Photo-Performances de vacances

En vacances au bord de la mer Gaspard creuse des tunnels dans le sable. Soudain, une main le happe et l’entraîne tout au fond du trou, l’occasion pour lui de pousser une porte et découvrir un autre monde, comme Alice, de l’autre côté du miroir. Et c’est celui de l’atelier d’un photographe, cet autre monde, celui de monsieur Clic, avec ses vieux appareils, sa chambre noire, ses zooms qui permettent de voir l’infiniment petit…

L’ouvrage est divisé en deux parties : celle du récit, illustré par des photographies de paysages, sur lesquelles l’illustratrice a dessiné objets et personnages, et celle des informations documentaires et des jeux qui invitent l’enfant à griffonner à son tour sur des  reproductions de photographies.

L’illustratrice mêle donc plusieurs techniques d’illustrations, comme elle l’avait fait dans son roman-photo De l’or en brique, pour lequel elle n’hésitait pas à mêler techniques empruntées à la Bande Dessinée, bulles, onomatopées, dessins et photographies.

Cet ouvrage témoigne une fois encore de la liberté des jeunes illustrateurs actuels pour s’inspirer des multiples courants artistiques.

La photographie dans cet ouvrage pour les tout-petits a vocation à planter un décor et à inscrire la fiction dans une réalité familière pour le lecteur. Elle est à son tour fictionnalisée par l’ajout de graphismes. Les différents clichés présentent aussi les multiples variations que permet la technique photographique, entre usage du flou, du gros-plan, du noir et blanc, de la couleur…

L’ouvrage Photo performances a été  édité par Actes sud en 2015, en partenariat avec les Ateliers de la Villette, qui proposent aux enfants, à partir de 8 ans, de découvrir l’Histoire de la Photographie et de s’essayer à créer des mises en scène photographiques amusantes.

http://www.galavanson.com/page/photo-performances/

Portrait de pays : Michaël and Anne in the Yosemite valley

Michael and Anne in the Yosemite valley, NY, The Studio Publications Incorporated, 1941.

Cet ouvrage pour enfants illustré par la photographie met en scène deux enfants, Michaël et Anne et narre sur une journée leurs aventures dans la nature, entre rencontres avec une indienne et un cowboy, baignade dans la rivière, sieste dans les hautes herbes…

Ces deux personnages sont en fait les propres enfants du grand photographe américain Ansel Adams et le décor de leurs jeux, celui de la Yosemite Valley, où ils résidaient une partie de l’année, et qu’il s’employa à photographier tout au long de sa carrière.

Malgré des photographies qui semblent témoigner d’un bonheur parfait qu’ est la vie au contact de la nature, servir de modèle pour ces clichés n’avait rien de très réjouissant, selon Anne Adams, qui confie quelques années plus tard :  « When we had to get in the Merced River, it was really, really cold, and the grass tickled. »

Le livre est surtout prétexte, comme dans un guide touristique, pour découvrir les beautés de l’Ouest Américain. Elles font prendre conscience au lecteur de l’immensité de ces paysages, de la puissance de cette nature, mais aussi de la protection qu’elle peut accorder à ceux qui y résident.

Si ces photographies d’Ansel Adams, et celles qu’il réalisa pour le gouvernement à la même époque,  ont sans aucun doute permis le classement de cette région en parcs naturels protégés et contribué ainsi à la préservation d’un environnement, elles ont également participé à forger l’unité d’une nation autour de ses territoires et de son Histoire, celle de la conquête de l’ouest.

Home

Ansel Adams explique son travail dans ce film  réalisé en 1958 : http://www.laboiteverte.fr/documentaire-ansel-adams-travail/

 

Captain Kodak

Captain Kodak, a camera story, Lothrop Publishing Company, Boston.

C’est en 1898 que paraît cet ouvrage d’Alexander Black, écrivain, journaliste, photographe, inventeur du « Picture Play », auteur d’un manuel pour photographe amateur, Photography indoors and out, a book for amateurs,  et de nombreux romans illustrés par la photographie.

« Everybody seemed to have a camera except us ! »se lamente un des personnages au début de l’ouvrage. C’est qu’en cette fin de XIXème siècle, grâce à l’invention du « Press the button », allusion au slogan lancé pour accompagner la commercialisation du Kodak,  tout le monde photographie et les clubs d’amateurs se multiplient.

