La collection Kinder Europa Reihe

Un autre procédé pour montrer l’unité du genre humain peut passer par l’emploi de prénoms identiques déclinés à la manière de chaque pays présenté : PIERRE UND ANNETTE LEBEN IN FRANKREICH, PIET UND ANS LEBEN IN HOLLAND, PETER UND ANNA LEBEN IN ÖSTERREICH, PIETRO UND ANNA LEBEN IN ITALIEN, PEDER UND ANNE LEBEN IN DANEMARK, PETER UND ANNI LEBEN IN DER SCHWEIZ, PIETER UND ANKA LEBEN IN BELGIEN, etc…

Dans les années 1960, la collection “Kinder Europa Reihe”, publiée par Erika Klopp Verlag à Berlin, invite les petits lecteurs allemands à découvrir les pays qui composent l’Europe par le biais de deux enfants locaux , une fille et un garçon, nommés systématiquement Pierre et Anne. Sur la couverture, les deux prénoms sont d’ailleurs détachés du reste du titre, comme s’ils formaient le nom de la collection elle-même.

Ces couvertures sont très stéréotypées : les petits italiens mangent des spaghettis et boivent du chianti, les petits suisses dévorent le fromage, les petits français achètent du pain, les autrichiens font du ski, etc…

A l’intérieur de l’ouvrage de 42 pages, de grandes photographies en noir et blanc offrent des vues des paysages et des gens. La présentation du pays est complétée par un texte, une carte et un texte d’un auteur célèbre : Alphonse Daudet pour la France, Cervantès pour l’Espagne, Jonathan Swift pour l’Angleterre…

Les auteurs de la collection, les reporters-photographes allemands Liselotte et Armin ORGEL-KÖHNE, signent quelques années plus tard les ouvrages de la série”Children’s Around the World”, publiée chez Angus and Robertson, à Melbourne. Ils invitent cette fois les jeunes lecteurs australiens à partir à la découverte des enfants d’Europe en suivant deux enfants australiens, Sally et Steve : SALLY AND STEVE VISIT DENMARK, SALLY AND STEVE VISIT SWEDEN, SALLY AND STEVE VISIT SPAIN, SALLY AND STEVE VISIT ITALY, etc… Cette collection reprend la maquette de la collection ‘Kinder Europa Reihe”…

David goes voyaging, 1925, Portraits de pays (La suite…)

David Binney Putnam s’embarque à l’âge de 12 ans sur le bateau Arcutrus, pour une expédition conduite par le naturaliste William Beebe. Il passe trois mois à bord du navire, avec ses parents, à étudier la vie marine et à visiter des îles désertes du Pacifique.

A son retour, il fait le récit de son voyage et de ses découvertes dans David goes voyaging : “I promised Dad to write a little story about it all […] He told me to try to tell what we did and what I saw, just like fellows telling each other about their adventures. That’s pretty hard to do. Then when I got back they let me make this little book out of what I wrote most every day on the boat. It’s meant for boys and girls. Mother helped me fix up the spelling and make the grammar right”.

Le livre est publié chez G.P. Putnam’s Sons en 1925 à New York. Il est accompagné de multiples petites illustrations dessinées et de 25 photographies de paysages ou de l’adolescent dans ses activités. Elles sont légendées et signées Don Dickerman, Dwight Franklin et Ernest Schoedsack.

Cet ouvrage est suivi de David Goes to Greenland illustré de 46 photographies en1926 et David Goes to Baffinland et ses 50 photographies en 1927.

Ces livres sont les premiers de la collection “Putnam’s Boys’Books by Boys” créée par le père de l’auteur, George Putnam, lui-même éditeur et explorateur. Cette série contient plus d’une vingtaine d’ouvrages écrits pour les garçons par des garçons et est hautement recommandée par Boys’ Life, le magazine des scouts américains.

Ces portraits de pays prennent donc ici la forme du récit de voyages et mettent l’accent sur les découvertes des voyageurs, leurs propres anecdotes et sentiments, même s’ils contiennent de multiples informations sur la faune et la flore ou l’habitat des régions explorées. Les pays dont il est question sont donc présentés par le prisme de jeunes aventuriers-écrivains.

