Archives de catégorie : Mes découvertes

Livre d’ enfants pour parents qui ne sont pas encore des grandes personnes

Dans les livres pour enfants dressant le portrait d’animaux par le texte et par la photographie, il est plutôt coutume de mettre en scène un chien, un chat, un lapin, un ourson, animaux qui ont plutôt la faveur des jeunes lecteurs. Difficile d’humaniser un serpent !

Pourtant, c’est ce que propose la photographe Thérèse Le Pratt en publiant chez AMG en 1953, Le petit Python explorateur, en collaboration avec Philippe Stern.

Il s’agit d’un conte, dans lequel un python découvre le monde pour lui bien étrange d’un appartement parisien et se lie d’amitié avec le jeune propriétaire des lieux.

Le texte entre guillemets rapporte à chaque page le témoignage des deux personnages. Le lecteur découvre d’abord la voix étonnée du python  : « Ce sont quand même de drôles de bêtes, celles qu’on trouve dans les appartements » dit-il lors sa rencontre avec un dinosaure en peluche, ou bien encore « On est bien dans cet arbre, il y fait chaud, il y fait clair, mais les arbres n’ont pas de feuilles », constate-t-il alors qu’il s’enroule autour d’un lampadaire. Le serpent se moque également des habitudes humaines : « Quel désordre, ce que les hommes peuvent sortir de choses de leurs poches ! ».

C’est ensuite le jeune garçon qui prend  la parole pour s’émerveiller de ce que son compagnon sait faire :  « Il a pris l’habitude de venir me dire bonsoir dans mon lit, il passe la nuit avec moi » explique-t-il au lecteur. D’ailleurs cet animal est si proche de lui, qu’il lui propose même de regarder les photos réalisées par Ylla pour le livre Des bêtes.., « pensant que cela l’intéresserait ».

Le texte, qui joue sur la drôlerie des interprétations des personnages, s’appuie s’également sur une mise en page originale, faite de photographies détourées, découpées, et sur une typographie qui suit le contour des images.

A sa sortie, ce « livre d’ enfants pour parents qui ne sont pas encore des grandes personnes » selon l’éditeur, a fait l’objet d’une présentation officielle lors d’une soirée « littéraire » organisée à St Germain des Prés en présence de la photographe, mais également du python « More »  et de sa dresseuse, membre de la troupe du cirque Bouglione.

Thérèse Le Prat est célèbre pour ses photographies réalisées en Afrique et en Asie mais également pour ses portraits de de comédiens . C’est là son unique livre pour enfants.

 

Portraits de pays : Little people of other land series

Mary Muller, pseudonyme de Leonore Mulets, signe le texte de la majorité des ouvrages de cette série, publiée à Chicago par la Flanagan Company, au début du siècle :  The story of Akimakoo, an african boy, Little people of the snow, Little people of Japan…

Cette série s’inscrit dans ce genre des portraits de pays  destinés aux jeunes lecteurs américains qui se multiplièrent dès le tournant du 20 ème siècle jusqu’à la la seconde guerre mondiale.

Mi-fiction-mi-documentaire, ils abondent en détails sur les us et coutumes des pays dont ils font le portrait, à travers celui d’un enfant, qui est censé incarner son pays tout entier.

Dans Little people of Japan, sous-titré a story of japanese child-life, le narrateur raconte, à hauteur d’enfant, la vie de Kaga et de sa famille ce qui lui donne l’occasion de s’attarder sur les maisons japonaises, les tenues, les fêtes, l’école, les légendes…Les photographies de Laura B. Starr montrent les maisons, les tenues, les paysages et ont une fonction purement documentaires.     

Dans The story of wretched flea, or the story of a chinese boy, la narratrice s’attarde longuement sur les pratiques religieuses qui pourraient paraître archaïques  au lecteur américain :  « Wretched Flea once had  little sister. But girl babies are not much loved in a chinese home.” ou encore « Flea’s mother could neither read or write ; for in China girls are not taught to read and write”.

De nombreux ouvrages de la littérature américaine pour la jeunesse consacrent en effet à cette période des passages à la minorité chinoise,  s’attardant sur les aspects physiques, sur leurs coutumes si différentes et sur le rejet qu’ils inspirent.  En 1898, dans un livre de géographie  on relève :   « For a time the United states allowed the chines to come here ; but so many of them were brought across the pacific that our people became afraid that they would do all the work(…) they are not likely to make desirable citizens”.

