Archives de catégorie : Mes découvertes

Zipper the Zany, chat journaliste

Les facéties de Zipper le chat sont le sujet de cette série de 25 photographies : Zipper renversant une bouteille d’encre, Zipper au piano, Zipper à la machine à écrire, Zipper humant un appareil photo Ziper buvant un verre …

Pour que ces clichés forment une histoire, Richard M. Stevens,  chroniqueur au Chicago Sun, joue des apparences de l’image pour proposer une interprétation par les mots, qui va chercher dans les références culturelles du lecteur et dans son propre univers professionnel.  Si Zipper  découvre un appareil photo, elle s’exclame aussitôt  : « Je vais lui demander de me prendre en photo un de ces jours, pour l’offrir à mes amis ». Si Zipper s’assied en face d’une machine à écrire, c’est forcément pour écrire un livre…

Paru en 1945 chez Wn  Penn Publishing Corp. à New York, les photographies de Richard M. Stevens, font l’objet d’une chronique dans Popular Photography en avril 1946 : « These photographs are the type of pictures that would make any cat owners whish that he had been able to make similar shots of his cat ».

 

 

Peter and the Twin Giants of Umptyville, livre hybride

Un cirque arrive un jour à Umptyville, avec dans ses bagages deux géants jumeaux, Robin et Bobin,  qui ne manquent pas d’effrayer la population.  Seul Peter, un jeune garçon, a le courage de leur rendre visite et de clamer haut et fort que ces deux êtres différents sont finalement fort sympathiques !

Photographies  en noir et blanc pour figurer les personnages  et graphismes ultra-colorés pour les habiller ou représenter les décors,  se mêlent habilement dans ce conte, paru en 1954, chez Scylla Publishing à New York.

Notons qu’ « umpty » n’a pas de sens précis en anglais. Cette ville et ce qui s’y passe n’existent que dans un conte. Rien de tel qu’une illustration hybride pour rendre compte de ce « nonsense ».

L’ouvrage est signé Carol Brown  pour les textes, Beverly Clarke Roman pour les graphismes et A. Delaney Inc. pour les photographies.

« Mother and Child » et les frontières de la photolittérature pour la jeunesse

 

Pour Mother and Child, la photographe  Nell Dorr propose ses visions de l’enfance, dans un ouvrage composé de poèmes et de photographies d’enfants en regard, paru en 1954, chez Harper & Brothers, à New York.

Elle photographie ses enfants, petits-enfants et arrière petits-enfants, dans de jolis décors champêtres ou marins. Ses photographies exaltent les beautés de la nature et de la vie.

Bien que cet ouvrage soit classé dans la catégorie des livres pour enfants,  la question se pose du destinataire de ce livre, comme pour les Enfants d’Ergy Landau ou de Jaboune en France, et ceux d’Elizabeth Brownell aux U.S.A. Il s’agit plutôt d’un livre sur l’enfance, avec des photographies d’enfants. Où s’arrête donc le territoire de la photolittérature pour la jeunesse ?

Sur le site du Center for Creative photography de New York :

« Ohio-born Nell Dorr grew up surrounded by photography; her father, John Jacob Becker, co-founded one of the largest and most respected photography studios of the late nineteenth century. She was interested in her father’s business at a young age but did not become a professional photographer until after she had moved to Florida with her husband and children in 1923. Dorr opened a portrait photography studio in Miami and worked on her own photographic projects. She was particularly interested in photomurals, and the International Gallery in New York City showed her pioneering efforts in this medium in 1932. In New York, Dorr met Edward Steichen and Alfred Stieglitz, as well as her second husband, John Van Nostrand Dorr, a chemical engineer, metallurgist, and inventor. She published books of her photographs, including In a Blue Moon (1939), Mother and Child (1934), and Of Night and Day (1968). After the death of her youngest daughter in 1954, Dorr devoted herself to photographing mothers and children.
Dorr believed that terror and misery were already abundantly documented in American culture and thus committed herself to eliciting beauty in her photographs. Her images evoke the dreamy atmosphere of reminiscence.  »

Quelques photographies extraites du livre sur ce site : https://www.youtube.com/watch?v=WRP4r-daF8A

 

 

 

Emma Justine Farnsworth’s books for children

Emma Justine Farnsworth (1860- 1952) est une des plus célèbres photographes américaines amateures de la fin du 19ème siècle. Frances Benjamin Johnston lui consacra même un article dans « Showing what American women have done with a camera » pour le Ladies’ Home Journal en 1901 : “A strong yet sensitive personality is reflected in the work of Miss Emma Justine Farnsworth, who, as a worshipper of the beautiful, lives in an atmosphere of art and poetry, and her photographs are delicately expressive of both. Miss Farnsworth’s studies of youth and classic beauty have commanded world-wide recognition.”

