Les petits français illustrés 1860-1940

PFICouv

Dans la seconde moitié du XIXème siècle, le livre destiné aux enfants devient « le livre pour enfants ». L’image, qui envahit par ailleurs les illustrés, les magazines et la vie quotidienne, est partie prenante de cette évolution. Elle est repensée en vue d’être adaptée au jeune lecteur. Son rôle n’est plus simplement d’instruire et éduquer mais aussi d’informer, de témoigner, d’émouvoir et de séduire. Elle donne même une illusion de réalité à la fiction écrite par Jules Verne.

Après la première guerre mondiale, l’image évolue encore, prend son autonomie par rapport au texte, affirme son statut propre, revendique l’importance de son langage, entraînant la métamorphose de l’espace-livre, espace dévolu à l’enfant et pensé pour lui. L’enfant lui-même est repensé par la société et sa représentation dans le livre évolue, de l’adulte en réduction à sa représentation symbolique par anthropomorphisme ou le jouet.

Claude–Anne Parmegiani rend hommage dans son ouvrage au rôle fondamental d’éditeurs comme Hachette, Hetzel et Faucher, des nouveaux créateurs tels Boutet de Monvel , Brunhoff, Rabier, Samivel, Lorioux, Rojankovsky, Parrain, et analyse les influences des grands courants artistiques européens, le constructivisme soviétique, le Bauhaus allemand, mais aussi l’impact de la psychanalyse, des pédagogies nouvelles qui font évoluer le livre, un moment, vers un espace de jeu et de création.

Il ne s’agit pas simplement de lire ici une passionnante Histoire du livre pour enfants, mais de retrouver les racines des ouvrages qu’ont entre les mains les lecteurs d’aujourd’hui.

Une liste des principaux illustrateurs de la période 1860-1940 complète cet ouvrage très riche et instructif.

Claude-Anne Parmegiani, Les petits français illustrés 1860-1940, Editions du Cercle de la librairie, 1989.

 

ESSE Galway Monday 22nd – Friday 26th August 2016

 “Word and Image in Children’s Literature”

« This seminar will consider the interaction between words and pictures which lies at the heart of children’s literature. Meant to entertain and instruct, children’s literature stages the complicity between two semiotic codes engaged in a relation which is alternately, or simultaneously, didactic, hermeneutic, emblematic, aesthetic or ludic, as words and pictures serve or subvert each other, complete or compete with one another. In our discussion of the ways in which the hybrid combination of text and image is what produces meaning as well as provides verbal and visual pleasure, we will also examine the status of the reader/viewer of such texts, thus broadening the emphasis on formal issues to cultural and historical issues of power and gender. »

Session A: Monday 16:00-18:00

  1. Nature and Form of Picture Books

Véronique Alexandre (Université de Caen Normandie, France)

Taking a closer look at The Stranger by Chris Van Allsburg (1986) – the intersection of art forms as meaningful clue.

Rachel Dickinson (Manchester Metropolitan University, England)

‘Drawn by Me and Mr Shepard Helpd’: Authority and the ‘Child’ Illustrator in Children’s Fiction.

 Magdalena Sikorska (Kazimierz Wielki University, Poland)

Beyond the verbal and the visual: the ‘sensual’ in picturebooks.

  1. On Editorial Choices and How They Affect Picture Books

Linda Pillere (Aix-Marseille Université, France)

Convergence and Divergence of Verbal and Visual Modes of Representation in Children’s Fiction

Jiri Rambousek (Masaryk University, Czech Republic)

Translations Illustrated

Session B: Tuesday 08:30-10:30

  1. To Divert and To Instruct: The Educational Dimension of Picture Books

Justine Breton (Université de Picardie Jules Verne, France)

Representing Political Education in Child-Oriented Media: The Case of T. H. White’s The Sword in the Stone

Alice Mahon (University of Cambridge, England)

Dorothea Tanning’s Chimerical World in an Age of Terror.

Katarzyna Smyczyńska (Kazimierz Wielki University, Poland)

Contemporary Tales of Terror in Words, Images, and In Between

  1. Moods and Ideas: The Political and Philosophical Dimension of Picturebooks

Shona Kallestrup (University of St Andrews, Scotland)

Life imitates art: word, image – and interior design – in the children’s tales of Queen Marie of Romania

Isabelle Gras (Université Bordeaux Montaigne, France)

Metaphorical Display of Moods and Ideas in Picturebooks by Neil Gaiman and Dave McKean, by Shaun Tan and by Brian Selznick

Jade Dillon (Mary Immaculate College, University of Limerick, Ireland)

Deconstructing Minds: A Psychoanalytical Deconstruction of the Brain as a Fantasy Island in Disney-Pixar’s Inside Out

Session D: Tuesday 17:00-19:00

  1. Animals and Animality in Picturebooks

Claudia Alonso (University of Valencia, Spain)

The animal seen, the animal read: A few considerations on the complex nature between nonhuman otherness and children’s literature.

