Jules Verne et la photographie

1044064247

A partir de 1899, les romans de Jules Verne font alterner photographies et gravures. Les photographies y jouent un rôle documentaire et didactique et confirment la volonté d’enseignement, similaire à celle des ouvrages scolaires,  qui accompagne la publication de ses œuvres au sein de la Bibliothèque   d’éducation et de récréation, fondée par l’éditeur Jules Hetzel.

Toutefois, avant 1899, les gravures réalisées par les illustrateurs sont parfois directement inspirées de photographies de voyageurs.

Le voyage relaté dans Claudius Bombarnac s’inspire de celui réalisé par Paul Nadar entre Septembre et octobre 1890, de Tiflis à Samarkande. Dès 1890, Jules Verne démarre l’écriture de ce « roman ferroviaire » qui conduit son héros, « un reporter du XXème siècle » jusqu’à Pékin.

Le titre de ce « roman fantaisiste et gai » a varié entre 1990 et 1992 : Voyage de l’express Transasiatique de Tiflis à Pékin, Notes d’un reporter, 13 jours avec Claudius Bombarnac.

Il paraît en feuilleton en octobre 1892, dans le journal conservateur Le Soleil, puis en volume gr.in-8, fin novembre 1892.

Paul Nadar rapporte 200 photographies de son voyage, réalisées avec les nouveaux petits appareils de photographie instantanée, le Kodak ou son Detective Nadar. Jules Verne, ami de la famille Nadar, a sans doute pris connaissance de ces clichés, puisque de nombreuses similitudes existent, des costumes aux monuments,  entre ces photographies et les illustrations réalisées par Léon Benett, qui, bien que grand voyageur lui-même, ne connaît pas la région.

 

 

 

 

Le secret des deux plumes ou les pouvoirs de la photographie

 

img_2304

Lorsque en  1954, Albert Mermoud reçoit la proposition du couple Helena Kolda -Ivan Dukachek, de publier Le secret des deux plumes à la Guilde du livre, il sait, avant même d’avoir lu le texte, qu’il éditera ce roman-photo.

Il faut dire que ces clichés originaux retiennent l’attention, avec ce jeune garçon enfermé dans un bocal de confiture, ce chien à deux têtes…

img_2307

Le récit des aventures fantastiques de Martin, dans le décor des rues  modernes de Manhattan pourrait-il se passer des photographies ? C’est impossible ! Et le lecteur est averti dès l’incipit : « L’histoire des deux plumes exige pour être racontée, non seulement des mots, mais aussi des photos ».

La photographie a ici tous les pouvoirs.

Surnommée l’ « Omni-vue » elle peut voir et fixer sur papier l’imaginaire du créateur. N’est-ce pas le propre fils de l’auteur qui figure sur les photographies, un petit Ivan Dukachek en réduction ? Cette histoire n’est-elle pas inspirée de la propre enfance de celui qui rêvait d’avoir des pouvoirs magiques pour pouvoir fuir la Tchécoslovaquie communiste ?

Elle a aussi le pouvoir d’attester , que tout ce qui vient d’être raconté est bien réel. D’ailleurs, à la fin du récit, le héros  découvre une boîte avec tous les clichés des moments clefs de son aventure.

Et enfin, elle ouvre aussi la porte sur le rêve, le merveilleux, celui qui peuple l’esprit du lecteur, un monde qu’il s’invente pour fuir le monde qui l’entoure…

Enfants au naturel, par Ergy Landau

p1090570

Comment photographier les enfants ?  Edition de L’Éclaireur de Nice, 1942.

Pour illustrer ce manuel technique de photographie destiné à des amateurs « ayant déjà des notions de la prise de vue », Hélène Natkin fait appel à Ergy Landau, dont la maîtrise de la photographie d’enfants n’est plus à prouver.

En effet, la photographe a déjà réalisé l’album Enfants, en 1936, chez O.E.T, avec une préface de Marcel Aymé, et s’est fait une spécialité de ces portraits d’enfants dans leur vie de tous les jours, dans son atelier de la rue Scheffer

p1090527

Ergy Landau dans son atelier, Cliché collection privée

Pourquoi choisir des clichés d’enfants pour un manuel technique? Hélène Natkin fait remarquer combien la photographie d’enfants permet d’obtenir un naturel qu’il est impossible d’avoir avec des adultes, si pleins de refoulements : « Ils s’offrent à nous tels qu’ils sont (…) Ils ne jouent pas la comédie ».

Le but de ce livre est de « présenter un recueil suggestif  d’images enfantines apportant au photographe des idées pour varier ses clichés ».

Une photographie de Marcel Natkin figure sur la couverture. Il est l’auteur de nombreux manuels photographiques  et réalisera lui-même Visages d’enfants avec Jaboune, en 1946.

