Archives de catégorie : Mes découvertes

The Lonely Doll

The-Lonely-Doll-007

« Once there was a little doll. Her name was Edith. She lived in a nice house and had everything she needed, except somebody to play with. She was very lonely, »

« Il était une fois une petite poupée. Son nom était Edith. Elle vivait dans une très belle maison, et elle avait tout ce dont elle avait besoin, excepté quelqu’un pour jouer avec elle. Elle était très seule ».

Ainsi commence The Lonely Doll, publié en 1957, chez Doubleday à New York, écrit et illustré par les très belles photographies en noir et blanc de Dare Wright, photographe, écrivain et mannequin.

Trois générations de fillettes ont été élevées avec la lecture des aventures d’Edith et de ses deux amis ours en peluche, Mr Bear et Little Bear, père et fils. Les critiques s’accordent pour dire que les photographies et la narration expriment au mieux les angoisses et attentes des enfants, ce qui explique son succès. Le livre a été republié en 1998 . A cette occasion, il a fait l’objet de débats virulents, en raison de son atmosphère angoissante et ses scènes de fessées, mais il a reçu le soutien de nombreux lecteurs nostalgiques.

Il s’est d’ailleurs immédiatement classé en tête des ventes et a été élu par The Guardians, en 2010, parmi les plus beaux livres pour enfants, de tous les temps.

De nombreuses analyses insistent sur l’aspect autobiographique de la lonely doll Edith. En effet, si la poupée porte le nom de la mère de Dare Wright, c’est bien l’enfance  tourmentée et  solitaire de Dare qui est mise en scène. La ressemblance entre la créatrice et son personnage ne réside pas seulement dans l’expression des angoisses d’abandon, de solitude et la crainte des châtiments corporels exprimées par la petite poupée, mais aussi par  la troublante proximité physique avec la photographe.

DareWrightAuthorPhoto

Dare Wright est née en 1914 au Canada, mais a passé son enfance à Cleveland. Ses parents ont divorcé alors qu’elle était petite et elle a été élevée par sa mère, la portraitiste Edith Stevenson Wright, tandis que son frère, Blaine, allait vivre avec son père, Ivan Wright. Frère et sœur ne se sont retrouvés qu’à l’âge adulte.

Très proche de sa mère, Dare Wright vécut très mal le décès de cette dernière en 1975, puis celui de son frère, en 1985. Elle termina sa vie seule, dans son appartement de la cinquième avenue, en 2001.

http://www.darewright.com/

D’autres livres pour enfants de Dare Wight :

  • Holiday for Edith and the Bears. Doubleday, 1958.
  • The Little One, Doubleday, 1959.
  • The Doll and the Kitten, Doubleday, 1960.
  • Date with London. Random House, 1961.
  • The Lonely Doll Learns a Lesson. Doubleday, 1961.
  • Lona, a Fairy Tale. Random House, 1963.
  • Edith and Mr. Bear. Random House, 1964.
  • Take Me Home. Random House, 1965.

La collection « Children of all Lands »

P1070979

La collection voit le jour en 1928, chez Grosse & Dunlap, à New York. Certains ouvrages ont été numérisés grâce au projet Gutenberg et sont donc consultables en ligne.  Madeline Brandeis, (1897-1937), réalisatrice et productrice de films pour enfants, est l’auteure  de la majorité des ouvrages.

Il s’agit de romans pour enfants et adolescents, illustrés par environ 40  photographies  en noir et blanc. La ligne éditoriale,  clairement rappelée dans la préface de chaque ouvrage, est de promouvoir la paix entre les peuples, par la connaissance de l’autre : « We think the children of other lands are really  a lot like us after all ».

Les histoires, à destination des jeunes lecteurs américains, sont écrites dans  un langage simple. Une carte du pays, des photographies documentaires  des principaux monuments ou endroits typiques,  une page de prononciation de vocabulaire, accompagnent le texte.

Dans la préface , Madeline Brandéis précise que ses ouvrages sont inspirés par ses découvertes et rencontres faites lors de ses voyages, en compagnie de Marie Madeline, sa fille, et Ref, son appareil photo. Une des particularités de la collection est la présence de clichés mettant en scène des enfants-acteurs, réalisés par l’auteure elle-même. Certains ouvrages sont accompagnés lors de leur sortie d’un petit film produit par Madeline Brandeis’ Production.