Les chinois, qui ont largement émigrés vers les Etats-Unis dans la seconde moitié du XIX eme siècle, restent en cette période, une minorité à exclure.

Suite d’illustrations pour le Grand Meaulnes, un livre d’artistes

 

Ce roman d’ Alain Fournier, publié en 1913, a  été illustré entre 1925 et 1946 par de nombreux artistes , à l’aide de différentes techniques, eaux fortes, aquarelles, pointes sèches, dessins à la plume, pour des éditions bibliophiliques, avec ou sans texte, et à  tirage limité.

Lorsque la photographe Laure Albin Guillot, en 1946, illustre avec ses photographies ce roman désormais célèbre, elle s’inscrit dans la « suite » de ces illustrateurs qui firent de ce roman un « livre d’artiste ».  Le livre est tiré d’ailleurs à 500 exemplaires seulement et est imprimé sur vergé anglais teinté. La photographe confirme, s’il en est besoin, le statut d’art de la photographie.

La question est inévitable :  « Est-ce vraiment un livre pour enfants ? » En 1957, dans la revue Enfance, on peut lire cette appréciation de Marc Soriano  : « J’ai ainsi dans ma bibliothèque une série d’illustrations photographiques pour Le Grand Meaulnes, réalisées avec des poupées par Laure Albin-Guillot, très belles, mais assez secrètes et hautaines »…

Pour réaliser ces saynètes, la photographe et l’artiste Louise-Edmée Chevalier opèrent des choix dans des moments de la narration, comme le ferait un metteur en scène. Le texte est absent, pourtant le spectateur retrouve des moments clefs du roman,  reconnaît Meaulnes dans cette figurine de céramique au visage indéfini, assis sur un pupitre et se souvient de cette scène dans laquelle, bien qu’entouré d’écoliers, le personnage semble bien seul.

« Assis sur un pupitre, en balançant les jambes, Meaulnes réfléchissait. Aux bons moments, il riait aussi, mais doucement, comme s’il eut réservé ses éclats de rire pour quelque meilleure histoire, connue de lui seul. »  (1ère partie, II, « Après quatre heures… »)

De théâtralité, il est aussi question, avec ce jeu sur la perspective, créée par les décors et les ombres, qui donne à ces photographies une profondeur dramatique.

La photographe, avec son appareil, adopte le point de vue du narrateur du roman, un narrateur silencieux, et réécrit l’histoire avec la lumière. Quand le visuel convoque le textuel…

 

Imagiers photographiques, nouvelles mythologies modernes

 

Entre Nous…Bébé signe

Cendrine Génin, Séverine Thévenet, Editions Ane Bâté, mars 2017

« L’image, c’est le regard, c’est la rencontre. C’est cela qui convoque l’altérité. (…) Je suis à l’opposé de la séduction facile de l’enfant pratiquée dans certains imagiers. C’est un leurre » dit Cendrine Genin, auteur-photographe, rencontrée lors de la JE consacrée à l’imagier photographique,  à l’université d’Artois, le 9 février.

Depuis le First Picture Book d’Edward Steichen, les imagiers photographiques se proposent de mettre la photographie au service de l’enregistrement du monde de l’enfance.

Qu’il s’agisse d’apprendre à nommer les objets de l’environnement immédiat ou plus lointain du jeune lecteur, qu’ils opèrent un classement thématique (animaux, vêtements, nourriture) ou se penchent sur les concepts abstraits, les imagiers photographiques se sont multipliés avec plus ou moins de qualité.

Certains opèrent de simples placages d’un mot sur une image, abondent en stéréotypes sur la réalité du monde, généralisent l’enfance, se contentent de citer et d’organiser un monde que l’enfant organise déjà avec son regard et ses mots.

D’autres, plus ambitieux, font le pari de l’émotion, de la rencontre nouvelle avec l’objet photographié, d’offrir une autre vision du monde, comme l’ont fait Edward Steichen ou Emmanuel Sougez. Telle une déambulation d’un écrivain surréaliste, certains photographes, depuis les années 70,  réinventent les « mythologies modernes » en créant de associations qui surprennent, poétisent la banalité du monde, transforment le réel. Leur univers poétique, insolite, décalé, propose à l’enfant de regarder différemment le monde qui l’entoure.

Le site de Cendrine Génin : http://www.cendrinegenin.com/

Sur le site de la BM de Nantes : https://bm.nantes.fr/files/live/sites/bm/files/PDF_CBB/matinees_CBB_imagiers.pdf

Sur le site de Cécile Boulaire, les imagiers de Tana Hoban: https://album50.hypotheses.org/1568

Les Deux petits Ours d’Ylla, réédités chez MeMo !

