Archives de catégorie : Mes découvertes

Ma famille

Découvert à la troisième journée dédiée aux rapports entre littérature pour la jeunesse et photographie, ce petit ouvrage plein d’humour présente, sur chacune de ces pages, les membres d’une famille symbolisés par des meubles photographiés. Les photographies sont travaillées, complétées de graphismes, détourées et collées sur un fond de couleur uni et décontextualisé.

Le choix des meubles résonne avec le caractère ou le physique de la personne désignée : Pépé Ernest est symbolisé par un fauteuil, dont l’assise rappelle la bedaine du grand-père. L’arrière grand-mère complètement « sourdingue » prend l’image d’un phonographe, qui l’inscrit dans le temps et rappelle également le cornet acoustique. La grand-tante et ses copines prennent les traits de chaises de camping à fleurs des années 1970 qui évoquent instantanément les bavardages des vacances.


Chaque portait est accompagné d’un titre, au dessus du personnage présenté, dont les mots et la typographie redoublent le message de l’image. Chaque membre de la famille de cet album de famille est donc construit par l’assemblage des mots, des images et des échos qu’il provoque dans les souvenirs des parents-lecteurs.

Pour l’ouvrage Mes Amis, Anne-Caroline Pandolfo et Isabelle Simler reproduisent le même dispositif.

Слет, 1930





Dans l’Union Soviétique des années 1920-1930, photographes professionnels et amateurs se mettent au service du nouveau régime pour montrer ses réussites. La photographie est en phase avec la modernité. Elle peut témoigner du développement technologique du pays, de la réalité de la vie du travailleur, mieux que ne le ferait une représentation graphique . Si peu d’ouvrages pour enfants sont illustrés de photographies, elle est cependant fréquente dans les livres à destination des jeunes pionniers.

En août 1929, 7000 jeunes pionniers et 40 000 invités se réunissent au stade Dynamo de Moscou, pendant une semaine, avec conférences, compétitions, congrès communiste des enfants et un carnaval. Cet ouvrage publié en 1930, La réunion, d’Oleg Schwartz, fonctionne comme un reportage journalistique, constitué de multiples photographies accompagnées d’un texte qui soutient leur message.

Les panoramas attestent de la présence d’une foule nombreuse et du gigantisme du rassemblement. Les portraits d’enfants témoignent de l’enthousiasme des pionniers présents mais également de l’unité de toutes les composantes du pays. Les jeunes gens, garçons et filles, participent à des compétitions de saut, de natation, de lancer, de course, mais sont également invités à s’entraîner au maniement des armes et à s’exprimer lors de réunions politiques.

Many thanks to Vita Ustanina !

Let’s Go Outdoors

Harriet E. Huttington, Let’s Go Outdoors, 1939

Let’s Go Outdoors est le premier volume de la série des « Let’s Go books », série d’ouvrages documentaires, au format carré, abondamment illustrés de photographies, et destinés aux tout-petits lorsqu’ils sont en âge de pousser les portes de leur univers immédiat, pour aller découvrir le monde. Le texte en regard des photographies donne des informations dans un langage très simple sur les insectes, vers, tortues, grenouilles… Huit ans après l’imagier The First Picture Book d’ Edward Steichen, qui présente les objets du quotidien de l’enfant et dont la finalité est l’acquisition des premiers mots, il peut se présenter comme un ouvrage qui lui fait suite et accompagne une nouvelle étape de son développement.

Ces clichés sont réalisés par Preston Duncan, photographe de stars, mais Harriet E. Huttington signera les photographies des tomes qui suivront :  Let’s Go to the Seashore (1941), Let’s Go to the Desert (1949), Let’s Go to the Brook (1952).

La série se poursuivra jusque dans les années 1980, avec d’autres ouvrages comme Let’s Look at Dogs. Harriet E. Huttington réalisera également un ouvrage destiné à faire connaître les instruments de l’orchestre : Tune up, the instruments of the orchestra and their players, publié chez Doubleday en 1942.

