Archives de catégorie : Mes découvertes

L’Abécédire, dire la vie et l’alphabet. Miniphlit accueille Lily Franey

L’abécédire est publié en 2001 aux éditions « Rue du monde » dans la collection « L’album-photo ». Le livre, comme tout imagier-abécédaire, est destiné à l‘éveil des tout-petits, à leur apprentissage des mots et leur découverte du monde.

Alain Serres est à la conception de cet ouvrage hybride : « Son idée était d’avoir trois types de messages avec une lettre de l’alphabet : Le mot, une image photographique qui représente le quotidien de l’enfant et un dessin symbolique proche du thème de la photographie[1] ».

Il contacte donc la photographe Lily Franey,[2] dont il a découvert le travail photographique sur les droits de l’enfant, à l’occasion d’une exposition pour le CCE Cheminots en 1990. Naît ensuite une relation professionnelle privilégiée puisque de nouvelles collaborations se mettent en place : « A la suite,  Alain Serres m’a publié des photos dans plusieurs ouvrages des éditions Rue du monde » explique Lily Franey.

En 1995 Lily Franey réalise une série de clichés dans les crèches du Val de marne. C’est à la suite de l’ exposition[3] qui en découle qu’ Alain Serres propose à Lily Franey d’illustrer avec ses photographies les mots qu’il a choisis.

« Attendre, boum, changer, doucement, écouter, frisson, grandir, hop !, impossible, jungle, klonk, léger,  magique, non, oui, partir, qui est-là ? , réfléchir, slurp !, terminé, unique, voyager, what’s your name ? , xkrrreuh !, youpi ! et zut ! » Ce sont à la fois des noms communs, des adjectifs, des adverbes, des onomatopées, des verbes, de courtes phrases, dont une en anglais, et, contrairement aux abécédaires les plus courants, ils ne sont pas puisés  dans une thématique, ni dans le monde spécifique de l’enfance.

« Nous avons choisi ensemble, Alain et moi, les photographies dans mon travail sur les tout-petits et sur les droits de l’enfant pour illustrer les thèmes qu’il souhaitait évoquer. »

Les photographies ne sont  pas conçues exprès pour le livre, mais choisies dans une banque d’images préexistante : « La plupart des photographies sont prises dans les crèches de Gentilly, Créteil, Champigny », d’autres sont tirées d’ expositions antérieures : « Certaines photos sont prises dans mon stock d’images : lettre G, maman et enfant, exposition sur les femmes de Romainville – lettre Q, les mômes de St Denis 93) – lettre X , Afrique, Mali ».

Elles sont toutes des moments du quotidien, moments de jeux, de repas, de partage d’émotions. Elles sont prises à hauteur d’enfants, n’épargnent ni les bouderies, ni les pleurs, invitent l’enfant-lecteur à pénétrer dans l’image, à se reconnaître comme un des acteurs.

La photographe fait le choix du noir et blanc, comme une suite logique à son travail, mais aussi, selon elle, parce que meilleur révélateur des sentiments de l’enfant : « Le noir et blanc me permet d’aller plus directement vers tout ces sentiments à exprimer ».  Sans doute, remarque-t-elle, « la couleur aurait pu vite devenir un travail plutôt orienté vers une forme de graphisme et aurait certainement perturbé le sens de l’image ».

La couleur dans le livre, c’est le dessin qui la porte, dessin de la lettre, illustration graphique d’Olivier Tallec. Ce dernier a travaillé à partir des clichés comme le rapporte Lily Franey : « Olivier Tallec a fait (ou pris dans son stock) des dessins symboliques en s’inspirant des clichés photographiques ».

Comment se fait le lien entre le visuel et le textuel ?

Dans l’espace de la double page, sont combinés une lettre, un mot, une image photographique et un dessin, non cadrés, à peine séparés par la pliure du livre.

Si l’on prend la lettre « A, a », elle s’accompagne dans une bande du mot « attendre ». En dessous, sur la photographie, une femme tend les bras vers un enfant. Le jeune enfant a un doigt dans la bouche. Le cadrage de la photographie laisse voir l’eau d’une piscine et un jeu pour bébé-nageur, contextualisant ainsi la prise de vue.

La photographie a donc été choisie puisque le petit enfant semble attendre pour se décider : « L’enfant qui attend, qui s’interroge, s’il va pouvoir être capable, avoir la force de plonger, pour se jeter à l’eau dans les bras de sa mère », explique Lily Franey.

