Les cartes-Eclair de Gaston Karquel

Nous l’avions rapidement présenté dans notre calendrier de l’avent. Nous apportons aujourd’hui quelques informations complémentaires.L

Gaston Karquel (1906-1971) partage les sujets de prédilection des photographes des années 30 à 50, comme en témoigne son abondante production de photographies en noir et blanc d’enfants, de paysages et monuments français, d’hommes au travail.

L’ Alphabet photographique, réalisé dans les années 1940-50 par Les Éditions du Compas, porte les mentions « Composition et photographies de Gaston Karquel ; texte de Pauline David ». Dans dans un étui, 26 cartes-éclair (plus un autre L) au format carré, portent une photographie et une lettre. Quel lecteur le dispositif de cet objet-livre attend-il ? On est en effet plus près de l’objet à manipuler que du livre.

La couverture de l’ouvrage accueille le titre, le nom du photographe, les lettres en couleur, ainsi que la photographie du fils de Gaston Karquel, Jacques Karquel.

Les planches conservées dans les archives montrent que les photographies sélectionnées sont hétéroclites et ne sont pas spécifiquement sélectionnées dans le domaine de l’enfance. Elles sont tirées des séries que le photographe réalise dans Paris et dans le reste de la France : la tour Eiffel accompagne la lettre T, l’Obélisque de la place de la Concorde, la lettre O, le pont d’Avignon, la lettre P.

Si le X est naturellement accompagné du très attendu xylophone et le Y d’un gros plan sur des yeux, une surprenante photographie d’une usine est placée en regard de la lettre U. Certaines images sont immédiatement lisibles par le lecteur, comme celle de la grappe de raisin (R) photographiée sur fond noir, ou la hache (H) photographiée en gros plan. D’autres ouvrent de multiples possibilités de lecture, par l’abondance des détails qui y figure ou le flou qui entoure l’objet représenté : est-ce bien une locomotive qui accompagne la lettre L ? que faut-il regarder sur la photographie qui accompagne la lettre G ? l’arbre ? la sculpture ? un mur ? la grille d’un parc ? La reconnaissance attendue de l’objet n’est pas immédiate. La situation se complique devant la photographie sous la lettre Z : on y voit une rivière, un mur et une sculpture avec les pieds dans l’eau. Il faut être bien parisien pour deviner qu’il s’agit du mot Zouave !

Miniphlit remercie Juliette Lavie.

Ma famille

Découvert à la troisième journée dédiée aux rapports entre littérature pour la jeunesse et photographie, ce petit ouvrage plein d’humour présente, sur chacune de ces pages, les membres d’une famille symbolisés par des meubles photographiés. Les photographies sont travaillées, complétées de graphismes, détourées et collées sur un fond de couleur uni et décontextualisé.

Le choix des meubles résonne avec le caractère ou le physique de la personne désignée : Pépé Ernest est symbolisé par un fauteuil, dont l’assise rappelle la bedaine du grand-père. L’arrière grand-mère complètement “sourdingue” prend l’image d’un phonographe, qui l’inscrit dans le temps et rappelle également le cornet acoustique. La grand-tante et ses copines prennent les traits de chaises de camping à fleurs des années 1970 qui évoquent instantanément les bavardages des vacances.


Chaque portait est accompagné d’un titre, au dessus du personnage présenté, dont les mots et la typographie redoublent le message de l’image. Chaque membre de la famille de cet album de famille est donc construit par l’assemblage des mots, des images et des échos qu’il provoque dans les souvenirs des parents-lecteurs.

Pour l’ouvrage Mes Amis, Anne-Caroline Pandolfo et Isabelle Simler reproduisent le même dispositif.

3ème Journée d’étude Littérature de jeunesse et photographie, Univ. d’Artois

Dans le cadre de la troisième journée d’étude que l’université d’Artois consacre à la photolittérature pour la jeunesse, je présenterai l’exposition consacrée à Ergy Landau : http://ergy-landau.litteraturesmodesdemploi.org/

Programme de la journée d’étude
Photos des origines, origines des photos : album et littérature de jeunesse
18 janvier 2018


9H30 Accueil
10H00 : Laurence Le Guen (université de Rennes)
Ergy Landau à livres ouverts


11H00 : Juliette Lavie (université de Paris-Nanterre)
L’édition d’albums en photographie pour les enfants :
La collaboration Sougez-Jonquières


14H00 : Anne Schneider (université de Caen)
Origines de la photo : Du flou comme langage mémoriel dans l’album


15H00 : Eléonore Hamaide-Jager (université d’Artois)
Les photos des ancêtres dans les albums de jeunesse

Слет, 1930





Dans l’Union Soviétique des années 1920-1930, photographes professionnels et amateurs se mettent au service du nouveau régime pour montrer ses réussites. La photographie est en phase avec la modernité. Elle peut témoigner du développement technologique du pays, de la réalité de la vie du travailleur, mieux que ne le ferait une représentation graphique . Si peu d’ouvrages pour enfants sont illustrés de photographies, elle est cependant fréquente dans les livres à destination des jeunes pionniers.

En août 1929, 7000 jeunes pionniers et 40 000 invités se réunissent au stade Dynamo de Moscou, pendant une semaine, avec conférences, compétitions, congrès communiste des enfants et un carnaval. Cet ouvrage publié en 1930, La réunion, d’Oleg Schwartz, fonctionne comme un reportage journalistique, constitué de multiples photographies accompagnées d’un texte qui soutient leur message.

Les panoramas attestent de la présence d’une foule nombreuse et du gigantisme du rassemblement. Les portraits d’enfants témoignent de l’enthousiasme des pionniers présents mais également de l’unité de toutes les composantes du pays. Les jeunes gens, garçons et filles, participent à des compétitions de saut, de natation, de lancer, de course, mais sont également invités à s’entraîner au maniement des armes et à s’exprimer lors de réunions politiques.

Many thanks to Vita Ustanina !