Portraits de pays : Little people of other land series

Mary Muller, pseudonyme de Leonore Mulets, signe le texte de la majorité des ouvrages de cette série, publiée à Chicago par la Flanagan Company, au début du siècle :  The story of Akimakoo, an african boy, Little people of the snow, Little people of Japan…

Cette série s’inscrit dans ce genre des portraits de pays  destinés aux jeunes lecteurs américains qui se multiplièrent dès le tournant du 20 ème siècle jusqu’à la la seconde guerre mondiale.

Mi-fiction-mi-documentaire, ils abondent en détails sur les us et coutumes des pays dont ils font le portrait, à travers celui d’un enfant, qui est censé incarner son pays tout entier.

Dans Little people of Japan, sous-titré a story of japanese child-life, le narrateur raconte, à hauteur d’enfant, la vie de Kaga et de sa famille ce qui lui donne l’occasion de s’attarder sur les maisons japonaises, les tenues, les fêtes, l’école, les légendes…Les photographies de Laura B. Starr montrent les maisons, les tenues, les paysages et ont une fonction purement documentaires.     

Dans The story of wretched flea, or the story of a chinese boy, la narratrice s’attarde longuement sur les pratiques religieuses qui pourraient paraître archaïques  au lecteur américain :  « Wretched Flea once had  little sister. But girl babies are not much loved in a chinese home.” ou encore « Flea’s mother could neither read or write ; for in China girls are not taught to read and write”.

De nombreux ouvrages de la littérature américaine pour la jeunesse consacrent en effet à cette période des passages à la minorité chinoise,  s’attardant sur les aspects physiques, sur leurs coutumes si différentes et sur le rejet qu’ils inspirent.  En 1898, dans un livre de géographie  on relève :   « For a time the United states allowed the chines to come here ; but so many of them were brought across the pacific that our people became afraid that they would do all the work(…) they are not likely to make desirable citizens”.

Les chinois, qui ont largement émigrés vers les Etats-Unis dans la seconde moitié du XIX eme siècle, restent en cette période, une minorité à exclure.

Suite d’illustrations pour le Grand Meaulnes, un livre d’artistes

 

Ce roman d’ Alain Fournier, publié en 1913, a  été illustré entre 1925 et 1946 par de nombreux artistes , à l’aide de différentes techniques, eaux fortes, aquarelles, pointes sèches, dessins à la plume, pour des éditions bibliophiliques, avec ou sans texte, et à  tirage limité.

Lorsque la photographe Laure Albin Guillot, en 1946, illustre avec ses photographies ce roman désormais célèbre, elle s’inscrit dans la « suite » de ces illustrateurs qui firent de ce roman un « livre d’artiste ».  Le livre est tiré d’ailleurs à 500 exemplaires seulement et est imprimé sur vergé anglais teinté. La photographe confirme, s’il en est besoin, le statut d’art de la photographie.

La question est inévitable :  « Est-ce vraiment un livre pour enfants ? » En 1957, dans la revue Enfance, on peut lire cette appréciation de Marc Soriano  : « J’ai ainsi dans ma bibliothèque une série d’illustrations photographiques pour Le Grand Meaulnes, réalisées avec des poupées par Laure Albin-Guillot, très belles, mais assez secrètes et hautaines »…

Pour réaliser ces saynètes, la photographe et l’artiste Louise-Edmée Chevalier opèrent des choix dans des moments de la narration, comme le ferait un metteur en scène. Le texte est absent, pourtant le spectateur retrouve des moments clefs du roman,  reconnaît Meaulnes dans cette figurine de céramique au visage indéfini, assis sur un pupitre et se souvient de cette scène dans laquelle, bien qu’entouré d’écoliers, le personnage semble bien seul.

« Assis sur un pupitre, en balançant les jambes, Meaulnes réfléchissait. Aux bons moments, il riait aussi, mais doucement, comme s’il eut réservé ses éclats de rire pour quelque meilleure histoire, connue de lui seul. »  (1ère partie, II, « Après quatre heures… »)

De théâtralité, il est aussi question, avec ce jeu sur la perspective, créée par les décors et les ombres, qui donne à ces photographies une profondeur dramatique.

La photographe, avec son appareil, adopte le point de vue du narrateur du roman, un narrateur silencieux, et réécrit l’histoire avec la lumière. Quand le visuel convoque le textuel…

 

Imagiers photographiques, nouvelles mythologies modernes

 

Entre Nous…Bébé signe

Cendrine Génin, Séverine Thévenet, Editions Ane Bâté, mars 2017

« L’image, c’est le regard, c’est la rencontre. C’est cela qui convoque l’altérité. (…) Je suis à l’opposé de la séduction facile de l’enfant pratiquée dans certains imagiers. C’est un leurre » dit Cendrine Genin, auteur-photographe, rencontrée lors de la JE consacrée à l’imagier photographique,  à l’université d’Artois, le 9 février.