Pour  le dessin en regard, à peine séparé de l’image photographique par la pliure de l’ouvrage, ce qui créé un écho entre les deux,  le dessinateur a choisi de représenter, en couleurs vives,  trois oiseaux, dont l’un quitte le nid : « Dans le dessin, la symbolique se porte sur la force d’un petit oiseau à quitter le nid et s’envoler comme l’encourage sa mère. Les deux images se combinent donc pour illustrer la polysémie du mot.

Les deux illustrations dans la double page ne forment pas une suite, et pourtant, dans leur confrontation entre elles,  et avec le mot, des questions adviennent, une histoire se crée, un avant et un après du moment de la prise du cliché voit le jour dans la tête du spectateur-lecteur  : « C’est magique : tu peux te raconter cent histoires, te poser mille questions. Qui c’est celui-là ? Où elle va ? Ils ont peur de qui ? Et moi, je ferais quoi à sa place ? » indique la préface. La dernière double page de l’ouvrage est à cet égard parlante :

Sous l’étiquette « Z, z, Zut », l’image d’un ours en peluche qui a perdu un œil fait face à la photographie d’un cerceau, qui roule vers la droite, dans le sens de la lecture, vers la fin du livre. C’est au lecteur de dire (Abécé-dire) ce qu’il va advenir de cette peluche, de ce cerceau, car même si « zut, le livre est fini », l’imagination va venir à notre secours.

La conjonction du visuel et du textuel, dans l’espace de la double page, invite donc le lecteur à mettre  en relation les trois messages,  et surtout à créer une histoire, des histoires, à dépasser la simple illustration d’un mot, à la compléter, à imaginer.

Si le livre raconte des histoires, il  propose aussi à l’adulte-lecteur  une plongée dans l’univers de l’enfance, avec ses « visions de l’enfance »,  dans la ligne droite des Enfants d’ Ergy Landau ou de Kertesz. « Bon voyage dans l’étonnant pays de l’Abécédire », conclut Alain Serres. « Bon voyage dans le pays de l’enfance », pourrions-nous compléter.

Merci Lily !

[1] Interview de Lily Franey

[2] Lily Franey est photographe de l’agence Rapho

[3] Exposition « Je suis petit …comme je suis », catalogue édité par la maison Robert Doisneau, 1996

Signé ALOUETTE , de l’écran à l’écrit (suite…)

En 1960, Pierre Véry (1900-1960), célèbre auteur de romans et scénariste, publie chez Hachette, dans la « Bibliothèque verte » le roman pour la jeunesse  Signé :  Alouette, dans lequel   trois jeunes garçons mènent une enquête autour d’un gangster déguisé en aveugle…

L’oeuvre est prolongée en 1967 :  le roman est adapté pour la télévision par Jean Vernier, sur un scénario d’Yves Jamiaque. Il sera diffusé  en huit épisodes le samedi soir, à 21h, sur la première chaîne de l’ORTF. Le succès est immédiat dans une époque où la télévision ne possède qu’une seule chaîne. Prolongement de l’expérience spectatorielle également, les fans peuvent retrouver les acteurs du film dans des reportages qui leur sont consacrés et reprendre le générique en chœur, grâce à la bande-originale qui est simultanément mise en vente.

La novellisation sort chez Hachette, au moment de la diffusion du téléfilm, dans un album grand format de 38 pages.

Elle a été envisagée  très tôt, puisque Noël Véry, le fils de Pierre Véry, réalise les photographies au moment du tournage.  La couverture de l’ouvrage porte la mention « d’après l’oeuvre de Pierre Véry ». Il n’est plus l’auteur du texte mais son lointain inspirateur, puisque entre-temps un scénariste a déjà adapté la première oeuvre. Le texte de la novellisation est lui confié à Claude Voilier, auteure prolixe des romans de la série du « Club des 5 » qui « raconte » à son tour une histoire, à partir du scénario. Circulation transmédiatique…

Le roman originel a été réédité chez Mango, dans la collection « Chambres noires » en 2009.

 

Du film au livre, Le Haricot d’Edmond Séchan

C’est en 1962 qu’Edmond Séchan, chef opérateur d’Albert Lamorisse pour Crin Blanc, réalise ce court-métrage qui obtient la Palme d’Or au festival de Cannes de 1963.