Ernest La Prade, auteur de la préface, souligne le talent d’Harriet E. Huttington pour tirer partie des qualités décoratives des instruments et réaliser des photographies artistiques. Il ne s’agit pas seulement d’un ouvrage pédagogique, mais bien d’offrir au lecteur une source de plaisir : « Tune up should be a source of instruction and pleasure for any child ».

Photo-sculpture, 1940

Henri Rox, Banana Circus, London, Hammond, Hammond & Company Ltd, New York, Putnam’s sons, circa 1940, 48 p.

Henry Rox (1899-1967) est l’auteur de ces délicieuses et très anthropomorphiques sculptures périssables, qu’il photographie, et avec lesquelles il réalise trois ouvrages pour enfants Banana Circus, Tommy Apple in banana land, Tommy Apple and Peggy Pear  dans les années 1930 et 1940.

Banana Circus met en scène la famille Banana dans différents numéros de cirque, acrobates, musiciens, otarie, projectile « humain »…  Le texte en regard des photographies est signé Margaret Fisher, émigrée d’Allemagne pour s’installer aux U.S.A avant la guerre comme lui, et auteure de nombreux albums pour la jeunesse.

Le juin 1941, le magazine Life lui accordait déjà deux pages, dont une accueillait une histoire photographique en couleur. L’auteur de l’article suggérait que ces petits personnages pourraient être à l’origine d’une nouvelle sorte de bande dessinée.

« Speaking of pictures », Life, juin 1941

Je m’amuse avec le photomontage en 1931

Jean Manfrédi, Je m’amuse, Paris, Librairie Flammarion, circa 1931.

L’album paraît en 1931, au moment où Sougez  publie deux albums destinés à présenter les objets de l’enfance : Alphabet et Regarde. Dans ces mêmes années, Ergy Landau et André Kertesz proposent leurs visions de l’enfance dans leurs albums Enfants, avec des images d’enfants photographiés au bain, à table, dans leurs séances de jeux. Pierda  propose lui aussi son Alphabet photographique. De l’autre côté de l’Atlantique, Mary Steichen Calderone préface le livre de son père en déclarant que rien ne convient mieux à l’enfant que les livres illustrés de photographies, pour découvrir le monde.

Page intérieure

Cet album de Jean Manfrédi (auteur d’un autre album pour enfants, entièrement dessiné, en 1935, chez le même éditeur) offre cette particularité de proposer des illustrations mi-photographiques, mi-graphiques. Les têtes, mains et jambes des deux enfants proviennent de photographies, tandis que le décor et les jouets sont dessinés et coloriés. Son auteur aussi s’amuse. On n’est pas loin des réalisations de Piet Maree : https://miniphlit.hypotheses.org/477

Un tour d’Europe dans les années 30 : Around the world in eleven years

Patience Abbe, Around the world in eleven years, New York,  Blue Ribbon books, 1938

Patience, Richard et John Abbe, les auteurs de cet ouvrage, sont nés à Paris à la fin des années 1920. En 1932, les Abbe quittent Paris pour Berlin, puis Moscou, reviennent vivre dans l’ Allemagne hitlérienne, avant de repartir en Angleterre et de rejoindre les États-Unis, au gré des missions de leur père.

Ce dernier est le photographe américain James Edward Abbe, qui travaille pour de grands journaux tels que le Harper’s Bazaar ou le New York Herald Tribune. Dans cette période, il photographie notamment Hitler et Staline.

L’ouvrage est autobiographique. La jeune Patience Abbe écrit à la première personne et au passé, le récit de leurs voyages, des rencontres qu’ils font, décrit les maisons, les écoles qu’ils fréquentent, les obsèques de la femme de Staline, les parades nazies dans Berlin, les hauts buildings de New-York et les difficultés des photographes pour vivre de leur art…


« With is the way I, Richard and Johnny said « Heil Hitler »

En Allemagne, Patience raconte  les autodafés de Goebbels,  commente la situation de la population juive- « Hitler ought not to be so severe with the  Jews », analyse sa rencontre avec Goering-« General von Goering was a handsome man, but too fat »…

En Russie, elle s’interroge sur le communisme : « The Russians don’t like wars but we don’t understand then why they want to kill the Capitalists. […]I don’t see how you can take the money away from the Capitalists without killing them ».

