Что это такое ?




Qu’est-ce-que c’est ?, Moscou, Ogiz, 1932

L’exposition Rouge qui se tient actuellement au Grand Palais à Paris montre bien le rôle joué par la photographie et les photographes dans l’élaboration d’une nouvelle culture de masse et dans la formation de l’homme nouveau, après la révolution russe.

Les réflexions menées conjointement par les photographes et les pédagogues au service du régime tournent autour de la création d’un nouveau type d’ouvrage pour enfant mais également sur la place du lecteur. Ce dernier ne doit plus recevoir passivement des informations mais doit les construire et s’engager dans l’acte de lecture, par le tournage de page, par des hypothèses qu’il peut élaborer, par des vérifications qu’il peut faire… Le dispositif du livre doit amener le lecteur à l’action et à la réflexion.

Ce livre présente 21 photographies d’objets photographiés en très gros plans, en noir et blanc, sur un fond blanc ou noir et vide. Il s’agit parfois d’un objet photographié en coupe, sans qu’un hors-champ soit visible. Chaque image est installée sur une page blanche et dans le blanc de la page, les auteurs ont fait figurer une opération mathématique, addition, soustraction, multiplication.

Les auteurs du livre indiquent en préface qu’il s’agit de “puzzles photographiques”, invitent le lecteur à observer attentivement les images, à tenter de reconnaître ce dont il s’agit. Si le lecteur n’y parvient pas, il peut se rendre à la fin du livre, où le résultat de chaque opération est associé à la même photographie dont le cadrage a varié pour faire apparaître l’objet en entier.

Il ne s’agit donc pas de provoquer une reconnaissance immédiate et une prise de parole comme pour The First Picture Book, mais bien d’entraîner un questionnement à partir d’un détail d’une image, de manipuler l’ouvrage pour obtenir des réponses , de revenir en arrière pour confronter l’image finale à la première. Qui dit “puzzle” dit aussi “apprentissage par le jeu”…



PAYS DE PAPIER-livres de voyage a Charleroi

Du 25 mai au 22 septembre, le Musée de la Photographie de Charleroi accueille l’exposition “Pays de papier-Livres de voyage”, l’occasion de découvrir une grande variété de ces portraits de pays phototextuels pour grandes personnes mais bien souvent feuilletés par les enfants …

Une belle présentation sur le site http://www.museephoto.be/actuelles.html#pays

Commissariat d’exposition David Martens ( KU. Leuven) & Anne Reverseau (UCLouvain)

Encyclopedia Britannica Pictures Stories : novellisations et portraits de pays

Drôle de titre qui mêle deux catégories de la production photolittéraire pour la jeunesse, à savoir les livres tirés de films et les ouvrages destinés à présenter la vie des enfants d’autres contrées !

Les ouvrages produits dans les années 40 par l’Encyclopedia Britannica Press, sous la collection des “World’s Children- Encyclopedia Britannica Pictures Stories”, publiée à Chicago, sont tirés des films pédagogiques qui les précèdent.

Ainsi, Anaghalook, Eskimo Girl publiée en 1947 est tirée du film Eskimo Children réalisé en 1941 ( https://www.youtube.com/watch?v=Lbol2rA3-Hs) et Kana, Prince of Darkest Africa du film A giant people-the Watussi.

Elizabeth Kinloch Solem signe les textes de la collection qui, pour l’année 1947, comprend Mateo and the Mexican Fair, Anaghalook, Eskimo Girl, Dark Eyes and Her Navajo Blanket, Shiu Ming, Chinese boy Scout, French-Canadian Children, A Day with Dutch Children, Hans, of the Swiss Alps, Pedro Picks Coffee in Brazil, Yukiko and a Japanese Carnival, Children on England’s Canals, Kana, Prince of Darkest Africa, Pauli and His Hawaiian Feast.

Régulièrement, le titre du film est modifié lors du changement médiatique : Children of Holland devient ainsi A day with Dutch Children et concentre l’action sur une seule journée. L’ajout d’un prénom (Mateo, Shiu Ming, Hans)focalise l’attention sur un seul personnage. Il s’agit donc dans ces ouvrages de présenter au lecteur un enfant de son âge, de lui permettre de comparer sa journée à celle d’un autre, procédés communs aux portraits de pays pour la jeunesse.

