L’enfant et le livre de photos, le livre

copyright Lily Franey, Laurence Le Guen

Voici une page de l’ouvrage qui va être proposé à la lecture sur tablette dans une classe de CM1 de Rennes. Elle me permet d’évoquer ma propre pratique de création, nourrie sans aucun doute par l’analyse de l’acte créatif d’autres auteurs dans le cadre de mes recherches de thèse :

Les photographies sont sélectionnées dans un stock d’images appartenant à la photographe Lily Franey et ordonnées de façon à ébaucher un récit. Elles portent toutes en elles un point commun qui a créé un lien entre elles. Une première mise en récit intervient donc dès la maquette.

L’image photographique elle-même porte en elle suffisamment d’éléments pour nourrir l’imaginaire de l’écrivain ou convoquer des souvenirs d’autres lectures ou de moments personnels : la maman qui se cache le visage pour pleurer, (je n’ai aucune certitude qu’elle pleure en réalité), l’enfant qui s’applique à sa table de travail, le vent qui laisse entrer le monde extérieur, etc…

Le texte élaboré contient donc un avant et un après de la coupure de temps opéré par la photographe lorsqu’elle a saisi cet instant. Il fait le lien avec ce qui s’est passé dans l’image précédente et avec ce qui va suivre. Il fait déborder l’image, ajoute des éléments qui n’y figurent pas et peut aller, dans les pages suivantes, jusqu’à en prendre le contre-pied.

L’illustrateur s’est emparé de cet ensemble texte-photographie pour proposer à son tour sa propre illustration :

copyright Mickaël El Fathi et Laurence Le Guen



Do you know what I am going to do next saturday ?

Helen Palmer et Lynn G. Fayman réalisent trois ouvrages phototextuels pour la collection des Beginner Books publiée par Random House dans les années 1960 : Why I Built the Boogle House, I Was Kissed by a Seal at the Zoo et Do you know what I am going to do next saturday ?

Au début de ce dernier , un garçonnet de 9-10 ans demande à son compagnon de jeu s’il sait ce qu’il a l’intention de faire le samedi suivant : “Do you know what I am going to do next saturday ? Well, Sir…Let me tell you !” La photographie montre un jeune garçon à l’air un peu bravache dominant un autre, plus jeune. S’ensuit une longue liste de vantardises comme peuvent en prononcer les enfants dans une cour d’école.

La photographie fait advenir dans la réalité les histoires que s’invente le jeune garçon, donne vie à ses envies, toutes ses inventions : “On saturday, i am going to do everything i want to do” déclare-t-il : manger autant de pancakes qu’il le souhaite, battre cinq garçons d’un coup au tennis, jouer au bowling, faire du ski nautique. Il est aussi question de manger des glaces et des spaghettis, plus que personne n’en a jamais mangé. D’autres activités sont bien plus périlleuses : il va monter dans un jet, faire un tour en hélicoptère et tirer au pistolet avec les Marines ! Et tout cela en une seule journée !

Personne ne pourra mettre un frein à ses envies : “I am going to do everything. No one can stop me.” répète-t-il. Il sera libre, totalement libre, et si toutefois il accepte d’aller chez le coiffeur à la demande de sa mère, il s’en enfuira en gardant sa chevelure un peu longue.

Les photographies accompagnent l’expression de cette imagination : détourées et imprimées sur fond jaune, elles mettent l’enfant et ses activités en valeur. Il est également photographié en contre-plongée en haut d’une échelle se frappant le torse, ou en haut d’un filet battant les Marines à la course. Ailleurs, le photomontage permet de le faire figurer en tête d’une parade de militaires, dirigeant la manœuvre.

Les 34 photographies sont peut-être aussi le reflet des images qui naissent dans la tête de son éditeur à l’écoute du récit de ces aventures extraordinaires. D’ailleurs, il semble bien sidéré par ce qu’il a entendu, comme le montre la dernière photographie.

La photographie, bien loin de brider l’imaginaire enfantin, va complètement à sa rencontre. Un imaginaire bien masculin.

Pour lire le livre : https://www.flickr.com/photos/jl-incrowd/sets/72157600972789303/


L’enfant et le livre de photos, l’enquête scientifique

“Mauvaise qualité”, “sans netteté”, “brideuse d’imaginaire”, “trop plein de réalisme”, “incapacité à accompagner la fiction”… Telles sont quelques-unes des critiques de lecteurs “avertis”que l’on a pu lire ou entendre de façon récurrente, en France, depuis l’insertion de la photographie dans le livre pour enfants.

