IL COURT ! Jesse Owens, un dieu du stade chez les nazis, entretien avec Bruno Pilorget

150 x 190 mm, ” Pont des Arts“, L’Elan vert, juin 2022

“Il court ! Depuis qu’il sait marcher, il court. Jesse Owens, athlète afro-américain de légende, remporte quatre fois l’Or aux Jeux olympiques de Berlin en 1936 alors dirigé par Hitler. Quelle est son histoire ? Un roman illustré par des photos historiques qui retrace le destin hors du commun de Jesse Owens, sa jeunesse dans les États-Unis rongés par la ségrégation et ses exploits aux JO de 1936 à Berlin aux mains des nazis. “

Ainsi est annoncé sur le site de l’éditeur ce nouvel ouvrage qui associe l’illustrateur-carnettiste Bruno Pilorget et l’autrice Cécile Alix. Rencontre avec un des auteurs de cet ouvrage hybride, à la rencontre du carnet de voyage, du roman illustré, de la biographie.

Est-ce votre premier ouvrage accueillant des images photographiques ? 

J’ai publié chez La Boite à bulles un carnet de voyage en 2013, Salaam Palestine ! Carnet de Voyage en Terre d’Humanité, livre qui associe texte, dessins et photos.

Invité en 2008 par le consulat de France à Jérusalem à réaliser des ateliers peinture dans les Territoires Occupés, et bouleversé par ce séjour, j’avais monté un projet pour y retourner. Le festival de carnets de voyages de Clermont-Ferrand et le consulat m’ont aidé. Deux amis, l’autrice Véronique Massenot et le photographe Marc Abel, m’ont accompagné lors de ce second déplacement pour essayer de faire un reportage pour un futur livre. Nous avons trouvé un éditeur et quand nous avons réalisé la maquette, la photo et le dessin de voyage se répondaient très souvent avec le texte pour lien entre nous trois. Ce carnet de voyage-reportage a reçu de nombreux prix et a été très remarqué : 

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/le-temps-buissonnier/salaam-palestine-carnet-de-voyage-en-terre-d-humanite-dessins-bruno-pilorget-textes-veronique-massenot-4857921

J’ai aussi réalisé des dessins aux cotés de photos pour l’ouvrage Réfugier, chez le même éditeur que Salaam. C’était une commande de l’université Clermont pour parler de migrants qui avaient installé un campement de fortune dans les jardins de la faculté des lettres de l’université à Clermont-Ferrand en 2017. D’autre part, deux de mes albums de la collection “Pont des Arts” chez l’Elan Vert, Les Dessins Claire et Omotou guerrier Masaï ont des photos en fin d’album. Également un livre chez Béluga (Ed Coop Breizh), Papa sauveteur,  avec une doc photo en fin d’album sur la SNSM. Et enfin un album chez Rue du Monde, Monsieur Chocolat, le premier clown noir, avec une partie documentaire à la fin de l’album, composé de photos d’époque pour compléter les infos sur cet homme fabuleux, né esclave à Cuba et devenu le plus grand clown à Paris, malgré le racisme de cette époque fin 19ème, début 20ème.

Salaam Palestine ! Carnet de Voyage en Terre d’Humanité, La Boite à bulles, 2013

Comment avez-vous été amené à collaborer sur ce projet consacré à Jesse Owens ?

L’autrice Cécile Alix a été fascinée par  l’histoire de Jesse Owens, cet athlète noir américain incroyable, porteur de valeurs pour les plus jeunes : issu d’une famille très pauvre, Jesse a beaucoup travaillé pour devenir le plus grand athlète du monde des années 30, malgré le racisme, et a gagné ses médailles devant un Hitler impuissant et furieux de l’amitié de Jesse avec un de ses champions pendant les JO.                    

Cécile a proposé son récit sur Jesse aux éditions de L’Elan Vert pour la collection “les carnets de Pont des Arts”. Cécile désirait que j’illustre cette histoire. J’ai déjà réalisé dans cette collection un ouvrage dont l’histoire se déroule dans le Japon d’Hokusai. Mes illustrations sont aux côtés d’une sélection d’estampes du grand artiste.  https://www.elanvert.fr/collections/pont-des-arts/36-grains-de-riz-le-grand-voyage-de-koichi.                                                                                                                                

 L’Elan Vert m’a donc proposé ce travail en m’envoyant le manuscrit et la sélection de photos. De mon côté, je me suis bien documenté également avant de commencer les dessins.