Depuis le First Picture Book d’Edward Steichen, les imagiers photographiques se proposent de mettre la photographie au service de l’enregistrement du monde de l’enfance.

Qu’il s’agisse d’apprendre à nommer les objets de l’environnement immédiat ou plus lointain du jeune lecteur, qu’ils opèrent un classement thématique (animaux, vêtements, nourriture) ou se penchent sur les concepts abstraits, les imagiers photographiques se sont multipliés avec plus ou moins de qualité.

Certains opèrent de simples placages d’un mot sur une image, abondent en stéréotypes sur la réalité du monde, généralisent l’enfance, se contentent de citer et d’organiser un monde que l’enfant organise déjà avec son regard et ses mots.

D’autres, plus ambitieux, font le pari de l’émotion, de la rencontre nouvelle avec l’objet photographié, d’offrir une autre vision du monde, comme l’ont fait Edward Steichen ou Emmanuel Sougez. Telle une déambulation d’un écrivain surréaliste, certains photographes, depuis les années 70,  réinventent les « mythologies modernes » en créant de associations qui surprennent, poétisent la banalité du monde, transforment le réel. Leur univers poétique, insolite, décalé, propose à l’enfant de regarder différemment le monde qui l’entoure.

Le site de Cendrine Génin : http://www.cendrinegenin.com/

Sur le site de la BM de Nantes : https://bm.nantes.fr/files/live/sites/bm/files/PDF_CBB/matinees_CBB_imagiers.pdf

Sur le site de Cécile Boulaire, les imagiers de Tana Hoban: https://album50.hypotheses.org/1568

Les Deux petits Ours d’Ylla, réédités chez MeMo !

« Deux oursons nés en hiver voient le printemps arriver et ont très envie d’aller découvrir le monde hors de la tanière. Mais leur mère ne veut pas qu’ils se perdent dans le vaste monde. Pendant que la grande ourse va chercher du miel, les deux oursons oublient sa mise en garde et courent dans les champs, roulent et chahutent. Les voilà jouant à cache-cache dans la forêt et grignotant des feuilles vertes. Grimpant aux arbres, ils réalisent soudain qu’ils n’aperçoivent plus leur tanière…

En 1954, Ylla publie Two Little Bears chez Harper & Brothers à New York. En plein « âge d’or » du livre illustré de photographies, Ylla connaît un succès mondial, et cet ouvrage sera tiré à plus de 100 000 exemplaires. Pour ce livre, Ylla achète un ourson, puis deux, les nourrit au biberon et les jeunes ours la suivent, comme ils suivraient leur mère, dans la forêt du Connecticut. »

 

https://www.editions-memo.fr/livre/deux-petits-ours/

C’est avec un infini plaisir que je fais cette annonce, après deux années consacrées au travail d’Ylla, une plongée dans ses archives à Tucson et à New York, et une collaboration  passionnante avec les grands éditeurs de la petite maison d’édition nantaise. Merci pour leur confiance !

Around the world in eighty minutes !

Publié en 1894 à Philadelphie, avec dans le titre une référence explicite au Tour du Monde en 80 jours de Jules Verne, cet ouvrage illustré de 100 photographies propose au lecteur, voyageur immobile, de faire le tour du monde, en partant de et en revenant à New York : « Mahomet, though a prophet, had to go to the mountain because the mountain would not come to him. You need not to go to the mountain. Modern science will make it come to you. »

La préface indique pourquoi et comment on lit cet ouvrage et insiste sur la nouveauté qu’offre cet ouvrage photo-textuel : Grâce à cette science moderne qu’est la photographie, le lecteur peut désormais contempler les beautés actuelles et passées du monde. Elle fait même mieux que tout artiste qui tentera de les représenter, puisque tout ce qui s’offre aux yeux du lecteur est bien réel, parfaitement fidèle à la réalité et  permet même de capturer  l’âme de ce qui ont été présents à l’époque de leur construction.

Le texte, qui accompagne chaque cliché , se présente comme un guide  pour le voyageur, lui fournit en plus des informations sur l’histoire de chaque monument.

Mieux que Philéas Fog ou Nelly Bly, c’est en 80 minutes que le voyageur immobile fera le tour du monde :  » Snap his fingers at Phineas Fog and Nelly Bly. eighty days quotha ! seventy ? Sixty ? Nay, eighty minutes will suffice. »