« Maréchal, nous voilà ! »

P1080312

Un trésor déniché ce jour dans le Fonds de la Bibliothèque de l’Heure Joyeuse ! Cet abécédaire a été édité en 1943, par  le bureau de documentation du chef de l’Etat.

Sur la page de gauche, la lettre en majuscule sur fond rouge, surplombe des mots qui, rapprochés, ont une forte connotation politique : drapeau, honneur, képi, travail, union, zèle…

Les autres mots pourraient être simplement liés au monde de l’enfance, si la photographie sur la page de droite, ne se chargeait de les alourdir de propagande. En effet,  le mot  « voiture » devient « voiture du maréchal » qui traverse une foule en délire, « revue » est accompagnée d’une photographie du maréchal saluant des adolescents en uniforme, sous l’enseigne d’un café baptisé à point nommé Victoire », et que dire du mot « wagon », collé à la photographie de jeunes gens dans un train, partant pour le STO, sous les saluts du chef de la nation ?

Le maréchal est partout, dans une classe assis sous sa propre photo pour illustrer le mot « leçon », installé à son bureau, face au mot « travail », habillé en bon grand-père, offrant un « goûter » à un petit enfant,  et, lorsque sa photo n’apparaît pas, c’est un coloriage d’un portrait du maréchal que s’appliquent à remplir deux enfants.

Le plus étonnant est peut-être la page du « y » avec ce gros plan sur les yeux de Philippe Pétain, qui semble s’adresser directement au jeune lecteur !

P1080320

Quand la photographie est utilisée dans le livre pour enfants, dans un souci affiché de convaincre ….

Karel Capek et Dachenka

Dachenka_Couv_dia-88879

 

Karel Capek (1890-1938), romancier d’aventures scientifiques, auteur de pièces de théâtre, inventeur du mot « robot », collaborateur au journal Lidove Noviny, intellectuel proche du pouvoir politique tchécoslovaque, reste aussi dans les mémoires des tchèques comme un auteur de  textes pour enfants.  On citera ainsi ses Neuf contes plus un, Grands contes des postiers, Grands contes des médecins, Conte des oiseaux, Contes des chiens traduits et regroupés en partie en 1974 par les éditions La Farandole, sous le titre 7 contes pas comme les autres.

Dachenka, ou la vie d’un bébé chien, compilation de ses articles rédigés pour la rubrique « Le coin des enfants », est  publiée en 1933, aux éditions Borovy, à Prague et reste  sans doute son plus célèbre ouvrage pour la jeunesse, avec ses multiples rééditions et éditions étrangères.

Dans le cadre de sa collection « Classiques étrangers pour tous », Memo a réédité Dachenka, en 2015, au plus près de sa version originale, celle conçue par le célèbre maquettiste et typographe Karel Teige, un des maîtres de l’avant-garde tchèque.

Le narrateur explique à ses jeunes lecteurs le développement et le comportement d’un chien, mais s’adresse parfois aussi à son jeune chiot, dans un discours mêlé de gravité et de fatalisme. Nous sommes en 1933. Karel Capek, qui participe activement à la vie politique de son pays, assiste avec inquiétude à la montée du nazisme.

Les illustrations légendées encadrent ou bien se mêlent parfois au corps  du texte. Elles sont l’oeuvre de Karel Capek lui-même, dessins naïfs et simples, pleins d’humour, avec de multiples épisodes séquentiels qui nous font instantanément penser à des dessins de Folioscope.

A la fin de l’ouvrage sont regroupées les photographies du photographe-amateur Karel Capek,  qui explique d’ailleurs  sa technique avec beaucoup de drôlerie,   dans un chapitre intitulé « comment on photographie un jeune chien ». Pour reproduire ces clichés, les éditions Memo ont  numérisé les photographies originales de Karel Capek, prises au Rolleiflex et conservées dans sa maison de Prague devenue musée.  Ce travail explique sans doute la grande qualité des images en noir et blanc. Notons au passage que la photographie de la couverture d’origine, photomontage de Teige, n’a pu être retrouvée, ce qui explique la différence entre les éditions de 1933 et 2015.

En 2013, Les Editions du Sonneur avaient déjà réédité Dachenka, à la suite de son Voyage vers le Nord, mais sans ses photos, afin de mettre en avant les talentueux dessins de Karel Capek.

