Archives de catégorie : Mes découvertes

An ABC Book, objects in photograph

C’est bien loin du livre d’artistes ou d’une réflexion pédagogique, cette fois, que certains éditeurs ont publié des livres pour enfants illustrés par la photographie.

Dans cet abécédaire paru en 1934, chez Whitman Publishing  and Co, aux U.S.A,  la photographie vient seulement illustrer la lettre et le mot. Ces derniers, en page de gauche, ne sont pas choisis avec une thématique particulière et sont assez éclectiques, plongeant à la fois dans l’univers de la maison, la nourriture, les animaux, les instruments de musique et sont parfois éloignés des préoccupations  enfantines : automobile, bread, chair, elephant, flowers, gloves, indians, jar, kiddle car, lion, owl, purse, queue (tresse de chinois), rose, shoes and stockings, telephone, umbrella, violin, watermelon, xylophon, yacht, zebra. Certaines pages ne portent même pas de mot et se contentent d’associer initiales et photographie.

Les photographies en noir et blanc, sans nom d’auteur, sont parfois prises dans des décors naturels : les éléphants au zoo, le nid d’oiseau avec ses œufs. Sur certaines pages, la mention « Courtesy Underwood and Underwood », alors producteur et distributeur d’images photographiques, semble indiquer que l’éditeur ait fait son choix dans un stock d’images.

La photographie, sans conteste, est utilisée pour « faire moderne », mais la réflexion sur la photographie comme outil  au service des apprentissages, que l’on trouve dans The First Picture Book paru 4 ans plus tôt, est totalement absente.

 

 

The First Picture Book, plus qu’un imagier

 

The First Picture Book, Whitney Museum, 1991.

Si le livre d’Edward Steichen, The First Picture Book, Everyday Things for babies, publié en 1930, est sans doute aujourd’hui à ranger dans la catégorie des livres faisant partie du patrimoine, et à ce titré réédité,  il est aussi à regarder comme un témoignage des réflexions autour des pratiques pédagogiques du début du siècle dernier, aux Etats-Unis.

Edward Steichen le réalise en collaboration avec sa fille, la psychologue Mary Steichen Calderon et avec le BEE, Bureau of Educational Experiments.

L’ ouvrage, sans texte, présente 24 objets du quotidien, photographiés en noir et blanc et en gros plan, en studio, en lumière artificielle : une tasse de lait avec tartines, un ours en peluche et une balle, des blocs de construction, un train en bois, un savon…Ces objets évoquent presque tous un aspect de l’éducation,  se laver, mettre la table, bien se nourrir, prendre soin des fleurs, avoir des activités de plein air…

Il ne s’agit pas d’un simple imagier. La photographie de Steichen, objective, presque scientifique, d’objets en gros plan, éloignés de leur contexte, doit conduire l’enfant non plus simplement à voir, mais à regarder différemment et observer le monde qui l’entoure. Plus encore, ces photographies, qui font surgir les textures, les bruits, doivent inciter l’enfant à se saisir des objets et à agir.

La photographie, au carrefour de la science et de l’art, y est un outil au service de cette découverte du monde, bien plus que des dessins, trop porteurs d’imaginaire.

It’s a small world

Ce n’est pas de l’attraction de Disney dont il est question ici, mais d’un livre publié en 1901, à Londres, chez Grant Richards,  The Six-Inch Admiral.

« A story about a little girl who would like to be a Japanese dolly but would not want to marry one….!”

6inch2

Aldine, petite londonienne, voit son rêve se réaliser, le jour où elle tombe dans une mare de larmes. Transformée en poupée, elle s’embarque pour un tour d’un monde à taille de poupée, en compagnie de son jeune compagnon, amiral de la flotte de sa majesté.

Le récit de son voyage est aussi l’occasion d’appréciations impérialistes et chauvines.6inch4

50 mises en scènes photographiques accompagnent cette histoire de poupées.

