Archives de catégorie : Mes découvertes

Photo-Performances de vacances

En vacances au bord de la mer Gaspard creuse des tunnels dans le sable. Soudain, une main le happe et l’entraîne tout au fond du trou, l’occasion pour lui de pousser une porte et découvrir un autre monde, comme Alice, de l’autre côté du miroir. Et c’est celui de l’atelier d’un photographe, cet autre monde, celui de monsieur Clic, avec ses vieux appareils, sa chambre noire, ses zooms qui permettent de voir l’infiniment petit…

L’ouvrage est divisé en deux parties : celle du récit, illustré par des photographies de paysages, sur lesquelles l’illustratrice a dessiné objets et personnages, et celle des informations documentaires et des jeux qui invitent l’enfant à griffonner à son tour sur des  reproductions de photographies.

L’illustratrice mêle donc plusieurs techniques d’illustrations, comme elle l’avait fait dans son roman-photo De l’or en brique, pour lequel elle n’hésitait pas à mêler techniques empruntées à la Bande Dessinée, bulles, onomatopées, dessins et photographies.

Cet ouvrage témoigne une fois encore de la liberté des jeunes illustrateurs actuels pour s’inspirer des multiples courants artistiques.

La photographie dans cet ouvrage pour les tout-petits a vocation à planter un décor et à inscrire la fiction dans une réalité familière pour le lecteur. Elle est à son tour fictionnalisée par l’ajout de graphismes. Les différents clichés présentent aussi les multiples variations que permet la technique photographique, entre usage du flou, du gros-plan, du noir et blanc, de la couleur…

L’ouvrage Photo performances a été  édité par Actes sud en 2015, en partenariat avec les Ateliers de la Villette, qui proposent aux enfants, à partir de 8 ans, de découvrir l’Histoire de la Photographie et de s’essayer à créer des mises en scène photographiques amusantes.

http://www.galavanson.com/page/photo-performances/

Portrait de pays : Michaël and Anne in the Yosemite valley

Michael and Anne in the Yosemite valley, NY, The Studio Publications Incorporated, 1941.

Cet ouvrage pour enfants illustré par la photographie met en scène deux enfants, Michaël et Anne et narre sur une journée leurs aventures dans la nature, entre rencontres avec une indienne et un cowboy, baignade dans la rivière, sieste dans les hautes herbes…

Ces deux personnages sont en fait les propres enfants du grand photographe américain Ansel Adams et le décor de leurs jeux, celui de la Yosemite Valley, où ils résidaient une partie de l’année, et qu’il s’employa à photographier tout au long de sa carrière.

Malgré des photographies qui semblent témoigner d’un bonheur parfait qu’ est la vie au contact de la nature, servir de modèle pour ces clichés n’avait rien de très réjouissant, selon Anne Adams, qui confie quelques années plus tard :  « When we had to get in the Merced River, it was really, really cold, and the grass tickled. »

Le livre est surtout prétexte, comme dans un guide touristique, pour découvrir les beautés de l’Ouest Américain. Elles font prendre conscience au lecteur de l’immensité de ces paysages, de la puissance de cette nature, mais aussi de la protection qu’elle peut accorder à ceux qui y résident.

Si ces photographies d’Ansel Adams, et celles qu’il réalisa pour le gouvernement à la même époque,  ont sans aucun doute permis le classement de cette région en parcs naturels protégés et contribué ainsi à la préservation d’un environnement, elles ont également participé à forger l’unité d’une nation autour de ses territoires et de son Histoire, celle de la conquête de l’ouest.

Home

Ansel Adams explique son travail dans ce film  réalisé en 1958 : http://www.laboiteverte.fr/documentaire-ansel-adams-travail/

 

Captain Kodak

Captain Kodak, a camera story, Lothrop Publishing Company, Boston.

C’est en 1898 que paraît cet ouvrage d’Alexander Black, écrivain, journaliste, photographe, inventeur du « Picture Play », auteur d’un manuel pour photographe amateur, Photography indoors and out, a book for amateurs,  et de nombreux romans illustrés par la photographie.

