Archives de catégorie : Mes découvertes

Tu seras les yeux de la mer

Tu seras les yeux de la mer, Alain serres, Zau, collectif, Rue du Monde, 2019, 91 pages.

On retrouve dans cet ouvrage le mode de fonctionnement de L’Abécédire, paru en 2010 chez Rue du Monde et déjà analysé ici.  Alain Serres est une nouvelle fois à la conception de cet ouvrage hybride.

La couverture de l’ouvrage annonce le dispositif mis en place dans le livre : Trois écritures, trois arts vont s’interpeller, dialoguer, se répondre, se contrarier, communier pour dresser un tableau des océans aujourd’hui et inviter les jeunes à s’engager dans la combat de l’écologie.. 

La photographie, à l’origine documentaire, est recadrée autour d’un poisson, qui, gueule ouverte, s’apprête à gober un morceau de plastique, semble-t-il. Son œil rond  évoque l’étonnement, voire l’effroi. Il nage sous ce qui semble être un continent de déchets, parmi lesquels le lecteur/ spectateur reconnaît pots de yaourt, canettes, sacs plastiques et objets de son quotidien. La photographie a été retravaillée, des graphismes ajoutés pour figurer le plastique, et seul le poisson semble réel. 

Sur le côté de la couverture, en noir et blanc, un manchot dessiné à l’encre de Chine, semble posé sur une banquise un peu grise et le trait oblique qui sépare les deux images parait symboliser la frontière entre le dessus et le dessous. 

Le titre “Tu seras les yeux de la mer” fonctionne comme une interjection au lecteur-spectateur, invité à regarder ce qui se passe dans et autour des mers, en plongeant au cœur de ces grandes images. 

Dans le corps de l’ouvrage, la photographie et l’illustration graphique sont installées en pleine page, rejoignent ses bords, alternent en page de droite ou de gauche, sont séparées par la pliure centrale. Systématiquement, l’illustration graphique accueille le texte. 

La photographie documentaire n’est pas réalisée spécifiquement pour le livre mais issue d’un collectif. Chaque image fourmille de détails et peut raconter seule. Elle montre les malheurs des ours blancs dont le territoire est pollué par les hommes ou qui sont contraints de s’approcher des villes pour trouver une nourriture devenue rare. Elle montre aussi la pollution des mers et des littoraux, la pauvreté des hommes dans certains parties du globe et la richesse d’autres en arrière-plan. Le lecteur-spectateur reconnait ces images. Il les a déjà vues ailleurs, prises dans d’autres dispositifs. 

 Zau a réalisé une image graphique minimaliste pour répondre à cette image photographique. Il y a prélevé un seul élément. Ce n’est pas une citation, pas un cadrage resserré.  L’ours n’a pas la même position que celui de la photo. Il s’agit de deux ours  enlacés. Le lecteur-spectateur imagine que l’ours de la photographie a une famille.  Le dessin du seau n’imite pas la photographie. On voit ce qu’il contient. Il s’agit  peut-être des morceaux ramassés sur la plage. Ainsi, l’image graphique dit ce que l’image photographique ne dit pas. Elle propose de s’approcher de près, de dire l’avant ou l’après de la photographie,  de compléter son langage. Elle offre un supplément de narrativité. 

Notons que le dessinateur conserve  les codes de l’univers enfantin : Les deux ours enlacés seront peut-être pour le jeune lecteur un frère et une sœur, ou une mère et son enfant. Est-ce un clin d’œil à toutes ces histoires dont les plantigrades sont les héros ?  Le lecteur-spectateur interprétera et imaginera une histoire en fonction de ce qu’il a déjà rencontré dans d’autres ouvrages.  L’image graphique portant le seau l’interroge davantage. S’il croit reconnaître des légos, il est interpellé par leur ressemblance avec des immeubles, si grands sur la photographie, si petits une fois emprisonnés dans le seau. 

Le texte fonctionne comme une légende qui fixe le sens de l’image. Pour ceux qui savent lire, elle dit comment lire l’image photographique : un ours en Russie, une plage à Manille. Une phrase, imprimée dans une typographie de couleur différente, retient l’attention : “Affamé, égaré, dérouté par ce que les hommes imposent à son blanc pays” peut-on lire entre les deux images en regard ; “Et toujours le rêve d’y trouver un trésor” lit-on en rouge entre la photographie de la plage de Manille et  le dessin du seau. Les mots proposent donc deux récits, l’ un documentaire, l’ autre fictionnel.

Mais surtout, les mots proposent  des ponts, des échos entre les deux images et permettent de franchir la marge qui les sépare. 

Dans certaines double-pages, il semble que la marge soit ignorée. L’image de gauche trouve son prolongement dans celle de droite, le banc de poisson s’étend jusque sur l’autre page, lorsque la multitude s’assemble pour former un poisson géant face à un tout petit plongeur. Ce “colosse” a un air bien innocent et fait écho à l’adjectif “fragile”. 

 

Que fait le lecteur ? La conjonction des trois modes d’expression dans la double-page invite  le lecteur-spectateur à les mettre en relation. Son regard s’accroche à une image,  cherche dans sa mémoire, reconnaît, interprète, se déplace sur l’autre, fronce les sourcils, fait des liens, vérifie dans le texte, retourne sur les images, saisit ce que sa première lecture avait ignoré. C’est un lecteur pleinement actif et mobilisé qui tourne les pages, démêle les liens, recompose les ponts conçus pour lui. Une fois le livre fermé, il lui reste mille histoires, des moments de poésie, et peut-être un tableau des océans composé de mille images.

Le regard de Christophe Meunier ici https://clio-cr.clionautes.org/tu-seras-les-yeux-de-la-mer.html

Mon analyse de L’ Abécédire est à lire ici : 

https://miniphlit.hypotheses.org/974

Little people of everywhere, PREMIERE COLLECTION de portraits de pays

Collection “Little people of everywhere,  McDonald, Etta Austin (Blaisdell) Mrs., 1872-Dalrymple, Julia ,  Boston, Little, Brown, and company , 1909, 156 pages.