L’image de couverture est un portrait d’enfant, dessiné et en couleurs. Elle laisse aussi paraître en arrière-plan des éléments typiques du pays moulins et champ de tulipes… Nous sommes encore dans le pictural, mais on devine la photographie sous-jacente. Une carte du monde vient compléter les informations données par l’agencement titre-image, puisqu’elle situe le pays dont on va parler sur la planisphère.

Sur la page de titre, une mention “From the film…” rappelle que l’ouvrage est tiré d’un film et que la voix off a laissé la place à l’ auteur du texte Elizabeth Solem.

A l’intérieur de l’ouvrage, des photographies en noir et blanc, deux par double-page, occupent la plus grande partie de cette dernière et leur taille permet sans doute de maintenir un lien avec l’écran de cinéma.

Ce sont des images du personnage principal , en gros plan souvent, avec ses amis, avec les membres et animaux de sa famille, photographié dans ses activités quotidiennes. Des photographies de paysages typiques s’intercalent dans le récit au fur et à mesure de ses déambulations. Le lecteur peut d’ailleurs penser que, où que l’on se trouve en Hollande, on trouve des moulins, des canaux et que les jeunes filles portent toujours une coiffe en dentelle…

La voix du narrateur a remplacé la voix off. On sait ce que pense et dit l’enfant. On n’est plus vraiment dans le tout documentaire propre au film d’origine , mais pas non plus totalement dans la fiction, en raison de la présence de photographies et d’un lien avec un film qui authentifient et donnent vie .

Cette collection est produite dans une période où les séries consacrées aux portraits de pays se raréfient aux U.S.A.


Portraits de pays (suite) : La collection Il ragazzo e l’universo

La collection “Il Ragazzo e l’Universo” est publiée par la maison italienne Janus, à Bergame, dans les années 1970. Elle comporte notamment les titres suivants :

OUKANOU IL PICCOLO CALEDONIANO, 1975

IL PICCOLO PRINCIPE DI CEYLON, 1975

HIDEKO LA PICCOLA GIAPPONESE DELL’ HOKKAIDO,1977

YAMBO IL PICCOLO CONGOLESE, 1977

Ces ouvrages, de 32 pages, 32 cm, sont abondamment illustrés de photographies en couleur, in ou hors texte.

Après quelques recoupements, on découvre que ces livres ont une vie antérieure :

Les éditions françaises G.P, dans leur collection “Rouge et Or, l’enfant et l’univers” ont publié Oukanou le petit calédonien en 1969, Yambo le petit congolais en 1972, Hideko la petite japonaise et Le petit prince de Ceylan en 1975. Ces portraits de pays produits dans les années 60-70 circulent donc, sont publiés dans d’autres langues par d’autres maisons d’éditions, à l’image de la collection “Enfants du monde” qui devient “Children of the World” pour la maison Follet Publishing Company à New-York, et “I Ragazzi del Mondo” pour la maison Minerva Italica, à Bergame. En changeant de pays, ils conservent d’ailleurs le même titre, le même format, la même mise en page.

On découvre également que les auteurs de ces ouvrages sont d’authentiques voyageurs, ont tous déjà produit une littérature ethnologique pour adultes, abondamment illustrée de photographies d’ailleurs, à la suite de leurs voyages, et qu’ils sont impliqués dans la réalisation de documentaires filmés.

Marcel Isy-Schwart, auteur de Oukanou et Yambo, est le fondateur des célèbres conférences “Connaissance du monde”. Il est également réalisateur, photographe, écrivain et aventurier du globe et, comme Dominique Darbois, membre de la Société des Explorateurs Français. Il est l’auteur des ouvrages pour adultes Congo Safari (1974) et Brésil Paradis de l’aventure (1977)…

Yves et Danielle Mahuzier, auteurs de Hideko la petite japonaise, sont eux aussi voyageurs et réalisateurs de documentaires de la collection “Connaissance du monde”. Ensemble ils publient de nombreux ouvrages consacrés à la découverte du Japon, dont Le Japon que j’aime (Solar, 2000).

Christian Zuber, l’auteur du Petit prince de Ceylan, est grand voyageur, documentariste animalier, journaliste, conférencier pour “Connaissance du monde” et auteur d’ouvrages destinés à faire découvrir le monde tel que Caméra au poing du Kenya aux Seychelles en 1969. Il a signé d’autres titres pour la collection “Rouge et Or” : Le petit prince des Seychelles en 1972 et Le petit prince des Galapagos en 1975.

