Archives de catégorie : Mes découvertes

Abeceda : bousculer l’ABC

Publié en 1926, à Prague, Abeceda fût d’abord un ensemble de petits poèmes de Vitezslav Nezval, performés par la danseuse Milca Mayerova, qui illustra chaque lettre par une chorégraphie.

En plaçant, dans le même espace d’une page, une lettre, dans une typographie nouvelle, un poème et une image photographique de la danseuse mimant cette lettre,  les auteurs Karel Paspa, Karel TEIGE, Vitezslav Nezval, membres de l’avant-garde tchèque de l’entre-deux guerres,  entendirent révolutionner l’objet livre et en faire une expression de l’unité de tous les Arts.

Typographie et photographies d’un spectacle donnent aux poèmes  un caractère très visuel. Le spectateur se fait lecteur et le lecteur devient spectateur.

On notera également qu’en faisant de l’abécédaire, premier livre des apprentissages du petit enfant, le lieu de leurs expérimentations, les créateurs eurent la volonté d’offrir aux futurs citoyens de l’Union Soviétique, un nouveau modèle d’acquisition des savoirs.

La Hollande, l’autre pays du photomontage

La contribution du photographe hollandais Piet Maree (1903-1999) à la production de livres  pour enfants dans l’entre-deux guerres prouve combien la photographie peut illustrer tous les domaines de la littérature pour enfants.

Au nombre de ses publications, on trouve, en effet, ce recueil de chansons et partitions, publié initialement en 1933 par la société de radiodiffusion  Avro, mais également un abécédaire, un album narratif, un imagier sur les animaux de la ferme, un ouvrage pour apprendre à créer soi-même des jouets et, plus étonnant encore, cet album, publié en 1938, expliquant la technique du photomontage.

Dans tous ces ouvrages, photographies, photomontages et illustrations couleurs,  jouent avec la typographie.

Ce maître du photomontage était également créateur de jouets, animateur d’une émission radiophonique destinée à la jeunesse, réalisateur de film, créateur de décors et travailla pour la publicité.

 

 

 

 

Alberlado Morell, de l’autre côté du miroir

Albelardo Morell, photographe américain, né à Cuba, réalise cette nouvelle version des aventures d’ Alice, en s’appuyant sur les dessins originaux de John Tenniel, qui s’échappent de l’oeuvre et deviennent des personnages en volume.

Chaque scène est recomposée en trois dimensions, puis photographiée. Le paysage du Wonderland est celui des livres.

« When i was approached to do this work, the first thing i did was to read it again; What i love about the story is Alice’s strenght and curiosity in the midst of very weird thing : she is a wonderful guide to chaos »

Bel hommage d’un photographe actuel à Lewis Carroll, lui aussi photographe.

.

Abelardo Morell, Alice’s Adventures in Wonderland, Dutton Children books, 1998.

Pour en savoir plus sue Abelardo Morell : http://www.abelardomorell.net/

 

Big Little Books

 

Dans les années 30, la Whithman Publishing Company lance sa collection des  Big Little Books. Chaque livre, d’un tout petit format, comprend une page de texte avec, en regard, son illustration.

Chaque ouvrage est une adaptation d’un comic, d’une émission radiophonique ou d’un film, à partir de 1933. Si certaines illustrations sont des re-créations de l’univers visuel par le dessin, nombreuses publications voient le jour avec les photographies du film, et la mise en avant de leurs vedettes sur la couverture, comme dans un générique.

Alice in Wonderland de la Paramount Picture,  avec Gary Cooper dans le rôle du White Knight et Charlotte Henry dans le rôle d’Alice, est ainsi publié en 1934.

Le succès de ces ouvrages entraînent bientôt d’autres novellisations de films par des maisons concurrentes, dont Rand Mac Nally, qui tablent sur la starisation des vedettes comme Shirley Temple ou Laurel et Hardy.

D’autres titres :

Little women de la RKO (1933)

The new adventures of Tarzan de la XXth Century Fox (1935)

Sequoia de la MGM (1935)

 

 

Master st Elmo, the autobiography of a celebrated dog.

Le 20 decembre 1908, le Los Angeles Herald tribune annonce la parution de deux livres pour enfants Captain kidd junior and Sinbad the sailor et Master st Elmo, the autobiography of a celebrated dog.