Edmond Séchan réalise  photographies,  maquette,  texte  lors du tournage, avec l’idée déjà bien établie de faire un livre, comme cela a été le cas pour Niok l’éléphanteau, en 1957. Mais sa novellisation (The string bean) ne paraîtra chez Dobble Day, aux Etats-unis, qu’en 1982,  traduite pour l’Ecole des Loisirs en 1984, dans la collection « Mouche ».

Si le film racontait une histoire en musique et en images, (aucun dialogue),le passage dans un nouveau média contraint l’auteur à opérer quelques ajustements.

Comment rendre compte dans un livre illustré de photographies du temps qu’une plante met à pousser? Comment rendre compte de la solitude d’un personnage, cette vieille dame en noire, filmée longuement dans ses petites activités quotidiennes ? Comment rendre compte des mouvements impatients des jardiniers qui arrachent le plan de haricot ? Comment passer de la taille de l’écran à celle des photographies de la collection « Mouche » ?

Par la mise en page et le choix des photographies d’abord : images séquentielles pour dire la narrativité, cadrage sur le visage de la vieille dame pour dire sa tristesse, photographies en noir et blanc pour dire la solitude, photographie qui déborde sur la deuxième page, adoption du point de vue du personnage, qui s’étale sur une double-page, et permet au lecteur de voir avec les yeux de la vieille dame…

Par un texte qui créé un avant et un après de la diégèse, par l’insertion d’un narrateur omniscient, qui fait connaître au lecteur les pensées du personnage, par une composition de la page  qui marie des images et un texte  qui épouse l’horizontalité ou la verticalité des photographies…

La novellisation est bien, dans ce cas, une re-création et non le calque d’un film.

 

 

 

Sotlugg och Linlugg, féérie suédoise !

Dans le genre des ouvrages photographiques mettant en scène des poupées, marionnettes et autres petits objets hétéroclites, il faut ajouter cette collection qui vient renouveler dans les années 40-50, en Suède, l’illustration des contes.

L’auteure suédoise Karin Fryxell (1911-2003)  fabrique ses poupées, les met en scène dans des décors réels et les photographie. La collection connaîtra un vrai succès, comme en témoigne la publication de 15 ouvrages, une adaptation pour la télévision et leur réédition dans les années 80.

On pense immédiatement aux Histoires d’Amadou, publiées aux Editions du Cerf volant, puis à La Guilde du Livre, dans les années 50. Mais la ressemblance s’arrête à la conception du livre. Amadou avait toutes les réflexions et attitude d’un vrai petit garçon, ce qui chagrinait bien les lecteurs lorsqu’ils découvraient dans l’atelier de Suzy Pilet qu’il n’était qu’une poupée de chiffons. Ces deux trolls Sotlugg et Linlugg vivent, eux, dans un monde imaginaire peuplé de sorcières, fées et autres monstres.

C’est sans doute ce petit air de « féérie au sein de la vie quotidienne »  que prennent ces histoires, qui a séduit tant  de lecteurs. La photographie dans des décors naturels de ces êtres tirés des contes, permet le mariage entre réel et féérique, ce qui anime bien chaque enfant lecteur.

La photographie, révélatrice de merveilleux ?

 

 

A child’s day, de Walter de la Mare : illustrations graphiques ou photographiques ?

 

Ce poème pour enfants de Walter de la Mare est publié en 1923 dans la collection des « Home book of verse for young people » chez Henry Holt and Cie, à New York.

Le long poème en vers est dédié à Elisabeth-Ann et décrit sa journée. Sur la jaquette de cette édition, l’éditeur  décrit le contenu du livre  : « Here’ s a book of verses about the happy things  which inake up Elizabeth-Ann’s long, long day with only herself to play with”. Elizabeth-Ann s’habille, déjeune, joue dans le jardin, lit un livre d’images, se déguise et, à la fin de la journée, va se coucher et rêve.

Walter de la Mare décrit l’emploi du temps d’une fillette dans des vers simples et distrayants en l’agrémentant des nombreuses pensées qui viennent peupler l’imaginaire de l’enfant. Nombre d’animaux ou de personnages de contes viennent d’ailleurs meubler les pensées de la fillette dans une journée : ours, éléphant, crocodile, cygne, puma, panthère, sirènes et reines orientales se croisent dans l’esprit de l’enfant lorsqu’elle joue, lit, prend son déjeuner, ouvre l’armoire des vieux vêtements. Dans Little Birds Bathes, en 1912, Les crocodiles ours polaires et autre cygne emplissaient déjà la baignoire d’Elizabeth-Ann. Walter de la Mare semblent voir la vie de tous les jours comme une part de l’univers tout entier, fait de réalisme et d’un monde surréel.