 

 

Jules Verne et la photographie

1044064247

A partir de 1899, les romans de Jules Verne font alterner photographies et gravures. Les photographies y jouent un rôle documentaire et didactique et confirment la volonté d’enseignement, similaire à celle des ouvrages scolaires,  qui accompagne la publication de ses œuvres au sein de la Bibliothèque   d’éducation et de récréation, fondée par l’éditeur Jules Hetzel.

Toutefois, avant 1899, les gravures réalisées par les illustrateurs sont parfois directement inspirées de photographies de voyageurs.

Le voyage relaté dans Claudius Bombarnac s’inspire de celui réalisé par Paul Nadar entre Septembre et octobre 1890, de Tiflis à Samarkande. Dès 1890, Jules Verne démarre l’écriture de ce « roman ferroviaire » qui conduit son héros, « un reporter du XXème siècle » jusqu’à Pékin.

Le titre de ce « roman fantaisiste et gai » a varié entre 1990 et 1992 : Voyage de l’express Transasiatique de Tiflis à Pékin, Notes d’un reporter, 13 jours avec Claudius Bombarnac.

Il paraît en feuilleton en octobre 1892, dans le journal conservateur Le Soleil, puis en volume gr.in-8, fin novembre 1892.

Paul Nadar rapporte 200 photographies de son voyage, réalisées avec les nouveaux petits appareils de photographie instantanée, le Kodak ou son Detective Nadar. Jules Verne, ami de la famille Nadar, a sans doute pris connaissance de ces clichés, puisque de nombreuses similitudes existent, des costumes aux monuments,  entre ces photographies et les illustrations réalisées par Léon Benett, qui, bien que grand voyageur lui-même, ne connaît pas la région.

 

 

 

 

Le secret des deux plumes ou les pouvoirs de la photographie

 

img_2304

Lorsque en  1954, Albert Mermoud reçoit la proposition du couple Helena Kolda -Ivan Dukachek, de publier Le secret des deux plumes à la Guilde du livre, il sait, avant même d’avoir lu le texte, qu’il éditera ce roman-photo.

Il faut dire que ces clichés originaux retiennent l’attention, avec ce jeune garçon enfermé dans un bocal de confiture, ce chien à deux têtes…

img_2307

Le récit des aventures fantastiques de Martin, dans le décor des rues  modernes de Manhattan pourrait-il se passer des photographies ? C’est impossible ! Et le lecteur est averti dès l’incipit : « L’histoire des deux plumes exige pour être racontée, non seulement des mots, mais aussi des photos ».

La photographie a ici tous les pouvoirs.

Surnommée l’ « Omni-vue » elle peut voir et fixer sur papier l’imaginaire du créateur. N’est-ce pas le propre fils de l’auteur qui figure sur les photographies, un petit Ivan Dukachek en réduction ? Cette histoire n’est-elle pas inspirée de la propre enfance de celui qui rêvait d’avoir des pouvoirs magiques pour pouvoir fuir la Tchécoslovaquie communiste ?

Elle a aussi le pouvoir d’attester , que tout ce qui vient d’être raconté est bien réel. D’ailleurs, à la fin du récit, le héros  découvre une boîte avec tous les clichés des moments clefs de son aventure.

Et enfin, elle ouvre aussi la porte sur le rêve, le merveilleux, celui qui peuple l’esprit du lecteur, un monde qu’il s’invente pour fuir le monde qui l’entoure…

Enfants au naturel, par Ergy Landau

p1090570

Comment photographier les enfants ?  Edition de L’Éclaireur de Nice, 1942.

Pour illustrer ce manuel technique de photographie destiné à des amateurs « ayant déjà des notions de la prise de vue », Hélène Natkin fait appel à Ergy Landau, dont la maîtrise de la photographie d’enfants n’est plus à prouver.

