Archives de catégorie : Mes découvertes

Что это такое ?




Qu’est-ce-que c’est ?, Moscou, Ogiz, 1932

L’exposition Rouge qui se tient actuellement au Grand Palais à Paris montre bien le rôle joué par la photographie et les photographes dans l’élaboration d’une nouvelle culture de masse et dans la formation de l’homme nouveau, après la révolution russe.

Les réflexions menées conjointement par les photographes et les pédagogues au service du régime tournent autour de la création d’un nouveau type d’ouvrage pour enfant mais également sur la place du lecteur. Ce dernier ne doit plus recevoir passivement des informations mais doit les construire et s’engager dans l’acte de lecture, par le tournage de page, par des hypothèses qu’il peut élaborer, par des vérifications qu’il peut faire… Le dispositif du livre doit amener le lecteur à l’action et à la réflexion.

Ce livre présente 21 photographies d’objets photographiés en très gros plans, en noir et blanc, sur un fond blanc ou noir et vide. Il s’agit parfois d’un objet photographié en coupe, sans qu’un hors-champ soit visible. Chaque image est installée sur une page blanche et dans le blanc de la page, les auteurs ont fait figurer une opération mathématique, addition, soustraction, multiplication.

Les auteurs du livre indiquent en préface qu’il s’agit de “puzzles photographiques”, invitent le lecteur à observer attentivement les images, à tenter de reconnaître ce dont il s’agit. Si le lecteur n’y parvient pas, il peut se rendre à la fin du livre, où le résultat de chaque opération est associé à la même photographie dont le cadrage a varié pour faire apparaître l’objet en entier.

Il ne s’agit donc pas de provoquer une reconnaissance immédiate et une prise de parole comme pour The First Picture Book, mais bien d’entraîner un questionnement à partir d’un détail d’une image, de manipuler l’ouvrage pour obtenir des réponses , de revenir en arrière pour confronter l’image finale à la première. Qui dit “puzzle” dit aussi “apprentissage par le jeu”…



Encyclopedia Britannica Pictures Stories : novellisations et portraits de pays

Drôle de titre qui mêle deux catégories de la production photolittéraire pour la jeunesse, à savoir les livres tirés de films et les ouvrages destinés à présenter la vie des enfants d’autres contrées !

Les ouvrages produits dans les années 40 par l’Encyclopedia Britannica Press, sous la collection des “World’s Children- Encyclopedia Britannica Pictures Stories”, publiée à Chicago, sont tirés des films pédagogiques qui les précèdent.

Ainsi, Anaghalook, Eskimo Girl publiée en 1947 est tirée du film Eskimo Children réalisé en 1941 ( https://www.youtube.com/watch?v=Lbol2rA3-Hs) et Kana, Prince of Darkest Africa du film A giant people-the Watussi.

Elizabeth Kinloch Solem signe les textes de la collection qui, pour l’année 1947, comprend Mateo and the Mexican Fair, Anaghalook, Eskimo Girl, Dark Eyes and Her Navajo Blanket, Shiu Ming, Chinese boy Scout, French-Canadian Children, A Day with Dutch Children, Hans, of the Swiss Alps, Pedro Picks Coffee in Brazil, Yukiko and a Japanese Carnival, Children on England’s Canals, Kana, Prince of Darkest Africa, Pauli and His Hawaiian Feast.

Régulièrement, le titre du film est modifié lors du changement médiatique : Children of Holland devient ainsi A day with Dutch Children et concentre l’action sur une seule journée. L’ajout d’un prénom (Mateo, Shiu Ming, Hans)focalise l’attention sur un seul personnage. Il s’agit donc dans ces ouvrages de présenter au lecteur un enfant de son âge, de lui permettre de comparer sa journée à celle d’un autre, procédés communs aux portraits de pays pour la jeunesse.

L’image de couverture est un portrait d’enfant, dessiné et en couleurs. Elle laisse aussi paraître en arrière-plan des éléments typiques du pays moulins et champ de tulipes… Nous sommes encore dans le pictural, mais on devine la photographie sous-jacente. Une carte du monde vient compléter les informations données par l’agencement titre-image, puisqu’elle situe le pays dont on va parler sur la planisphère.