« Everybody seemed to have a camera except us ! »se lamente un des personnages au début de l’ouvrage. C’est qu’en cette fin de XIXème siècle, grâce à l’invention du « Press the button », allusion au slogan lancé pour accompagner la commercialisation du Kodak,  tout le monde photographie et les clubs d’amateurs se multiplient.

Ce roman d’aventures d’une bande d’enfants membres d’un club de photographes,  est surtout un prétexte pour faire la preuve de tout ce que le Kodak permet : Immortaliser l’indien Walking Dog, ramener le souvenir des buildings de New-York et des rues de Brooklyn, celui des animaux du zoo, voir la fiction prendre forme grâce à ces saynètes jouées et photographiées, faire de  l’art, en photographiant des fleurs dans un vase, ou un bateau  sur la mer… Posséder un Kodak c’est vivre de nouvelles aventures et maîtriser une nouvelle technologie ! Pour seulement 25 dollars.

Pour en savoir plus sur Alexander Black : http://www.victorian-cinema.net/black

Livre de couple, les Histoires d’Amadou

Est-ce que l’histoire a été écrite pour les photos ou les photos réalisées pour illustrer l’histoire ? Dans le cas des Histoires d’ Amadou, c’est une écriture collaborative, et même,  une écriture à quatre mains, tant la vie et l’oeuvre des créateurs de ce personnage, couple à la ville et couple artistique,  sont étroitement imbriquées.

Suzi Pilet et Alexis Peiry ont commencé à travailler ensemble avant la création d’Amadou. En 1948, Suzi Pillet réalise des portraits d’enfants à domicile. Alexis l’accompagne, s’occupe des éclairages, conte des histoires aux enfants.

En 1951, ils créent leur propre maison d’édition, les éditions du Cerf-Volant, qui diffusera uniquement les aventures de leur petit héros. Ensemble, ils s’emparent du texte, de la mise en scène, de la confection des costumes, des accessoires et des décors dans lequel va évoluer leur « enfant ».

« Suzi Pilet n illustre pas mes livres après coup, mais nous les composons ensemble, texte et illustrations, de manière que l’image ne soit jamais une simple doublure visuelle du texte, ni celui-ci un simple commentaire descriptif de l’image, mais que l’un et l’autre, agissant par leurs moyens propres composent le même monde, poétique et humain, accessible à l’enfant ».

En 1956, les éditions Spes publient un volume rassemblant les trois premiers épisodes des histoires d’ Amadou, avec des illustrations graphiques.  La publication est un échec. Pour le lecteur, le texte ne peut exister sans les photographies…

Amadou est un personnage de chiffon  dont on suit les aventures à travers plusieurs albums : L’Opinel en 1951, le Radeau en 1952, la Bâche en 1953, Amadou marchand d’escargots en 1954, Amadou alpiniste en 1955, Amadou musicien-détective en 1956, Amadou torero en 1960.

Les éditions du Cerf-Volant seront ensuite rachetées par La Guilde du Livre en 1960.

 

 

Mémoire photographique

Coline Irwin, C’est autant d’amour que je t’envoie, MeMo, août 2010

 « Ce livre, illustré de photographies, parle de souvenirs communs entre un père et sa fille. Chaque semaine, ils se parlent au téléphone. À la fin de leurs conversations, son père lui demande…« Tu te souviens des livres qu’on lisait ensemble ? Le bruit des pages que l’on tourne et les phrases dans ces pages… Imagine toutes les lettres de tous les mots des livres qu’on lisait ensemble… c’est autant d’amour que je t’envoie. »

Chaque double page de ce livre est un souvenir, évoqué par une photographie et un court texte en regard.

