L’Abécédire, dire la vie et l’alphabet. Miniphlit accueille Lily Franey

L’abécédire est publié en 2001 aux éditions « Rue du monde » dans la collection « L’album-photo ». Le livre, comme tout imagier-abécédaire, est destiné à l‘éveil des tout-petits, à leur apprentissage des mots et leur découverte du monde.

Alain Serres est à la conception de cet ouvrage hybride : « Son idée était d’avoir trois types de messages avec une lettre de l’alphabet : Le mot, une image photographique qui représente le quotidien de l’enfant et un dessin symbolique proche du thème de la photographie[1] ».

Il contacte donc la photographe Lily Franey,[2] dont il a découvert le travail photographique sur les droits de l’enfant, à l’occasion d’une exposition pour le CCE Cheminots en 1990. Naît ensuite une relation professionnelle privilégiée puisque de nouvelles collaborations se mettent en place : « A la suite,  Alain Serres m’a publié des photos dans plusieurs ouvrages des éditions Rue du monde » explique Lily Franey.

En 1995 Lily Franey réalise une série de clichés dans les crèches du Val de marne. C’est à la suite de l’ exposition[3] qui en découle qu’ Alain Serres propose à Lily Franey d’illustrer avec ses photographies les mots qu’il a choisis.

« Attendre, boum, changer, doucement, écouter, frisson, grandir, hop !, impossible, jungle, klonk, léger,  magique, non, oui, partir, qui est-là ? , réfléchir, slurp !, terminé, unique, voyager, what’s your name ? , xkrrreuh !, youpi ! et zut ! » Ce sont à la fois des noms communs, des adjectifs, des adverbes, des onomatopées, des verbes, de courtes phrases, dont une en anglais, et, contrairement aux abécédaires les plus courants, ils ne sont pas puisés  dans une thématique, ni dans le monde spécifique de l’enfance.

« Nous avons choisi ensemble, Alain et moi, les photographies dans mon travail sur les tout-petits et sur les droits de l’enfant pour illustrer les thèmes qu’il souhaitait évoquer. »

Les photographies ne sont  pas conçues exprès pour le livre, mais choisies dans une banque d’images préexistante : « La plupart des photographies sont prises dans les crèches de Gentilly, Créteil, Champigny », d’autres sont tirées d’ expositions antérieures : « Certaines photos sont prises dans mon stock d’images : lettre G, maman et enfant, exposition sur les femmes de Romainville – lettre Q, les mômes de St Denis 93) – lettre X , Afrique, Mali ».

Elles sont toutes des moments du quotidien, moments de jeux, de repas, de partage d’émotions. Elles sont prises à hauteur d’enfants, n’épargnent ni les bouderies, ni les pleurs, invitent l’enfant-lecteur à pénétrer dans l’image, à se reconnaître comme un des acteurs.

La photographe fait le choix du noir et blanc, comme une suite logique à son travail, mais aussi, selon elle, parce que meilleur révélateur des sentiments de l’enfant : « Le noir et blanc me permet d’aller plus directement vers tout ces sentiments à exprimer ».  Sans doute, remarque-t-elle, « la couleur aurait pu vite devenir un travail plutôt orienté vers une forme de graphisme et aurait certainement perturbé le sens de l’image ».

La couleur dans le livre, c’est le dessin qui la porte, dessin de la lettre, illustration graphique d’Olivier Tallec. Ce dernier a travaillé à partir des clichés comme le rapporte Lily Franey : « Olivier Tallec a fait (ou pris dans son stock) des dessins symboliques en s’inspirant des clichés photographiques ».

Comment se fait le lien entre le visuel et le textuel ?

Dans l’espace de la double page, sont combinés une lettre, un mot, une image photographique et un dessin, non cadrés, à peine séparés par la pliure du livre.

Si l’on prend la lettre « A, a », elle s’accompagne dans une bande du mot « attendre ». En dessous, sur la photographie, une femme tend les bras vers un enfant. Le jeune enfant a un doigt dans la bouche. Le cadrage de la photographie laisse voir l’eau d’une piscine et un jeu pour bébé-nageur, contextualisant ainsi la prise de vue.

La photographie a donc été choisie puisque le petit enfant semble attendre pour se décider : « L’enfant qui attend, qui s’interroge, s’il va pouvoir être capable, avoir la force de plonger, pour se jeter à l’eau dans les bras de sa mère », explique Lily Franey.

Pour  le dessin en regard, à peine séparé de l’image photographique par la pliure de l’ouvrage, ce qui créé un écho entre les deux,  le dessinateur a choisi de représenter, en couleurs vives,  trois oiseaux, dont l’un quitte le nid : « Dans le dessin, la symbolique se porte sur la force d’un petit oiseau à quitter le nid et s’envoler comme l’encourage sa mère. Les deux images se combinent donc pour illustrer la polysémie du mot.