Celle qui débuta la photographie lorsqu’elle trouva un appareil photo au pied du sapin de Noël,  sera récompensée à de multiples occasions, aux Etats-Unis et en Europe et fera partie des artistes présentées à l’exposition parisienne de 1900  consacrée aux American Women Photographers.

En 1893, E. P. Dutton and Company publie Sunshine and Play-Time, dans lequel ses photographies de scènes enfantines illustrent les versets de William Croswell Doane. Célébrité naissante de la photographie amateure, son nom figure sur la couverture et la page de titre. Sur chaque photographie, on retrouve le même petit garçon costumé en marin.

En 1895, le même éditeur publie Little Lad Jamie, de  Mary D. Brine,  illustré avec 6 photographies dont on ne connaît pas l’auteur.  Pourtant, on y  retrouve les mêmes clichés que dans l’ouvrage paru deux ans plus tôt. Cette fois-ci, le jeune garçon est devenu un personnage avec un nom, un âge, une famille et des aventures …

 

 

 

 

What American women have done with a camera ? Elizabeth Brownell

 

Le titre est largement emprunté à Frances Benjamin Johnston, photographe et promotrice de la photographie féminine américaine,  qui, dans un article écrit en 1902 pour The Ladies Home Journal, présente le travail d’Elizabeth Brownell.

Cette dernière réalise trois ouvrages avec ses photographies : Dream Children, publié en 1901, est une compilation de textes de la littérature pour enfants, parmi lesquels Hiawatha’s Childhood, d’Henri Longfellow, Alice and Her Kitten de Lewis Carroll, The Little Match Seller d’Hans Andersen, Red Riding Hood de Riley, et une adaptation des Misérables de Victor Hugo,  The story of Cosette and her dolls .

Ces textes sont illustrés par des portraits d’enfants jouant le personnage principal de l’histoire. Mais s’agit-il vraiment d’illustrations ? Elizabeth Brownell propose  au lecteur  une nouvelle image des personnages de fiction, entre vision de la réalité qu’offre la photographie au tournant du siècle, et imaginaire de l’enfant. Notons que le décor est largement absent sur les photographies et les personnages sont parfois même détourés.

Alice :

Ces photographies peuvent être considérées comme une forme de réception des textes littéraires, puisque elles sont réalisées longtemps après l’ écriture de ces derniers. La photographe compose ses scènes à partir du texte,  d’abord par le dessin, puis photographie sa mise en scène : « Mrs Brownell’s photographs are the result of patient study. Her models are often first sketched in pencil for composition, and they are always carefully trained both for pose and expression».

Le petit chaperon rouge :

Certains textes sont toutefois des adaptations ou réécritures du texte original et par conséquent, ces photographies fonctionnent cette fois comme des illustrations réalisées en même temps que l’ écriture.

Cosette :

Posters of the vision children in childhood paraît en 1903. Il contient 20 portraits photographiques d’enfants accompagnant des poèmes sur l’enfance écrits par différents auteurs.

En 1908 paraît son dernier ouvrage, Really babies, photographies d’enfants accompagnées de versets.

 

 

 

«

Merry Jingles : a book for the little ones.

 

Petite trouvaille dans les livres de mon corpus américain, cet ouvrage  de 1901, signé Sarah L. Moore : Merry Jingles : a book for the little ones.

Sur la couverture, le portrait photographique d’une fillette surplombe un oriflamme, dans lequel figurent le nom de l’auteur et celui de l’illustrateur Harry Webster. Le tout est encadré d’une frise décorée de motifs floraux. Il faut attendre la page de garde pour trouver le nom de la photographe, Helen Nichols.