CONNAIS-TU MON PAYS ? portraits de pays (la suite)


La collection “Connais-tu mon pays ?” chez Hatier s’inscrit dans ces multiples séries publiées dans la période de l’après Seconde Guerre mondiale et destinées à faire découvrir et connaître aux jeunes lecteurs français la vie des enfants d’ailleurs. Lancée en 1960, elle compte 15 albums signés Colette Mercier-Nast, auteure de nombreux romans pour la jeunesse et notamment de la collection des “Virginie” chez Rageot.

Au cours de l’année 1960, sept titres sont publiés et jusqu’en 1969, plusieurs ouvrages paraissent chaque année. Le premier est consacré à Paris, avec A Paris avec Catherine. Sur la photographie de couverture, deux enfants tiennent un plan et sont photographiés sous la Tour Eiffel. Dans un bandeau en dessous figurent le nom de la collection, celui de l’éditeur, tandis que celui de Colette Nast est placé en haut à droite de l’image. Le dispositif de cette couverture ne variera pas dans les publications suivantes.

EN AFRIQUE DU SUD AVEC ADRI, EN AUSTRALIE AVEC CHRISTOPHER, EN ECOSSE AVEC DONALD, EN HOLLANDE AVEC HANS,etc… La construction du titre est rigoureusement identique. C’est par le biais d’un enfant local que l’on va découvrir un pays. Il s’agit d’ailleurs majoritairement de suivre un garçon puisque seulement quatre titres contiennent un prénom féminin : Catherine, Harumi, Karin et Eikki.

L’enfant dont le nom figure dans le titre est présent sur la photographie, toujours photographié dans un décor typique, souvent en costume traditionnel. Parfois, il est accompagné d’autres membres de sa famille, et le lecteur ne sait pas toujours très bien qui est désigné par le titre. Sur la couverture de l’ouvrage En Suède avec Karin, il n’y a même pas de fillette. Mais peut-être que le prénom Karin peut désigner un garçon ? On note également que sur la couverture d’En Afrique du Sud avec Adri, les auteurs ont choisi des enfants blancs, ce qui laisse de côté une grande partie de la population. Le choix des pays présenté n’a rien de très exotique non plus et les lecteurs vont découvrir des vies assez semblables à la leur.

Dans le corps de l’ouvrage, les lecteurs vont découvrir la vie d’un enfant sur plusieurs jours et construire ainsi à travers ce portrait une représentation du pays. Les dialogues avec ses amis, camarades de classe, membres de sa famille, apportent de nombreuses informations géographiques, historiques et sur les us et coutumes locales. Une carte vient compléter chaque ouvrage et est la plus propice à accueillir l’imaginaire du lecteur.

La mise en page fait alterner texte et images et rappelle celle des guides touristiques. Les photographies présentent majoritairement des paysages, des maisons, des animaux. Le lecteur réalise, en tournant les pages ,une promenade dans un joli décor, apprend des tas d’informations mais ne rentre pas, malgré le choix d’un enfant comme personnage, dans l’intimité de ce dernier.

Le Bulletin d’analyse des livres pour enfants (N° 13 et 18) parle d’un “aperçu assez superficiel de chaque pays” et de “photos médiocres sans légendes” qui “rappellent fâcheusement les dépliants publicitaires des stations de vacances et le texte ne permet généralement pas aux adultes de deviner ce qu’elles représentent. Qu’en sera-t-il des enfants ?”

Les portraits de pays de La collection “Photographic Picture Books”

Dans les années 30, la maison d’édition américaine David McKay à Philadelphie, spécialisée dans l’édition de comics, lance sa collection d’ouvrages pour enfants qui donne la part belle à la photographie, avec la collection des “Photographic Picture Books”.

Nancy goes to Mexico d’Herbert C. Lanks, publié en 1938, est le premier titre de la collection. Selon le Wisconsin Library Bulletin, dans cet ouvrage, la jeune “Nancy really relates the impressions in this story and they were noted down by her father. As her own account, she has observed interesting things which other children will enjoy knowing about”. Herbert C. Lanks est voyageur et photographe et consigne donc les impressions de sa fille sur le Mexique.