Ce récit de voyage, plein d’innocence, est aussi un témoignage sur la situation de l’Europe dans les années 1930.

Le livre  a été traduit dans plusieurs langues, a connu un vif succès en Angleterre et aux États-Unis. La revue L’ Education Nouvelle le conseille en 1939, dans sa rubrique « Revues et  Livres »  :   » Lisez le à la fois pour rire et pour admirer, une fois de plus, combien les enfants sont intelligents quand on les laisse libre de s’exprimer, et combien les joies de l’esprit leur importent plus que le confort ».

The Circus

« Have you often wondered  where the circus goes in winter ? »

Ce sont toutes les coulisses d’un cirque que le jeune lecteur peut découvrir dans cet ouvrage pour enfant de 1934, édité par la Saalfield publishing company. Les trente-deux pages de ce reportage font la  part belle à l’image photographique documentaire, qui accompagne un texte dans lequel on  apprend comment sont dressés les éléphants, chevaux et chiens, comment les hommes montent le chapiteau, qui fait la cuisine pour tous les artistes, ce qu’ils mangent, où ils dorment, comment ils sont soignés. C’est la réalité qui leur est proposée de découvrir, l’envers du décor d’un spectacle populaire chez les enfants comme chez leurs parents.

The cook-house

Il est bien-sûr question des indispensables clowns, du dompteur, des acrobates, mais la narratrice s’attarde également sur  deux attractions spéciales : « the big, big giant », héritier des  monstres de foires et Tom Mix, le  cow-Boy des plaines du far far west.

 » The circus—a strange and beautiful world—a world all to itself—- here today- -elsewhere tomorrow- living forever between the opening and closing flourish of trumpet « 

L’auteur de l’ouvrage, Klara E. Knecht travaille elle-même pour le Hackenbeck Wallace Circus, célèbre cirque qui sillonne les Etats-Unis au début du XXème siècle. Elle est l’auteur d’autres livres pour enfants Big animals, animal books, Wild animals as i know them, publiés dans les années 1930.


Klara E. Knecht with « Tess » the Elephant

De l’autre côté de l’Atlantique, François Kollar photographie à la même époque  clowns et équilibristes, qui illustreront son Reportage photographique devant les baraques de la foire, et deux clichés de Germaine Krull accompagnent le texte  et les dessins très colorées de Serge, pour Vive le Cirque.

Kodak Girl

Sur la couverture dessinée de cet ouvrage publié en 1900, à Boston, deux fillettes jouent au photographe-amateur. Depuis 1890, la firme Kodak a ancré sa campagne publicitaire autour de la femme moderne,  en mesure désormais d’immortaliser seule les moments de bonheur familial grâce à ce nouvel appareil, plus petit, plus léger, qui libère aussi des contraintes de posséder un matériel pour développer les clichés, puisqu’elle s’en charge..  Les femmes ne sont désormais plus des sujets, mais des photographes.

Emma Cockrell Baldwin y trouve là un moyen d’illustrer avec ses propres photographies, l’histoire qu’elle imagine pour les enfants. 41 photographies mettant en scène  deux fillettes, leurs amis, leurs jouets et leurs animaux ou bien encore des clichés de paysage, accompagnent le récit. Elles sont toutes légendées, avec renvoi à la page.

Kodak a libéré la femme et sans conteste accéléré la production de photolittéraire pour enfants !

 

L’Art photographique révélé aux enfants

Quelques éditeurs se sont fixés la mission de faire découvrir l’ Art de la photographie aux plus jeunes, en éditant des compilations de photographies réalisées par des photographes célèbres.