Cet ouvrage retrace-t-il toute sa vie ?

Juste une partie, de son enfance jusqu’aux JO de Berlin en 1936. La partie documentaire en fin d’ouvrage raconte la suite de sa vie après les JO, la ségrégation raciale aux USA et ce qu’était être un athlète noir dans les années 1930.

Pourquoi ce format ?

C’est un petit format de 20 x 15, comme un carnet de voyage moleskine avec élastique qu’on glisserait dans un sac à dos. J’adore cette collection qui demande des dessins sous forme d’un mix illustrations littérature jeunesse et dessins de carnet de voyage. 

Quelle place pour les images dans les doubles pages ?

Les 24 illustrations et la quinzaine de photos sont complémentaires. Pour une maquette vivante et actuelle, elles ont été placées en cabochons, en demi page, en trois-quarts, en pleine page, voire même en double-page.

150 x 190 mm, ” Pont des Arts“, L’Elan vert, juin 2022, image Bruno Pilorget.

Êtes-vous parti des photographies pour réaliser vos illustrations ? 

Il n’existe aucune photo de l’enfance de Jesse. J’ai dû l’imaginer enfant, mais ce n’est pas un problème pour moi de partir d’un personnage adulte pour dessiner la tête de l’enfant qu’il a pu être. Et surtout, j’illustre le formidable texte de Cécile Alix « …il n’y a pas de chauffage dans le taudis qui sert de logis à sa famille. Deux pièces où s’entassent onze enfants et leurs parents…un abri ouvert à tous les vents et à la vermine”. Pour l’ambiance de l’époque et la suite de sa vie, j’ai visionné beaucoup de photos et de documentaires. Je m’appuie sur cette matière, mais je laisse parler mon imaginaire. J’ai dessiné dans l’esprit carnet de voyage, comme si j’étais aux cotés de Jesse, aux USA dans sa jeunesse et sa progression dans les stades, puis lors de sa traversée de l’Atlantique et enfin pour ses exploits aux JO de Berlin

Est-ce vos illustrations complètent ce que ne disent pas les photographies, apportent une ambiance ?

Oui, c’est cela, pour surtout ne pas faire doublon. Techniquement, j’ai utilisé des encres aux couleurs éclatantes qui tranchent  avec les photos en noir et blanc. Cette percussion de la couleur, très vive, très dense, rappelle le monde du sport. Et pour évoquer la grâce et la fluidité de ce champion, cette peinture était idéale pour ses transparences, sa fluidité et sa légèreté. Pour compléter ce côté très actuel, la graphiste a prolongé certaines de mes couleurs en légers dégradés sur les photos, et repris parfois une des couleurs de mes encres comme fond pour certaines pages de texte.

Un livre tout en photos aurait été immédiatement classé comme documentaire sur le sport, ce qu’il n’est pas du tout. Alors que là, ce qui fait le charme de cette collection, c’est l’harmonie et le bon équilibre texte, dessins et photographies, qui fonctionnent parfaitement pour toucher un large public à partir de 9 ans. Jusqu’aux adultes. Ce qui fait la spécificité de cette belle collection.

D’où viennent les photographies ? 

Cécile a collecté un large choix d’images photographiques pour son projet. Et les éditrices ont pu compléter et faire leur sélection. Peu étaient libres de droit et  il a parfois été compliqué de trouver les autorisations. J’ai moi-même pu apporter mon avis sur ce choix de photos pour être encore plus précis sur les épreuves sportives.

Le site de Bruno Pilorget http://www.bruno-pilorget.com/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

 

Transmettre le patrimoine photographique aux enfants, la conférence du 23 février est désormais en ligne

Prenant la mesure de ces relations croisées entre la littérature et le patrimoine, le séminaire de recherche « De la fabrique du patrimoine littéraire à la fabrique littéraire des patrimoines » revêt une double finalité : d’une part, dresser le panorama des recherches en cours et des projets dans ce domaine ; d’autre part, et ce faisant, contribuer à la constitution d’un réseau de recherche international destiné à fédérer les chercheuses et chercheurs actifs dans ce domaine au sein de disciplines allant des études littéraires à la sociologie en passant par l’analyse du discours, l’histoire du livre et des médias, les études visuelles, les sciences de l’information et de la communication, les sciences de l’éducation ou encore la muséologie.

Les séances de janvier et de février de ce séminaire en visio-conférence sont désormais disponibles sur le Carnet de recherche du réseau PatrimoniaLitté.