Pour cette édition, Winifred Bromhall, illustratrice très prolixe, réalise des illustrations très art déco, qui accompagnent, soulignent le texte, sur chaque page. Elizabeth-Ann est représentée par une fillette dont on ne distingue jamais réellement les traits, qu’elle soit représentée de profil, ou le visage caché par les cheveux. Cette fillette symbolise donc toutes les fillettes et non une en particulier. L’illustratrice choisit également de représenter les multiples personnages qui défilent dans l’esprit de son personnage et l’on y retrouve une image du Petit chaperon rouge, de Cendrillon, de Lob Lie, de Blanche Neige, etc…

Les pages de garde elles-mêmes sont décorées de multiples elfes et lutins qui entraînent la fillette dans une joyeuse ronde. Images et texte semblent ainsi dire, ensemble, l’univers enfantin fait de réalités quotidiennes et de rêveries.

En 1912, ce même poème était publié chez  Constable and Company, à Londres, avec 24 images photographiques de Carine et Will Cadby. Chaque photographie, cernée d’un cadre blanc, représente une fillette, qui figure déjà sur la couverture. Les photographies sont rigoureusement collées sur la page de droite, en regard du poème, et interrompent sa lecture. Elles mettent en scène une fillette aux cheveux courts, qui fixe parfois son lecteur, dans chaque acte de la vie quotidienne : au bain, à table, en train de lire, de découper, de promener son ourson. Les objets avec lesquels elle est photographiée, stéréotypes du monde de l’enfance, semblent tirés d’un livre de pédagogie nouvelle du début du XXème siècle.

Balle, ciseau, objets de la toilette, vêtements, ours en peluche, semblent préfigurer ceux que l’on retrouvera  dans le First picture book  d’Edward Steichen.

 

Cette Elizabeth-Ann photographiée semble ainsi fort réelle pour le lecteur. Il s’agit forcément de cette fillette dont on décrit la vie dans le texte. La photographie en 1912 assigne donc sa mission d’enregistrement de la réalité laissant  au texte, la mission de porter la rêverie, l’imagination propres à l’enfance.. L’illustration photographique semble être plus en phase avec  une observation  objective du monde enfantin, une conception adulte de l’enfance, tandis que les illustrations dessinées de l’édition de 1923 semblent convenir davantage à la lecture de l’imaginaire enfantin qu’en fait Walter de la Mare dans son poème.

Pourtant, l’imagination du lecteur trouve un espace pour se déployer, dans ce décor, rigoureusement vide. Aucun élément contextualisant ne vient en effet situer la fillette dans une vie réelle. Et c’est peut-être dans cette zone sans couleur que le lecteur va inscrire les images qui naissent en lui à la lecture de ce long poème.

Carine et Will Cadby ont publié un certain nombre d’ouvrages photographiques pour enfants dont Dogs and Dogerel en 1902, Die Heilige Insel en 1917.

Young Folks’ New York

Les auteurs du livre, Suzan Lyman et la photographe Suzanne Szasz , dressent un portrait de New York  en suivant et photographiant trois enfants Howard, Chrissie et Pegge,   pendant une année dans les rues et à l’intérieur des monuments de  New York.

Le livre est un véritable guide de voyage à destination des enfants. En 10 chapitres et 155 clichés, il présente des lieux, (Empire State Building, Center Park, Coney Island…),  fait des rappels sur l’Histoire de la ville « The statue of liberty was given by France to the United States as a symbol of international friendship », et suggère de nombreuses idées d’activités pour les enfants dans la grande ville.

Pour  éviter le côté trop strict inhérent au genre du guide de voyage, la narratrice interpelle  fréquemment son lecteur : “ At the American of Natural History, hang the guide a phone and turn the control volume knob. Now you can hear what the lecturer is saying about the pronghorns”, en regard de clichés sur lesquels les enfants semblent beaucoup s’amuser.