Kathleen in Ireland, Manuel in Mexico, Rafael in Italy, Umé San in Japan, Boris in Russia, Betty in Canada, Fritz in Germany… sont quelques uns des 12 titres de la collection des “Little People Ewerywhere”, portraits de pays destinés à la jeunesse et publiés aux U.S.A entre 1909 et 1912. Ils sont signés Etta Blaisdell McDonald et Julia Darlymple.

Dans Rafael in Italy? les 17 photographies (“The book is full of pictures of Italian Life”) sont signées de l’agence Underwood & Underwood à New York. L’ouvrage porte une photographie couleur en couverture, identique à celle du frontispice, et représente trois enfants en costume traditionnel jouant sur la Via Appia. Les photographies qui suivent sont en noir et blanc, légendées, signées et accompagnées d’une citation extraite du texte et un renvoi de page. Ce sont en général des vues de paysages, de monuments, de rues, des scènes de la vie quotidienne et bien souvent des enfants anonymes sont présents sur l’image. Celle-ci est installée systématiquement en page de droite, verticalement ou horizontalement, et toujours bordée d’une marge blanche.

Dans la préface non signée, on peut prendre connaissance des intentions des autrices : “The very best way to understand the life and customs of foreign countries is to visit it. If that is impossible, one may still learn by reading a story of people living there.”

L’auteur précise qu’avec cette lecture, les enfants des écoles (il s’agit ici d’une édition scolaire de 1912) pourront découvrir les jeux, le travail,  les festivals, les vacances, les maisons et les ambitions des enfants d’ailleurs. 

Le lecteur va découvrir l’Italie par le biais des aventures du jeune Rafael Valla, 14 ans. On découvre sa vie à Venise. Sa rencontre avec une jeune touriste américaine est prétexte à voyager  ensuite jusqu’à Florence, Rome, Naples et le Vésuve.

Une page de vocabulaire et de prononciation complète l’ouvrage.

Tous les ouvrages ne sont pas conçus sur le même dispositif. Certaines préfaces donnent plus d’informations documentaires. Dans Umé San in Japan par exemple, l’auteur ne mentionne plus la connaissance de l’autre mais insiste sur les progrès technologiques du nouveau Japon  :  “Railways trains and electric cars are taking the place of jinrikisha and kago”.  L’ouvrage ne compte que 8 photographies et un frontispice. Il ne s’agit pas dans ce livre d’un périple à travers un pays en compagnie d’un enfant étranger mais le lecteur plonge dans la vie d’une famille par le biais de la jeune Umé San, enfant du pays. Le frontispice présente Umé San et cette première photographie permet au lecteur de faire la connaissance du personnage. Ce frontispice peut accueillir, dans d’autres ouvrages, des vues du pays.

Umé San in Japan , 1909

Point commun à toute la collection, la découverte  du pays se fait par le biais d’un enfant, sorte d’habitant archétypal comme l’indique l’auteur de la préface de Boris in Russia : “Boris Antonovitch, the young peasant of the story typifies the Russia” ou  de celle de Betty in Canada :” Betty Buttler is a type of a young canadian of to-day“.

Le portrait  du pays va se construire  par la fiction dont il est le personnage principal, par les informations documentaires contenues dans le texte et par les vues du pays. 

HOW TO DRAW THEM ?

Puisqu’il faut bien occuper les enfants dans cette période de confinement, les ouvrages destinés à apprendre à dessiner les animaux, ceux des pôles, de la forêt, de la mer, et les sauvages, mais aussi les châteaux forts, les monstres, etc… sont bien utiles. 

La série des “How to draw Them” publiée dans les années 40 et 5O aux Etats-Unis chez The Vanguard Press et signée Amy Hogeboom, autrice prolixe d’ouvrages pour la jeunesse et illustratrice pour des magazines, offrait déjà de nombreuses propositions de créations graphiques : “Birds ans How to Draw Them” suivi de “Horses…”, “Dogs…”, “Forest Animals…”, “Familiar animals…”, “Wild Animals…”, “Boats…”, “Cats…”, “See Animals…”,  “Planes…”et “Trains and How to Draw Them”. 

Dogs and How to Draw Them, 39 pp, 1944, 2 dollars.

Sur une première double page, le lecteur découvre le portrait photographique d’un animal particulier, accompagné de son nom, en regard d’un texte présentant les caractéristiques de la race à laquelle il appartient. Selon le mot de l’éditeur sur la jaquette, “It’s more than a drawing book, it’s also a picture and information book.[…] Widely recommended by librarians and teachers, they are ideal for instruction and entertainment”. Ces ouvrages  instruisent et distraient les lecteurs.

Dans la double page suivante, le lecteur apprend comment le dessiner, en 4 à 5 étapes, à l’aide de traits extrêmement simplifiés  et de courtes instructions.

La photographie est donc le point de départ à la réalisation d’un dessin très simple et fidèle, jusque dans l’emplacement des taches dans la fourrure de l’animal.  

“Ideal for those “what can we do ?” moments that arise on rainy afternoons”…  Ou de confinement… Il n’y a plus qu’à s’y mettre !

Captain Kodak, a camera story

 Boston : Lothrop Publishing Co , 1899

Les éditeurs ont produit  différents genres d’ouvrages destinés à faire découvrir et à encourager la pratique photographique chez les jeunes lecteurs. Ils prennent parfois la forme du roman.

Captain Kodak, a camera story est publié en 1899 à Boston. Il est signé Alexander Black, écrivain, journaliste, photographe,  auteur d’un manuel pour photographe amateur, Photography indoors and out, a book for amateurs (1894)  qui commence par ces mots : “Probably photography is today the most popular of hobbies”.