Le 23 février dernier, j’ai donné la conférence “Transmettre le patrimoine photographique. Comment la littérature jeunesse crée-t-elle un espace de rencontre entre l’enfant et la photographie patrimoniale ? Tentative d’inventaire”. C’est désormais en ligne ici :  https://www.youtube.com/watch?app=desktop&v=WcGWZ0mwYfU&fbclid=IwAR33ATOEr1a6aqVF3bZE27DxdWZr-4VxvnX88VmefBvtpFMGSA9gekd2pfY

L’enfant et le livre de photos, les lecteurs

Comme du temps de l’Atelier du Père Castor, lundi 1er avril une classe de CM1 de l’école du Liberté à Rennes s’est prêtée avec le plus grand sérieux à la lecture et à la compréhension de notre ouvrage illustré de photographies ou d’illustrations graphiques. Une ingénieure du laboratoire Loustic a mesuré et enregistré leur temps de lecture, leur attitude face aux images, leur compréhension du récit et leurs remarques.

Parmi les réactions et analyses enregistrées, nous avons relevé les réactions suivantes :

“La photo c’est plus réel ; on sait vraiment où ça se passe. On voit mieux le décor et qui parle”.

“Les dessins, c’est plus beau. Et puis moi je suis habitué aux dessins dans les livres”.

“Sur les photos on a de vraies personnes, alors c’est mieux parce qu’on voit la réalité”.

“J’aime bien le style des photos en noir et blanc, c’est beau”.

“Avec les dessins, on sait que l’enfant, il est en train de rêver”.

“Mais en fait, c’est bien si tu mets les deux dans un livre, parce que comme ça y en a pour tous les goûts”.

Mais aussi : “J’ai pas bien compris ton histoire, mais j’ai mis j’aime parce que j’aime toujours tes livres…” (Merci Solal)

Les résultats scientifiques seront annoncés le 14 mai, lors de ma soutenance.

Merci à Jean-René Tanguy et aux élèves de CM1/CM2 du Liberté à Rennes.

Merci à Echraf Mekacher du laboratoire Loustic de l’université de Rennes 2.


L’enfant et le livre de photos, le livre

copyright Lily Franey, Laurence Le Guen

Voici une page de l’ouvrage qui va être proposé à la lecture sur tablette dans une classe de CM1 de Rennes. Elle me permet d’évoquer ma propre pratique de création, nourrie sans aucun doute par l’analyse de l’acte créatif d’autres auteurs dans le cadre de mes recherches de thèse :

Les photographies sont sélectionnées dans un stock d’images appartenant à la photographe Lily Franey et ordonnées de façon à ébaucher un récit. Elles portent toutes en elles un point commun qui a créé un lien entre elles. Une première mise en récit intervient donc dès la maquette.

L’image photographique elle-même porte en elle suffisamment d’éléments pour nourrir l’imaginaire de l’écrivain ou convoquer des souvenirs d’autres lectures ou de moments personnels : la maman qui se cache le visage pour pleurer, (je n’ai aucune certitude qu’elle pleure en réalité), l’enfant qui s’applique à sa table de travail, le vent qui laisse entrer le monde extérieur, etc…

Le texte élaboré contient donc un avant et un après de la coupure de temps opéré par la photographe lorsqu’elle a saisi cet instant. Il fait le lien avec ce qui s’est passé dans l’image précédente et avec ce qui va suivre. Il fait déborder l’image, ajoute des éléments qui n’y figurent pas et peut aller, dans les pages suivantes, jusqu’à en prendre le contre-pied.

L’illustrateur s’est emparé de cet ensemble texte-photographie pour proposer à son tour sa propre illustration :

copyright Mickaël El Fathi et Laurence Le Guen



L’Art photographique révélé aux enfants

Quelques éditeurs se sont fixés la mission de faire découvrir l’ Art de la photographie aux plus jeunes, en éditant des compilations de photographies réalisées par des photographes célèbres.