La collection Révélateur, éditée dans les années 1990 par l’Atelier des enfants du Centre Pompidou, propose aux enfants un « premier regard sur la photographie », en regroupant dans un ouvrage-un portfolio ; l’idée même d’insérer photographies et textes dans ce format d’ouvrage est déjà un parti pris artistique-19 photographies de « grands maîtres », parmi lesquels Brassaï, Boubat, Koudelka, Kertesz, en noir et blanc ou en couleur, classées par thématique : feuilles et feuillages, murs et fenêtres, l’eau, etc…

Ces clichés sont accompagnés d’extraits de textes de la Littérature, choisis pour la thématique commune qu’ils abordent et qui sont censés dialoguer avec les images. Ces écrits fonctionnent en fait comme des « suppléments d’Art » donnés aux images photographiques avec les signatures de Borges, Breton, Char, Platon…

En 1995 Gabriel Bauret et Grégoire Solotareff propose Album, édité par L’École des Loisirs, un imagier, recueil de photographies de maîtres, en couleur ou en noir et blanc, accompagnées d’un mot. L’idée est de retenir des photographies d’artistes « qui désignent quelque chose de concret »  et de « choisir des mots du vocabulaire courant, pas trop éloigné de l’univers des enfants », selon les auteurs eux-mêmes.

Dans le même genre, en 2006, Marie Houblon publie, chez Tourbillon, Mais …que font-ils, un recueil de 150 photographies puisées dans le fonds de l’agence Magnum (signées Henri Cartier-Bresson, Raymond Depardon, Josef Koudelka…) accompagnées de mots. Il est question par l’image et les mots de répondre à la question du titre : « Mais que font tous ces personnages ? Ils dansent, ils attendent, ils jouent… ils vivent ».

Dans ces ouvrages, les mots qui accompagnent les photographies se focalisent sur un détail de l’image, orientent sa lecture. Le lecteur conserve toutefois toute la liberté de s’en échapper pour fixer son œil sur d’autres éléments, laisser parler son imaginaire.

Au final, rien, dans ces ouvrages, n’est dit de la technique, du courant dans lequel s’inscrivent ces photographies, de leur spécificité, de la place de l’artiste, de ses choix…Il s’agit de proposer à l’enfant de belles images et de les faire parler.

Deux questions se posent : est-ce que ces ouvrages constituent réellement de « véritables approches de l’ Art photographique » comme le proclame l’éditeur de Mais …que font-ils ? Est-ce que ces compilations d’œuvres des « maîtres de la photographie » peuvent être envisagées comme des « mises en bouche » pour aller plus loin dans la découverte de l’ Art des photographes ?

 

A boy’s vacation abroad, journal d’un Américain en Europe

Ce très élégant jeune homme dont le portrait figure en frontispice de l’ouvrage publié à Boston en 1906, A boy’s vacation abroad ; a American boy’s diary of his first trip to Europe, est C.F. King Jr, élève de la St John’s School de New York.

Entre le 5 juillet 1906 et le 25 août 1906, le jeune homme et son frère cab accompagnent leur père en Europe  et traversent The Old World : la France, la Suisse, l’Italie, la Grèce, la Turquie, La Bulgarie, La Serbie, l’Allemagne, la Hollande.

Texte, photographies et légendes témoignent de ses rencontres à bord des différents moyens de transports empruntés, de ses visites, des spectacles auxquels il assiste et des quelques-rares-difficultés qu’il rencontre.

Comme il l’annonce en préface, la finalité de ce « journal » est double : -mémorielle : « recall the pleasant time i had on the trip »

-utilitaire : « everyone who goes abroad for the first time will use this book as a guide ».

Une autre finalité apparaît dans les quelques lignes qui terminent le journal : « I am sure i learned a lot of the world and the people in it. I learned to love America more and have become actually proud that I am an American. We are cleaner, better, brighter, and happier in this country. Truly it is God’s own country !”

Cet ouvrage s’inscrit dans les portraits de pays d’avant la Seconde Guerre mondiale,  destinés,  le plus souvent, à construire l’identité nationale, par opposition ou rapprochement, et à former le jeune lecteur à l’esprit patriotique. En somme, s’il est intéressant de se former en voyageant, il encore mieux de retrouver son nid !

Bonnes vacances !

