Archives de catégorie : Photo

« Upside Down Inside Out and Backwards » et la « photo-graphie »

Upside Down Inside Out and Backwards, publié en 1993, est-il Le livre du Mixed-media qui a vu le jour dans les années 70 ?

Photographies,  dessins, typographie, photo-séquences, photomontages,  se mêlent, sur toute la surface de la page, de contes en contes, de poèmes en rhymes et semblent ne pouvoir vivre indépendamment les uns des autres. L’image est chargée en mots et trouve son prolongement dans le texte, en dessous, au dessus, tout autour. Le lecteur est contraint à un permanent va et vient entre les deux, s’il veut reconstituer le sens. Et quand le verbe est absent, les photographies portent suffisamment de narrativité pour le faire surgir.

Ces histoires ont-elles vraiment un sens ? L’auteur emmène en fait son lecteur, à la frontière entre réalité et monde du rêve.

Le livre se place d’ailleurs sous le parrainage d’Edward Lear, dont on peut retrouver l’influence dans les poèmes et les contes :  “A giggle, a  giggle for dear Edward Lear, who wrote rhymes without reason, I hear. All rules he dispensed. He despised common sens and deemed logic to be insincere”.

Lewis Carroll n’est pas très loin non plus :

« Once upon a time, there was an upside-down place but the people who lives there thought that it was right-side –up. Everything came from nothing and things were tall and small at the same time. Every thing seems to stay but they all went away(…) “if you want to find this place, look in the mirror”.

Le miroir et la photographie invitent le lecteur,  à aller explorer l’envers du décor, là où le monde se présente différemment de ce que nous croyons qu’il est.

© Duane Michals, Courtesy DC Moore Gallery, New York

Ce livre pour enfants est l’oeuvre du photographe Américain Duane Michals. Mais, est-ce bien un livre pour enfants ?

 

Indiens d’Amérique, par Edward S. Curtis

Edward Sheriff Curtis est sans conteste LE photographe des tribus indiennes. Les vingt volumes de  son North American Indian, publiés entre 1907 et 1930, forment une étude ethnographique et photographique des cultures indiennes.

5000 pages et 2226 plaques photographiques ont été numérisées par la Northwestern University, en 2004, et sont visibles sur ce site : http://curtis.library.northwestern.edu/curtis/

Edward S. Curtis exploita ses reportages dans plusieurs œuvres destinées aux enfants dont Indian days of the long ago et In the Land of the Head Hunters, publiés en 1915. Il illustra ce dernier avec les photographies réalisées au moment du tournage du film éponyme.

« Will my fathor’s warriors go tonight to demand this princess for my wife ? »

“This book has its inception in an outline or scenario for a motion picture drama dealing with the hardy Indians inhabiting northern British Columbia. (…) In the working on the photo drama and the book, there came to be slight differences betwwen the two, but in the main they are same and both give a glimpse of the premetive Americans”.

Le film, retrouvé et restauré, a été projeté en 2013 au centre Pompidou : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:In_the_Land_of_the_Head_Hunters_(1914).webm

Les photographies de Edward S. Curtis illustrèrent également le roman pour enfants de Marah Ellis RYAN, The Flute of the Gods, publié en 1909, chez Frederick A. Stokes Company.

BRASSAÏ, GRAFFITI

 004455557

« Les dessins et signes tracés ou grattés sur les murs de Paris ont fasciné Brassaï du début des années 1930 jusqu’à la fin de sa vie. Le photographe a constamment traqué ces expressions durant toute sa carrière, leur consacrant une importante série qui a pris forme dans un livre et à travers plusieurs expositions.

Grâce à la richesse de sa collection de photographies, le Centre Pompidou propose une présentation thématique de la célèbre série Graffiti du photographe français d’origine hongroise. L’exposition replace la série dans le contexte de la fascination pour l’art brut d’artistes et écrivains proches de Brassaï : Raymond Queneau, Jean Dubuffet, Pablo Picasso, Jacques Prévert, notamment. Des documents enrichissent cette présentation inédite offrant au public d’en approfondir la compréhension et l’écho. »

source : https://www.centrepompidou.fr

« Robert Doisneau, le révolté du merveilleux »

200-680x-dossier-presse-revolte-merveilleux

Sur le site d’Arte : http://www.arte.tv/guide/fr/061669-000-A/robert-doisneau

« La vie (intime) et l’oeuvre d’un des maîtres français de la photographie, par sa petite-fille. Un regard tendre et humaniste, comme l’était Robert Doisneau.

