The Shadow Book ou Mon ombre et moi

Harcourt, Brace, Jovanovich, New York  ©1960

Béatrice Schenk de Régniers (1914-2000) est l’autrice américaine d’une cinquantaine d’ouvrages pour enfants publiés des années 1960 à 1980. Elle signe notamment les textes de The Giant Story en 1953 et What Can You Do With a Shoe en 1955 illustrés par Maurice Sendak. Lors de son décès, les articles qui lui sont consacrés soulignent son habileté à recréer la sensibilité d’un enfant, à révéler son petit théâtre intérieur.

Les photographies sont signées Isabel Gordon.

Cet ouvrage accueille 35 photographies en noir et blanc, réparties sur les 32 pages de l’ouvrage en groupe  de deux à quatre par double page et deux en frontispice. La double page centrale n’accueille qu’une photographie reproduite sur toute la surface du livre.  Le texte est réduit à une portion congrue et est imprimé en regard, au dessus ou en dessous des photographies, dans la partie laissée blanche de chaque page. Clairement, le maquettiste s’est amusé avec la mise en page, a cherché des symétries dans la disposition des images (ombre en haut à gauche-ombre en bas à droite), des prolongements (ombre qui s’étire jusqu’à rejoindre celle de l’image suivante), des échos (ombre d’une plante sur un arbre et ombre d’un arbre)  entre les images. 

Ces photographies mettent en scène un jeune garçon, parfois accompagné d’une fillette, ou d’un groupe d’enfants. Certaines sont vides de présence humaine et montre des objets ou plantes que l’enfant est en train d’observer, dans une variation de points de vue. Tantôt le lecteur voit avec les yeux de l’enfant, tantôt il est derrières lui et observe la scène de jeu. Les photographies sur lesquelles figurent le ou les enfants les montrent s’appropriant diverses situations de jeux avec une ombre : elle s’étire, elle rétrécit, elle dépend de la source lumineuse, on ne peut l’attraper, elle disparaît les jours de pluie et la nuit…

Le texte est écrit à la première personne. Les courtes phrases fonctionnent comme les légendes de ce que montrent les photographies. Ce dispositif amène à considérer cet ouvrage comme un recueil des observations, questionnements et interprétations autour de l’origine et l’existence des ombres. Néanmoins, les courtes phrases sont plus poétiques que dans un carnet de bord d’expériences scientifiques et n’ont rien de didactiques. Elles laissent également la place à la part d’imaginaire qui occupe le petit théâtre mental de l’enfant lorsqu’il joue. 

“Sometimes when you have to stay inside, your shadow can be outside. Or sometimes when you are outside, your shadow can reach in to touch something you would like to touch but you can’t like a sleeping dog.” peut on lire sur la jaquette du livre. Les ombres, bien que liées à leurs propriétaires, semblent matérielles et vivre une vie indépendante, pleine de possibilités.

Merci Loïc Boyer…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

 

Mon Ane Benjamin, histoire extraordinaire mais vraie…

Mon âne Benjamin, Hans LIMMER, photos de Lennart Osbeck, Paris, Fernand Hazan, c. 1969. 23 cm, 48 p.,

En 1969, les éditions Fernand Hazan publient Mon âne Benjamin, avec le texte de Hans Limmer et les photos de Lennart Osbeck. L’ouvrage de 48 pages est l’édition française d’un ouvrage paru l’année précédente en Allemagne, chez Hanns Reich Verlag  Mein Esel Benjamin eine erstaunliche, aber bestimmt wahre Geschichte für Kinder und große Leute, erzählt von Susi (Une histoire extraordinaire mais histoire vraie racontée par petits et grands par Suzie). Le livre est également traduit en plusieurs langues et devient My Donkey Benjamin (Hill and Wang, New York, 1969) en langue anglaise, Mit æsel Benjamin en Danois (Jespersen og Pio, Kbh, 1969) 

53 ans plus tard, le livre est considéré comme un classique de l’autre côté du Rhin, a été réédité plus de quarante fois et traduit dans de nombreuses langues.

Terre di Mezzo Editore, 2022, 56 p.

Le Bulletin de la Joie par les Livres le chronique  en ces termes  dans son numéro 22 de 1970 :” Une toute petite fille, Suzie, trouve un compagnon de jeux et de promenade : l’ânon Benjamin. Les illustrations sont de très jolies photographies, pleines d’air et de soleil : une maison blanche, au sol des galets ronds orné de motifs décoratifs, les jeux des deux amis, la nourriture, la toilette, les rues d’une île méditerranéenne dont on aurait aimé savoir le nom… L’entente de l’enfant et de l’animal fait le charme de cet album. La découverte de Benjamin, un peu d’émotion quand Suzie, au cours d’une escapade, se croit perdue, font la trame légère de cette petite histoire dont on sent que l’essentiel a dû être vécu. Le texte, disposé en lignes courtes de gros caractères, accompagne les images d’un commentaire attribué à la petite fille. Il suit bien les photographies qui, d’ailleurs, parlent d’elles-mêmes. C’est un album réussi qui plaît aux petits et aux grands”.

La photographie de couverture -portrait en plan serré d’une fillette qui enlace tendrement un jeune ânon- donne le ton. Tous deux semblent fixer le lecteur et l’inviter à  découvrir un récit d’amitié entre cette petite fille aux joues rebondies et un animal, qu’il faut bien appeler Benjamin puisque son nom figure au dessus du portrait. Ce motif du couple de l’enfant et de son animal,  ou de son objet fétiche,  est un classique de la littérature de jeunesse et n’est pas sans rappeler les ouvrages photographiques d’Albert Lamorisse publiés à la même époque, Bim le petit âne, Crin Blanc ou Le Ballon rouge, qui narrent eux aussi les aventures de duos inséparables . On pense aussi à la collection “Amis-Amis” parue chez Hatier à la même époque, mais cet ouvrage n’a rien de didactique.

Une autre couverture donne à voir la fillette embrassant l’âne sur son museau, image que l’on retrouve dans le livre, mais ce choix tient davantage le lecteur à distance. 

Au verso de l’ouvrage, on retrouve la fillette, dans un portrait en pied (figurant dès la première page) en regard du texte “Benjamin c’est mon ami. Il habite chez nous et il joue avec moi depuis le jour où nous l’avons trouvé. Voici comment les choses sont arrivées… mais non pourquoi les raconter ? Il vous suffit de lire ce livre puisque tout est là. Comment Benjamin est venu chez nous ; ce que nous faisons ensemble et les grandes aventures qui nous sont arrivées”. Ce texte, ainsi que  le sous titre “Une histoire extraordinaire mais histoire vraie racontée par petits et grands par Suzie”, semblent indiquer que texte et photographie sont là pour attester de ce qui est arrivé, pour témoigner  de cette  relation particulière entre l’enfant et l’animal, de leur errance dans l’île et leur retour au foyer. 

 L’ouvrage accueille 36 photographies en noir et blanc, de une à deux images par double-page, souvent reproduites en pleine page. La fillette et son compagnon figurent sur toutes les images. “Sa fourrure est douce , regardez” ordonne la fillette au lecteur. Et justement, les photographies bénéficient d’une belle qualité d’impression qui donne du relief aux galets, de l’aspérité aux rochers, du velours aux poils de l’animal. Si aujourd’hui ce n’est sans doute pas le cas, la photographie de la fillette nue sur une plage ne devait pas surprendre le lecteur à la fin des années 1960.