Sur la page de titre, une mention “From the film…” rappelle que l’ouvrage est tiré d’un film et que la voix off a laissé la place à l’ auteur du texte Elizabeth Solem.

A l’intérieur de l’ouvrage, des photographies en noir et blanc, deux par double-page, occupent la plus grande partie de cette dernière et leur taille permet sans doute de maintenir un lien avec l’écran de cinéma.

Ce sont des images du personnage principal , en gros plan souvent, avec ses amis, avec les membres et animaux de sa famille, photographié dans ses activités quotidiennes. Des photographies de paysages typiques s’intercalent dans le récit au fur et à mesure de ses déambulations. Le lecteur peut d’ailleurs penser que, où que l’on se trouve en Hollande, on trouve des moulins, des canaux et que les jeunes filles portent toujours une coiffe en dentelle…

La voix du narrateur a remplacé la voix off. On sait ce que pense et dit l’enfant. On n’est plus vraiment dans le tout documentaire propre au film d’origine , mais pas non plus totalement dans la fiction, en raison de la présence de photographies et d’un lien avec un film qui authentifient et donnent vie .

Cette collection est produite dans une période où les séries consacrées aux portraits de pays se raréfient aux U.S.A.


Portraits de pays (suite) : La collection Il ragazzo e l’universo

La collection “Il Ragazzo e l’Universo” est publiée par la maison italienne Janus, à Bergame, dans les années 1970. Elle comporte notamment les titres suivants :

OUKANOU IL PICCOLO CALEDONIANO, 1975

IL PICCOLO PRINCIPE DI CEYLON, 1975

HIDEKO LA PICCOLA GIAPPONESE DELL’ HOKKAIDO,1977

YAMBO IL PICCOLO CONGOLESE, 1977

Ces ouvrages, de 32 pages, 32 cm, sont abondamment illustrés de photographies en couleur, in ou hors texte.

Après quelques recoupements, on découvre que ces livres ont une vie antérieure :

Les éditions françaises G.P, dans leur collection “Rouge et Or, l’enfant et l’univers” ont publié Oukanou le petit calédonien en 1969, Yambo le petit congolais en 1972, Hideko la petite japonaise et Le petit prince de Ceylan en 1975. Ces portraits de pays produits dans les années 60-70 circulent donc, sont publiés dans d’autres langues par d’autres maisons d’éditions, à l’image de la collection “Enfants du monde” qui devient “Children of the World” pour la maison Follet Publishing Company à New-York, et “I Ragazzi del Mondo” pour la maison Minerva Italica, à Bergame. En changeant de pays, ils conservent d’ailleurs le même titre, le même format, la même mise en page.

On découvre également que les auteurs de ces ouvrages sont d’authentiques voyageurs, ont tous déjà produit une littérature ethnologique pour adultes, abondamment illustrée de photographies d’ailleurs, à la suite de leurs voyages, et qu’ils sont impliqués dans la réalisation de documentaires filmés.

Marcel Isy-Schwart, auteur de Oukanou et Yambo, est le fondateur des célèbres conférences “Connaissance du monde”. Il est également réalisateur, photographe, écrivain et aventurier du globe et, comme Dominique Darbois, membre de la Société des Explorateurs Français. Il est l’auteur des ouvrages pour adultes Congo Safari (1974) et Brésil Paradis de l’aventure (1977)…

Yves et Danielle Mahuzier, auteurs de Hideko la petite japonaise, sont eux aussi voyageurs et réalisateurs de documentaires de la collection “Connaissance du monde”. Ensemble ils publient de nombreux ouvrages consacrés à la découverte du Japon, dont Le Japon que j’aime (Solar, 2000).

Christian Zuber, l’auteur du Petit prince de Ceylan, est grand voyageur, documentariste animalier, journaliste, conférencier pour “Connaissance du monde” et auteur d’ouvrages destinés à faire découvrir le monde tel que Caméra au poing du Kenya aux Seychelles en 1969. Il a signé d’autres titres pour la collection “Rouge et Or” : Le petit prince des Seychelles en 1972 et Le petit prince des Galapagos en 1975.