En effet, la photographe a déjà réalisé l’album Enfants, en 1936, chez O.E.T, avec une préface de Marcel Aymé, et s’est fait une spécialité de ces portraits d’enfants dans leur vie de tous les jours, dans son atelier de la rue Scheffer

p1090527

Ergy Landau dans son atelier, Cliché collection privée

Pourquoi choisir des clichés d’enfants pour un manuel technique? Hélène Natkin fait remarquer combien la photographie d’enfants permet d’obtenir un naturel qu’il est impossible d’avoir avec des adultes, si pleins de refoulements : « Ils s’offrent à nous tels qu’ils sont (…) Ils ne jouent pas la comédie ».

Le but de ce livre est de « présenter un recueil suggestif  d’images enfantines apportant au photographe des idées pour varier ses clichés ».

Une photographie de Marcel Natkin figure sur la couverture. Il est l’auteur de nombreux manuels photographiques  et réalisera lui-même Visages d’enfants avec Jaboune, en 1946.

Pour apprendre à lire, en 1908

img_4536

En 1908, le bulletin de la Société nationale de l’Art à l’école fait la publicité de l’ouvrage Pour apprendre à lire, publié par la maison d’édition Félix Juven, 22 rue Réaumur, à Paris, déjà éditeur de livres pour enfants.

Cet ouvrage est composé d’une « méthode de lecture  basée sur le jeu des organes vocaux » et d’un imagier. Cette méthode d’apprentissage de la lecture par des photographies d’enfants prononçant les différents sons, associées la graphie des lettres et aux syllabes, étaient déjà en vogue à la fin du XIXème siècle, à un moment où l’éducation était une préoccupation du gouvernement de Jules Ferry. On la retrouve dans plusieurs manuels scolaires et dans des planches didactiques destinées à un accrochage mural.

Capturefile: F:LSNMFP Captures17_023399_05 CaptureSN: BQ020049.002372 Software: Capture One 2.9 for Windows
(Musée de l’Education à Rouen)

Henri Manuel, photographe à Paris, spécialisé dans les photographies des personnalités du monde politique, du spectacle, du sport et des arts, réalise les photographies de cet ouvrage. Il photographiera d’ailleurs Séverine, elle-même auteure d’un ouvrage photographique pour enfants, chez Félix Juven, quelques années plus tôt…

 

 

Presse Jeunesse (suite…)

 

jeunesse-magazine

Le magazine Jeunesse Magazine est fondé en 1937, sans que l’on connaisse précisément le nom de l’éditeur, toutefois situé à Paris, rue Gazan (XIVème). Il s’arrêtera au 31 décembre 1939,  faute de moyens en hommes, mobilisés par  la guerre et  en papier « depuis la guerre de Finlande ». Il passera d’ailleurs progressivement, au cours de l’année 1939,  de 24 à 12  pages.

Destiné aux jeunes gens, « c’est-à-dire ceux qui ont cessé d’être des gosses, qui savent voir, qui veulent comprendre, qui regardent la vie en face, qui, demain, seront des hommes ! », il se donne pour ambition de former à un « esprit d’ énergie, de courage sain et loyal ».

jeunesse-magazine-2

Dans cette optique, la photographie abonde  et illustre en majorité les reportages sur les métiers, le sport, les monuments, les colonies…et quelques critiques de films.

Le Petit Français illustré … de photographies

la-mauvaisanterie

La presse pour enfants connaît un fort développement quantitatif à la fin du XIX eme siècle grâce aux éditeurs scolaires, Colin, Delagrave, Hachette notamment, mais aussi qualitativement avec  des  rubriques variées, souvent illustrées.

Certaines revues font appel abondamment à la photographie,  qui envahit à l’époque la société, la littérature populaire et la presse pour adultes. C’est le cas du « Petit Français illustré, journal des écoliers et des écolières », fondé par Armand Colin, en 1889.

La photographie y a le plus souvent un rôle documentaire lorsqu’ elle illustre un reportage sur le Japon ou la Corée, lorsqu’ elle atteste d’un exploit sportif, comme une course hippique ou une épreuve de sauts en longueur, ou lorsqu’ elle témoigne d’un spectacle.  De nombreux portraits d’explorateurs, d’indigènes, des clichés de monuments, d’animaux, attestent de ce qui existe dans d’autres pays.