Le texte est disposé en regard ou au-dessus des images et complète ce que ne disent pas les photographies avec cette voix de l’enfant qui raconte à la première personne,  donne des détails sur ses sentiments, rapporte les dialogues entre elle et son père, parle de l’île sur laquelle ils vivent, évoque le départ familial de la grande ville pour ce village, décrit les jeux et nomme les personnages figurant sur les images.

En 2017, Susanne Schäfer-Limmer racontait à Candice Pires les coulisses de la réalisation de cet album et les conséquences de sa publication dans un article pour The Guardian, “People wanted to meet me and the donkey’: my role in a bestselling children’s book”, à l’occasion de sa réédition par Scribe Publications.

Susanne Schäfer-Limmer recalls finding a donkey on Rhodes, and how her father turned the story into a simple tale.

Fri 17 Feb 2017 

Igrew up in a village on the Greek island of Rhodes. My parents moved there from just outside Cologne in 1966, when I was a year old. They had wanted a more simple life, and they had been to Greece a few times and fallen in love with the Mediterranean light and Greek hospitality. Our house had no running water and only a little electricity, but we lived by the sea and it was beautiful.

One day, when I was two, we found a young donkey in the village. It had probably been abandoned by someone who couldn’t afford to keep it. We christened it Benjamin. I don’t know whose idea it was, but my father, Hans Limmer, and a Swedish friend of his in our village, Lennart Osbeck, thought it would be fun to make a children’s book about it – neither of them had written one before.

My father wrote the story and Lennart took pictures. They used me as the main character. It’s a simple children’s tale about a father and daughter who go for a walk, find a baby donkey and bring him home. The donkey becomes part of the family; the little girl takes him to the hills, to the beach, she shows him her cat, introduces him to her baby sister.

The book was published in Germany in 1968, as Mein Esel Benjamin, and sold well – enough for us to live on – and is now on its 42nd edition; it was also translated into English and other languages, and has sold more than two million copies worldwide.

We didn’t keep the donkey for long. Donkeys were everywhere, and they were very much working animals – there were hardly any cars on the island, so they were mainly a means of transport.

Due to the book’s popularity in Germany, and because our village was easily identifiable in the photographs, we occasionally had people from Germany show up at our house, wanting to meet me and the donkey. I didn’t like it, and would always disappear to my room while my parents would ask them to respect our privacy. The books weren’t published in Greece, so no one at school knew about them.

I never loved the book as a child: I think it was because it was me, but it didn’t feel like me. My childhood might sound idyllic, but we weren’t out picking flowers all the time, and we lived without the luxuries of a washing machine or a telephone. Saying that, we had a lovely time: it was nice to go swimming all summer long.

I left Greece and went back to Germany when I finished school, but my parents stayed on. Now I’m 52. I’ve had four children, but I haven’t read the book to them very often; they’ve never been that interested in it. But lots of people my age remember it. No one would recognise me as this child now.

After this book did so well, my father wrote another: it featured my sister and was called My Pig Paulina – I really like that one. Dad died in Greece two years ago, aged 88. He carried on writing for himself, and I’m still going through all his things. In the new edition, My Donkey Benjamin is called a “Modernist classic”: he’d be tickled by that.”

Hans Limmer publiera d’autres ouvrages photo-illustrés associant un enfant et un animal dont My Pig Paulina et Mein Kangurü Fanny. 

Scribe, Brunswick, Victoria et 2016

Merci à Raphaële Botte pour la découverte !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Picolo et Piccolette à Paris, du dessin animé à l’ouvrage photo-graphique

·       Picolo et Piccolette à Paris, Jean Image – Éditeur : Hachette, collection : Les Grands Albums, 32 pages, 1965

En 1965, Hachette publie dans sa collection “Grands Albums” l’ouvrage Picolo et Piccolette à Paris.  La couverture accueille sur un bandeau jaune la mention “D’après les dessins animés diffusés par la télévision française”, avec le logo de l’ORTF.

Cet album, signé Jean Image, reprend les personnages et les décors des épisodes parisiens de sa série de 26 dessins animés de cinq minutes  Picolo le Petit Peintre puis Picolo et Piccolette diffusés à partir de l’automne 1964. Dans la série, comme dans l’ouvrage, les décors dans lesquels évoluent des personnages sont des photographies en noir et blanc de la capitale. https://www.youtube.com/watch?v=I9ywekmPYvQ

Bien évidemment la sélection des photographies de Paris n’échappe pas aux stéréotypes. On y retrouve plusieurs vues de la Tour Eiffel, dont une en couverture, d’autres de Notre-Dame, un aéroport et un avion de la compagnie Air France, une vue de l’Arc de triomphe, des Champs-Elysées, du Pont-Neuf, de l’extérieur et de l’intérieur du Louvre -La Joconde n’avait pas encore été mise derrière une vitre- du Sacré Cœur, de l’Opéra, des bouquinistes et d’une terrasse de bistrot parisien. 

La mise en page de ces photographies  varie entre la pleine double-page et les deux images par double-page pour accueillir texte ou dessins. Les photographies sont reproduites dans un ton gris qui écrase tout volume et semble envelopper la capitale d’une légère brume qui convient à l’irréalité des scènes.

Ces photographies vides de tout humain grouillent en revanche d’une multitude de personnages colorés, au corps triangulaire, aux membres dessinés d’un simple trait noir et aux bouches édentées. Ces ajouts dessinés s’intègrent généralement parfaitement  aux décors photographiés, mais parfois offrent quelques défauts de perspective, qui ne sont pas sans rappeler les tentatives de plaçage de personnages dans  les cahiers de gommettes.

On y croise donc une ribambelle de personnages caricaturaux, parmi lesquels  des touristes du Maghreb en djellaba et babouche, une écossaise en kilt et béret à rayures, un riche homme d’affaire avec cigare, un anglais à parapluie et des joueurs de guitare à la frange trop longue… 

De page en page, le lecteur suit les aventures des personnages principaux :  Picolo, un petit peintre (on dirait un des amoureux  de Raymond Peynet), Picolette, sa fiancée  qui d’une page à l’autre ne quitte si son rouge à lèvre ni son étoile sur la tête comme toute “vedette”, et leur chien Polka.  Ce faisant, il participe à une visite guidée de Paris, accompagnée par la voix d’un  narrateur-guide  aux commentaires un peu didactiques :  ” Pour visiter la Tour Eiffel, on peut utiliser les escaliers ou l’ascenseur”,  “La Cour Carrée du Louvre est un chef d’œuvre d’architecture”, ou encore “Nous voici maintenant dans le célèbre musée du Louvre où des milliers de tableaux, de statues et d’œuvres d’art sont exposés”. Chaque découverte d’un lieux de la capitale est toutefois immanquablement perturbée par la présence intrigante d’un étrange personnage déguisé muni d’un appareil photo (mais qui est-il ?) ou la survenue d’un évènement rocambolesque, comme l’arrivée d’une souris qui sème la pagaille dans les couloirs du Louvre. 

 Il y a du Où est Charlie dans cet ouvrage lorsque le lecteur est invité par le narrateur à dénicher Picolo et Piccolette dans la foule qui se presse à Montmartre ou ce mystérieux photographe qui se cache. Il faut encore retrouver à quelles pages de l’album correspondent des vignettes-photographies de Piccolette qui figurent dans l’ultime page de garde. Les double-pages fourmillent de détails amusants qu’il faut prendre le temps de chercher. Il y a également de la bande -dessinée dans cette novellisation, avec ces personnages dessinés bien sur, mais aussi avec ces bulles qui les surplombent parfois, ces variations de typographie.

La série des Picolo a connu un grand succès et entraîné la vente de nombreux produits dérivés : cartes postales, porte-clés, figurines, disques, jeux de cartes et une série d’ouvrages dans laquelle s’inscrit cet album.