Madeline Brandeis

 

Quelques titres  de la collection :

  • The Little Indian Weaver (1928)
  • Shaun O’Day of Ireland (1929)
  • The Wee Scotch Piper (1929)
  • Little Jeanne of France (1929)
  • The Little Swiss Wood Carver (1929)
  • The Little Dutch Tulip Girl (1929)
  • Little Philippe of Belgium (1930)
  • Little Anne of Canada (1931)
  • The Little Mexican Donkey Boy (1931)

 

Littérature de jeunesse et altérité dans les documentaires fictionnels des années 50

$_35     P1070836

Après deux guerres mondiales, la découverte des massacres perpétués dans les camps nazis, le monde s’engage dans une nouvelle voie, celle d’une communion humaine et de la paix. C’est l’époque de la création des grandes organisations mondiales avec l’Onu qui doit garantir aux générations futures le maintien de la paix, l’Unesco qui gèrera les problèmes culturels ou scientifiques, l’Unicef qui se consacrera à l’enfance.

Les arts et la culture seront les alliés de cet élan pacifiste. Pour la photographie, c’est la pleine époque de la photographie dite « humaniste », dont la tendance était déjà amorcée avant-guerre, avec des photographes comme Brassaï, Kertesz, Kollar en France. Les tenants de ce courant exaltent la nature humaine, chantent sa dignité, avec des thèmes précis : la famille, le travail, le bonheur familial, la beauté des paysages français, dans un premier temps, puis avec une dimension internationale, car l’Europe n’est plus le centre du monde. L’exposition « The Family of Man[1] », présentée en 1955 au Moma, sous la houlette de Steichen,  est l’exposition phare de ces années pendant lesquelles la photographie, langage compréhensible par tous, doit montrer l’unité de l’homme, dans sa diversité.

C’est l’époque des grandes agences de photographes qui envoient leurs photographes-reporters aux quatre coins du monde, à une époque où on ne voyage pas encore. Le public a soif d’images et découvre le monde dans des périodiques comme Paris Match, créé en 1949, auquel Cartier Bresson participe avec un reportage sur Changaï, Brassaï sur Séville, mais aussi Réalités[2], créé en 1946, qui fait découvrir, grâce à Cartier-Bresson, Bischof et Boubat, l’Inde, le Japon, la Mongolie, des territoires encore mal connus.

L’édition est un autre vecteur de diffusion de la photographie et souvent les photographes s’allient à de grands écrivains, à l’initiative de grands éditeurs tels Robert Delpire, Claude Arthaud ou Albert Mermoud à Lausanne, pour faire connaître le monde et abolir les frontières. La Guilde du Livre réunit ainsi Doisneau et Cendrars pour La Banlieue de Paris, en 1949, Izis et Prévert pour Charmes de Londres, en 1952, Malraux et Izis pour Israël en 1955.

Dans ce contexte, l’édition pour la jeunesse ne peut-pas être en reste dans la diffusion des idées humanistes. L’enfant étant l’avenir de demain, il faut le former. En France, en 1944, les membres de l’association « Pour le livre[3] » s’engagent « à coopérer par tous les moyens à leur disposition à l’œuvre d’éducation et de formation d’une pensée libre qui doit préparer un avenir meilleur[4] ». Une exposition « L’enfant et le livre », est présentée à la Bibliothèque nationale de novembre 1951 à janvier 1952 : « Les représentants des nations qui participent à cette conférence auront le loisir de confronter les légendes, les traditions, les coutumes, les mœurs des pays qui ont envoyé des livres […] et, à travers les réseaux de ces contes et de ces images de montrer la solidarité de tous les petits enfants de la planète [5]». Un Prix de l’enfance[6] est créé en 1954.

L’international Board on Books for Young peopole (IBBY) est fondé en Suisse, en 1953, avec pour objectif de « permettre aux enfants de lire des livres de toutes les cultures pour favoriser l’entente entre les peuples [7]».

