Humains, trop humains, les animaux de Jean Tourane

Photographe animalier, Jean Tourane (1919-1986) réalise dans les années 50 de nombreux livres pour enfants illustrés de ses photographies d’animaux : Brigitte, puis Firmin, en 1952 aux éditions « Ides et Calendes », Brigitte et Fanette, Maître Roux, Micouchet l’imprudent, en 1956 pour les « éditions de l’Atlantique ». Le Chat, la Belette et le Petit Lapin, en 1958, une adaptation de la fable de la Fontaine, etc …

C’est en 1955 qu’il passe à la réalisation cinématographique  pour avec enfants avec Une fée pas comme les autres, produite par Del Duca. Le succès du film entraîne une commande de la RTF pour la série de Saturnin le Canard, qui donne rendez-vous aux téléspectateurs français chaque dimanche soir. Ces films seront à leur tour novellisés en albums photographiques : Saturnin le poète, La fête au village, le voyage de Saturnin…

Tous les comédiens de Jean Tourane sont des animaux. Mais au contraire d’Ylla qui photographie les siens en respectant leur animalité, tout ceux de Jean Tourane sont dressés et anthropomorphisés, à la manière de Harry Whittier Frees.

Oie motorisée, pékinois artiste peintre, lapin chauffeur de camion, renard coiffeur et canard poète, ils évoluent dans un monde à leur taille, garni d’objets en modèle réduit,  imitation du monde réel et adulte.  Le texte aussi renforce cette humanité :  les animaux-personnages s’animent, parlent, agissent, pensent, imitent l’être humain, signifient toujours quelque chose, et comme l’a écrit Roland Barthes, « ce quelque chose est toujours entièrement socialisé, constitué par les mythes ou techniques de la vie moderne adulte ».

Ces animaux semblent bien humains, trop humains et l’imaginaire de l’enfant ne se développe que dans la conscience qu’il a  de l’impossibilité de voir un canard skier ou un cochon fumer la pipe !

 

 

 

 

 

 

 

Du film au livre, Le Haricot d’Edmond Séchan

C’est en 1962 qu’Edmond Séchan, chef opérateur d’Albert Lamorisse pour Crin Blanc, réalise ce court-métrage qui obtient la Palme d’Or au festival de Cannes de 1963.

Edmond Séchan réalise  photographies,  maquette,  texte  lors du tournage, avec l’idée déjà bien établie de faire un livre, comme cela a été le cas pour Niok l’éléphanteau, en 1957. Mais sa novellisation (The string bean) ne paraîtra chez Dobble Day, aux Etats-unis, qu’en 1982,  traduite pour l’Ecole des Loisirs en 1984, dans la collection « Mouche ».

Si le film racontait une histoire en musique et en images, (aucun dialogue),le passage dans un nouveau média contraint l’auteur à opérer quelques ajustements.

Comment rendre compte dans un livre illustré de photographies du temps qu’une plante met à pousser? Comment rendre compte de la solitude d’un personnage, cette vieille dame en noire, filmée longuement dans ses petites activités quotidiennes ? Comment rendre compte des mouvements impatients des jardiniers qui arrachent le plan de haricot ? Comment passer de la taille de l’écran à celle des photographies de la collection « Mouche » ?

Par la mise en page et le choix des photographies d’abord : images séquentielles pour dire la narrativité, cadrage sur le visage de la vieille dame pour dire sa tristesse, photographies en noir et blanc pour dire la solitude, photographie qui déborde sur la deuxième page, adoption du point de vue du personnage, qui s’étale sur une double-page, et permet au lecteur de voir avec les yeux de la vieille dame…

Par un texte qui créé un avant et un après de la diégèse, par l’insertion d’un narrateur omniscient, qui fait connaître au lecteur les pensées du personnage, par une composition de la page  qui marie des images et un texte  qui épouse l’horizontalité ou la verticalité des photographies…

La novellisation est bien, dans ce cas, une re-création et non le calque d’un film.

 

 

 

Sotlugg och Linlugg, féérie suédoise !

Dans le genre des ouvrages photographiques mettant en scène des poupées, marionnettes et autres petits objets hétéroclites, il faut ajouter cette collection qui vient renouveler dans les années 40-50, en Suède, l’illustration des contes.

L’auteure suédoise Karin Fryxell (1911-2003)  fabrique ses poupées, les met en scène dans des décors réels et les photographie. La collection connaîtra un vrai succès, comme en témoigne la publication de 15 ouvrages, une adaptation pour la télévision et leur réédition dans les années 80.

On pense immédiatement aux Histoires d’Amadou, publiées aux Editions du Cerf volant, puis à La Guilde du Livre, dans les années 50. Mais la ressemblance s’arrête à la conception du livre. Amadou avait toutes les réflexions et attitude d’un vrai petit garçon, ce qui chagrinait bien les lecteurs lorsqu’ils découvraient dans l’atelier de Suzy Pilet qu’il n’était qu’une poupée de chiffons. Ces deux trolls Sotlugg et Linlugg vivent, eux, dans un monde imaginaire peuplé de sorcières, fées et autres monstres.

C’est sans doute ce petit air de « féérie au sein de la vie quotidienne »  que prennent ces histoires, qui a séduit tant  de lecteurs. La photographie dans des décors naturels de ces êtres tirés des contes, permet le mariage entre réel et féérique, ce qui anime bien chaque enfant lecteur.

La photographie, révélatrice de merveilleux ?