Le livre commence sur une adresse aux enfants sous le titre « Good Morning » et se termine, 61 pages plus tard,  par un « Good night ». Le livre est entièrement consacré aux activités de l’enfant, avec ses abécédaires, dont un entièrement illustré par la photographie, ses comptines, fabulettes, et autres petites histoires d’animaux ou de cirque.

L’ouvrage est illustré de multiples illustrations, dessins ou ornementations florales, dont certaines en couleurs, mais surtout de 48 photographies.

Portraits d’enfants, en médaillon, ou photographiés dans de petites mises en scène, elles sont régulièrement imprimées sur la page de gauche, et le texte, poésie ou comptines, est imprimé en page de droite. Texte, illustrations dessinées et photographies se répondent.

A l’éclectisme du contenu du livre répondent une typographie et une mise en page du texte variées, les illustrations se mêlant aux mots, les recouvrant parfois. Le lecteur, dont l’attention zigzague des unes aux autres,  se trouve face à un livre-jeu.

On notera une prédominance du dessin sur la photographie, laquelle est régulièrement encadrée de motifs floraux, comme si  les auteurs avaient voulu tempéré  son aspect moderne ,  en réintroduisant des motifs auxquels le lecteur s’est habitué dans sa fréquentation d’ ouvrages plus classiques.

« Pourquoi n’y-a-t-il jamais d’enfant noir dans les livres pour enfants ? »

« Pourquoi n’y-a-t-il jamais d’enfant noir dans les livres pour enfants ? » demanda un petit garçon afro-américain à Stella Gentry Sharpe, qui se mit en devoir de réparer ce manque avec Tobe, paru en 1939, tant il est vrai que se reconnaître dans le personnage blanc d’un livre devait être bien difficile pour cet enfant !

Tobe, personnage imaginaire, prend les traits de cet enfant photographié par Charles Farrell dans un township de la région de Greensboro, pour illustrer le texte de Stella Gentry qui, elle, s’inspire de la vraie vie d’un enfant noir de Caroline du Nord.

Les 61 photographies en noir et blanc présentent Tobe, ses quatre frères, ses animaux, ses jeux dans la ferme ou dans les bois. Ce ne sont pas des mises en scène mais des photographies de personnages ou de la vie quotidienne qui accompagnent les courts textes écrits à la première personne, autour de thématiques comme Thanksgiving, Santa Claus, picking peaches, finding a bee tree…Réalisées bien après l’écriture du texte, les deux se complètent pourtant. Le lecteur trouve dans les images des informations que le texte ne donne pas, sur les décors, les personnages, et le texte renseigne sur ce que l’image ne montre pas, sur ce qui est dans le hors-champ visuel, sur les actes qui ont précédé.

Cet ouvrage est une fiction. Pourtant il fonctionne comme un documentaire sur la vie quotidienne et heureuse d’un jeune garçon en Caroline du Nord. Stella Gentry Sharpe s’écarte des écueils des livres pleins de stéréotypes sur les noirs qui peuvent peupler d’autres ouvrages. Ce n’est pas non plus un livre engagé comme pourra en produire Shackelford qui cherchera à construire l’identité noire dans son livre My Happy days en ancrant son personnage Rex dans la modernité ou Sandra Weiner avec son  it’s wings that make birds fly, qui narre les bonheurs et malheurs d’Otis

Cet ouvrage a connu un réel succès auprès du public, avec un premier tirage à 5000 exemplaires, suivi d’une ré-édition à 10 000 exemplaires.

 

 

Pourquoi les ouvrages pour enfants ne sont-ils pas tellement illustrés de photographies ?

http://www.ina.fr/video/CAF97036001/exposition-internationale-du-livre-illustre-pour-enfant-a-clamart-video.html

Interview réalisée à la bibliothèque de Clamart en 1967, à la suite de l’Exposition internationale du livre illustré pour l’enfant.

La photo est un frein à l imagination et ne reflète pas l’idée que l’enfant se fait dans sa pensée. Elle stérilise l’imagination. La photo est une chose toute faite….

Une parfaite illustration des débats qui animent la critique pour enfants dans les années 60 et des reproches que l’on peut faire à l’illustration photographique.