Ce roman d’aventures d’une bande d’enfants membres d’un club de photographes,  est surtout un prétexte pour faire la preuve de tout ce que le Kodak permet : Immortaliser l’indien Walking Dog, ramener le souvenir des buildings de New-York et des rues de Brooklyn, celui des animaux du zoo, voir la fiction prendre forme grâce à ces saynètes jouées et photographiées, faire de  l’art, en photographiant des fleurs dans un vase, ou un bateau  sur la mer… Posséder un Kodak c’est vivre de nouvelles aventures et maîtriser une nouvelle technologie ! Pour seulement 25 dollars.

Pour en savoir plus sur Alexander Black : http://www.victorian-cinema.net/black

XIème colloque international de l’IAWIS/AIERTI Université de Lausanne (UNIL) 10-14 juillet 2017

Cette année le colloque s’intéressera à « La reproduction des images et des textes » .

Mardi 11 juillet, je participerai au séminaire « Images d’un pays : acteurs de la circulation iconographique au XXe siècle », avec la communication suivante :

 

« De l’album photographique pour adultes au docu-fiction pour la jeunesse, la reprise et la circulation des images dans les années 50

Après la seconde guerre mondiale, les éditeurs multiplient la production d’ouvrages photographiques destinés à faire découvrir le monde et démontrer l’unité du genre humain. Les maisons d’édition françaises créent simultanément des collections destinées à la jeunesse, dans lesquelles la photographie, langage compréhensible par tous, est destinée à convaincre le jeune lecteur, citoyen de demain, que l’Autre et lui sont semblables.

En nous appuyant sur deux ouvrages, Parana le petit Indien, de Dominique Darbois et Francis Mazière, publié en 1953 chez Nathan, et Horoldamba le petit Mongol, d’ Ergy Landau, publié chez
Calmann-Lévy, en 1957, nous verrons dans un premier temps, que, bien souvent, les créateurs réutilisent des images d’abord employées dans des ouvrages pour adultes. D’ une publication à
l’autre, ils opèrent des modifications sur les images et le texte, afin de séduire et convaincre le jeune lecteur.
Dans un deuxième temps, nous observerons comment ces livres qui réutilisent les mêmes images, ancrent l’Autre dans des stéréotypes et un folklore satisfaisants pour le lecteur, le figent dans un
décor, restent à la lisière de sa vérité, pour échouer finalement dans leur quête d’universalité. Ces œuvres, même si elles permettent de voyager par-dessus les frontières, dans une période où les Français ne peuvent le faire, ne les abolissent pas ».

http://wp.unil.ch/reproduction2017/files/2017/05/Liste-communications-pdf.pdf

Livre de couple, les Histoires d’Amadou

Est-ce que l’histoire a été écrite pour les photos ou les photos réalisées pour illustrer l’histoire ? Dans le cas des Histoires d’ Amadou, c’est une écriture collaborative, et même,  une écriture à quatre mains, tant la vie et l’oeuvre des créateurs de ce personnage, couple à la ville et couple artistique,  sont étroitement imbriquées.

Suzi Pilet et Alexis Peiry ont commencé à travailler ensemble avant la création d’Amadou. En 1948, Suzi Pillet réalise des portraits d’enfants à domicile. Alexis l’accompagne, s’occupe des éclairages, conte des histoires aux enfants.

En 1951, ils créent leur propre maison d’édition, les éditions du Cerf-Volant, qui diffusera uniquement les aventures de leur petit héros. Ensemble, ils s’emparent du texte, de la mise en scène, de la confection des costumes, des accessoires et des décors dans lequel va évoluer leur « enfant ».

« Suzi Pilet n illustre pas mes livres après coup, mais nous les composons ensemble, texte et illustrations, de manière que l’image ne soit jamais une simple doublure visuelle du texte, ni celui-ci un simple commentaire descriptif de l’image, mais que l’un et l’autre, agissant par leurs moyens propres composent le même monde, poétique et humain, accessible à l’enfant ».

En 1956, les éditions Spes publient un volume rassemblant les trois premiers épisodes des histoires d’ Amadou, avec des illustrations graphiques.  La publication est un échec. Pour le lecteur, le texte ne peut exister sans les photographies…

Amadou est un personnage de chiffon  dont on suit les aventures à travers plusieurs albums : L’Opinel en 1951, le Radeau en 1952, la Bâche en 1953, Amadou marchand d’escargots en 1954, Amadou alpiniste en 1955, Amadou musicien-détective en 1956, Amadou torero en 1960.

Les éditions du Cerf-Volant seront ensuite rachetées par La Guilde du Livre en 1960.