Et l’on se dit pour finir que l’adjectif “petit” est décidément un incontournable du genre du portrait de pays…

portraits de pays (suite) : Les voyages de Peter and Nancy

Peter et Nancy sont les héros de la série créée par Mildred Houghton Comfort et publiée dans les années 30-40 par Beckley-Cardy Company à Chicago et qui comprend : Peter and Nancy in Mexico and Canada, Peter and Nancy in South America, Peter and Nancy in Australia, Peter and Nancy in Africa, Peter and Nancy in Asia, Peter and Nancy in the United States and Alaska.

Ils présentent les codes des portraits de pays pour enfants d’avant-guerre :

Le format de chaque ouvrage est celui du roman. La couverture est dessinée. Les pages de garde contiennent une introduction de l’éditeur, une carte du pays visité avec le trajet des deux personnages, un frontispice dessiné et non photographique, une préface de l’auteur, un sommaire, une table des illustrations, un index des lieux, une page de prononciation du vocabulaire.

Dans le corps de l’ouvrage, les photographies, en demi-page ou en pleine page, s’intercalent dans le récit. Elles sont toutes des vues de paysage ou de monuments, portent en légende le nom de ce qu’elles montrent et sont signées. Quelques personnes figurent sur les photographies mais ce ne sont pas des personnages du récit. Ces individus sont présents au même titre que les voitures, les arbres ou les maisons et restent anonymes. Ces images sont visiblement présentes à titre de document et si elles servent à ancrer la fiction dans le réel, elles peinent à atteindre ce but dans la mesure où elles semblent totalement vides de vie.

Dans Peter and Nancy in The United States (1940) le couple d’enfants voyage avec Uncle Lee à la découverte de l’ Amérique. L’auteur invite les lecteurs, “All of you who love America”, à partager en 368 pages le voyage des deux enfants, en train, bateau, bus, voiture, avion et à redécouvrir l’histoire de leur peuple, “a tiny colony of men and women who believed in freedom to the great nation of today, your America !”

Il est sans doute difficile pour le lecteur de partager les sentiments des deux enfants, dans la mesure où on ne sait pas grand chose des préoccupations de ces enfants, de leurs goûts, de leur histoire, mises à part leur réaction enthousiaste et leurs questions qui portent essentiellement sur les villes, monuments et musées traversés. Le livre prend les airs de la fiction mais est en réalité un documentaire sur l’histoire et la géographie d’un pays ou d’un continent.

portraits de pays (suite) Anna Rickwin-Brick

La photographe suédoise Anna Rickwin-Brick (1908-1970) s’inscrit elle-aussi dans la liste des auteurs de portraits de pays pour enfants.

Elle publie Elle-Kari en 1951, un livre pour enfant dont la continuité narrative est calquée sur la journée d’un enfant. Elle réalise ensuite les ouvrages de la collection “Children’s Everywhere”, publiés par la maison suédoise Raben & Sjögren, dans les années 1950, dont les textes sont signés d’auteurs différents.

Sa collaboration avec la célèbre Astrid Lindgren aboutit à 9 ouvrages, traduits et vendus dans le monde entier dont NORIKO-SAN GIRL OF JAPAN, 1958, DIRK LIVES IN HOLLAND, 1963, NOY LIVES IN THAILAND, 1966, publiés par Methuen, à Londres, et MARKO LIVES IN YUGOSLAVIA, 1962, SIA LIVES IN KILIMANDJARO, 1966, RANDI LIVES IN NORWAY, 1965, MATTI LIVES IN FINLAND, 1969, publiés parThe Macmillan & Co., à New York.

Elle travaille également pour la maison Verlag Friedrich Oetinger, à Hamburg, notamment pour deux ouvrages consacrés aux enfants d’Israël : MIRJAM AUS ISRAEL, 1969 et ELI AUS ISRAEL, 1964.

La couverture présente systématiquement la photographie d’un enfant, parfois détourée, le plus souvent contextualisante. Des éléments de couleurs ou des éléments graphiques créent également un lien avec le pays présenté.

Les pages intérieures comportent de grandes photographies en noir et blanc, deux par double-page à peine séparées par la pliure centrale, ou reproduites sur tout l’espace de celle-ci. On y retrouve le personnage principal, des membres de sa famille et ses amis.

Le récit des aventures de cet enfant est l’occasion de découvrir les us et coutumes et les paysages d’un pays.

Sia lives on Kilimandjaro obtient le New York Herald-Tribune’s Spring Festival Award en 1958.

