parler, bailler, s’étirer. Il tient entre ses pattes un chaton,  jouer avec un chien… Elles sont donc sélectionnées de façon à reproduire des moments que le jeune lecteur reconnaît et qui le concernent : la toilette, le repas, le jeu avec les amis de la maison…

ll n’est pas question d’anthropomorphisme. Si Boubou prend la parole, “Regardez bien…Voilà ma langue, hop comme chez le docteur ! Voilà aussi mes dents …”, le narrateur précise rapidement que Boubou ne parle pas mais qu’il se fait très bien comprendre. Les informations documentaires sont données sur un mode fictionnel, à l’exemple de cette phrase :”Il se remplit la bouche vite, vite, vite…et gonfle ses joues que l’on appelle des joues ou des abajoues”.

Le  lecteur n’échappe pas  aux stéréotypes sur le singe qui imite “papa en train de se raser, Catherine faisant sa gymnastique”, en regard d’une photo sur laquelle le petit animal est penché, ou qui imite papa qui boit de la bière, face à une image de Boubou en train de sentir un verre.

Boubou le petit singe, Amis-Amis, Hatier, 1972

Une seule photo le montre costumé d’un pantalon et d’un gilet à sa taille et le narrateur précise que si “Boubou porte un pantalon et un tricot, ce n’est pas pour entrer dans un cirque mais pour éviter une bronchite parce qu’il fait froid”. Boubou n’est pas Fagotin !

A la fin de l’album, le lecteur apprend que Boubou va rejoindre un zoo dans le sud de la France,  ce qui rend David et Catherine bien tristes nous dit le narrateur, bien que David sourie de toutes ses dents sur la photo. La fiche de renseignements qui termine le livre se termine sur ces mots qui ne peuvent que perturber le lecteur : “Nous sommes bien plus heureux en liberté que dans les zoos et dans les cirques”…

Zoopoétique (suite): a day with Mike the monkey

William M. Rittase , Edward Stern & Company, Philadelphia , 1934, 24 pages

Les photographies sont signées William Rittase,  photographe américain surtout connu pour ses photographies industrielles. Il réalise néanmoins ces deux ouvrages pour la jeunesse : A day with Mike the Monkey et Circus days and what goes on back of the big top pour la Edward Stern & Company en 1934.

Dans A day with Mike the Monkey, une courte préface donne aux lecteurs des connaissances sur la vie des singes capucins, leur habitat, leur nourriture, leur localisation. La préface est signée de L’ Academy of Natural Sciences of Philadelphia, qui donne une caution scientifique à l’ouvrage.

Dans le corps de l’ouvrage, les double-pages accueillent de deux à quatre photographies en noir et blanc, qui occupent la plus grande partie de l’espace.  Mike the Monkey, singe capucin domestiqué, est photographié dans ses multiples activités qui ressemblent fortement à celles d’un jeune lecteur. Un petit texte, rédigé à la première personne, donne la parole au singe qui commente ce qu’il fait dans un langage très simple. Le livre est bien une fiction destinée à de jeunes enfants.

Le singe est un animal récurrent en littérature, depuis les fables d’Ésope jusqu’aux plus récents ouvrages pour la jeunesse, qui jouent de façon régulière sur la  proximité entre l’homme et l’animal, le second souvent utilisé comme un double du premier, pour se moquer, servir d’exemple ou faire rire comme les Fagotin du XVIIème…

Sur le site de Babelio, d’autres ouvrages qui mettent en scène des singes : https://www.babelio.com/liste/6536/Les-singes-dans-la-litterature

ALBUM POUR LA JEUNESSE ET PHOTOGRAPHIE, Conférence enregistrée

La journée d’étude organisée en 2017 à l’université d’Artois est désormais visible sur le site Artois TV, avec ce lien : http://artoistv.univ-artois.fr/video/0416-album-pour-la-jeunesse-et-photographie/

Séminaire doctoral « Album et photographie » organisé par Eléonore Hamaide-Jager

 

  • Laurence Le Guen (université de Rennes 2) : Tour d’horizon de la photolittérature pour la jeunesse
  • Christophe Meunier (université Orléans-Tours) : Un tour du monde des enfants en photo. La collection « Enfants du monde » de Dominique Darbois
  • Christine Morault : Publier des albums avec photographies. L’exemple d’Animaux à mimer de Rodtchenko et Tretiakov
  • Marine Allibert (université de Lille 3) : “Des livres avec et pour la jeunesse : des photographes contemporains à l’école”
  • Natacha Yahi (université de Lille 3) : L’image multipliée : Duane Michals et la littérature jeunesse