« Deux oursons nés en hiver voient le printemps arriver et ont très envie d’aller découvrir le monde hors de la tanière. Mais leur mère ne veut pas qu’ils se perdent dans le vaste monde. Pendant que la grande ourse va chercher du miel, les deux oursons oublient sa mise en garde et courent dans les champs, roulent et chahutent. Les voilà jouant à cache-cache dans la forêt et grignotant des feuilles vertes. Grimpant aux arbres, ils réalisent soudain qu’ils n’aperçoivent plus leur tanière…

En 1954, Ylla publie Two Little Bears chez Harper & Brothers à New York. En plein « âge d’or » du livre illustré de photographies, Ylla connaît un succès mondial, et cet ouvrage sera tiré à plus de 100 000 exemplaires. Pour ce livre, Ylla achète un ourson, puis deux, les nourrit au biberon et les jeunes ours la suivent, comme ils suivraient leur mère, dans la forêt du Connecticut. »

 

https://www.editions-memo.fr/livre/deux-petits-ours/

C’est avec un infini plaisir que je fais cette annonce, après deux années consacrées au travail d’Ylla, une plongée dans ses archives à Tucson et à New York, et une collaboration  passionnante avec les grands éditeurs de la petite maison d’édition nantaise. Merci pour leur confiance !

Around the world in eighty minutes !

Publié en 1894 à Philadelphie, avec dans le titre une référence explicite au Tour du Monde en 80 jours de Jules Verne, cet ouvrage illustré de 100 photographies propose au lecteur, voyageur immobile, de faire le tour du monde, en partant de et en revenant à New York : « Mahomet, though a prophet, had to go to the mountain because the mountain would not come to him. You need not to go to the mountain. Modern science will make it come to you. »

La préface indique pourquoi et comment on lit cet ouvrage et insiste sur la nouveauté qu’offre cet ouvrage photo-textuel : Grâce à cette science moderne qu’est la photographie, le lecteur peut désormais contempler les beautés actuelles et passées du monde. Elle fait même mieux que tout artiste qui tentera de les représenter, puisque tout ce qui s’offre aux yeux du lecteur est bien réel, parfaitement fidèle à la réalité et  permet même de capturer  l’âme de ce qui ont été présents à l’époque de leur construction.

Le texte, qui accompagne chaque cliché , se présente comme un guide  pour le voyageur, lui fournit en plus des informations sur l’histoire de chaque monument.

Mieux que Philéas Fog ou Nelly Bly, c’est en 80 minutes que le voyageur immobile fera le tour du monde :  » Snap his fingers at Phineas Fog and Nelly Bly. eighty days quotha ! seventy ? Sixty ? Nay, eighty minutes will suffice. »

Stranger in the Woods, a photographic fantasy

C’est un fait entendu, les animaux sont bien souvent les personnages principaux des livres pour les jeunes enfants. En matière de livres photographiques, ce sont souvent de petits animaux qui sont photographiés, doubles symboliques du jeune lecteur.

Notons au passage qu’il n’est pas rare que les éditeurs pour la jeunesse privilégient même les photographies d’animaux à celles d’enfants, obligeant parfois tel ou tel illustrateur à substituer la photo d’un alligator à celle d’une petite fille, si, si !

Parmi les photographes qui ont consacré leur carrière à la photographie animalière et ont conçu des livres pour enfants, on pense bien-sûr à Ylla, la si populaire photographe animalière des années 50.

Il se pourrait bien que Carl Sams et Jean Stoick, couple de photographes américains,  se soient  à leur tour fait une spécialité de ces livres pour enfants illustrés de clichés d’animaux sauvages, en photographiant ceux du Michigan et en réalisant la série des « In the Woods ».

Leurs ouvrages, multi-récompensés, utilisés dans les classes, se déclinent aussi en films courts et en livres-cd.

Stranger in the woods, 1999

Lost in the woods, 2004

Find my friends, 2006

First snow in the woods, 2007

When snowflakes fall, 2009

Interview de Carl Sams sur le genèse de Stranger in the Woods : https://www.indiebound.org/author-interviews/samscarl

Pas de bol ! de Susie Morgenstern et Theresa Bronn

Le point de départ du livre est un événement familial authentique, une dispute classique du matin au petit déjeuner, quand un frère veut forcément le bol que sa sœur a devant elle.