Histoire de chats siamois, par Maurice Genevoix

En 1957, Ergy Landau collabore avec Maurice Genevoix pour publier Le Petit Chat, chez Arts et Métiers Graphiques. Si Ergy n’est pas familière des photographies d’animaux, Maurice Genevoix, lui, au contraire, est passionné par la beauté animale et célébrera à maintes reprises ses propres chats, dans comme le roman Rroû, publié en 1931.

« Maurice Genevoix (…) vient d’aborder avec Rroû un genre tout nouveau : ce n’est, en effet, que l’histoire d’un chat, depuis ses premiers pas hors du grenier où il a vu le jour jusqu’à l’époque où un renouveau de sauvagerie le pousse à abandonner, pour la seconde fois, la maison où il est choyé et à retourner vers la solitude des bois, vers la lutte pour la faim, vers la souffrance et les privations, mais aussi vers la liberté.

Pour réussir dans une telle entreprise, il ne fallait pas seulement être doué d’un sens très subtil de l’observation—et notre romancier le possède jusqu’aux limites du possible—tout n’est-il pas divination, intuition dans nos moyens de découvrir l’âme secrète des bêtes ? II fallait encore se garder de tout didactisme, de toute science apparente. L’auteur a réussi à concilier ces contraires en traitant son sujet autant par la poésie que par l’observation intuitive ».

Ce n’est pas le seul texte qu’il dédiera au chat. Dans Bestiaire Familier, un enregistrement sonore de 1957, on peut entendre son texte Les chatons.

Dans une interview de 1976, visible sur le site de l’Ina, il lit encore un texte dédié à sa chatte siamoise Mona.

27 photographies sont donc sélectionnées et ordonnées pour Le Petit Chat, dont le texte plein d’humour dresse à la première personne le portrait et raconte la vie de Pussy, un chaton siamois. Maurice Genevoix écrit à partir des photographies d’Ergy, les décrit parfois, mais déborde le plus souvent, leur donnant une signification particulière, enrichissant ce que contiennent les images, fournissant des informations que le jeune lecteur n’a pas. Confiez ces photographies d’ Ergy Landau à un autre auteur et un autre texte surgira sans doute…

 

Jean Rouch et l’ethnologie différemment

 

« Si vous voulez sauver les connaissances, les faire voyager à travers l’espace et le temps, confiez-les aux enfants. » commente Jean Rouch, cinéaste-ethnologue et auteur de l’album photographique Le Petit Dan, paru chez Arts et Métiers Graphiques en 1948.

Est-ce ainsi qu’il faut voir cet album pour enfants ?

En 1947, Jean Rouch descend le fleuve Niger, photographie, prend des notes, dessine et recueille, à l’aide d ‘un traducteur, la tradition orale.  Il fait oeuvre d’ethnologue. Mais comme pour les 150 films qui jalonnent sa carrière, il pratique une ethnologie différente qui amène le spectateur occidental à reconsidérer sa vision qu’il a de l’Autre et de lui-même. Et si la Vérité était dans les  contes des origines venus d’ailleurs ? C’est ce que semble proposer ce petit Dan qui fixe le jeune lecteur occidental de l’après-guerre. Il ne lui faut pas chercher l’identique, mais avoir la capacité de s’étonner, d’être surpris, de s’ouvrir.

Après la mort de leur père, Dan est élevé par sa sœur Sara. Mais l’enfant multiplie les bêtises, instaure du désordre en toute chose, provoque la disgrâce du roi, et n’obtiendra son salut qu’après avoir vaincu un terrible dragon.

Photographies, dessins et textes s’allient pour transcrire sur le papier un conte transmis de génération en génération. La photographie des personnages et des lieux, ancre le mythe dans la réalité, effleure le documentaire, mais sa confrontation avec les dessins et les mots la fait basculer dans la fiction et la magie.

Centenaire Jean Rouch http://jeanrouch2017.fr/fr/

 

 

Photo-Performances de vacances

En vacances au bord de la mer Gaspard creuse des tunnels dans le sable. Soudain, une main le happe et l’entraîne tout au fond du trou, l’occasion pour lui de pousser une porte et découvrir un autre monde, comme Alice, de l’autre côté du miroir. Et c’est celui de l’atelier d’un photographe, cet autre monde, celui de monsieur Clic, avec ses vieux appareils, sa chambre noire, ses zooms qui permettent de voir l’infiniment petit…

L’ouvrage est divisé en deux parties : celle du récit, illustré par des photographies de paysages, sur lesquelles l’illustratrice a dessiné objets et personnages, et celle des informations documentaires et des jeux qui invitent l’enfant à griffonner à son tour sur des  reproductions de photographies.