Alexander Black choisit les personnages de son Captain Kodak dans le milieu de la photographie amateur. Au début du récit, la phrase d’un des personnages reflète l’engouement de l’époque pour le médium : « Everybody seemed to have a camera except us ! » . En cette fin de XIXème siècle, grâce à l’invention du “Press the button”, allusion au slogan lancé pour accompagner la commercialisation de l’appareil produit par la firme Kodak,  tout le monde photographie et les clubs d’amateurs foisonnent.

Ce roman  met en scène une bande d’enfants, membres d’un club de photographes.  Accompagnés de leur appareil photo, ils connaissent, tout au long de ces 288 pages, de multiples aventures qui leur donnent l’occasion d’ immortaliser l’indien Walking Dog, de ramener le souvenir des buildings de New-York, celui des rues de Brooklyn ou des animaux du zoo, autant d’éléments pittoresques. Ils s’essayent également  à la photographie artistique ou picturale en photographiant des fleurs dans un vase ou ou un bateau  sur la mer…  

Sous l’apparence du roman, l’ouvrage est destiné à montrer la facilité d’usage du Kodak, son accessibilité par les enfants et la variété des réalisations qu’il permet. On y apprend aussi comment monter une chambre noire, quelles sont les ampoules utilisées, etc…

L’ouvrage est illustré de nombreuses photographies, parfois deux par double -page. Elles ont souvent un format carré ou rectangulaire.  Elle sont le plus fréquemment placées dans ou en regard du texte et interrompent la lecture. Parfois elles sont détourées et le texte s’adapte à leur insertion.

Ces illustrations présentent les personnages, des enfants,  souvent photographiés en studio et parfois en extérieur. Il s’agit parfois de petites tableaux photographiques dans lesquels les comédiens ont pris la pose. Elles sont régulièrement légendées avec les paroles prononcées par les personnages. Le lecteur peut également croiser de nombreuses scènes de rue et des paysages croisés par nos aventuriers.

Cet ouvrage témoigne de la grande diffusion de la technique photographique dans la société américaine au tournant du XXème siècle, par le biais des clubs et des revues, et de la possibilité pour les femmes de la pratiquer. Il témoigne aussi de la réflexion menée par les éditeurs américains autour de l’insertion de la photographie dans le livre dès la fin du XIXème siècle. Il illustre enfin l’influence de certaines firmes productrices de matériel sur la production d’ouvrages destinées à faire connaître la technique photographique. 

Alexander Black, Captain Kodak, « Is-it all loaded and ready ? asked Edith », p. 29

ABC photography by Tarzipan

© 2017 Tarzipan Books, Berlin , 64 pages

La première partie de l’article est un texte en anglais que nous a envoyé la maison d’édition Tarzipan : 

A-B-C Photography
You are a photographer. Everyone is a photographer. All you need is a camera and your eye. But what makes a wonderful photo? What can photos tell us? And what can we tell the world with photos? Photography is an unfolding story we’re all still writing. And because every story is simply built from the twenty-six letters of the alphabet, here’s a little ABC of photography to help you on your way…

With this book you can enjoy magical, sweet, fun but also secretive, adventurous and dangerous photographs by these really good photographers:

Martin Parr, Wolfgang Tillmans, Nan Goldin, Alec Soth, Peter Lindbergh, Sarah Illenberger, Christopher Bucklow, Denis Darzacq, Thekla Ehling, Jason Evans, Bela Borsodi, Doug DuBois, Sylvie Zijlmans, Achim Lippoth, Roger Ballen, John MacLean, Neetha Madahar, Christoph Niemann, Bene Ochs, Simon Roberts, Julian Röder, Sebastião Salgado, Walter Scheels, Melanie Bonajo, Robin Schwartz, Sascha Weidner and Tim Walker.

Text by Monte Peckham Edited by Jan von Holleben

ABOUT THE BOOK
A-B-C Photography is a classic Alphabet book that links the medium of photography with the rest of the world out there – somewhat quite philosophic. Each letter of the alphabet will introduce an image alongside an interconnected key word from the field of photography (beauty, construction, document, digital, exposure, evidence, humanism, identity, luck, mood, memory, negative, objective, perspective, reflection, time, truth, unconscious…) as well as a brief and witty philosophical explanation of the word that goes beyond the medium.

The book brings together a collection of worldwide known photo heroes and younger acclaimed photographers from various walks of life: Artists, documentary photographers, commercial photographers, illustrators or just curious image makers. What unites them all is a visionary concept within their work, the relentless energy to create images that amaze and their interest to communicate with children.

ABOUT TARZIPAN

Following up on my last 7 years of making photo books for kids with Thienemann, Little Steidl, Thames & Hudson and Gestalten publishers amongst others, we teamed up with their experts in order to create something new – TARZIPAN Books.

TARZIPAN is sweet and bright and curious and wild. It is a new approach to children’s book publishing. TARZIPAN brings together existing photographs of renowned artists and recontextualises them allowing young readers to make up their own stories and to freely explore the fantastic worlds of some of the most original photographers of our time. With our books we aim to promote visual literacy, spur creative thinking and revive the power of imagination. Introducing our first season of books we start off with a big bang: The A-B-C Photography book will set the scene for everything else to come, and introduces TARZIPAN Books and its dream team of collaborators to the public. “

© 2017 Tarzipan Books, Berlin

Après plusieurs publications dans d’autres maisons d’éditions, les frères Marius ( formé en marketing) et Jan Von Holleben (le photographe) ont fondé la maison d’édition allemande Tarzipan et publié ensemble un ouvrage photographique pour enfants ABC photography. Il a été distribué en Europe, aux Etats-Unis et en Australie.

ABC photography a les codes de l’Abécédaire : une lettre en grande taille et un mot associé, en regard d’une image. Il s’attache comme souvent à explorer un thème, celui de la photographie comme révélateur ici.

L’image photographique quitte la page de droite traditionnellement destinée à l’accueillir pour naviguer de l’une à l’autre.  Elle franchit même souvent la frontière entre les deux pages pour déborder  sur l’autre. Elle peut être en noir et blanc ou bien en couleurs. Elle offre des gros plans sur des objets comme des scènes de la vie d’ enfants peu ordinaires. L’idée est de surprendre, d’inviter le spectateur-lecteur à s’interroger sur leur contenu. Il s’agit aussi de provoquer son imaginaire.