Il est question de mémoire dans ce petit livre : mémoire visuelle d’abord, celle qui photographie, comme le fait un appareil, deux mains sur une feuille, des oiseaux sur un fil, deux rondelles de fruit dans une soucoupe…Mémoire sensorielle aussi, la lumière entre les feuilles des arbres, le goût de la pastèque en été, la musique des instruments, le bruit des pages que l’on tourne…Mémoire des mots encore, ceux des livres qu’on lisait ensembles, ceux des petites phrases comme des comptines…

La photographie  sur la page de gauche est comme l’image qui se fixe sur la rétine lorsque l’on cligne des yeux, la fixation d’un instant. La succession des images,  le « tu te souviens ? » répétitif,  font de ce livre une tentative de résurrection du passé, une quête pour retrouver ce qui a été. 

Parfois la perception du souvenir, exprimée dans le texte, n’est pas celle que la photographie a fixée. C’est que le texte laisse la place à l’oubli, à l’incertain, ouvre même sur un autre possible, sur ce qui a pu se passer, et qui figure sans doute dans le hors-champ de la photographie. Et le lecteur est invité à imaginer…  

 

Inquiétante étrangeté chez Cindy Sherman

En 1985, à la demande du Vanity Fair, la photographe Cindy Sherman plonge dans les profondeurs les plus sombres des contes de fées, pour en proposer une adaptation photographique très personnelle, faite de masques, de prothèses, de maquillages outranciers qu’elle applique sur sa propre personne, de poupées, de corps démembrés…La série ne sera jamais publiée.

En 1992, elle reprend le thème et illustre cette fois Fitshers’ Bird, le barbe bleu des contes des frères Grimm. C’est sans doute la version la plus terrifiante qu’elle choisit d’adapter, avec cette histoire d’homme démon qui enlève des femmes, les découpe en morceaux, lorsqu’elles lui ont désobéi et ouvert la porte qui devait rester close.

Cindy Sherman photographie des poupées, des mannequins. Ils sont photographiés au plus près, avec des gros plans sur des détails, des yeux, une barbe, une main. Les êtres sont démembrés, indéterminés, figés, sans vie. Les couleurs qui les entourent sont vives, surnaturelles. Chaque page est un tableau, capture d’écran des images qui circulent dans le cerveau de l’artiste.

Est-ce qu’on peut encore parler d’illustration ? On est loin du modèle littéraire ou d’une mise en scène théatrale, et d’ailleurs Cindy Sherman reconnaît qu’elle n’a pas trouvé le « conte de fées parfait » à illustrer.

Cette mise en page est angoissante. Dès qu’il ouvre le livre, le lecteur est collé aux images, happé dans le cadre et son salut ne viendra qu’en refermant la dernière page, pour échapper, une nouvelle fois, à cette inquiétante étrangeté.

 

Annette Messager et le livre pour enfant

J’ai découvert le travail d’Annette Messager lors de cette journée à Arras, consacrée à l’album pour enfant et la photographie.

Ces deux ouvrages, parus chez Seuil Jeunesse et QUI Quand Quoi, en 2003, sont bien destinés aux enfants.

Si les univers, grimaces et doudous, sont bien ceux de l’enfance, le lecteur s’interroge. Pour le premier, l’artiste  pend et démantibule  peluches et  poupées tandis que dans le second, elle met en regard animaux empaillées, couverts d’un masque façon membre actif du Ku Klux Clan,  et grimaces d’enfants.

Que permet la photographie dans ces ouvrages ? D’exprimer les peurs, les angoisses, les cauchemars et peut-être les envies les plus sombres qui trottent dans la tête des enfants ? Ou bien, une nouvelle fois, est ce l’inconscient d’une artiste qui s’expose dans ces photographies ?

D’autant qu’aucun mot explicatif, rassurant, dédramatisant, n’accompagne ces photographies. Il s’agit plutôt de provoquer et de libérer la parole grâce à la photographie, comme le font les psychologues des services pour enfants victimes de violence.

Ce n’est une nouvelle fois pas la photographie comme technique d’illustration qui doit poser problème aux parents dans le choix de ce livre pour la lecture du soir, mais bien le choix de la thématique abordée par l’artiste et son traitement.