Même si aujourd’hui ces images nous semblent bien désuètes, stéréotypées, voire mal imprimées, il se dégage de ces images du Paris des années 60 une certaine poésie, un charme suranné et beaucoup d’humour. Une jolie découverte.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Moi toute seule, ou les jeux photo-graphiques de William Wondriska

16 x 24 ; Pagine: 48

Graphiste, auteur et illustrateur de livres pour enfants, William Wondriska est né à Chicago en 1931. Après avoir obtenu un BAE du Chicago Art Institute en 1953, il étudie la conception graphique à la Yale School of Art. Après son service militaire, il travaille dans l’entreprise du  graphiste Lester Beall à Wilton, puis enseigne à l’école d’art de Hartford.

En 1961, il  fonde Wondriska Associates, un bureau de design qui se fait connaître en développant des programmes d’image et de marketing pour des géants de l’entreprise et des institutions artistiques et éducatives, parmi lesquels la Walt Disney Company, le Wadsworth Museum of Art ou le Museum of Fine Arts de Boston.  Son entreprise remporte de nombreux prix d’excellence créative et ses productions figurent dans de nombreuses publications professionnelles au niveau mondial. 

Plusieurs de ses ouvrages ont été primés et certains ont été utilisés en classe. Sept de ses livres pour enfants ont récemment été réédités en plusieurs langues, notamment All The Animals Were Angry ( Corraini Edizioni, 2011), All By Myself (Holt, 1963 ; Corraini Edizioni, 2010), A Long Piece of String (Chronicle Books, 2008) et Puff (Corraini Edizioni, 2013 ; Rizzoli International Publications, 2015). William Wondriska est décédé en 2016.

Faire simple, bannir le verbiage excessif, utiliser le design comme une aide à la communication sont les principes créatifs qui gouvernent son travail. L’ouvrage Tutto da Me en est l’illustration.

“C’era una volta una bambina di nome Alison, che sapeva fare tante cose da sola.” Dans Tutto da Me, (All by Myself),  William Wondriska enregistre  les émotions de sa petite fille de cinq ans, Alison, qui découvre le plaisir de faire des activités  toute seule, entre réalité et imagination : manger une glace, ouvrir des lettres, réciter l’alphabet, compter jusqu’à dix… mais aussi écouter la pluie, piloter un avion, chevaucher un éléphant et aller sur la lune… 

William Wondriska consacre ce livre entier à sa fille qui figure sur tous les espaces , de la couverture aux pages intérieures, en passant par les pages de garde : portraits photographiques de la fillette en pied, détourés, avec ou sans accessoire, debout ou assise, fixant le lecteur ou photographiée de profil, simples visages insérés dans des graphismes.. Le lecteur n’a aucun doute sur l’origine de la voix qui s’exprime, avec cette narration à la première personne- “Io so”-, avec ce prénom dans la première phrase et ses portraits omni-présents. Il suit ses activités, comme il consulterait un journal de bord…  Pour autant, le processus d’identification fonctionne. Textes et images se combinent pour dire la vie quotidienne et le théâtre intérieur de n’importe quel enfant.

Si le texte, très musical, occupe l’essentiel de l’espace livresque dans les premières pages, il cède petit à petit  la place à des créations graphiques, jeux et variations typographiques, complétés de  photographies de la jeune Alison (ou de son père en chauffeur de car scolaire), qui occupent l’essentiel du cadre, au fur et à mesure que l’imaginaire l’emporte. L’ouvrage est mentionné chez ses éditeurs comme étant un des premiers livres pour enfants  mêlant graphismes et photographies

 

Sur le site de l’éditeur : Tutto da me (corraini.com)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

“Kittens and Cats”, chatons et chats pour apprendre à lire en 1911

Kittens and Cats, A First Reader (ou a Book of Tales) est publié en 1911 chez HOUGHTON MIFFLIN COMPANY aux Etats-Unis. Il est signé  EULALIE OSGOOD GROVER (1873-1958),  autrice des séries THE SUNBONNET BABIES’ PRIMER et THE OVERALL BOYS,  livres illustrés de dessins pour les premiers lecteurs et qui connurent un grand succès.

Cet ouvrage de 104 pages accueille 41 portraits ou mises en scène photographiques de chats costumés, dont un en frontispice et un autre en médaillon inséré en page de garde. Selon la page de garde, ils sont signées de la Rotograph CO. éditeur de cartes postales, mais certains sont clairement attribuables à Harry Whittier Frees.

Dans ce livre pour enfants, ces portraits sont cernés d’un cadre floral et animalier qui accueille le nom de l’animal portraituré :  “The Queen”, “Granny Gray”, “The sweet singer”, ou une légende :”I have a new Bonnett” ou encore “we are all here”. Ces mots imposent un nouveau sens ou une nouvelle lecture aux images. 

The Mouse Trap, n.p.
The Dandy of the village, Harry Whittier Frees, 1906

Parfois, le texte se charge de faire une allusion aux photographies comme lorsque le chat emprunte le pantalon de son père et demande l’avis de la reine, et ce faisant des lecteurs : “I think i look fine, don’t you !”

Ces tableaux  de chats photographiés sur fond noir ou dans un décor à leur taille, imprimés en quart de page ou en pleine page,  accompagnent de petits poèmes en regard ou en-dessous, dont le premier semble écrit par la reine des chats en personne :

“I am the Queen of all the Kittens.

I am the Queen! the Queen!

Come, all you kittens and cats.

Hear what I have to say.

To-morrow I give a grand party.

The party will be in my palace.

You are all invited from the biggest to the littlest,

from the oldest to the youngest,

from the blackest to the whitest.

So wash your paws and shine your fur.

Forget your naughty tricks and do not one of you dare be late to your Queen’s party.

To-morrow at one o’clock.

Dans les pages à suivre,  d’autres chats, grands ou petits, se succèdent et prennent la parole pour narrer à la première personne leurs essayages de toilettes pour le grand jour, leurs tentatives pour échapper à la corvée, leurs regrets de ne pouvoir  assister à la fête. D’autres encore content une histoire à la reine ou lui chantent de petites comptines rimées et rythmées. Les animaux sont anthropomorphisés à la fois par leur costume, le décor à leur taille dans lequel ils évoluent, leur attitude humaine et le discours qu’ils tiennent.

Hickory, dickory, dock,
The mouse ran up the clock;
The clock struck one,
And down he run,
Hickory, dickory, dock.’
 
ou encore 
 
Did you ever see the kittens three
That lost their mittens so red?
They hopped in chairs and looked about,
And ‘mee-ow’ and ‘mee-ow,’ they said.
 
Le récit de cette folle soirée se termine sur :
“The book is done, the tales are told;
Don’t wake me with your noise.
For I’m as tired,—as tired, I guess,
As many girls and boys”.
 
Comme l’indique la postface “A Word to the Teacher”, ce livre est destiné à la lecture scolaire et s’adresse aux enseignantes à la recherche pour leurs élèves d’ “une saine stimulation de la pensée et du plaisir”, d’ “une instruction et une aide précieuses dans les mécanismes de la lecture”, d”un livre suffisamment littéraire dans son style et artistique dans sa forme pour susciter le respect et l’amour des enfants”, d’un ouvrage suggestif, dramatique et éthiquement sain” .
 
EULALIE OSGOOD GROVER explique ensuite que le recours aux  chats, un des meilleurs compagnons de jeu de l’enfant, ne peut que susciter l’intérêt ce dernier qui s’en trouvera stimulé et aura plus de facilités dans  l’apprentissage de la lecture. 
 