Les deux auteurs de l’ouvrage, l’écrivain Susie Morgenstern et l’illustratrice Theresa Bronn, ont confié à Miniphlit la genèse de cet album :

Susie Morgenstern : « Elle est venue prendre un thé et je lui ai donné le texte de « Pas de bol » sans savoir ce qu’elle allait faire, sans savoir qu’elle allait prendre le train pour Paris avec les bols et la nappe et les corn flakes pour mettre en scène mes propres petits enfants (qui sont la source de l’histoire) et ma fille avec la photo. J’étais éblouie. Mais c’était difficile de convaincre un éditeur jusqu’à ce que Thierry Magnier ait accepté de le publier. »

La fille de Susie Morgenstern, Aliyah Morgenstern, se souvient de l’enthousiasme des enfants pour jouer leur propre rôle, pour transformer la cuisine familiale en scène de théâtre : « On a adapté l’appartement, il n’y avait pas de table. On en a rajouté une ! Et après la scène finale terrible, il a fallu tout nettoyer ! »

Theresa Bronn : « Pour moi, dès le départ, je savais que la photographie allait être exploitée d’ une manière ou d’une autre. Quand Susie m’a dit que sa famille voulait bien faire la mise en scène, j’en ai profité !! Je ne sais même plus si c’était l’idée de Susie ou de moi pour tout faire en photographie dès le départ (…)Pour Pas de Bol, les petits personnages dessinés ont changé plusieurs fois, mais pas la partie photographique. Thierry Magnier voulait que l’album rentre dans une collection carrée particulière et ma maquette était rectangulaire (comme le format dans la viseur d’un appareil-photo). J’ai accepté de couper mes formats en carré même si j’ai eu beaucoup de mal au départ. »

Narration écrite et narration photographique se mêlent dans l’espace de la page. Le texte épouse les contours des objets présents dans le cadre, réalisation de Théresa, et invite le lecteur à plonger dans l’histoire.

La présence des petits personnages dessinés, doubles fictionnels des deux enfants réels, ancre définitivement l’album dans la fiction. Ce ne sont pas les photographies d’un moment familial de la famille Morgenstern qui sont fixés dans cet album, mais bien une histoire universelle que l’on présente au jeune lecteur et à laquelle il peut s’identifier.

Pas de bol ! a été réédité chez Actes Sud Junior en 2014, avec son format rectangulaire d’origine.

Theresa Bronn et Susie Morgenstern ont collaboré sur d’autres ouvrages :

Pas !, éditions du Rouergue, 2003

Confessions d’une grosse patate, La Martinière, 2003

L’agenda de l’apprenti écrivain, La Martinière, 2005

Une mère comment ça aime, La Martinière, 2006

Le lecteur pourra découvrir d’autres ouvrages sur le site officiel de Theresa Bronn : http://www.theresabronn.com/fr/

Merci à Aliyah et Susie Morgenstern, merci à Theresa Bronn.

Merci Mathilde Levêque.

Nativité

 

Laure Albin-Guillot met en scène et photographie pour cette Nativité, les santons de Noël  de Louise-Edmée Chevallier en 1946.

La jeune céramiste, collaboratrice de l’atelier Primavera, s’est fait une spécialité de ses petites  figurines qu’elle a déjà exposées dans de nombreux salons organisés par La société des artistes décorateurs.

Cet ouvrage s’inscrit dans ce courant des années 30-40 pour renouveler  l’imagerie populaire et religieuse. https://miniphlit.hypotheses.org/122

La même année, les deux artistes ont déjà proposé une illustration photographique d’un récit littéraire,  Suite d’illustrations pour le Grand Meaulnes d’ Alain Fournier, Ed° Henri Colas.

 

Zipper the Zany, chat journaliste

Les facéties de Zipper le chat sont le sujet de cette série de 25 photographies : Zipper renversant une bouteille d’encre, Zipper au piano, Zipper à la machine à écrire, Zipper humant un appareil photo Ziper buvant un verre …

Pour que ces clichés forment une histoire, Richard M. Stevens,  chroniqueur au Chicago Sun, joue des apparences de l’image pour proposer une interprétation par les mots, qui va chercher dans les références culturelles du lecteur et dans son propre univers professionnel.  Si Zipper  découvre un appareil photo, elle s’exclame aussitôt  : « Je vais lui demander de me prendre en photo un de ces jours, pour l’offrir à mes amis ». Si Zipper s’assied en face d’une machine à écrire, c’est forcément pour écrire un livre…

Paru en 1945 chez Wn  Penn Publishing Corp. à New York, les photographies de Richard M. Stevens, font l’objet d’une chronique dans Popular Photography en avril 1946 : « These photographs are the type of pictures that would make any cat owners whish that he had been able to make similar shots of his cat ».

