Archives de catégorie : Non classé

L’Art photographique révélé aux enfants

Quelques éditeurs se sont fixés la mission de faire découvrir l’ Art de la photographie aux plus jeunes, en éditant des compilations de photographies réalisées par des photographes célèbres.

La collection Révélateur, éditée dans les années 1990 par l’Atelier des enfants du Centre Pompidou, propose aux enfants un « premier regard sur la photographie », en regroupant dans un ouvrage-un portfolio ; l’idée même d’insérer photographies et textes dans ce format d’ouvrage est déjà un parti pris artistique-19 photographies de « grands maîtres », parmi lesquels Brassaï, Boubat, Koudelka, Kertesz, en noir et blanc ou en couleur, classées par thématique : feuilles et feuillages, murs et fenêtres, l’eau, etc…

Ces clichés sont accompagnés d’extraits de textes de la Littérature, choisis pour la thématique commune qu’ils abordent et qui sont censés dialoguer avec les images. Ces écrits fonctionnent en fait comme des « suppléments d’Art » donnés aux images photographiques avec les signatures de Borges, Breton, Char, Platon…

En 1995 Gabriel Bauret et Grégoire Solotareff propose Album, édité par L’École des Loisirs, un imagier, recueil de photographies de maîtres, en couleur ou en noir et blanc, accompagnées d’un mot. L’idée est de retenir des photographies d’artistes « qui désignent quelque chose de concret »  et de « choisir des mots du vocabulaire courant, pas trop éloigné de l’univers des enfants », selon les auteurs eux-mêmes.

Dans le même genre, en 2006, Marie Houblon publie, chez Tourbillon, Mais …que font-ils, un recueil de 150 photographies puisées dans le fonds de l’agence Magnum (signées Henri Cartier-Bresson, Raymond Depardon, Josef Koudelka…) accompagnées de mots. Il est question par l’image et les mots de répondre à la question du titre : « Mais que font tous ces personnages ? Ils dansent, ils attendent, ils jouent… ils vivent ».

Dans ces ouvrages, les mots qui accompagnent les photographies se focalisent sur un détail de l’image, orientent sa lecture. Le lecteur conserve toutefois toute la liberté de s’en échapper pour fixer son œil sur d’autres éléments, laisser parler son imaginaire.

Au final, rien, dans ces ouvrages, n’est dit de la technique, du courant dans lequel s’inscrivent ces photographies, de leur spécificité, de la place de l’artiste, de ses choix…Il s’agit de proposer à l’enfant de belles images et de les faire parler.

Deux questions se posent : est-ce que ces ouvrages constituent réellement de « véritables approches de l’ Art photographique » comme le proclame l’éditeur de Mais …que font-ils ? Est-ce que ces compilations d’œuvres des « maîtres de la photographie » peuvent être envisagées comme des « mises en bouche » pour aller plus loin dans la découverte de l’ Art des photographes ?

 

« Sac à Tout de Séverine, récit-photo pour enfants en 1903 », dans la revue « Contemporary French Civilization »

https://online.liverpooluniversitypress.co.uk/doi/abs/10.3828/cfc.2018.14

« En 1898, le journal Le Mercure de France présente les résultats d’une enquête sur le livre illustré par la photographie. Sollicitée, Séverine répondra: “Je suis contre, et de toutes mes forces; c’est horrible!” (Ibels 114). Cinq années plus tard paraît chez l’éditeur Félix Juven, à Paris, Sac à Tout, un livre pour enfants illustré de photographies, signé Séverine. Cet article se propose d’analyser, sous le champ des études photolittéraires, l’inscription de cet ouvrage dans les productions de récits-photo, qui connurent un moment d’apogée entre 1890 et 1910. Il s’agira de mettre en lumière les contradictions qu’il semble contenir, entre recherche de la modernité, avec cet usage de la photographie, et inscription dans la tradition de l’art du livre. Il s’interrogera aussi sur cette réponse pleine de virulence d’une figure marquante de la société du tournant du vingtième siècle, la journaliste et écrivain Séverine.

