« Sac à Tout de Séverine, récit-photo pour enfants en 1903 », dans la revue « Contemporary French Civilization »

https://online.liverpooluniversitypress.co.uk/doi/abs/10.3828/cfc.2018.14

« En 1898, le journal Le Mercure de France présente les résultats d’une enquête sur le livre illustré par la photographie. Sollicitée, Séverine répondra: “Je suis contre, et de toutes mes forces; c’est horrible!” (Ibels 114). Cinq années plus tard paraît chez l’éditeur Félix Juven, à Paris, Sac à Tout, un livre pour enfants illustré de photographies, signé Séverine. Cet article se propose d’analyser, sous le champ des études photolittéraires, l’inscription de cet ouvrage dans les productions de récits-photo, qui connurent un moment d’apogée entre 1890 et 1910. Il s’agira de mettre en lumière les contradictions qu’il semble contenir, entre recherche de la modernité, avec cet usage de la photographie, et inscription dans la tradition de l’art du livre. Il s’interrogera aussi sur cette réponse pleine de virulence d’une figure marquante de la société du tournant du vingtième siècle, la journaliste et écrivain Séverine.

An 1898 article in the French newspaper Le Mercure de France presented the results of a survey about books illustrated by photography. When asked to comment, the French journalist and author Séverine answered “I am against, and with all my strength; it is awful!” (Ibels 114). Five years later, she published Sac à Tout, a phototext for children, edited by Félix Juven. In this study, we will analyze that book under the light of photo-literary studies and the relationship between literature and photographs. Indeed, this book belongs to the era of the production of photograph-illustrated books which was at its peak from 1890 until 1910. This article will first analyze the apparent contradictions between modern techniques, such as photography, against the classic tradition of the art book. It also examines the virulent response from this prominent figure in society at the turn of the twentieth century, the journalist and writer Séverine ».

A boy’s vacation abroad, journal d’un Américain en Europe

Ce très élégant jeune homme dont le portrait figure en frontispice de l’ouvrage publié à Boston en 1906, A boy’s vacation abroad ; a American boy’s diary of his first trip to Europe, est C.F. King Jr, élève de la St John’s School de New York.

Entre le 5 juillet 1906 et le 25 août 1906, le jeune homme et son frère cab accompagnent leur père en Europe  et traversent The Old World : la France, la Suisse, l’Italie, la Grèce, la Turquie, La Bulgarie, La Serbie, l’Allemagne, la Hollande.

Texte, photographies et légendes témoignent de ses rencontres à bord des différents moyens de transports empruntés, de ses visites, des spectacles auxquels il assiste et des quelques-rares-difficultés qu’il rencontre.

Comme il l’annonce en préface, la finalité de ce « journal » est double : -mémorielle : « recall the pleasant time i had on the trip »

-utilitaire : « everyone who goes abroad for the first time will use this book as a guide ».

Une autre finalité apparaît dans les quelques lignes qui terminent le journal : « I am sure i learned a lot of the world and the people in it. I learned to love America more and have become actually proud that I am an American. We are cleaner, better, brighter, and happier in this country. Truly it is God’s own country !”

Cet ouvrage s’inscrit dans les portraits de pays d’avant la Seconde Guerre mondiale,  destinés,  le plus souvent, à construire l’identité nationale, par opposition ou rapprochement, et à former le jeune lecteur à l’esprit patriotique. En somme, s’il est intéressant de se former en voyageant, il encore mieux de retrouver son nid !

Bonnes vacances !