Bien souvent, l’origine des photographies est mentionnée, qu’il s’agisse d’un explorateur, d’un photographe ou  de la Société de Géographie.

Plus rarement, la photographie supplante le texte et raconte une histoire, grâce à de petits tableaux photographiques, chers à la littérature populaire de l’époque, comme dans cette « Mauvaisanterie », parue dans le supplément du 8 octobre 1904.

Quatre photographies accompagnées d’une légende racontent la mésaventure de l’apprenti boucher Tuboeuf. L’histoire se termine sur une morale : « L’apprenti boucher Tuboeuf, honteux et confus, jura , mais un peu tard, qu’on ne le prendrait plus à s’amuser en route ». La photographie, distrayante, est aussi utilisée pour attester de ce qu’il faut éviter de faire.

Les hommes de l’air et la photographie

 

2716860769

En 1910, paraît, à la Librairie Félix Juven, « Les hommes de l’air (Roman de sport et d’aventures) entièrement illustré par la photographie ».

Cet épais roman pour adolescent (330 pages) plonge son héros, Robert le Briquire, dans des aventures rocambolesques, des bureaux du ministère de la sûreté à Paris, jusqu’à l’Allemagne de Guillaume II, en passant par la cour d’Angleterre, qui lui donneront l’occasion de sauver la paix en Europe.

On y retrouve tous les progrès techniques du début du vingtième siècle, le cinématographe, le vol en dirigeable, le scaphandre, jusqu’à des inventions qui amusent le lecteur d’aujourd’hui : la photographie couleur, le téléphone sans fil … On ne peut que penser à Jules Verne ou à Nadar en lisant ces pages.

La photographie, en pleine page, ou dans le texte, illustre le récit, par des tableaux photographiques mettant en scène les principaux protagonistes. Réalisée en studio, elle est en fait le plus souvent reproduite en similigravure ou redessinée.

Son auteur, Hugues Le Roux (1860-1925) est journaliste, écrivain, homme politique, et surtout grand admirateur d’exploits sportifs. Son roman est d’ailleurs dédié aux aviateurs Aubrun, Leblanc, Legagneux, « Vainqueurs du Circuit de l’est, qui ont fait mon rêve vivant ».

Le livre a été réédité en 2013 chez Hachette, dans un partenariat avec la BNF.

Mother Goose et la photographie

mothet-goose-93

En 1893, la maison Joseph Knigth Company, à Boston, publie Mother Goose of 93. Dans le même espace d’une pièce de tissu rectangulaire, elle-même collée sur une page de papier, sont imprimés une photographie, un texte calligraphié et des petits dessins.

Dans ces dix tableaux photographiques,  des enfants jouent et illustrent 10 Nursery Rhymes, ces comptines pittoresques  du folklore anglo-saxon, parmi lesquels « Dame Duck’ s lesson », « Little miss Muflet »,  « I’ll tell you a story about Jack a Nory »…

L’auteur, Mrs N. Gray Bartlett (1885-1951) indique son intention de proposer une autre illustration  pour ces petites  chansonnettes : « Rhymes quite old and jingles too, are fitted here to figures new ».

deuxieme

Chez le même éditeur et de la même photographe, en 1892, un autre recueil de  Nursery Rhymes   : Old Friends With New Faces.

 

 

 

Bildebuch, d‘Hannah Höch

original__63536-1480352644

Bildebuch, d‘Hannah Höch (1889-1972), paraît en 1945, à Berlin. Il est réédité en fac-similé avec une traduction en anglais en 2008 par la maison d’édition berlinoise The Green Box, qui le sort enfin de l’obscurité.

Hannah Höch, figure du dadaïsme allemand, fait du photomontage sa marque de fabrique, son mode d’expression. Avec ses photomontages réalisés à partir de découpages et collages de photographies, le plus souvent en noir et blanc, rehaussées de touches de peinture ou de papier de couleur vive, qui font face à autant de courts poèmes, elle créé pour cet ouvrage pour enfants, un jardin fantastique, imaginaire, plein de non-sens, peuplé d’animaux hybrides abolissant les frontières entre les espèces, jusque dans leur nom (The Runfast), qui peut-être existent dans l’imaginaire des enfants.