Sur le site de Libération  : «L’art doit questionner et déranger»: http://www.liberation.fr/evenement/2006/11/20/l-art-doit-questionner-et-deranger_57822

 

Bildebuch mit fotos, Allemagne, années 20

La photographie et l’éducation tissent des liens étroits en Allemagne, dans les années 20. La photographie y est vue comme un outil au service des apprentissages, au service de la découverte et de la connaissance du monde.

Dans  Malerei Fotografie Film, en 1925, Lazslo Moholy-Nagy voit dans la photographie un médium d’avenir,  capable de former l’homme moderne :   » L’analphabète du futur sera l’ignorant en matière de photographie ». Il prédit même :  » La photographie deviendra dans un futur proche une branche d’enseignement au même titre que l’abc et le deux-plus-deux ».

Dès 1928,  le ministre de la culture et de l’éducation de la Prusse publie d’ailleurs un décret instaurant des cours de photographies dans les écoles publiques. En 1929, on proclame même  : « La photographie et la nouvelle école, elles sont faites l’une pour l’autre».

La photographie devient ainsi matière d’enseignement et approvisionne  également les autres disciplines en images, sous formes de photographies, de diapositives, de films.

L’édition pour enfants n’est pas en reste avec  ces documentaires narratifs de Friedrich Böer,  Klaus, der Herr der Eisenbahnen (Klaus, le maître du chemin de fer) ou Drei Jungen erforschen eine Stadt (Trois garçons explorent une ville).

Le photomontage, « art d’agitation »

L’URSS de Lénine, puis de Staline, est friande du photomontage, nouveau langage. Il se répand sur les affiches, dans la presse puis les livres, et les livres pour enfants ne sont pas en reste, eux qui font l’objet d’un profond renouveau, dans cette période où l’on veut former le nouveau citoyen.

C’est que le langage des images est immédiatement compréhensible par les masses, bien plus rapidement  que celui des mots imprimés. On déconstruit, on reconstruit la réalité, à partir des photographies, que l’on marie à une typographie simple et percutante et une ou deux couleurs vives.

Les illustrateurs deviennent bientôt les égaux des plus grands auteurs russes.

Pétiash, livre de Gustav Klutsis (1895-1944), publié en 1926, est un des livres phares de cette période. L’enfant soviétique est associé au développement du régime. Il doit montrer le chemin à ses camarades, adultes comme enfants.

 

Time to eat !

Copyright Albert Whitney & Co, Chicago

Le livre est signé  du photographe Franck Fenner, membre du magazine Popular Photography et Mame Dentler, nutritioniste de l’University Cooperative Nursery School de Chicago.

Il contient 42 photographies, dont 35 sont des plats photographiés et 7 autres, des photographies d’un enfant mangeant, buvant, coupant un morceau de pain…

Immanquablement, on pense au First Ficture Book d’Edward Steichen paru huit ans plus tôt. Lydia J. Roberts écrit d’ailleurs en introduction  :  the picture books « now being made which consist entirely of photographs of common objects and experiences that enter into the child’s own life , and which he may identify ».

La parution de ce livre en 1938 correspond également à une période au cours de laquelle on se préoccupe particulièrement de lutter contre la malnutrition et la mortalité infantile. Le développement physique et mental passe par une bonne alimentation, au même titre que le sport, les jeux de plein air, etc …

 

 

« poésie du réel » au Montreur d’Images

Est-ce qu’il s’agit d’une danseuse-marionnette  ou d’une fleur qui se fane ?

Cette double page est issue d’un ouvrage de la collection du « Montreur d’Images », créé en 1947 par l’éducateur-éditeur Paul Faucher, le père du Père Castor.

Placées dans un ouvrage documentaire, ces photographies de Robert Henri Noailles ont une valeur scientifique et pédagogique. Décontextualisées, elles incitent à l’ observation et à la déduction. Elles sont organisées en une longue séquence à caractère cinématographique, constituent un enchaînement narratif qui construit une réalité, dégage des faits, ceux des différentes étapes de la vie d’une fleur, applicables à d’autres variétés.