Les deux ouvrages sont signés de Caro Smith Senour, riche résidente d’Hollywood et de Chicago, déjà connue pour ses créations de chansons pour enfants et son engagement dans la défense des animaux.

L’auteur de l’article rappelle que tous les enfants sont naturellement attirés par les animaux et que, si parfois des petites histoires leur apprennent à s’en méfier, ces ouvrages vont les réconcilier, en démontrant la sagacité et la loyauté des animaux de compagnie.

Bien loin des tribulations de Sac à Tout dans les bas-fonds du  Paris des années 1900, St Elmo, un lévrier anglais raconte aux enfants qui liront ses mémoires de chien de 6 ans, sa vie tranquille au sein de la maison de Caro Smith Senour et ses multiples rencontres avec d’autres animaux,

Cet ouvrage est  révélateur des débuts de cette littérature pour enfant qui utilise l’animal comme substitut du petit d’homme :  le chien est élevé comme les enfants de la famille, s’exprime, partage les mêmes sentiments que les humains, « we doggies have feelings, too », reçoit des leçons sur l’histoire du pays, revendique sa bonne éducation, logique en tant que lévrier, chien aristocratique,  écrit ses mémoires et s’adresse aux jeunes lecteurs pour leur donner des leçons de morale.

Il ne s’agit pas pour autant d’un anthropomorphisme total puisque  le chien a aussi des activités de chiens, comme poursuivre les chats et les écureuils mais, selon l’auteur, de donner une voix aux animaux.

La photographie n’est pas anecdotique puisque 41 photographies illustrent le récit, en vignette ou en pleine page,  avec des clichés de ses amis, chiens, chats, chevaux, des enfants de la famille mais aussi des lieux visités au cours de ses petits séjours. le livre fonctionne comme dans un album de souvenirs, que le chien présenterait aux enfants, puisqu’il fait de nombreuses allusions aux images photographiques présentes. Ainsi, St Elmo ironise sur la façon dont on l’a parfois affublé pour lui faire prendre la pose  dans le studio photo, mais constate combien il est à son avantage en costume de gentleman.

Majour St Elmo, Milton, Springfield, Mass, U.S.A , Bradley Company 1904

L’ouvrage est aussi un moyen de promotion de Caro Smith Senour, qui n’hésite pas à inclure ses poèmes et chansons pour enfants au sein du récit et sa propre photographie en frontispice, pour amorcer l’histoire et rendre ainsi visible sa stratégie d’auteure. Elle se présente d’ailleurs  comme porte-parole des animaux et signe ainsi « The children and animals’ friends ».

Sans doute un aimable divertissement pour enfants en 1904, Major st Elmo apparaît aux lecteurs aujourd’hui comme un témoignage sur le mode de vie de la bonne société américaine et est révélateur de l’usage non restrictif de la photographie dans les livres aux Etats-Unis, au début du siècle.

 

 

 

An ABC Book, objects in photograph

C’est bien loin du livre d’artistes ou d’une réflexion pédagogique, cette fois, que certains éditeurs ont publié des livres pour enfants illustrés par la photographie.

Dans cet abécédaire paru en 1934, chez Whitman Publishing  and Co, aux U.S.A,  la photographie vient seulement illustrer la lettre et le mot. Ces derniers, en page de gauche, ne sont pas choisis avec une thématique particulière et sont assez éclectiques, plongeant à la fois dans l’univers de la maison, la nourriture, les animaux, les instruments de musique et sont parfois éloignés des préoccupations  enfantines : automobile, bread, chair, elephant, flowers, gloves, indians, jar, kiddle car, lion, owl, purse, queue (tresse de chinois), rose, shoes and stockings, telephone, umbrella, violin, watermelon, xylophon, yacht, zebra. Certaines pages ne portent même pas de mot et se contentent d’associer initiales et photographie.

Les photographies en noir et blanc, sans nom d’auteur, sont parfois prises dans des décors naturels : les éléphants au zoo, le nid d’oiseau avec ses œufs. Sur certaines pages, la mention « Courtesy Underwood and Underwood », alors producteur et distributeur d’images photographiques, semble indiquer que l’éditeur ait fait son choix dans un stock d’images.