Les auteurs des photographies sont célèbres ou inconnus. L’idée est de faire connaître la belle photographie aux enfants, dans un monde saturé d’images et de selfies : “We hope that it’s something that doesn’t only attract parents who want their kids to be little arty guys, but also to people who are looking for a regular picture book and understand that photography is so omnipresent”.

© 2017 Tarzipan Books, Berlin
© 2017 Tarzipan Books, Berlin

Les mots choisis et les petits textes en dessous sont souvent plein d’humour. Ils portent aussi des petits messages philosophiques sur  l’art et la beauté dans le monde qui nous entoure, révélés par la photographie. Tout ce que l’on voit dans ce livre, aussi surprenant soit-il, appartient bien à notre univers. 

Merci Marius ! 

http://tarzipan-books.com/

Timothée de Fombelle et le livre photolitteraire

Timothée de Fombelle et Marie Liesse, Le jour où je serai grande, une histoire de Poucette; Gallimard Jeunesse, 2020

L’année 2020 commence bien ! Voici un nouvel ouvrage pour Timothée de Fombelle et Miniphlit a le plaisir de le présenter avant même sa mise en place dans les bacs des libraires. 

D’emblée, le format carré du livre, sa couleur bleu pastel, sa couverture cartonnée nous plongent dans les lectures de la toute petite enfance. Pourtant il propose de multiples lectures.

« Le jour où je serai grande ». Est-ce qu’il manque des points de suspension ? Le lecteur imagine qu’il va, en tournant les pages, découvrir tout ce que fera Poucette quand elle sera adulte. Mais le lecteur hésite. Grande comment ? Grande par l’âge ? Va-t-il découvrir ce qu’une enfant imagine du monde des adultes ? Grande par la taille, alors que la photographie nous montre une toute petite fille ? Le sous-titre nous aide un peu. « Une histoire de Poucette ». Poucette ? C’est le nom d’un conte de Christian Andersen ? S’agit-il donc d’en proposer une autre version ? De ressortir le conte avec des habits neufs et un nouveau visage ?

Entrons dans le livre. L’image photographique est partout, cerne le lecteur. Gros plan sur la bouche de la fillette, sur ses mains , sur des fleurs, sur une araignée dans sa toile, flous, photomontages qui mettent en regard la fillette et une souris, la fillette et une taupe. On plonge dans l’univers de Poucette et c’est féérique.

copyright Gallimard

Le souvenir du conte est remobilisé par les photographies : La fillette minuscule, sortie d’une fleur, l’amitié avec un rongeur, la taupe, le mariage, l’envol, les voyages de fleurs en fleurs, l’hirondelle. Tout y est. Timothée de Fombelle et Marie Liesse font revivre les épisodes au fur et à mesure du tournage de pages. Magie du photomontage, Poucette fait la taille des animaux et des plantes qu’elle croise.

Ce sont les photographies qui remémorent le texte d’origine car les mots n’en parlent pas. Ils portent un autre langage, celui des pensées de Poucette qui se dit qu’elle ne devra rien oublier lorsqu’ elle sera adulte. Loin de l’insouciance des enfants, Poucette songe que la mémoire s’efface et que ses souvenirs disparaîtront. Les mots proposent une autre lecture des photographies qui deviennent des souvenirs. La mémoire de l’enfant est une boite enregistreuse. Elle a tout fixé, les sons des pétales qui tombent, les odeurs des matins mouillés, le gout des larmes. Les souvenirs sont souvent imprécis, comme l’indique ce flou qui occupe le contour des photographies. Ils ressurgissent par association de couleurs,(la robe et les fleurs), par flash (le vif des roses. ). Le lecteur partage le regard de Poucette, l’observe parfois de loin.

Ce livre contient donc l’inconscient de Poucette. Il enferme les rêves, les souvenirs, l’imaginaire de l’enfant quand il joue.

On pense à Tobie Loleness, personnage minuscule qui évolue dans son grand arbre. On songe à tous les petits personnages des contes, du Petit Poucet à Alice en passant par Gulliver. L’illustration photographique renvoie à tous ces ouvrages qui font évoluer leurs personnages dans un décor à leur taille, des animaux d’Harry Whittier Frees, au surréaliste personnage du Cœur de Pic, aux enfants de The Enchanted Forest qui discutent avec des oiseaux ou au Petit Chaperon rouge de Sarah Moon. La photographie a le pouvoir encore une fois d’ajouter un supplément de réalité et de donner au lecteur l’illusion que tout ce qui se passe est possible.

Pour découvrir d’autres photographies de Poucette et le travail de Marie Liesse, c’est ici : : https://marie-liesse-galerie.com/portfolio/poulettes/

 

Bonne année 2020 !

 

Первоклассница maroussia va à l’école

Vous trouverez une version française à la suite de cette présentation en russe

Дорогие читатели, мы хотим представить вашему вниманию повесть «Первоклассница»(во французском переводе «Маруся идет в школу»), написанной русским советским прозаиком, сценаристом, поэтом, драматургом и журналистом Евгением Львовичем Шварцем, изданой в 1949 году (продолжает издаваться по сей день) .

Каждая из 13 глав имеет иллюстрацию в виде фрагмента из художественного кинофильма «Первоклассница». Картина была выпущена 22 марта 1948 года, автором идеи и сценаристом является Е.Л. Шварц. Главную роль сыграла советская актриса Наталья Александровна Защипина.

Повесть о девочке Марусе , готовой вступить в новую жизнь и стать школьницей. Желание было таким сильным, что ослушавшись маму она идет подавать документы в первый класс самостоятельно. Новая жизнь влечет за собой и новые сложности : борьбу за расположение учителя, вступление в общество, имеющее свои правила и устои, где ты должен научиться дружить, быть честным и помогать другим. Повесть о советской школе и ценностях того времени.