An 1898 article in the French newspaper Le Mercure de France presented the results of a survey about books illustrated by photography. When asked to comment, the French journalist and author Séverine answered “I am against, and with all my strength; it is awful!” (Ibels 114). Five years later, she published Sac à Tout, a phototext for children, edited by Félix Juven. In this study, we will analyze that book under the light of photo-literary studies and the relationship between literature and photographs. Indeed, this book belongs to the era of the production of photograph-illustrated books which was at its peak from 1890 until 1910. This article will first analyze the apparent contradictions between modern techniques, such as photography, against the classic tradition of the art book. It also examines the virulent response from this prominent figure in society at the turn of the twentieth century, the journalist and writer Séverine ».

Humains, trop humains, les animaux de Jean Tourane

Photographe animalier, Jean Tourane (1919-1986) réalise dans les années 50 de nombreux livres pour enfants illustrés de ses photographies d’animaux : Brigitte, puis Firmin, en 1952 aux éditions « Ides et Calendes », Brigitte et Fanette, Maître Roux, Micouchet l’imprudent, en 1956 pour les « éditions de l’Atlantique ». Le Chat, la Belette et le Petit Lapin, en 1958, une adaptation de la fable de la Fontaine, etc …

C’est en 1955 qu’il passe à la réalisation cinématographique  pour avec enfants avec Une fée pas comme les autres, produite par Del Duca. Le succès du film entraîne une commande de la RTF pour la série de Saturnin le Canard, qui donne rendez-vous aux téléspectateurs français chaque dimanche soir. Ces films seront à leur tour novellisés en albums photographiques : Saturnin le poète, La fête au village, le voyage de Saturnin…

Tous les comédiens de Jean Tourane sont des animaux. Mais au contraire d’Ylla qui photographie les siens en respectant leur animalité, tout ceux de Jean Tourane sont dressés et anthropomorphisés, à la manière de Harry Whittier Frees.

Oie motorisée, pékinois artiste peintre, lapin chauffeur de camion, renard coiffeur et canard poète, ils évoluent dans un monde à leur taille, garni d’objets en modèle réduit,  imitation du monde réel et adulte.  Le texte aussi renforce cette humanité :  les animaux-personnages s’animent, parlent, agissent, pensent, imitent l’être humain, signifient toujours quelque chose, et comme l’a écrit Roland Barthes, « ce quelque chose est toujours entièrement socialisé, constitué par les mythes ou techniques de la vie moderne adulte ».

Ces animaux semblent bien humains, trop humains et l’imaginaire de l’enfant ne se développe que dans la conscience qu’il a  de l’impossibilité de voir un canard skier ou un cochon fumer la pipe !

 

 

 

 

 

 

 

L’alphabet de Dzim et Boum et l’ évolution de l’ abécédaire photographique

L’ alphabet de Dzim et Boum, abécédaire photographique, est publié en 1934 chez Delagrave. Il est signé Pierda, pseudonyme de Pierre Portelette, qui publiera également 15 petites histoires, chez le même éditeur, dans la collection des « albums de Pierda »

Chaque page contient une lettre, un mot commençant par cette lettre, une phrase dans laquelle on retrouve ce mot et une illustration photographique sur laquelle on retrouve l’objet nommé.

L’ouvrage semble obéir à la conception première de l’imagier : un mot de l’objet du quotidien de l’enfant illustré par sa représentation photographique.

Toutefois, si l’on examine cet ouvrage de plus près, certains mots sont des concepts abstraits, comme dans le cas de « bravoure », ce qui permet à l’enfant d’enrichir son lexique.

Les photographies, si elles contiennent bien l’objet désigné, sont des mises en scène photographiées de deux petits personnages en tissu, qui montrent comment agir avec cet objet.