L’ouvrage posthume J’ai eu un chien et un chat, paru en 1939, regroupera Dachenka,  Pudlenka, l’histoire d’un chat avec d’autres photographies de Karel Capek, ainsi que  d’autres histoires d’animaux, fruits de sa collaboration avec son frère l’artiste Josef Capek

Sur le site des éditions MeMo : http://www.editions-memo.fr

Sur le site des éditions du Sonneur : http://www.editionsdusonneur.com/livre/dachenka-ou-la-vie-dun-bebe-chien-de-karel-capek

Animaux A Mimer, chez MeMo

rodtchenko_couv

En 2010 les éditions MeMo, en partenariat avec Les Trois Ourses, publient « Animaux à mimer » donnant vie au projet inabouti d’Alexandre Rodtchenko et Serge Tretiakov, respectivement photographe et poète de la Russie des années 20. Les textes, illustrés de dessins, étaient déjà parus dans le journal Le pionnier sous le titre « Samosvieri » en 1926.

Insatisfait du côté sans doute trop plat et inerte du graphisme, le poète sollicite Alexandre Rodtchenko, pour refaire les images et mettre en application ses recherches sur les formes géométriques. Ce dernier, avec la complicité de sa femme Varvara Stepanova, peintre, graphiste et créatrice de motifs décoratifs, dont on retrouve le style sur les pages de garde de l’ouvrage, créé de petits personnages en papiers, symbolisant enfants et animaux, évoluant dans un décor proche d’une piste de cirque ou d’une scène de théâtre. Il photographie ses mises en scène en lumière artificielle, utilise ensuite la double exposition d’images, joue sur les ombres, pour donner du mouvement à ses constructions de papier. Loin d’écraser les scènes de jeu, la photographie donne vie à ces saynètes et les clichés semblent extraits d’un film d’animation. Valerie Rouzeau, poète contemporaine et Odile Belkedar ont travaillé à partir de la traduction des huit poèmes de Tretiakov et d’un choix opéré par l’éditeur dans un stock de clichés de Rodtchenko, pour créer de petits poèmes en français et en russe. Comme à la parade, éléphant, autruche, tortue, cheval, pieuvre, kangourou, girafe, phoque se suivent dans l’enchaînement des photographies et petits poèmes rythmés, qui se font face à face. Le texte donne une voix aux personnages photographiés. Seul le chat, pourtant, bien visible, échappe aux mots.

Ce projet de livre pour enfants ne vit jamais le jour, sans doute en raison du coût trop élevé de la reproduction photographique, mais aussi du nouveau courant artistique qui s’impose dans l’Union Soviétique d’alors, celui du réalisme socialiste. MeMo et les Trois Ourses lui donnent vie presque cent ans après. Les recherches entreprises par les éditeurs dans les archives de Rodtchenko ont permis de réutiliser les plaques de verre originales et les premiers tirages et ainsi d’être au plus près de ce que les artistes auraient souhaité produire. Qui plus est, en insérant une maquette d’animaux à découper et à réaliser soi-même, les éditeurs nantais invitent les enfants à agir et à jouer, dans la droite ligne des souhaits des deux créateurs.

Le livre a obtenu le prix du Meilleur livre d’art pour la jeunesse en 201, au festival international du livre d’art et du film de Perpignan.

 

« Tous photographes ! » au Musée de la photographie de Bièvres

expo-musee_medium

Le Musée français de la photographie vient de ré-ouvrir ses portes à Bièvres,  avec une expo consacrée à l’histoire de la photographie.

Du Daguerréotype et son image en exemplaire unique, affaire d’artisan, à l’iPhone qui permet à tous de photographier, tout et tout le temps , en passant par la révolution Kodak et son appareil simple léger et populaire, l’exposition en dix tableaux donne au visiteur l’occasion de replonger dans plus de cent ans de l’histoire de la technique photographique et  de la créativité qui en découle : cartes de visites Disdéri, illustrations de magazines, collaboration avec des écrivains…

Le moment de se remémorer aussi, à l’ère du numérique, qu’il y a quelques années encore, il ne fallait surtout pas ouvrir son appareil et placer le film à la lumière, sous peine de perdre toutes ses images !