Elizabeth and James Wallace (Boston College, USA)

Animals and Animalism in the Illustrations of Garth Williams

Hélène Gaillard (Université Nice Sophia Antipolis, France)

Representing & Retelling the Three Little Pigs’ Story: Words and Images in Postmodern Variations

  1. Variations on Lewis Carroll

Rose Weeber (American University of Paris, France)

‘Curiouser and Curiouser’: Charles Robinson’s Invasion of Wonderland

 Laurence Le Guen (Université Rennes 2, France)

Suzy Lee’s ‘Alice in Wonderland’: Rewriting by Images

Raluca Petrescu (ENS Paris, France)

Nonsense as state of consciousness: The Mad Gardener’s Song and its
illustrations in Lewis Carroll’s Sylvie and Bruno

 

 

 

« Photographs rendered in Play-Doh » d’Eleanor Macnair

d6f9dfd93cf6ba78b61419289ab7a706

Helen Tamaris, par Man Ray, 1929.

https://photographsrenderedinplaydoh.tumblr.com/

Et sur le site de Courrier International : http://www.courrierinternational.com/diaporama/photographie-les-plus-grands-cliches-recrees-en-pates-modeler

« Reproduire les clichés des célèbres Diane Arbus, Man Ray, Malick Sidibe ou Walker Evans avec de la pâte à modeler : c’est ce que l’artiste Eleanor Macnair appelle son“hommage bizarre à la photographie”.

Depuis 2013, l’artiste londonienne “démontre que la plasticine ne sert pas qu’à occuper les enfants et que son utilisation n’a pas de limite d’âge”, note le magazine américainJuxtapoz. Avec une fausse naïveté colorée “elle revisite certaines des photographies les plus emblématiques de l’histoire”, précise le mensuel culturel.

Pour élaborer ces tableaux dont on croit presque sentir l’odeur, Eleanor Macnair passe des heures à “regarder l’image, étudier sa composition et son éclairage pour décider sur quelles parties du cliché mettre l’accent et lesquelles laisser de côté”, explique l’artiste sur son site. Puis “avec des outils rudimentaires, précise-t-elle, une planche à découper, un scalpel et une bouteille de vin vide en guise de rouleau à pâtisserie”, Eleanor Macnair s’affaire. Une fois le cliché recréé, l’artiste photographie immédiatement l’œuvre avant de la détruire pour “ranger rapidement chaque couleur de pâte à modeler dans la boîte qui lui correspond”.

La série Photographs rendered in Play-Doh compte des dizaines de clichés à découvrir sur le Tumblr et le compte Instagram d’Eleanor Macnair.   »

 

Surréalismus

image

Vient de sortir le premier exemplaire de la revue Surréalismus, consacré ce printemps, aux surréalistes anglais.

Mais il y est aussi question du 150 ème anniversaire des Aventures d’Alice aux pays des merveilles, de Paul Eluard, de  Tristan Tzara, et, surtout, on pourra y lire un dossier consacré à Claude Cahun « digne fille de Lewis Carroll ».

Le numéro suivant sera consacré aux Dadaïstes, « puisque l’essentiel des grandes figures du Surréalisme sont d’anciens dadaïstes ».

Le site www.surrealismus.fr, nous propose de visionner les premières adaptations cinématographiques d’Alice. Réjouissant !

 

 

 

Lire en temps de guerre

458_001

« Les livres roses pour la jeunesse »

Publiés entre 1910 et 1939 par Larousse, en collaboration avec l’éditeur anglais Stead qui diffuse déjà à Paris ses « Books for the Bairns » depuis 1907, ces livres, destinés à être lus « dans les écoles ou en famille », sont en vente par abonnement ou au numéro, au prix modique de 10 à 15 centimes.

Ils sont qualifiés par l’éditeur de « Lectures illustrées les plus saines et les meilleur marché ». Ces petits ouvrages, abondamment illustrés de gravures  dans un premier temps, connaissent un succès considérable, avec un tirage de 40 000 à 50 000 exemplaires.

Entre 1910 et la première guerre mondiale, le jeune lecteur peut y lire des contes et adaptations de la littérature classique, notamment anglaise. A partir de 1915, le répertoire de textes se veut nettement plus orienté vers des récits patriotiques, avec des titres comme :

  • Les enfants héroïques de 1914
  • Les braves petits français
  • Scènes de la guerre en Belgique
  • Traits héroïques de l’armée française

Dans le numéro 154, Le Roi-Chevalier, paru en mai 1915, on trouve une étonnante photographie  des « Petits soldats de Montfermeil », deux enfants de 12 et 13 ans, qui ont su héroïquement remplacer les employés de la commune, partis au front, en servant d’appariteur et tambour de ville. Cette photographie et la lettre qui l’accompagne, sont destinées à montrer « Aux jeunes lecteurs des Livres Roses, qu’il n’est pas nécessaire d’être un homme ou de combattre sur le front pour servir son pays » et que ces braves enfants méritent « Une petite partie de la gloire qui rejaillira, après la victoire, sur tous les bons serviteurs de la patrie[1] ».

Les deux enfants, au premier plan, fixent fièrement le lecteur dans les yeux, l’interpellent. La guerre n’est pas lointaine, mais bien réelle  et chaque enfant, dans son village, est amené à y participer, car les enfants « sont devenus des hommes. Ils ont la même haine vivace envers la brute, la même ardeur dans la vengeance, les mêmes espérances, la même exaltation à la pensée de la prochaine victoire.[2] »

Cette collection d’ouvrages pour la jeunesse fait actuellement l’objet d’une numérisation par la Bnf et est disponible sur Gallica.

 

[1] « Les petits soldats de Montfermeil », p.45.

[2]« L’héroïsme des enfants pendant la guerre », allocution de Pierre Wolff, p.33.