 

 

 

L’Abécédire, dire la vie et l’alphabet. Miniphlit accueille Lily Franey

L’abécédire est publié en 2001 aux éditions « Rue du monde » dans la collection « L’album-photo ». Le livre, comme tout imagier-abécédaire, est destiné à l‘éveil des tout-petits, à leur apprentissage des mots et leur découverte du monde.

Alain Serres est à la conception de cet ouvrage hybride : « Son idée était d’avoir trois types de messages avec une lettre de l’alphabet : Le mot, une image photographique qui représente le quotidien de l’enfant et un dessin symbolique proche du thème de la photographie[1] ».

Il contacte donc la photographe Lily Franey,[2] dont il a découvert le travail photographique sur les droits de l’enfant, à l’occasion d’une exposition pour le CCE Cheminots en 1990. Naît ensuite une relation professionnelle privilégiée puisque de nouvelles collaborations se mettent en place : « A la suite,  Alain Serres m’a publié des photos dans plusieurs ouvrages des éditions Rue du monde » explique Lily Franey.

En 1995 Lily Franey réalise une série de clichés dans les crèches du Val de marne. C’est à la suite de l’ exposition[3] qui en découle qu’ Alain Serres propose à Lily Franey d’illustrer avec ses photographies les mots qu’il a choisis.

« Attendre, boum, changer, doucement, écouter, frisson, grandir, hop !, impossible, jungle, klonk, léger,  magique, non, oui, partir, qui est-là ? , réfléchir, slurp !, terminé, unique, voyager, what’s your name ? , xkrrreuh !, youpi ! et zut ! » Ce sont à la fois des noms communs, des adjectifs, des adverbes, des onomatopées, des verbes, de courtes phrases, dont une en anglais, et, contrairement aux abécédaires les plus courants, ils ne sont pas puisés  dans une thématique, ni dans le monde spécifique de l’enfance.

« Nous avons choisi ensemble, Alain et moi, les photographies dans mon travail sur les tout-petits et sur les droits de l’enfant pour illustrer les thèmes qu’il souhaitait évoquer. »

Les photographies ne sont  pas conçues exprès pour le livre, mais choisies dans une banque d’images préexistante : « La plupart des photographies sont prises dans les crèches de Gentilly, Créteil, Champigny », d’autres sont tirées d’ expositions antérieures : « Certaines photos sont prises dans mon stock d’images : lettre G, maman et enfant, exposition sur les femmes de Romainville – lettre Q, les mômes de St Denis 93) – lettre X , Afrique, Mali ».

Elles sont toutes des moments du quotidien, moments de jeux, de repas, de partage d’émotions. Elles sont prises à hauteur d’enfants, n’épargnent ni les bouderies, ni les pleurs, invitent l’enfant-lecteur à pénétrer dans l’image, à se reconnaître comme un des acteurs.

La photographe fait le choix du noir et blanc, comme une suite logique à son travail, mais aussi, selon elle, parce que meilleur révélateur des sentiments de l’enfant : « Le noir et blanc me permet d’aller plus directement vers tout ces sentiments à exprimer ».  Sans doute, remarque-t-elle, « la couleur aurait pu vite devenir un travail plutôt orienté vers une forme de graphisme et aurait certainement perturbé le sens de l’image ».

La couleur dans le livre, c’est le dessin qui la porte, dessin de la lettre, illustration graphique d’Olivier Tallec. Ce dernier a travaillé à partir des clichés comme le rapporte Lily Franey : « Olivier Tallec a fait (ou pris dans son stock) des dessins symboliques en s’inspirant des clichés photographiques ».

Comment se fait le lien entre le visuel et le textuel ?

Dans l’espace de la double page, sont combinés une lettre, un mot, une image photographique et un dessin, non cadrés, à peine séparés par la pliure du livre.

Si l’on prend la lettre « A, a », elle s’accompagne dans une bande du mot « attendre ». En dessous, sur la photographie, une femme tend les bras vers un enfant. Le jeune enfant a un doigt dans la bouche. Le cadrage de la photographie laisse voir l’eau d’une piscine et un jeu pour bébé-nageur, contextualisant ainsi la prise de vue.

