Zoopoetique (suite) : The Three Koala Bears and Little Goldilocks

24 p. , 28 cm. 

Publié   à Sydney , par la Cinesound Productions Ltd. , dans les années 1930,  ce livre offre une nouvelle version, un refaçonnage du conte traditionnel dans lequel une petite fille désobéissante s’aventure dans la maison de trois ours et s’installe sans aucune autorisation…

Les éditeurs  proposent une version australienne du conte de Boucle d’or et les trois ours. Le récit s’ancre dans le pays de sa publication. Une petite fille, Goldilocks (Boucle d’or), se promène seule à l’orée du bush australien. Comme dans le conte elle avale le déjeuner d’une famille , mais de koalas cette fois !  Elle s’endort ensuite sur un coin de table et non dans un lit, car les trois koalas vivent évidemment en plein air.  Ces derniers découvrent rapidement que quelqu’un  a vidé leurs tasses et que la fillette est profondément endormie.

Le livre cherche à s’inscrire dans une tradition rassurante et classique du livre pour enfants.  Des motifs floraux,  illustrations graphiques ou tresses de fleurs, sont insérés sur chaque page. Chaque photographie est cernée d’un liseret vert qui la met en valeur et qui fait écho aux graphismes.

Mais l’accent est surtout porté sur l’image photographique. La mention “Illustrated by actual Photographs” sous le titre met en évidence une technique  d’illustration différente. Le recours à la photographie pour accompagner le conte inscrit  cet ouvrage dans une conception plus moderne du livre pour enfants. Elles sont nombreuses, parfois deux sur la même page. Il ne s’agit pas de tableaux posés mais plutôt d’images prises sur le vif, à l’image des koalas  en plein jeu avec une dinette et dont les têtes ne sont pas toujours bien visibles.  Il n’est sans doute pas simple de faire jouer la comédie au petit animal sauvage. On dirait d’ailleurs des images tirées d’un film. La mise en page de la couverture rapproche également le livre de l’univers filmique. Les photographies des personnages, avec leur nom au dessus, donnent l’impression d’une mise en valeur des comédiens. On peut se demander si le tournage d’un  documentaire a accompagné le livre.

La découverte de cet ouvrage nous interroge : l’Australie des années 1930 est-elle  gagnée elle aussi par cet élan pour renouveler les productions pour la jeunesse par la photographie ? 

ZOOPOETIQUE : The Beast in Us

Clare Barnes Jr. , directeur artistique d’une agence de publicité américaine, s’amuse à parodier les attitudes de ses collègues de bureau en associant photographies d’animaux et légendes humoristiques.

 Ses ouvrages White Collar Zoo (1949), Home Sweet Zoo (1950), Political Zoo (1952), tous publiés chez Doubleday & Company à New York, se  classent en tête des ventes et sont l’objet d’articles dans le New York Times ou Life qui titrent “The Beast in us” ou “Animals are very much like people”.  Ils sont vendus à l’étranger et notamment chez Hachette qui publie Le zoo du bureau et Le zoo de la maison en 1950.

La supposée similarité entre les attitudes humaines et animales est le nœud de ces livres, dont la finalité est humoristique.

S’ils conservent  leurs attributs physiques, les animaux sont invités à rejoindre le monde humain. Par le choix des photographies d’abord : sur la couverture, les images sont sélectionnées et détourées de façon à imiter des postures humaines.  Dans le corps de l’ouvrage, le photographe a fait le choix de gros plans qui ôtent tout contexte de vie sauvage. Chaque animal est sélectionné en fonction de sa posture, de sa taille, parfois de ce qu’il symbolise traditionnellement. Toutes les espèces sont représentées de façon à correspondre au “zoo humain”.

Le texte sous l’image se charge de compléter  l’anthropomorphisation. Les 80 photographies  reproduites en pleine page sont accompagnées de légendes  tirées  de dialogues entre adultes, scènes de la vie de bureau, de la maison ou de la politique.