Ces animaux hybrides sont-ils l’image d’une société déréglée, dévastée, menaçante après la seconde guerre mondiale ? Et ce jardin,  dans lequel ils, évoluent est-il le Paradis perdu ?

L’enfant et la colombe, Doisneau photographe-conteur

 

product_full_10813

En 1978, Robert Doisneau réalise les photographies de ce conte pour enfants : « Il était une fois un petit garçon qui rêvait d’une colombe. D’une colombe bien à lui, d’une colombe qui serait sa meilleure amie ».

L’idée vient de Pierre Derlon, dresseur de colombes pour la compagnie du Marquis de Cuevas, et ami de Robert Doisneau : « Il demeurait à Gentilly, tout près d’ici et j’étais allé dîner chez eux un soir. La propriétaire leur avait coupé l’électricité ; il y avait des bougies, mais des bougies comme dans la grotte de Lourdes, vingt-cinq au moins, et des pigeons en liberté, des colombes qui passaient, éteignaient les bougies. (…) Il m’a proposé de faire un conte très alambiqué, très littéraire, avec une fée, mais en réalité ce qui était bien plus féérique, c’était la façon dont il vivait… »raconte Robert Doisneau dans un entretien accordé à La Joie par les livres.

C’est finalement un américain, James Sage, qui écrira le texte et l’ouvrage sera édité chez Workman Publishing Company, à New York, en 1978, en anglais, puis aux éditions Chêne à Paris.

Les mises en scène photographiques de Bernard Faucon

106762-1

Les Grandes Vacances de Bernard Faucon ont été publiées aux éditions Herscher en 1979 et ont obtenu le « Prix du Premier Livre-Photo, (Paris Audiovisuel/Kodak-Pathé) ».

Le livre nous intéresse à plusieurs titres :

-Il met en scène des enfants.

-Il porte le sous-titre de « mises en scènes photographiques » et a donc à voir avec la théâtralité de la photographie.

Les photographies dans un format carré, sont imprimées sur la page de droite, la « belle page ». Elles sont entourées par un cadre rectangulaire, qui laisse un espace assez large tout autour pour insérer une courte légende, titre de la photographie et mention d’une année de prise de vue , et qui donne également au regardant le sentiment de deviner ce qui constitue le hors-cadre, les coulisses.

Dans un décor naturel, des enfants, petits et grands, sont photographiés dans des instants de jeux, « La balançoire », « Le pistolet », « Colin-Maillard » et des moments de vie, « Le départ », « Retour d’école », « Première communion »…On pourrait presque entendre les rires et les cris.

A y regarder de plus près, ce ne sont pas de vrais enfants, mais des mannequins de plâtre, au sourire figé, fixés dans une jeunesse éternelle. Ils n’ont donc jamais existé dans la réalité.

Bernard Faucon reconstitue-t-il avec ces instants fabriqués, avec ces mises en scène de poupées habillées comme en 1950, des « Images très anciennes » de son enfance, imprimées dans sa mémoire, comme il collecte des objets dans des enveloppes, « Trace d’un moment pas forcément grandiose, mais tangible comme une balise du temps » ?

Quelque fois, un enfant réel vient se perdre au milieu de ces jeux figés, le regard inquiet. Est-ce l’auteur lui-même qui met en scène son propre personnage, à travers un enfant comédien, dans une constante relation à sa propre enfance ?

Une impression assez angoissante saisit le spectateur, troublé par les allusions directes à la mort, avec ses mannequins sacrifiés dans un feu de joie, cet enfant malade, blafard dans son lit, sous le portrait de la Vierge. Ces photographies sont-elles les cauchemars d’un créateur, imprimés sur papier ? La photographie de Bernard Faucon nous emmène, en tout cas, à la frontière entre réalité et monde onirique, entre réel et irréel.