La photographie a donc été choisie puisque le petit enfant semble attendre pour se décider : « L’enfant qui attend, qui s’interroge, s’il va pouvoir être capable, avoir la force de plonger, pour se jeter à l’eau dans les bras de sa mère », explique Lily Franey.

Pour  le dessin en regard, à peine séparé de l’image photographique par la pliure de l’ouvrage, ce qui créé un écho entre les deux,  le dessinateur a choisi de représenter, en couleurs vives,  trois oiseaux, dont l’un quitte le nid : « Dans le dessin, la symbolique se porte sur la force d’un petit oiseau à quitter le nid et s’envoler comme l’encourage sa mère. Les deux images se combinent donc pour illustrer la polysémie du mot.

Les deux illustrations dans la double page ne forment pas une suite, et pourtant, dans leur confrontation entre elles,  et avec le mot, des questions adviennent, une histoire se crée, un avant et un après du moment de la prise du cliché voit le jour dans la tête du spectateur-lecteur  : « C’est magique : tu peux te raconter cent histoires, te poser mille questions. Qui c’est celui-là ? Où elle va ? Ils ont peur de qui ? Et moi, je ferais quoi à sa place ? » indique la préface. La dernière double page de l’ouvrage est à cet égard parlante :

Sous l’étiquette « Z, z, Zut », l’image d’un ours en peluche qui a perdu un œil fait face à la photographie d’un cerceau, qui roule vers la droite, dans le sens de la lecture, vers la fin du livre. C’est au lecteur de dire (Abécé-dire) ce qu’il va advenir de cette peluche, de ce cerceau, car même si « zut, le livre est fini », l’imagination va venir à notre secours.

La conjonction du visuel et du textuel, dans l’espace de la double page, invite donc le lecteur à mettre  en relation les trois messages,  et surtout à créer une histoire, des histoires, à dépasser la simple illustration d’un mot, à la compléter, à imaginer.

Si le livre raconte des histoires, il  propose aussi à l’adulte-lecteur  une plongée dans l’univers de l’enfance, avec ses « visions de l’enfance »,  dans la ligne droite des Enfants d’ Ergy Landau ou de Kertesz. « Bon voyage dans l’étonnant pays de l’Abécédire », conclut Alain Serres. « Bon voyage dans le pays de l’enfance », pourrions-nous compléter.

Merci Lily !

[1] Interview de Lily Franey

[2] Lily Franey est photographe de l’agence Rapho

[3] Exposition « Je suis petit …comme je suis », catalogue édité par la maison Robert Doisneau, 1996

Signé ALOUETTE , de l’écran à l’écrit (suite…)

En 1960, Pierre Véry (1900-1960), célèbre auteur de romans et scénariste, publie chez Hachette, dans la « Bibliothèque verte » le roman pour la jeunesse  Signé :  Alouette, dans lequel   trois jeunes garçons mènent une enquête autour d’un gangster déguisé en aveugle…

L’oeuvre est prolongée en 1967 :  le roman est adapté pour la télévision par Jean Vernier, sur un scénario d’Yves Jamiaque. Il sera diffusé  en huit épisodes le samedi soir, à 21h, sur la première chaîne de l’ORTF. Le succès est immédiat dans une époque où la télévision ne possède qu’une seule chaîne. Prolongement de l’expérience spectatorielle également, les fans peuvent retrouver les acteurs du film dans des reportages qui leur sont consacrés et reprendre le générique en chœur, grâce à la bande-originale qui est simultanément mise en vente.

La novellisation sort chez Hachette, au moment de la diffusion du téléfilm, dans un album grand format de 38 pages.

Elle a été envisagée  très tôt, puisque Noël Véry, le fils de Pierre Véry, réalise les photographies au moment du tournage.  La couverture de l’ouvrage porte la mention « d’après l’oeuvre de Pierre Véry ». Il n’est plus l’auteur du texte mais son lointain inspirateur, puisque entre-temps un scénariste a déjà adapté la première oeuvre. Le texte de la novellisation est lui confié à Claude Voilier, auteure prolixe des romans de la série du « Club des 5 » qui « raconte » à son tour une histoire, à partir du scénario. Circulation transmédiatique…

Le roman originel a été réédité chez Mango, dans la collection « Chambres noires » en 2009.