Elles seront d’ailleurs réutilisées dans des cours d’enseignement des sciences sous forme de diapositives.

Toutefois, elles prennent également une grande valeur esthétique, encore accentuée par un texte de J.M. Guilcher plein de poésie, une typographie variée, et surtout, une mise en page qui donne la part belle à l’image. L’imagination peut aussi se développer…

Il s’agit à l’évidence de produire ici, en plus d’un livre didactique, un beau livre photographique pour enfants, comme les années 40 ont su en produire, un livre de collaboration entre un écrivain et un photographe.

A contrario, avec ses textes rédigés par des spécialistes, caution scientifique, des photographies moins mises en valeur et fournies par des agences, la collection « La Joie de connaître » chez Bourrelier, lancée à la même époque, restera dans le pur informatif et documentaire.

Collection « Le Montreur d’images »

Découvertes, 1947

La vie cachée des fleurs, 1950

De la fleur à la graine, 1951

Les bourgeons s’ouvrent, 1952

Ramures, 1953

Un oiseau est né, 1955

Fougères, 1957

Les oiseaux de la nuit, 1958

 

 

Contes d’Andersen, encore

Dans les années 40,  Zoltan Wegner illustre à son tour les contes d’Andersen avec des photographies : Poucette (Collins, Londres, 1944),  Le joueur de flûte (Collins, Londres, 1944),  Aladin (Collins, Londres, 1945), Les nouveaux habits de l’empereur  (Collins, Londres, 1945), etc …

Il ne s’agit pas du texte original, mais d’adaptations très simplifiées. Les illustrations photographiques de ces ouvrages ne sont pas sans rappeler les réalisations surréalistes de Claude Cahun pour le Cœur de Pic : des poupées se trouvent placées au centre d’une scène dont le décor est composé d’éléments végétaux et  de jouets. La photographie couleur n’écrase pas les saynètes, qui semblent être en relief, grâce à un jeu sur la profondeur, les ombres, les reflets et les perspectives. On n’est pas loin de l’animation cinématographique non plus.

La maison Collins à Londres s’est semble-t-il fait une spécialité de ces ouvrages, d’ une qualité inégale,  avec sa collection des Collins Color Camera books qui puisait dans les contes et autres histoires du soir pour créer des livres photographiques avec poupées mises en scène.

Les PTT selon Piet Zwart

Lire un manuel sur le fonctionnement des postes, télécommunications et télégrammes hollandais n’a certainement rien de très attrayant pour un enfant, à moins que son auteur ne le transforme en livre-spectacle, comme dans cet Het Boek van PTT, paru en 1938.

Tout est dans le visuel, dans la construction architecturale d’une double page, qui dans un même espace rassemble texte et reproductions de cartes, photographies d’objets, de personnes faisant la queue au bureau de poste, de personnages en cartons qui ne sont pas sans rappeler ceux de Rodtchenko, de photomontages… Le tout accompagné de multiples couleurs, d’une typographie variée et  variable  dans sa taille et perturbée par l’irruption de mots manuscrits ! L’humour ne manque pas, avec ce monstre enfermé dans un paquet, pas plus que l’irrationnel, avec ces paysages imaginaires, parcouru par un postier qui semble emporté par la vitesse.

Aux commandes de cet ouvrage, Piet Zwart (1885-1977), architecte, typographe, designer hollandais, proche du mouvement de Stijl et de la revue du même nom, en contact avec Lissitsky, Rodtchenko, Van Doesburg, Schwitters et les membres du Bauhaus et qui semble réaliser avec cet ouvrage une compilation de toutes les avant-gardes des années 30.

Toni Frissell’s books for children

La photographe Toni Frissell (1907-1988) est plus connue pour ses photographies de mode et de célébrités, publiées dans Vogue, le Harper’s Bazaar et Sports Illustrated, et pour ses clichés pris pendant la deuxième guerre mondiale en tant que photographe indépendante.