La collection Révélateur, éditée dans les années 1990 par l’Atelier des enfants du Centre Pompidou, propose aux enfants un « premier regard sur la photographie », en regroupant dans un ouvrage-un portfolio ; l’idée même d’insérer photographies et textes dans ce format d’ouvrage est déjà un parti pris artistique-19 photographies de « grands maîtres », parmi lesquels Brassaï, Boubat, Koudelka, Kertesz, en noir et blanc ou en couleur, classées par thématique : feuilles et feuillages, murs et fenêtres, l’eau, etc…

Ces clichés sont accompagnés d’extraits de textes de la Littérature, choisis pour la thématique commune qu’ils abordent et qui sont censés dialoguer avec les images. Ces écrits fonctionnent en fait comme des « suppléments d’Art » donnés aux images photographiques avec les signatures de Borges, Breton, Char, Platon…

En 1995 Gabriel Bauret et Grégoire Solotareff propose Album, édité par L’École des Loisirs, un imagier, recueil de photographies de maîtres, en couleur ou en noir et blanc, accompagnées d’un mot. L’idée est de retenir des photographies d’artistes « qui désignent quelque chose de concret »  et de « choisir des mots du vocabulaire courant, pas trop éloigné de l’univers des enfants », selon les auteurs eux-mêmes.

Dans le même genre, en 2006, Marie Houblon publie, chez Tourbillon, Mais …que font-ils, un recueil de 150 photographies puisées dans le fonds de l’agence Magnum (signées Henri Cartier-Bresson, Raymond Depardon, Josef Koudelka…) accompagnées de mots. Il est question par l’image et les mots de répondre à la question du titre : « Mais que font tous ces personnages ? Ils dansent, ils attendent, ils jouent… ils vivent ».

Dans ces ouvrages, les mots qui accompagnent les photographies se focalisent sur un détail de l’image, orientent sa lecture. Le lecteur conserve toutefois toute la liberté de s’en échapper pour fixer son œil sur d’autres éléments, laisser parler son imaginaire.

Au final, rien, dans ces ouvrages, n’est dit de la technique, du courant dans lequel s’inscrivent ces photographies, de leur spécificité, de la place de l’artiste, de ses choix…Il s’agit de proposer à l’enfant de belles images et de les faire parler.

Deux questions se posent : est-ce que ces ouvrages constituent réellement de « véritables approches de l’ Art photographique » comme le proclame l’éditeur de Mais …que font-ils ? Est-ce que ces compilations d’œuvres des « maîtres de la photographie » peuvent être envisagées comme des « mises en bouche » pour aller plus loin dans la découverte de l’ Art des photographes ?

 

“Sac à Tout de Séverine, récit-photo pour enfants en 1903”, dans la revue “Contemporary French Civilization”

https://online.liverpooluniversitypress.co.uk/doi/abs/10.3828/cfc.2018.14

“En 1898, le journal Le Mercure de France présente les résultats d’une enquête sur le livre illustré par la photographie. Sollicitée, Séverine répondra: “Je suis contre, et de toutes mes forces; c’est horrible!” (Ibels 114). Cinq années plus tard paraît chez l’éditeur Félix Juven, à Paris, Sac à Tout, un livre pour enfants illustré de photographies, signé Séverine. Cet article se propose d’analyser, sous le champ des études photolittéraires, l’inscription de cet ouvrage dans les productions de récits-photo, qui connurent un moment d’apogée entre 1890 et 1910. Il s’agira de mettre en lumière les contradictions qu’il semble contenir, entre recherche de la modernité, avec cet usage de la photographie, et inscription dans la tradition de l’art du livre. Il s’interrogera aussi sur cette réponse pleine de virulence d’une figure marquante de la société du tournant du vingtième siècle, la journaliste et écrivain Séverine.

An 1898 article in the French newspaper Le Mercure de France presented the results of a survey about books illustrated by photography. When asked to comment, the French journalist and author Séverine answered “I am against, and with all my strength; it is awful!” (Ibels 114). Five years later, she published Sac à Tout, a phototext for children, edited by Félix Juven. In this study, we will analyze that book under the light of photo-literary studies and the relationship between literature and photographs. Indeed, this book belongs to the era of the production of photograph-illustrated books which was at its peak from 1890 until 1910. This article will first analyze the apparent contradictions between modern techniques, such as photography, against the classic tradition of the art book. It also examines the virulent response from this prominent figure in society at the turn of the twentieth century, the journalist and writer Séverine”.

L’alphabet de Dzim et Boum et l’ évolution de l’ abécédaire photographique

L’ alphabet de Dzim et Boum, abécédaire photographique, est publié en 1934 chez Delagrave. Il est signé Pierda, pseudonyme de Pierre Portelette, qui publiera également 15 petites histoires, chez le même éditeur, dans la collection des “albums de Pierda”

Chaque page contient une lettre, un mot commençant par cette lettre, une phrase dans laquelle on retrouve ce mot et une illustration photographique sur laquelle on retrouve l’objet nommé.