L’autrice propose encore quelques pistes d’exploitations possibles de l’ouvrage. Les institutrices sont invitées à faire d’abord parler les enfants à partir de leur propre expérience avec leurs chats. Elles peuvent également proposer à leurs élèves de constituer des frises avec les portraits de chats (les images étaient-elles donc amovibles ?). Elles peuvent même créer un spectacle à l’issue de la lecture de l’ouvrage.
A la suite de ces conseils, l’autrice conclut :  “Books of this nature have proved a great stimulus to thoughtful and fluent reading, which, after all, is the high aim in primary work.” (Les livres de cette nature se sont révélés être un grand stimulant pour une lecture réfléchie et fluide, ce qui, après tout, est le but principal du travail primaire).
 

Que veut dire “de cette nature ” ? Il n’est pas  fait clairement mention de l’intérêt de l’usage de la photographie dans les apprentissages. On notera néanmoins que sa présence dans un livre pour enfants ne vient en rien contrecarrer l’idée que l’on se fait d’un bon et beau livre pour les plus jeunes, puisqu’il est question d'”intérêt artistique” et de “saine stimulation”. Et même on peut lire, devant ces pages les enfants “se délectent de leurs histoires ou de leurs images”.

Notons enfin que, si l’autrice puise, entre autres, dans des photographiées réalisées par Harry Whittier Frees qui s’est fait une spécialité de ses images d’animaux  costumés, elle exprime néanmoins  un souci de la cause animale lorsqu’elle écrit en postface : “Ils sont vivants. Ils doivent être traités avec gentillesse. Ils ne supporteront pas les mauvais traitements et la négligence dont sont victimes de nombreuses belles poupées. Ils demandent de l’attention et de la compagnie, et ils retournent une véritable dévotion pour la gentillesse et les soins”.

Qui en douterait ? 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

De la publicité Dop à l’album photolittéraire Rodolphe et Berlingot

Paris, R. Laffont (Impr. la Sapho), 1955. In-4°, non paginé, fig., pl., couv. en coul

En plein âge d’or de l’album photographique, les éditions Robert Laffont publie Rodolphe et Berlingot, un grand ouvrage photo-illustré qui accueille les aventures du jeune Rodolphe et de son compagnon le chien Berlingot. Si le récit est assez familier-un jeune garçon se lie d’amitié avec un animal, le perd et le retrouve grâce à l’intervention d’un tiers- cet ouvrage est intéressant à plus d’un titre.

La préface de l’ouvrage indique que “Rodolphe “est un petit garçon que tout le monde a vu au cinéma, que tout le monde a entendu à la radio”. Quelques recherches permettent de découvrir que Rodolphe n’est pas juste un personnage dont on fait connaissance dès la couverture de l’album. Dans une France qui découvre le marketing publicitaire, Rodolphe est aussi l’égérie de la marque Dop et l’image du berlingot de shampoing depuis 1952. Fils de François Clauteaux, chef de la publicité de L’Oréal et créateur du journal Pilote, le jeune Rodolphe Clauteaux est bien connu des Français  qui l’appellent ” Le petit Rodolphe”. Déguisé en cow-boy, scout ou monsieur Loyal, il accompagne toutes les publicités, cartes postales à collectionner, films réalisés par la maison de produits d’hygiène. On peut encore entendre sa voix à la radio dans de petits sketchs de l’émission “Salut Marcel !”, ou lançant sur les ondes son slogan “Moi je veux un berlingot !”. http://www.culturepub.fr/videos/dop-shampoing-l-ecole/ 

Sa bouille ronde et son nom sont entrés dans tous les foyers et le livre pourrait apparaître comme un produit dérivé d’un succès commercial. On peut d’ailleurs s’interroger sur la présence de ces carrés multicolores sur la couverture. Faut-il y voir un clin d’œil à la petite poche de shampooing bleu, jaune, rouge, vert ou violet de deux à trois centimètres carrés vendue dans de grands pots en verre ? 

Le nom de l’auteur sur la couverture retient également toute notre attention. Francis Mazière n’est pas un inconnu. Il a participé à plusieurs expéditions en Afrique et en Amérique du Sud. Avec le cameraman Wladimir Ivanov et la photographe Dominique Darbois, ils ont monté une expédition en Amazonie, pour se lancer à la recherche de Raymond Maufrais, l’explorateur disparu, et étudier les Indiens d’Amazonie ensuite. Ils sont revenus sans Raymond Maufrais, mais avec de la musique enregistrée un film documentaire ethnographique, et de multiples clichés qui seront publiés dans cinq ouvrages : Expedition Tumuc Humac chez Robert Lafont, Indiens d’Amazonie, premier ouvrage de la collection « Mondes et visages » chez Del Duca, Derrière le miroir, dessins indiens du Tumuc Humac, qui allie photographie et dessins de peintures rituelles, Parana le petit Indien, chez Nathan, premier numéro de la collection « Enfants du monde »et Yanamalé village of the Amazon, publié chez Collins, à Londres. Dominique Darbois et Francis Mazière ont ensuite signé les titres de la collection de portraits de pays “Enfants du Monde”chez Nathan, ensemble puis chacun de leur côté. Loin de l’Amazonie, Francis Mazière installe ce nouveau récit dans le décor de Paris : on retrouve les autobus à plateforme qui conduisent à la Gare de l’Est,  les voiliers du jardin des Tuileries, les quais de la Seine et le Pont Neuf… Il ne manque qu’un ballon rouge traversant le ciel de Paris…

Les pages de garde, photographiques, accueillent l’image d’un mur sur lequel un graffiti a été soigneusement dessiné à la craie. On y lit un autre nom, celui de Pierre Pothier. Celui-ci n’est pas non plus un inconnu, même si, opérant dans l’ombre, son nom est moins familier des lecteurs. Il signe en effet les couvertures et la mise en page de presque tous les albums de la collection “Enfants du Monde”. On retrouve ainsi dans Rodolphe et Berlingot tout ce qui a fait l’originalité et la force de cette collection : détourage des photographies, insertion de motifs géométriques qui font écho aux  décors des clichés, lignes qui mettent en avant le couple chien-enfant, révèlent les échanges de regard  entre les personnages,  images séquentielles qui lient l’ouvrage au roman photo en vogue, insertion de morceaux de texte dans les motifs géométriques…

La  conjonction de coordination “et” placée en page de garde le désigne comme le  auteur à part égale de l’album, et à juste titre. Il a fait de l’espace de la double-page un lieu d’expression plastique qui guide et capte  l’attention du lecteur et donne du peps à cet album. 

Un ouvrage à (re)découvrir donc. 

Allez, encore une : http://www.culturepub.fr/videos/dop-shampooing-le-pays-des-merveilles/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

 

Clic Clac





Clic Clac, Ou qu’est-ce que c’est ?, Tomi Ungerer, L’Ecole des Loisirs, 140 pages

ou Qu’est- ce que c’est ?

“Clic Clac” :  Le titre de l’ouvrage évoque immanquablement l’univers de la photographie et le bruit des vieux appareils Kodak. 

Dans la longue bibliographie de l’artiste Tomi Ungerer, on découvre ce  Clic-Clac, ou qu’est-ce que c’est ?, un ouvrage de 140 pages, vides de mots mais pleines de dessins-collages-photographies qui font jaillir les questions et les réactions.

« Livre de formation, livre de transformation », « leçon de créativité », « soyons sérieux : jouons » écrit l’éditeur en quatrième de la couverture cartonnée.