 

Du film au livre, Le Haricot d’Edmond Séchan

C’est en 1962 qu’Edmond Séchan, chef opérateur d’Albert Lamorisse pour Crin Blanc, réalise ce court-métrage qui obtient la Palme d’Or au festival de Cannes de 1963.

Edmond Séchan réalise  photographies,  maquette,  texte  lors du tournage, avec l’idée déjà bien établie de faire un livre, comme cela a été le cas pour Niok l’éléphanteau, en 1957. Mais sa novellisation (The string bean) ne paraîtra chez Dobble Day, aux Etats-unis, qu’en 1982,  traduite pour l’Ecole des Loisirs en 1984, dans la collection « Mouche ».

Si le film racontait une histoire en musique et en images, (aucun dialogue),le passage dans un nouveau média contraint l’auteur à opérer quelques ajustements.

Comment rendre compte dans un livre illustré de photographies du temps qu’une plante met à pousser? Comment rendre compte de la solitude d’un personnage, cette vieille dame en noire, filmée longuement dans ses petites activités quotidiennes ? Comment rendre compte des mouvements impatients des jardiniers qui arrachent le plan de haricot ? Comment passer de la taille de l’écran à celle des photographies de la collection « Mouche » ?

Par la mise en page et le choix des photographies d’abord : images séquentielles pour dire la narrativité, cadrage sur le visage de la vieille dame pour dire sa tristesse, photographies en noir et blanc pour dire la solitude, photographie qui déborde sur la deuxième page, adoption du point de vue du personnage, qui s’étale sur une double-page, et permet au lecteur de voir avec les yeux de la vieille dame…

Par un texte qui créé un avant et un après de la diégèse, par l’insertion d’un narrateur omniscient, qui fait connaître au lecteur les pensées du personnage, par une composition de la page  qui marie des images et un texte  qui épouse l’horizontalité ou la verticalité des photographies…

La novellisation est bien, dans ce cas, une re-création et non le calque d’un film.

 

 

 

Sotlugg och Linlugg, féérie suédoise !

Dans le genre des ouvrages photographiques mettant en scène des poupées, marionnettes et autres petits objets hétéroclites, il faut ajouter cette collection qui vient renouveler dans les années 40-50, en Suède, l’illustration des contes.

L’auteure suédoise Karin Fryxell (1911-2003)  fabrique ses poupées, les met en scène dans des décors réels et les photographie. La collection connaîtra un vrai succès, comme en témoigne la publication de 15 ouvrages, une adaptation pour la télévision et leur réédition dans les années 80.

On pense immédiatement aux Histoires d’Amadou, publiées aux Editions du Cerf volant, puis à La Guilde du Livre, dans les années 50. Mais la ressemblance s’arrête à la conception du livre. Amadou avait toutes les réflexions et attitude d’un vrai petit garçon, ce qui chagrinait bien les lecteurs lorsqu’ils découvraient dans l’atelier de Suzy Pilet qu’il n’était qu’une poupée de chiffons. Ces deux trolls Sotlugg et Linlugg vivent, eux, dans un monde imaginaire peuplé de sorcières, fées et autres monstres.

C’est sans doute ce petit air de « féérie au sein de la vie quotidienne »  que prennent ces histoires, qui a séduit tant  de lecteurs. La photographie dans des décors naturels de ces êtres tirés des contes, permet le mariage entre réel et féérique, ce qui anime bien chaque enfant lecteur.

La photographie, révélatrice de merveilleux ?

 

 

A child’s day, de Walter de la Mare : illustrations graphiques ou photographiques ?

 

Ce poème pour enfants de Walter de la Mare est publié en 1923 dans la collection des « Home book of verse for young people » chez Henry Holt and Cie, à New York.