Nadar aéronaute

nadar

Qui s’intéresse à l’histoire de la photographie a, immanquablement, croisé le nom de Nadar, au dos des portraits photographiques des célébrités du XIXème siècle : Baudelaire, Hugo, Musset, Nerval, Sand, Verne…

La biographie de Stéphanie de Saint Marc permet de découvrir que ce photographe-artiste était aussi journaliste pour la « petite presse », caricaturiste, écrivain, passionné de progrès techniques, aéronaute et pilote du Géant, auteur des premiers clichés aériens. C’est aussi un formidable témoignage sur le monde parisien de l’époque de Zola.

41werfuszhl-_sx343_bo1204203200_

Richement documenté, cet ouvrage se lit aussi comme un roman d’aventures, celles innombrables qui marquèrent la vie de cet insatiable curieux  que Jules Verne voyait comme « Un de ces originaux que le Créateur invente dans un moment de fantaisie et dont il brise aussitôt le moule » et qui lui inspira le personnage de Michel Ardan pour son roman De la Terre à la Lune.

Stéphanie de Saint Marc, Nadar, Gallimard, 2010.

 

Pour apprendre à lire, en 1908

img_4536

En 1908, le bulletin de la Société nationale de l’Art à l’école fait la publicité de l’ouvrage Pour apprendre à lire, publié par la maison d’édition Félix Juven, 22 rue Réaumur, à Paris, déjà éditeur de livres pour enfants.

Cet ouvrage est composé d’une « méthode de lecture  basée sur le jeu des organes vocaux » et d’un imagier. Cette méthode d’apprentissage de la lecture par des photographies d’enfants prononçant les différents sons, associées la graphie des lettres et aux syllabes, étaient déjà en vogue à la fin du XIXème siècle, à un moment où l’éducation était une préoccupation du gouvernement de Jules Ferry. On la retrouve dans plusieurs manuels scolaires et dans des planches didactiques destinées à un accrochage mural.

Capturefile: F:LSNMFP Captures17_023399_05 CaptureSN: BQ020049.002372 Software: Capture One 2.9 for Windows
(Musée de l’Education à Rouen)

Henri Manuel, photographe à Paris, spécialisé dans les photographies des personnalités du monde politique, du spectacle, du sport et des arts, réalise les photographies de cet ouvrage. Il photographiera d’ailleurs Séverine, elle-même auteure d’un ouvrage photographique pour enfants, chez Félix Juven, quelques années plus tôt…

 

 

John Berger, sur Arte

john-berger

 

« Critique littéraire, auteur de fiction, essayiste politique engagé à gauche, poète et peintre londonien d’origine et savoyard d’adoption, John Berger n’a cessé de revenir, au cours de sa carrière, sur les multiples facettes de son sujet de prédilection : le regard. John Berger est décédé le 2 janvier dernier à l’âge de 90 ans.

Comment les œuvres d’art deviennent-elles des mythes, et comment les récits se changent-ils en images ? Rares sont les intellectuels qui ont su saisir et transcrire ce double mouvement avec autant de finesse que John Berger. Critique littéraire, auteur de fiction, essayiste politique engagé à gauche, poète et peintre londonien d’origine et savoyard d’adoption, Berger n’a cessé de revenir, au cours de sa carrière, sur les multiples facettes de son sujet de prédilection : le regard. Aussi jette-t-il sur le monde un œil aux aguets, pointant avec justesse le caractère hautement situé du regard – celui de l’artiste ou du spectateur – à l’image des passionnantes émissions Ways of seeing qu’il réalisa dans les années 1970 pour la télévision anglaise.

Dans ce portrait intimiste, John Berger revenait sur sa carrière aussi prolixe que polyphonique. Outre les entretiens exclusifs et riches en images d’archives, sa fille et son fils, respectivement critique littéraire et peintre, mais aussi ceux avec qui il a collaboré, comme le metteur en scène anglais Simon McBurney, le photographe suisse Jean Mohr ou le dessinateur de presse turc Selçuk Demirel, rendent hommage à ce grand homme de culture. »

http://www.arte.tv/guide/fr/062921-000-A/john-berger-ou-la-memoire-du-regard

Erich Kästner, sur Arte

erich-kastner-arte

« Ce pacifiste, dont les nazis brûlèrent les livres, a été toute sa vie un écrivain engagé. S’il a été journaliste, critique de théâtre, scénariste et auteur de sketchs de cabarets, c’est avec « Émile et les détectives », un roman policier pour les enfants, que l’Allemand Erich Kästner (1899-1974) a rencontré son premier succès.