Dans la même collection paraît la même année Pueblo Boy, an Indian Picture Book de Sylvia Starr et Joseph B. Wertz avec des photographies de Jimmy Thomson. Le livre permet au jeune lecteur de découvrir la vie d’une tribu Pueblo.

En 1940, Alida Shinn réalise Children of Hawaii, illustré par les photos de Jimmy Thomson. Les aventures de Patsy et de ses amis locaux permettent au lecteur de découvrir les îles Hawaïennes.

Alida Shinn signe également Sigurdur in Iceland en 1942 et emmène ses lecteurs à la découverte de l’Islande.

Il s’agit donc de portraits de pays phototextuels qui donnent au lecteur la possibilité de découvrir un pays, proche des U.S.A, par la collaboration d’un texte et de nombreuses photographies imprimées en pleine page. Une carte en fin d’ouvrage lui permet également de se situer.

Ces publications prennent la forme du récit de voyage ou du documentaire fictionnel. Cette forme, la plus fréquente, donne à lire et à voir les aventures d’un enfant du pays, ou permet d’assister à la rencontre entre un jeune américain, substitut du jeune lecteur, et les enfants du pays à découvrir. Sigurdur In Iceland permet ainsi de découvrir les geysers, les volcans, les habitations, la nourriture, les sports locaux de l’Islande.

Visuellement, les couvertures de la collection “Photographic Picture Books” manquent totalement d’uniformité. Sur la photographie couleur en couverture de Nancy goes to Mexico, une fillette, sans doute américaine, et une femme retiennent et caressent un âne. Ces personnages, très souriants, fixent le lecteur. La présence des cactus en arrière plan et d’un animal typique du Mexique contextualisent immédiatement le récit. Titre et image laissent penser au lecteur que la fillette qui lui fait face se prénomme Nancy et que le récit de son déplacement en compagnie d’autres adultes vers le Mexique va lui permettre de découvrir le pays.

Sur la couverture du second ouvrage, un enfant en costume traditionnel est photographié en pied, de profil, en noir et blanc, devant un ciel immense et des montagnes lointaines. Le titre et l’image se complètent pour renseigner le lecteur sur le contenu de l’ouvrage. Il s’agit de découvrir la vie d’une tribu Pueblo par le biais d’un enfant, dont on ne connaît pas le nom. La mention “An Indian Picture Book ” dans un bandeau semble également inscrire cet ouvrage dans une collection d’ ouvrages consacrée aux minorités américaines.

La couverture du troisième ouvrage est un portrait d’enfant. L’accent est cette fois mis sur son visage, pourtant en partie cachée par une noix de coco. Ce portrait prend toute la couverture et le lecteur ne peut identifier le lieu où va se dérouler le récit qu’en prenant des indices dans le titre, au pluriel : il est donc invité à découvrir les enfants de Hawaii et c’est seulement en pénétrant dans le livre que le lecteur comprend que les retrouvailles entre Patsy et ses amis Hawaïens vont lui permettre de découvrir ces îles.

Malgré ces différences de conception, ces trois couvertures portent des stimuli visuels similaires : il s’agit d”un portrait photographique d’enfant qui occupe toute la surface de la couverture et le titre est imprimé dans une couleur qui rappelle la tranche du livre.

Le quatrième ouvrage vient rompre avec ce début d’homogénéité. La photographie n’occupe plus que les 2/3 de la couverture. Le titre est imprimé sur un fond bleu. Il s’agit d’un paysage. On ne sait d’ailleurs même plus s’il s’agit bien d’un livre pour la jeunesse, puisque le principe d’y faire figurer un enfant est abandonné. Seul le titre semble indiquer que l’on va découvrir l’Islande par le biais d’un jeune personnage local.


La collection n’entend pas se limiter à être une collection de portraits de pays. Comme l’indique son nom, elle peut accueillir d’autres genres d’ouvrages illustrés de photographies : en 1940 et 1941, la maison publie d’ailleurs On the Farm de Marion Duncan et At the Zoo, de Cole Merris, des docu-fiction animaliers. Nous n’avons pas trouvé d’autres titres pour cette collection. Est-ce que ce manque de ligne éditoriale claire ou ce défaut d’identité visuelle l’a empêchée de prospérer ?