 

Ecriture à quatre mains pour présenter cette novellisation du film “Première année” , lui-même réalisé à partir de l’ouvrage éponyme  signé de l’écrivain scénariste, poète et journaliste,  Yevgeny Lvovich Schwartz.  Dans ce livre   publié en  1949, les 13 chapitres sont  illustrés de 48 photographies tirées du film éponyme réalisé en 1948. Le rôle principal est tenu par l’actrice soviétique Natalya Alexandrovna Zashipina. https://www.youtube.com/watch?v=o8L_K54qzZ8&feature=youtu.be&fbclid=IwAR28Ul5jYuFbQHBPUzCR8mR26Sm-GXKj7tD9rUVCgl1EsA

 Marusa a 7 ans et elle rêve de devenir écolière. Munie de tous les papiers de la maison, elle va s’inscrire toute seule en cachette à l’école. Ainsi commence l’histoire. L’ ouvrage fait ensuite le récit de sa première année de scolarité, entre vacances et péripéties scolaires,  en passant par la célébration de la Révolution d’Octobre. L’intégratIon à l’école n’est pas si simple. Marusa  doit s’habituer à obéir à son enseignante, apprendre les règles qui feront d’elle une bonne citoyenne. Cet ouvrage, destiné aux jeunes pionniers, est un parfait exemple de la propagande soviétique à destination de la jeunesse. 

Le livre a été publié en 1953 en France avec un titre très différent du titre  russe  : Maroussia va à l’école (Maroussia = Ma Russie). 

 Maroussia va à l’école est également le titre d’une nouvelle de Sylviane Roche  publiée en 1993. Monique, la petite fille de l’histoire, se remémore l’arrivée du livre soviétique chez elle en 1954. Lorsqu’elle amène cet ouvrage à l’école,  ses camarades commencent par lui envier ce bel ouvrage avec des photographies, avant de la traiter de “coco” :   “Mais le livre qu’elle préférait, c’était celui que son papa lui avait donné cette année-là pour Noël. C’était un grand livre. Sur la couverture, on voyait une petite fille assise à un pupitre et qui écrivait avec un porte-plume transparent. Le livre s’appelait Maroussia va à l’école. Il racontait l’histoire de Maroussia, la petite fille de la couverture. Ce qui était génial, c’est que les illustrations n’étaient pas des dessins, mais des photographies. Sur chaque page, il y avait une grande photo, avec le texte au-dessous qui expliquait.
[…] Monique adorait ce livre, et elle le lisait presque chaque soir. C’était surtout à cause des photographies. Les livres avec des photos avaient toujours été ses préférés. Elle avait aussi Bim le Petit Âne, Crin-Blanc, Le Ballon rouge. Elle les aimait beaucoup, mais c’était toujours des histoires de garçons. Ce qu’il y avait de mieux, avec Maroussia, c’est que c’était une petite fille et qu’elle allait aussi à l’école, sauf qu’en Union soviétique c’était beaucoup plus beau qu’ici, des écoles toutes modernes, avec de grandes fenêtres, de larges couloirs et des fleurs. » https://campiche.ch/pages/extraits/Roche_Maroussia%E2%80%A6pdf.pdf

 

Moscou, Éditions en Langues Etrangères, 1953 – Cartonné, 22,5 cm x 29 cm, 128 pages, 48 photos non signées in-texte – Texte de Evgueni Schwartz 

Vita Ustanina & Laurence le Guen

Making a photograph, an introduction to photography

Comment expliquer la photographie aux enfants ? Comment réaliser de bonnes photographies ? De nombreux ouvrages se sont emparés de ces questions et ont accompagné le développement de la pratique photographique. Certains sont rédigés par des amateurs, d’autres par des photographes célèbres, ou bien encore par les fabricants eux-mêmes.  De nombreuses séries pour enfants qui se consacrent  à la question “Comment ça marche? ” incluent également la photographie dans leurs titres. 

Miniphlit se charge d’en recenser quelques uns.

En 1934, le célèbre photographe américain Ansel Adams signe les illustrations de Making a Photograph, an Introduction to Photography dans la collection des “How To Do It Series”, (N°8) .L’introduction est signée d’une autre célébrité, Edward Weston.

London : The Studio Limited ; New York : The Studio Publications Inc., 1935.

Auparavant, Ansel Adams a déjà largement commenté sa pratique photographique dans la presse spécialisée et il publiera d’autres ouvrages formateurs dans les années qui suivront cette publication. L’ouvrage connaîtra un grans succès, sans doute en raison de la qualité des reproductions d’Adams, et sera réédité en 1939 et 1948.

“This volume is designed only as an introduction to photography. I have intentionally limited my text to the fundamentals of operative technique, to the description of the simplest necessary apparatus, and to a suggestion of the aesthetic rationale of the medium” écrit-Adams. L’ouvrage contient entre autres des conseils sur le matériel, un recensement des différentes étapes de la photographie, de la prise au développement, une analyse des différentes sortes de photographies et quelques photographies couleur. 

The real boy and what he does

McMILLAN REID CAROL | THE KOEHNE STUDIOS Inc., THE REAL BOY AND WHAT HE DOES, Whitman Publishing Company, Racine, 1934.

La couverture, composée comme un vitrail, apparaît comme une vitrine de ce qu’il va être possible de trouver dans les pages à suivre. Et justement, ces double-pages accueillent de nombreuses photographies en noir et blanc sur lesquelles figure un enfant de 5 ans, WALKER, photographié dans ses activités quotidiennes, avec ses amis.

Dans le texte, l’enfant raconte sa journée à la première personne, avec humour et en interpellant le lecteur. La mise en page du texte et des images varie et anime le livre : photographie en regard des mots, damier de mots et d’images, photographie qui occupe toute la page. L’accent est donc mis sur l’image dans cet ouvrage. Texte et images disent et montrent la même chose.

