Mémoire photographique

Coline Irwin, C’est autant d’amour que je t’envoie, MeMo, août 2010

 « Ce livre, illustré de photographies, parle de souvenirs communs entre un père et sa fille. Chaque semaine, ils se parlent au téléphone. À la fin de leurs conversations, son père lui demande…« Tu te souviens des livres qu’on lisait ensemble ? Le bruit des pages que l’on tourne et les phrases dans ces pages… Imagine toutes les lettres de tous les mots des livres qu’on lisait ensemble… c’est autant d’amour que je t’envoie. »

Chaque double page de ce livre est un souvenir, évoqué par une photographie et un court texte en regard.

Il est question de mémoire dans ce petit livre : mémoire visuelle d’abord, celle qui photographie, comme le fait un appareil, deux mains sur une feuille, des oiseaux sur un fil, deux rondelles de fruit dans une soucoupe…Mémoire sensorielle aussi, la lumière entre les feuilles des arbres, le goût de la pastèque en été, la musique des instruments, le bruit des pages que l’on tourne…Mémoire des mots encore, ceux des livres qu’on lisait ensembles, ceux des petites phrases comme des comptines…

La photographie  sur la page de gauche est comme l’image qui se fixe sur la rétine lorsque l’on cligne des yeux, la fixation d’un instant. La succession des images,  le « tu te souviens ? » répétitif,  font de ce livre une tentative de résurrection du passé, une quête pour retrouver ce qui a été. 

Parfois la perception du souvenir, exprimée dans le texte, n’est pas celle que la photographie a fixée. C’est que le texte laisse la place à l’oubli, à l’incertain, ouvre même sur un autre possible, sur ce qui a pu se passer, et qui figure sans doute dans le hors-champ de la photographie. Et le lecteur est invité à imaginer…  

 

Inquiétante étrangeté chez Cindy Sherman

En 1985, à la demande du Vanity Fair, la photographe Cindy Sherman plonge dans les profondeurs les plus sombres des contes de fées, pour en proposer une adaptation photographique très personnelle, faite de masques, de prothèses, de maquillages outranciers qu’elle applique sur sa propre personne, de poupées, de corps démembrés…La série ne sera jamais publiée.

En 1992, elle reprend le thème et illustre cette fois Fitshers’ Bird, le barbe bleu des contes des frères Grimm. C’est sans doute la version la plus terrifiante qu’elle choisit d’adapter, avec cette histoire d’homme démon qui enlève des femmes, les découpe en morceaux, lorsqu’elles lui ont désobéi et ouvert la porte qui devait rester close.

Cindy Sherman photographie des poupées, des mannequins. Ils sont photographiés au plus près, avec des gros plans sur des détails, des yeux, une barbe, une main. Les êtres sont démembrés, indéterminés, figés, sans vie. Les couleurs qui les entourent sont vives, surnaturelles. Chaque page est un tableau, capture d’écran des images qui circulent dans le cerveau de l’artiste.

Est-ce qu’on peut encore parler d’illustration ? On est loin du modèle littéraire ou d’une mise en scène théatrale, et d’ailleurs Cindy Sherman reconnaît qu’elle n’a pas trouvé le « conte de fées parfait » à illustrer.

Cette mise en page est angoissante. Dès qu’il ouvre le livre, le lecteur est collé aux images, happé dans le cadre et son salut ne viendra qu’en refermant la dernière page, pour échapper, une nouvelle fois, à cette inquiétante étrangeté.

 

Annette Messager et le livre pour enfant

J’ai découvert le travail d’Annette Messager lors de cette journée à Arras, consacrée à l’album pour enfant et la photographie.

Ces deux ouvrages, parus chez Seuil Jeunesse et QUI Quand Quoi, en 2003, sont bien destinés aux enfants.

Si les univers, grimaces et doudous, sont bien ceux de l’enfance, le lecteur s’interroge. Pour le premier, l’artiste  pend et démantibule  peluches et  poupées tandis que dans le second, elle met en regard animaux empaillées, couverts d’un masque façon membre actif du Ku Klux Clan,  et grimaces d’enfants.