Tomi Ungerer prélève des extraits du réel, découpe dans des photographies, les prolonge par un trait de crayon. Il crée un mille-pattes saucisse, une paire de ciseaux à œil, un chien à tête de soulier. Découpage, graphisme, substitution … une cartouchière accueille désormais des tubes de rouge à lèvre, une grosse brioche est bien plus moelleuse qu’un édredon, un capot de voiture accueille désormais un coffre à bijoux… Et si les phares des voitures étaient vraiment des yeux  ?

 


A la manière des surréalismes, il propose de voir  autrement le monde qui nous entoure avec loufoquerie, humour et parfois gravité. Ces créations surprennent,  dérangent parfois, donnent vie à notre imaginaire. Elles font surtout réagir et peut-être agir, en tendant des invitations pour s’emparer à notre tour des ciseaux et crayons.  

«Si j’ai conçu des livres d’enfants, c’était d’une part pour amuser l’enfant que je suis, et d’autre part pour choquer, pour faire sauter à la dynamique (sic) les tabous, mettre les normes à l’envers: brigands et ogres convertis, animaux de réputation contestable réhabilités… Ce sont des livres subversifs, néanmoins positifs » écrivait Tomi Ungerer.  Soyons sérieux ,  jouons.

https://www.ecoledesloisirs.fr/sites/default/files/auteurs_pdf/ungerer.pdf

C’est Zaa le petit chameau blanc, entre novellisation et portrait de pays

…C’est Zaa le petit chameau blanc, Claude Roy, photographies de Denise Bellon , d’après le film de Yannick Bellon sur un scénario de Claude Roy, Yannick Bellon et Jean Salvy, Paris, Hachette, 1962, 46 pages

Le film Zaa le petit chameau est réalisé dans cette période des années 50-60 où se développe le cinéma français pour enfants, et l’on a déjà présenté ici les films Albert Lamorisse, Bim le petit âne, Crin Blanc et Le Ballon Rouge[1]Ces films mettent à chaque fois en scène un personnage-enfant et son compagnon (objet ou animal), que des forces extérieures s’évertuent à séparer. Dans Zaa le petit chameau, le duo est composé cette fois d’un jeune garçon et de son animal, un dromadaire. Leurs aventures sont cette fois l’occasion d’arpenter la Tunisie, comme Pascal et son ballon nous faisaient découvrir Paris et Folco et Crin Blanc, la Camargue.

Sur le site du CNC on peut lire :  “Dans le Sud tunisien, Brahim a pour ami inséparable Zaa, un chamelon blanc, qui passe le chercher chaque jour à l’école. Mansour, un marchand, l’achète un jour pour la revente. A Djerba, où ses congénères sont condamnés à l’irrigation et au battage, l’air de “La Clé des champs” fait naître en lui la nostalgie de l’école d’Aïdi. Il s’enfuit. Ali, un potier d’art, l’utilise pour écouler sa production sur le continent. Il lui fausse compagnie. D’El-Djem, il va à Monastir, y rencontre un photographe, qu’il quitte à Sidi-bou-Saïd. Il croise alors Bechir, jeune guide des vestiges de Dougga, qui le met dans le train de Tozeur. Il se retrouve à Kairouan, la ville sainte. Asna, une petite tisserande, s’y attache à lui. Mis à une roue de noria par son père, elle le délivre, invoque longuement les djinns dans la Grande Mosquée et exauce son voeu de retour.”

On peut visionner ici un extrait du film.

https://www.filmsdocumentaires.com/films/1202-zaa-le-petit-chameau-blanc?fbclid=IwAR1P9fEwp4VGK3DHG1FkQF-_wNLifpuXu3aqqNBJ-lGK_EFsYJ2BDybipqs

Il est réalisé par Yannick Bellon sur un scénario de Claude Roy  et Jean Salvy. La photographe Denise Bellon réalise les photographies de plateau en vue de la novellisation qui sort chez Hachette en 1962.

Le livre s’ouvre sur la comptine “Qui est-ce qui a ?”entendue dans le court-métrage.  La réponse “C’est Zaa le petit chameau blanc” devient  le titre de l’ouvrage.

Les photographies de Denise Bellon occupent l’essentiel  de l’espace du livre.  En noir et blanc ou en couleur, elles sont présentes sur les seuils de l’ouvrage puis sur chaque page, en abondance. En pleine page, débordant sur la seconde, reproduite sur toute la double page,  en vignettes ordonnées en séries,  collées sur d’autres photographies plus grandes, en détourage de personnages… Si le tout manque d’uniformité ou de réel travail sur la mise en page, le lien avec le grand écran cinématographique est bien maintenu ! 

Si les photographies permettent bien évidemment de retrouver le personnage principal, Zaa le chamelon blanc, elles donnent aussi à voir un potier au travail, une tisserande de tapis, les marchands du souk, une oasis, les toits d’une médina, des maisons anciennes, un oued, les ruelles de Sidi Ben Saïd et Hammamet et même  des ruines romaines ! Le  visionnage du film est d’ailleurs  recommandé  par la revue pédagogique L’ Educateur en 1968, pour accompagner des activités de géographie visant à faire découvrir la Tunisie. Il reçoit également le soutien du ministère du tourisme tunisien. 

Cet aspect de doit pas faire oublier la poésie du texte de Claude Roy.  On y  croise jeux de mots et  reprises de formules de contes ou de comptines traditionnelles adaptées aux aventures de Zaa le chameau. La magie de l’ouvrage est le fruit de la collaboration entre les mots et les images dépaysantes.

[1] Publication imminente de l’article que je signe : « Du poème filmique au livre illustré de photographies, les films d’Albert Lamorisse », collection « Texte-Image », Académia, Louvain-la-Neuve

Licence creative commons

Ces billets sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons: reprise autorisée avec attribution du texte à son auteur; pas d’utilisation commerciale; pas de modification.

Tom Slade, scout toujours !

Fitzhugh, Percy K. Tom Slade / Boy Scout of the Moving Pictures / Approved by the Boy Scouts of America (PHOTOPLAY EDITION) , 1920

“Let you boy grow up with Tom Slade ! ” “Tom Slade books are the most popular boys books published today ! “proclame l’éditeur Grosset et Dunlap à la fin de ce nouvel opus des aventures du jeune scout américain en 1915 . 

Tom Slade est un héros qui grandit en même temps que ses lecteurs,  lesquels font sa connaissance  alors qu’il n’est qu’un jeune scout et le suivent jusqu’à ses “aventures galantes” en France, en passant par le camp de Black Lake. 

La collection ne compte pas moins de dix-neuf tomes de 250 pages, publiés entre 1915 et 1930. Ils contiennent en général sept illustrations graphiques accompagnant les moments clefs du récit . 

Dans le livre Tom Slade / Boy Scout of the Moving Pictures, les photographies tirées de l’adaptation filmique des aventures du jeune scout ont remplacées les dessins. Dans l’édition de 1915, les couvertures  intérieures accueillent une photographie de la compagnie de scouts de New York, réalisée  devant un cinéma où a été projeté le film “The adventures of a boy scout”. C’est avec une photographie dès la couverture de l’édition de 1920 que le lecteur retrouve les scouts.

Les photographies choisies ne mettent pas l’accent sur un personnage ou un acteur en particulier, contrairement à de nombreuses novellisations. Il est même difficile d’identifier le personnage de Tom Slade. Ce sont en général des scènes en extérieur dans lesquelles se retrouvent un ou plusieurs personnages.  Une photographie à la page 66 nous met en présence d’un jeune homme qui pourrait être le héros. La cadrage choisit le met en évidence. Toutefois, la légende tirée du texte ne fournit pas cette indication. Les photographies permettent juste de réactiver l’ambiance du film et la trame narrative qui conduit un personnage de la petite délinquance aux patrouilles scouts et à leurs valeurs morales. 