Portraits de pays (suite): Face to face books

Voici Lateef. Il vit en en Inde, au Kashmir.

Et voici Hagar. Elle vit en Israël, dans un Kibbutz.

Ces enfants sont bien réels. Ils sont les héros d’une série d’ouvrages qui se donne l’ambition de faire découvrir aux lecteurs la vie d’ enfants d’ailleurs, à travers le portrait d’un seul : les “Face to Face books”, publiés à la fin des années 60 et au début des années 70 par Crowell-Collier Press à New York.

Nous partageons leur existence sur une semaine à travers des moments classiques : l’école, les repas, les jeux, la famille, les coutumes locales, etc… Texte et photographies invitent le lecteur à venir découvrir l’Israël d’Hagar, l’Inde de Lateef, la Turquie de Samil, la Grèce de Yanis…

Cette collection ne déroge pas aux grands principes des portraits de pays pour enfants : Ces enfants sont la vitrine de leur pays. Le monde de chaque personnage, présenté sur une semaine, résume l’ensemble du pays : A week in Samil’s world : Turkey,  A week in Hagar’s world : Israël, A week in Lateef’s world ; India, A week in Yanis’ world : Greece… Un des ouvrages s’intéresse aux enfants noir-américains : A week in Robert’s world : The South.

D’ailleurs, tout va bien dans chaque pays. Les photos nous montrent des enfants souriants, de la nourriture en abondance, des moments joyeux. Et le texte accentue cette impression de félicité : “They all work together to make the kibbutz run smoothly. Each family is one part of big family” peut-on lire à propos du monde d’Hagar.

D’autres ouvrages de la collection aborderont toutefois les difficiles conditions de vie des enfants dans certains quartiers et s’approcheront de la vérité. Dans A week in Henry’s world : El Barrio, le narrateur du texte parle des dangers et des trafics existants dans ce quartier de Harlem où vivent des émigrés portoricains. On y retrouve la veine des ouvrages de Sandra Weiner…

Penelope and the Earth ou la liberation de l’enfant

Penelope and the Earth, Penelope and the Mussels, Penelope goes to the Farmer’s Market … Shirley Boccaccio photographie ses enfants et ses petits voisins pour réaliser dans les années 1970 les trois ouvrages de cette mini série “A feminist children’s book dedicated to the liberation of children”.

La finalité de ces ouvrages est la libération des enfants, et particulièrement des filles, qui sont invités à devenir acteurs de leurs propres décisions et à se débarrasser des carcans. Dans Penelope and the Mussels, l’héroïne décide qu’il est temps de remplacer le traditionnel plat viande-pommes de terres par un plat de moules et brave donc mille dangers pour emmener ses amis à la pêche…

Sur la page de titre de Penelope and the Earth, Shirley Boccaccio précise que ses personnages sont bien réels et que par conséquent, entre le début et la fin des prises de vue, des dents sont tombées, des cheveux ont été coupés et des accessoires cassés…

Des enfants bien réels et le récit de leurs aventures rocambolesques, parfois en vers, cohabitent avec des personnages de contes, une typographie et des encadrements floraux d’un autre temps. Les photographies et photomontages surgissent au milieu d’une littérature, qui paraît traditionnelle de prime abord, mais qui est en vérité complètement bousculée.

Les ouvrages sont publiés par Joyful World Press, une maison d’édition féministe de San Francisco dont la ligne éditoriale est la publication de livres “reflecting a new spirit of human freedom for contemporary society”. Shirley J. Boccaccio reste célèbre comme activiste des mouvements féministes américains des années 1970.

Turn over Tales

Cet ouvrage est un des livres à jouer de la collection “Playbook in Colour Photography” publiés par Collins, à Londres dans les années 1940.

Chaque page est divisée en trois bandes mobiles que l’enfant doit tourner afin de pouvoir reconstituer verticalement un récit en images photographiques, à droite, un conte ou une comptine, à gauche. L’éditeur explique : “Look at these pictures ! They certainly don’t make a story.[…] You will have to turn over the single parts of each page until the three pictures making one story are all together”.

L’enfant est aidé par un petit symbole qu’il retrouve à côté des trois parties du texte et par le personnage ou un décor qui se répète d’images en images. Une fois les deux pages reconstituées, une histoire est recréée sur l’espace de la double-page.