L’illustratrice mêle donc plusieurs techniques d’illustrations, comme elle l’avait fait dans son roman-photo De l’or en brique, pour lequel elle n’hésitait pas à mêler techniques empruntées à la Bande Dessinée, bulles, onomatopées, dessins et photographies.

Cet ouvrage témoigne une fois encore de la liberté des jeunes illustrateurs actuels pour s’inspirer des multiples courants artistiques.

La photographie dans cet ouvrage pour les tout-petits a vocation à planter un décor et à inscrire la fiction dans une réalité familière pour le lecteur. Elle est à son tour fictionnalisée par l’ajout de graphismes. Les différents clichés présentent aussi les multiples variations que permet la technique photographique, entre usage du flou, du gros-plan, du noir et blanc, de la couleur…

L’ouvrage Photo performances a été  édité par Actes sud en 2015, en partenariat avec les Ateliers de la Villette, qui proposent aux enfants, à partir de 8 ans, de découvrir l’Histoire de la Photographie et de s’essayer à créer des mises en scène photographiques amusantes.

http://www.galavanson.com/page/photo-performances/

Portrait de pays : Michaël and Anne in the Yosemite valley

Michael and Anne in the Yosemite valley, NY, The Studio Publications Incorporated, 1941.

Cet ouvrage pour enfants illustré par la photographie met en scène deux enfants, Michaël et Anne et narre sur une journée leurs aventures dans la nature, entre rencontres avec une indienne et un cowboy, baignade dans la rivière, sieste dans les hautes herbes…

Ces deux personnages sont en fait les propres enfants du grand photographe américain Ansel Adams et le décor de leurs jeux, celui de la Yosemite Valley, où ils résidaient une partie de l’année, et qu’il s’employa à photographier tout au long de sa carrière.

Malgré des photographies qui semblent témoigner d’un bonheur parfait qu’ est la vie au contact de la nature, servir de modèle pour ces clichés n’avait rien de très réjouissant, selon Anne Adams, qui confie quelques années plus tard :  « When we had to get in the Merced River, it was really, really cold, and the grass tickled. »

Le livre est surtout prétexte, comme dans un guide touristique, pour découvrir les beautés de l’Ouest Américain. Elles font prendre conscience au lecteur de l’immensité de ces paysages, de la puissance de cette nature, mais aussi de la protection qu’elle peut accorder à ceux qui y résident.

Si ces photographies d’Ansel Adams, et celles qu’il réalisa pour le gouvernement à la même époque,  ont sans aucun doute permis le classement de cette région en parcs naturels protégés et contribué ainsi à la préservation d’un environnement, elles ont également participé à forger l’unité d’une nation autour de ses territoires et de son Histoire, celle de la conquête de l’ouest.

Home

Ansel Adams explique son travail dans ce film  réalisé en 1958 : http://www.laboiteverte.fr/documentaire-ansel-adams-travail/

 

Captain Kodak

Captain Kodak, a camera story, Lothrop Publishing Company, Boston.

C’est en 1898 que paraît cet ouvrage d’Alexander Black, écrivain, journaliste, photographe, inventeur du « Picture Play », auteur d’un manuel pour photographe amateur, Photography indoors and out, a book for amateurs,  et de nombreux romans illustrés par la photographie.

« Everybody seemed to have a camera except us ! »se lamente un des personnages au début de l’ouvrage. C’est qu’en cette fin de XIXème siècle, grâce à l’invention du « Press the button », allusion au slogan lancé pour accompagner la commercialisation du Kodak,  tout le monde photographie et les clubs d’amateurs se multiplient.