 

En septembre 1913, le magazine Boy’s Life annonce pour l’hiver suivant la sortie en salles, sur tout le territoire, d’un film  réalisé à partir des aventures de Tom Slade, avec de vrais scouts. De longues séquences  seront consacrées aux entraînements physiques et à la création du mouvement.

Percy Keese Fitzhugh (1876-1950) est l’auteur d’autres séries à succès, “Roy Blakeley”, “Westy Martin”, “Pee-Wee Harris” notamment,  dont l’univers est toujours celui du scoutisme. Ces ouvrages amusaient les lecteurs avec leurs nombreux dialogues et scènes comiques. Il semblerait que ces romans aient eu une large influence sur les inscriptions des jeunes américains dans les organisations scouts.

Pour en savoir plus  il faut lire l’étude de David M. Baumann http://threeinvestigatorsbooks.homestead.com/tom_slade.pdfen 

 

Licence creative commons

Ces billets sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons: reprise autorisée avec attribution du texte à son auteur; pas d’utilisation commerciale; pas de modification.

John et Jennifer, série pour enfants modèles

Jennifer goes to school en 1946 et John and Jennifer at the zoo en 1946, John and Jennifer at the farm en 1948, John and Jennifer at the circus en 1949, John and Jennifer and their pets en 1951, John and Jennifer go camping en 1954, John and Jennifer go to London en 1956, John and Jennifer go sailing en 1957 sont les volumes d’une série publiée par Thomas Nelson & Sons à  London, Edinburgh, Melbourne, New-York et Toronto.

Ces ouvrages  sont abondamment illustrés par la photographie en noir et blanc et en couleur, toutes signées Gee  Denes, qui écrit parfois les textes ou cède la plume à Valerie Higgins, Elsie M. Harris ou D.J. Desmond. 

Sur les 39 pages de l’ouvrage on compte 28 photographies, plus une en  couverture à partir des années 50. La double page accueille une à deux photographies. Il peut s’agir d’ une photo détourée en vignette et une photo pleine page, soit une photographie pleine page ou imprimées au trois quart. Seules les photos détourées d’objets apportent un peu de distraction dans cette mise en page un peu lourde qui fait alterner pavé de texte et pavé photographique.

Les photographies sont des scènes de vie en intérieur ou extérieur, avec des personnages extrêmement souriants, photographiés dans des poses figées, qui ne sont pas sans évoquer des vitrines de grands magasins. On pense aussi aux photographies des magazines pleines de petits enfants modèles. Elles nous proposent en tout cas des vues d’une Angleterre de l’après-guerre  prospère et radieuse.  Parents et enfants sont élégants, les maisons sont grandes et confortables, les tables bien garnies, les vergers garnis de pommiers donnant en abondance…

Ces photographies peinent sans doute à toucher le lecteur. Pas un des personnages présent sur l’image ne le fixe et ne l’invitera à pénétrer dans l’univers qu’elles contiennent. Le lecteur a du mal à trouver sa place dans l’espace de l’image et reste à distance, contemplatif.  Notons, qu’il  est également difficile d’identifier les personnages récurrents, John et Jennifer, d’un ouvrage à l’autre et donc de s’attacher à eux. 

 

Les critiques louent la capacité d’instruction et de distraction des ouvrages, les histoires charmantes et la beauté des photographies. Les ouvrages sont prétexte, comme dans les autres docu-fictions portées par des personnages récurrents, à découvrir un nouvel univers. Ils abondent en informations documentaires distillées habilement dans la fiction. 

Gabor J. Denes (1909-?) est l’auteur de nombreux autres ouvrages pour enfants dont Animals and their young en 1936, Button and Mac adventure en 1949, London Scrapbook a collection of photographs en 1950, Your book of sailing en 1963…

Licence creative commons

Ces billets sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons: reprise autorisée avec attribution du texte à son auteur; pas d’utilisation commerciale; pas de modification.

Tu seras les yeux de la mer

Tu seras les yeux de la mer, Alain serres, Zau, collectif, Rue du Monde, 2019, 91 pages.

On retrouve dans cet ouvrage le mode de fonctionnement de L’Abécédire, paru en 2010 chez Rue du Monde et déjà analysé ici.  Alain Serres est une nouvelle fois à la conception de cet ouvrage hybride.

La couverture de l’ouvrage annonce le dispositif mis en place dans le livre : Trois écritures, trois arts vont s’interpeller, dialoguer, se répondre, se contrarier, communier pour dresser un tableau des océans aujourd’hui et inviter les jeunes à s’engager dans la combat de l’écologie.. 

La photographie, à l’origine documentaire, est recadrée autour d’un poisson, qui, gueule ouverte, s’apprête à gober un morceau de plastique, semble-t-il. Son œil rond  évoque l’étonnement, voire l’effroi. Il nage sous ce qui semble être un continent de déchets, parmi lesquels le lecteur/ spectateur reconnaît pots de yaourt, canettes, sacs plastiques et objets de son quotidien. La photographie a été retravaillée, des graphismes ajoutés pour figurer le plastique, et seul le poisson semble réel. 

Sur le côté de la couverture, en noir et blanc, un manchot dessiné à l’encre de Chine, semble posé sur une banquise un peu grise et le trait oblique qui sépare les deux images parait symboliser la frontière entre le dessus et le dessous. 

Le titre “Tu seras les yeux de la mer” fonctionne comme une interjection au lecteur-spectateur, invité à regarder ce qui se passe dans et autour des mers, en plongeant au cœur de ces grandes images. 

Dans le corps de l’ouvrage, la photographie et l’illustration graphique sont installées en pleine page, rejoignent ses bords, alternent en page de droite ou de gauche, sont séparées par la pliure centrale. Systématiquement, l’illustration graphique accueille le texte. 

La photographie documentaire n’est pas réalisée spécifiquement pour le livre mais issue d’un collectif. Chaque image fourmille de détails et peut raconter seule. Elle montre les malheurs des ours blancs dont le territoire est pollué par les hommes ou qui sont contraints de s’approcher des villes pour trouver une nourriture devenue rare. Elle montre aussi la pollution des mers et des littoraux, la pauvreté des hommes dans certains parties du globe et la richesse d’autres en arrière-plan. Le lecteur-spectateur reconnait ces images. Il les a déjà vues ailleurs, prises dans d’autres dispositifs. 

 Zau a réalisé une image graphique minimaliste pour répondre à cette image photographique. Il y a prélevé un seul élément. Ce n’est pas une citation, pas un cadrage resserré.  L’ours n’a pas la même position que celui de la photo. Il s’agit de deux ours  enlacés. Le lecteur-spectateur imagine que l’ours de la photographie a une famille.  Le dessin du seau n’imite pas la photographie. On voit ce qu’il contient. Il s’agit  peut-être des morceaux ramassés sur la plage. Ainsi, l’image graphique dit ce que l’image photographique ne dit pas. Elle propose de s’approcher de près, de dire l’avant ou l’après de la photographie,  de compléter son langage. Elle offre un supplément de narrativité. 

Notons que le dessinateur conserve  les codes de l’univers enfantin : Les deux ours enlacés seront peut-être pour le jeune lecteur un frère et une sœur, ou une mère et son enfant. Est-ce un clin d’œil à toutes ces histoires dont les plantigrades sont les héros ?  Le lecteur-spectateur interprétera et imaginera une histoire en fonction de ce qu’il a déjà rencontré dans d’autres ouvrages.  L’image graphique portant le seau l’interroge davantage. S’il croit reconnaître des légos, il est interpellé par leur ressemblance avec des immeubles, si grands sur la photographie, si petits une fois emprisonnés dans le seau. 

