L’Écrivain vu par la photographie. Formes, usages, enjeux

 

L’Écrivain vu par la photographie. Formes, usages, enjeux, s. dir. David Martens, Jean-Pierre Montier & Anne Reverseau

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017.

 

Présentation de l’éditeur :

Les écrivains ont été parmi les personnages les plus photographiés, en dépit de leurs fréquentes réticences. Mais que voit-on des écrivains dans leurs photographies ? L’écrivain vu par la photographie entreprend une vaste réflexion, tant historique que philosophique ou sociologique, qui se propose de penser la représentation photographique des écrivains en relation avec la médiatisation de l’activité littéraire, mais aussi plus largement avec la photolittérature, c’est-à-dire le rapport complexe, entre fascination et répulsion, entretenu par les écrivains avec ce medium depuis ses origines.

Les  portraits d’auteurs, la représentation de ses proches, de ses lieux de vie, voire de ses objets familiers, font depuis longtemps partie de l’écosystème de la vie littéraire, mais les photographies des écrivains sont demeurées une sorte de face cachée des livres. À travers 25 contributions illustrées, cet ouvrage examine comment la littérature, le journalisme, l’enseignement, la publicité et le monde muséal, usent de ces images. Son ambition est de montrer tout ce que la photographie a changé dans la relation des lecteurs aux auteurs, du milieu du XIXesiècle à l’ère du numérique.

 

David Martens est professeur de littérature française moderne et contemporaine à l’université de Louvain (KU Leuven). Membre fondateur du groupe MDRN (www.mdrn.be), il s’intéresse aux modes de constitution et de médiation de la figure de l’écrivain (signature, entretiens, iconographie).

Jean-Pierre Montier est professeur de Littérature française à l’université Rennes 2. Il a créé en 2012 le site phlit.org, consacré à la photolittérature. En 2015, lauréat avec Suzanne Guerlac du France-Berkeley Fund, il a publié Transactions photolittéraires (PUR). En 2016, avec Marta Caraion (Professeur à Lausanne), il a été commissaire de l’exposition « Photolittérature » à la Fondation Jan Michalski.

Anne Reverseau est chercheuse à l’université de Louvain (KU Leuven). Spécialiste des modernités poétiques, elle travaille sur tous les types de rapports entre photographie et littérature : esthétique documentaire, livres photo-illustrés et portraits d’écrivains.

Bazar Bizarre et le photomontage pour jouer

Le travail de Jean Lecointre pour les éditions Thierry Magnier n’est pas sans rappeler celui que fit Hannah Hoch pour son Picture Book.

Pour Bazar, bizarre, publié en 2012, ces découpages, collages, photomontages, illustrent deux mots qui varient à une sonorité près : bouton-mouton, poule-boule, lièvre-livre…

Comme Hannah Hoch, Jean Lecointre découpe dans des photographies publicitaires, assemble ses découpages, photographie le résultat. Surgissent alors des êtres hybrides qui questionnent, intriguent attisent la curiosité du jeune lecteur, qui sourit à la vue de ce lièvre qui porte un livre, ce porteur de crapaud plutôt que de drapeau, cette poule gonflée à l’hélium.

Une différence est notable toutefois : ses personnages hybrides sont constitués de parties facilement identifiables, rassurantes et amusantes  pour le jeune lecteur, alors que chez Hannah Hoch, le contenu de l’image est le plus souvent méconnaissable et que le résultat plonge le lecteur dans un monde totalement fantastique et onirique.

La création de Jean Lecointre est un jeu. Celle d’Hannah Hoch était l’expression d’une angoisse profonde et une volonté d’échapper au réel dans lequel était plongée l’Allemagne nazie.