 

 

Peter and the Twin Giants of Umptyville, livre hybride

Un cirque arrive un jour à Umptyville, avec dans ses bagages deux géants jumeaux, Robin et Bobin,  qui ne manquent pas d’effrayer la population.  Seul Peter, un jeune garçon, a le courage de leur rendre visite et de clamer haut et fort que ces deux êtres différents sont finalement fort sympathiques !

Photographies  en noir et blanc pour figurer les personnages  et graphismes ultra-colorés pour les habiller ou représenter les décors,  se mêlent habilement dans ce conte, paru en 1954, chez Scylla Publishing à New York.

Notons qu’ « umpty » n’a pas de sens précis en anglais. Cette ville et ce qui s’y passe n’existent que dans un conte. Rien de tel qu’une illustration hybride pour rendre compte de ce « nonsense ».

L’ouvrage est signé Carol Brown  pour les textes, Beverly Clarke Roman pour les graphismes et A. Delaney Inc. pour les photographies.

« Mother and Child » et les frontières de la photolittérature pour la jeunesse

 

Pour Mother and Child, la photographe  Nell Dorr propose ses visions de l’enfance, dans un ouvrage composé de poèmes et de photographies d’enfants en regard, paru en 1954, chez Harper & Brothers, à New York.

Elle photographie ses enfants, petits-enfants et arrière petits-enfants, dans de jolis décors champêtres ou marins. Ses photographies exaltent les beautés de la nature et de la vie.

Bien que cet ouvrage soit classé dans la catégorie des livres pour enfants,  la question se pose du destinataire de ce livre, comme pour les Enfants d’Ergy Landau ou de Jaboune en France, et ceux d’Elizabeth Brownell aux U.S.A. Il s’agit plutôt d’un livre sur l’enfance, avec des photographies d’enfants. Où s’arrête donc le territoire de la photolittérature pour la jeunesse ?

Sur le site du Center for Creative photography de New York :

« Ohio-born Nell Dorr grew up surrounded by photography; her father, John Jacob Becker, co-founded one of the largest and most respected photography studios of the late nineteenth century. She was interested in her father’s business at a young age but did not become a professional photographer until after she had moved to Florida with her husband and children in 1923. Dorr opened a portrait photography studio in Miami and worked on her own photographic projects. She was particularly interested in photomurals, and the International Gallery in New York City showed her pioneering efforts in this medium in 1932. In New York, Dorr met Edward Steichen and Alfred Stieglitz, as well as her second husband, John Van Nostrand Dorr, a chemical engineer, metallurgist, and inventor. She published books of her photographs, including In a Blue Moon (1939), Mother and Child (1934), and Of Night and Day (1968). After the death of her youngest daughter in 1954, Dorr devoted herself to photographing mothers and children.
Dorr believed that terror and misery were already abundantly documented in American culture and thus committed herself to eliciting beauty in her photographs. Her images evoke the dreamy atmosphere of reminiscence.  »

Quelques photographies extraites du livre sur ce site : https://www.youtube.com/watch?v=WRP4r-daF8A

 

 

 

Emma Justine Farnsworth’s books for children

Emma Justine Farnsworth (1860- 1952) est une des plus célèbres photographes américaines amateures de la fin du 19ème siècle. Frances Benjamin Johnston lui consacra même un article dans « Showing what American women have done with a camera » pour le Ladies’ Home Journal en 1901 : “A strong yet sensitive personality is reflected in the work of Miss Emma Justine Farnsworth, who, as a worshipper of the beautiful, lives in an atmosphere of art and poetry, and her photographs are delicately expressive of both. Miss Farnsworth’s studies of youth and classic beauty have commanded world-wide recognition.”

Celle qui débuta la photographie lorsqu’elle trouva un appareil photo au pied du sapin de Noël,  sera récompensée à de multiples occasions, aux Etats-Unis et en Europe et fera partie des artistes présentées à l’exposition parisienne de 1900  consacrée aux American Women Photographers.

En 1893, E. P. Dutton and Company publie Sunshine and Play-Time, dans lequel ses photographies de scènes enfantines illustrent les versets de William Croswell Doane. Célébrité naissante de la photographie amateure, son nom figure sur la couverture et la page de titre. Sur chaque photographie, on retrouve le même petit garçon costumé en marin.