Le texte fonctionne comme une légende qui fixe le sens de l’image. Pour ceux qui savent lire, elle dit comment lire l’image photographique : un ours en Russie, une plage à Manille. Une phrase, imprimée dans une typographie de couleur différente, retient l’attention : “Affamé, égaré, dérouté par ce que les hommes imposent à son blanc pays” peut-on lire entre les deux images en regard ; “Et toujours le rêve d’y trouver un trésor” lit-on en rouge entre la photographie de la plage de Manille et  le dessin du seau. Les mots proposent donc deux récits, l’ un documentaire, l’ autre fictionnel.

Mais surtout, les mots proposent  des ponts, des échos entre les deux images et permettent de franchir la marge qui les sépare. 

Dans certaines double-pages, il semble que la marge soit ignorée. L’image de gauche trouve son prolongement dans celle de droite, le banc de poisson s’étend jusque sur l’autre page, lorsque la multitude s’assemble pour former un poisson géant face à un tout petit plongeur. Ce “colosse” a un air bien innocent et fait écho à l’adjectif “fragile”. 

 

Que fait le lecteur ? La conjonction des trois modes d’expression dans la double-page invite  le lecteur-spectateur à les mettre en relation. Son regard s’accroche à une image,  cherche dans sa mémoire, reconnaît, interprète, se déplace sur l’autre, fronce les sourcils, fait des liens, vérifie dans le texte, retourne sur les images, saisit ce que sa première lecture avait ignoré. C’est un lecteur pleinement actif et mobilisé qui tourne les pages, démêle les liens, recompose les ponts conçus pour lui. Une fois le livre fermé, il lui reste mille histoires, des moments de poésie, et peut-être un tableau des océans composé de mille images.

Le regard de Christophe Meunier ici https://clio-cr.clionautes.org/tu-seras-les-yeux-de-la-mer.html

Mon analyse de L’ Abécédire est à lire ici : 

https://miniphlit.hypotheses.org/974

Little people of everywhere, PREMIERE COLLECTION de portraits de pays

Collection “Little people of everywhere,  McDonald, Etta Austin Dalrymple, Julia ,  Boston, Little, Brown, and company , 1909, 156 pages.

Kathleen in Ireland, Manuel in Mexico, Rafael in Italy, Umé San in Japan, Boris in Russia, Betty in Canada, Fritz in Germany… sont quelques uns des 12 titres de la collection des “Little People Everywhere”, portraits de pays destinés à la jeunesse et publiés aux U.S.A entre 1909 et 1912. Ils sont signés Etta Blaisdell McDonald et Julia Darlymple.

Dans Rafael in Italy, les 17 photographies (“The book is full of pictures of Italian Life”) sont signées de l’agence Underwood & Underwood à New York. L’ouvrage porte une photographie couleur en couverture, identique à celle du frontispice, et représente trois enfants en costume traditionnel jouant sur la Via Appia. Les photographies qui suivent sont en noir et blanc, légendées, signées et accompagnées d’une citation extraite du texte et un renvoi de page. Ce sont en général des vues de paysages, de monuments, de rues, des scènes de la vie quotidienne et bien souvent des enfants anonymes sont présents sur l’image. Celle-ci est installée systématiquement en page de droite, verticalement ou horizontalement, et toujours bordée d’une marge blanche.

Dans la préface non signée, on peut prendre connaissance des intentions des autrices : “The very best way to understand the life and customs of foreign countries is to visit it. If that is impossible, one may still learn by reading a story of people living there.”

L’auteur précise qu’avec cette lecture, les enfants des écoles (il s’agit ici d’une édition scolaire de 1912) pourront découvrir les jeux, le travail,  les festivals, les vacances, les maisons et les ambitions des enfants d’ailleurs. 

Le lecteur va découvrir l’Italie par le biais des aventures du jeune Rafael Valla, 14 ans. On découvre sa vie à Venise. Sa rencontre avec une jeune touriste américaine est prétexte à voyager  ensuite jusqu’à Florence, Rome, Naples et le Vésuve.

Une page de vocabulaire et de prononciation complète l’ouvrage.

Tous les ouvrages ne sont pas conçus sur le même dispositif. Certaines préfaces donnent plus d’informations documentaires. Dans Umé San in Japan par exemple, l’auteur ne mentionne plus la connaissance de l’autre mais insiste sur les progrès technologiques du nouveau Japon  :  “Railways trains and electric cars are taking the place of jinrikisha and kago”.  L’ouvrage ne compte que 8 photographies et un frontispice. Il ne s’agit pas dans ce livre d’un périple à travers un pays en compagnie d’un enfant étranger mais le lecteur plonge dans la vie d’une famille par le biais de la jeune Umé San, enfant du pays. Le frontispice présente Umé San et cette première photographie permet au lecteur de faire la connaissance du personnage. Ce frontispice peut accueillir, dans d’autres ouvrages, des vues du pays.

Umé San in Japan , 1909

Point commun à toute la collection, la découverte  du pays se fait par le biais d’un enfant, sorte d’habitant archétypal comme l’indique l’auteur de la préface de Boris in Russia : “Boris Antonovitch, the young peasant of the story typifies the Russia” ou  de celle de Betty in Canada :” Betty Buttler is a type of a young canadian of to-day“.

Le portrait  du pays va se construire  par la fiction dont il est le personnage principal, par les informations documentaires contenues dans le texte et par les vues du pays. 

HOW TO DRAW THEM ?

Puisqu’il faut bien occuper les enfants dans cette période de confinement, les ouvrages destinés à apprendre à dessiner les animaux, ceux des pôles, de la forêt, de la mer, et les sauvages, mais aussi les châteaux forts, les monstres, etc… sont bien utiles. 

La série des “How to draw Them” publiée dans les années 40 et 5O aux Etats-Unis chez The Vanguard Press et signée Amy Hogeboom, autrice prolixe d’ouvrages pour la jeunesse et illustratrice pour des magazines, offrait déjà de nombreuses propositions de créations graphiques : “Birds ans How to Draw Them” suivi de “Horses…”, “Dogs…”, “Forest Animals…”, “Familiar animals…”, “Wild Animals…”, “Boats…”, “Cats…”, “See Animals…”,  “Planes…”et “Trains and How to Draw Them”. 

Dogs and How to Draw Them, 39 pp, 1944, 2 dollars.

Sur une première double page, le lecteur découvre le portrait photographique d’un animal particulier, accompagné de son nom, en regard d’un texte présentant les caractéristiques de la race à laquelle il appartient. Selon le mot de l’éditeur sur la jaquette, “It’s more than a drawing book, it’s also a picture and information book.[…] Widely recommended by librarians and teachers, they are ideal for instruction and entertainment”. Ces ouvrages  instruisent et distraient les lecteurs.

Dans la double page suivante, le lecteur apprend comment le dessiner, en 4 à 5 étapes, à l’aide de traits extrêmement simplifiés  et de courtes instructions.

La photographie est donc le point de départ à la réalisation d’un dessin très simple et fidèle, jusque dans l’emplacement des taches dans la fourrure de l’animal.  

“Ideal for those “what can we do ?” moments that arise on rainy afternoons”…  Ou de confinement… Il n’y a plus qu’à s’y mettre !