« Une lutte vaine. Une lutte perdue d’avance avec le temps qui file. » C’est souvent sans grandiloquence, avec des mots simples, que Robert Doisneau parlait de la photographie, lui qui ne se voyait ni comme un auteur ni comme un artiste. Cet infatigable arpenteur des bitumes banlieusards, disparu en 1994, fut en tout point remarquable par la modestie d’une démarche circonscrite aux petites gens et aux scènes du quotidien. Grâce à ce (faux) naturalisme, qu’il teinta de merveilleux, il toucha ainsi à l’universel pour figurer au panthéon de la photographie humaniste, parmi ses congénères Édouard Boubat, Willy Ronis ou Henri Cartier-Bresson.

Portrait décadré

Réalisé par sa petite-fille Clémentine Deroudille, Le révolté du merveilleux affine le portrait de celui qui a tant façonné l’imagerie nationale : son Baiser de l’hôtel de ville, aussi célèbre que la tour Eiffel ? Au fil de photographies inédites, d’archives vidéo, ainsi que d’entretiens avec ses amis et complices de toujours, de Daniel Pennac à Sabine Azéma, on surprend un Doisneau intime, « curieux, désobéissant et patient comme un pêcheur à la ligne », comme il se définissait lui-même. Le film retrace le parcours de cet ancien photographe officiel des usines Renault, mais dévoile surtout certaines facettes méconnues de son travail (l’amour de la couleur, ses reportages à l’étranger) ou de sa personnalité, comme la peur de la foule. Un regard affectueux et très documenté sur ce pourvoyeur de bonheur pour tous »

The Family of Man

 

P1080571

La légendaire  exposition The Family of Man , créée par Edward Steichen pour le New York Museum of Modern Art (MoMA) en1955 est visible au château de Clervaux, au Luxembourg.  503 photographies de  273 photographes  exposent la condition humaine, tout autour du monde.

P1080572

Deux autres sites au Luxembourg présentent le travail de ce photographe américain d’origine luxembourgeoise.

unnamed (2)

 

« Tous photographes ! » au Musée de la photographie de Bièvres

expo-musee_medium

Le Musée français de la photographie vient de ré-ouvrir ses portes à Bièvres,  avec une expo consacrée à l’histoire de la photographie.

Du Daguerréotype et son image en exemplaire unique, affaire d’artisan, à l’iPhone qui permet à tous de photographier, tout et tout le temps , en passant par la révolution Kodak et son appareil simple léger et populaire, l’exposition en dix tableaux donne au visiteur l’occasion de replonger dans plus de cent ans de l’histoire de la technique photographique et  de la créativité qui en découle : cartes de visites Disdéri, illustrations de magazines, collaboration avec des écrivains…

Le moment de se remémorer aussi, à l’ère du numérique, qu’il y a quelques années encore, il ne fallait surtout pas ouvrir son appareil et placer le film à la lumière, sous peine de perdre toutes ses images !

Site du musée http://www.museedelaphoto.fr

Ergy Landau

ergy-landau-self-portrait

Ergy Landau est née en 1896 dans une riche famille de marchands hongrois. Elle commence à étudier la photographie sous la houlette de différents photographes, dont  Olga Maté, son amie. Elle ouvre un studio, en 1919, dans le 4ème arrondissement de Budapest, quai Jozsef Ferenc. Son travail est largement inspiré par le style pictorialiste.

A partir de 1923, elle s’installe à Paris, ouvre le studio Landau, rue Lauriston, se consacre aux portraits, aux nus et aux photographies de paysages, jouant sur la lumière et les détails. Ylla et Nora Domas se forment chez elles. Son salon rassemble des photographes, des écrivains, et les artistes de la colonie hongroise installée à Paris.

Elle est la première en France à acheter un Rolleiflex 4×4, puis 6×6, qui lui permet de saisir plus aisément les expressions des enfants qu’elle photographie. Ses portraits d’enfants paraissent dans des revues d’arts, sont utilisées dans la publicité puis dans la presse. Elle expose également ses clichés dans des galeries, comme le Studio Saint Jacques en 1934 ou  la galerie Escalle en 1936, aux côtés d’Ylla et Jahan. Elle fait partie du groupe « Les Dix »qui expose en 1936 à la Galerie du décorateur Jules Leleu.

Progressivement, Ergy Landau évolue vers un style humaniste. Membre du « Groupe des XV », elle expose régulièrement au Salon national de la photographie, à la Bibliothèque Nationale, au côté de ses confrères Doisneau, Izis, Ronis … En 1936, elle participe à la première grande exposition officielle consacrée à la photographie dans un musée de l’Etat, au pavillon de Marsan, au Louvre. En 1936, encore, le Daily Mirror lui commande 365 photographies d’une petite fille pour illustrer l’actualité politique au quotidien. Elle renonce rapidement à ce projet.

Elle réalise trois albums pour enfants  :  Le Petit chat,  Enfants et Horoldamba le petit Mongol.