En 1895, le même éditeur publie Little Lad Jamie, de  Mary D. Brine,  illustré avec 6 photographies dont on ne connaît pas l’auteur.  Pourtant, on y  retrouve les mêmes clichés que dans l’ouvrage paru deux ans plus tôt. Cette fois-ci, le jeune garçon est devenu un personnage avec un nom, un âge, une famille et des aventures …

 

 

 

 

What American women have done with a camera ? Elizabeth Brownell

 

Le titre est largement emprunté à Frances Benjamin Johnston, photographe et promotrice de la photographie féminine américaine,  qui, dans un article écrit en 1902 pour The Ladies Home Journal, présente le travail d’Elizabeth Brownell.

Cette dernière réalise trois ouvrages avec ses photographies : Dream Children, publié en 1901, est une compilation de textes de la littérature pour enfants, parmi lesquels Hiawatha’s Childhood, d’Henri Longfellow, Alice and Her Kitten de Lewis Carroll, The Little Match Seller d’Hans Andersen, Red Riding Hood de Riley, et une adaptation des Misérables de Victor Hugo,  The story of Cosette and her dolls .

Ces textes sont illustrés par des portraits d’enfants jouant le personnage principal de l’histoire. Mais s’agit-il vraiment d’illustrations ? Elizabeth Brownell propose  au lecteur  une nouvelle image des personnages de fiction, entre vision de la réalité qu’offre la photographie au tournant du siècle, et imaginaire de l’enfant. Notons que le décor est largement absent sur les photographies et les personnages sont parfois même détourés.

Alice :

Ces photographies peuvent être considérées comme une forme de réception des textes littéraires, puisque elles sont réalisées longtemps après l’ écriture de ces derniers. La photographe compose ses scènes à partir du texte,  d’abord par le dessin, puis photographie sa mise en scène : « Mrs Brownell’s photographs are the result of patient study. Her models are often first sketched in pencil for composition, and they are always carefully trained both for pose and expression».

Le petit chaperon rouge :

Certains textes sont toutefois des adaptations ou réécritures du texte original et par conséquent, ces photographies fonctionnent cette fois comme des illustrations réalisées en même temps que l’ écriture.

Cosette :

Posters of the vision children in childhood paraît en 1903. Il contient 20 portraits photographiques d’enfants accompagnant des poèmes sur l’enfance écrits par différents auteurs.

En 1908 paraît son dernier ouvrage, Really babies, photographies d’enfants accompagnées de versets.

 

 

 

«

Merry Jingles : a book for the little ones.

 

Petite trouvaille dans les livres de mon corpus américain, cet ouvrage  de 1901, signé Sarah L. Moore : Merry Jingles : a book for the little ones.

Sur la couverture, le portrait photographique d’une fillette surplombe un oriflamme, dans lequel figurent le nom de l’auteur et celui de l’illustrateur Harry Webster. Le tout est encadré d’une frise décorée de motifs floraux. Il faut attendre la page de garde pour trouver le nom de la photographe, Helen Nichols.

Le livre commence sur une adresse aux enfants sous le titre « Good Morning » et se termine, 61 pages plus tard,  par un « Good night ». Le livre est entièrement consacré aux activités de l’enfant, avec ses abécédaires, dont un entièrement illustré par la photographie, ses comptines, fabulettes, et autres petites histoires d’animaux ou de cirque.

L’ouvrage est illustré de multiples illustrations, dessins ou ornementations florales, dont certaines en couleurs, mais surtout de 48 photographies.

Portraits d’enfants, en médaillon, ou photographiés dans de petites mises en scène, elles sont régulièrement imprimées sur la page de gauche, et le texte, poésie ou comptines, est imprimé en page de droite. Texte, illustrations dessinées et photographies se répondent.

A l’éclectisme du contenu du livre répondent une typographie et une mise en page du texte variées, les illustrations se mêlant aux mots, les recouvrant parfois. Le lecteur, dont l’attention zigzague des unes aux autres,  se trouve face à un livre-jeu.

On notera une prédominance du dessin sur la photographie, laquelle est régulièrement encadrée de motifs floraux, comme si  les auteurs avaient voulu tempéré  son aspect moderne ,  en réintroduisant des motifs auxquels le lecteur s’est habitué dans sa fréquentation d’ ouvrages plus classiques.