Toutefois, on découvre trois livres pour enfants dans sa bibliographie  : A Child’s Garden of Verses, en 1944, est une interprétation par la photographie des poèmes devenus classiques, de Robert Louis Stevenson, publiés en 1885, pour laquelle elle photographie son fils et sa fille.

My  Shadow, Copyright Librairie du Congrès.

 » I have a little shadow that goes in and out with me,
And what can be the use of him is more than I can see.
He is very, very like me from the heels up to the head;
And I see him jump before me, when I jump into my bed.
The funniest thing about him is the way he likes to grow—
Not at all like proper children, which is always very slow;
For he sometimes shoots up taller like an india-rubber ball,
And he sometimes gets so little that there’s none of him at all. »

En 1946 elle illustre le conte de Sally Lee Woodall, The Happy Island, «  A camera Tour of Bermuda, seen through the eyes of children », (Popular Photography, janvier 1947),   et en 1948, elle propose sa version photographique des nursery rhymes, dans Toni Frissell’s Mother Goose.

It’s wings that make birds fly

Avec ses quatre albums pour enfants publiés  à partir de 1968, Sandra Weiner poursuit l’oeuvre de la photographie réaliste de la Photo League des années 30-40, qui voulait montrer l’Amérique, ses villes et  leurs habitants, à travers des histoires individuelles.

It’s wings that make birds fly  est le premier. Otis, enfant noir, habitant de New York, raconte son monde, ses joies, ses malheurs, ses rencontres,  les désordres de sa vie et sa quête du bonheur :  « I like people. I like my sisters, my brothers. I likes my father and grandmother. I like my mother and my cousins and my aunt ».

La photographie en noir et blanc témoigne, montre le désordre ambiant, la misère, mais aussi les complicités, les amitiés. C’est le vrai Otis qui est photographié, comme le texte est le fruit des enregistrements des discussions de l’auteur avec lui et ses amis.

Sandra Weiner fait le portrait d’un personnage et à travers lui, celui d’un monde. Le livre n’est pas un pamphlet pour autant. Il montre au lecteur, à travers une vie particulière, le monde qui l’entoure, avec l’espoir, comme le dit le photographe Gordon Parks, qui  signe l’introduction : “And I hope that we, you and I, will come to know our responsibility toward helping Otis into a manhood of dignity”.

Le lecteur-spectateur de la vie d’Otis a rapidement le sentiment que  les photos et le texte sont dépourvus d’une promesse de meilleur, impression qui se confirme lorsque l’on apprend en dernière page qu’ Otis est mort, peu de temps  après la sortie du livre, dans un accident de rue.

Sur le site du Centre International de la photographie de New York :

« Born in the town of Drohiczan, Sandra Weiner immigrated with her parents to the United States in 1928. She met the photographer Dan Weiner in 1940 and took photography courses from him as well as from Paul Strand at the Photo League; she and Weiner were married in 1942. In 1947 she began working with her husband on his freelance assignments for Fortune, LIFE, Sports Illustrated, Harper’s Bazaar, and other publications, and continued collaborating until his death in a plane crash in 1959. Sandra Weiner worked as a picture editor for Sports Illustrated afterwards, and in the late 1960s wrote children’s books, which she illustrated with her own photographs. The first, It’s Wings That Make Birds Fly (1968), included an introduction by Gordon Parks, and was followed by Small Hands, Big Hands (1970), They Call Me Jack (1973), and I Want to be a Fisherman (1977). Weiner taught photography at New York University and at the City University of New York. Her work has been exhibited at several New York galleries, the Akron Museum of Art in 1996, and the Port Washington Public Library.
Sandra Weiner is the author of many exceptional pictures constituting a distinctive body of work. Her acute perception of individual character, especially that of children, and her subtle rendering of neighborhood atmospheres make her documentary pictures of New York some of the most insightful works of their time and genre. »