Dans une préface, les deux auteurs expliquent comment a été réalisé cet ouvrage : aucune consigne n’a été donnée aux enfants, hormis l’obligation  de toucher à tout et de tout regarder. 3000 clichés ont été pris. Les enfants n’ont jamais été malades, bien qu’ils aient goûté à toute la nourriture que l’on rencontre aux quatre coins de la ville…

Le livre est publié en 1960 chez Crown Publishers Inc. à NewYork.

Suzanne Szasz est née à Budapest en 1915 et a émigré aux Etats-Unis en 1946. Une rétrospective lui a été consacrée en 1982.

 

Livre d’ enfants pour parents qui ne sont pas encore des grandes personnes

Dans les livres pour enfants dressant le portrait d’animaux par le texte et par la photographie, il est plutôt coutume de mettre en scène un chien, un chat, un lapin, un ourson, animaux qui ont plutôt la faveur des jeunes lecteurs. Difficile d’humaniser un serpent !

Pourtant, c’est ce que propose la photographe Thérèse Le Pratt en publiant chez AMG en 1953, Le petit Python explorateur, en collaboration avec Philippe Stern.

Il s’agit d’un conte, dans lequel un python découvre le monde pour lui bien étrange d’un appartement parisien et se lie d’amitié avec le jeune propriétaire des lieux.

Le texte entre guillemets rapporte à chaque page le témoignage des deux personnages. Le lecteur découvre d’abord la voix étonnée du python  : « Ce sont quand même de drôles de bêtes, celles qu’on trouve dans les appartements » dit-il lors sa rencontre avec un dinosaure en peluche, ou bien encore « On est bien dans cet arbre, il y fait chaud, il y fait clair, mais les arbres n’ont pas de feuilles », constate-t-il alors qu’il s’enroule autour d’un lampadaire. Le serpent se moque également des habitudes humaines : « Quel désordre, ce que les hommes peuvent sortir de choses de leurs poches ! ».

C’est ensuite le jeune garçon qui prend  la parole pour s’émerveiller de ce que son compagnon sait faire :  « Il a pris l’habitude de venir me dire bonsoir dans mon lit, il passe la nuit avec moi » explique-t-il au lecteur. D’ailleurs cet animal est si proche de lui, qu’il lui propose même de regarder les photos réalisées par Ylla pour le livre Des bêtes.., « pensant que cela l’intéresserait ».

Le texte, qui joue sur la drôlerie des interprétations des personnages, s’appuie s’également sur une mise en page originale, faite de photographies détourées, découpées, et sur une typographie qui suit le contour des images.

A sa sortie, ce « livre d’ enfants pour parents qui ne sont pas encore des grandes personnes » selon l’éditeur, a fait l’objet d’une présentation officielle lors d’une soirée « littéraire » organisée à St Germain des Prés en présence de la photographe, mais également du python « More »  et de sa dresseuse, membre de la troupe du cirque Bouglione.

Thérèse Le Prat est célèbre pour ses photographies réalisées en Afrique et en Asie mais également pour ses portraits de de comédiens . C’est là son unique livre pour enfants.

 

Portraits de pays : Little people of other land series

Mary Muller, pseudonyme de Leonore Mulets, signe le texte de la majorité des ouvrages de cette série, publiée à Chicago par la Flanagan Company, au début du siècle :  The story of Akimakoo, an african boy, Little people of the snow, Little people of Japan…

Cette série s’inscrit dans ce genre des portraits de pays  destinés aux jeunes lecteurs américains qui se multiplièrent dès le tournant du 20 ème siècle jusqu’à la la seconde guerre mondiale.

Mi-fiction-mi-documentaire, ils abondent en détails sur les us et coutumes des pays dont ils font le portrait, à travers celui d’un enfant, qui est censé incarner son pays tout entier.

Dans Little people of Japan, sous-titré a story of japanese child-life, le narrateur raconte, à hauteur d’enfant, la vie de Kaga et de sa famille ce qui lui donne l’occasion de s’attarder sur les maisons japonaises, les tenues, les fêtes, l’école, les légendes…Les photographies de Laura B. Starr montrent les maisons, les tenues, les paysages et ont une fonction purement documentaires.     

Dans The story of wretched flea, or the story of a chinese boy, la narratrice s’attarde longuement sur les pratiques religieuses qui pourraient paraître archaïques  au lecteur américain :  « Wretched Flea once had  little sister. But girl babies are not much loved in a chinese home.” ou encore « Flea’s mother could neither read or write ; for in China girls are not taught to read and write”.