L’ouvrage semble obéir à la conception première de l’imagier : un mot de l’objet du quotidien de l’enfant illustré par sa représentation photographique.

Toutefois, si l’on examine cet ouvrage de plus près, certains mots sont des concepts abstraits, comme dans le cas de “bravoure”, ce qui permet à l’enfant d’enrichir son lexique.

Les photographies, si elles contiennent bien l’objet désigné, sont des mises en scène photographiées de deux petits personnages en tissu, qui montrent comment agir avec cet objet.

La phrase, qui figure sous la photographie, fonctionne comme l’exemple dans un dictionnaire. Elle indique comment utiliser ce que le mot désigne . Cependant, la phrase , et l’image elle-même, prend parfois le contre-pied du sens attendu, ou joue sur les différents sens d’un mot : “Avec des lunettes, je n’y vois rien du tout !”

C’est dans cet écart entre l’objet désigné et  son emploi  que se développe l’imaginaire de l’enfant.

Parfois même, il ne s’agit plus d’une seule phrase, mais bien d’un dialogue entre les deux personnages : “Boum, ce Marteau est un peu lourd !-C’est bien mon avis !”

La conception de l’ouvrage, qui passe de la présentation traditionnelle d’un mot par double page, à deux mots par double page, entraîne également un enchaînement narratif,  préparation à la lecture de courtes histoires.

 

 

 

 

 

 

 

On our Farm, joyeux documentaire en pleine Grande Dépression

“Would you like to take some pictures of our farm  ? It’s not always easy to get good ones. Animals don’t remain still very long. They don’t know they are being photographed. Perharps that’s is the reason they look so natural.

Would you like to live in our farm ? It’s a busy place. There are many kinds of things to do. There is much to learn. One never learns it all.”

Ou Our farm, a picture story book for children, texte de John Y. Beaty, photographies de J. C. Allen, est publié en 1932 par la maison Saalfield publishing company,   Akron et New York.

Cet ouvrage, un documentaire sur  les animaux et le travail à  la ferme, a vocation à informer l’enfant, par la photographie et le texte. La photographie vient en support d’un texte qui y fait lui-même de fréquentes allusions.

Ce qui est assez extraordinaire dans cet ouvrage, c’est qu’il paraît dans la période de Grande Dépression que traversent les Etats-Unis, et qui conduira le gouvernement américain  à engager des photographes  pour documenter sur la crise qui frappe la population rurale américaine. 170 000 photographies de cette période, autant de documents ethnographiques, sont d’ailleurs visibles sur le site de l’université de Yale,  parmi lesquelles celle fameuse de Dorothea Lange : http://photogrammar.yale.edu/about/fsa_owi/

Pas d’enfants affamés, ni de terres arides dans cet ouvrage, mais bien des enfants souriants, des animaux gros et gras et une terre fertile…Images d’Épinal…

Les auteurs réalisent la même année Baby’ s first book, for the very young child.

Big Little Books

 

Dans les années 30, la Whithman Publishing Company lance sa collection des  Big Little Books. Chaque livre, d’un tout petit format, comprend une page de texte avec, en regard, son illustration.

Chaque ouvrage est une adaptation d’un comic, d’une émission radiophonique ou d’un film, à partir de 1933. Si certaines illustrations sont des re-créations de l’univers visuel par le dessin, nombreuses publications voient le jour avec les photographies du film, et la mise en avant de leurs vedettes sur la couverture, comme dans un générique.

Alice in Wonderland de la Paramount Picture,  avec Gary Cooper dans le rôle du White Knight et Charlotte Henry dans le rôle d’Alice, est ainsi publié en 1934.

Le succès de ces ouvrages entraînent bientôt d’autres novellisations de films par des maisons concurrentes, dont Rand Mac Nally, qui tablent sur la starisation des vedettes comme Shirley Temple ou Laurel et Hardy.

D’autres titres :

Little women de la RKO (1933)

The new adventures of Tarzan de la XXth Century Fox (1935)

Sequoia de la MGM (1935)

 

 

Miniphlit

L’hypothèse est la suivante : la photographie dans le livre pour enfants ne fonctionne pas. Je cherche donc dans un premier temps à recenser tous les livres pour enfants illustrés de photographies, en France, en Europe et et en Amérique du Nord, depuis l’invention du médium photographique. Je plonge dans les archives maisons d’éditions présentes et passées et je rencontre des écrivains, des photographes et des lecteurs pour tenter d’analyser ce postulat de départ.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search