Parution : “150 ans de photolittérature pour les enfants”, aux éditions MeMo, le 22 avril !

Photographie de couverture Ergy Landau, préface de Michel Defourny
 
Collection Les monographies
224 pages. 21,5 x 25 cm 
35 euros. 
en librairie le 22 avril.

“Au 19e siècle naît la photographie moderne, qui n’a, dès lors, cessé d’investir le livre. Genre longtemps méconnu, parfois mésestimé, la photolittérature est pourtant prisée des enfants, et de nombreux artistes s’essaieront à l’exercice.
De 1886 à 2021, ces livres sont les témoins de leur époque, des courants pédagogiques, esthétiques et politiques, mais aussi des avancées techniques de ce médium. Photographes amateurs ou de renom — Robert Doisneau, Ylla, André Kertész, Ergy Landau, Sarah Moon — s’empareront de ce format. Leur travail côtoie les textes d’auteurs reconnus — Marcel Aymé, Maurice Genevoix, Jacques Prévert, Susie Morgenstern, Timothée de Fombelle — et, ensemble, ils créent des œuvres surprenantes.
Ce parcours dans cent cinquante ans de littérature photo-illustrée européenne et nord-américaine vous fera découvrir un pan passionnant de l’édition de livres pour enfants.

photographie de Karel Capek pour  Dachenka ou la vie d’un bébé chien, première parution en 1932.  

Cet ouvrage entend offrir aux lecteurs, chercheurs, étudiants ou grand public, un parcours dans 150 ans de littérature photographique pour la jeunesse européenne et américaine. Ce genre, largement diffusé, particulièrement prisé des enfants, est longtemps demeuré méconnu, noyé sous d’autres appellations. Cette publication permet la découverte ou la redécouverte d’un pan entier de la production de livres pour enfants. Une actualité récente prouve l’intérêt des lecteurs pour ces publications. À l’automne 2020, les visiteurs de La Fondazione Pastificio Cerere de Rome ont découvert « Look Book », exposition d’ouvrages photolittéraires italiens et internationaux. L’exposition « Clic Clac la photographie dans le livre jeunesse » qui s’est tenue de février à septembre 2021 à la médiathèque José Cabanis de Toulouse précède de quelques mois celle prévue au Musée de la photographie de Charleroi. La Bibliothèque nationale de France a accueilli la conférence intitulée « 150 ans de photolittérature pour la jeunesse » et a été suivie en France et à l’étranger. Enfin, un colloque international s’est tenu à l’université de Stockholm en mai dernier. Si tous ces évènements ont offert des éclairages sur cette production, elles ont surtout mis en évidence le manque crucial d’un ouvrage faisant référence dans le domaine.

photographies pour Abécédaire, paru en 1943. 

Avec les bornes temporelles de 1866 à aujourd’hui, chaque double-page
de cet ouvrage propose un arrêt sur un ouvrage particulièrement novateur, éclairant un genre de production, des avancées techniques, des courants pédagogiques, esthétiques, politiques, qui ont circulé de l’Europe, vers les États-Unis depuis la fin du 19e siècle. Le lecteur retrouvera des noms familiers d’auteurs ou de photographes et croisera d’autres patronymes plus surprenants, célèbres ou amateurs et qui ont également apporté une pierre essentielle à la construction de l’histoire de ces livres. Il découvrira comment le livre photolittéraire pour les enfants est le produit d’un type d’écriture à quatre mains, où écrivain et photographe créent de concert. Enfin, il prendra connaissance que cette production a longtemps souffert d’un désamour, voire de critiques qui ont induit une histoire en dents de scie. 

photographies d’Alexandr Rodtchenko pour Animaux à mimer, première parution en 1926
Autrice d’une thèse sur les ouvrages photographiques pour enfants, commissaire d’exposition et présidente de l’association Les Amis d’Ergy Landau,
Laurence Le Guen est chercheuse associée au laboratoire du Cellam à l’Université de Rennes 2, membre de l’Afreloce et de la Lpcm et professeure de lettres.
Elle anime le site dédié à la photolittérature jeunesse Miniphlit. Elle publie régulièrement des articles dans des revues spécialisées, des comptes-rendus d’exposition sur le site Littératures Modes d’emploi et intervient dans des colloques internationaux ayant pour objet la photolittérature de jeunesse

ROBERT DOISNEAU ET SES ALBUMS INACHEVES POUR ENFANTS

“Figure majeure de la photographie du XXe siècle, Robert Doisneau commence sa carrière de photographe dans les années 1930. Mais c’est seulement à partir des années 70-80 qu’il connait véritablement le succès, avec ses reportages photographiques devenus iconiques sur les bonheurs ordinaires des Français. On retient également ses séries de photographies de gosses de Paris, ses écoliers rêveurs surveillant les aiguilles de l’horloge d’une salle de classe, ses photographies d’enfants qui firent les beaux jours des ouvrages photographiques pour adultes nostalgiques des joies de l’enfance. On sait sans doute moins qu’il réalisa quatre ouvrages à destination de la jeunesse, à commencer par l’album 1,2,3,4,5 compter en s‘amusant qui connut le succès des deux côtés de l’Atlantique, suivi de deux ouvrages pour une collection consacrée à la découverte des métiers, Catherine la danseuse et Marius le forestier, et enfin le conte photographique L’Enfant et la colombe et deux ouvrages qui restèrent inachevés. “

La suite de mon article est à lire dans le numéro 81 de la revue Histoires Littéraires qui vient de paraître et dont voici le sommaire

Éditorial 

Jacques-Remi Dahan : Correspondance Gabriel Peignot – Charles Nodier II


Joséphine Vodoz : L’image photographique dans les premiers romans illustrés (1890-1905)

Stephen Steele : André Godin et Louis de Gonzague Frick.

Documents
Laurence Le Guen : Robert Doisneau et ses albums inachevés pour enfants

Les loisirs de la poste : Jean-Paul Goujon, Trois lettres-fleuve inédites de Claude Farrère

Aux fonds
Marie-Pier Luneau : De la nécessité de préserver les archives de l’imprimé populaire

Entretien avec Matthieu Letourneux 127

Jean-Yves Mollier : Pierre-Victor Stock et la passion du jeu

Chronique des ventes et des catalogues

Expositions. Balzac et Grandville (Amélie de Chaisemartin) ; Huysmans critique d’art (Romain Enriquez) ; Dotremont et les surréalistes (Marcela Scibiorska)

LES NOVELLISATIONS POUR LA JEUNESSE

Collection “Texte-Image”, édition Académia, sous la direction de Laurent Déom et Benoît Glaude.

J’ai le plaisir d’annoncer la parution de l’ouvrage “Novellisations pour le jeunesse, nouvelles perspectives transmédiatiques sur le roman, pour la jeunesse”, dans lequel je présente et analyse les ouvrages tirés des films d’Albert Lamorisse, Bim le petit âne, Crin Blanc et Le Ballon Rouge.

“Cet ouvrage collectif aborde les transpositions littéraires à destination de la jeunesse, d’œuvres issues d’autres médias que la littérature : romans et albums transmédiatiques, du XIXe au XXIe siècle, qui proviennent de médias aussi divers que le film et le dessin animé, la série et le jeu télévisé, le manga et la bande dessinée, la peinture et la carte géographique. Inscrit dans le champ, actuellement en expansion, des études d’adaptation, ce volume est le premier qui soit entièrement consacré à la novellisation dans les productions littéraires pour la jeunesse”.