La phrase, qui figure sous la photographie, fonctionne comme l’exemple dans un dictionnaire. Elle indique comment utiliser ce que le mot désigne . Cependant, la phrase , et l’image elle-même, prend parfois le contre-pied du sens attendu, ou joue sur les différents sens d’un mot : « Avec des lunettes, je n’y vois rien du tout ! »

C’est dans cet écart entre l’objet désigné et  son emploi  que se développe l’imaginaire de l’enfant.

Parfois même, il ne s’agit plus d’une seule phrase, mais bien d’un dialogue entre les deux personnages : « Boum, ce Marteau est un peu lourd !-C’est bien mon avis ! »

La conception de l’ouvrage, qui passe de la présentation traditionnelle d’un mot par double page, à deux mots par double page, entraîne également un enchaînement narratif,  préparation à la lecture de courtes histoires.

 

 

 

 

 

 

 

On our Farm, joyeux documentaire en pleine Grande Dépression

« Would you like to take some pictures of our farm  ? It’s not always easy to get good ones. Animals don’t remain still very long. They don’t know they are being photographed. Perharps that’s is the reason they look so natural.

Would you like to live in our farm ? It’s a busy place. There are many kinds of things to do. There is much to learn. One never learns it all. »

Ou Our farm, a picture story book for children, texte de John Y. Beaty, photographies de J. C. Allen, est publié en 1932 par la maison Saalfield publishing company,   Akron et New York.

Cet ouvrage, un documentaire sur  les animaux et le travail à  la ferme, a vocation à informer l’enfant, par la photographie et le texte. La photographie vient en support d’un texte qui y fait lui-même de fréquentes allusions.

Ce qui est assez extraordinaire dans cet ouvrage, c’est qu’il paraît dans la période de Grande Dépression que traversent les Etats-Unis, et qui conduira le gouvernement américain  à engager des photographes  pour documenter sur la crise qui frappe la population rurale américaine. 170 000 photographies de cette période, autant de documents ethnographiques, sont d’ailleurs visibles sur le site de l’université de Yale,  parmi lesquelles celle fameuse de Dorothea Lange : http://photogrammar.yale.edu/about/fsa_owi/

Pas d’enfants affamés, ni de terres arides dans cet ouvrage, mais bien des enfants souriants, des animaux gros et gras et une terre fertile…Images d’Épinal…

Les auteurs réalisent la même année Baby’ s first book, for the very young child.

Big Little Books

 

Dans les années 30, la Whithman Publishing Company lance sa collection des  Big Little Books. Chaque livre, d’un tout petit format, comprend une page de texte avec, en regard, son illustration.

Chaque ouvrage est une adaptation d’un comic, d’une émission radiophonique ou d’un film, à partir de 1933. Si certaines illustrations sont des re-créations de l’univers visuel par le dessin, nombreuses publications voient le jour avec les photographies du film, et la mise en avant de leurs vedettes sur la couverture, comme dans un générique.

Alice in Wonderland de la Paramount Picture,  avec Gary Cooper dans le rôle du White Knight et Charlotte Henry dans le rôle d’Alice, est ainsi publié en 1934.

Le succès de ces ouvrages entraînent bientôt d’autres novellisations de films par des maisons concurrentes, dont Rand Mac Nally, qui tablent sur la starisation des vedettes comme Shirley Temple ou Laurel et Hardy.

D’autres titres :

Little women de la RKO (1933)

The new adventures of Tarzan de la XXth Century Fox (1935)

Sequoia de la MGM (1935)

 

 

Miniphlit

L’hypothèse est la suivante : la photographie dans le livre pour enfants ne fonctionne pas. Je cherche donc dans un premier temps à recenser tous les livres pour enfants illustrés de photographies, en France, en Europe et et en Amérique du Nord, depuis l’invention du médium photographique. Je plonge dans les archives maisons d’éditions présentes et passées et je rencontre des écrivains, des photographes et des lecteurs pour tenter d’analyser ce postulat de départ.