Portraits de pays (suite): Face to face books

Voici Lateef. Il vit en en Inde, au Kashmir.

Et voici Hagar. Elle vit en Israël, dans un Kibbutz.

Ces enfants sont bien réels. Ils sont les héros d’une série d’ouvrages qui se donne l’ambition de faire découvrir aux lecteurs la vie d’ enfants d’ailleurs, à travers le portrait d’un seul : les “Face to Face books”, publiés à la fin des années 60 et au début des années 70 par Crowell-Collier Press à New York.

Nous partageons leur existence sur une semaine à travers des moments classiques : l’école, les repas, les jeux, la famille, les coutumes locales, etc… Texte et photographies invitent le lecteur à venir découvrir l’Israël d’Hagar, l’Inde de Lateef, la Turquie de Samil, la Grèce de Yanis…

Cette collection ne déroge pas aux grands principes des portraits de pays pour enfants : Ces enfants sont la vitrine de leur pays. Le monde de chaque personnage, présenté sur une semaine, résume l’ensemble du pays : A week in Samil’s world : Turkey,  A week in Hagar’s world : Israël, A week in Lateef’s world ; India, A week in Yanis’ world : Greece… Un des ouvrages s’intéresse aux enfants noir-américains : A week in Robert’s world : The South.

D’ailleurs, tout va bien dans chaque pays. Les photos nous montrent des enfants souriants, de la nourriture en abondance, des moments joyeux. Et le texte accentue cette impression de félicité : “They all work together to make the kibbutz run smoothly. Each family is one part of big family” peut-on lire à propos du monde d’Hagar.

D’autres ouvrages de la collection aborderont toutefois les difficiles conditions de vie des enfants dans certains quartiers et s’approcheront de la vérité. Dans A week in Henry’s world : El Barrio, le narrateur du texte parle des dangers et des trafics existants dans ce quartier de Harlem où vivent des émigrés portoricains. On y retrouve la veine des ouvrages de Sandra Weiner…

Penelope and the Earth ou la liberation de l’enfant

Penelope and the Earth, Penelope and the Mussels, Penelope goes to the Farmer’s Market … Shirley Boccaccio photographie ses enfants et ses petits voisins pour réaliser dans les années 1970 les trois ouvrages de cette mini série “A feminist children’s book dedicated to the liberation of children”.

La finalité de ces ouvrages est la libération des enfants, et particulièrement des filles, qui sont invités à devenir acteurs de leurs propres décisions et à se débarrasser des carcans. Dans Penelope and the Mussels, l’héroïne décide qu’il est temps de remplacer le traditionnel plat viande-pommes de terres par un plat de moules et brave donc mille dangers pour emmener ses amis à la pêche…

Sur la page de titre de Penelope and the Earth, Shirley Boccaccio précise que ses personnages sont bien réels et que par conséquent, entre le début et la fin des prises de vue, des dents sont tombées, des cheveux ont été coupés et des accessoires cassés…

Des enfants bien réels et le récit de leurs aventures rocambolesques, parfois en vers, cohabitent avec des personnages de contes, une typographie et des encadrements floraux d’un autre temps. Les photographies et photomontages surgissent au milieu d’une littérature, qui paraît traditionnelle de prime abord, mais qui est en vérité complètement bousculée.

Les ouvrages sont publiés par Joyful World Press, une maison d’édition féministe de San Francisco dont la ligne éditoriale est la publication de livres “reflecting a new spirit of human freedom for contemporary society”. Shirley J. Boccaccio reste célèbre comme activiste des mouvements féministes américains des années 1970.

Turn over Tales

Cet ouvrage est un des livres à jouer de la collection “Playbook in Colour Photography” publiés par Collins, à Londres dans les années 1940.

Chaque page est divisée en trois bandes mobiles que l’enfant doit tourner afin de pouvoir reconstituer verticalement un récit en images photographiques, à droite, un conte ou une comptine, à gauche. L’éditeur explique : “Look at these pictures ! They certainly don’t make a story.[…] You will have to turn over the single parts of each page until the three pictures making one story are all together”.

L’enfant est aidé par un petit symbole qu’il retrouve à côté des trois parties du texte et par le personnage ou un décor qui se répète d’images en images. Une fois les deux pages reconstituées, une histoire est recréée sur l’espace de la double-page.

Pour cet ouvrage réalisé avec Hugh Gee, Zoltan Wegner signe les photographies de ces petites scènes. Dans la même collection il réalisera What makes what ? avec Georges A. Adams.

Zoltan Wegner signe également les adaptations photographiques de contes traditionnels que nous avons présentées dans cet article : https://miniphlit.hypotheses.org/606

Hugh et Sally Gee réaliseront Find the nursery rhyme et What goes with what ?

“Portraits de pays. Textes, images, sons”, le colloque

Dépeindre un lieu, quoi de plus courant ? La pratique est si ancienne que sa familiarité a pour une large part occulté l’existence d’un genre à part entière, le portrait de territoire, dédié à la (re)présentation de lieux tels que des villes, des régions et des pays. Ce genre n’a cessé d’évoluer au cours d’une histoire qui l’a vu se décliner sous différentes formes médiatiques : du livre aux sites web en passant par la photographie, le cinéma et la télévision, la radio ou encore dans le cadre d’expositions.
Ce colloque a pour ambition de proposer la cartographie de ce genre aussi méconnu qu’extraordinairement courant. Pour ce faire, des spécialistes de différentes disciplines (études littéraires, histoire et esthétique de la photographie, du cinéma…) seront conviés à
un dialogue avec des auteurs de portraits de pays ainsi qu’avec celles et ceux que ces questions intéressent.

