Let’s Go Outdoors

Harriet E. Huttington, Let’s Go Outdoors, 1939

Let’s Go Outdoors est le premier volume de la série des « Let’s Go books », série d’ouvrages documentaires, au format carré, abondamment illustrés de photographies, et destinés aux tout-petits lorsqu’ils sont en âge de pousser les portes de leur univers immédiat, pour aller découvrir le monde. Le texte en regard des photographies donne des informations dans un langage très simple sur les insectes, vers, tortues, grenouilles… Huit ans après l’imagier The First Picture Book d’ Edward Steichen, qui présente les objets du quotidien de l’enfant et dont la finalité est l’acquisition des premiers mots, il peut se présenter comme un ouvrage qui lui fait suite et accompagne une nouvelle étape de son développement.

Ces clichés sont réalisés par Preston Duncan, photographe de stars, mais Harriet E. Huttington signera les photographies des tomes qui suivront :  Let’s Go to the Seashore (1941), Let’s Go to the Desert (1949), Let’s Go to the Brook (1952).

La série se poursuivra jusque dans les années 1980, avec d’autres ouvrages comme Let’s Look at Dogs. Harriet E. Huttington réalisera également un ouvrage destiné à faire connaître les instruments de l’orchestre : Tune up, the instruments of the orchestra and their players, publié chez Doubleday en 1942.

Ernest La Prade, auteur de la préface, souligne le talent d’Harriet E. Huttington pour tirer partie des qualités décoratives des instruments et réaliser des photographies artistiques. Il ne s’agit pas seulement d’un ouvrage pédagogique, mais bien d’offrir au lecteur une source de plaisir : « Tune up should be a source of instruction and pleasure for any child ».

Photo-sculpture, 1940

Henri Rox, Banana Circus, London, Hammond, Hammond & Company Ltd, New York, Putnam’s sons, circa 1940, 48 p.

Henry Rox (1899-1967) est l’auteur de ces délicieuses et très anthropomorphiques sculptures périssables, qu’il photographie, et avec lesquelles il réalise trois ouvrages pour enfants Banana Circus, Tommy Apple in banana land, Tommy Apple and Peggy Pear  dans les années 1930 et 1940.

Banana Circus met en scène la famille Banana dans différents numéros de cirque, acrobates, musiciens, otarie, projectile « humain »…  Le texte en regard des photographies est signé Margaret Fisher, émigrée d’Allemagne pour s’installer aux U.S.A avant la guerre comme lui, et auteure de nombreux albums pour la jeunesse.

Le juin 1941, le magazine Life lui accordait déjà deux pages, dont une accueillait une histoire photographique en couleur. L’auteur de l’article suggérait que ces petits personnages pourraient être à l’origine d’une nouvelle sorte de bande dessinée.

« Speaking of pictures », Life, juin 1941

Je m’amuse avec le photomontage en 1931

Jean Manfrédi, Je m’amuse, Paris, Librairie Flammarion, circa 1931.

L’album paraît en 1931, au moment où Sougez  publie deux albums destinés à présenter les objets de l’enfance : Alphabet et Regarde. Dans ces mêmes années, Ergy Landau et André Kertesz proposent leurs visions de l’enfance dans leurs albums Enfants, avec des images d’enfants photographiés au bain, à table, dans leurs séances de jeux. Pierda  propose lui aussi son Alphabet photographique. De l’autre côté de l’Atlantique, Mary Steichen Calderone préface le livre de son père en déclarant que rien ne convient mieux à l’enfant que les livres illustrés de photographies, pour découvrir le monde.

Page intérieure

Cet album de Jean Manfrédi (auteur d’un autre album pour enfants, entièrement dessiné, en 1935, chez le même éditeur) offre cette particularité de proposer des illustrations mi-photographiques, mi-graphiques. Les têtes, mains et jambes des deux enfants proviennent de photographies, tandis que le décor et les jouets sont dessinés et coloriés. Son auteur aussi s’amuse. On n’est pas loin des réalisations de Piet Maree : https://miniphlit.hypotheses.org/477

Colloque Cinéma et littérature pour la jeunesse 15 -16 novembre BNF/ENS

« Dans les années 50, période phare pour l’album pour enfants illustré de photographies et pour les novellisations, les livres tirés des films d’Albert Lamorisse viennent proposer un nouveau type d’ouvrages dans lesquels la photographie offre au lecteur un objet dans lequel visuel et verbal sont d’égale importance. L’album abondamment illustrés de photographies, repose sur la re-matérialisation des images filmiques, accentue le lien avec l’œuvre originelle. Ces novellisations entrainent souvent un récit réduit, sans description (abondance des photographies), une stéréotypisation des données du récit (on se focalise sur les personnages), la création d’un narrateur puissant (le film Le Haricot d’Edmond Séchan était muet), une accélération de la diegèse ».

J’évoquerai, le vendredi 16 novembre, la question des conséquences du transfert esthétique, lors du passage du film au livre, dans les œuvres du cinéaste Albert Lamorisse. Bim le petit âne, Crin blanc et Le ballon rouge.

La déclinaison de ces films sur un autre support médiatique, si elle permet pour le spectateur de maintenir le lien avec l’œuvre d’origine, conserve-t-elle la richesse du premier produit ? Voilà ce à quoi je tenterai de répondre.

Un tour d’Europe dans les années 30 : Around the world in eleven years

Patience Abbe, Around the world in eleven years, New York,  Blue Ribbon books, 1938

Patience, Richard et John Abbe, les auteurs de cet ouvrage, sont nés à Paris à la fin des années 1920. En 1932, les Abbe quittent Paris pour Berlin, puis Moscou, reviennent vivre dans l’ Allemagne hitlérienne, avant de repartir en Angleterre et de rejoindre les États-Unis, au gré des missions de leur père.

Ce dernier est le photographe américain James Edward Abbe, qui travaille pour de grands journaux tels que le Harper’s Bazaar ou le New York Herald Tribune. Dans cette période, il photographie notamment Hitler et Staline.

L’ouvrage est autobiographique. La jeune Patience Abbe écrit à la première personne et au passé, le récit de leurs voyages, des rencontres qu’ils font, décrit les maisons, les écoles qu’ils fréquentent, les obsèques de la femme de Staline, les parades nazies dans Berlin, les hauts buildings de New-York et les difficultés des photographes pour vivre de leur art…


« With is the way I, Richard and Johnny said « Heil Hitler »

En Allemagne, Patience raconte  les autodafés de Goebbels,  commente la situation de la population juive- « Hitler ought not to be so severe with the  Jews », analyse sa rencontre avec Goering-« General von Goering was a handsome man, but too fat »…

En Russie, elle s’interroge sur le communisme : « The Russians don’t like wars but we don’t understand then why they want to kill the Capitalists. […]I don’t see how you can take the money away from the Capitalists without killing them ».

Ce récit de voyage, plein d’innocence, est aussi un témoignage sur la situation de l’Europe dans les années 1930.

Le livre  a été traduit dans plusieurs langues, a connu un vif succès en Angleterre et aux États-Unis. La revue L’ Education Nouvelle le conseille en 1939, dans sa rubrique « Revues et  Livres »  :   » Lisez le à la fois pour rire et pour admirer, une fois de plus, combien les enfants sont intelligents quand on les laisse libre de s’exprimer, et combien les joies de l’esprit leur importent plus que le confort ».