Pour cet ouvrage réalisé avec Hugh Gee, Zoltan Wegner signe les photographies de ces petites scènes. Dans la même collection il réalisera What makes what ? avec Georges A. Adams.

Zoltan Wegner signe également les adaptations photographiques de contes traditionnels que nous avons présentées dans cet article : https://miniphlit.hypotheses.org/606

Hugh et Sally Gee réaliseront Find the nursery rhyme et What goes with what ?

Do you know what I am going to do next saturday ?

Helen Palmer et Lynn G. Fayman réalisent trois ouvrages phototextuels pour la collection des Beginner Books publiée par Random House dans les années 1960 : Why I Built the Boogle House, I Was Kissed by a Seal at the Zoo et Do you know what I am going to do next saturday ?

Au début de ce dernier , un garçonnet de 9-10 ans demande à son compagnon de jeu s’il sait ce qu’il a l’intention de faire le samedi suivant : “Do you know what I am going to do next saturday ? Well, Sir…Let me tell you !” La photographie montre un jeune garçon à l’air un peu bravache dominant un autre, plus jeune. S’ensuit une longue liste de vantardises comme peuvent en prononcer les enfants dans une cour d’école.

La photographie fait advenir dans la réalité les histoires que s’invente le jeune garçon, donne vie à ses envies, toutes ses inventions : “On saturday, i am going to do everything i want to do” déclare-t-il : manger autant de pancakes qu’il le souhaite, battre cinq garçons d’un coup au tennis, jouer au bowling, faire du ski nautique. Il est aussi question de manger des glaces et des spaghettis, plus que personne n’en a jamais mangé. D’autres activités sont bien plus périlleuses : il va monter dans un jet, faire un tour en hélicoptère et tirer au pistolet avec les Marines ! Et tout cela en une seule journée !

Personne ne pourra mettre un frein à ses envies : “I am going to do everything. No one can stop me.” répète-t-il. Il sera libre, totalement libre, et si toutefois il accepte d’aller chez le coiffeur à la demande de sa mère, il s’en enfuira en gardant sa chevelure un peu longue.

Les photographies accompagnent l’expression de cette imagination : détourées et imprimées sur fond jaune, elles mettent l’enfant et ses activités en valeur. Il est également photographié en contre-plongée en haut d’une échelle se frappant le torse, ou en haut d’un filet battant les Marines à la course. Ailleurs, le photomontage permet de le faire figurer en tête d’une parade de militaires, dirigeant la manœuvre.

Les 34 photographies sont peut-être aussi le reflet des images qui naissent dans la tête de son éditeur à l’écoute du récit de ces aventures extraordinaires. D’ailleurs, il semble bien sidéré par ce qu’il a entendu, comme le montre la dernière photographie.

La photographie, bien loin de brider l’imaginaire enfantin, va complètement à sa rencontre. Un imaginaire bien masculin.

Pour lire le livre : https://www.flickr.com/photos/jl-incrowd/sets/72157600972789303/


Nanouk l’Esquimau

“I wanted to show the Innuit (Eskimo). And I wanted to show them, not from the civilised point of view but as they saw themselves as “we the people”. Robert J. Flaherty.

Dès 1914, Robert J. Flaherty photographie et filme les Inuits. En 1921, il réalise son documentaire, Nanook of the North, qui l’inscrira aux yeux de la postérité comme l’inventeur du film documentaire.

Robert J. Flaherty ambitionne de faire découvrir les habitants de ces contrées glacées, sans stéréotype ni folklore, et de faire émerger le sentiment d’une identité commune. Pour le tournage, il s’immerge totalement dans la vie du village, partage le quotidien d’une famille, implique totalement les habitants dans l’écriture du récit, dans la mise en scène et dans le tournage, en les invitant à se muer en acteur de leur propre personnage. Le film est à la fois documentaire et fictionnel.

My Eskimo Friends Nanook of the North, publié chez Doubleday, Page & Company, accompagne la sortie du film. Il est signé Robert J. Flaherty et Frances Hubbard Flaherty, son épouse. L’ouvrage est illustré d’un frontispice en couleur, de 18 photographies de ses personnages et de scènes de danse, de chasse, de pêche et de construction d’igloo. Robert J. Flaherty y fait le récit de l’expédition et du tournage.