La photographie, sans conteste, est utilisée pour « faire moderne », mais la réflexion sur la photographie comme outil  au service des apprentissages, que l’on trouve dans The First Picture Book paru 4 ans plus tôt, est totalement absente.

 

 

The First Picture Book, plus qu’un imagier

 

The First Picture Book, Whitney Museum, 1991.

Si le livre d’Edward Steichen, The First Picture Book, Everyday Things for babies, publié en 1930, est sans doute aujourd’hui à ranger dans la catégorie des livres faisant partie du patrimoine, et à ce titré réédité,  il est aussi à regarder comme un témoignage des réflexions autour des pratiques pédagogiques du début du siècle dernier, aux Etats-Unis.

Edward Steichen le réalise en collaboration avec sa fille, la psychologue Mary Steichen Calderon et avec le BEE, Bureau of Educational Experiments.

L’ ouvrage, sans texte, présente 24 objets du quotidien, photographiés en noir et blanc et en gros plan, en studio, en lumière artificielle : une tasse de lait avec tartines, un ours en peluche et une balle, des blocs de construction, un train en bois, un savon…Ces objets évoquent presque tous un aspect de l’éducation,  se laver, mettre la table, bien se nourrir, prendre soin des fleurs, avoir des activités de plein air…

Il ne s’agit pas d’un simple imagier. La photographie de Steichen, objective, presque scientifique, d’objets en gros plan, éloignés de leur contexte, doit conduire l’enfant non plus simplement à voir, mais à regarder différemment et observer le monde qui l’entoure. Plus encore, ces photographies, qui font surgir les textures, les bruits, doivent inciter l’enfant à se saisir des objets et à agir.

La photographie, au carrefour de la science et de l’art, y est un outil au service de cette découverte du monde, bien plus que des dessins, trop porteurs d’imaginaire.

It’s a small world

Ce n’est pas de l’attraction de Disney dont il est question ici, mais d’un livre publié en 1901, à Londres, chez Grant Richards,  The Six-Inch Admiral.

« A story about a little girl who would like to be a Japanese dolly but would not want to marry one….!”

6inch2

Aldine, petite londonienne, voit son rêve se réaliser, le jour où elle tombe dans une mare de larmes. Transformée en poupée, elle s’embarque pour un tour d’un monde à taille de poupée, en compagnie de son jeune compagnon, amiral de la flotte de sa majesté.

Le récit de son voyage est aussi l’occasion d’appréciations impérialistes et chauvines.6inch4

50 mises en scènes photographiques accompagnent cette histoire de poupées.

 

 

Jules Verne et la photographie

1044064247

A partir de 1899, les romans de Jules Verne font alterner photographies et gravures. Les photographies y jouent un rôle documentaire et didactique et confirment la volonté d’enseignement, similaire à celle des ouvrages scolaires,  qui accompagne la publication de ses œuvres au sein de la Bibliothèque   d’éducation et de récréation, fondée par l’éditeur Jules Hetzel.

Toutefois, avant 1899, les gravures réalisées par les illustrateurs sont parfois directement inspirées de photographies de voyageurs.

Le voyage relaté dans Claudius Bombarnac s’inspire de celui réalisé par Paul Nadar entre Septembre et octobre 1890, de Tiflis à Samarkande. Dès 1890, Jules Verne démarre l’écriture de ce « roman ferroviaire » qui conduit son héros, « un reporter du XXème siècle » jusqu’à Pékin.

Le titre de ce « roman fantaisiste et gai » a varié entre 1990 et 1992 : Voyage de l’express Transasiatique de Tiflis à Pékin, Notes d’un reporter, 13 jours avec Claudius Bombarnac.

Il paraît en feuilleton en octobre 1892, dans le journal conservateur Le Soleil, puis en volume gr.in-8, fin novembre 1892.

Paul Nadar rapporte 200 photographies de son voyage, réalisées avec les nouveaux petits appareils de photographie instantanée, le Kodak ou son Detective Nadar. Jules Verne, ami de la famille Nadar, a sans doute pris connaissance de ces clichés, puisque de nombreuses similitudes existent, des costumes aux monuments,  entre ces photographies et les illustrations réalisées par Léon Benett, qui, bien que grand voyageur lui-même, ne connaît pas la région.