L’ auteur du livre, CAROL McMILLAN REID, collabore la même année avec THE KOEHNE STUDIOS Inc pour réaliser un autre livre photographique, Our Own Mother Goose, des comptines illustrées par les tableaux photographiques d’enfants mimant leur contenu. Elle publie ensuite Toys at Play with Pictures by Direct Color Photography en 1937.

Toys at Play: A Picture Book , Whitman Publishing Company, 1937

Walker a cette fois 6 ans. Il se rend en compagnie de sa sœur Silvia et de leur mère au pays des jouets pour choisir ce que Santa pourrait leur apporter. Une fois seuls, les enfants découvrent que tous les animaux s’animent et parlent…

Zoopoétique (suite) The pussycat princess : a fairy tale for boys, girls, parents and other children

New York, The Century co. , 1922

“Where I come from, the Kingdom of Tabbyland, all pussycats and even dogs talk” déclare la princesse Pauline à Violett, la petite fille du livre. 

 Au début de ce roman de 159 pages, la jeune Violet entend un chat miauler dans son jardin. Ce chat n’est pas ordinaire puisqu’il parle ! Il s’agit de la princesse Pauline, qui s’est échappée du royaume de Tabbyland pour découvrir le monde. Après avoir raconté  ses aventures à la fillette,  elle invite celle-ci à la découverte de son royaume. On croise alors les innombrables habitants du palais, roi, reine, nurse, chauffeur, magicien, père Noël. Les deux demoiselles vivent ensuite de multiples aventures dont une guerre contre les habitants de Dogland.

Pour le plus grand plaisir du jeune lecteur, le royaume de Tabbyland est un pays peuplé de chats et de chiens qui parlent, grâce aux pouvoirs du magicien Louis Katorze. Le texte fourmille de détails amusants sur les coutumes de ce drôle de royaume où les pauvres vivent dans des maisons en argent, où le roi passe son temps à courir après des balles, et dans lequel on peut décrocher la lune pour s’amuser. 

Ce conte plein d’imagination est accompagné d’une série de photographies (21) d’Harry Whittier Frees,  dont le nom figure sur la couverture sous celle de l’auteur du conte, Edward Anthony. Il s’agit de petits tableaux photographiques, des mises en scène de chiots et chats costumés et photographiés dans des décors à leur taille. Toutes les photographies sont légendées et viennent interrompre le récit à intervalles réguliers pour proposer une illustration d’un passage du récit. 

On a reproché  régulièrement à la photographie dans le livre pour enfants d’être pauvre, de manquer de détails, de brider l’imagination… Ce livre vient contrarier ces critiques. Au détriment des animaux ici costumés et figés certainement, le lecteur ne peut qu’être surpris, séduit et amusé par les détails et l’humour des petites mises en scène…

Zoopoétique (suite) : la collection “Amis-Amis”

Duvet le caneton, Amis-Amis, Hatier, 1969, 16 p.

Célestin le lapin, Têtu le petit âne, Duvet le caneton, Brin d’osier la tourterelle, Basile le porcelet, Frou Frou la chouette, Gaspard le hamster, Boubou le petit singe, Pelote le petit mouton…sont quelques uns des titres parus dans la collection “Amis-Amis”, chez Hatier dans les années 1960-1970 et traduits et vendus par Carlsen Verlag, Reinbek à Hamburg dans la collection “Meine Freunde” notamment. 

Anne-Marie Pajot signe les textes des albums dont les photographies sont réalisées par différents photographes parmi lesquels Antoinette Barrère, Sophie Bouet,Guy Dhuit, Pierre Michel, Pierre Michel, Viäl, Jacana et Raphoiäl, Rapho… 

Les textes sont simples et à destination des enfants de 7 ans. Certains ouvrages sont nettement plus documentaires et donnent essentiellement des informations sur la vie des animaux ( nourriture, habitat, régime alimentaire, reproduction…) tandis que d’autres mettent davantage l’accent sur les relations entre les enfants et les animaux. Il s’agit d’une “Présentation aimablement romancée de quelques animaux familiers” écrit Marc Soriano en 1969, dans sa chronique de la revue Enfance. Chaque album se termine sur un résumé des connaissances rédigé à la première personne : “Je suis un singe, je fais partie des mammifères, etc…”. 

A bien lire les titres, on fait d’abord le constat que les animaux choisis sont plutôt familiers (chien, chat, lapin), de petite taille (cochon d’inde, grenouille, tourterelle), ou sont des petits d’animaux (chaton, porcelet, caneton)… Le choix porte aussi principalement sur des animaux à poils longs, à fourrure, ou à laine toute douce. Le titre est composé du surnom de l’animal, parfois de l’adjectif “petit” et de son nom. Les surnoms semblent choisis en fonction de stéréotypes associés à ces animaux : l’âne têtu, le chat qui fait patte de velours, la laine du mouton… La photographie de couverture, sur laquelle sont insérés titre et collection, présente un tête à tête enfant-animal, en gros plan, image de la proximité, de la complicité entre les deux. Pourtant, le nom du ou des enfants que l’on va croiser en tournant les pages ne figure pas dans le titre. Il s’agit du portrait d’un animal et non de narrer une rencontre.  

Tournons les pages de Boubou le petit singe. Le livre s’ouvre sur deux photos détourées de l’animal qui accueille le lecteur avec de grands yeux tristes. Le lecteur, sans lire le texte, a déjà identifié des images familières, celles de la tristesse. Le texte conforte cette première impression :  Boubou  vient de perdre  sa mère tuée par des braconniers.  L’oncle Jean le ramène en France, chez Catherine et David. 

Dans le corps de l’ouvrage, les photos, en noir et blanc ou en couleur, de deux à quatre par double page ou en pleine page, montrent Boubou dans diverses postures.  Seulement deux photographies, à la toute fin de l’ouvrage,  le mettent en contact avec les enfants qui sont présents principalement dans le texte.