Les deux illustrations dans la double page ne forment pas une suite, et pourtant, dans leur confrontation entre elles,  et avec le mot, des questions adviennent, une histoire se crée, un avant et un après du moment de la prise du cliché voit le jour dans la tête du spectateur-lecteur  : « C’est magique : tu peux te raconter cent histoires, te poser mille questions. Qui c’est celui-là ? Où elle va ? Ils ont peur de qui ? Et moi, je ferais quoi à sa place ? » indique la préface. La dernière double page de l’ouvrage est à cet égard parlante :

Sous l’étiquette « Z, z, Zut », l’image d’un ours en peluche qui a perdu un œil fait face à la photographie d’un cerceau, qui roule vers la droite, dans le sens de la lecture, vers la fin du livre. C’est au lecteur de dire (Abécé-dire) ce qu’il va advenir de cette peluche, de ce cerceau, car même si « zut, le livre est fini », l’imagination va venir à notre secours.

La conjonction du visuel et du textuel, dans l’espace de la double page, invite donc le lecteur à mettre  en relation les trois messages,  et surtout à créer une histoire, des histoires, à dépasser la simple illustration d’un mot, à la compléter, à imaginer.

Si le livre raconte des histoires, il  propose aussi à l’adulte-lecteur  une plongée dans l’univers de l’enfance, avec ses « visions de l’enfance »,  dans la ligne droite des Enfants d’ Ergy Landau ou de Kertesz. « Bon voyage dans l’étonnant pays de l’Abécédire », conclut Alain Serres. « Bon voyage dans le pays de l’enfance », pourrions-nous compléter.

Merci Lily !

[1] Interview de Lily Franey

[2] Lily Franey est photographe de l’agence Rapho

[3] Exposition « Je suis petit …comme je suis », catalogue édité par la maison Robert Doisneau, 1996

Le regard de Frédérique Lemarchant sur l’ exposition du Quai Branly 

Miniphlit ouvre ses pages à Frédérique Lemarchant qui a posé son regard sur l’Exposition : « Le magasin des petits explorateurs » :

« Cette exposition et son catalogue ont pour but d’offrir « un panorama de tout ce qui a fait rêver à de lointains voyages les enfants d’autrefois et qui contribue encore aujourd’hui à la production d’un imaginaire de l’exploration à destination de la jeunesse » [1]

 Son titre fait référence à des publications destinées à la jeunesse du 19ème siècle comme le Magasin d’Education et de Récréation de Pierre-Jules Hetzel et Jean Macé, lancé en 1864, ou le Magasin Pittoresque d’Edouard Charton (1833-1938). Il convoque aussi la marchandisation des imaginaires de l’exploration et de la découverte d’autres civilisations, qui a, jusqu’au 20ème siècle, dans un contexte de colonisation, produit livres, jouets, jeux, images et objets publicitaires.

L’exposition est structurée autour des grandes figures mythiques  de l’exploration et de l’exotisme (Robinson Crusoé, Paul et Virginie, le capitaine Némo, Tarzan…) et de ses grands thèmes (le cannibalisme,  le tour du monde., le monde inuit, les indiens d’Amérique… )

Les clichés et lieux communs, souvent racistes, ne sont pas occultés, mais le changement de regard de la société occidentale sur l’indigène, induit par le développement des connaissances ethnographiques et les prémices de la décolonisation,  apparaît dans la dernière partie de l’exposition.

Autour des années 1950, l’émergence de la photographie comme illustration 

 Sans surprise, c’est autour des années 1950 que paraissent des ouvrages illustrés de photographies à destination des jeunes lecteurs.  Le souci d’éviter que ne se reproduise la catastrophe de la Seconde Guerre mondiale et la nécessité d’éduquer les jeunes générations à la connaissance et à la bonne entente avec des civilisations éloignées favorisent dans l’édition jeunesse la publication de tels ouvrages. L’amélioration des techniques d’impression va permettre d’illustrer ces albums de photographies rapportées d’expéditions ethnographiques, donnant ainsi une caution scientifique au propos.

Le visiteur découvre tout d’abord Le Petit Dan : conte africain adapté et photographié par Jean Rouch, Pierre Ponty, Jean Sauvy. Dessins de Oumarou Ousmane.  Paris : Arts et métiers graphiques, 1948.

Ce livre entremêle réalisme et imaginaire en utilisant des photographies documentaires ramenées d’une mission le long du fleuve Niger et des dessins d’événements impossibles à photographier. Il a été critiqué sur ce même site :

https://miniphlit.hypotheses.org/715

Arrive ensuite Les Peaux-rouges de l’Amérique du Sud d’ A. Métraux. Ed. Bourrelier, 1950. (La Joie de connaître)

Il s’agit d’une description de la vie quotidienne et des coutumes des indiens des forêts de Guyane, d’Amazonie et de la Terre de Feu. Les photographies proviennent du Musée de l’Homme et du Service de Protection des Indiens du Brésil. Critiqué par la revue Cahiers d’outremer au moment de sa parution, cet album y est qualifié de « bon ouvrage de vulgarisation »[2] malgré l’usage « périmé » du terme « Peaux-rouges ».  Ce titre qui répondait à une stratégie commerciale sera modifié lors de la réédition de l’ouvrage chez Métaillié en 1982.