Ces ouvrages sont traduits et publiés dans la série Gaie chez Hachette, pourtant, malgré la présence de quelques animaux proches de l’univers enfantin (chats, chiens et autres lionceaux), les couples images et mots nous en éloignent bien vite.

 

 

 

 

Droits de l’enfant, l’expo !

Du 9 mars au 30 avril 2020, la galerie La Chambre claire de l’université de Rennes 2 accueillera l’exposition “Je, tu, il, elle, nous avons des droits” .

Beaucoup d’enfants ne savent pas qu’ils ont des droits. Beaucoup d’adultes l’oublient. Cette exposition « Je, tu, il, elle, nous avons des droits » le rappelle. Vingt-trois photographies de la photographe militante Lily Franey ont été choisies pour accompagner les articles les plus importants de la Convention internationale des droits de l’enfant. Elles offrent des visions tendres, drôles mais aussi poignantes de l’enfance dans le monde.

Cette exposition sera présentée en lien avec une journée d’étude consacrée aux livres photographiques pour enfants, une projection de films documentaires et des conférences.

la collection “lieu commun” et ses citations du monde

on ne choisit pas sa famille, “lieu commun, Passage Piéton, 2002

« t’es pas une fille, t’as les cheveux courts », « grave dur ce taf », « on ne choisit pas sa famille », « la terre est un seul pays », « on avait dit » …tels sont quelques uns des titres publiés dans la collection « lieu commun » des éditions Passage Piétons, maison désormais célèbre pour s’être lancée dans la publication d’ouvrages photolittéraires pour enfants, et tout aussi célèbre pour avoir renoncé faute de rentabilité.

Les titres inscrivent les ouvrages dans les préoccupations  des enfants plutôt grands, voire même des adolescents. Ces titres sont des citations, des extraits, des morceaux, des prélèvements dans des dialogues, comme semble l’indiquer l’absence de majuscule au premier mot.

Sous le titre figure une image, en noir et blanc, photo, gravure, dessin d’après une photographie et le lecteur y cherche un élément qui fasse écho aux mots au dessus : le dessin d’une fillette toutes dents dehors, un peintre qui s’applique, une grande main qui emprisonne une petite, un homme qui porte une boule de pierre sur son dos, des mains d’où s’échappe une corde… Là encore, l’image est un morceau, un extrait du réel, un geste figé à un temps T par l’appareil. Elle contraint le lecteur à s’interroger sur tout ce qui n’est pas visible, sur son hors-champ.

grave dur ce taf, “lieu commun”, Passage Piéton, 2002

En quatrième de couverture, l’explication arrive : « extrait », « citation », « morceau », « collage »… Dans l’espace de l’ouvrage, le lecteur va croiser des mots, des phrases,  des textes,  des « points de vue » d’écrivains célèbres entremêlés à ceux de photographes qui ont fixé les images du monde qui nous entoure. Les uns et les autres s’enchainent, s’emmêlent, sans ordonnancement apparent.

 la terre est un seul pays s’ouvre sur la photographie en pleine page de droite de la Petite fille au ballon de Lily Franey∗, à laquelle succède l’image des Egoutiers de Pascal Morès  reproduite en double page. Elles n’ont d’ autre cadre que celui du bord de la page. Leur succède  un extrait d’Avis au public sur les parricides imputés de Voltaire, sans que l’on sache très bien quel est le lien. 

Les photographies de paysans, d’un agneau, d’un enfant jouant au cerceau en Afrique, de pieds d’ouvriers, de dessous de tribune se succèdent. Prélèvements de moments  de vie, photographies de gestes figés, alternent ensuite avec des  textes de Rousseau, Rosa Luxembourg, Nerval, Proudhon, Voltaire, Louise Michel…Pourquoi ces choix ? Hétéroclisme des auteurs, des photographies, comme un écho à la diversité du monde ?