Cet ouvrage fait le portrait d’un pays à travers la présentation de ses habitants et de leurs coutumes, par la photographie et le texte. Il prend en même temps la forme du récit de voyage et du souvenir de tournage rédigés par un authentique ethnologue.

En 1925, Julian W. Bilby publie son propre Nanook of the North chez Arrowsmith, à Londres, avec 29 photographies, dont 18 sont réalisées au moment du tournage du film de Flaherty et sont fournies par la société de production. D’autres sont probablement des photographies réalisées par Flaherty lui-même. L’éditeur précise que l’auteur y fait le récit de la vie typique d’un esquimau avec des “mots”, alors que le film écrivait ce récit avec des “images”.



My village books, portraits de pays (suite)

La série des “My village books” produite entre 1956 et 1974, et publiée par Pantheon Books à New York, a fourni plus d’une vingtaine d’ouvrages à l’histoire du portrait de pays pour enfants, avec des titres comme My village in Israël (1959), My village in Greece (1960), My village in Japan (1966), etc… Elle est signée du couple de photo-reporters Sonia et Tim Gidal.

Chaque ouvrage de la série fonctionne de la même façon et le dispositif est présenté au lecteur dès la couverture : sur la photographie, un jeune garçon de 9-10 ans, parfois affublé d’un vêtement typique, ou accompagné d’un animal local, sourit, immédiatement sympathique. En arrière plan, ou sur une autre photographie, le décor est visible : un village allemand, avec ses maisons peintes et sa montagne enneigée, un douar marocain, planté sur une colline, etc…

Le titre lui-même fournit au lecteur des indices sur ce qui va suivre : l’enfant va présenter, à la première personne, la communauté dans laquelle il vit, donner des informations sur la nourriture, les fêtes locales, l’école, la vie à la ferme, sa famille et ses voisins…

Une fois franchit la couverture, une carte présente le pays, un glossaire fournit au lecteur les mots usuels et une cinquantaine de photographies documentaires soutiennent la voix du narrateur qui raconte la vie dans un village au cours d’une journée. L’ouvrage condense, à travers cet enfant et ce lieu, tout ce qu’il faut savoir sur le pays. La partie, pour le tout…



Ducky daddle’S party

L’américaine Bertha Parker Hall réalise au début du XXème siècle plusieurs ouvrages photo-illustrés pour enfants, publiés chez E. P Dutton and Cie à New York.

Celui-ci est le premier à mettre en scène Ducky Daddle, en 1918, une peluche canard, qui invite ses nombreux amis pour sa fête d’anniversaire. Parmi ses invités figurent sa meilleure amie, la poupée en chiffons Sally Jane, deux poupées ayant perdu un bras et n’ayant jamais eu de quoi se vêtir, deux autres répondant aux prénoms de Mac et donc écossaises, et une autre à l’effigie de Jeanne d’Arc…

Tandis que la fête bât son plein et que les invités chantent “The farmer takes a wife”, le héros du jour et sa complice désobéissent, s’échappent de la fête, vont délivrer les cochons et réveiller le bébé dans son berceau… Mais, tout est bien qui finit bien et Ducky Daddle promet “I am never, never going to desobey you again”.

L’ouvrage est dédicacé à Mary, qui possède “both the toys and the author”. Il est illustré de 24 tableaux photographiques mettant en scène les jouets d’une petite fille, dans un décor à leur taille, mais également en extérieur. Il offre à sa première lectrice des “vues” de ce que font ses jouets lorsqu’elle dort ou lorsqu’ elle joue.

Cet ouvrage est un nouvel exemple des ces productions américaines du début du siècle, réalisées par des femmes photographes, qui trouvent dans les ouvrages pour enfants un débouché pour leur pratique amateure, et contribuent ainsi à renouveler et enrichir la production pour la jeunesse, par la photographie.

Two Teddy Bears in Toyland

Nous sommes en 1907. Elizabeth Gordon écrit le récit des bêtises de ces deux ours en peluche facétieux qui sèment la pagaille dans le pays des jouets, à tel point qu’un géant est réquisitionné pour les chasser : ils délivrent un coq, dévorent le repas des poupées et se couchent dans un lit qui n’est pas le leur, avec un petit air des trois ours de Boucle d’Or… Il semble que ces deux farceurs apprécient également la bière…

L’album de 32 pages, publié par Dodd, Mead and Company à New York, compte 14 tableaux photographiques qui mettent en scène poupées, peluches Steiff, soldats de plomb évoluant dans un décor à leur taille, réalisés par Charles Wylie.