Enfin, l’une des dernières vitrines de l’exposition est consacrée à la collection « Enfants du monde » composée d’une vingtaine de titres parus entre 1952 et 1975 chez Nathan.

Le succès de cette collection revient en grande partie à son illustratrice principale,  la photographe Dominique Darbois, et à la maquette inventive de Pierre Pothier.

Comme je l’explique pages 328 à 321 du catalogue de l’exposition, la réussite de chacun de ces albums  tient aussi à des récits au fort pouvoir d’identification et à la valeur documentaire certaine.

Un catalogue très riche vient utilement compléter la visite de l’exposition :

 

 

Frédérique Lemarchant « 

Frédérique Lemarchant est professeur documentaliste et l’auteure de l’article « Dominique Darbois et la collection « Enfants du monde ». La photographie entre fiction et documentaire »

https://journals.openedition.org/strenae/1386

 

 

 

 

[1] Catalogue « Le magasin des petits explorateurs », Actes Sud / Musée du quai Branly-Jacques Chirac, 2018

[2] PAPY, Louis. A. Métraux. Les Peaux-rouges de l’Amérique du Sud. Collect. « La Joie de connaître ». 1950. In: Cahiers d’outremer. N° 14 – 4e année, Avril-juin 1951. p. 184;

https://www.persee.fr/doc/caoum_0373-5834_1951_num_4_14_4076_t1_0184_0000_2

Signé ALOUETTE , de l’écran à l’écrit (suite…)

En 1960, Pierre Véry (1900-1960), célèbre auteur de romans et scénariste, publie chez Hachette, dans la « Bibliothèque verte » le roman pour la jeunesse  Signé :  Alouette, dans lequel   trois jeunes garçons mènent une enquête autour d’un gangster déguisé en aveugle…

L’oeuvre est prolongée en 1967 :  le roman est adapté pour la télévision par Jean Vernier, sur un scénario d’Yves Jamiaque. Il sera diffusé  en huit épisodes le samedi soir, à 21h, sur la première chaîne de l’ORTF. Le succès est immédiat dans une époque où la télévision ne possède qu’une seule chaîne. Prolongement de l’expérience spectatorielle également, les fans peuvent retrouver les acteurs du film dans des reportages qui leur sont consacrés et reprendre le générique en chœur, grâce à la bande-originale qui est simultanément mise en vente.

La novellisation sort chez Hachette, au moment de la diffusion du téléfilm, dans un album grand format de 38 pages.

Elle a été envisagée  très tôt, puisque Noël Véry, le fils de Pierre Véry, réalise les photographies au moment du tournage.  La couverture de l’ouvrage porte la mention « d’après l’oeuvre de Pierre Véry ». Il n’est plus l’auteur du texte mais son lointain inspirateur, puisque entre-temps un scénariste a déjà adapté la première oeuvre. Le texte de la novellisation est lui confié à Claude Voilier, auteure prolixe des romans de la série du « Club des 5 » qui « raconte » à son tour une histoire, à partir du scénario. Circulation transmédiatique…

Le roman originel a été réédité chez Mango, dans la collection « Chambres noires » en 2009.

 

Du voyage dans la culture enfantine

Sur le site de France Culture : https://www.franceculture.fr/emissions/rue-des-ecoles/voyage-dans-la-culture-enfantine?

« Le« Magasin des petits explorateurs », c’est le titre d’une exposition actuellement proposée au musée du quai Branly à Paris qui raconte  « tout ce qui a fait rêver à de lointains voyages les enfants d’autrefois » et même ceux d’aujourd’hui. En effet, « l’ailleurs » est un thème central de la culture de jeunesse. Pensez à Jules Vernes, à Tintin, aux images des tablettes de chocolat, aux figurines avec lesquelles vous avez peut-être joué enfant. La découverte, l’expédition, le reportage, demeurent des sources intarissables pour l’imaginaire enfantin.

Au Quai Branly tout comme dans le magnifique catalogue de l’exposition sont racontées l’invitation au voyage, la jubilation de l’aventure, l’exploration comme pédagogie et ce à travers une multitude de productions culturelles (livres, illustrés, bandes-dessinées, jouets, dessins animés) destinées aux enfants et aux adolescents. Au centre de ces récits, la rencontre entre les civilisations ou plutôt celle avec » l’ailleurs », vu d’Occident. Cette rencontre c’est un émerveillement toujours, mais aussi l’idée de leur supériorité transmise aux petits Français de métropole, un racisme culturel très prégnant destiné  plus ou des représentations du monde.

On trouvera donc dans ce magasin, la beauté mais aussi la laideur du monde à travers une histoire des publications destinées à la jeunesse qui permet de retracer l’évolution de la manière dont on s’adresse aux enfants depuis le XVIIIème siècle  »