Les photographies  sélectionnées retiennent l’attention du lecteur. Boubou semble parler, bailler, s’étirer. Il tient entre ses pattes un chaton,  jouer avec un chien… Elles sont donc sélectionnées de façon à reproduire des moments que le jeune lecteur reconnaît et qui le concernent : la toilette, le repas, le jeu avec les amis de la maison…

ll n’est pas question d’anthropomorphisme. Si Boubou prend la parole, “Regardez bien…Voilà ma langue, hop comme chez le docteur ! Voilà aussi mes dents …”, le narrateur précise rapidement que Boubou ne parle pas mais qu’il se fait très bien comprendre. Les informations documentaires sont données sur un mode fictionnel, à l’exemple de cette phrase :”Il se remplit la bouche vite, vite, vite…et gonfle ses joues que l’on appelle des joues ou des abajoues”.

Le  lecteur n’échappe pas  aux stéréotypes sur le singe qui imite “papa en train de se raser, Catherine faisant sa gymnastique”, en regard d’une photo sur laquelle le petit animal est penché, ou qui imite papa qui boit de la bière, face à une image de Boubou en train de sentir un verre.

Boubou le petit singe, Amis-Amis, Hatier, 1972

Une seule photo le montre costumé d’un pantalon et d’un gilet à sa taille et le narrateur précise que si “Boubou porte un pantalon et un tricot, ce n’est pas pour entrer dans un cirque mais pour éviter une bronchite parce qu’il fait froid”. Boubou n’est pas Fagotin !

A la fin de l’album, le lecteur apprend que Boubou va rejoindre un zoo dans le sud de la France,  ce qui rend David et Catherine bien tristes nous dit le narrateur, bien que David sourie de toutes ses dents sur la photo. La fiche de renseignements qui termine le livre se termine sur ces mots qui ne peuvent que perturber le lecteur : “Nous sommes bien plus heureux en liberté que dans les zoos et dans les cirques”…

Zoopoétique (suite): a day with Mike the monkey

William M. Rittase , Edward Stern & Company, Philadelphia , 1934, 24 pages

Les photographies sont signées William Rittase,  photographe américain surtout connu pour ses photographies industrielles. Il réalise néanmoins ces deux ouvrages pour la jeunesse : A day with Mike the Monkey et Circus days and what goes on back of the big top pour la Edward Stern & Company en 1934.

Dans A day with Mike the Monkey, une courte préface donne aux lecteurs des connaissances sur la vie des singes capucins, leur habitat, leur nourriture, leur localisation. La préface est signée de L’ Academy of Natural Sciences of Philadelphia, qui donne une caution scientifique à l’ouvrage.

Dans le corps de l’ouvrage, les double-pages accueillent de deux à quatre photographies en noir et blanc, qui occupent la plus grande partie de l’espace.  Mike the Monkey, singe capucin domestiqué, est photographié dans ses multiples activités qui ressemblent fortement à celles d’un jeune lecteur. Un petit texte, rédigé à la première personne, donne la parole au singe qui commente ce qu’il fait dans un langage très simple. Le livre est bien une fiction destinée à de jeunes enfants.

Le singe est un animal récurrent en littérature, depuis les fables d’Ésope jusqu’aux plus récents ouvrages pour la jeunesse, qui jouent de façon régulière sur la  proximité entre l’homme et l’animal, le second souvent utilisé comme un double du premier, pour se moquer, servir d’exemple ou faire rire comme les Fagotin du XVIIème…

Sur le site de Babelio, d’autres ouvrages qui mettent en scène des singes : https://www.babelio.com/liste/6536/Les-singes-dans-la-litterature

Zoopoetique (suite) : The Three Koala Bears and Little Goldilocks

24 p. , 28 cm. 

Publié   à Sydney , par la Cinesound Productions Ltd. , dans les années 1930,  ce livre offre une nouvelle version, un refaçonnage du conte traditionnel dans lequel une petite fille désobéissante s’aventure dans la maison de trois ours et s’installe sans aucune autorisation…

Les éditeurs  proposent une version australienne du conte de Boucle d’or et les trois ours. Le récit s’ancre dans le pays de sa publication. Une petite fille, Goldilocks (Boucle d’or), se promène seule à l’orée du bush australien. Comme dans le conte elle avale le déjeuner d’une famille , mais de koalas cette fois !  Elle s’endort ensuite sur un coin de table et non dans un lit, car les trois koalas vivent évidemment en plein air.  Ces derniers découvrent rapidement que quelqu’un  a vidé leurs tasses et que la fillette est profondément endormie.

Le livre cherche à s’inscrire dans une tradition rassurante et classique du livre pour enfants.  Des motifs floraux,  illustrations graphiques ou tresses de fleurs, sont insérés sur chaque page. Chaque photographie est cernée d’un liseret vert qui la met en valeur et qui fait écho aux graphismes.

Mais l’accent est surtout porté sur l’image photographique. La mention “Illustrated by actual Photographs” sous le titre met en évidence une technique  d’illustration différente. Le recours à la photographie pour accompagner le conte inscrit  cet ouvrage dans une conception plus moderne du livre pour enfants. Elles sont nombreuses, parfois deux sur la même page. Il ne s’agit pas de tableaux posés mais plutôt d’images prises sur le vif, à l’image des koalas  en plein jeu avec une dinette et dont les têtes ne sont pas toujours bien visibles.  Il n’est sans doute pas simple de faire jouer la comédie au petit animal sauvage. On dirait d’ailleurs des images tirées d’un film. La mise en page de la couverture rapproche également le livre de l’univers filmique. Les photographies des personnages, avec leur nom au dessus, donnent l’impression d’une mise en valeur des comédiens. On peut se demander si le tournage d’un  documentaire a accompagné le livre.

La découverte de cet ouvrage nous interroge : l’Australie des années 1930 est-elle  gagnée elle aussi par cet élan pour renouveler les productions pour la jeunesse par la photographie ? 

ZOOPOETIQUE : The Beast in Us

Clare Barnes Jr. , directeur artistique d’une agence de publicité américaine, s’amuse à parodier les attitudes de ses collègues de bureau en associant photographies d’animaux et légendes humoristiques.