Et l’on se dit pour finir que l’adjectif “petit” est décidément un incontournable du genre du portrait de pays…

portraits de pays (suite) : Les voyages de Peter and Nancy

Peter et Nancy sont les héros de la série créée par Mildred Houghton Comfort et publiée dans les années 30-40 par Beckley-Cardy Company à Chicago et qui comprend : Peter and Nancy in Mexico and Canada, Peter and Nancy in South America, Peter and Nancy in Australia, Peter and Nancy in Africa, Peter and Nancy in Asia, Peter and Nancy in the United States and Alaska.

Ils présentent les codes des portraits de pays pour enfants d’avant-guerre :

Le format de chaque ouvrage est celui du roman. La couverture est dessinée. Les pages de garde contiennent une introduction de l’éditeur, une carte du pays visité avec le trajet des deux personnages, un frontispice dessiné et non photographique, une préface de l’auteur, un sommaire, une table des illustrations, un index des lieux, une page de prononciation du vocabulaire.

Dans le corps de l’ouvrage, les photographies, en demi-page ou en pleine page, s’intercalent dans le récit. Elles sont toutes des vues de paysage ou de monuments, portent en légende le nom de ce qu’elles montrent et sont signées. Quelques personnes figurent sur les photographies mais ce ne sont pas des personnages du récit. Ces individus sont présents au même titre que les voitures, les arbres ou les maisons et restent anonymes. Ces images sont visiblement présentes à titre de document et si elles servent à ancrer la fiction dans le réel, elles peinent à atteindre ce but dans la mesure où elles semblent totalement vides de vie.

Dans Peter and Nancy in The United States (1940) le couple d’enfants voyage avec Uncle Lee à la découverte de l’ Amérique. L’auteur invite les lecteurs, “All of you who love America”, à partager en 368 pages le voyage des deux enfants, en train, bateau, bus, voiture, avion et à redécouvrir l’histoire de leur peuple, “a tiny colony of men and women who believed in freedom to the great nation of today, your America !”

Il est sans doute difficile pour le lecteur de partager les sentiments des deux enfants, dans la mesure où on ne sait pas grand chose des préoccupations de ces enfants, de leurs goûts, de leur histoire, mises à part leur réaction enthousiaste et leurs questions qui portent essentiellement sur les villes, monuments et musées traversés. Le livre prend les airs de la fiction mais est en réalité un documentaire sur l’histoire et la géographie d’un pays ou d’un continent.

portraits de pays (suite) Anna Rickwin-Brick

La photographe suédoise Anna Rickwin-Brick (1908-1970) s’inscrit elle-aussi dans la liste des auteurs de portraits de pays pour enfants.

Elle publie Elle-Kari en 1951, un livre pour enfant dont la continuité narrative est calquée sur la journée d’un enfant. Elle réalise ensuite les ouvrages de la collection “Children’s Everywhere”, publiés par la maison suédoise Raben & Sjögren, dans les années 1950, dont les textes sont signés d’auteurs différents.

Sa collaboration avec la célèbre Astrid Lindgren aboutit à 9 ouvrages, traduits et vendus dans le monde entier dont NORIKO-SAN GIRL OF JAPAN, 1958, DIRK LIVES IN HOLLAND, 1963, NOY LIVES IN THAILAND, 1966, publiés par Methuen, à Londres, et MARKO LIVES IN YUGOSLAVIA, 1962, SIA LIVES IN KILIMANDJARO, 1966, RANDI LIVES IN NORWAY, 1965, MATTI LIVES IN FINLAND, 1969, publiés parThe Macmillan & Co., à New York.

Elle travaille également pour la maison Verlag Friedrich Oetinger, à Hamburg, notamment pour deux ouvrages consacrés aux enfants d’Israël : MIRJAM AUS ISRAEL, 1969 et ELI AUS ISRAEL, 1964.

La couverture présente systématiquement la photographie d’un enfant, parfois détourée, le plus souvent contextualisante. Des éléments de couleurs ou des éléments graphiques créent également un lien avec le pays présenté.

Les pages intérieures comportent de grandes photographies en noir et blanc, deux par double-page à peine séparées par la pliure centrale, ou reproduites sur tout l’espace de celle-ci. On y retrouve le personnage principal, des membres de sa famille et ses amis.

Le récit des aventures de cet enfant est l’occasion de découvrir les us et coutumes et les paysages d’un pays.

Sia lives on Kilimandjaro obtient le New York Herald-Tribune’s Spring Festival Award en 1958.