Ce livre, dédié au géant et sa sœur, donne à voir, dès le début du siècle, grâce aux images photographiques, le petit théâtre qui s’anime dans la tête des enfants lorsqu’ils jouent !

Chez le même éditeur, en 1908, les deux auteurs réalisent
The Mighty Hunter in Toyland .

Les cartes-Eclair de Gaston Karquel

Nous l’avions rapidement présenté dans notre calendrier de l’avent. Nous apportons aujourd’hui quelques informations complémentaires.L

Gaston Karquel (1906-1971) partage les sujets de prédilection des photographes des années 30 à 50, comme en témoigne son abondante production de photographies en noir et blanc d’enfants, de paysages et monuments français, d’hommes au travail.

L’ Alphabet photographique, réalisé dans les années 1940-50 par Les Éditions du Compas, porte les mentions « Composition et photographies de Gaston Karquel ; texte de Pauline David ». Dans dans un étui, 26 cartes-éclair (plus un autre L) au format carré, portent une photographie et une lettre. Quel lecteur le dispositif de cet objet-livre attend-il ? On est en effet plus près de l’objet à manipuler que du livre.

La couverture de l’ouvrage accueille le titre, le nom du photographe, les lettres en couleur, ainsi que la photographie du fils de Gaston Karquel, Jacques Karquel.

Les planches conservées dans les archives montrent que les photographies sélectionnées sont hétéroclites et ne sont pas spécifiquement sélectionnées dans le domaine de l’enfance. Elles sont tirées des séries que le photographe réalise dans Paris et dans le reste de la France : la tour Eiffel accompagne la lettre T, l’Obélisque de la place de la Concorde, la lettre O, le pont d’Avignon, la lettre P.

Si le X est naturellement accompagné du très attendu xylophone et le Y d’un gros plan sur des yeux, une surprenante photographie d’une usine est placée en regard de la lettre U. Certaines images sont immédiatement lisibles par le lecteur, comme celle de la grappe de raisin (R) photographiée sur fond noir, ou la hache (H) photographiée en gros plan. D’autres ouvrent de multiples possibilités de lecture, par l’abondance des détails qui y figure ou le flou qui entoure l’objet représenté : est-ce bien une locomotive qui accompagne la lettre L ? que faut-il regarder sur la photographie qui accompagne la lettre G ? l’arbre ? la sculpture ? un mur ? la grille d’un parc ? La reconnaissance attendue de l’objet n’est pas immédiate. La situation se complique devant la photographie sous la lettre Z : on y voit une rivière, un mur et une sculpture avec les pieds dans l’eau. Il faut être bien parisien pour deviner qu’il s’agit du mot Zouave !

Miniphlit remercie Juliette Lavie.

Ma famille

Découvert à la troisième journée dédiée aux rapports entre littérature pour la jeunesse et photographie, ce petit ouvrage plein d’humour présente, sur chacune de ces pages, les membres d’une famille symbolisés par des meubles photographiés. Les photographies sont travaillées, complétées de graphismes, détourées et collées sur un fond de couleur uni et décontextualisé.

Le choix des meubles résonne avec le caractère ou le physique de la personne désignée : Pépé Ernest est symbolisé par un fauteuil, dont l’assise rappelle la bedaine du grand-père. L’arrière grand-mère complètement “sourdingue” prend l’image d’un phonographe, qui l’inscrit dans le temps et rappelle également le cornet acoustique. La grand-tante et ses copines prennent les traits de chaises de camping à fleurs des années 1970 qui évoquent instantanément les bavardages des vacances.


Chaque portait est accompagné d’un titre, au dessus du personnage présenté, dont les mots et la typographie redoublent le message de l’image. Chaque membre de la famille de cet album de famille est donc construit par l’assemblage des mots, des images et des échos qu’il provoque dans les souvenirs des parents-lecteurs.

Pour l’ouvrage Mes Amis, Anne-Caroline Pandolfo et Isabelle Simler reproduisent le même dispositif.