Captain Kodak, a camera story

 Boston : Lothrop Publishing Co , 1899

Les éditeurs ont produit  différents genres d’ouvrages destinés à faire découvrir et à encourager la pratique photographique chez les jeunes lecteurs. Ils prennent parfois la forme du roman.

Captain Kodak, a camera story est publié en 1899 à Boston. Il est signé Alexander Black, écrivain, journaliste, photographe,  auteur d’un manuel pour photographe amateur, Photography indoors and out, a book for amateurs (1894)  qui commence par ces mots : “Probably photography is today the most popular of hobbies”.

Alexander Black choisit les personnages de son Captain Kodak dans le milieu de la photographie amateur. Au début du récit, la phrase d’un des personnages reflète l’engouement de l’époque pour le médium : « Everybody seemed to have a camera except us ! » . En cette fin de XIXème siècle, grâce à l’invention du “Press the button”, allusion au slogan lancé pour accompagner la commercialisation de l’appareil produit par la firme Kodak,  tout le monde photographie et les clubs d’amateurs foisonnent.

Ce roman  met en scène une bande d’enfants, membres d’un club de photographes.  Accompagnés de leur appareil photo, ils connaissent, tout au long de ces 288 pages, de multiples aventures qui leur donnent l’occasion d’ immortaliser l’indien Walking Dog, de ramener le souvenir des buildings de New-York, celui des rues de Brooklyn ou des animaux du zoo, autant d’éléments pittoresques. Ils s’essayent également  à la photographie artistique ou picturale en photographiant des fleurs dans un vase ou ou un bateau  sur la mer…  

Sous l’apparence du roman, l’ouvrage est destiné à montrer la facilité d’usage du Kodak, son accessibilité par les enfants et la variété des réalisations qu’il permet. On y apprend aussi comment monter une chambre noire, quelles sont les ampoules utilisées, etc…

L’ouvrage est illustré de nombreuses photographies, parfois deux par double -page. Elles ont souvent un format carré ou rectangulaire.  Elle sont le plus fréquemment placées dans ou en regard du texte et interrompent la lecture. Parfois elles sont détourées et le texte s’adapte à leur insertion.

Ces illustrations présentent les personnages, des enfants,  souvent photographiés en studio et parfois en extérieur. Il s’agit parfois de petites tableaux photographiques dans lesquels les comédiens ont pris la pose. Elles sont régulièrement légendées avec les paroles prononcées par les personnages. Le lecteur peut également croiser de nombreuses scènes de rue et des paysages croisés par nos aventuriers.

Cet ouvrage témoigne de la grande diffusion de la technique photographique dans la société américaine au tournant du XXème siècle, par le biais des clubs et des revues, et de la possibilité pour les femmes de la pratiquer. Il témoigne aussi de la réflexion menée par les éditeurs américains autour de l’insertion de la photographie dans le livre dès la fin du XIXème siècle. Il illustre enfin l’influence de certaines firmes productrices de matériel sur la production d’ouvrages destinées à faire connaître la technique photographique. 

Alexander Black, Captain Kodak, « Is-it all loaded and ready ? asked Edith », p. 29

ABC photography by Tarzipan

© 2017 Tarzipan Books, Berlin , 64 pages

La première partie de l’article est un texte en anglais que nous a envoyé la maison d’édition Tarzipan : 

A-B-C Photography
You are a photographer. Everyone is a photographer. All you need is a camera and your eye. But what makes a wonderful photo? What can photos tell us? And what can we tell the world with photos? Photography is an unfolding story we’re all still writing. And because every story is simply built from the twenty-six letters of the alphabet, here’s a little ABC of photography to help you on your way…

With this book you can enjoy magical, sweet, fun but also secretive, adventurous and dangerous photographs by these really good photographers:

Martin Parr, Wolfgang Tillmans, Nan Goldin, Alec Soth, Peter Lindbergh, Sarah Illenberger, Christopher Bucklow, Denis Darzacq, Thekla Ehling, Jason Evans, Bela Borsodi, Doug DuBois, Sylvie Zijlmans, Achim Lippoth, Roger Ballen, John MacLean, Neetha Madahar, Christoph Niemann, Bene Ochs, Simon Roberts, Julian Röder, Sebastião Salgado, Walter Scheels, Melanie Bonajo, Robin Schwartz, Sascha Weidner and Tim Walker.

Text by Monte Peckham Edited by Jan von Holleben

ABOUT THE BOOK
A-B-C Photography is a classic Alphabet book that links the medium of photography with the rest of the world out there – somewhat quite philosophic. Each letter of the alphabet will introduce an image alongside an interconnected key word from the field of photography (beauty, construction, document, digital, exposure, evidence, humanism, identity, luck, mood, memory, negative, objective, perspective, reflection, time, truth, unconscious…) as well as a brief and witty philosophical explanation of the word that goes beyond the medium.

The book brings together a collection of worldwide known photo heroes and younger acclaimed photographers from various walks of life: Artists, documentary photographers, commercial photographers, illustrators or just curious image makers. What unites them all is a visionary concept within their work, the relentless energy to create images that amaze and their interest to communicate with children.

ABOUT TARZIPAN

Following up on my last 7 years of making photo books for kids with Thienemann, Little Steidl, Thames & Hudson and Gestalten publishers amongst others, we teamed up with their experts in order to create something new – TARZIPAN Books.

TARZIPAN is sweet and bright and curious and wild. It is a new approach to children’s book publishing. TARZIPAN brings together existing photographs of renowned artists and recontextualises them allowing young readers to make up their own stories and to freely explore the fantastic worlds of some of the most original photographers of our time. With our books we aim to promote visual literacy, spur creative thinking and revive the power of imagination. Introducing our first season of books we start off with a big bang: The A-B-C Photography book will set the scene for everything else to come, and introduces TARZIPAN Books and its dream team of collaborators to the public. “

© 2017 Tarzipan Books, Berlin

Après plusieurs publications dans d’autres maisons d’éditions, les frères Marius ( formé en marketing) et Jan Von Holleben (le photographe) ont fondé la maison d’édition allemande Tarzipan et publié ensemble un ouvrage photographique pour enfants ABC photography. Il a été distribué en Europe, aux Etats-Unis et en Australie.

ABC photography a les codes de l’Abécédaire : une lettre en grande taille et un mot associé, en regard d’une image. Il s’attache comme souvent à explorer un thème, celui de la photographie comme révélateur ici.

L’image photographique quitte la page de droite traditionnellement destinée à l’accueillir pour naviguer de l’une à l’autre.  Elle franchit même souvent la frontière entre les deux pages pour déborder  sur l’autre. Elle peut être en noir et blanc ou bien en couleurs. Elle offre des gros plans sur des objets comme des scènes de la vie d’ enfants peu ordinaires. L’idée est de surprendre, d’inviter le spectateur-lecteur à s’interroger sur leur contenu. Il s’agit aussi de provoquer son imaginaire.

Les auteurs des photographies sont célèbres ou inconnus. L’idée est de faire connaître la belle photographie aux enfants, dans un monde saturé d’images et de selfies : “We hope that it’s something that doesn’t only attract parents who want their kids to be little arty guys, but also to people who are looking for a regular picture book and understand that photography is so omnipresent”.

© 2017 Tarzipan Books, Berlin
© 2017 Tarzipan Books, Berlin

Les mots choisis et les petits textes en dessous sont souvent plein d’humour. Ils portent aussi des petits messages philosophiques sur  l’art et la beauté dans le monde qui nous entoure, révélés par la photographie. Tout ce que l’on voit dans ce livre, aussi surprenant soit-il, appartient bien à notre univers. 

Merci Marius ! 

http://tarzipan-books.com/

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search