Il a été journaliste, critique de théâtre, scénariste et auteur de sketchs de cabarets. Mais c’est avec Émile et les détectives, un roman policier pour les enfants, que l’Allemand Erich Kästner (1899-1974) a rencontré son premier succès. Ce pacifiste, dont les nazis brûlèrent les livres, a été toute sa vie un écrivain engagé. Ce docu-fiction jette un éclairage nouveau sur la personnalité d’un auteur phare de la littérature. »

http://www.arte.tv/guide/fr/060191-000-A/erich-kastner

Presse Jeunesse (suite…)

 

jeunesse-magazine

Le magazine Jeunesse Magazine est fondé en 1937, sans que l’on connaisse précisément le nom de l’éditeur, toutefois situé à Paris, rue Gazan (XIVème). Il s’arrêtera au 31 décembre 1939,  faute de moyens en hommes, mobilisés par  la guerre et  en papier « depuis la guerre de Finlande ». Il passera d’ailleurs progressivement, au cours de l’année 1939,  de 24 à 12  pages.

Destiné aux jeunes gens, « c’est-à-dire ceux qui ont cessé d’être des gosses, qui savent voir, qui veulent comprendre, qui regardent la vie en face, qui, demain, seront des hommes ! », il se donne pour ambition de former à un « esprit d’ énergie, de courage sain et loyal ».

jeunesse-magazine-2

Dans cette optique, la photographie abonde  et illustre en majorité les reportages sur les métiers, le sport, les monuments, les colonies…et quelques critiques de films.

Le Petit Français illustré … de photographies

la-mauvaisanterie

La presse pour enfants connaît un fort développement quantitatif à la fin du XIX eme siècle grâce aux éditeurs scolaires, Colin, Delagrave, Hachette notamment, mais aussi qualitativement avec  des  rubriques variées, souvent illustrées.

Certaines revues font appel abondamment à la photographie,  qui envahit à l’époque la société, la littérature populaire et la presse pour adultes. C’est le cas du « Petit Français illustré, journal des écoliers et des écolières », fondé par Armand Colin, en 1889.

La photographie y a le plus souvent un rôle documentaire lorsqu’ elle illustre un reportage sur le Japon ou la Corée, lorsqu’ elle atteste d’un exploit sportif, comme une course hippique ou une épreuve de sauts en longueur, ou lorsqu’ elle témoigne d’un spectacle.  De nombreux portraits d’explorateurs, d’indigènes, des clichés de monuments, d’animaux, attestent de ce qui existe dans d’autres pays.

Bien souvent, l’origine des photographies est mentionnée, qu’il s’agisse d’un explorateur, d’un photographe ou  de la Société de Géographie.

Plus rarement, la photographie supplante le texte et raconte une histoire, grâce à de petits tableaux photographiques, chers à la littérature populaire de l’époque, comme dans cette « Mauvaisanterie », parue dans le supplément du 8 octobre 1904.

Quatre photographies accompagnées d’une légende racontent la mésaventure de l’apprenti boucher Tuboeuf. L’histoire se termine sur une morale : « L’apprenti boucher Tuboeuf, honteux et confus, jura , mais un peu tard, qu’on ne le prendrait plus à s’amuser en route ». La photographie, distrayante, est aussi utilisée pour attester de ce qu’il faut éviter de faire.

Les hommes de l’air et la photographie

 

2716860769

En 1910, paraît, à la Librairie Félix Juven, « Les hommes de l’air (Roman de sport et d’aventures) entièrement illustré par la photographie ».

Cet épais roman pour adolescent (330 pages) plonge son héros, Robert le Briquire, dans des aventures rocambolesques, des bureaux du ministère de la sûreté à Paris, jusqu’à l’Allemagne de Guillaume II, en passant par la cour d’Angleterre, qui lui donneront l’occasion de sauver la paix en Europe.

On y retrouve tous les progrès techniques du début du vingtième siècle, le cinématographe, le vol en dirigeable, le scaphandre, jusqu’à des inventions qui amusent le lecteur d’aujourd’hui : la photographie couleur, le téléphone sans fil … On ne peut que penser à Jules Verne ou à Nadar en lisant ces pages.

La photographie, en pleine page, ou dans le texte, illustre le récit, par des tableaux photographiques mettant en scène les principaux protagonistes. Réalisée en studio, elle est en fait le plus souvent reproduite en similigravure ou redessinée.

Son auteur, Hugues Le Roux (1860-1925) est journaliste, écrivain, homme politique, et surtout grand admirateur d’exploits sportifs. Son roman est d’ailleurs dédié aux aviateurs Aubrun, Leblanc, Legagneux, « Vainqueurs du Circuit de l’est, qui ont fait mon rêve vivant ».

Le livre a été réédité en 2013 chez Hachette, dans un partenariat avec la BNF.