Photographies chez Jules Verne

couv_134_verne

Le numéro 134 de la revue « 303 » s’intéresse aux « Images à voir » des « Voyages Extraordinaires » de Jules Verne, 4200 gravures qui accompagnent ses 60 romans géographiques, mais également aux autres systèmes de représentation, grandes féeries à tableaux et adaptations cinématographiques, qui prolongèrent et renouvelèrent l’oeuvre de l’écrivain  nantais, de la fin du 19ème siècle jusqu’à aujourd’hui.

Ces articles mettent en avant le travail des illustrateurs, soigneusement choisis par l’éditeur Hetzel  et sévèrement guidés par Jules Verne lui-même. Leurs auteurs font également un indispensable rappel sur le contexte socio-culturel de leur publication, le goût du public pour les voyages et l’exotisme , la prolifération des images sur les murs de Paris et dans la presse.

Si ces images furent longtemps négligées des études verniennes, leur rôle de complément indispensable du texte pour informer, émouvoir et  faire rêver, est enfin reconnu.

Parmi ces images, la photographie y tient une place non négligeable, que les illustrateurs s’appuient sur des clichés pour réaliser leurs gravures, ou qu’elle accompagne le texte, comme autant de fenêtres ouvertes sur le monde de l’époque.

9e859567790a02ef439fdfa0f09583d1

En 1899 paraît ainsi Le testament d’un excentrique,  illustré de 61 illustrations dessinées par George Roux, 35 illustrations photographiques insérées en pleine page ou en vignettes, représentant des vues d’Amérique  et des indigènes. Contrairement aux gravures qui attirent l’attention  du lecteur sur une situation du récit,  les photographies ont purement vocation à planter le décor géographique et à documenter l’ouvrage.

telechargement

« Nouvelle-Orléans, Hôtel de ville et statue de Franklin ».

 

 

 

Mon article sur Strenae

$_35

« Abolir les frontières en littérature jeunesse : la tentative des albums photographiques des années 50 à travers l’exemple d’Horoldamba le petit Mongol »

Après la seconde guerre mondiale, la photographie, dans les expositions, la presse ou l’édition, se donne pour but, comme après la première guerre, de faire découvrir le monde et montrer l’unité du genre humain, dans un grand élan pacifiste. La littérature de jeunesse n’est pas en reste, en incluant la photographie dans des albums, destinée à convaincre le jeune lecteur français, citoyen de demain, que l’Autre et lui sont semblables. En prenant appui sur l’ouvrage d’Ergy Landau, Horoldamba le petit Mongol, publié en 1957 chez Calmann Levy, nous tenterons de montrer comment la photographie et la narration n’atteignent pas leur ambition dans leur projet d’unité de l’humain.
La suite sur :
https://strenae.revues.org/1670

Exposition Photolittérature à la Fondation Michalski

fm_photolitterature_a3modifiee

Fondation Michalski

Du 14 octobre au 30 décembre 2016

« 1839. La photographie s’invente et s’invite dans les arts pour en bouleverser les relations. Qualifié à l’origine d’« art industriel », ce procédé de duplication du réel vient modifier les modes de représentation de l’espace, du temps, de la mémoire, et interroger, au-delà des peintres, les écrivains dans un mélange de rejet et de fascination.

Au point de rencontre de la photographie et de la littérature, se tissent des liens aussi complexes que féconds. C’est cette variété des interactions entre image et texte que se propose d’explorer l’exposition Photolittérature, à travers un choix d’ouvrages en langue française : des dialogues photographes-écrivains, des écrivains photographes, des photographes écrivains, des textes illustrés de photographies anonymes, ainsi que des livres sans illustrations dans lesquels la photographie est un thème et l’image, absente, un embrayeur de récit.

Récit de voyage, fiction, poésie, autobiographie… tout un parcours à travers les époques et les courants esthétiques, au gré des frictions, des hybridations et de l’évolution des supports éditoriaux, pour rendre compte des phénomènes photolittéraires, depuis l’invention de la Modernité – que la photographie contribue à constituer – aux nouvelles potentialités numériques. »


Commissariat

Marta Caraion, maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Lausanne

Jean-Pierre Montier, professeur à l’Université de Rennes

Les livres de poupées, littérature d’éducation

p1080396

Les échanges entre le livre et le jouet sont fréquents. Qu’ils soient poupée ou soldat, le jouet est souvent mis en scène dans les livres pour enfants, avec au moins deux objectifs :

-Distraire l’enfant par des objets qui lui sont familiers et plaisants

-Préparer l’enfant au rôle social qu’il jouera, afin qu’il soit un bon soldat ou une mère de famille exemplaire, grâce au phénomène d’identification.

Fixer ces jouets dans un livre renvoie au rôle pédagogique conféré à l’image. Tandis que le texte prête voix et sentiment à la poupée, l’image place devant les yeux de la jeune lectrice, une autre enfant qui éduque son enfant-poupée, laquelle éduque à son tour la lectrice. Le jouet y perd son statut d’objet pour devenir symbole d’éducation.

Les premiers albums de ce type apparaissent en Europe, illustrés par la gravure, au début du 19ème siècle (Elle trouve la poupée, publié en 1806 ) et seront nombreux, reflets de la société bourgeoise et de ses modèles d’éducation. Au XXème siècle, on recense beaucoup moins de livres de ce type. C’est l’époque des mouvements pour l’Education Nouvelle, qui mettent l’enfant en action. Nous avons toutefois trouvé dans le Fonds de la Bibliothèque de l’Heure Joyeuse, trois ouvrages en langue anglaise, illustrés de photographies. On y retrouve les caractéristiques propres à cette littérature.

p1080359

Dans The story of Delicia, a rag doll, publié en 1935 à Chicago, le rôle de la petite fille est clairement annoncée : “« Delicia, I am your new mother ».

Dans ce The dolls’ journey, publié à Londres en 1932, chez Desmond Harmsworth, les poupées sont victimes de la négligence de leur petite propriétaire. En conséquence, elles décident de partir. L’héroïne du livre prend conscience des conséquences de ses actes et corrige ses défauts : « There was once a little girl called Tora who had a great many dolls. She was fond of her dolls, but she didn’t take care of them very well, as you see. The dolls were so annoyed that they decide to leave Tora and live alone.”

Dans Betty and Dolly publié à Chicago chez The Merrill Publishing &Co en 1935, Betty répète les gestes du quotidien avec sa poupée, comme le ferait une petite maman : « We run to the bathroom and wash our faces and hands. ». Toutefois l’héroïne, Betty, est plus active. Elle et sa tante réaliseront des photographies pour les mettre dans un livre, livre que tient entre ses mains, la lectrice.

« Let’s-said Aunt Ruth who makes pictures for children-let’s all make a book.

-A book about baby Sue, said Betty

-A book about betty and baby sue, added aunt Ruth

-I’ll tall you all about baby Sue, said Betty

-And I’ll take the pictures, said aunt Ruth, and so “