Choisit-il, avec ses mises en scène, de construire lui-même les « Moments décisifs » chers au photographe, afin de ne jamais les manquer ? : « Mes angoisses prenaient corps dans des cauchemars où je voyais mon appareil tomber par terre, le film se dérouler et l’instant de grâce s’évanouir » dit-il en préface.

Les grands vacances sont le premier volume de ses « mises en scènes ».

http://www.bernardfaucon.net/v2/bernard_faucon_francais.html

Crin Blanc, du film au livre illustré de photographies

389_001-2

Dans le décor de la Camargue, alors que des gardians échouent à capturer Crin Blanc, un cheval sauvage,  Folco, un jeune garçon,  réussit à l’apprivoiser. C’est le début d’une profonde amitié qui mènera à fuite vers un monde « où les hommes et les chevaux sont toujours amis ».

Ce film d’Albert Lamorisse, sorti en 1953, a obtenu le prix du  « Concours International du Film Récréatif pour Enfants»,  la Palme du  meilleur court-métrage à Cannes, le prix Jean Vigo.

La même année, le film est adapté en livre, chez Hachette, avec des photographies prises au moment du tournage et un texte écrit à partir du scénario d’ Albert Lamorisse et de Denis Colomb de Daunant. Il connaît un succès durable : « Le rayonnement des films dépasse d’ailleurs l’écran; depuis cinq ans les livres Bim et Crin Blanc, illustrés par des photographies des films, sont de véritables best-sellers des bibliothèques enfantines. » écrit Bianka Zazzo en 1956, dans la revue Enfance.

Le passage du film au livre entraîne plusieurs conséquences :

Tout l’univers musical de Maurice Le Roux, qui inscrivait l’histoire dans une ambiance entre univers Tzigane et film western, disparaît. Disparaissent aussi les bruitages des sabots du cheval qui frappent l’eau, ceux de l’eau qui gicle. Disparaissent aussi les voix, celle du chef des manadiers et son accent chantant qui plantait immédiatement l’imaginaire du spectateur dans le sud de la France, celle du narrateur, qui malgré sa volonté de neutralité, laissait passer l’émotion.

La Camargue, terre désertique du bout-du-monde, mise en valeur par de longs plans sur les dunes balayées par le vent, par des plans sur les flamands roses, séquences qui assimilaient presque le film à un documentaire, n’est plus qu’un arrière-plan, derrière le cheval et le jeune garçon, photographiés en cadrage serré.

Le propre du cinéma est d’être un art du mouvement. Le film abondait en longues courses-poursuites, longues chevauchées sur la plage.  Les photographies isolent désormais un seul moment de ces longues séquences et sont comme des morceaux tronqués de la narration filmique.

Si la diégèse est en partie respectée, les autres personnages du film, qui aidaient à comprendre la psychologie et construisaient l’identité du héros, sont  réduits dans le livre  à des appellations génériques comme « le grand-père » ou « le petit-frère ». La complicité avec ce  frère, les scènes de  tendresse  avec le  grand-père, sont  absentes. Le héros est  presque désormais un enfant solitaire.

Le texte, dit par le narrateur en voix-off, est conservé, pour l’essentiel,  mais des ajouts  viennent combler les blancs laissés par le morcellement et faire le lien entre les photographies.

Malgré toutes ses « pertes » par rapport au film, le nouveau produit iconotextuel a bien fonctionné auprès des enfants, si l’on regarde le nombre de rééditons du livre dans les années qui ont suivi la première édition. Il a aussi assuré la pérennité du film et sa redécouverte par les générations nouvelles.

51tm5-n4b6l

« Les deux chef-d’œuvres de notre enfance réunis en un seul DVD », http://www.shellac-altern.org/boutique/223

En 1959, Hachette a proposé une édition romancée de Crin Blanc, écrite par René Guillot, « d’après le film d’Albert Lamorisse », accompagnée d’illustrations dessinées,  une diégèse enrichie et largement modifiée.