Que permet la photographie dans ces ouvrages ? D’exprimer les peurs, les angoisses, les cauchemars et peut-être les envies les plus sombres qui trottent dans la tête des enfants ? Ou bien, une nouvelle fois, est ce l’inconscient d’une artiste qui s’expose dans ces photographies ?

D’autant qu’aucun mot explicatif, rassurant, dédramatisant, n’accompagne ces photographies. Il s’agit plutôt de provoquer et de libérer la parole grâce à la photographie, comme le font les psychologues des services pour enfants victimes de violence.

Ce n’est une nouvelle fois pas la photographie comme technique d’illustration qui doit poser problème aux parents dans le choix de ce livre pour la lecture du soir, mais bien le choix de la thématique abordée par l’artiste et son traitement.

Sur le site de Libération  : «L’art doit questionner et déranger»: http://www.liberation.fr/evenement/2006/11/20/l-art-doit-questionner-et-deranger_57822

 

Retour en images sur la journée « Album et photographie », Université d’Artois, 16 juin

Retour en images sur cette première journée ( historique ?) dédiée au livre pour enfants illustré de photographies, qui s’est tenue à Arras, vendredi dernier :

Lors de ce « Tour d’horizon de la photolittérature pour la jeunesse », j’ai eu le plaisir de présenter les résultats de deux années de recherches, de définir ce qu’est la « photolittérature », et de proposer un tour d’horizon historique et géographique des productions éditoriales, depuis l’invention de la photographie.

Christophe Meunier (Université Orléans-Tours) a rappelé l’importante contribution de la photographe Dominique Darbois à ce corpus photolittéraire et souligné le nouveau regard porté sur l’altérité,  par les collections « Enfants de la terre » et « Enfants du monde ».

Christine Morault nous a présenté l’important travail de préservation du patrimoine réalisé par les éditions MeMo, avec les rééditions du Coeur de Pic, de Daschenka, et d’Animaux à mimer, avant de nous proposer de nous mettre dans la peau de Rodtchenko lui-même !

Marine Allibert  (Université de Lille 3) nous a proposé quelques exemples de collaboration entre photographes et milieu scolaire.

Et pour clore cette excellente journée, Natacha Yahi ( Université de Lille 3) est revenue sur la polémique autour des photographies de Sarah Moon pour son Petit Chaperon Rouge et sur la question de l’irréel de la photographie dans le livre de Duane Michals Upside down...

Merci à Eléonore Hamaide  d’avoir eu l’idée de croiser les expertises, en conviant spécialistes de la photographies, de géographie-littéraire, de photolittérature et une éditrice engagée !

 

Bildebuch mit fotos, Allemagne, années 20

La photographie et l’éducation tissent des liens étroits en Allemagne, dans les années 20. La photographie y est vue comme un outil au service des apprentissages, au service de la découverte et de la connaissance du monde.

Dans  Malerei Fotografie Film, en 1925, Lazslo Moholy-Nagy voit dans la photographie un médium d’avenir,  capable de former l’homme moderne :   » L’analphabète du futur sera l’ignorant en matière de photographie ». Il prédit même :  » La photographie deviendra dans un futur proche une branche d’enseignement au même titre que l’abc et le deux-plus-deux ».

Dès 1928,  le ministre de la culture et de l’éducation de la Prusse publie d’ailleurs un décret instaurant des cours de photographies dans les écoles publiques. En 1929, on proclame même  : « La photographie et la nouvelle école, elles sont faites l’une pour l’autre».

La photographie devient ainsi matière d’enseignement et approvisionne  également les autres disciplines en images, sous formes de photographies, de diapositives, de films.

L’édition pour enfants n’est pas en reste avec  ces documentaires narratifs de Friedrich Böer,  Klaus, der Herr der Eisenbahnen (Klaus, le maître du chemin de fer) ou Drei Jungen erforschen eine Stadt (Trois garçons explorent une ville).