L’image étant le langage le plus simple pour parler aux enfants, la photographie ne peut que servir ce projet. La photographie doit donc, dans ces ouvrages pour la jeunesse, servir de documents, informer le jeune lecteur, témoigner de la réalité de l’Autre, l’emmener à sa rencontre, lui permettre de dépasser les frontières, et faire en sorte que l’Autre et lui soient semblables.  Des collections consacrées aux enfants du monde voient ainsi le jour chez les éditeurs, avec la publication d’albums photographiques. Nathan lance la collection « Enfants du monde » avec les nombreux livres de la photographe Dominique Darbois qui,  à partir de 1952, fait découvrir aux jeunes lecteurs la vie d’autres enfants : « Tous divers ils se ressemblent, s’enrichissant-et nous enrichissant de leurs différences. Un petit indien d’Amazonie ouvre le ban en 1952, rejoint au fil des années, par un Africain, un Esquimau, un mexicain, une japonaise…Après tout ce temps passé à explorer les lieux et les humains, j’espère avoir réussi à transmettre ma conviction que ce mode, dans sa diversité et sa complexité, est un : le nôtre, notre monde à tous[8]». La maison Hatier lance la collection « Connais-tu mon pays », « reportage à peine romancé sur la vie et les coutumes d’un pays [9]» avec des titres comme En Iran avec Reza, en 1963,  Au Japon avec Harumi. La maison Geldage publie des romans illustrés de photographies documentaires, comme Annie au Danemark  en 1957 et la maison Hachette sort Deux enfants autour du monde, en 1955, récit de voyage illustré par la photographie.

Hélas, ce projet, si louable soit-il, reste à la frontière des pays qu’il tente de faire découvrir…

 

 

[1] En 1955, Edward Steichen, responsable du département de  photographie au Museum of Modern Art de New york, réunit 530 photographies déjà publiées dans la presse, dans un grand dessein humaniste.

[2] « Réalités », mensuel d’actualités avec reportages photographiques publie un numéro spécial « Tour du monde » en 1955, avec des photographies de J-P Charbonnier. Boubat publie des reportages sur la vie de tous les jours en Chine, Moyen orient, Russie. .. . En 1978, le mensuel cesse sa publication.

[3] Livre mon ami, catalogue de l’exposition des Bibliothèques de la ville de Paris,  établi et dirigé par Annie Renonciat, 1991, p. 99.

[4] Parmi les Membres fondateurs : Bourrelier, Hartmann, Berger-Levrault et Geldage.

[5] Catalogue de l’exposition  « L’enfant et les livres », BnF, 1951, cité dans l’ouvrage Livres mon ami, 1914-1954, 1991, p. 100.

[6] A l’initiative du Centre International de l’Enfance. Georges Duhamel est  président du jury. Le premier prix est attribué à Paul Jacques Bonzon pour Les orphelins de Sumatra, Hachette.

[7] Yvan von Arx, « Littérature de jeunesse et altérité », projet de l’ISJM, parole, 1/2006.

[8] Flash sur les livres de photographie pour enfants des années 2 à nos jours, Paris, Bibliothèque de la Joie par les livres, 2001, p. 28.

[9] Marc Soriano, « Les livres pour enfants », Enfance, tome 13, n°4-5, 1960, pp.  501-512.

 

parana-le-petit-indien-de-francis-maziere-livre-869730977_L

 

La Bibliothèque de l’Heure Joyeuse

56627-ex-libris-d-origine-de-l-heure-joyeuse-cree-et-colle-dans-tous-les-livres-des-1924-legerement-remanie-pour-adapter-l-adresse-et-la-mention-ville-de-paris-par-la-suite-ce-

Le 12 novembre 1924 est créée  à Paris, à l’initiative des membres américains du Book Committee on Children’s Libraries,  la première bibliothèque française, dévolue aux enfants : La Bibliothèque de l’Heure Joyeuse.

Petite révolution dans le domaine de l’accès aux livres : ouvrages adaptés aux  enfants, mobilier  à la taille des lecteurs, bibliothécaires formées à la lecture pour la jeunesse, qui feront de cet espace un lieu plein de vie autour du livre, avec des expositions et des lectures publiques. La bibliothèque se veut aussi un espace entre la maison et l’école, un lieu de plaisir et de détente autour du livre.

Autre grande innovation, sous l’influence du mouvement Education Nouvelle de Freinet et Montessori,  la liberté accordée à l’enfant de choisir lui même ses livres.

Dans l’idée des fondateurs, ce modèle de bibliothèques devait être amené à se développer partout en France. Mais il faudra attendre 1935 pour qu’une seconde bibliothèque de ce type soit créée à Versailles, puis l’après-guerre, pour qu’ une soixantaine de bibliothèques calquées sur ce concept voient le jour. Nos bibliothèques actuelles sont issues de cet héritage direct.

Le Fonds historique de l’Heure Joyeuse a été intégré à celui de la médiathèque Françoise Sagan, en 2014, qui ajoute à sa mission traditionnelle de prêt, une mission de valorisation de ce  patrimoine.