De nombreux ouvrages de la littérature américaine pour la jeunesse consacrent en effet à cette période des passages à la minorité chinoise,  s’attardant sur les aspects physiques, sur leurs coutumes si différentes et sur le rejet qu’ils inspirent.  En 1898, dans un livre de géographie  on relève :   « For a time the United states allowed the chines to come here ; but so many of them were brought across the pacific that our people became afraid that they would do all the work(…) they are not likely to make desirable citizens”.

Les chinois, qui ont largement émigrés vers les Etats-Unis dans la seconde moitié du XIX eme siècle, restent en cette période, une minorité à exclure.

Suite d’illustrations pour le Grand Meaulnes, un livre d’artistes

 

Ce roman d’ Alain Fournier, publié en 1913, a  été illustré entre 1925 et 1946 par de nombreux artistes , à l’aide de différentes techniques, eaux fortes, aquarelles, pointes sèches, dessins à la plume, pour des éditions bibliophiliques, avec ou sans texte, et à  tirage limité.

Lorsque la photographe Laure Albin Guillot, en 1946, illustre avec ses photographies ce roman désormais célèbre, elle s’inscrit dans la « suite » de ces illustrateurs qui firent de ce roman un « livre d’artiste ».  Le livre est tiré d’ailleurs à 500 exemplaires seulement et est imprimé sur vergé anglais teinté. La photographe confirme, s’il en est besoin, le statut d’art de la photographie.

La question est inévitable :  « Est-ce vraiment un livre pour enfants ? » En 1957, dans la revue Enfance, on peut lire cette appréciation de Marc Soriano  : « J’ai ainsi dans ma bibliothèque une série d’illustrations photographiques pour Le Grand Meaulnes, réalisées avec des poupées par Laure Albin-Guillot, très belles, mais assez secrètes et hautaines »…

Pour réaliser ces saynètes, la photographe et l’artiste Louise-Edmée Chevalier opèrent des choix dans des moments de la narration, comme le ferait un metteur en scène. Le texte est absent, pourtant le spectateur retrouve des moments clefs du roman,  reconnaît Meaulnes dans cette figurine de céramique au visage indéfini, assis sur un pupitre et se souvient de cette scène dans laquelle, bien qu’entouré d’écoliers, le personnage semble bien seul.

« Assis sur un pupitre, en balançant les jambes, Meaulnes réfléchissait. Aux bons moments, il riait aussi, mais doucement, comme s’il eut réservé ses éclats de rire pour quelque meilleure histoire, connue de lui seul. »  (1ère partie, II, « Après quatre heures… »)

De théâtralité, il est aussi question, avec ce jeu sur la perspective, créée par les décors et les ombres, qui donne à ces photographies une profondeur dramatique.

La photographe, avec son appareil, adopte le point de vue du narrateur du roman, un narrateur silencieux, et réécrit l’histoire avec la lumière. Quand le visuel convoque le textuel…

 

Imagiers photographiques, nouvelles mythologies modernes

 

Entre Nous…Bébé signe

Cendrine Génin, Séverine Thévenet, Editions Ane Bâté, mars 2017

« L’image, c’est le regard, c’est la rencontre. C’est cela qui convoque l’altérité. (…) Je suis à l’opposé de la séduction facile de l’enfant pratiquée dans certains imagiers. C’est un leurre » dit Cendrine Genin, auteur-photographe, rencontrée lors de la JE consacrée à l’imagier photographique,  à l’université d’Artois, le 9 février.

Depuis le First Picture Book d’Edward Steichen, les imagiers photographiques se proposent de mettre la photographie au service de l’enregistrement du monde de l’enfance.

Qu’il s’agisse d’apprendre à nommer les objets de l’environnement immédiat ou plus lointain du jeune lecteur, qu’ils opèrent un classement thématique (animaux, vêtements, nourriture) ou se penchent sur les concepts abstraits, les imagiers photographiques se sont multipliés avec plus ou moins de qualité.

Certains opèrent de simples placages d’un mot sur une image, abondent en stéréotypes sur la réalité du monde, généralisent l’enfance, se contentent de citer et d’organiser un monde que l’enfant organise déjà avec son regard et ses mots.