Site du musée http://www.museedelaphoto.fr

Cœur de Pic, un nouveau rôle pour la photographie dans le livre

LeCoeurDePic_couv_dia-6087e

L’album, paru en 1937, chez l’éditeur José Corti, contient 32 «  poèmes pour enfants » de la poétesse surréaliste Lise Deharme, accompagnés de 20  photographies de Claude Cahun, mises en scène photographiées d’objets fabriqués ou trouvés et photomontages. Dans la préface du livre, Paul Eluard, qui a mis en contact les deux créatrices, juge que « ce livre d’images à l’âge que vous voulez avoir », accordant au lecteur adulte le droit de se replonger dans un livre pour enfants.

L’écriture des poèmes précède la réalisation des tableaux. Malgré le temps qui sépare la réalisation des textes et des images, l’ouvrage semble être le fruit d’une parfaite collaboration. Les poèmes donnent vie à ces natures mortes, un peu figées, de la même façon que les images prolongent les mots, en proposant d’autres pistes de lecture. La rencontre des deux arts crée de nouveaux sens, bien loin de la traditionnelle fonction dévolue à l’illustration des livres pour enfants dans les années 30, celle de n’être que redondance du verbe. L’ouvrage a donc une place importante dans l’histoire du livre jeunesse.

Le livre a été réédité en 2004 par les éditions Memo, à Nantes, dans la collection « Les grandes rééditions » :

 » Un parcours à travers l’histoire du livre d’images pour la jeunesse. Les grandes rééditions rendent à nouveau disponibles des œuvres d’artistes, pionniers du livre jeunesse, imprimées au plus près de leur qualité d’origine. Aucune nostalgie dans cette entreprise, mais la conviction que quelques livres par décennie ont la force et la beauté nécessaires pour durer, qu’ils ouvrent de nouvelles perspectives littéraires et artistiques et que des enfants d’aujourd’hui y trouveront autant à voir et savoir qu’il y a presque un siècle ou plus. »

http://www.editions-memo.fr/-les-grandes-reeditions-

En 2014 a eu lieu l’exposition « MeMo, de la feuille au livre » à la médiathèque Jacques Demy, à Nantes, l’occasion pour les créateurs de la maison MeMo de revenir sur la création de leurs ouvrages et notamment du Cœur de Pic :

« À l’occasion de l’exposition Nantes et le surréalisme au musée des Beaux-Arts de Nantes en 1994, Dominique Rabourdin nous avait fait connaître un beau livre, Le Cœur de Pic, paru en 1937 chez Corti et jamais réédité depuis. Lise Deharme, écrivaine et l’artiste Claude Cahun avaient projeté ensemble ce livre, alliant des poèmes d’une cruauté malicieuse à des photographies plaçant figurines, plantes et animaux dans d’étranges petits mondes oniriques. Les photographies de Claude Cahun ont été en partie détruites par les nazis lorsqu’elle fut arrêtée pour faits de résistance. Pour imprimer une nouvelle édition, il nous fallait alors reproduire ces photos d’après la première édition, prêtée par Patrice Allain, commissaire de l’exposition et fin connaisseur des artistes du surréalisme. La reproduction des quelques photographies du livre encore existantes aurait introduit une grande disparité avec celles dont ne subsiste que cette trace photographique. Pour les pages intérieures, et encore davantage pour la couverture, la présence d’une trame, puisque nous partions d’un livre déjà imprimé, compliqua la photogravure. Julien, photograveur, expérimenta avec Yves la sélection et l’impression de deux noirs superposés pour accentuer le contraste. Nous avons demandé à François Leperlier un beau texte sur ce livre, mais nous avons choisi de l’éditer à part et de ne pas l’inclure, pour proposer le fac-similé du Cœur de Pic, tel qu’il avait été conçu. Le livre était à nouveau vivant, pour notre plaisir et celui de la petite-fille de Lise Deharme »

« Démarche collective et partage de la page au sein du livre surréaliste » au congrès EAM

P1080241

Doris Eibl (Université d’Innsbruck)   « Esthétique du partage et du dialogue : la collaboration interartistique de Paul Colinet et Suzanne van Damme dans Les Naturels de l’esprit »
 Alexandra Arvisais (Université de Montréal / Université Lille 3), « Etrangeté photolittéraire  : Le Cœur de Pic de Lise Deharme et Claude Cahun »
Andrea Oberhuber (Université de Montréal), « Les anagrammes-dessins consignés au sein du livre , Hexentexte et Oracles et spectacles d’Unica Zürn »
Trois analyses du dispositif texte-image, de la relation entre deux modes de discours différents, de la collaboration écrivain-artiste, dans le livre surréaliste.