Les mises en scène photographiques de Bernard Faucon

106762-1

Les Grandes Vacances de Bernard Faucon ont été publiées aux éditions Herscher en 1979 et ont obtenu le « Prix du Premier Livre-Photo, (Paris Audiovisuel/Kodak-Pathé) ».

Le livre nous intéresse à plusieurs titres :

-Il met en scène des enfants.

-Il porte le sous-titre de « mises en scènes photographiques » et a donc à voir avec la théâtralité de la photographie.

Les photographies dans un format carré, sont imprimées sur la page de droite, la « belle page ». Elles sont entourées par un cadre rectangulaire, qui laisse un espace assez large tout autour pour insérer une courte légende, titre de la photographie et mention d’une année de prise de vue , et qui donne également au regardant le sentiment de deviner ce qui constitue le hors-cadre, les coulisses.

Dans un décor naturel, des enfants, petits et grands, sont photographiés dans des instants de jeux, « La balançoire », « Le pistolet », « Colin-Maillard » et des moments de vie, « Le départ », « Retour d’école », « Première communion »…On pourrait presque entendre les rires et les cris.

A y regarder de plus près, ce ne sont pas de vrais enfants, mais des mannequins de plâtre, au sourire figé, fixés dans une jeunesse éternelle. Ils n’ont donc jamais existé dans la réalité.

Bernard Faucon reconstitue-t-il avec ces instants fabriqués, avec ces mises en scène de poupées habillées comme en 1950, des « Images très anciennes » de son enfance, imprimées dans sa mémoire, comme il collecte des objets dans des enveloppes, « Trace d’un moment pas forcément grandiose, mais tangible comme une balise du temps » ?

Quelque fois, un enfant réel vient se perdre au milieu de ces jeux figés, le regard inquiet. Est-ce l’auteur lui-même qui met en scène son propre personnage, à travers un enfant comédien, dans une constante relation à sa propre enfance ?

Une impression assez angoissante saisit le spectateur, troublé par les allusions directes à la mort, avec ses mannequins sacrifiés dans un feu de joie, cet enfant malade, blafard dans son lit, sous le portrait de la Vierge. Ces photographies sont-elles les cauchemars d’un créateur, imprimés sur papier ? La photographie de Bernard Faucon nous emmène, en tout cas, à la frontière entre réalité et monde onirique, entre réel et irréel.

Choisit-il, avec ses mises en scène, de construire lui-même les « Moments décisifs » chers au photographe, afin de ne jamais les manquer ? : « Mes angoisses prenaient corps dans des cauchemars où je voyais mon appareil tomber par terre, le film se dérouler et l’instant de grâce s’évanouir » dit-il en préface.

Les grands vacances sont le premier volume de ses « mises en scènes ».

http://www.bernardfaucon.net/v2/bernard_faucon_francais.html

« Robert Doisneau, le révolté du merveilleux »

200-680x-dossier-presse-revolte-merveilleux

Sur le site d’Arte : http://www.arte.tv/guide/fr/061669-000-A/robert-doisneau

« La vie (intime) et l’oeuvre d’un des maîtres français de la photographie, par sa petite-fille. Un regard tendre et humaniste, comme l’était Robert Doisneau.

« Une lutte vaine. Une lutte perdue d’avance avec le temps qui file. » C’est souvent sans grandiloquence, avec des mots simples, que Robert Doisneau parlait de la photographie, lui qui ne se voyait ni comme un auteur ni comme un artiste. Cet infatigable arpenteur des bitumes banlieusards, disparu en 1994, fut en tout point remarquable par la modestie d’une démarche circonscrite aux petites gens et aux scènes du quotidien. Grâce à ce (faux) naturalisme, qu’il teinta de merveilleux, il toucha ainsi à l’universel pour figurer au panthéon de la photographie humaniste, parmi ses congénères Édouard Boubat, Willy Ronis ou Henri Cartier-Bresson.