D’autres, plus ambitieux, font le pari de l’émotion, de la rencontre nouvelle avec l’objet photographié, d’offrir une autre vision du monde, comme l’ont fait Edward Steichen ou Emmanuel Sougez. Telle une déambulation d’un écrivain surréaliste, certains photographes, depuis les années 70,  réinventent les « mythologies modernes » en créant de associations qui surprennent, poétisent la banalité du monde, transforment le réel. Leur univers poétique, insolite, décalé, propose à l’enfant de regarder différemment le monde qui l’entoure.

Le site de Cendrine Génin : http://www.cendrinegenin.com/

Sur le site de la BM de Nantes : https://bm.nantes.fr/files/live/sites/bm/files/PDF_CBB/matinees_CBB_imagiers.pdf

Sur le site de Cécile Boulaire, les imagiers de Tana Hoban: https://album50.hypotheses.org/1568

Les Deux petits Ours d’Ylla, réédités chez MeMo !

« Deux oursons nés en hiver voient le printemps arriver et ont très envie d’aller découvrir le monde hors de la tanière. Mais leur mère ne veut pas qu’ils se perdent dans le vaste monde. Pendant que la grande ourse va chercher du miel, les deux oursons oublient sa mise en garde et courent dans les champs, roulent et chahutent. Les voilà jouant à cache-cache dans la forêt et grignotant des feuilles vertes. Grimpant aux arbres, ils réalisent soudain qu’ils n’aperçoivent plus leur tanière…

En 1954, Ylla publie Two Little Bears chez Harper & Brothers à New York. En plein « âge d’or » du livre illustré de photographies, Ylla connaît un succès mondial, et cet ouvrage sera tiré à plus de 100 000 exemplaires. Pour ce livre, Ylla achète un ourson, puis deux, les nourrit au biberon et les jeunes ours la suivent, comme ils suivraient leur mère, dans la forêt du Connecticut. »

 

https://www.editions-memo.fr/livre/deux-petits-ours/

C’est avec un infini plaisir que je fais cette annonce, après deux années consacrées au travail d’Ylla, une plongée dans ses archives à Tucson et à New York, et une collaboration  passionnante avec les grands éditeurs de la petite maison d’édition nantaise. Merci pour leur confiance !

Around the world in eighty minutes !

Publié en 1894 à Philadelphie, avec dans le titre une référence explicite au Tour du Monde en 80 jours de Jules Verne, cet ouvrage illustré de 100 photographies propose au lecteur, voyageur immobile, de faire le tour du monde, en partant de et en revenant à New York : « Mahomet, though a prophet, had to go to the mountain because the mountain would not come to him. You need not to go to the mountain. Modern science will make it come to you. »

La préface indique pourquoi et comment on lit cet ouvrage et insiste sur la nouveauté qu’offre cet ouvrage photo-textuel : Grâce à cette science moderne qu’est la photographie, le lecteur peut désormais contempler les beautés actuelles et passées du monde. Elle fait même mieux que tout artiste qui tentera de les représenter, puisque tout ce qui s’offre aux yeux du lecteur est bien réel, parfaitement fidèle à la réalité et  permet même de capturer  l’âme de ce qui ont été présents à l’époque de leur construction.

Le texte, qui accompagne chaque cliché , se présente comme un guide  pour le voyageur, lui fournit en plus des informations sur l’histoire de chaque monument.

Mieux que Philéas Fog ou Nelly Bly, c’est en 80 minutes que le voyageur immobile fera le tour du monde :  » Snap his fingers at Phineas Fog and Nelly Bly. eighty days quotha ! seventy ? Sixty ? Nay, eighty minutes will suffice. »

Stranger in the Woods, a photographic fantasy

C’est un fait entendu, les animaux sont bien souvent les personnages principaux des livres pour les jeunes enfants. En matière de livres photographiques, ce sont souvent de petits animaux qui sont photographiés, doubles symboliques du jeune lecteur.

Notons au passage qu’il n’est pas rare que les éditeurs pour la jeunesse privilégient même les photographies d’animaux à celles d’enfants, obligeant parfois tel ou tel illustrateur à substituer la photo d’un alligator à celle d’une petite fille, si, si !

Parmi les photographes qui ont consacré leur carrière à la photographie animalière et ont conçu des livres pour enfants, on pense bien-sûr à Ylla, la si populaire photographe animalière des années 50.

Il se pourrait bien que Carl Sams et Jean Stoick, couple de photographes américains,  se soient  à leur tour fait une spécialité de ces livres pour enfants illustrés de clichés d’animaux sauvages, en photographiant ceux du Michigan et en réalisant la série des « In the Woods ».