 

 

 

 

Le secret des deux plumes ou les pouvoirs de la photographie

 

img_2304

Lorsque en  1954, Albert Mermoud reçoit la proposition du couple Helena Kolda -Ivan Dukachek, de publier Le secret des deux plumes à la Guilde du livre, il sait, avant même d’avoir lu le texte, qu’il éditera ce roman-photo.

Il faut dire que ces clichés originaux retiennent l’attention, avec ce jeune garçon enfermé dans un bocal de confiture, ce chien à deux têtes…

img_2307

Le récit des aventures fantastiques de Martin, dans le décor des rues  modernes de Manhattan pourrait-il se passer des photographies ? C’est impossible ! Et le lecteur est averti dès l’incipit : « L’histoire des deux plumes exige pour être racontée, non seulement des mots, mais aussi des photos ».

La photographie a ici tous les pouvoirs.

Surnommée l’ « Omni-vue » elle peut voir et fixer sur papier l’imaginaire du créateur. N’est-ce pas le propre fils de l’auteur qui figure sur les photographies, un petit Ivan Dukachek en réduction ? Cette histoire n’est-elle pas inspirée de la propre enfance de celui qui rêvait d’avoir des pouvoirs magiques pour pouvoir fuir la Tchécoslovaquie communiste ?

Elle a aussi le pouvoir d’attester , que tout ce qui vient d’être raconté est bien réel. D’ailleurs, à la fin du récit, le héros  découvre une boîte avec tous les clichés des moments clefs de son aventure.

Et enfin, elle ouvre aussi la porte sur le rêve, le merveilleux, celui qui peuple l’esprit du lecteur, un monde qu’il s’invente pour fuir le monde qui l’entoure…

Enfants au naturel, par Ergy Landau

p1090570

Comment photographier les enfants ?  Edition de L’Éclaireur de Nice, 1942.

Pour illustrer ce manuel technique de photographie destiné à des amateurs « ayant déjà des notions de la prise de vue », Hélène Natkin fait appel à Ergy Landau, dont la maîtrise de la photographie d’enfants n’est plus à prouver.

En effet, la photographe a déjà réalisé l’album Enfants, en 1936, chez O.E.T, avec une préface de Marcel Aymé, et s’est fait une spécialité de ces portraits d’enfants dans leur vie de tous les jours, dans son atelier de la rue Scheffer

p1090527

Ergy Landau dans son atelier, Cliché collection privée

Pourquoi choisir des clichés d’enfants pour un manuel technique? Hélène Natkin fait remarquer combien la photographie d’enfants permet d’obtenir un naturel qu’il est impossible d’avoir avec des adultes, si pleins de refoulements : « Ils s’offrent à nous tels qu’ils sont (…) Ils ne jouent pas la comédie ».

Le but de ce livre est de « présenter un recueil suggestif  d’images enfantines apportant au photographe des idées pour varier ses clichés ».

Une photographie de Marcel Natkin figure sur la couverture. Il est l’auteur de nombreux manuels photographiques  et réalisera lui-même Visages d’enfants avec Jaboune, en 1946.

Pour apprendre à lire, en 1908

img_4536

En 1908, le bulletin de la Société nationale de l’Art à l’école fait la publicité de l’ouvrage Pour apprendre à lire, publié par la maison d’édition Félix Juven, 22 rue Réaumur, à Paris, déjà éditeur de livres pour enfants.

Cet ouvrage est composé d’une « méthode de lecture  basée sur le jeu des organes vocaux » et d’un imagier. Cette méthode d’apprentissage de la lecture par des photographies d’enfants prononçant les différents sons, associées la graphie des lettres et aux syllabes, étaient déjà en vogue à la fin du XIXème siècle, à un moment où l’éducation était une préoccupation du gouvernement de Jules Ferry. On la retrouve dans plusieurs manuels scolaires et dans des planches didactiques destinées à un accrochage mural.

Capturefile: F:LSNMFP Captures17_023399_05 CaptureSN: BQ020049.002372 Software: Capture One 2.9 for Windows
(Musée de l’Education à Rouen)

Henri Manuel, photographe à Paris, spécialisé dans les photographies des personnalités du monde politique, du spectacle, du sport et des arts, réalise les photographies de cet ouvrage. Il photographiera d’ailleurs Séverine, elle-même auteure d’un ouvrage photographique pour enfants, chez Félix Juven, quelques années plus tôt…

 

 

Presse Jeunesse (suite…)

 

jeunesse-magazine

Le magazine Jeunesse Magazine est fondé en 1937, sans que l’on connaisse précisément le nom de l’éditeur, toutefois situé à Paris, rue Gazan (XIVème). Il s’arrêtera au 31 décembre 1939,  faute de moyens en hommes, mobilisés par  la guerre et  en papier « depuis la guerre de Finlande ». Il passera d’ailleurs progressivement, au cours de l’année 1939,  de 24 à 12  pages.