Portrait décadré

Réalisé par sa petite-fille Clémentine Deroudille, Le révolté du merveilleux affine le portrait de celui qui a tant façonné l’imagerie nationale : son Baiser de l’hôtel de ville, aussi célèbre que la tour Eiffel ? Au fil de photographies inédites, d’archives vidéo, ainsi que d’entretiens avec ses amis et complices de toujours, de Daniel Pennac à Sabine Azéma, on surprend un Doisneau intime, « curieux, désobéissant et patient comme un pêcheur à la ligne », comme il se définissait lui-même. Le film retrace le parcours de cet ancien photographe officiel des usines Renault, mais dévoile surtout certaines facettes méconnues de son travail (l’amour de la couleur, ses reportages à l’étranger) ou de sa personnalité, comme la peur de la foule. Un regard affectueux et très documenté sur ce pourvoyeur de bonheur pour tous »

Crin Blanc, du film au livre illustré de photographies

389_001-2

Dans le décor de la Camargue, alors que des gardians échouent à capturer Crin Blanc, un cheval sauvage,  Folco, un jeune garçon,  réussit à l’apprivoiser. C’est le début d’une profonde amitié qui mènera à fuite vers un monde « où les hommes et les chevaux sont toujours amis ».

Ce film d’Albert Lamorisse, sorti en 1953, a obtenu le prix du  « Concours International du Film Récréatif pour Enfants»,  la Palme du  meilleur court-métrage à Cannes, le prix Jean Vigo.

La même année, le film est adapté en livre, chez Hachette, avec des photographies prises au moment du tournage et un texte écrit à partir du scénario d’ Albert Lamorisse et de Denis Colomb de Daunant. Il connaît un succès durable : « Le rayonnement des films dépasse d’ailleurs l’écran; depuis cinq ans les livres Bim et Crin Blanc, illustrés par des photographies des films, sont de véritables best-sellers des bibliothèques enfantines. » écrit Bianka Zazzo en 1956, dans la revue Enfance.

Le passage du film au livre entraîne plusieurs conséquences :

Tout l’univers musical de Maurice Le Roux, qui inscrivait l’histoire dans une ambiance entre univers Tzigane et film western, disparaît. Disparaissent aussi les bruitages des sabots du cheval qui frappent l’eau, ceux de l’eau qui gicle. Disparaissent aussi les voix, celle du chef des manadiers et son accent chantant qui plantait immédiatement l’imaginaire du spectateur dans le sud de la France, celle du narrateur, qui malgré sa volonté de neutralité, laissait passer l’émotion.

La Camargue, terre désertique du bout-du-monde, mise en valeur par de longs plans sur les dunes balayées par le vent, par des plans sur les flamands roses, séquences qui assimilaient presque le film à un documentaire, n’est plus qu’un arrière-plan, derrière le cheval et le jeune garçon, photographiés en cadrage serré.

Le propre du cinéma est d’être un art du mouvement. Le film abondait en longues courses-poursuites, longues chevauchées sur la plage.  Les photographies isolent désormais un seul moment de ces longues séquences et sont comme des morceaux tronqués de la narration filmique.

Si la diégèse est en partie respectée, les autres personnages du film, qui aidaient à comprendre la psychologie et construisaient l’identité du héros, sont  réduits dans le livre  à des appellations génériques comme « le grand-père » ou « le petit-frère ». La complicité avec ce  frère, les scènes de  tendresse  avec le  grand-père, sont  absentes. Le héros est  presque désormais un enfant solitaire.

Le texte, dit par le narrateur en voix-off, est conservé, pour l’essentiel,  mais des ajouts  viennent combler les blancs laissés par le morcellement et faire le lien entre les photographies.

Malgré toutes ses « pertes » par rapport au film, le nouveau produit iconotextuel a bien fonctionné auprès des enfants, si l’on regarde le nombre de rééditons du livre dans les années qui ont suivi la première édition. Il a aussi assuré la pérennité du film et sa redécouverte par les générations nouvelles.

51tm5-n4b6l

« Les deux chef-d’œuvres de notre enfance réunis en un seul DVD », http://www.shellac-altern.org/boutique/223

En 1959, Hachette a proposé une édition romancée de Crin Blanc, écrite par René Guillot, « d’après le film d’Albert Lamorisse », accompagnée d’illustrations dessinées,  une diégèse enrichie et largement modifiée.