Une liste placée à la fin de l’ouvrage permet de découvrir le titre et le nom des auteurs des photographies, ceux des textes. Voilà donc qui replace l’ouvrage dans le droit chemin. C’est donc la fin. Pas du tout ! Une dernière double page offre un dernier moment de vie : une mamie donne un coup de pied dans une boule qui roule vers la fin du livre cette fois. Il faut la suivre et imaginer, une fois le livre fermé, ce qu’on pourrait ajouter…

la terre est un seul pays, “lieu commun”, Passage Piéton, 2000.

Le lecteur est tour à tour spectateur et lecteur. Il avance, revient en arrière, cherche un lien entre les textes et les images, entre les titres des photographies et celles-ci, peine parfois à en trouver, cherche les raisons de ces étranges associations. Il lui semble que l’écho se loge peut-être entre un mot trouvé dans un texte et sa représentation au milieu de l’image, ou bien dans une association d’idées entre la photographie d’un cerceau et un texte sur le diamètre de la terre… Mais est-ce bien cela en fait ?

 Ce dispositif est destiné à provoquer la curiosité, l’interrogation, la réflexion, mais parfois aussi le doute et l’incompréhension. Chaque nouvelle lecture provoquera de nouveaux questionnements, de nouvelles découvertes. D’ailleurs la finalité de ces assemblages est inscrite à la fin du livre : « l’incompréhension d’un mot est un prétexte à l’ouverture d’un dictionnaire, les phrases incomprises sont prétexte à discussions »…

∗Vu dans  L’ Abécédire de Lily Franey

Les livres photographiques de Gilbert Cousland

My Little ABC … Pictorial alphabet prepared and photographed by G. Cousland , 1934, Collins, Londres, 32 pp.

My little farm friends, My little london book, My little ABC, What my camera saw behond the farm gate, Zoo friends, My little counting book, My Little Bedtime Stories… Ces livres, publiés dans les années 30 à Londres chez  Collins, ont pour auteur le photographe américain Gilbert Cousland connu pour ses photographies publicitaires.

Il fait siennes  les thèses des mouvements éducatifs progressistes et met la photographie au service des apprentissages dans ses imagiers, abécédaires, livre à compter, nursery rhymes…

 Ainsi, la double page de l’abécédaire My Little ABC…  propose en page de gauche  une lettre, initiale du mot en dessous, reproduite dans une double typographie pour une autre édition, et en page de droite la photographie de l’objet correspondant. Présentation et finalité sont classiques. L’enfant est invité à reconnaitre, nommer et mémoriser des objets photographiés . L’abécédaire est  complété par deux pages de lettres à découper, incitation à fabriquer de nouveaux mots.

Le livre dépasse la simple présentation d’objets du quotidien. Les objets, les végétaux et les aliments, sont mis en scène  et semblent prendre vie, à l’image du parapluie  dégoulinant  qui abrite une jeune femme élégante, dont on ne distingue que le dos. L’œuf est placé dans un coquetier ne saurait se déguster sans une tasse de lait. La montre est toute petite dans les doigts de la main de l’adulte et ses deux aiguilles nous donnent l’heure. Un jeune indien sort de son tipi et fixe le jeune lecteur d’un regard peu amène.

Pourtant, malgré ce semblant d’animation,  ces objets photographiés sous une vive lumière électrique et sans contexte réel semblent étrangement figés et sortis d’un monde irréel, surréel, à l’image de la pomme qui semble contenir un  véritable œil plein de larmes.

My Little ABC … Pictorial alphabet prepared and photographed by G. Cousland , 1934

Dans My Little Nursery Rhymes en 1937, Gilbert Cousland  illustre cette fois des comptines à l’aide de petites mises en scène de figurines et poupées un peu effrayantes. Le jeu d’ombre et de lumière, s’il donne de la profondeur au petit tableau, ajoute une note peu rassurante.

My Little Nursery Rhymes , Collins, 1937

 On retrouve dans ses ouvrages un prolongement de son travail pour la publicité  et son goût pour le jeu avec les objets, les lettres et les ombres :

Exemples de publicités réalisées par Gilbert Cousland et parues dans Arts et Métiers graphiques de 1932.