Destiné aux jeunes gens, « c’est-à-dire ceux qui ont cessé d’être des gosses, qui savent voir, qui veulent comprendre, qui regardent la vie en face, qui, demain, seront des hommes ! », il se donne pour ambition de former à un « esprit d’ énergie, de courage sain et loyal ».

jeunesse-magazine-2

Dans cette optique, la photographie abonde  et illustre en majorité les reportages sur les métiers, le sport, les monuments, les colonies…et quelques critiques de films.

Le Petit Français illustré … de photographies

la-mauvaisanterie

La presse pour enfants connaît un fort développement quantitatif à la fin du XIX eme siècle grâce aux éditeurs scolaires, Colin, Delagrave, Hachette notamment, mais aussi qualitativement avec  des  rubriques variées, souvent illustrées.

Certaines revues font appel abondamment à la photographie,  qui envahit à l’époque la société, la littérature populaire et la presse pour adultes. C’est le cas du « Petit Français illustré, journal des écoliers et des écolières », fondé par Armand Colin, en 1889.

La photographie y a le plus souvent un rôle documentaire lorsqu’ elle illustre un reportage sur le Japon ou la Corée, lorsqu’ elle atteste d’un exploit sportif, comme une course hippique ou une épreuve de sauts en longueur, ou lorsqu’ elle témoigne d’un spectacle.  De nombreux portraits d’explorateurs, d’indigènes, des clichés de monuments, d’animaux, attestent de ce qui existe dans d’autres pays.

Bien souvent, l’origine des photographies est mentionnée, qu’il s’agisse d’un explorateur, d’un photographe ou  de la Société de Géographie.

Plus rarement, la photographie supplante le texte et raconte une histoire, grâce à de petits tableaux photographiques, chers à la littérature populaire de l’époque, comme dans cette « Mauvaisanterie », parue dans le supplément du 8 octobre 1904.

Quatre photographies accompagnées d’une légende racontent la mésaventure de l’apprenti boucher Tuboeuf. L’histoire se termine sur une morale : « L’apprenti boucher Tuboeuf, honteux et confus, jura , mais un peu tard, qu’on ne le prendrait plus à s’amuser en route ». La photographie, distrayante, est aussi utilisée pour attester de ce qu’il faut éviter de faire.

Les hommes de l’air et la photographie

 

2716860769

En 1910, paraît, à la Librairie Félix Juven, « Les hommes de l’air (Roman de sport et d’aventures) entièrement illustré par la photographie ».

Cet épais roman pour adolescent (330 pages) plonge son héros, Robert le Briquire, dans des aventures rocambolesques, des bureaux du ministère de la sûreté à Paris, jusqu’à l’Allemagne de Guillaume II, en passant par la cour d’Angleterre, qui lui donneront l’occasion de sauver la paix en Europe.

On y retrouve tous les progrès techniques du début du vingtième siècle, le cinématographe, le vol en dirigeable, le scaphandre, jusqu’à des inventions qui amusent le lecteur d’aujourd’hui : la photographie couleur, le téléphone sans fil … On ne peut que penser à Jules Verne ou à Nadar en lisant ces pages.

La photographie, en pleine page, ou dans le texte, illustre le récit, par des tableaux photographiques mettant en scène les principaux protagonistes. Réalisée en studio, elle est en fait le plus souvent reproduite en similigravure ou redessinée.

Son auteur, Hugues Le Roux (1860-1925) est journaliste, écrivain, homme politique, et surtout grand admirateur d’exploits sportifs. Son roman est d’ailleurs dédié aux aviateurs Aubrun, Leblanc, Legagneux, « Vainqueurs du Circuit de l’est, qui ont fait mon rêve vivant ».

Le livre a été réédité en 2013 chez Hachette, dans un partenariat avec la BNF.