Leurs ouvrages, multi-récompensés, utilisés dans les classes, se déclinent aussi en films courts et en livres-cd.

Stranger in the woods, 1999

Lost in the woods, 2004

Find my friends, 2006

First snow in the woods, 2007

When snowflakes fall, 2009

Interview de Carl Sams sur le genèse de Stranger in the Woods : https://www.indiebound.org/author-interviews/samscarl

Pas de bol ! de Susie Morgenstern et Theresa Bronn

Le point de départ du livre est un événement familial authentique, une dispute classique du matin au petit déjeuner, quand un frère veut forcément le bol que sa sœur a devant elle.

Les deux auteurs de l’ouvrage, l’écrivain Susie Morgenstern et l’illustratrice Theresa Bronn, ont confié à Miniphlit la genèse de cet album :

Susie Morgenstern : « Elle est venue prendre un thé et je lui ai donné le texte de « Pas de bol » sans savoir ce qu’elle allait faire, sans savoir qu’elle allait prendre le train pour Paris avec les bols et la nappe et les corn flakes pour mettre en scène mes propres petits enfants (qui sont la source de l’histoire) et ma fille avec la photo. J’étais éblouie. Mais c’était difficile de convaincre un éditeur jusqu’à ce que Thierry Magnier ait accepté de le publier. »

La fille de Susie Morgenstern, Aliyah Morgenstern, se souvient de l’enthousiasme des enfants pour jouer leur propre rôle, pour transformer la cuisine familiale en scène de théâtre : « On a adapté l’appartement, il n’y avait pas de table. On en a rajouté une ! Et après la scène finale terrible, il a fallu tout nettoyer ! »

Theresa Bronn : « Pour moi, dès le départ, je savais que la photographie allait être exploitée d’ une manière ou d’une autre. Quand Susie m’a dit que sa famille voulait bien faire la mise en scène, j’en ai profité !! Je ne sais même plus si c’était l’idée de Susie ou de moi pour tout faire en photographie dès le départ (…)Pour Pas de Bol, les petits personnages dessinés ont changé plusieurs fois, mais pas la partie photographique. Thierry Magnier voulait que l’album rentre dans une collection carrée particulière et ma maquette était rectangulaire (comme le format dans la viseur d’un appareil-photo). J’ai accepté de couper mes formats en carré même si j’ai eu beaucoup de mal au départ. »

Narration écrite et narration photographique se mêlent dans l’espace de la page. Le texte épouse les contours des objets présents dans le cadre, réalisation de Théresa, et invite le lecteur à plonger dans l’histoire.

La présence des petits personnages dessinés, doubles fictionnels des deux enfants réels, ancre définitivement l’album dans la fiction. Ce ne sont pas les photographies d’un moment familial de la famille Morgenstern qui sont fixés dans cet album, mais bien une histoire universelle que l’on présente au jeune lecteur et à laquelle il peut s’identifier.

Pas de bol ! a été réédité chez Actes Sud Junior en 2014, avec son format rectangulaire d’origine.

Theresa Bronn et Susie Morgenstern ont collaboré sur d’autres ouvrages :

Pas !, éditions du Rouergue, 2003

Confessions d’une grosse patate, La Martinière, 2003

L’agenda de l’apprenti écrivain, La Martinière, 2005

Une mère comment ça aime, La Martinière, 2006

Le lecteur pourra découvrir d’autres ouvrages sur le site officiel de Theresa Bronn : http://www.theresabronn.com/fr/

Merci à Aliyah et Susie Morgenstern, merci à Theresa Bronn.

Merci Mathilde Levêque.

Nativité

 

Laure Albin-Guillot met en scène et photographie pour cette Nativité, les santons de Noël  de Louise-Edmée Chevallier en 1946.

La jeune céramiste, collaboratrice de l’atelier Primavera, s’est fait une spécialité de ses petites  figurines qu’elle a déjà exposées dans de nombreux salons organisés par La société des artistes décorateurs.

Cet ouvrage s’inscrit dans ce courant des années 30-40 pour renouveler  l’imagerie populaire et religieuse. https://miniphlit.hypotheses.org/122

La même année, les deux artistes ont déjà proposé une illustration photographique d’un récit littéraire,  Suite d’illustrations pour le Grand Meaulnes d’ Alain Fournier, Ed° Henri Colas.