Voici le programme et le lien https://cerisy-colloques.fr/portraitspays2019/

Jeudi 4 juillet

Matin:
Sophie LÉCOLE SOLNYCHKINE, David MARTENS & Jean-Pierre MONTIER : Introduction
Catherine BERTHO-LAVENIR : Il Bel Paese, le “petit pays” : portraits de pays dans les revues du Touring Club d’Italie et de France

Après-midi:
Jean-Pierre MONTIER : Mais qu’est-ce finalement qu’un “pays” ? Rives et dérives de Pierre Loti
Jean ARROUYE : Portraits gioniens de la Haute-Provence ou la photographie multiréférentielle instrument d’un art moderne de la vanité
Thomas CLERC, écrivain

Vendredi 5 juillet

Matin:
Marcela SCIBIORSKA : Des “livres de photographies grand public” : les stratégies éditoriales derrière les portraits de pays dans la Guilde du Livre
Olivier LUGON & François VALLOTTON : Élargir le regard via le multimédia : les différentes déclinaisons du “portrait de pays” au sein de la stratégie audiovisuelle des Éditions Rencontre (1962-
1972)

Après-midi:
Danièle MÉAUX : Le territoire, tel qu’il est habité. À propos de réalisations photographiques et filmiques de Raymond Depardon
Raymond DEPARDON, photographe et cinéaste
Soirée:
Julien POIDEVIN, créateur sonore – auteur d’un portrait sonore de Caen

Samedi 6 juillet

Matin:
David MARTENS : Portraits radiophoniques de villes. L’émission “Villes Mondes” de France Culture
Alexandre GALAND : L’enregistrement de terrain, pour des portraits sonores de “mondes inconnaissables”
Pauline NADRIGNY : Knud Viktor : images sonores du Lubéron

Dimanche 7 juillet

Matin:
Laurence LE GUEN : De “Children of all Lands Stories” à la collection “Enfants du monde”, offrir un regard sur l’Autre en littérature jeunesse
Gyöngyi PAL : Les portraits du pays de bocage de Trassard

Après-midi:
Patrick BARRÈS : La ville rouge de Michael Matthys : portrait de ville, une logique du fragmentaire
Donata MENEGHELLI : Les villes invisibles de Sophie Calle : entre Suite vénitienne et Souvenirs de Berlin-Est
Bruno GOOSSE : Waterloo n’est pas à Waterloo
Soirée:
Présentation de la revue Gradalis, avec Patrick BARRÈS, Sébastien CASSIN, Sophie LÉCOLE SOLNYCHKINE et Pauline NADRIGNY

Lundi 8 juillet

Matin:
Anne SIGAUD : Les Archives de la Planète d’Albert Kahn : l’autochrome et le film au service de la conceptualisation et de la promotion de la nation (1909-1932)
Teresa CASTRO : “Symphonies urbaines” : un genre chorographique ?
Après-midi:
Sophie LÉCOLE SOLNYCHKINE : Séjourner aux marges du monde, portraitures élémentaires : Léviathan de Lucien Castaing-Taylor et Ága de Milko Lazarov
Benjamin THOMAS : Flandres (2006, Bruno Dumont) : topologies sensibles

Mardi 9 juillet

Matin:
Sarah LABELLE : Figurations de la “ville intelligente” : analyse des motifs de l’agir ingénieur
Julia BONACCORSI : Veiller, surveiller : représentations visuelles des défigurations de la ville

Après-midi:
Yves JEANNERET : Un portrait qui se nie comme tel : le territoire “augmenté”
Sophie de PAILLETTE : “Portraits identitaires de territoires”, puis entretien avec Edith HEURGON

L’enfant et le livre de photos, les lecteurs

Comme du temps de l’Atelier du Père Castor, lundi 1er avril une classe de CM1 de l’école du Liberté à Rennes s’est prêtée avec le plus grand sérieux à la lecture et à la compréhension de notre ouvrage illustré de photographies ou d’illustrations graphiques. Une ingénieure du laboratoire Loustic a mesuré et enregistré leur temps de lecture, leur attitude face aux images, leur compréhension du récit et leurs remarques.

Parmi les réactions et analyses enregistrées, nous avons relevé les réactions suivantes :

“La photo c’est plus réel ; on sait vraiment où ça se passe. On voit mieux le décor et qui parle”.

“Les dessins, c’est plus beau. Et puis moi je suis habitué aux dessins dans les livres”.

“Sur les photos on a de vraies personnes, alors c’est mieux parce qu’on voit la réalité”.

“J’aime bien le style des photos en noir et blanc, c’est beau”.

“Avec les dessins, on sait que l’enfant, il est en train de rêver”.

“Mais en fait, c’est bien si tu mets les deux dans un livre, parce que comme ça y en a pour tous les goûts”.

Mais aussi : “J’ai pas bien compris ton histoire, mais j’ai mis j’aime parce que j’aime toujours tes livres…” (Merci Solal)

Les résultats scientifiques seront annoncés le 14 mai, lors de ma soutenance.

Merci à Jean-René Tanguy et aux élèves de CM1/CM2 du Liberté à Rennes.

Merci à Echraf Mekacher du laboratoire Loustic de l’université de Rennes 2.