Elle décède à Paris en 1967.

Références des ouvrages pour enfants :

Enfants, Ergy Landau, Paris, O.E.T, 1936.

Le Petit Chat,  , Ergy Landau, Maurice Genevoix, Paris, Arts et métiers Graphiques, 1957.

Horoldamba le petit Mongol, Ergy Landau, Yves Bonnieux, Paris, Calmann-Levy, 1957.

 

La photographe Ylla

Yllawithtoucan1950

©Pryor Dodge

Kamilla Koffler, est née en 1911, à Vienne, de parents roumain et hongrois. Elle prendra, pour sa carrière, le pseudonyme d’Ylla, mais continuera à signer sa correspondance du nom d’Ylla Koffler.

A Belgrade, elle se consacre à des études de sculpture, chez Peter Palavicini, puis part pour la France en 1931, et s’inscrit à l’Académie Collarossi. Lorsqu’elle s’installe en France, en 1931, elle découvre la photographie. Ses premiers portraits d’animaux sont remarqués par une agence et la jeune femme se lance alors dans des études de photographie. Elle devient retoucheuse de photo au studio d’Ergy Landau, qui l’introduit dans le milieu des artistes à Paris et lui donne l’occasion de fréquenter la diaspora des photographes hongrois, parmi lesquels Brassaï, Kertesz, Kollar. En 1932, poussée par celle qui est devenue son amie, elle fait une première exposition personnelle à la galerie de la Pléiade. Elle ouvre le studio Ylla, à Paris, rue Desremaudes et se spécialise dans la photo animalière à partir de 1933. Elle vend ses photographies à la presse. Ses photographies de chats illustrent ainsi un article du « Monde illustré » en 1934. En 1936 et 1938, elle vend des photos de chevaux et de singes à la revue « Regards sur le monde du travail ».

Elle expose son travail dans des galeries comme chez le décorateur Jules Leleu et fait partie du groupe « Les dix »,  aux côtés de Brassaï, Boucher, Dumas, Kertész, Kollar,  Landau, Schall, Tabard et Zuber. Elle participe à la première grande exposition officielle, dans un musée de l’Etat, consacrée à la photographie, au pavillon de Marsan, en 1936.  En 1937, elle fait partie de l’exposition « Les Dix », aux côtés de Brassaï, Boucher, Dumas, Kertész, Kollar, Landau, Schall, Tabard et Zuber. La même année, elle publie Chats, puis Chiens aux éditions EOT et Petits et grands chez Arts et Métiers Graphiques, en 1938. Fuyant le nazisme comme d’autres artistes, elle part pour les Etats-Unis en 1941 et se fait naturaliser américaine. Elle y poursuit sa carrière de photographe animalière, publie de nombreuses photos dans des revues américaines et des ouvrages pour enfants. En 1954, répondant à l’invitation du maharadja de Mysore, elle se rend en Inde. Elle y décède dans un accident de voiture, lors de son ultime reportage photographique, en 1955.

Quelques ouvrages d’ Ylla  :

 Ylla, Jacques Prévert, Le Petit Lion, Paris, Arts et métiers graphiques,1949.

Ylla, Jacques Prévert, Des bêtes… Paris, Gallimard,1950

Ylla, 85 chats, Lausanne, La Guilde du Livre, 1952.

Ylla, Paulette Falconnet, Deux Petits Ours, Lausanne, La Guilde du Livre, 1954.

Ylla, Paulette Falconnet,  Le Petit Éléphant, Lausanne, La Guilde du Livre, 1955.

Ouvrages posthumes :

Ylla, Mères et petits, Lausanne, Lausanne, Clairefontaine, 1958.

Ylla, Animaux des Indes, Lausanne, La Guilde du Livre, 1958.

 

Archives Photographiques au Fort St Cyr

DSC_0704

http://www.culture.fr/Actualites/Architecture-Patrimoine/Les-archives-photographiques-des-monuments-historiques

« Les collections des archives photographiques, constituées à partir du XIXe siècle, concernent historiquement la photographie d’architecture – de la Mission héliographique à Atget, mais aussi les versements réguliers des architectes en chef des monuments historiques. S’y ajoutent le Fonds Guerre, des ateliers de portrait ou des fonds de photographes amateurs.

Depuis 2005, les fonds gérés autrefois par Patrimoine photographique, issus de donations faites à l’Etat, sont venus enrichir le corpus initial : photographes des années 1930 à 1940, tels que Kertész, René-Jacques, Colomb ou Bovis, des photographes de plateau comme Roger Corbeau et Raymond Voinquel mais aussi des photographes comme Daniel Boudinet ».
J’ai pu consulter les Fonds André Kertész, Thérèse Le Prat, François Kollar….