 Ses ouvrages White Collar Zoo (1949), Home Sweet Zoo (1950), Political Zoo (1952), tous publiés chez Doubleday & Company à New York, se  classent en tête des ventes et sont l’objet d’articles dans le New York Times ou Life qui titrent “The Beast in us” ou “Animals are very much like people”.  Ils sont vendus à l’étranger et notamment chez Hachette qui publie Le zoo du bureau et Le zoo de la maison en 1950.

La supposée similarité entre les attitudes humaines et animales est le nœud de ces livres, dont la finalité est humoristique.

S’ils conservent  leurs attributs physiques, les animaux sont invités à rejoindre le monde humain. Par le choix des photographies d’abord : sur la couverture, les images sont sélectionnées et détourées de façon à imiter des postures humaines.  Dans le corps de l’ouvrage, le photographe a fait le choix de gros plans qui ôtent tout contexte de vie sauvage. Chaque animal est sélectionné en fonction de sa posture, de sa taille, parfois de ce qu’il symbolise traditionnellement. Toutes les espèces sont représentées de façon à correspondre au “zoo humain”.

Le texte sous l’image se charge de compléter  l’anthropomorphisation. Les 80 photographies  reproduites en pleine page sont accompagnées de légendes  tirées  de dialogues entre adultes, scènes de la vie de bureau, de la maison ou de la politique.

Ces ouvrages sont traduits et publiés dans la série Gaie chez Hachette, pourtant, malgré la présence de quelques animaux proches de l’univers enfantin (chats, chiens et autres lionceaux), les couples images et mots nous en éloignent bien vite.

 

 

 

 

la collection “lieu commun” et ses citations du monde

on ne choisit pas sa famille, “lieu commun, Passage Piéton, 2002

« t’es pas une fille, t’as les cheveux courts », « grave dur ce taf », « on ne choisit pas sa famille », « la terre est un seul pays », « on avait dit » …tels sont quelques uns des titres publiés dans la collection « lieu commun » des éditions Passage Piétons, maison désormais célèbre pour s’être lancée dans la publication d’ouvrages photolittéraires pour enfants, et tout aussi célèbre pour avoir renoncé faute de rentabilité.

Les titres inscrivent les ouvrages dans les préoccupations  des enfants plutôt grands, voire même des adolescents. Ces titres sont des citations, des extraits, des morceaux, des prélèvements dans des dialogues, comme semble l’indiquer l’absence de majuscule au premier mot.

Sous le titre figure une image, en noir et blanc, photo, gravure, dessin d’après une photographie et le lecteur y cherche un élément qui fasse écho aux mots au dessus : le dessin d’une fillette toutes dents dehors, un peintre qui s’applique, une grande main qui emprisonne une petite, un homme qui porte une boule de pierre sur son dos, des mains d’où s’échappe une corde… Là encore, l’image est un morceau, un extrait du réel, un geste figé à un temps T par l’appareil. Elle contraint le lecteur à s’interroger sur tout ce qui n’est pas visible, sur son hors-champ.

grave dur ce taf, “lieu commun”, Passage Piéton, 2002

En quatrième de couverture, l’explication arrive : « extrait », « citation », « morceau », « collage »… Dans l’espace de l’ouvrage, le lecteur va croiser des mots, des phrases,  des textes,  des « points de vue » d’écrivains célèbres entremêlés à ceux de photographes qui ont fixé les images du monde qui nous entoure. Les uns et les autres s’enchainent, s’emmêlent, sans ordonnancement apparent.

 la terre est un seul pays s’ouvre sur la photographie en pleine page de droite de la Petite fille au ballon de Lily Franey∗, à laquelle succède l’image des Egoutiers de Pascal Morès  reproduite en double page. Elles n’ont d’ autre cadre que celui du bord de la page. Leur succède  un extrait d’Avis au public sur les parricides imputés de Voltaire, sans que l’on sache très bien quel est le lien. 

Les photographies de paysans, d’un agneau, d’un enfant jouant au cerceau en Afrique, de pieds d’ouvriers, de dessous de tribune se succèdent. Prélèvements de moments  de vie, photographies de gestes figés, alternent ensuite avec des  textes de Rousseau, Rosa Luxembourg, Nerval, Proudhon, Voltaire, Louise Michel…Pourquoi ces choix ? Hétéroclisme des auteurs, des photographies, comme un écho à la diversité du monde ?

Une liste placée à la fin de l’ouvrage permet de découvrir le titre et le nom des auteurs des photographies, ceux des textes. Voilà donc qui replace l’ouvrage dans le droit chemin. C’est donc la fin. Pas du tout ! Une dernière double page offre un dernier moment de vie : une mamie donne un coup de pied dans une boule qui roule vers la fin du livre cette fois. Il faut la suivre et imaginer, une fois le livre fermé, ce qu’on pourrait ajouter…

la terre est un seul pays, “lieu commun”, Passage Piéton, 2000.

Le lecteur est tour à tour spectateur et lecteur. Il avance, revient en arrière, cherche un lien entre les textes et les images, entre les titres des photographies et celles-ci, peine parfois à en trouver, cherche les raisons de ces étranges associations. Il lui semble que l’écho se loge peut-être entre un mot trouvé dans un texte et sa représentation au milieu de l’image, ou bien dans une association d’idées entre la photographie d’un cerceau et un texte sur le diamètre de la terre… Mais est-ce bien cela en fait ?

 Ce dispositif est destiné à provoquer la curiosité, l’interrogation, la réflexion, mais parfois aussi le doute et l’incompréhension. Chaque nouvelle lecture provoquera de nouveaux questionnements, de nouvelles découvertes. D’ailleurs la finalité de ces assemblages est inscrite à la fin du livre : « l’incompréhension d’un mot est un prétexte à l’ouverture d’un dictionnaire, les phrases incomprises sont prétexte à discussions »…

∗Vu dans  L’ Abécédire de Lily Franey