ERGY LANDAU A LIVRES OUVERTS

Ergy Landau à livres ouverts

L’exposition qui redonne vie à la grande photographe des années 30-50 est enfin en ligne. Elle est visible sur le site de littératuresmodesd’emploi.

Membre fondateur de l’agence photographique Rapho en 1933 mais aujourd’hui méconnue, Ergy Landau (1896-1967) fait partie de cette diaspora hongroise dont sont issues certaines des principales figures de la photographie du XXe siècle (André Kertesz et László Moholy-Nagy, entre autres). Côtoyant Brassaï, proche de Nora Dumas et d’Ylla, elle appartient à cette génération de femmes artistes qui ont fait l’histoire de la photographie et de ses rapports avec l’univers de l’imprimé.

Ergy Landau à livres ouverts : un tel titre signe un parti pris. Il met l’accent sur un mode de diffusion de la photographie que les expositions consacrées à des photographes minorent encore trop souvent, alors même que l’imprimé – revues, magazines, livres… – constitue l’un des principaux vecteurs de diffusion de la photographie.

Issue des archives personnelles de la photographe, ainsi que les principales publications auxquelles Ergy Landau a contribué, cette exposition dévoile diverses facettes de sa relation avec la littérature, plus particulièrement avec le livre et les publications imprimées.

Qu’il s’agisse d’illustrer des articles de magazines, de concevoir des livres pour enfants, de contribuer à des portraits de pays ou de photographier des écrivains, une part conséquente du travail de la photographe s’est constituée en dialogue avec les textes d’écrivains. Ergy Landau à livres ouverts vise à faire redécouvrir cette œuvre en documentant et en donnant à voir ce versant décisif de son travail.

Inventaire des archives
Laurence le Guen

Commissariat
Laurence Le Guen (Université Rennes II – Phlit), Andrea Oberhuber (Université de Montréal – Projet CRSH) & David Martens (Université de Louvain – MDRN & RIMELL)

Web design de l’exposition
Vincent Maillard

Conseiller muséographique
Sofiane Laghouati (Musée royal de Mariemont/UCL)

Cette exposition a bénéficié du soutien des RIMELL, du groupe MDRN de l’Université de Louvain, du CRSH (Canada) et de Phlit. Répertoire de photolittérature ancienne et moderne.

http://ergy-landau.litteraturesmodesdemploi.org/

Deux Petits Ours dans la RLPE !

Un grand merci à Catherine Bonhomme et Elisabeth Lortic pour ce très long et bel article dans La Revue des Livres pour enfants de cet été, article que j’insère  ici avec leur autorisation. 

Je me permets juste une précision. Les éditions MeMo ont pris appui sur l’oeuvre originelle pour réaliser cette grande réédition, à savoir le livre publié aux Etats-Unis, avec le seul texte écrit par Ylla au cours de sa carrière.

Ses archives témoignent de son insatisfaction à l’égard de sa propre écriture, mais également à l’égard des textes écrits pour ses livres, par d’autres. Un seul auteur avait grâce à ses yeux : Jacques Prévert.

Kodak Girl

Sur la couverture dessinée de cet ouvrage publié en 1900, à Boston, deux fillettes jouent au photographe-amateur. Depuis 1890, la firme Kodak a ancré sa campagne publicitaire autour de la femme moderne,  en mesure désormais d’immortaliser seule les moments de bonheur familial grâce à ce nouvel appareil, plus petit, plus léger, qui libère aussi des contraintes de posséder un matériel pour développer les clichés, puisqu’elle s’en charge..  Les femmes ne sont désormais plus des sujets, mais des photographes.

Emma Cockrell Baldwin y trouve là un moyen d’illustrer avec ses propres photographies, l’histoire qu’elle imagine pour les enfants. 41 photographies mettant en scène  deux fillettes, leurs amis, leurs jouets et leurs animaux ou bien encore des clichés de paysage, accompagnent le récit. Elles sont toutes légendées, avec renvoi à la page.

Kodak a libéré la femme et sans conteste accéléré la production de photolittéraire pour enfants !

 

L’Art photographique révélé aux enfants

Quelques éditeurs se sont fixés la mission de faire découvrir l’ Art de la photographie aux plus jeunes, en éditant des compilations de photographies réalisées par des photographes célèbres.

La collection Révélateur, éditée dans les années 1990 par l’Atelier des enfants du Centre Pompidou, propose aux enfants un « premier regard sur la photographie », en regroupant dans un ouvrage-un portfolio ; l’idée même d’insérer photographies et textes dans ce format d’ouvrage est déjà un parti pris artistique-19 photographies de « grands maîtres », parmi lesquels Brassaï, Boubat, Koudelka, Kertesz, en noir et blanc ou en couleur, classées par thématique : feuilles et feuillages, murs et fenêtres, l’eau, etc…

Ces clichés sont accompagnés d’extraits de textes de la Littérature, choisis pour la thématique commune qu’ils abordent et qui sont censés dialoguer avec les images. Ces écrits fonctionnent en fait comme des « suppléments d’Art » donnés aux images photographiques avec les signatures de Borges, Breton, Char, Platon…

En 1995 Gabriel Bauret et Grégoire Solotareff propose Album, édité par L’École des Loisirs, un imagier, recueil de photographies de maîtres, en couleur ou en noir et blanc, accompagnées d’un mot. L’idée est de retenir des photographies d’artistes « qui désignent quelque chose de concret »  et de « choisir des mots du vocabulaire courant, pas trop éloigné de l’univers des enfants », selon les auteurs eux-mêmes.

Dans le même genre, en 2006, Marie Houblon publie, chez Tourbillon, Mais …que font-ils, un recueil de 150 photographies puisées dans le fonds de l’agence Magnum (signées Henri Cartier-Bresson, Raymond Depardon, Josef Koudelka…) accompagnées de mots. Il est question par l’image et les mots de répondre à la question du titre : « Mais que font tous ces personnages ? Ils dansent, ils attendent, ils jouent… ils vivent ».

Dans ces ouvrages, les mots qui accompagnent les photographies se focalisent sur un détail de l’image, orientent sa lecture. Le lecteur conserve toutefois toute la liberté de s’en échapper pour fixer son œil sur d’autres éléments, laisser parler son imaginaire.

Au final, rien, dans ces ouvrages, n’est dit de la technique, du courant dans lequel s’inscrivent ces photographies, de leur spécificité, de la place de l’artiste, de ses choix…Il s’agit de proposer à l’enfant de belles images et de les faire parler.

Deux questions se posent : est-ce que ces ouvrages constituent réellement de « véritables approches de l’ Art photographique » comme le proclame l’éditeur de Mais …que font-ils ? Est-ce que ces compilations d’œuvres des « maîtres de la photographie » peuvent être envisagées comme des « mises en bouche » pour aller plus loin dans la découverte de l’ Art des photographes ?