Aujourd’hui, nous nous proposons de mesurer la réception du lecteur réel, de l’enfant lui-même, dans une enquête réalisée en partenariat avec le laboratoire Loustic de l’université de Rennes 2 et avec le soutien financier de la MSHB.

La posture du lecteur, la compréhension des illustrations, photographiques ou dessinées, l’appréhension du dialogue entre les mots et les images, la préférence donnée à la photographie ou au dessin, vont être mesurées lors d’un test réalisé dans une classe d’une école de Rennes.

Un ouvrage est spécialement créé pour l’occasion, à partir des photographies de Lily Franey, des dessins de Mickaël El Fahti, et de mon propre texte.

Les résultats de cette enquête seront publiés dans une revue scientifique.

Nanouk l’Esquimau

“I wanted to show the Innuit (Eskimo). And I wanted to show them, not from the civilised point of view but as they saw themselves as “we the people”. Robert J. Flaherty.

Dès 1914, Robert J. Flaherty photographie et filme les Inuits. En 1921, il réalise son documentaire, Nanook of the North, qui l’inscrira aux yeux de la postérité comme l’inventeur du film documentaire.

Robert J. Flaherty ambitionne de faire découvrir les habitants de ces contrées glacées, sans stéréotype ni folklore, et de faire émerger le sentiment d’une identité commune. Pour le tournage, il s’immerge totalement dans la vie du village, partage le quotidien d’une famille, implique totalement les habitants dans l’écriture du récit, dans la mise en scène et dans le tournage, en les invitant à se muer en acteur de leur propre personnage. Le film est à la fois documentaire et fictionnel.

My Eskimo Friends Nanook of the North, publié chez Doubleday, Page & Company, accompagne la sortie du film. Il est signé Robert J. Flaherty et Frances Hubbard Flaherty, son épouse. L’ouvrage est illustré d’un frontispice en couleur, de 18 photographies de ses personnages et de scènes de danse, de chasse, de pêche et de construction d’igloo. Robert J. Flaherty y fait le récit de l’expédition et du tournage.

Cet ouvrage fait le portrait d’un pays à travers la présentation de ses habitants et de leurs coutumes, par la photographie et le texte. Il prend en même temps la forme du récit de voyage et du souvenir de tournage rédigés par un authentique ethnologue.

En 1925, Julian W. Bilby publie son propre Nanook of the North chez Arrowsmith, à Londres, avec 29 photographies, dont 18 sont réalisées au moment du tournage du film de Flaherty et sont fournies par la société de production. D’autres sont probablement des photographies réalisées par Flaherty lui-même. L’éditeur précise que l’auteur y fait le récit de la vie typique d’un esquimau avec des “mots”, alors que le film écrivait ce récit avec des “images”.



My village books, portraits de pays (suite)

La série des “My village books” produite entre 1956 et 1974, et publiée par Pantheon Books à New York, a fourni plus d’une vingtaine d’ouvrages à l’histoire du portrait de pays pour enfants, avec des titres comme My village in Israël (1959), My village in Greece (1960), My village in Japan (1966), etc… Elle est signée du couple de photo-reporters Sonia et Tim Gidal.

Chaque ouvrage de la série fonctionne de la même façon et le dispositif est présenté au lecteur dès la couverture : sur la photographie, un jeune garçon de 9-10 ans, parfois affublé d’un vêtement typique, ou accompagné d’un animal local, sourit, immédiatement sympathique. En arrière plan, ou sur une autre photographie, le décor est visible : un village allemand, avec ses maisons peintes et sa montagne enneigée, un douar marocain, planté sur une colline, etc…

Le titre lui-même fournit au lecteur des indices sur ce qui va suivre : l’enfant va présenter, à la première personne, la communauté dans laquelle il vit, donner des informations sur la nourriture, les fêtes locales, l’école, la vie à la ferme, sa famille et ses voisins…

Une fois franchit la couverture, une carte présente le pays, un glossaire fournit au lecteur les mots usuels et une cinquantaine de photographies documentaires soutiennent la voix du narrateur qui raconte la vie dans un village au cours d’une journée. L’ouvrage condense, à travers cet enfant et ce lieu, tout ce qu’il faut savoir sur le pays. La partie, pour le tout…