Le long poème en vers est dédié à Elisabeth-Ann et décrit sa journée. Sur la jaquette de cette édition, l’éditeur  décrit le contenu du livre  : « Here’ s a book of verses about the happy things  which inake up Elizabeth-Ann’s long, long day with only herself to play with”. Elizabeth-Ann s’habille, déjeune, joue dans le jardin, lit un livre d’images, se déguise et, à la fin de la journée, va se coucher et rêve.

Walter de la Mare décrit l’emploi du temps d’une fillette dans des vers simples et distrayants en l’agrémentant des nombreuses pensées qui viennent peupler l’imaginaire de l’enfant. Nombre d’animaux ou de personnages de contes viennent d’ailleurs meubler les pensées de la fillette dans une journée : ours, éléphant, crocodile, cygne, puma, panthère, sirènes et reines orientales se croisent dans l’esprit de l’enfant lorsqu’elle joue, lit, prend son déjeuner, ouvre l’armoire des vieux vêtements. Dans Little Birds Bathes, en 1912, Les crocodiles ours polaires et autre cygne emplissaient déjà la baignoire d’Elizabeth-Ann. Walter de la Mare semblent voir la vie de tous les jours comme une part de l’univers tout entier, fait de réalisme et d’un monde surréel.

Pour cette édition, Winifred Bromhall, illustratrice très prolixe, réalise des illustrations très art déco, qui accompagnent, soulignent le texte, sur chaque page. Elizabeth-Ann est représentée par une fillette dont on ne distingue jamais réellement les traits, qu’elle soit représentée de profil, ou le visage caché par les cheveux. Cette fillette symbolise donc toutes les fillettes et non une en particulier. L’illustratrice choisit également de représenter les multiples personnages qui défilent dans l’esprit de son personnage et l’on y retrouve une image du Petit chaperon rouge, de Cendrillon, de Lob Lie, de Blanche Neige, etc…

Les pages de garde elles-mêmes sont décorées de multiples elfes et lutins qui entraînent la fillette dans une joyeuse ronde. Images et texte semblent ainsi dire, ensemble, l’univers enfantin fait de réalités quotidiennes et de rêveries.

En 1912, ce même poème était publié chez  Constable and Company, à Londres, avec 24 images photographiques de Carine et Will Cadby. Chaque photographie, cernée d’un cadre blanc, représente une fillette, qui figure déjà sur la couverture. Les photographies sont rigoureusement collées sur la page de droite, en regard du poème, et interrompent sa lecture. Elles mettent en scène une fillette aux cheveux courts, qui fixe parfois son lecteur, dans chaque acte de la vie quotidienne : au bain, à table, en train de lire, de découper, de promener son ourson. Les objets avec lesquels elle est photographiée, stéréotypes du monde de l’enfance, semblent tirés d’un livre de pédagogie nouvelle du début du XXème siècle.

Balle, ciseau, objets de la toilette, vêtements, ours en peluche, semblent préfigurer ceux que l’on retrouvera  dans le First picture book  d’Edward Steichen.

 

Cette Elizabeth-Ann photographiée semble ainsi fort réelle pour le lecteur. Il s’agit forcément de cette fillette dont on décrit la vie dans le texte. La photographie en 1912 assigne donc sa mission d’enregistrement de la réalité laissant  au texte, la mission de porter la rêverie, l’imagination propres à l’enfance.. L’illustration photographique semble être plus en phase avec  une observation  objective du monde enfantin, une conception adulte de l’enfance, tandis que les illustrations dessinées de l’édition de 1923 semblent convenir davantage à la lecture de l’imaginaire enfantin qu’en fait Walter de la Mare dans son poème.

Pourtant, l’imagination du lecteur trouve un espace pour se déployer, dans ce décor, rigoureusement vide. Aucun élément contextualisant ne vient en effet situer la fillette dans une vie réelle. Et c’est peut-être dans cette zone sans couleur que le lecteur va inscrire les images qui naissent en lui à la lecture de ce long poème.

Carine et Will Cadby ont publié un certain nombre d’ouvrages photographiques pour enfants dont Dogs and Dogerel en 1902, Die Heilige Insel en 1917.