Le travail de Jean Lecointre pour cet album témoigne aussi de ce que les avancées technologiques et le recours aux logiciels tels Photoshop permettent de créer des personnages hybrides en travaillant simplement sur une photographie, avec ce mouton gonflé comme un bouton et percé de quatre trous, ou cette carotte-carrosse affublée de quatre roues.

http://www.editions-thierry-magnier.com/9782364741539-l-jean-lecointre-bazar-bizarre.htm

An ABC Book, objects in photograph

C’est bien loin du livre d’artistes ou d’une réflexion pédagogique, cette fois, que certains éditeurs ont publié des livres pour enfants illustrés par la photographie.

Dans cet abécédaire paru en 1934, chez Whitman Publishing  and Co, aux U.S.A,  la photographie vient seulement illustrer la lettre et le mot. Ces derniers, en page de gauche, ne sont pas choisis avec une thématique particulière et sont assez éclectiques, plongeant à la fois dans l’univers de la maison, la nourriture, les animaux, les instruments de musique et sont parfois éloignés des préoccupations  enfantines : automobile, bread, chair, elephant, flowers, gloves, indians, jar, kiddle car, lion, owl, purse, queue (tresse de chinois), rose, shoes and stockings, telephone, umbrella, violin, watermelon, xylophon, yacht, zebra. Certaines pages ne portent même pas de mot et se contentent d’associer initiales et photographie.

Les photographies en noir et blanc, sans nom d’auteur, sont parfois prises dans des décors naturels : les éléphants au zoo, le nid d’oiseau avec ses œufs. Sur certaines pages, la mention « Courtesy Underwood and Underwood », alors producteur et distributeur d’images photographiques, semble indiquer que l’éditeur ait fait son choix dans un stock d’images.

La photographie, sans conteste, est utilisée pour « faire moderne », mais la réflexion sur la photographie comme outil  au service des apprentissages, que l’on trouve dans The First Picture Book paru 4 ans plus tôt, est totalement absente.

 

 

The First Picture Book, plus qu’un imagier

 

The First Picture Book, Whitney Museum, 1991.

Si le livre d’Edward Steichen, The First Picture Book, Everyday Things for babies, publié en 1930, est sans doute aujourd’hui à ranger dans la catégorie des livres faisant partie du patrimoine, et à ce titré réédité,  il est aussi à regarder comme un témoignage des réflexions autour des pratiques pédagogiques du début du siècle dernier, aux Etats-Unis.

Edward Steichen le réalise en collaboration avec sa fille, la psychologue Mary Steichen Calderon et avec le BEE, Bureau of Educational Experiments.

L’ ouvrage, sans texte, présente 24 objets du quotidien, photographiés en noir et blanc et en gros plan, en studio, en lumière artificielle : une tasse de lait avec tartines, un ours en peluche et une balle, des blocs de construction, un train en bois, un savon…Ces objets évoquent presque tous un aspect de l’éducation,  se laver, mettre la table, bien se nourrir, prendre soin des fleurs, avoir des activités de plein air…

Il ne s’agit pas d’un simple imagier. La photographie de Steichen, objective, presque scientifique, d’objets en gros plan, éloignés de leur contexte, doit conduire l’enfant non plus simplement à voir, mais à regarder différemment et observer le monde qui l’entoure. Plus encore, ces photographies, qui font surgir les textures, les bruits, doivent inciter l’enfant à se saisir des objets et à agir.

La photographie, au carrefour de la science et de l’art, y est un outil au service de cette découverte du monde, bien plus que des dessins, trop porteurs d’imaginaire.

It’s a small world

Ce n’est pas de l’attraction de Disney dont il est question ici, mais d’un livre publié en 1901, à Londres, chez Grant Richards,  The Six-Inch Admiral.

« A story about a little girl who would like to be a Japanese dolly but would not want to marry one….!”

6inch2

Aldine, petite londonienne, voit son rêve se réaliser, le jour où elle tombe dans une mare de larmes. Transformée en poupée, elle s’embarque pour un tour d’un monde à taille de poupée, en compagnie de son jeune compagnon, amiral de la flotte de sa majesté.

Le récit de son voyage est aussi l’occasion d’appréciations impérialistes et chauvines.6inch4

50 mises en scènes photographiques accompagnent cette histoire de poupées.