Ce roman d’aventures d’une bande d’enfants membres d’un club de photographes,  est surtout un prétexte pour faire la preuve de tout ce que le Kodak permet : Immortaliser l’indien Walking Dog, ramener le souvenir des buildings de New-York et des rues de Brooklyn, celui des animaux du zoo, voir la fiction prendre forme grâce à ces saynètes jouées et photographiées, faire de  l’art, en photographiant des fleurs dans un vase, ou un bateau  sur la mer… Posséder un Kodak c’est vivre de nouvelles aventures et maîtriser une nouvelle technologie ! Pour seulement 25 dollars.

Pour en savoir plus sur Alexander Black : http://www.victorian-cinema.net/black

Livre de couple, les Histoires d’Amadou

Est-ce que l’histoire a été écrite pour les photos ou les photos réalisées pour illustrer l’histoire ? Dans le cas des Histoires d’ Amadou, c’est une écriture collaborative, et même,  une écriture à quatre mains, tant la vie et l’oeuvre des créateurs de ce personnage, couple à la ville et couple artistique,  sont étroitement imbriquées.

Suzi Pilet et Alexis Peiry ont commencé à travailler ensemble avant la création d’Amadou. En 1948, Suzi Pillet réalise des portraits d’enfants à domicile. Alexis l’accompagne, s’occupe des éclairages, conte des histoires aux enfants.

En 1951, ils créent leur propre maison d’édition, les éditions du Cerf-Volant, qui diffusera uniquement les aventures de leur petit héros. Ensemble, ils s’emparent du texte, de la mise en scène, de la confection des costumes, des accessoires et des décors dans lequel va évoluer leur « enfant ».

« Suzi Pilet n illustre pas mes livres après coup, mais nous les composons ensemble, texte et illustrations, de manière que l’image ne soit jamais une simple doublure visuelle du texte, ni celui-ci un simple commentaire descriptif de l’image, mais que l’un et l’autre, agissant par leurs moyens propres composent le même monde, poétique et humain, accessible à l’enfant ».

En 1956, les éditions Spes publient un volume rassemblant les trois premiers épisodes des histoires d’ Amadou, avec des illustrations graphiques.  La publication est un échec. Pour le lecteur, le texte ne peut exister sans les photographies…

Amadou est un personnage de chiffon  dont on suit les aventures à travers plusieurs albums : L’Opinel en 1951, le Radeau en 1952, la Bâche en 1953, Amadou marchand d’escargots en 1954, Amadou alpiniste en 1955, Amadou musicien-détective en 1956, Amadou torero en 1960.

Les éditions du Cerf-Volant seront ensuite rachetées par La Guilde du Livre en 1960.

 

 

Mémoire photographique

Coline Irwin, C’est autant d’amour que je t’envoie, MeMo, août 2010

 « Ce livre, illustré de photographies, parle de souvenirs communs entre un père et sa fille. Chaque semaine, ils se parlent au téléphone. À la fin de leurs conversations, son père lui demande…« Tu te souviens des livres qu’on lisait ensemble ? Le bruit des pages que l’on tourne et les phrases dans ces pages… Imagine toutes les lettres de tous les mots des livres qu’on lisait ensemble… c’est autant d’amour que je t’envoie. »

Chaque double page de ce livre est un souvenir, évoqué par une photographie et un court texte en regard.

Il est question de mémoire dans ce petit livre : mémoire visuelle d’abord, celle qui photographie, comme le fait un appareil, deux mains sur une feuille, des oiseaux sur un fil, deux rondelles de fruit dans une soucoupe…Mémoire sensorielle aussi, la lumière entre les feuilles des arbres, le goût de la pastèque en été, la musique des instruments, le bruit des pages que l’on tourne…Mémoire des mots encore, ceux des livres qu’on lisait ensembles, ceux des petites phrases comme des comptines…

La photographie  sur la page de gauche est comme l’image qui se fixe sur la rétine lorsque l’on cligne des yeux, la fixation d’un instant. La succession des images,  le « tu te souviens ? » répétitif,  font de ce livre une tentative de résurrection du passé, une quête pour retrouver ce qui a été. 

Parfois la perception du souvenir, exprimée dans le texte, n’est pas celle que la photographie a fixée. C’est que le texte laisse la place à l’oubli, à l’incertain, ouvre même sur un autre possible, sur ce qui a pu se passer, et qui figure sans doute dans le hors-champ de la photographie. Et le lecteur est invité à imaginer…